Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 Examen numéro n+1

 
Ven 22 Mai - 9:05
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t12-albar-tlassin
« Je ne peux pas faire ça. »

Albar et Togsadum s'étaient souvent échangés des paroles plus ou moins fleuries, mais jamais le maréchal n'avait entendu de tels mots, dans un tel ordre, sortir de la bouche de l'archimage. Il avait toujours été capable de satisfaire ses demandes, prenant parfois plus de temps qu'on ne pouvait le supposer, mais sans faillir à la tâche.

« Pas tout seul, précisa-t-il. Et ce sera bien plus complexe que vos exigences habituelles. »

Ce qu'Albar avait demandé ne lui paraissait pourtant pas si difficile que cela, du moins, pas beaucoup plus que la modification de son propre corps, celle qui lui avait permis de soigner autrui avec son sang. Il souhaitait pouvoir s'accélérer momentanément, rien de plus. Dans un monde où certains étaient capables de commander aux vents, au montagnes, ou de faire apparaître des dragons, le Daeva restait dans le domaine du raisonnable, du moins était-ce de son point de vue.

« Je peux savoir pourquoi, archimage ? Je vous avoue être surpris.
- Mon domaine est l'enchantement, celui d'objets notamment. Ce que vous me demandez est un sortilège constant, qui se nourrira de votre énergie sans passer par un quelconque objet. Ce simple détail vous place déjà à la limite de mon domaine d'expertise. Et votre requête en elle même... Je vais tâcher d'expliquer simplement.
- Je vous en prie, nous n'avons pas tous votre intelligence.
- Vous m'ôtez les mots de la bouche, répondit Togsadum, ignorant volontairement le sarcasme. Vos ailes furent faciles, ainsi que vos bagues : l'enchantement était presque exclusivement inclus dans l'encre – respectivement l'anneau – et le lien entre la matière et votre esprit était facile, car simple et majoritairement basé sur votre structure presque exactement humaine. Pour l'animorphisme, ce fut légèrement plus difficile, mais ce genre de transformation est particulièrement connu, que ce soit dans le cas des véritables polymorphes, ou même des lycans. Transformer un homme en bête, qui plus est en canidé, ce n'est pas un exploit.
- Et pour mon sang ?
- Vous et vos mages aviez travaillé sur le sujet, avec des données raisonnablement bonnes, et en fin de compte, il s'agissait d'étendre un sortilège déjà existant. Difficile, mais faisable. Là, par contre... Presque aucune espèce n'a le don que vous demandez : soit elles sont vives comme les vampires ou les elfes, soit elles sont lentes comme les humains. Je n'ai aucune connaissance personnelle d'une race qui a le pouvoir de passer de l'une à l'autre. Or, ce n'est pas une magie que l'on emploie à la légère : il s'agit d'insuffler de la magie dans tout votre corps, vos muscles, vos organes, et de bien la doser afin qu'ils n'explosent pas.
- Ça resterait un bon moyen de surprendre mon adversaire. « Le flamboyant Albar Tlassin emporte Aile Ténébreuse avec lui en se faisant exploser à son contact par un procédé inconnu ».
- Si vous avez fini de faire l'enfant, peut-on passer à la partie où je vous demande de repasser me voir dans une bonne semaine ? Et avec la bourse pleine d'or si possible. J'ai des confrères à contacter.
- Bien évidemment. Pensez à me les présenter. Qui sait ? Prévoir un remplaçant au poste d'archimage serait toujours utile, au cas où il vous arriverait malheur. »

C'est ainsi que le maréchal attendit. L'archimage le convoqua plusieurs fois, afin de l'observer, de l'ausculter et de le soumettre à divers enchantements et étalonnages magiques afin de s'assurer que l'enchantement n'allait pas tuer Albar dès qu'il serait lancé. Togsadum lui présenta l'homme qui allait l'assister, une femme en l'occurrence, l'enchanteresse Meridy, spécialisée en magie vivante.

Lorsque le jour J arriva, le maréchal, légèrement inquiet, se présenta chez le grand enchanteur de la Cour, qui l'enjoignit à s'allonger sur une table préparée spécialement pour lui. Les deux mages lui expliquèrent la procédure.

