Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 Trois petites notes de musique... ( Atyl Syrond )

 
Mar 21 Juil - 13:24
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t7391-trois-petites-notes-de-musi
Atyl Syrond

*Joyeuse *Amusante *Taquine *Espiègle *Vorace *Survoltée *Amicale *Aimante *Passionnée *Joueuse *Agile *Futée *Boudeuse *Enragée *Gourmande *Coquine *Aventureuse *Un peu folle


Informations

Surnom : Suif
Age : 24 ans
Nationalité : Feu (Le gouffre des traîtres)
Profession : Aventurière, musicienne, danseuse, fille de joie et voleuse à mes heures perdues.
Camp : Neutre
Croyance : Rien de particulier, je pioche à droite à gauche et dans ma propre imagination.
Titre de noblesse : Aucun
Race

Caractère


Mon caractère ? Hmf. C'est une chose difficile que de se décrire soit même. Je suis certaine que vous ne feriez pas plus de cinq lignes sur votre propre personne.
Mais j'aime les défis alors soit !
Je suis d'un naturel joyeux, après tout il faut bien saisir chaque occasion de ne pas pleurer dans ce monde impitoyable qui ne manque jamais de nous rappeler la dureté de ses réalités. C'est de cette joie que viennent quelques unes de mes plus grandes passions. N'est-il pas merveilleusement amusant de danser, de chanter et de jouer pour tous ? J'aime vraiment mon travail, il n'est pas toujours simple et je suis parfois mal accueillie, Mais. Lorsque je vois un sourire unanime sur le visage de mon public c'est comme si mon coeur se gonflait, menaçant de briser ma poitrine. De même j'adore entraîner les gens avec moi, une taverne où je m'arrête pour la soirée fait bien souvent la fête.
Tiens ça me fait penser. Je ne suis pas simplement joyeuse. Je veux dire par là que je ne me contente d'un sourire niait sur le museau et de quelques mots clamés comme des vérités intemporelles. Je suis aussi malicieuse qu'une fouine et discrète comme une souris. Prenez garde à vos bourses messieurs, et gentes dames bien entendus. Quoi ? Quel est ce sourire idiot dont vous me gratifiez ? Oh. Non celles ci je les laisse tranquille ne vous inquiétez pas. Bref où en étions nous, ah oui, la malice. Je dois admettre qu'il m'arrive souvent, trop souvent même, de jouer des tours à ceux que le destin me fait rencontrer. Le problème étant qu'il est parfois difficile de revenir dans un village où l'on a roulé quatre ou cinq personnes. A vrai dire il m'arrive même de faire preuve de plus que de la simple malice. La malice me sert à extorquer un peu d'argent à des personnes trop entreprenantes, ou trop idiotes pour se rendre compte de ce qui se passe. Mais il m'arrive aussi de voler, Ah je n'en suis pas fière, enfin si un peu quand même. Il faut parfois se trouver des mains agiles pour survivre, comme lorsque ma bourse est si vide qu'elle menace de s'enfuir dans le vent. Alors je pioche dans celles des autres, voir je prends purement et simplement celles des autres, après tout ils n'en ont pas tant besoin que moi. Enfin je crois, non en fait je m'en fiche, ma survie passe avant la leur.
Oh ! Je suis aussi une terrible indiscrète. Oui je sais qu'écouter aux portes c'est mal, mais c'est en même temps si amusant, et puis on y apprend de tout. De ce qui plaît à la femme qui s'y trouve aux légumes que la personne ne supporte pas. Riez bien mais ce genre d'informations m'ont déjà suffit pour garder ma liberté.
Bon que reste-t-il. Ah je sais ! Je suis boudeuse. Oui c'est un trait de ma personnalité, pas le plus appréciable qui soit je l'admet mais il est indispensable d'en parler. Parce merde ! Quand quelque chose me tient à coeur et que l'on piétine mes espoirs moi je boude ! Je me referme sur moi même, certainement l'une des seules façon de me faire taire par ailleurs. Je ne pleure jamais quand je boude, je me contente d'un silence constant et absolu. Par là je veux dire que je ne parle plus, mais je ne fais plus de gestes pour communiquer non plus, vous savez toutes ces petits mimiques que l'on interprète pour savoir comme répondre. Bha vous pouvez aller crever, dans c'est cas là je n'en ferai pas une seule. De même mon regard restera froid pour vous, plus rien n'y paraîtra si ce n'est mon déplaisir.
Pour me faire stopper ma bouderie il existe diverses façons. La première étant de vous racheter à mes yeux, c'est la plus certaine de toutes. L'autre étant de patienter jusqu'à que mon ressentiment s’apaise, c'est là une idée idiote, je suis très rancunière et vous risquez de ne pas être en bons termes avec moi pendant un long moment.
Que reste-t-il de ma personnalité. Hé bien je suppose que je dois aussi parler de mes colères. Il est difficile de me raisonner dans ces moments là. Comprenez que je suis une gentille fille, enfin ça dépend du point de vue mais en général quand même je ne mords pas, ou pas trop fort. Mais lorsqu'on me met en colère attendez vous à ce que la moitié de la ville où je me trouve soit mise au courant parce que mes cordes vocales ne me servent pas qu'à chanter, je hurle aussi très bien je vous assure. Il existe bien des moyens de me mettre en colère. Que l'on m'insulte directement j'ai l'habitude, il m'arrive de répondre mais c'est plus par amusement qu'autre chose. Que l'on me refuse quelque part pour mon apparence j'ai finit par ne plus y faire attention. Que l'on croit pouvoir profiter de moi en m'attirant dans une ruelle, ça ne prend pas. Par contre si il y a bien une chose qui m'énerve, c'est que l'on trahisse ma confiance, ou que l'on soit assez stupide pour m'expliquer en détails pourquoi je suis une race inférieure ou pourquoi je suis une animale. Là je dois avouer que je résiste mal à la tentation de mordre et je finis généralement par hurler.
Enfin abordons les mauvaises faces de ma personnalité, bien que la colère en soit une je ne la compte pas dedans tout simplement parce qu'elle n'est qu'une réaction à quelque chose d'extérieur. Là je parle de ce qui est mauvais directement en moi.
Déjà je suis d'une jalousie maladive. Lorsque je décide que quelque chose m'appartient il me devient impossible de regarder d'autres en jouir. Je ressent comme un feu réduisant peu à peu tout mon être en cendres et vous pouvez être certains que ma compagnie ne sera alors plus agréable du tout.
Ensuite il m'arrive d'être médisante. J'essaye d'étouffer au maximum cette part de moi même mais malheureusement, entre taquinerie et méchanceté, la barrière est parfois plus mince qu'il n'y paraît et je la traverse sans même m'en rendre compte.
Que reste-t-il. Plus grand-chose à vrai dire, si vous vous attendiez à ce que je parle de mes amours vous allez pouvoir attendre. C'est bien trop privé pour que je le mette sur le tapis. Mais on parle on parle, vous en avez apprit beaucoup sur moi, et si vous me payez à boire maintenant ?







