Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 [Mission] Les Douze Déchus: Pragmatique et Curiosité [Abandonné]

 
Ven 24 Avr - 8:31
Voir le profil de l'utilisateur
Spoiler:
 

La mer frappait avec acharnement les falaises anguleuses des terres maudites de l'Adhès. Une brise macabre soufflait en permanence sur ses plages désertées par la vie et le ciel semblait toujours en courroux. Selon les racontars, nul ne pouvait dompter ce continent desséché hormis la déesse de la mort en personne. Même ses adorateurs peinaient parfois à garder les créatures qui peuplaient l'endroit sous leur contrôle. Néanmoins, eux seuls parvenaient à vivre sur cet océan de roches morbides. Nul autre natif de Terra ne parvenait à poser le pied ici et à réussir à le retirer entier. On disait que l'endroit grouillait de créatures de cauchemars qui parvenaient à hanter même les songes de Aile Ténébreuse. Tout ce qu'il y avait de plus sordide était incarné dans ses lacs empoisonnés, ses habitants décharnés et ses plaines dépourvues de végétation passive. Même la flore locale parvenait à vouloir votre trépas... Un endroit très amical, pour sûr.

C'est ici, sur les rivages périlleux de l'Adhès, que s'élève à l'horizon l'édifice le plus grandiose du continent entier. Construit par on ne sait quelle civilisation disparue, il a passé des siècles, voir des millénaires, dans les Limbes infâmes. Subissant années après années la folie toujours plus grande de Nayris. Les marques de sa douleur se lisent sur chaque pierre de l'immense château. Une tour entière est portée disparue et l'on voit ça et là que des morceaux ont trop soufferts pour être encore là. Mais le bâtiment en lui-même est toujours debout et trône fièrement sur la falaise. Toisant la mer de son inquiétante majesté. Ses arcades immenses s'élevaient haut au-dessus des hommes et des créatures de pierres montent la garde sur chaque façade. Les larges fenêtres (certaines brisées, d'autres intacts) laisse entrevoir un intérieur raffiné mais lui aussi un peu abîmé par son passage dans le royaume de la mort.

Une légende courrait sur ses prétendus résidents. On disait que des âmes folles habitaient ces murs fissurés. De pathétiques créatures qui ont profité de la sortie de l'Adhès pour se faufiler silencieusement dans la brèche et revenir dans le monde des mortels. Dès lors, ils narguaient impunément la grande déesse en investissant l'immense château. Nayris estima avec justesse que cela était trop. Elle demanda à ses plus fidèles serviteurs de nettoyer l'édifice de ses occupants. Il fallait renvoyer ces parjures dans les Limbes pour qu'ils soient punis par la déesse qu'ils avaient trahis et dupés.

Entrez dans ce château, chers adorateurs de la grande déesse, et ramenez la paix sur ces terres. Obéissez à la volonté de Nayris ou mourrez sous les coups de ses anciens serviteurs. Bonne chance.


avatar



Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte :
Vitesse de réponse : Rapide


Dim 26 Avr - 1:57
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t6198-lord-er-tan?highlight=Lord
Pour solutionner le problème « Déchus », la très vénérée avait mobilisé des éléments champions de son propre culte, parmi lesquels l'on recensait le tristement célèbre Lord Er 'tan, à qui l'on devait la condition actuelle des « Terres Infectées »..

Depuis plusieurs jours déjà, les héros sollicités par la Déesse avaient rejoint le dispositif solidement installé par le Bras-Armé, et qui encerclait alors complètement la structure-agnostique. Si ce n'était par de quelconques prodiges, les résidents n'avaient plus aucune chance de s'échapper, et tandis qu'une première équipe composée notamment de l'Élu des Prêcheurs, Andromaque Ardhanarîshvar, et de la Comtesse de Nyrianës, traquait d'elle-même ceux identifiés comme étant Douceur et Prudence ; le maître de la Crypte de Toten s'était vu confier la charge d'annihiler les incrédules Pragmatisme et Curiosité.


Après que l'on eût localisé l'accès susceptible de conduire à ces deux dernières cibles, une dalle consistante affichant des symboles interdits ; un dispositif renforcé s'était installé autour de ce que les mystiques suspectaient comme étant la seconde entrée menant vers les idoles-hérétiques. « l'Architecte de la Mort » avait fait aménager un bref avant-poste devant l'ouverture en question. Une dizaine de tentes décharnées, abritants les humanoïdes sous ses ordres et la logistique, était protégée par des barricades de fortune en bois, renforcées devant l'entrée supposée, et gardées par des fantassins et des archers hommes-creux. Si le Bras-Armé avait officiellement sécurisé le Château, les assaillants confrontés à un occultisme étranger voyaient leurs traditionnelles lois mécaniques plongées dans une incertitude qui les poussaient à redoubler de vigilance. Ainsi s'expliquait la création de cet avant-poste hermétiquement défendu, d'où une équipe composée de trois dévots était partie opérer au-delà de la brèche.

