Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

  Comment on fait pousser les ailes, Madame ? [PV : Lewisaëlle Naeth]

 
Sam 13 Juin - 1:10
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5839-nephtys#136146
C’était en Vennà 115… Quelques parts dans les plaines mystiques.

Le printemps avait fait son office depuis un mois et les fleurs se perdaient bourdonnant d’envie dans cette nature déjà bien réveillée. Le soleil s’étirait dans le ciel et quelques nuages l’encerclaient avec tendresse comme pour lui dire bonjour. Il était tôt, si tôt qu’il faisait encore frais et que la nuit se perdait au lointain comme si elle trainait les pieds pour aller se coucher. Nephtys était assise sur une petite colline avec son ami dans les bras. Elle le câlinait sans pour autant l’étouffer. Ca faisait bien une heure qu’elle fixait le ciel admirant sa beauté, son passage des étoiles vers la lumière chaude du soleil. Elle aimait voir la vie briller tout là-haut et elle pouvait l’admirer pendant des heures. Elle profitait de ce levé de soleil, comme à chaque fois qu’elle en avait l’occasion. Ca avait un effet nostalgique sur elle. Elle se rappelait de ces moments rares de détente quand elle vivait dans le pays du Ciel et qu’elle pouvait toucher de temps en temps rien qu’en tendant la main, les nuages.

Elle était bien et confortablement assise sur une petite couverture en laine qu’elle a tricotée elle – même. Elle s’était vêtue en fonction de la saison sans pour autant se dévoiler. Elle portait une tunique de couleur rouge clair dont les manches descendaient jusqu’au coude, finissant dans une voilure de dentelle blanche. Au niveau de la poitrine, un ruban blanc se croisait au milieu comme un lacet qu’on nouerait. Sous les seins, une ceinture de dentelle blanche ornait le tout et était légèrement élastique. Le décolleté était de forme rectangulaire laissant la naissance de la poitrine à la vue de tous. Son collier ornait son cou comme toujours, un comme le bijou qu’elle a au niveau du front. Pour le bas, elle avait un pantalon en lin noire qui lui serrait les jambes sans pour autant être coller à la peau. A ses pieds, elle portait des bottes, lui montant jusqu’au niveau des genoux en cuir brun avec un lacet de couleur plus clair. Il y avait des petits talons mais ce n’était pas gênant pour sa longue marche.
Ses cheveux étaient tressés en une longue natte descendant jusqu’au bas du dos, laissant les plumes toucher le début des fesses. Des mèches encadraient son visage comme pour harmoniser le tout. Quant à ses ailes, elles étaient cachés sous sa peau.

Elle faisait un voyage, un long voyage depuis quelques jours. Elle voulait trouver un herboriste pour son projet. Nephtys avait décidé du jour au lendemain avec l’aide d’Alfred le lapin de trouver une solution pour que son rêve se réalise. Elle n’avait pas pensé que cela allait prendre autant de temps. Cependant elle était motivée. Elisa la petite poupée de porcelaine avait pour consigne de surveiller leur habitat. Et même si elle avait râlé, elle n’eut pas le droit de venir avec. Seul Sigmond avait cette chance.

Au fils de son voyage, elle était tombée sur un ancien venu du Ciel qui lui conseilla bêtement de trouver un herboriste. Il raconta que parmi les différents corps de métiers ou aptitude du monde, les herboristes avaient peut - être la solution.
Il rajouta aussi que d’autres castes de métier et capacité pouvaient l’aider. Et il les énuméra calmement en mettant en garde que certains étaient dangereux. Elle le remercia en lui faisant des cookies. Elle le trouvait sympathique pour un qui avait vécu dans les cieux.

Depuis ce jour, avec son ami, elle chercha un herboriste. Elle écoutait avec beaucoup d’attention les rumeurs et les personnes qu’elle questionnait. Un herboriste, tout le monde en a besoin.
Au fils de ces jours ou elle rechercha cette personne, elle entendit parler d’une femme qui cueillait souvent des plantes pour ses remèdes. En suivant pas à pas les indications, elle s’arrêta un soir sur cette petite colline. Elle y passa la nuit après avoir installé son campement. Elle aimait dormir sous les étoiles, se perdre dans leur danse nocturne comme si c’était une berceuse. Et cette nuit – là, elle avait eu de la chance. Il n’avait pas plu et le ciel était dégagé.
C’est comme cela qu’elle s’est retrouvée assise à regarder le soleil ballait.
Elle prit tout son temps car elle savait qu’elle n’était pas loin de la demeure de l’herboriste. Quand le soleil avait fini de prendre sa place dans le ciel, elle se leva en étirant ses bras. Sigmond qui sauta de ses genoux avant, fit de même en baillant. Il la copiait plus qu’autre chose. Une peluche n’a pas de squelette ni de muscles alors s’étirer lui était totalement inutile.


Sigmond s’écarta de la couverture en sautillant tout joyeux de repartir. Nephtys lui fit un sourire en le voyant faire avant de retourner à sa tâche. Elle plia soigneusement la couverture et la rangea dans son sac. C’était partie !
Le petit pingouin marcha un bout du chemin avant de tomber fatigué sur le sol, comme endormi. La magie ne faisait juste plus son office. Elle le prit dans les bras, lui souhaitant une bonne sieste et continua sa route. Elle mit environ deux heures avant d’atteindre la maison.

Sur la devanture du lieu, il y avait des plantes qui pendaient. La porte paraissait ancienne alors qu’un petit jardin se trouvait juste à côté. Tout cela reflétait le printemps et la bonne odeur. Nephtys n’avait pas peur et pensait avoir trouvé. Elle approcha doucement de la porte et regarda le bois. Elle hésitait beaucoup. Alfred le lapin qui elle seule peut voir la poussa à toquer. Elle prit une grande inspiration et toqua doucement. Elle était un peu stressée et ne savait pas vraiment quoi faire d’autre. Elle espérait que cette dame avait la solution à son problème. Elle attendit quelques minutes puis toqua à nouveau. Son cœur battait fort et malgré tout, elle voulait se calmer. Elle reprit une grande inspiration. Toute souriante, elle parla d’une voix douce :


- Il y a quelqu’un ?


Elle était plutôt impatiente.


avatar



Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Raya/Freya
Vitesse de réponse : Normal


Sam 13 Juin - 8:05
Voir le profil de l'utilisateur
Lewisaëlle était rentrée depuis quelques jours de son voyage jusqu'au village de Skav, où elle avait trouvé la plante qu'elle recherchait grâce à l'aide de Völvunk le guerrier/dragon. Depuis, elle avait repris sa petite vie tranquille dans son petit village sur une petite colline. Son maître lui avait légué il y a quelques temps déjà son herboristerie, qu'elle gérait désormais seule même s'il venait généralement la remplacer lorsqu'elle partait visiter d'autres lieux à la recherche d'ingrédients. Leur collaboration était bien connue aux alentours, puisque cela faisait à peu près quinze ans qu'ils travaillaient ensemble. D'abord Lewisaëlle était son apprentie, maintenant son égale, et les gens du village aimaient souvent lui rappeler cette période en souriant lorsqu'ils venaient chercher son aide.
Parfois, lorsqu'elle était seule dans l'arrière-boutique comme ce jour là, elle regrettait un peu cette période. Elle se sentait bien seule. Évidemment, sa passion pour les plantes en tout genre, et aussi pour l'alchimie, était intacte. Bien sûr, son but était toujours de soigner tous ceux qu'elle pourrait. Mais à force de rester enfermée dans son herboristerie, elle craignait parfois de ne pas atteindre son objectif. Les gens les plus souffrants passaient rarement la porte de l'échoppe, et rester ici signifiait sans doute ne pas leur apporter d'aide.
Son esprit était cependant loin de ces préoccupations à ce moment là. Lewisaëlle était dans l'arrière-boutique: une pièce large et bien éclairée où se trouvait une sorte de petit laboratoire et de cabinet. C'est à dire qu'elle y réalisait tous ses onguents et autres potions, et qu'elle y faisait les diagnostics qui ne pouvaient pas être réalisés à l'accueil. Lorsqu'elle ne battait pas la campagne à la recherche d'ingrédients, elle passait généralement la journée à travailler dans cette pièce. Là, elle était concentrée sur une pommade de son invention qui était censée avoir comme effet d'apaiser les démangeaisons. Grâce à son odorat surdéveloppé, elle dosait avec précision chaque composant du remède qui allait normalement fonctionner puisque tout était très...

- Il y a quelqu’un ? 


Lewisaëlle sursauta et fit tomber quelques gouttes de trop dans la pommade qui serait donc finalement inutilisable. Tant pis. Elle dégagea son visage de ses longs cheveux roux, et se rendit la véritable boutique en s'exprimant d'une voix timide mais normalement assez forte pour qu'on l'entende.

- Vous pouvez entrer c'est ouvert.