Physique

Moi ? A quoi je ressemble ? Oh mais c'est une question bien indiscrète que voila. Vous avez de la chance que j'aime parler de moi mais ne vous attendez pas à ce que ce soit court ni objectif.
Pour commencer je suis une gnoll, oui je sais ça ne se voit presque pas hein. Je suis donc plutôt grande, du moins par rapport à d'autres espèces car dans la mienne je reste de taille disons, modérée. Là où certains de mes compagnons atteignent paisiblement les deux mètres voir plus j'ai peiné pour mon petit mètre quatre-vingt-dix, vraiment la vie est mal faite. Le seul avantage que j'y voit est que cela n'intimide pas troooop les autres espèces de moindre taille, mais bref. Je ne suis pas non plus devenue une bête de puissance, les muscles j'en ai ne vous y trompez pas, ils sont seulement bien répartis. Ma musculature sèche me permet de plafonner à soixante-quinze kilos et de garder un corps doux au regard. C'est même l'un des éléments les plus importants de ma physionomie, étant donné que ce sont les dits muscles qui la façonnent. Chez moi ils s'épousent les uns les autres en courbes douces, me taillant des hanches délicates et souples. Mon ventre plat et robuste compte aussi sur la liste, De même que les épaules juste assez larges pour me donner un air menaçant lorsque je le souhaite, et juste assez fines pour que je puisse rester femme. Vraiment j'aime ma musculature, elle a toujours sut me comprendre. Elle ne m'handicap de plus aucunement, me laissant avec mes articulations animales une souplesse bien plus grande que pour d'autres. Hé oui, je suis à même de faire ce que vous n'osez imaginer de vos petites humaines, mais essayez seulement de m'y obliger et vous découvrirez que mes crocs sont aiguisés!
Poursuivons sur de menus détails revêtant pour moi une importance toute particulière. Oh je suis certaine que vous aimeriez des descriptions d'endroits plus intimes mais dans ce cas c'est mon bâton qui risquerait de rendre visite aux vôtres. Aussi veuillez réprimer vos ardeurs et écouter, sans baver c'est mieux.
J'ai de larges pattes, pas des pieds comme les humains, mais plus une sorte de croisement entre le membre animal et celui humain. Cela me permet d'avoir une bonne détente ainsi qu'un bon amortit. Normal me direz-vous, lorsque l'on saute haut on se doit d'avoir de quoi atterrir sans se casser une jambe. Il est important de savoir que j'ai des coussinets sous ces pattes, ils sont très sensibles, au point que je doive les masser presque chaque soir après une longue marche. Une simple coupure sur l'un de ces organes est une souffrance sans nom pour moi. Éloignez vous en !!! Non mais.
Si l'on remonte le long de mes pattes nous verrons que j'ai des chevilles solides, les entorses et foulures ne font pas parti de mon quotidien ce qui est une chance pour une saltimbanque. Mes mollets sont durs et ronds, taillés par des kilomètres de route chaque jour. Mes cuisses, j'ai tendance à toujours les trouver trop larges, cela m'a valu bien des moqueries dans mes jeunes années mais aujourd'hui ce n'est plus qu'un vague complexe se rappelant de temps à autres à mon bon souvenir. Pour continuer l'exploration il faut en arriver à mon bassin. J'ai de belles hanches, je ne mentirai pas là dessus, elles sont juste assez larges pour se marier avec ma taille svelte sans que cela semble disgracieux.