« La procédure est assez sommaire, dit Meridy. Vous êtes un Daeva, et vos légères différences avec les humains nous ont forcé à utiliser les seuls canaux magiques dont l'existence nous est assurée.
- Ce sera douloureux ?
- Pas pendant, non, expliqua Togsadum. Vous serez inconscient, endormi par magie et paralysé par un poison. Une fois l'enchantement terminé, nous vous réveillerons, et nous vous ferons avaler l'antidote.
- Il n'y avait pas plus simple ?
- Pas à notre connaissance, non.
- Eh bien ma foi... Je n'aime pas cette situation, mais... En avant, allez-y. »

Albar ferma les yeux et tâcha de se détendre lorsqu'on lui fit avaler la fiole de poison, luttant pour ne pas tenter d'en bloquer ou d'en ralentir l'effet avec ses pouvoirs. A peine eut-il le temps de sentir ses membres d'engourdir qu'il fut frappé de plein fouet par une profonde fatigue. Par réflexe, et par méfiance, il tenta d'y résister quelques secondes, avant de se laisser emporter par sa torpeur. Il était désormais à la merci des deux enchanteurs.

Lorsqu'il se réveilla – car il se réveilla bel et bien – Albar ne pouvait pas bouger le petit doigt, c'était à peine si ses paupières avaient eu la force de s'ouvrir.

« Maréchal, vous m'entendez ? Dit la voix de Togsadum entre deux soupirs de fatigue. Vous êtes avec nous ?
- Meh, grogna Albar du mieux qu'il le put.
- Essayez de déglutir, on va vous faire avaler l'antidote. »

Il sentit en effet le cristal froid d'une nouvelle fiole être appliquée sur ses lèvres, suivie par un liquide sucré mais néanmoins dégueulasse couler au fond de sa gorge. Au prix d'un effort surhumain, le maréchal avala, et commença à combattre la torpeur de ses membres, sa régénération luttant du mieux qu'elle le pouvait, appuyant le remède. En quelques minutes, il fut capable de bouger. En une vingtaine, il était à nouveau pleinement sur pied. Et il avait terriblement mal.

Tous les muscles de son corps le brûlaient comme s'ils avaient été malmenés pendant des jours.

« Pour l'amour de Yehadiel, vous aviez dit que j'aurais mal, pas que je souffrirais le martyre !
- Ce n'était pas prévu, la procédure a été légèrement plus complexe que nous l'avions imaginé.
- Ça va passer dans combien de temps ? Cracha le maréchal, amer.
- Une bonne dizaine d'heures environ. N'utilisez pas votre nouveau don pendant ce temps là, la douleur serait pire.
- Ça a marché comme prévu ?
- En effet maréchal, avec quelques petites précisions. Nous nous sommes basés sur un ancien savoir de Foam, qui appelait cet état de puissance le Kaioken – référence olala – et que j'ai décidé de renommer...
- Peu m'importe son nom, la coupa le maréchal. Je vous prie d'excuser mon attitude mais je ne suis pas tout à fait en état d'écouter ce genre de détails, alors pourriez vous abréger afin que je puisse aller m'allonger dans une mer de coussins et de soie ?
- Pas plus de cinq secondes entre chaque phase de sommeil. Il vous faudra au moins six heures de repos total pour que vos muscles récupèrent de l'effort fourni. Croyez moi, ces cinq secondes sont une bénédiction : vous êtes un athlète et nous sommes d'excellents magiciens.
- Cinq secondes ?
- Vous pourrez les utiliser comme bon vous semble. Une par ci, deux par là, mais vos muscles vous feront de plus en plus mal. Une fois la cinquième utilisée, ce sera comme maintenant.
- Et si je veux en utiliser une de plus ?
- Vous ne pourrez pas. Essayez seulement et votre cœur implosera, vous faisant tomber raide mort sur le sol en quelques secondes. Triste fin.
- Mais sinon, pendant ces cinq secondes...
- Votre esprit est vif, plus que n'importe quel autre que j'ai pu voir. Même à votre vitesse maximale, vous penserez toujours plus vite que vous n'agirez, mais s'il n'y a aucune créature – ou peu s'en faut – capable d'aller plus vite qu'un vampire, ce n'est pas pour rien. Vous non plus, vous n'irez pas plus vite que cela.
- Y a-t-il un moyen que je m'habitue à la douleur ?
- Ça, c'est vous qui voyez. Apprenez à vous battre en ayant mal si ça vous chante, mais rappelez-vous qu'une seconde de trop se soldera par votre mort instantanée, peu importe votre état ou votre entraînement. »

Albar prit sa bourse remplie d'ailes de bronze, et entrepris de la délacer.

« Ceci représente ma joie, dit-il en la vidant sur la table. Prenez donc tout, je n'en ai plus besoin pour le moment. Sur ce, bonne journée messieurs dames ! »

C'est ainsi qu'il s'en alla, boitillant, vers l'un des salons de thé du palais, là où les coussins étaient confortables.


Spoiler:
 



Signature by John


avatar


Daeva

Partie IRL
Crédit avatar : doubleleaf
Double compte : Aucun (AT en compte PNJ, à la limite)
Vitesse de réponse : Moyenne - Environ 1 semaine


 
Page 1 sur 1