La pièce était grande, mais un peu sombre car le mur du fond était entièrement tapissé de petits tiroirs dont certains fermaient à clef, empêchant la présence d'une fenêtre. L'herboriste y rangeait méthodiquement tous ses ingrédients, de la même manière que son maître le faisait avant elle, et surtout sans indiquer par des étiquettes ce qui se trouvait dans chaque petit casier. Ça faisait fonctionner la mémoire. Certains fermaient à clef car ils renfermaient des ingrédients plus précieux ou dangereux, soit à cause de leurs effets puissants, soit à cause de l'accoutumance qu'ils provoquaient.
Juste devant ce grand mur médicinal, se trouvait un comptoir assez grand, sur lequel la rouquine s'entraînait parfois à la réalisation de remèdes lorsqu'elle était plus jeune, permettant ainsi à son maître de garder un oeil sur son travail. Mais depuis longtemps elle avait abandonné cette habitude, préférant de loin travailler dans un endroit plus lumineux.
À part cela, et une porte à côté du comptoir, la pièce était totalement vide. Lewisaëlle venait d'y entrer, ses longs cheveux roux tombant sur ses épaules. Elle portait une robe bleue foncée un peu tachée par endroit, ainsi qu'une ceinture qui marquait sa taille autant qu'elle permettait d'y accrocher une petite sacoche. Ses yeux, bien plus clairs que le bleu de ses vêtements, étaient rivés sur la porte. Mais dès que celle-ci s'ouvrit ils glissèrent sur le sol afin d'éviter de regarder la cliente dans les yeux. Elle remarqua uniquement ses vêtements, qu'elle jugea colorés et beaux, et cru apercevoir une tresse violette se balancer derrière elle... Ou peut-être était-ce brun et elle avait mal vu.

- Bonjour, puis-je vous aider ?


Toujours aussi peu à l'aise avec la clientèle, Lewi se contenta de poser ses fines mains blanches sur le comptoir en essayant d'avoir l'air avenante, même si cela se voyait beaucoup qu'elle était juste timide.




avatar


Esper

Partie IRL
Crédit avatar : deviantart et moi même
Double compte : Astrid Laventure
Vitesse de réponse : Rapide


Sam 13 Juin - 18:46
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5839-nephtys#136146
Une voix s’infiltra entre les fentes de la porte pour lui donner l’autorisation d’entrer. Elle tendit sa main malgré le stress qu’il l’envahissait. Ce n’était pourtant pas une fille qui avait peur facilement de ce genre de rencontre. Elle était plutôt insouciante du monde qui l’entourait et espérait avec force qu’elle allait bien décoller vers les cieux.
Cependant en cette matinée de printemps, elle craignait qu’elle ne puisse pas répondre à ses attentes. Elle se posait pas vraiment de question sur cette herboriste, elle espérait juste qu’elle sera apte à l’aider. Un sourire se grava sur ses lèvres. Il était discret comme Sigmond qui était toujours endormi dans ses bras. Elle remettait la bretelle de son sac bien sur son épaule, soufflant avant de finir par tendre sa main, de prendre la poignée de la porte et d’ouvrir. Elle faisait avec calme tout en prenant ses précautions.

Alfred le lapin se faufila dans l’ouverture comme un serpent dans son trou. Il avança jusqu’au centre de la pièce, reniflant l’endroit avec sa petite truffe. Et avec une voix des plus calmes, il rassura Nephtys en lui disant qu’elle ne risquait rien à entrer. L’endroit pouvait paraitre étrange aux yeux de notre ange déchu. Elle n’avait jamais vu une pièce comme cela avec autant de miroir et si peu de lumière.
Elle entra en faisant attention ou elle pouvait marcher. Le sol était fait de bois comme si c’était des milliers de planche de bois qui se tenait la main enfin c’est ce qu’elle croyait percevoir dans cette obscurité. Avait – elle toqué à la bonne porte ? Elle gardait la tête haute, comme une grande dame de ce monde. Une trace de son éducation qui fut pourtant chaotique au point où elle aurait préféré l’oublier. Seulement c’était accroché à son corps, à son esprit, cette entité endormie qui se nommait Liora.

Elle gardait son sourire s’amplifiant quand la demoiselle tant attendu fit son entrée. Elle portait une simple robe avec quelques tâches. Elle n’imaginait pas les herboristes comme cela mais ne fut pas déçue pour autant.
Elle s’approcha du comptoir d’un pas hésitant ne savant pas comment demander. Oui, elle pouvait l’aider mais était – celle que Nephtys voulait tant rencontrer.

- Bonjour.
Dit – elle d’une petite voix mélangeant stress et curiosité. Êtes – vous Herboriste ?

Elle allait simplement la vouvoyer comme elle avait appris, il y a fort longtemps. Elle voulait avoir toutes ses chances de son côté. C’était très important à ses yeux. Des yeux qui pétillaient d’espoir et de curiosité. Elle attendait sagement sa réponse sans trop en dire. Nephtys voulait s’assurer d’avoir toqué au bon endroit avant de lui demander ce qu’elle voulait.
Mais elle était très impatiente. Ce que déplorait Alfred le lapin avec un air dépité que seule Nephtys aperçu vu la nature de ce lapin. Pour faire simple, c’est une hallucination crée de tout pièce par l’esprit de Nephtys. Il est comme le professeur qui montre le bon chemin à suivre. Et il savait qu’elle n’attendrait pas longtemps avant de lui poser cette fameuse question qui titillait son esprit. Cette impatience ne se voyait pas sur son visage mais la nervosité que court dans ses bras. Le seul qui aurait pu s’en rendre compte dormait paisiblement. Elle s’avança encore un peu pour mieux voir son interlocutrice gardant son sourire.
Elle se demandait si elle devait parler ou encore attendre. Et ces minutes étaient pour elle une torture tellement elles paraissaient longues. Elle ferma les yeux un bref instant puis les ouvrit à nouveau.

- Vous savez comment on fait pousser les ailes, madame ?

Elle l’avait dit d’une traite. Son ton transmettait son stress et son impatiente. Elle se rendit compte quelques secondes après qu’elle avait parlé bien trop vite. Et là, elle se figea. Elle espérait vraiment que la madame avait bien compris sa demande. Elle serra fort le pingouin comme pour lui faire un câlin alors que son sourire perdit légèrement comme s’effaçant. Elle paraissait néanmoins calme. Elle attendait cette fois – ci pour de bon qu’elle lui réponde. Son cœur battait toujours fort comme si il voulait se libérer de son entrave. Elle voulait tant savoir… Elle voulait simplement voler entre les nuages.


avatar



Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Raya/Freya
Vitesse de réponse : Normal


Sam 13 Juin - 19:33
Voir le profil de l'utilisateur
La cliente s'avançait vers le comptoir d'un air hésitant, mais Lewisaëlle avait l'habitude. Certaines personnes venaient ici sans réellement être sûr qu'elle pourrait faire quelque chose pour eux, sans savoir si un remède existait vraiment, ou simplement avec un problème si gênant qu'ils avaient honte de venir en parler. Il ne restait plus qu'à attendre pour découvrir dans quelle catégorie se plaçait cette jeune demoiselle, ou si elle allait inaugurer une nouvelle catégorie à elle toute seule.

-Bonjour. Êtes - vous Herboriste ?


La rouquine releva un peu plus la tête, pour essayer de se montrer moins timide et un peu plus sûre d'elle. Il était écrit sur la devanture qu'elle exerçait le métier d'herboriste et d'alchimiste, mais il arrivait encore fréquemment que lorsqu'elle accueillait quelqu'un cette personne se montre sceptique. Elle ne pouvait pas leur en vouloir, elle savait très bien qu'elle avait un visage de petite fille et un air hésitant qui ne mettait pas toujours en confiance au premier abord. Mais c'était surtout une femme organisée, calme et douce. Voilà ce qui faisait qu'on lui accordait sa confiance en la voyant travailler.

- Herboriste et alchimiste, oui.


Ce n'était pas son genre de lui répondre d'apprendre à lire sur un air méchant, comme l'aurait certainement fait son maître. Pas qu'il soit méchant, c'était juste qu'il n'appréciait pas qu'on vienne le voir sans être un minimum au courant de son travail. Lewisaëlle remarqua le joli sourire de l'inconnue, en même temps qu'elle fixait ses cheveux violets. Ils étaient étranges que magnifiques, et la rouquine préférait de loin éviter le regard de ses. interlocuteurs dès qu'elle le pouvait.
La jolie demoiselle s'approcha encore un peu, arrivant presque au niveau du comptoir, et ferma les yeux un très bref instant, ce que la guérisseuse aperçut du coin de l'oeil. Peut-être que sa demande nécessitait du courage ? Ce devait être un problème très compliqué alors, ou vraiment très gênant, et si Lewisaëlle commençait déjà à imaginer tout ce dont il pouvait s'agir, elle n'aurait jamais pensé à ce qui allait suivre.

- Vous savez comment on fait pousser les ailes, madame ?


Si l'Esper buvait quelque chose, elle se serait étouffée. Son interlocutrice était si rapide qu'elle n'était pas sûre d'avoir bien compris, mais il n'y avait que deux options. Comment faire pousser des ailes. Ou comment faire tousser des pelles. A vrai dire, même si les deux étaient particulièrement étranges, Lewisaëlle était à peu près certaine qu'il s'agissait de la première.
Mais qu'est-ce que ça voulait dire ? Pour un oiseau infirme ? Pour un humain ? Pour voler ? Pour décorer ? Pour soigner des ailes, ou pour devenir simplement plus fort ? Instinctivement elle aurait évidemment répondu non. Mais la jeune femme avait l'air d'espérer tellement une réponse positive, vu le stress de sa voix, que la rouquine avait envie de précisions.