La suite de la visite passe justement par les hanches tout juste mentionnées, par le plat de mon ventre et le creux de mon dos où se rattache ma queue. Attention, c'est aussi une partie sensible. Je n'ai rien contre les câlins qui la mette en scène mais cela peut parfois s'avérer gênant et je n'hésiterai pas à mettre des gifles s'il le faut. Vous aimeriez que je vienne vous tripoter une zone érogène en pleine rue moi ?!
Hrm bref, n'y touchez pas sans mon autorisation.
Le long de mon dos vous découvrirez tour à tour le bosselage de mes vertèbres, se dessinant avec douceur dans ma fourrure. Passez une main dessus, à rebrousse poil de préférence car j'adore ce genre de caresses, et vous sentirez qu'elles ne dépassent pas de beaucoup. Et oui c'est là une triste réalité, celle que vous prenez pour une faible femme est vraiment musclée de partout, même les vertèbres ne se sentiront pas de beaucoup sous votre main. Vous rigolez toujours quand je vous promet une baffe ou c'est bon?
Bien. Passons à ce qui se trouve plus haut en survolant le chapitre des côtes qui n'est pas l'un de mes préférés. Pourquoi ? Parce que je le dis voyons !
Si l'on repasse à mon côté face vous découvrirez en mettant vos yeux à la bonne hauteur, oui voila exactement la même que depuis tout à l'heure, ma poitrine. Je dois avouer que j'en suis assez fière. Sa fermeté et ses rondeurs ne font qu'ajouter à mes formes, elle reflète bien ma féminité et grâce à elle j'ai rarement passé une nuit seule sans que ce soit voulu. Mais là vous vous en doutez, essayez vous seulement à approcher un peu trop une main et je ne suis pas certaine de vous laisser la retrouver intacte. Non je plaisante, je suis certaine que vous ne la retrouverez pas du tout.
Passons donc cette partie de mon corps, remontons mon cou et le dessous de mon museau qui est souvent sujet aux grattouilles malvenues. Oui bien que ce soit un geste agréable l'idée dans laquelle il est fait me déplaît, à croire que personne ne comprend qu'avoir une moitié animale ne signifie pas perdre toute dignité.
Nous voila donc à mon museau. Je dois avouer que je n'ai jamais complexé dessus, c'est peut être bien la seule partie de mon corps a avoir été épargnée par mes tourments adolescents. Il n'est pas trop long, enfin pour une gnoll bien entendu, et se marri bien avec le reste de ma face. Sa fourrure d'une douce couleur terre de jour fait ressortir la teinte mousse claire de mes yeux. Ils y gagnent ainsi un air vif et rieur qui me sied à merveille, après tout j'aime rire chanter et danser que pourraient-ils exprimer d'autre ?
Une fois les joyaux de ma figure passés nous en arrivons à ce qui se rapproche le plus d'une chevelure pour vous autres, enfin pour la plupart de vous autres je sais qu'il y en a des plus bizarres que moi. Mes cheveux donc, sont simplement de la fourrure plus longue. Ils sont tout aussi doux et lisses, je veille à ce qu'un soin correct leur soit apporté le plus souvent possible. Dépassant de ma tignasse sable deux oreilles décorent joyeusement mon crâne. J'ai un peu honte de le dire parce que je trouve cela enfantin mais elles sont les chouchoutes de mon corps. Je ne saurai me passer d'elle. Je veux dire par là que si je devait me faire amputer d'un bras ou d'une jambe ce serait ennuyeux. Mais s'il advenait que je perdre mes superbes oreilles. Je n'ose l'imaginer, l'apocalypse ne pourrait être pire.
Je pense que nous avons fait le tour aussi me permettrais-je un dernier détail. J'ai beaucoup de fourrure, sur tout le corps, oui TOUT le corps. Elle est douce et chaude comme une nuit d'été et sent la fraîcheur du printemps, des herbes coupées et de la poussière d'hiver que le vent emporte. Ne vous avisez pas de la malmener vous me rendriez furieuse.