Au centre du campement, les funestes ouvriers avaient aménagé un petit cimetière, afin d'y conserver des cadavres que les nécromanciens s'employaient à ranimer pour renforcer les défenses de poste avancé. Parmi les tentes qui encadraient le sépulcre, se trouvait le chapiteau de commandement, reconnaissable au pourpre immaculé de sa toile, et qui frémissait sous les brises provenants du large. Er 'tan était là, incantant devant son autel, dans lequel se consumait des rameaux gras de laurier et de l'encens mâle : « J'entoure cet autel d'une bandelette souple, rien ne manque ici, excepté les Incantations. Guidez, de la ville à la maison, Ô mes Incantations, guidez les adeptes. J'entoure maintenant cet autel par trois fils, de trois couleurs différentes. Puis, je répand la farine ! Et par le bitume, je brûle le fragile laurier. La Déesse brûle l'impiété, et se réjouit, d'un nombre impair. » Et alors que le Lord implorait la très vénérée d'accorder ses faveurs à ses acolytes et à lui-même, trois funestes disciples firent irruption dans la pièce :
-Très Grand, pardonnez cette intervention Très Grand..
-Comment osez-vous interrompre une incantation.. ? MISÉRABLE ! Tonna le Lord en frappant du poing sur l'autel. Les trois fautifs se jetèrent à genoux.
-Oui oui ! Pardonnez notre candeur et notre malappris sublime Très Grand ! Mais l'un des diacres est revenu du monde impie !

Er 'tan qui s'était précipité hors du chapiteau se retrouva face au drôle en question, alors empoigné par deux sentinelles humanoïdes. Le bougre paraissait égaré et ne semblait pas prendre conscience des autres individus. L'on indiqua au Lord que le pauvret qui était revenu de lui-même avait perdu la raison, et que l'on ne savait pas ce qu'il était advenu de ses deux camarades. L'homme qui demeurait absent jusqu'à présent se dessaisit soudain de ses geôliers et s'effondra en larmes sur le sol. Les expressions qui se dessinaient sur son visage étaient effroyables. Lorsqu'il passa d'une phase de sanglots à un épisode d'euphorie, laissant entrevoir entre deux tressaillements sa langue sanglante qu'il venait de sectionner avec ses dents, Er 'tan reconnut le spectre de la folie qui s'était imprégné dans son âme.
-Manifestement nous avons sous-estimé la noirceur de l'occultisme qui hante ces lieux. Déclara le Lord en contemplant l'aliéné s'écorcher le visage jusqu'au sang avec ses ongles. Priez pour lui autant qu'il le faut, puis mettez fin à son abominable supplice, aucun être si vil soit-il ne mérite d'éprouver le terrifiant monde de l'égarement. Les responsables de ce sacrilège seront punis incessamment sous peu.

La silhouette mi-pourpre mi-écarlate flanquée de nécromanciens traversa bientôt le camp en direction de l'entrée maudite, gardée par deux Corbeaux du Bras-Armé. Ses cimeterres dégainés, Er 'tan prit congé de son escorte avant de s'aventurer de l'autre côté de la fissure. Lorsque les acolytes la comblèrent, l'endroit dans lequel se trouvait le Lord fut plongé dans l'obscurité la plus totale. S'écoula un long moment de silence, jusqu'au retentissement d'un effrayant rire provenant d'Er 'tan lui même, et qui semblait aller crescendo :
-Hahahahaha, Hahahahaha, Hahahahaha.