- J'aurais besoin d'un peu plus d'explications pour vous répondre...


Soigner, c'était à peu près dans ses cordes normalement. Essayer de contrer une infirmité ? Pourquoi pas. Une malédiction, ça devenait bien plus compliqué. Mais un ajout pur et simple lui semblait impossible. Ou en tout cas très compliqué, et relevant totalement de l'expérience: c'est à dire très dangereux et potentiellement mortel.

- C'est pour un oiseau ? Il est né sans ailes, ou elles ont un problème ?


Elle commençait déjà à répertorier dans son esprit les plantes permettant une régénération accélérée, ou possédant des vertus magiques. Elle repensait à certaines formules d'alchimie, essayait d'imaginer ce que ferait son maître dans une situation pareille... Elle envisageait la possibilité d'installer de fausses ailes, tout en s'interrogeant sur la possibilité que cela fonctionne... Et surtout en se demandant pourquoi une jeune femme voudrait tant sauver un oiseau ! Si elle l'aimait tellement, elle pourrait le nourrir et non pas le pousser à voler !... Non ?




avatar


Esper

Partie IRL
Crédit avatar : deviantart et moi même
Double compte : Astrid Laventure
Vitesse de réponse : Rapide


Dim 14 Juin - 13:26
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5839-nephtys#136146
Un soupir de soulagement s’échappa de ses lèvres quand elle entendit qu’elle était bien chez une herboriste. Un sourire se dessina sur ses lèvres tout contente quand ‘elle trouvait cette dame. Ses nerfs se détendirent et son stress se calma un peu. Elle avait trouvé celle qui pourrait sûrement l’aider. Et même Alfred le lapin était soulagé que le voyage ait trouvé sa première destination. Cela faisait bien des jours qu’ils couraient après cette herboriste sans savoir vraiment le chemin à suivre. Un voyage qui ne trouvera que sa fin quand Nephtys aura franchi les cieux de ses ailes noires. Elle savait même sans avoir de confirmation que plus jamais ses ailes reprendront la couleur de ses siens.
Elle avait tué.
Et pour elle, le mal n’est qu’une mascarade aux habits fait de bonheur. Le mal se perdait dans le bien et le bien se définissait avec les couleurs du mal. Elle mélangeait le tout. Ce qui était dangereux pour elle n’est pas forcément le même danger que ressentiront les autres. Et à travers son regard un baiser peut être tout aussi maléfique qu’une claque comme une claque peut être tout aussi bénéfique qu’un baiser. Et pourtant malgré tout cela, elle savait aimer et se montrait gentille. Pourtant dans son cœur, elle aimerait revêtir ce couleur, que ses plumes soient à de nouveau pur. Si Yehadiel pouvait lui accorder cette faveur, elle croyait définitivement en lui comme par le passé.


Elle se reconcentra sur sa demande quand elle entendit les besoins de son interlocutrice. Elle voulait plus de détails et Nephtys le comprenait même si elle avait du mal à en parler. Parler de sa tragédie, de son handicap était comme parler du couteau qu’on a tourné dans la plaie d’un mourant. Elle n’aimait pas en parler de peur qu’on brise son rêve, son histoire et sa vie. Seulement aujourd’hui, elle devait lui répondre. Elle devait se dévoiler, lui expliquer son souhait.
Alors que Nephtys ouvrit la bouche pour parler, la dame parla d’un oiseau sans aile. Elle s’imaginait le petit oiseau né pour mourir sans même avoir quitter le nid… Et d’un air triste, elle se crispa.

- Oh le pauvre petit oiseau, vous avez déjà vu ça vous ? Ce serait tellement triste pour lui… De ne pas pouvoir voler, de mourir avant d’avoir vu le ciel…
Dit – elle s’en rendre compte que c’était une question.

Alfred le lapin soupira. Il la savait naïve mais il était toujours surpris par ses réactions. Il lui souffla doucement qu’il ne fallait pas s’inquiéter, qu’il n’y avait aucun oiseau sans ailes. C’était finalement qu’une supposition et Nephtys ne l’avait pas vraiment compris. Elle se ressaisit en se rendant compte de son incompréhension et s’excusa auprès de l’herboriste.

- Ce n’est pas pour un oiseau. C’est pour moi. Dit – elle en baissant la tête.

Elle était gênée et ne savait pas comment lui expliqué. Devait – elle dévoiler ses ailes et lui montrer ? Elle en n’était pas sûre. La tristesse s’était sentie dans sa voix. Elle se rappelait peu à peu sa vie dans les nuages et cette ignorance… Elle n’avait pas les mots pour lui expliquer son espoir alors Alfred le lapin lui conseilla de lui montrer. Comme toujours, elle avait le dos nu pour que ses ailes puissent se libérer à tout moment. Elle prit une grande inspiration.

- Je vais vous montrer. Je pense que cela sera mieux que des mots.

Elle redressa la tête, la regardant dans les yeux, serrant fort sa peluche contre elle comme pour se réconforter. Doucement ses ailes déchirèrent sa peau et sortir peu à peu de son dos. La natte se reposa au milieu alors que les plumes noires s’étendaient comme si elles s’étiraient après un long sommeil. Ses ailes dépassaient un peu sur les côtés mais elles étaient bien petites.

- Est – ce vous pouvez m’aider ?
Demanda – t- elle simplement avec un petit sourire plein d’espoir.


avatar



Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Raya/Freya
Vitesse de réponse : Normal


Dim 14 Juin - 19:08
Voir le profil de l'utilisateur
-Oh le pauvre petit oiseau, vous avez déjà vu ça vous ? Ce serait tellement triste pour lui… De ne pas pouvoir voler, de mourir avant d’avoir vu le ciel…

Lewisaëlle ne se serait jamais attendue à ce genre de réponse. En fait, elle avait un peu l'impression d'avoir une petite fille coincée dans un corps d'adulte en face d'elle. Comment réagir ? En tout cas, l'herboriste s'était visiblement trompée en supposant qu'il s'agissait d'un oiseau, puisque la cliente n'avait pas l'air d'avoir déjà entendu parler d'un cas pareil.

- Non, je n'ai jamais vu ce genre d'oiseau, mais ce serait vraiment triste oui...

Elle ne savait pas trop si son interlocutrice était vraiment sérieuse, et il était vrai que ça la mettait mal à l'aise. Lewisaëlle replaça nerveusement ses cheveux derrière ses oreilles, ne sachant pas vraiment quoi dire d'autre ou quoi faire. Il lui fallait vraiment des explications, que la jeune femme aux cheveux violets ne tarda pas à lui donner.

- Ce n’est pas pour un oiseau. C’est pour moi.

La rouquine haussa un sourcil surpris, prenant appui sur le comptoir pour essayer de voir si la jeune femme possédait une quelconque trace d'ailes. Rien n'était visible en tout cas. La sympathique demoiselle avait baissé la tête, sûrement un peu gênée d'avouer ainsi avoir besoin d'aide, mais Lewisaëlle avait l'habitude et tenait beaucoup au principe du secret professionnel. Quel que soit le problème, qu'elle puisse le résoudre ou non, elle ne dirait rien.

-Je vais vous montrer. Je pense que cela sera mieux que des mots.


La rouquine sentit les yeux de la patiente potentielle se river dans les siens, ce qui eut pour effet de la faire détourner le regard à toute vitesse, trop timide pour soutenir un tel échange. Elle remarqua alors l'espèce de.... Chose ? Que la jeune femme serrait contre elle, sans en comprendre vraiment la nature.
Ce fut à ce moment qu'un mouvement attira son attention. Quelque chose de noir dépassait sur les côtés, certainement des ailes. Mais si cette jeune femme était déjà ailée, pourquoi vouloir faire pousser des ailes ? Lewisaëlle ne savait pas trop quoi en penser, mais la femme en face semblait quant à elle pressée d'en savoir plus.

-Est – ce que vous pouvez m’aider ?


Impossible de répondre à cette question. La rouquine se tortillait les mains d'un air gêné, à la fois avide d'en savoir plus et incapable de comprendre réellement les attentes de la " patiente ". Prenant une grande inspiration en essayant tout de même d'être discrète, l'herboriste contourna le comptoir trop grand qui les séparaient jusqu'alors, et se plaça dans le dos de l'autre femme.
Les ailes étaient belles, mais noires. Lorsqu'elle parlait de faire pousser des ailes, que voulait-elle dire ? Remplacer celles là par des ailes d'anges, blanches, grandes ? Ou les transformer ? Autre question: cette jeune femme était-elle une ange ? La couleur ne correspondait pas, certes, et la taille non plus. Mais quelles autres races seraient dotées de ce genre d'attributs ?
La rouquine tendit une main timide vers les plumes sans oser les toucher, et finit par laisser tomber son bras, honteuse d'avoir pensé à toucher les ailes sans le demander d'abord à leur porteuse.

- Je n'ai jamais vu quelqu'un comme vous.


Ça au moins, c'était une certitude. Lewisaëlle rougit, espérant que sa phrase serait bien interprétée. Ce n'était pas une moquerie ( avec sa voix douce c'était impossible de l'imaginer se moquer de qui que ce soit...), il s'agissait juste d'une simple constatation. Et aussi un petit peu de l'expression de son impuissance. Elle pouvait peut-être faire quelque chose, mais que voulait cette femme ?