Pour ce qui est des habits ce n'est pas compliqué, je porte toujours les même, ceux que j'ai sur moi en ce moment. A savoir mon pagne et mon haut, et oui, même dans la neige je ne ressent pas assez la morsure du froid pour changer ma mode vestimentaire.
Capacités

Arme : Un simple bâton de bois robuste et noueux. Il est percé de trous un peu partout et produit des sons spécifiques aux mouvements qu'il fait dans l'air. Je possède aussi tout un jeu de dagues qui se cachent sur mon corps, cuisse, cheville, reins, hanches, même un poignard court entre les seins. Comprenez moi, vivre seule sur les routes n'est pas chose aisée sans quelques armes pour aider.
Pouvoirs : Magie du son et faible magie d'illusion.
En raccord avec mon métier de musicienne (à vrai dire je suis une saltimbanque qui survie comme elle le peux) j'ai développé ce don. Il me sert à manipuler les sons préexistants, notamment ceux que je fais en agitant mon précieux bâton. Plus difficilement je peux moi même produire les dits sons, mais ceci ne seront pas très élaborés, je travaille mieux avec une matière ne dépendant pas directement de ma magie. Plus exactement ce pouvoir me permet de créer des sons simples, ne vous attendez pas à une merveille de ce côté là. Par contre, pour les sons existant déjà, il m'est bien plus utile. Je peux jouer de l'onde sonore, la faire dure, l'amplifier, la rendre aiguë ou grave, je peux la stopper, je peux créer des mélodies entières en faisant perdurer quelques sons de base que je manipule à ma guise. Ce pouvoir n'est pas agressif, pas défensif non plus car je ne l'ai pas développé à des fins combattantes. Je ne vais ni vous découper ni vous envoyer valser dans les airs avec. Ceci dit lorsque je fais grimper les décibels il reste possible de souffrir. Pensez y avant de vous en prendre à moi.
Pour les illusions cela me sert pour mes petits tours de passe passe lorsque je dois épater la galerie et gagner les quelques pièces minables qui me permettront d'acheter ma pâtée du soir. Leur fonctionnement est en fait assez simple. je peux agir un peu sur tous les sens, mais jamais rien de bien grandiose. Si je fais une odeur elle ne sera pas très élaborée. Si je créé une image elle ne sera pas bien grande de même que si je dois user d'illusions pour dissimuler un objet il ne devra pas être trop massif. Il est cependant une chose contre laquelle je ne peux rien. Du moment que je fais une illusion, quelque soit le sens auquel elle touche, tous capteront cette illusions. Je veux dire par là que si je créé une odeur de viande cuite, tous ceux passant dans la zone la sentiront, de même que si je veux faire disparaître un objet, plus personne mis à part moi ne le verra. Ainsi je peux réussir aisément tous mes tours de passe passe. Mais c'est parfois ennuyeux lorsque je veux duper une personne en particulier et que je dupe en fait tout le monde.
Familier : Psos :
Je ne peux pas vraiment dire que c'est mon familier. C'est plus l'équivalent d'une plaie divine qui m'afflige de par sa présence à chaque fois qu'il se manifeste. Psos est une bestiole bizarre que j'ai un jour rencontré dans une grotte. C'est grâce à lui que tout le monde m'appelle Suif dans ma tribu. Il n'a pas d'autre utilité que d'apparaître aux moments où il peut se montrer le plus gênant, parlant sans retenue aucune de ce qui me met dans la panade. Il est intangible et flotte dans les airs. En fait c'est juste un chieur, mais sans lui je me sentirai parfois terriblement seule. D'ailleurs c'est ce qui arrive quand il décide de ne pas se manifester pendant plusieurs semaines. C'est qu'il en vient à me manquer le nuisible !
http://pre01.deviantart.net/2af4/th/pre/i/2015/157/1/f/playful_cat_by_wyum-d8w8jrg.png