« Lord Er 'tan, pour vous servir .. En soi, ma psychologie est simple, je vois la vie comme la pire des choses sortie du Néant. Vous l'aurez compris, la solution se trouve dans la Mort.. »
« Par le passé on m'a souvent dit que j'étais invivable.. En y repensant, je n'suis pas si étonné de voir ce que je suis devenu. Psychopathe paranoïaque et meurtrier multirécidiviste. »


avatar


Revenant

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte :
Vitesse de réponse :


Mar 28 Avr - 13:49
Voir le profil de l'utilisateur
Le rire mauvais et sonore du Lord résonna à travers les nombreux couloirs de cette aile du château. Celle-ci était petite et ne comportait que quelques pièces de vies toutes reliées par de longs couloirs rectilignes. Les murs étaient parés de tableaux où l’on pouvait parfois discerner des visages de nobles inconnus, depuis longtemps oubliés. Certains tableaux avaient même été rendus à l’état de lambeaux misérables étalés sur les tapis écarlates des corridors. L’atmosphère était lourde et pesante. L’obscurité qui envahissait la plupart des pièces suffisaient bien à terrifier les aventuriers malchanceux qui oseraient troubler la quiétude des nouveaux occupants du château. Néanmoins, s’ils étaient suffisamment braves pour ne pas se laisser vaincre par quelques illusions nocturnes ; il pouvait découvrir, disait-on, de grandes richesses à l’intérieur des différentes pièces.

Derrière une lourde porte en bois, quelques bougies timides éclairaient un salon raffiné et meublé avec goût. Des fauteuils au tissu étudié formaient un demi-cercle devant un feu ronronnant dans une cheminée de pierres sombres. Une large bibliothèque richement garnie couvrait l’un des murs de tout son long et en face de lui était installée une table en bois massif quelque peu abimée par le temps et la morsure insidieuse des Limbes. Des chaises étaient disposées avec ordre autour de celle-ci et un élégant service à thé attendait tranquillement de pouvoir servir. Sur un guéridon recouvert d’une étoffe de laine, se trouvait un panier qui devait auparavant accueillir un de ces gros chats paresseux qui ne savent chasser que l’ennui en dormant jour comme nuit. Cependant, aux jours d’aujourd’hui, il était vide. Enfin, on pouvait distinguer quatre silhouettes assises sur les fauteuils de velours. Le feu de la cheminée s’amusait à projeter leurs ombres immenses sur les murs dans un élégant spectacle.

- Avez-vous entendu mon cher ami ? Qui donc peut bien s’égosiller ainsi ?

- Il n’est pas difficile de deviner qu’il s’agit des compagnons des jeunes hommes ici présents.

Aucune réponse de la part de l’autre homme. On entendit juste le son discret que produisait celui-ci en buvant quelques gorgées d’un thé odorant dans sa tasse de porcelaine. Qui donc pouvaient bien être ces deux individus ?


avatar



Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte :
Vitesse de réponse : Rapide


Jeu 30 Avr - 2:43
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t6198-lord-er-tan?highlight=Lord
Une solide dalle de granit séparait désormais le Adorateurs du Lord. Celui-ci s'étant aventuré dans l'aile du château susceptible de contenir les cibles présumées patienta un moment dans le noir. À mesure que ses yeux s'adaptaient à l'obscurité, le long corridor qu'il avait brièvement aperçu avant que l'accès ne soit condamné se dévoila devant lui. Bientôt, Er 'tan aperçut le tapis écarlate étendu le long du couloir, flanqué de quelques portes sur sa droite, et dont les espaces entre chacune étaient comblés par des lignées de tableaux anciens, que l'on apercevaient également sur le mur d'en face, dépourvu d'entrées quant à lui.

B
ien que sa condition de non-mort le dénuait de toute sensibilité, Er 'tan fut étonné qu'aucun adversaire ne réponde à sa méchante glousse. Planté devant la dalle, il continua de méditer sur la situation. L'armoire renversée devant lui témoignait d'une entrée volontairement clôturée, et qui n'était donc normalement plus utilisée. Ce qui ne rendait pas les choses simples, était la complexité du couloir pourvu de plusieurs entrées, d'autant plus que le corridor ne semblait pas aboutir à l'autre bout, mais déboucher sur un autre dont on pouvait supposer la même organisation. De plus, le Lord assimilait le préoccupant silence du lieu au probable retranchement de ses occupants. Il postula l’inutilité d'opérer en petit nombre dans un tel labyrinthe, lui-même n'étant plus assuré de posséder la puissance nécessaire pour accomplir cette quête seul. Il leva son bras droit, referma le poing, puis l'abaissa violemment. Les nécro-mentalistes du Culte présents de l'autre côté de la fermeture reçurent le message et ordonnèrent de libérer l'entrée à nouveau.