- Je peux peut-être vous aider, mais le problème est que je ne comprends pas ce que vous voulez.


Elle prit une grande inspiration, sans quitter des yeux les deux petites ailes noires devant elle. C'étaient effectivement des ailes d'ange, mais plus petites et noires. Noires ça voulait sûrement évoquer quelque chose, mais Lewisaëlle ne voyait pas quoi. Le deuil peut-être ? Elle ignorait la possibilité qu'un ange puisse être déchu, puisqu'ayant toujours vécu sur Terre elle en avait très rarement croisé.

- Vous voulez quelles changent d'apparence ? Ou quelles changent réellement ? Ou vous voulez en faire pousser d'autres, peut-être ?

A vrai dire, cette fille avait l'air si bizarre de que l'herboriste ne voulait oublier aucune possibilité.

- Elles ont toujours été comme ça ?


La possibilité d'un genre de malédiction à inverser n'était pas à bannir non plus.




avatar


Esper

Partie IRL
Crédit avatar : deviantart et moi même
Double compte : Astrid Laventure
Vitesse de réponse : Rapide


Lun 15 Juin - 19:34
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5839-nephtys#136146
Sa phrase fut comme un écho dans sa tête. Elle n’y avait pas prêté attention comme si ces mots étaient un simple murmure se perdant dans l’immensité de la pièce. Elle aurait pu réagir que ce soit pour se vexer ou bien la réconforter sur le fait qu’elle s’en doutait mais à aucun moment ne réagit à sa remarque. Nephtys savait que les êtres comme elle étaient encore plus rares que les anges sur Terre. Elle ne s’en plaignait pas car si ils savaient, beaucoup voudrait sa mort ou même aurait peur d’elle. Un démon originel reniait par Yehadiel, le dieu de la vie, son créateur. Beaucoup voyait cela comme une malédiction. Nephtys n’avait pourtant pas choisi de naitre comme cela, différente. Elle croyait en lui comme le seul dieu existant dans ce monde. Et son éducation tanguait vers ses louanges. Elle ne voulait pas chuter sur cette terre bannie par les siens, par ce dieu qui paraissait si juste.
Devait – elle lui expliquer la couleur de ses ailes ? Devait – elle lui raconter sa triste vie dans les cieux ? Ou simplement aller au bout de sa demande ? Elle réfléchissait silencieusement à ces possibilités. Elle n’aimait décidément pas parler d’elle et de ses ailes.

L’herboriste s’était approché d’elle pour mieux voir ses ailes, pour peut-être les examiner. Elle se mit derrière comme si elle voulait admirer ses ailes. Nephtys se crispa. Elle avait horreur qu’on lui touche les ailes. Nephtys se crispa tremblant légèrement comme si elle sentait le geste de l’herboriste. Un geste en proie à une hésitation. Elle voulait toucher ses plumes noires comme attirer par eux. Elle le sentait. C’était une réaction qu’elle avait longtemps côtoyé. Ses ailes intriguaient. Ses ailes s’animèrent légèrement comme pour éviter d’être touché. C’était un réflexe.

Nephtys ne reprocha en rien sa tentative. Elle n’y avait finalement pas touché et cela la rassurait. Nephtys se détendit, tout en ne bougeant pas. La dame lui avoua ne pas comprendre sa demande. Nephtys avait un regard triste en entendant cela. Ne voyait- elle pas qu’elles étaient petites ? Que leur taille ne lui permettait pas de voler ? Et en réfléchissant, elle se rendit compte qu’elle n’a sûrement pas été assez claire et s’en voulait de ce manque de précision.
Elle souffla comme pour se détendre un peu plus. Sigmond dormait toujours même si son aile bougeait doucement quelques fois.

- Je veux…. Se tût un instant, hésitante. Je veux qu’elles grandissent pour avoir une taille normale… Pouvez – vous m’aider ?

Elle posa ensuite des questions pour mieux comprendre. N’avait – elle pas entendu sa phrase ? Nephtys se demanda même si elle n’avait pas parlé trop vite, encore une fois. Puis en y pensant, elle se rendit compte qu’elle demandait des précisions. Elle voulait simplement en savoir plus.

- La couleur ne peut être changée, c’est la marque de mon bannissement. Dit – elle avec une certaine honte qui se retentissait dans sa voix.

Elle refusait de rentrer dans les détails, même si l’herboriste lui poserait des questions à ce sujet. Son cœur était déchiré par cette vie et la folie naquit dans son esprit pour éviter une chute bien plus violente. Elle n’était pas prête à en parler, à se souvenir de ce tragique épisode de sa vie. Sa folie était cette amie de tous les épreuves, frivole et pourtant si réconfortante. Sa folie avait pris le nom de Nephtys et la protégeait de cette douleur indescriptible qui avait gangréné son corps et son esprit.

Et pour ne pas y penser, elle caressa son ami qui s’éveilla en couinant. Sigmond jeta un regard à Nephtys puis à la femme avant de se retourner dans les bras de son amie. Il avait un peu peur d’elle et n’aimait absolument pas le manque de lumière.

- Je ne veux pas en changer. Je veux qu’elles grandissent…. Je veux voler ! Finit – elle par dire sur un élan d’espoir.

Ses ailes bougeaient comme si elles titillaient par quelques chatouillis que le regard de l’herboriste créait en posant ses yeux dessus. C’était psychologique comme si quelqu’un parlait de se gratter ou se gratter avait un effet de contagions sur nous. Nephtys se rendit compte un peu trop tard qu’elle s’était répétée. Seulement, elle ne pouvait pas s’en empêcher. Elle voulait tant voler qu’elle était prête à tout pour réussir. A sa dernière question, un sentiment de tristesse, de colère et déception se mêlèrent dans la gorge de notre ange déchu. Elle déglutit avant de parler qui elle essayait de faire tous ces sentiments comme une pilule mal avalée.


- Non, elles étaient plus petites dans mon enfance. Cependant grâce à un mage qui a raté sa tentative, elles ont pris cette taille-là.



Entre le torse et le bras, Sigmond observa l’herboriste avec méfiance. Il était prêt à la pincer si elle touche aux ailes de son amie. Quant à Nephtys, elle ne rentra pas dans les détails. Elle ne voulait vraiment pas en parler. Son cœur se serra rien qu’à l’idée de dévoiler sa condamnation même avant d’être née dans tous les détails. Elle était certaine de ne pas s’en sortir indemne. Après tout, elle ne la connaissait pas.

- Aidez – moi…. S’il vous plait….
Dit – elle en se retournant pour se retrouver face à l’herboriste.


avatar



Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Raya/Freya
Vitesse de réponse : Normal


Lun 15 Juin - 22:09
Voir le profil de l'utilisateur
-La couleur ne peut être changée, c’est la marque de mon bannissement. 

Il aurait été impossible de ne pas sentir la honte dans la voix de la jeune femme, et Lewisaëlle décida donc de ne pas poser plus de questions. Après tout, elle n'était pas réellement sûre de vouloir savoir ce que pouvait faire un ange pour être banni, et elle doutait que son interlocutrice ait envie de s'étendre à ce sujet. Mieux valait juste garder en mémoire cette information et passer à la suite.
Un léger couinement sortit l'herboriste de ses pensées, et elle tourna vivement la tête en direction du bruit pour apercevoir que la créature non-identifiée qui dormait dans les bras de la cliente était en fait vivante, et qu'elle la regardait avec un peu mauvais qui ne rassurait pas la rouquine. Elle détourna le regard pour se concentrer à nouveau sur les deux ailes noires au coeur du problème.

- Je ne veux pas en changer. Je veux qu’elles grandissent…. Je veux voler ! 


Voilà donc le problème: ces ailes étaient trop petites pour permettre à la jeune fille de voler, et c'était pour ça qu'elle souhaitait leur changement. Mais comment était-elle venue jusqu'ici depuis Ciel, si elle ne pouvait pas voler ? Lewisaëlle ne savait pas trop, et sentait surtout que la question n'était pas judicieuse. Elle préféra alors demander si cette situation avait évoluée depuis la naissance de l'ange déchu, ce qui était bien plus utile au diagnostic que des questions pratiques de déplacement.

-Non, elle était plus petite dans mon enfance. Cependant grâce à un mage qui a raté sa tentative, elles ont pris cette taille-là. 


Un mage et une tentative ratée ? Voilà qui méritait d'être creusé, non ? Bon, si un mage avait réussi à les faire grandir même en ratant sa tentative cela montrait bien qu'il y avait toujours en l'espoir pour cette jeune fille, voilà ce qui était positif !
Lewisaëlle sentait néanmoins le regard inquisiteur de la créature qui continuait à être fixé sur elle. Cela commençait vraiment à la mettre mal à l'aise, et lui donnait même envie de reculer pour s'éloigner des ailes de la patiente potentielle. Peut-être même qu'elle allait...

-Aidez – moi…. S’il vous plait….