Artefact magique : Mes anneaux aux oreilles, ils m'ont été offerts pas ma très chère mère. J'ai ainsi enfin compris comment elle a fait pour séduire la moitié de la tribu dans ses jeunes, et lointaines, années. Une saltimbanque a plus de chance de recevoir de l'argent si on se plaît à la regarder. Et oui le monde est ainsi fait. Voilà pourquoi mes boucles d'oreilles ont un charme de séduction. Je ne peux ni vraiment l'activer ni le désactiver. Seulement si j'ai envie de charmer quelqu'un, il se focalise sur la personne. Sans quoi il reste une sorte de vague aura autour de moi, me faisant sembler plus attirante que je ne lui vraiment. Bon c'est un peu insultant pour moi dit comme ça, mais ça remplit la panse alors je n'ai pas à me plaindre !
Autre : Vous n'avez pas à savoir que je ne porte pas de culotte '-'


Histoire



Mon histoire ? Que peut-elle bien vous importer ? Ce n'est pas comme si c'était des informations vitales remarquez. J'accepte de vous en parler, uniquement si vous me payez le dîner. Merci.

Bon, pour commencer je ne suis pas née dans les montagnes où je vis aujourd'hui. Ma famille était au par avant dans le gouffre des traîtres. Je suis née dans une famille aimante et une époque prospère. Ça avait des avantages, il n'y avait pas besoin de fournir trop de travail pour aider les aînés et si peu de gens passaient près de chez nous que l'endroit entier était comme un immense terrain de jeu livré sur un plateau.
C'est là bas que j'ai fait mes plus belles bêtises.

Dès que j'ai été en âge de quitter le village pour des escapades aussi stupides que dangereuses je me suis empressée de le faire. Bien entendu en rentrant le soir, mes compagnons et moi même nous faisions gronder. Chose normale pour une tribu ou chacun doit veiller sur les autres. Mais ce n'était que de fausses colères. Nos parents avaient fait pareil, et leurs parents avant eux. En fait c'était une sorte de tradition que de s'enfuir pour découvrir le monde environnant.
C'est ainsi que j'ai commencé à faire de vraies bêtises.

Par exemple s'aventurer seule dans une grotte ce n'était pas une bonne idée. Oh bien entendu je le savais déjà à cette époque, mais pourquoi s'en soucier. Une galerie se présentait à moi, m'attirant par son silence, les cristaux brillant faiblement dans les ombres, et avant même que la peur ne tire la sonnette d'alarme j'avais fait vingt pas dans le tunnel.
Ce petit jeu dura un moment, quelques années paisibles de ma vie. Du moins jusqu'à ce que je rencontre Psos dans l'une de ces grottes. Cette fois j'y était allée avec des amis. Ayant repéré l'endroit depuis un moment je savais que le passage était assez large pour permettre à de gros animaux de passer. Je suis parfois stupide certes, mais pas au point d'aller me faire éventrer toute seule. Aussi sommes nous parti à plusieurs. Pour nous éparpiller un peu partout dans les galeries, chose des plus intelligente n'est-ce pas.

Je me suis donc retrouvée seule, dans cette grotte que des gens de notre peuple avaient autrefois habité. Il était étrange de retrouver les vieilles peintures murales, la suie sur les murs au dessus des charbons qui témoignaient encore des repas ayant eut lieu ici.
Et puis soudain. Alors que je me rapprochait d'un trou vertical qui semblait servir de cheminée depuis une autre salle. Un truc m'a sauté à la figure.
Ma réaction fut la plus logique, les bras devant les yeux pour me protéger la tête je reculais tout en criant. Et puis je suis tombée dans la cheminée. Elle était heureusement trop étroite pour que j'aille jusqu'au fond, mais je devais bien avoir glissé sur quatre mètres et mon bassin était coincé.