D
ix prétoriens de sa propre garde traversèrent le seuil et se postèrent derrière lui. Tandis que la lourde dalle se refermait, le dévot à l'intriguant masque blanc s'aventura lentement dans le couloir, un premier sabre devant lui, l'autre en retrait, et suivit de près par ses soldats.
Er 'tan ordonna à sa garde de se repartir devant chaque entrée franchie, ce qui fit diminuer le groupe à mesure qu'il progressait le long de la galerie. Finalement, le Lord s'employa lui-même à bloquer l’extrémité du couloir, en compagnie des deux soldats squelettes restants, après avoir observé de plus prêt quelques tableaux encore correctement conservés, et qui pouvaient potentiellement contenir des indices sur les lieux. Si les portraits d'aristocrates qui y figuraient lui étaient tout à fait inconnus, ils renseignaient sur l'existence d'une fratrie à laquelle le château pouvait toujours appartenir. Se tenant volontairement à distance de l'angle qui donnait sur l'autre couloir, Er 'tan s’apprêta à donner l'ordre d'enfoncer les premières portes et d'annihiler toute forme de vie.


« Lord Er 'tan, pour vous servir .. En soi, ma psychologie est simple, je vois la vie comme la pire des choses sortie du Néant. Vous l'aurez compris, la solution se trouve dans la Mort.. »
« Par le passé on m'a souvent dit que j'étais invivable.. En y repensant, je n'suis pas si étonné de voir ce que je suis devenu. Psychopathe paranoïaque et meurtrier multirécidiviste. »


avatar


Revenant

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte :
Vitesse de réponse :


Lun 4 Mai - 16:13
Voir le profil de l'utilisateur
Des bruits de pas se firent entendre dans le corridor à côté de la petite pièce. Quelques exclamations, plus lointaines, arrivèrent également aux oreilles des protagonistes. Eux étaient tranquillement en train de savourer un thé fait par leur soin et dont le parfum enivrant faisait son petit bonhomme de chemin à travers les narines de tous ceux qui se trouvaient en même temps dans la pièce. C’est vrai qu’il n’y avait pas grand monde, mais au vu des différents claquements frénétiques sur le sol du couloir adjacent, les damoiseaux ici présents allaient bientôt avoir de la visite. Finalement, le silence se fit. Un silence pesant qui n’était même pas brisé par la respiration frénétique d’un quelconque individu. Nous étions en présence d’étranges personnages, que ce soit dans la pièce où à l’extérieur, car le soufflement si caractéristique d’un homme qui respire ne se faisait nullement entendre, où que l’on se trouvait.

- Mon cher ami, allez donc voir qui se trouve devant notre porte… Fit l’un des hommes tranquillement assis sur son fauteuil.

Sans piper mot, un second homme se leva de son siège et se dirigea d’un pas calme et nonchalant vers la porte abimée. Il l’ouvrit dans un long grincement et se retrouva devant un homme étrangement accoutré armé de deux sabres. Haussant un sourcil désappointé, le jeune homme pencha légèrement la tête de côté dans une posture bien connu des amateurs de chiens car elle ressemblait fort à celle que font nos amis à quatre pattes lorsqu’ils ne comprennent pas une situation. Un geste candide qui n’était pas trop en accord avec le personnage qui l’exécutait.

L’homme en question n’avait pas l’air d’avoir plus de 20 ans. Son visage fin était encadré d’une crinière lisse de cheveux couleurs de blé, le tout souligné par de petits yeux malicieux d’une étrange teinte mauve. Un léger sourire illumina son visage alors que la faible luminosité que conférait le feu de la cheminée faisait jouer des ombres fugaces sur son visage rieur.

- Qui êtes-vous monseigneur ? Que nous vaut la visite d’un si… fringuant guerrier ?

Sa voix était douce et candide. Glissant sur ses lèvres roses avec mélodie. Alors qu’il prononçait ces mots, un autre homme sortit de l’ombre derrière lui. Il semblait plus âgé que son jeune compagnon, de quelques décennies au moins. Des rides visibles creusaient son visage sévère sur lequel ne se dessinait pas la moindre ombre de sourire. Il avait le dos droit et son imposant gabarit était renforcé par une posture militaire. Ses mains dans le dos, il avisait l’étranger d’un regard à la fois sévère et quelque peu méprisant.

- Alors ? Votre nom et la raison de votre venue. Immédiatement.

Il parlait avec sévérité et puissance. Sa voix était celle d’un homme habitué à parler en public, à diriger. Et alors qu’il continuait de dévisager l’étrange personnage, le dénommé Curiosité s’appuya distraitement sur le cadre de la porte, le même sourire malicieux sur les lèvres.

Pragmatique et Curiosité:
 


avatar



Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte :
Vitesse de réponse : Rapide



Contenu sponsorisé





 
Page 1 sur 1