L'ange s'était retournée pour lui faire face. Lewi avait vraiment envie de l'aider, mais voir cet air plein d'espoir, entendre tant d'attente dans sa voix... Elle craignait de ne pas être à la hauteur...
L'herboriste choisit de retourner du côté professionnel du comptoir. Elle sortit d'un petit tiroir un carnet et de quoi écrire, l'ouvrit à une page vierge, et commença à dessiner. Son dessin prit rapidement la forme des petites ailes de la patiente, qu'elle annota avec une approximation de leur taille.

- Je ne vous cacherai pas que les anges ne sont pas ma spécialité...


Elle bougea la tête de droite à gauche pour dégager son visage caché par ses cheveux roux. Fixant le papier qui se trouvait entre elles deux, elle jouait d'un air nerveux et concentré avec ce qui lui servait à écrire.

- Mais, je pense qu'il y a un espoir. Combien de centimètres vous manquent pour pouvoir voler ?

Elle entama un deuxième schéma à côté de son dessin, pour représenter ce qui devrait ressembler à la structure osseuse d'ailes d'anges.

- Il faudrait allonger cette partie je suppose, puisque le reste a l'air d'être d'une taille normale...
Dit-elle en montrant une partie du croquis.

Lewisaëlle se gratta le menton, réfléchissant déjà à un certain nombre en plantes et autres ingrédients qui pourraient avoir quelques vertus utiles dans ce cas là. Elle continua à annoter son dessin, avec quelques noms scientifiques, mais aussi avec quelques remarques, tout en marmonnant pour elle même.

- Il ne faudrait pas quelque chose qui se boive, ce serait trop difficile de cibler l'effet... Plutôt une pommade... Hmmm...


D'autres considérations devaient entrer en compte pour mettre au point quoi que ce soit, mais l'herboriste avait déjà quelques certitudes qu'il était nécessaire de partager avec l'ange.

- Si j'ai quoi que ce soit à vous proposer, vous devez être consciente qu'il s'agirait d'une sorte d'expérience... Je n'ai jamais fait ça avant et... Il n'y a pas de potions toutes prêtes pour ce genre de choses, il faudrait faire des essais...




avatar


Esper

Partie IRL
Crédit avatar : deviantart et moi même
Double compte : Astrid Laventure
Vitesse de réponse : Rapide


Mar 16 Juin - 20:37
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5839-nephtys#136146
Nephtys écoutait avec attention chaque mot que l’herboriste pouvait dire comme si elle détenait le savoir absolu sur son problème. Sigmond quant à lui, il resta toujours à la regarder de ses petits yeux noirs. Il ne lâchait pas du regard se retournant même pour mieux voir. Il l’examinait se demandant quel nom pouvait – elle bien porter.
Il couina comme si il voulait poser la question. Nephtys posa sa main sur son ventre comme pour lui dire de se taire. Le pingouin leva les yeux vers elle, avec un peu d’étincelle dans le regard avant de se blottir contre son torse. Il était bien dans ses bras comme dans un nid bien chaud. Cependant, il ne perdait pas de vue l’herboriste. Son regard pouvait être oppressant mais il s’en fichait. Il voulait juste la surveiller comme un preux chevalier, prêt à pincer la vile femme. Nephtys ne le laissera sûrement pas faire. Elle ne voulait pas que la femme souffre de ce pincement.

Nephtys n’avait pas bouger. Ses ailes étaient moins crispées comme si elles savaient que la femme ne s’en rapprochera plus. Elles bougeaient de temps en temps par des petits gestes mais cela restait très discret. Nephtys parut déçue quand elle entendit que les anges n’étaient pas sa spécialité… C’était simplement qu’aux yeux du monde, elle ne l’était plus. Et elle savait qu’elle ne le sera jamais plus.
Et même dans les cieux, son handicap était la spécialité de personne. Yehadiel n’a jamais fait cette erreur auparavant. Nephtys était la première et sera sûrement la dernière à avoir eu des petites ailes à la naissance, c’est du moins ce qu’elle croyait.

Elle demanda ensuite combien de centimètre fallait – il à Nephtys pour avoir des ailes que lui permettrait de voler… Elle ne savait pas. Elle ne s’était jamais posé la question. Et pourtant, elle réfléchissait. Elle voulait avoir une réponse qui lui était satisfaisante et qui pourrait l’aider. Si elle pouvait, elle demanderait à ses frères. Elle aurait pu mesurer leurs ailes pour savoir. Elle ne cessa pas sa réflexion tardant à lui répondre. Ses yeux l’examinèrent pour comprendre ce qu’elle faisait, à quoi elle pensait. Elle louchait un peu pour voir ce qu’elle dessinait. Elle prenait des notes et Nephtys se demandait pourquoi tout en entendant Alfred, le lapin dire : « Elle étudie tes ailes pour trouver une solution. »
Elle accepta la remarque du petit lapin et ne fit aucune remarque sur le dessin. Si cela pouvait l’aider pourquoi refuser…

- Euh… Euh…

Elle hésitait à répondre. Pour les anges, c’était normal d’avoir cette taille donc peut être qu’ils ne se sont jamais posés la question sur leur taille.

- Euh… Je ne me suis jamais posée la question. Je ne sais pas pour tout vous dire. J’aurais aimé l’avoir mais…
Se tut – elle un instant comme honteuse de l’ignorer. Je sais qu’elles sont grandes, c’est tout.

Elle pensait qu’il était simple de savoir la taille des ailes pour voler mais à priori non. Sigmond se pencha vers le cahier pour lui aussi observé ce qu’elle faisait. Il était très curieux. Nephtys le prit de ses deux mains pour l’aider et puis que le pingouin fut satisfait, il recula pour retourner dans les bras de son amie. Il couina une fois comme pour dire quelques choses puis se cala bien contre Nephtys et regarda l’herboriste faire. Elle se demandait si elle pouvait savoir la taille d’une aile d’ange ou si elle pouvait le découvrir.

Elle lui montrait une partie du croquis tout en lui disant qu’il faudrait sûrement agrandir cette partie. Nephtys ne faisait qu’observer. Elle ne savait pas où cela pouvait la mener. Je voulais juste voler au milieu des nuages, se sentir libre, voir le monde au milieu de la nuit, effleurer la lune de ses doigts, offrir un sourire intime au soleil. Elle voulait juste cela et pourtant au fil de sa vie, cela paraissait trop demander au destin.
Et dans un sursaut d’espoir, elle tenta quand même.

Elle ne répondit donc pas à sa phrase écoutant la suite. Elle était comme cet animal empaillé dans la vitrine d’un homme riche, une attraction pour la science ou pour la magie… Certainement pas une simple décoration mais le sentiment qu’elle ressentait, s’en rapprochait beaucoup. Elle souffla. Sigmond s’inquiéta.
L’herboriste parlait d’expérience… Nephtys pensait au cobaye… Etait- elle un cobaye ? Et puis elle se rendit compte qu’elle devait forcément passer par là pour réussir dans son projet.

- J’en suis consciente… Souffla – t- elle comme si elle se résignait à servir dans des tests odieux.


Et puis, elle fronça les sourcils quand le mot « essais » retentit dans son esprit. Ou voulait – elle en venir.

- Des essais ? Des essais sur moi ? Sur mes ailes ? Et si vos essais me les détruisent ?

L’inquiétude s’empara de Nephtys qui commençait un peu à paniquer à cette idée. Elle était prête à beaucoup mais pas à les perdre définitivement.


avatar



Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Raya/Freya
Vitesse de réponse : Normal


Mar 16 Juin - 21:29
Voir le profil de l'utilisateur
La jeune fille n'avait vraiment pas l'air de savoir ce qu'elle voulait, au final. Elle voulait voler, certes, mais ne semblait pas posséder la moindre indication technique sur les ailes qu'elle souhaitait: ni leur taille, ni même leur composition exacte. Lewisaëlle s'attendait, après avoir montré le croquis, à avoir une réponse, un avis, une remarque, mais ça ne semblait pas du ressort de la patiente. Dommage. Il serait tellement plus facile d'avancer dans la résolution du problème si cette femme y avait réfléchi un peu avant ! Ou en tout cas, en pensant à d'autres détails que " je veux voler".
L'espèce de créature non-identifiée que semblait correspondre à ce que l'on nommait " pingouin" avait l'air quant à elle très intéressée par les dessins et les paroles de l'herboriste. Cette dernière trouvait ses regards autant que ses couinements assez désagréables, puisqu'ils sonnaient à ses oreilles comme un air de reproche. Faisait-elle quelque chose mal ? Elle espérait que non, elle voulait de tout coeur aider cette ange.

-J’en suis consciente...


La rouquine ne parvenait pas à saisir exactement le ton de son interlocutrice. Déçue de ne pas pouvoir être soignée tout de suite ? Apeurée à l'idée de devoir faire des tests ? Résignée peut-être ? En tout cas Lewisaëlle n'appréciait pas vraiment cet état d'esprit: elle ne voulait effrayer personne.

- Des essais ? Des essais sur moi ? Sur mes ailes ? Et si vos essais me les détruisent ? 

Lewisaëlle ne put pas s'empêcher de répondre au quart de tour. S'il lui paraissait évident que oui, les essais se dérouleraient sur elle, elle pensait plutôt à vérifier l'utilité d'un produit que sa dangerosité. Elle ne souhaitait blesser personne et avait tout de même une bonne connaissance de son métier, après plus de quatorze années d'apprentissage !

- Les détruire ? Oh non !