Je ne sais pas comment les andouilles que j’avais emmené avec moi s'y sont prit mais j'ai passé au moins quatre heures coincée. Avec pour seule compagnie l'être qui m'avait fait chuter. Il parlait sans discontinuer, m'empêchant d'entendre si d'autres personnes se rapprochaient bien que je cris pour demander de l'aide. Et il était intarissable, pas une fois en quatre heures il n'a fermé ce qui lui sert de bouche plus de deux secondes.

Cependant il y avait un avantage à cette compagnie. Avantage qui fait que, je l'avoue, je n'ai pas passé beaucoup de temps à appeler au secours. Le petit être parlait sans discontinuer, de tout et de n'importe quoi. Notamment de lieux, de peuples, de cultures différentes, d'objets qu'on ne voyait nul par ailleurs que là où on les trouvaient. Cela a finit par me fasciner. Moi qui aime tant la découverte, comprenez que je n'ai pas résisté longtemps avant de boire ses paroles. Il a même fallut que je me prenne une corde sur la tête pour comprendre que l'on m'avait retrouvé.
Depuis cette bestiole étrange ne m'a jamais quitté. Enfin en fait je ne sais pas vraiment. Il lui arrive de disparaître sans laisser de traces. Je ne sais même pas si il est lié à moi ou se contente de me suivre. Quoi qu'il en soit malgré mes sens développés il m'est arrivé de ne pas le percevoir proche de moi pendant des semaines. Pourtant il revient toujours, en général au moment où j'ai le moins envie de le voir et pour dire les pires choses possibles sur ce qu'il sait de moi.

Mais je lui doit tout de même beaucoup, c'est grâce à lui que j'ai put partir de ma tribu. Lorsque l'on m'a vu revenir affublée de cet étrange compagnon tout le monde a cru que je l'avais domestiqué. Lui ne s'en est visiblement pas soucié et a continuer de me parler. Moi j'ai dit que je voulais découvrir le monde dont il parlait. Le fait est que ma tribu n'est pas trop regardante sur les actions des autres du moment que cela ne nuit pas à sa sécurité. Une membre qui par c'est une douleur en soi pour la grande famille que nous formons. Mais si il ou elle est décidée il faut la laisser faire.
Du coup me voila partie sur les routes, arborant fièrement les peintures de mon peuple et ses vêtements dans ma soif de découverte. Après tout si je veux apprendre des autres, il est normal que je leur apprenne moi même non ?

Mais bref. Cela fait maintenant quelques années que je parcoure le monde, j'en suis arrivée aux glaces éternelles de la toundra. Ici il ne fait pas bon de lambiner, les nuits sont horriblement froides et je me dois de trouver un refuge pour chacune d'entre elles. Comme rien n'est gratuit j'ai changé ma manière de faire.
En des terres plus prospères je profitais de la générosité des gens, ou bien je vivais simplement dans la nature. Maintenant c'est différent, il me faut gagner chaque piécette par mes talents. Cela comprend ma musique et ma danse, mais aussi parfois ma capacité à réchauffer un lit.

Qu'à cela ne tienne, je trouve mon plaisir où je peux et je poursuis mes folles aventures dans le monde entier. D'ailleurs, si vous avez un jour besoin de quelqu'un pour s'aventurer dans je ne sais quel lieu perclus de soit-disantes malédictions. N'oubliez pas que j'existe.





Dans la vraie vie  


Âge : 18 ans
Comment avez-vous connu le forum ? Par d'autres personnes
Avez-vous déjà fréquenté d'autre forum, si oui lesquels ?Oui, désolé mais j'ai comme la grosse flemme de tous les citer -,-
Vos passions : Lire/écrire/geeker, depuis peu explorer des cavernes en fait aussi partie.
Que pensez-vous de Terra Mystica ? Avez-vous des suggestions pour l'améliorer ? Pour l'instant je trouve le forum plutôt bien, mais pour ma part je créerais une race d'homme-bêtes étant donné que la seule race apparentée présente sur le forum est une sous race.
Avez-vous rencontré des problèmes pour remplir votre fiche? Pas vraiment.
Phrase fétiche : Je crois que je n'en ai pas
 


 
Page 1 sur 1