Lewisaëlle avait l'air aussi paniquée que si on parlait de détruire quelque chose lui appartenant directement. Elle n'avait jamais voulu effrayer la jeune femme à la peluche, et se rendait compte un peu tard que ses mots pouvaient avoir une certaine connotation péjorative totalement imprévue. Un essai ne signifiait pas tester des choses totalement au hasard ! C'était plutôt explorer plusieurs pistes à la recherche de la bonne plante, ou de la bonne combinaison. Rien de nocif ne pourrait faire pousser ses ailes, c'était évident.

- Ça ne pourrait pas vous les détruire, tout simplement parce que l'on cherche à les agrandir, pas à les rétrécir. Ça risque d'être douloureux, ou de ne pas fonctionner, ou peut-être de faire pousser vos plumes sans agrandir vos ailes, mais jamais de les faire disparaître !

Ça au moins c'était certain. Les anges n'étaient de toute façon pas sensibles aux poisons, et Lewisaëlle peinait à imaginer un quelconque effet secondaire qui pourrait se montrer réellement dangereux pour les ailes de la patiente.

- Certains herboristes n'hésitent pas à utiliser des plantes dangereuses, à la recherche d'un effet particulier, et à annihiler leurs mauvaises propriétés par d'autres plantes. Mais ce n'est pas ma méthode, je trouve ça trop dangereux.

Ils créaient ainsi un grand nombre d'effets indésirables potentiellement mortels, parce qu'ils n'avaient au final pas une grande considération pour leurs patients. Mais la rouquine n'était pas comme ça. Elle ne souhaitait le malheur de personne, et c'était pour cela en partie qu'elle avait développé son don de toucher apaisant: la douleur des autres lui était particulièrement insupportable.

- En fait, d'instinct, je pense qu'il faudrait un genre d'onguent à appliquer sur vos ailes pendant une longue période, et qui aurait un effet progressivement... Je ne pense pas pouvoir obtenir quelque chose d'instantané, ou en tout cas pas toute seule.




avatar


Esper

Partie IRL
Crédit avatar : deviantart et moi même
Double compte : Astrid Laventure
Vitesse de réponse : Rapide


Mer 17 Juin - 18:06
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5839-nephtys#136146
Cette histoire prenait une tournure emplis d’inquiétude dans son esprit. Elle ne connaissait pas vraiment cet herboriste et donc ne connaissait pas ses intentions. Oui, elle va l’aider mais comment ? Et le fait de se voir en cobaye ne rassurait pas Nephtys. Sigmond le sentait bien. Il se retourna se mettant debout sur les mains de son amie en levant la tête pour la regarder. Il couinait triste de la voir ainsi. Ses ailes se recroquevillaient comme accablé par cette vision de douleur. Sigmond ne supportait pas cela. Nephtys ne faisait pas attention à ce pingouin qui sauta à terre. Il marcha en direction de l’herboriste en dandinant son petit fessier. De sa toute petite hauteur, il leva la tête vers la femme en posant son aile sur sa jambe. Il la questionnait de son regard sans se rendre compte que l’herboriste ne comprendra pas ses questions.

- Vous pouvez m’assurer que vous ne les détruisiez pas ? Et comment pouvez – vous m’assurer cela ?


Nephtys voulait une preuve et elle la demandait avec une certaine maturité dans sa voix. C’était si l’enfant qui sommeillait en elle s’était endormie pour laisser la place à la reflexion. Dans sa stature tout montrait une adulte consciente de la discussion ne marchant plus dans la rêverie de voler mais dans la possibilité réel de voler. Elle aurait pu finalement se présentait sous le nom de Liora car même Alfred le lapin avait disparu. L’optique de voir ses ailes disparaitre avait réveillé la vraie personnalité de Nephtys, celle qui sommeillait derrière le visage de Nephtys.
Sigmond en avait conscience mais ne s’inquiétait pas pour autant. Liora est Nephtys et Nephtys est Liora. Et toutes les deux aiment beaucoup ce petit pingouin.

Nephtys resta donc droite, croisant les bras attendant qu’elle lui réponde. L’herboriste avait pourtant expliqué sa façon de procédé. Elle n’était pas une personne qui ferait volontairement du mal ou bien qui utiliserait que des produits sans risque. Nephtys comprenait bien qu’elle s’y connaissait et que cela pouvait faire mal. Elle avait déjà vécu une épreuve de la sorte et la douleur fut violente.

- Et comment savoir quand il est bon d’arrêter de les faire grandir ? Une pommade peut – elle être dosée pour que l’effet soit calculé ? Dit – elle sérieusement tout en réfléchissant à cette possibilité.


Elle n’avait pas peur de la douleur. Elle avait à souffert déjà trop de fois pour en avoir peur. De moins quand c’était la personnalité de Liora qui commandait ce corps. Nephtys était une personne qui en avait peur car avoir « bobo », c’était horrible à ses yeux. Les deux personnalités étaient si différentes et pourtant si complémentaire.

- Avez – vous encore besoin d’observer mes ailes ? Demanda – t- elle avec un léger sourire.

Nephtys était crispée à force qu’on l’observait. Elle n’aimait pas vraiment cela et ça se sentait dans son regard. Elle était gentille dans ses mots même si ce n’était plus vraiment la même personne. Il fallait une adulte pour gérer cela alors Liora avait décidé de prendre les choses en mains. Et elle se rendait compte que si son rêve se réaliserait, elle serait libre d’être-elle enfin… D’affronter ce monde avec courage sans se cacher derrière cette entité enfantine. L’idée lui plaisait.
Et elle se demandait si cette femme avait la capacité de réussir. Quant à Sigmond, il était toujours là, toujours à la même place, son aile sur ce mollet. Il couina pour qu’on le remarque. Il n’aimait pas être ignoré.


Un petit pingouin sait voler. Il n’est pas à confondre avec le manchot comme tout le monde a tendance à la faire. Et le pouvoir de Nephtys se résumait à ça : Toutes les peluches qui prenaient vie, se réveillait avec les capacités de l’animal qu’il représentait. Sigmond était un petit pingouin donc il sait voler.
Agacé par ce manque d’intérêt, il commença à agiter ses ailes et vola pour se retrouver en face de l’herboriste. Il lui en voulait de l’avoir ignoré et lui pinçait
le nez enfin tenta car Nephtys l’attrapa de justesse et l’entoura de ses bras.

- Il ne faut pas faire cela. Elle ne t’a pas vu. Dit Nephtys à ce petit pingouin.

Sigmond prit une mine vexé et tira la langue à l’herboriste. Nephtys était amusée par ce comportement et cela la relaxait.



avatar



Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Raya/Freya
Vitesse de réponse : Normal


Ven 19 Juin - 23:04
Voir le profil de l'utilisateur
- Vous pouvez m’assurer que vous ne les détruisiez pas ? Et comment pouvez – vous m’assurer cela ?

Lewisaëlle comprenait le doute que la jeune femme pouvait émettre. Il était tout à fait légitime de s'inquiéter de ce genre de choses, mais elle ne pouvait rien lui dire de plus. Ce qu'elle avait déjà expliqué au sujet de sa méthode lui paraissait largement suffisant pour justifier de sa bonne foi. Il faudrait que l'ange fasse avec.

-Et comment savoir quand il est bon d’arrêter de les faire grandir ? Une pommade peut – elle être dosée pour que l’effet soit calculé ? 


La voix, ou du moins le ton de la jeune femme avait changé. Elle semblait être beaucoup plus pensive, et la rouquine peinait à reconnaître en elle l'ange qui lui avait parlé de l'oiseau sans ailes un peu plus tôt. Cette discussion prenait un tournant beaucoup plus sérieux, et finalement ce n'était pas pour déplaire à la guérisseuse. Il était bien plus facile de traiter avec des adultes qu'avec des enfants. En ce qui concernait ses questions... C'était elle qui voulait faire grandir ses ailes, pas l'herboriste, et elle n'avait donc aucune idée de la taille qu'il était bon d'atteindre ! Ce serait à elle de décider de ce qu'elle voulait, car Lewisaëlle n'était que le moyen de l'obtenir. La seule réponse qu'elle pouvait lui offrir concernait la pommade.

- Je ne sais pas quelle taille il faut à un ange pour voler. Je peux juste tenter de faire grandir vos ailes, ce sera à vous de définir ce que vous voulez. En ce qui concerne la pommade... Ça ne se dose pas pour fonctionner jusqu'à une certaine taille et s'arrêter ensuite. C'est l'application qu'il faut doser: la dose de pommade, la fréquence d'application... Ce genre de choses. Et si vous arrêtez d'en mettre, l'effet s'arrêtera logiquement.


Et c'était quand même très pratique lorsque l'on craignait les effets secondaires comme cette femme avait l'air de le faire. L'herboriste s'approcha de son carnet, et écrivit à côté du dessin et du croquis que l'ange avait l'air de craindre des effets de la pommade et qu'il serait bon de lui demander si elle était allergique à quelque chose. Un ange pouvait-il être allergique ? Lewisaëlle n'était pas sûre, elle n'avait jamais posé la question de toute façon, et il valait mieux se renseigner. Elle réfléchissait à ce qu'il faudrait qu'elle demande d'autre lorsque la voix de son interlocutrice la ramena à la réalité.

-Avez – vous encore besoin d’observer mes ailes ?

L'ange semblait avoir retrouvé le sourire. La rouquine essaya alors de le lui rendre, mais il s'agissait surtout d'une courbure de bouche timide, accompagné de son regard bleu clair hésitant. Avait-elle encore besoin de les observer ? Pour le projet d'agrandissement non. Mais d'un point de vue scientifique, c'était si passionnant qu'elle aurait pu les regarder pendant des heures, et poser un million de question. Elle était cependant bien trop polie et timide pour insinuer que sa patiente était un phénomène de foire, et elle se contenta de quelques mots de sa voix douce et d'un mouvement de tête.

- Non, ça devrait aller.


Elle sentait que l'ange n'avait pas l'air très heureuse de sentir un regard aussi appuyé sur cette partie de son anatomie de toute façon, et ne souhaitait pas la mettre mal à l'aise. C'était loin d'être son but.
Un couinement la surprit, et Lewisaëlle tourna sa tête à droite et à gauche à la recherche de l'origine du bruit. Elle ne remarqua absolument pas la petite créature qui appuyait sa patte contre son mollet, croyant ne sentir que sa robe et ne s'attendant pas à trouver qui que ce soit par ici. A vrai dire, elle était tellement concentrée dans son diagnostic qu'elle n'avait pas remarqué la disparition de la peluche des bras de la cliente.
Et elle le vit. Alors qu'elle tournait à nouveau la tête, bouche ouverte comme pour commencer une phrase à l'attention de l'ange, une étrange créature qui devait correspondre à ce que l'on nommait un pingouin était apparue juste devant son visage. Lewisaëlle ne put pas retenir un petit cri aigu, mélange de surprise et de peur en voyant l'animal se rapprocher dangereusement de son visage. Heureusement, sa " maîtresse" le rattrapa et l'empêcha de faire une bêtise.

- Il ne faut pas faire cela. Elle ne t’a pas vu.

Le pingouin tira la langue à l'herboriste tout en retrouvant sa place dans les bras de l'ange. C'était une situation aussi bizarre qu'effrayante pour Lewi, qui n'avait pas vraiment l'habitude de se faire attaquer par des peluches en forme d'animaux dans sa boutique. En vérité, la nature même de cette créature était un mystère pour elle.

- Qu'est-ce que... Qu'est-ce... Qu'est-ce que c'est ?


Elle se frotta doucement ses yeux bleus, reculant du comptoir comme pour mettre le plus de distance entre elle et son potentiel agresseur. Elle ne comprenait absolument pas ce qui avait failli lui arriver.

- J'ai fait quelque chose... Quelque chose de mal ?


Elle sentait qu'elle avait du mal à contrôler sa douce voix, habituellement si tranquille, à cause de la peur.




avatar


Esper

Partie IRL
Crédit avatar : deviantart et moi même
Double compte : Astrid Laventure
Vitesse de réponse : Rapide


Mar 23 Juin - 17:40
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5839-nephtys#136146
Liora se souvient … A force de rester éveiller, ses souvenirs qui sont si douloureux à son cœur s’animaient dans son esprit pour ne laisser qu’un goût amer au fond de sa gorge. Elle paraissait soudainement triste quand on regardait dans ses pupilles.
Elle se retrouvait dans sa chambre, devant la grande fenêtre qui fut un temps sa seule vision du monde, Liora avait prié ce dieu si parfait, si vivant. Elle murmura doucement: « J’aimerais tant être comme ceux qui me côtoient, ne pas être ce monstre qui anime tant vos cœurs. Je veux être cet ange de passion, de paix et de liberté. Pourquoi tant me le refuser, tant me l’enlever, tant m’enfermer dans cette perfection que je n’ai pas ? »
Et dans sa chute des plus terrifiante, son cœur se serra alors que son corps se transforma en démon, elle pleura recroquevillée dans cette forêt : « Ne m’abandonnez pas, je vous en supplie… Que ce dieu qui m’a créé me laisse le droit de ne pas sombrer. » Et la folie prit vie tout doucement comme une graine qui deviennait un arbre à l’écorce noir. Et de cet arbre qui prit terre dans son corps, dont les branches rampant dans ses entrailles faisaient naitre cette démence en laissant éclore des fleurs remplis d’une douleur silencieuse. Et cette aliénation était le mal alors Nephtys nait de ce temps serait le bien protecteur de cette âme meurtrie.


Liora folle mais si mature, si présente dans ce cœur qui avait longtemps été habité par Nephtys restait figée devant cette femme qui soufflait sa peur envers un pingouin en peluche. Et même si Nephtys aurait tenté de montrer qu’il n’ait qu’un ami qu’on peut chérir, Liora savait que ce n’était pas un être vivant mais une entité qu’elle peut animer. Là où Liora ne voyait que de la magie, Nephtys ne voyait que de la vie. Et si dans un instant des plus sérieux, Liora sera dur dans ses mots. Elle n’oubliera jamais que ce pingouin fut une lumière dans la noirceur qu’il l’a fait tant chuter. Et son attachement sera aussi indélébile qu’est celui de Nephtys envers Sigmond.

- Votre peur est déraisonnable. Ce qu’une peluche, elle est aussi dangereuse qu’un chiffon. Dit – elle calmement alors que le pingouin s’offusquait.

Elle agita la main et l’endormit, le rendant inerte.

- Vous voulez le toucher ou le prendre entre vos mains ? Il ne vous fera rien.


Et pourtant si on savait à quel point, elle pourrait tuer si on venait à le déchirer… On n’oserait sûrement pas à le prendre dans les mains ou à tenter quoique ce soit de risquer pour la peluche. Et il en valait de même pour ses ailes. Des ailes qu’elle aimait voir battre et qu’elle espérait tant voir grandir. Elle serait prête à la tuer si par malheur, elle les détruisait. Tenait – elle à sa vie ? D’ailleurs sans que l’herboriste ne le remarque, ses ailes s’étaient déjà réfugier sous sa peau comme pour se cacher du monde. Elle n’était plus crispée et bien plus détendu qu’avant. Le fait de « ranger » ses ailes étaient comme une délivrance du poids de ses yeux dessus.

- Vous n’avez rien fait du mal. Il ne comprend juste pas comment on ne peut le voir. Rien de bien inquiétant.


Une fois cela dit, elle renchérira sur le sujet dont elles parlaient plutôt. C’était bien plus important qu’une histoire de peluche à ses yeux. Nephtys aurait bien voulu crier qu’elle n’était pas d’accord avec cela mais elle ne put pas.

- Concernant vos idées, vos ébauches de solutions, je dois réfléchir à quelle solution est le mieux pour moi. Et de toute manière, tant que je ne connaitrais pas la taille minimum pour voler tout test sera vaine perdu. Dit – elle toujours aussi calmement.

Elle réfléchissait à comment découvrir cette donnée pour aller au bout des choses, et trouvait une solution à son projet. L’herboriste avait raison. C’était une donnée des plus importantes. Et elle se demandait comment avoir cette donnée sans pour autant rencontrer un ange. Elle n’était plus un ange, ce qui Liora savait mais ce que Nephtys ne savait pas et pensait toujours en être un. La réalité et la vision d’une enfant qui croyait que tout était possible se mélangeaient dans le corps de notre ange déchu.

- Je vous propose qu’on se revoit un autre jour quand j’aurais trouvé l’information qui nous manque. Qu’en pensez-vous ?


Elle savait qu’elle risquait de mettre du temps à découvrir cette information surtout car elle ne savait pas comment faire. Ses yeux fixaient toujours cette femme dont le nom lui échappait toujours.

- Tiens, je viens de me rendre compte que je ne connais toujours pas votre nom. Je me nomme Nephtys et vous ?

Elle s’était présentée sous l’identité que ce monde connait depuis plus de 100 ans et cela changera qui si elle retrouve son identité dans ce chaos qu’est son esprit. Et elle savait que cela allait mettre beaucoup de temps. Cependant, elle était prête à réussir, à ressortir de cette noirceur qui la hantait tant.


avatar



Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Raya/Freya
Vitesse de réponse : Normal


Mar 23 Juin - 21:49
Voir le profil de l'utilisateur
- Votre peur est déraisonnable. Ce qu’une peluche, elle est aussi dangereuse qu’un chiffon.

Le pingouin n'avait pas l'air vraiment d'accord, et rien que le fait qu'il s'agite tout seul démontrait à Lewisaëlle qu'il ne ressemblait pas à la peluche qu'elle avait lorsqu'elle était plus jeune. Elle avait le vague souvenir d'une poupée de chiffon qu'elle avait promené partout lorsqu'elle était petite, puis abandonnée à peu près au début de son apprentissage. Une poupée qui ne bougeait pas, n'avait pas de sentiment, et n'allait pas voler devant le nez des inconnus. Toutes ses différences faisaient paraître, aux yeux de la rouquine, sa peur comme étant tout à fait justifiée. L'ange agita alors une main et le pingouin sembla enfin ressembler véritablement à une peluche: inanimée.

- Vous voulez le toucher ou le prendre entre vos mains ? Il ne vous fera rien. 


Lewisaëlle rougit, se rapprochant pour retrouver sa place antérieure plus proche du comptoir. Elle avait bien compris que la peluche bizarre n'avait pas l'air très dangereuse, mais ça ne lui donnait tout de même pas envie d'aller le toucher ou quoi que ce soit du genre.

- Non merci...


Elle ne se sentait pas très à l'aise avec tout ce qui n'était pas aussi inanimé qu'une plante, et le surgissement du pingouin le classait directement dans une catégorie d'êtres trop vivant pour qu'elle s'en approche.

-Vous n’avez rien fait du mal. Il ne comprend juste pas comment on ne peut le voir. Rien de bien inquiétant. 


Lewisaëlle retourna à son croquis un instant, avant de finalement relever la tête. Elle n'avait voulu manquer de respect à personne, pas même à une peluche, et elle l'avait fait involontairement en ne lui accordant pas d'attention. Si seulement elle l'avait senti ou entendu...

- Oh... C'était involontaire.

Mais visiblement, la patiente était plus intéressée par leurs ébauches de solutions et cela pouvait se comprendre. Elle reprit alors leur conversation là où elles l'avaient laissée plus tôt.

-Concernant vos idées, vos ébauches de solutions, je dois réfléchir à quelle solution est le mieux pour moi. Et de toute manière, tant que je ne connaitrais pas la taille minimum pour voler tout test sera vaine perdu. 

L'herboriste hocha la tête. Sans la taille à atteindre, il était possible tout de même de préparer certaines choses mais impossible de préparer totalement le résultat final. Et puis, si elle avait d'autres possibilités en vue il était normal qu'elle prenne le temps d'y réfléchir et qu'elle choisisse ce qui était le mieux pour elle.

-Je vous propose qu’on se revoit un autre jour quand j’aurais trouvé l’information qui nous manque. Qu’en pensez-vous ?


C'était effectivement la meilleure option. Et ça laisserait le temps à Lewisaëlle de mettre au point des ébauches de pommades ou d'onguents qui pourraient fonctionner, ou simplement de réunir des plantes et autres ingrédients utiles.

- C'est une bonne idée je trouve !


Elle sourit, refermant son cahier puisqu'elle comprenait ici que la discussion était quasiment terminée. Néanmoins, en sentant encore le regard fixe de son interlocutrice sur elle, Lewisaëlle continua à fixer le comptoir en bois comme si c'était tout à fait passionnant.

- Tiens, je viens de me rendre compte que je ne connais toujours pas votre nom. Je me nomme Nephtys et vous ? 


La rouquine redressa un peu la tête, fixant l'épaule de la dénommée Nephtys. C'était un très joli prénom, même s'il n'était pas très courant par ici. Elle sourit toujours.

- Lewisaëlle Naeth. Mais, si vous passez d'ici moins d'un mois vous risquez de tomber sur mon maître, Jal Rikken. D'ailleurs, si ça ne vous dérange pas j'aimerais bien l'associer à notre projet, je pense que son expérience pourrait être utile. Vous êtes d'accord ?


Après tout, Nephtys était bien venue en parler à une inconnue, alors l'herboriste pensait qu'elle n'y serait pas opposée. Seulement, elle préférait demander son avis, histoire de ne rien faire mal.

- Puis-je savoir ce que vous envisagez comme autres solutions ? Peut-être qu'il serait également possible de les faire coïncider ?


Lewisaëlle était du genre à n'écarter aucune piste pour donner toutes ses chances à un projet, surtout à quelque chose d'aussi ambitieux que le projet de Nephtys.

- Et... Est-ce que vous savez pourquoi l'expérience dont vous parliez a échouée ?




avatar


Esper

Partie IRL
Crédit avatar : deviantart et moi même
Double compte : Astrid Laventure
Vitesse de réponse : Rapide


Ven 3 Juil - 22:27
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5839-nephtys#136146
Une présentation des plus sommaires, une solution envisagée, une vérité simplement avouée, tout ce qu’il fallait pour Liora. Elle restait droite et si calme sans laisser d’expression sur son visage qu’un simple sourire. Un sourire bien trop formel pour être d’une sincérité innocente. Elle partirait que quand leur entretien était clos et ne reviendra que si cela est nécessaire. Elle avait encore beaucoup de chemin à faire avant de choisir le moyen, le plus adéquat à ses yeux pour récupérer ses ailes. Et cette Lewisaëlle était une de ces possibilités qu’il lui était nécessaire d’examiner pour un meilleur choix.

Si sa mémoire ne lui ferait pas défaut, elle tiendra au courant cette dame de son choix par une lettre. Pour le moment, cela n’était pas la question. Elle était posée simplement comme si elle était dans une boutique quelconque pour une situation des plus banals. C’était la trace de cette éducation qui avait tant régi sa vie. Elle se tenait comme cette bourgeoise qu’elle était. Sa famille n’était pas de la noblesse du ciel mais avec une certaine prestance dans la civilisation du ciel. C’était une famille bourgeoise plutôt riche qui vivait d’un commerce plutôt équitable. Un ange prône la paix et le pacifisme. Elle remit délicatement ses cheveux en arrière, puis alla poser Sigmond doucement sur le comptoir comme pour se libérer les mains. Devait – elle lui répondre ? Lui souffler la réponse qu’elle demandait ? Se souvenir de cet espoir détruit dans sa jeunesse ? Elle ne savait finalement pas quoi faire.

Elle repensait à ce jour où lui annonça la solution ultime. L’espoir de sa mère pour que sa petite fille soit accepter parmi les autres. Que Yehadiel finissait enfin par écouter ses prières. Elle y avait cru, elle avait cru en ce Dieu bien silencieux. Une croyance qui fut détruite. Et tout ce qu’elle gagna, c’était que la couleur de ses cheveux soit différente et que ses ailes soient légèrement plus grandes. Et la douleur que cette expérience eut sur elle, la détruisit encore une fois. Elle sombra dans une noirceur qu’elle ne pouvait pas nommer. Tout est beau dans le ciel, les ténèbres ne pouvaient pas exister. Elle ne pouvait donc pas exister. Sa douleur était donc illusoire aux yeux des autres. Tout est beau dans le ciel, pourquoi pleurer ?

Tout était trop beau dans le ciel, pourquoi tu ne te taisais pas ? Ses sanglots étaient trop réels pour qu’on les efface et pourtant…. Et cette herboriste lui demandait des détails sur ce dernier espoir ? Ce recherche en vaine d’une mère accablé par un mari qui ne veut plus de son enfant ?
La différence terrorisait donc les anges ? Liora ne pouvait pas voler et elle en souffrait sentant cet appel vers les cieux. Son père était si aveugle ou voulait – il seulement plaire à son Dieu ?

Elle se remémora les questions qu’elle lui posa, réfléchissant à une réponse des plus adéquates sans pour autant répondre à la dernière, du moins tout de suite. Elle devait savoir quoi dire.
Elle avait écouté sa demande concernant son collègue, voilà comment elle voyait ce « Jal Rikken ». Devait – elle accepter ? Peut –être qu’à deux, ils seront trouvés la bonne solution sans trop de casse ni de douleur ? C’était à prendre en compte. Elle ne devait pas oublier la nouvelle douleur que cela peut créer. Cependant, elle voulait tellement connaitre ce ciel qui l’appelait, qu’elle accepta.

- Je veux bien que vous lui en parler. Peut – être qu’à deux, il y aura plus de possibilité. Dit-elle avec une voix douce et posée reflétant la femme qu’elle était.

Son visage resta doux, apaisé comme si elle contrôlait la situation. Et pourtant ce n’était pas le cas, beaucoup de choses étaient encore inconnues. Sa deuxième réponse était plus complexe à formuler car elle demandait d’autres solutions qu’elle n’avait pas encore le temps de définir.

- Je recherche des solutions pour choisir celle qui sera la plus efficace à mon souhait. Je voyage pour trouver ces solutions. Pour l’instant, je ne peux en vous dire plus.

Comment énumérer des solutions qu’on n’a pas ?
Et dans cette question, le souvenir de sa demande résonnait encore. Savait – elle vraiment pourquoi cela avait –il échoué ? Avait – elle n’est- ce que de demander à sa mère ou à ce mage ? Elle avait du mal à s’en souvenir comme si elle avait voulu oublier cette chute, cet echec. Elle eut une expression bien triste sur son visage quand elle aborda le sujet.

- Vous savez, c’était y a si longtemps…. Vous n’étiez sûrement pas née…
Soupira – t- elle.

Elle fit une pause comme pour reprendre courage. Elle ne voulait vraiment pas en parler ni même s’en rappeler. Et cela se sentait car elle était mal à l’aise rien qu’à l’idée d’y répondre.

- J’étais jeune… Reprit – elle d’un faible ton. Je ne me souviens que de la douleur et je ne crois pas avoir demandé les raisons de cet échec. C’était mon espoir et il s’était écroulé. La différence effraye moins les gens ici alors je me suis dit qu’ici, je trouverais plus facilement une solution.


Elle n’était pas rentrée dans les détails, cela lui convenait comme ça. Elle ne voulait pas ce souvenir. Elle ne voulait pas se rappeler le visage de sa mère accablé par la tristesse ni de ses frères ni de son père qui l’ignora encore plus par après. Elle voulait juste voler.


avatar



Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Raya/Freya
Vitesse de réponse : Normal



Contenu sponsorisé





 
Page 1 sur 1