Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 Thaddeus Golias

 
Dim 12 Avr - 17:59
Voir le profil de l'utilisateur
Thaddeus Golias

Loyal jusqu’à l’aveuglement à l’Empire, excellent meneur d’homme, très bon stratège, froid, obsédé par la sécurité de sa famille, fervent partisan de l’Aile-Ténébreuse, escrimeur remarquable, naïf, orgueilleux, voit ses hommes comme des « ressources » plutôt que des individus.


Informations

Surnom : Poissegrolles
Age : 33 ans
Nationalité : Terre
Profession : Capitaine
Camp : Empire
Croyance : Zelphos
Titre de noblesse : Aucun
Race
Humain

Caractère


Thaddeus est à la fois taciturne et pragmatique. Des années de service dans l’armée de l’Empire ont contribué à le déshumaniser, à force de voir ses hommes (et lui-même) être considérés comme des ressources sacrifiables. Ses précédents engagements militaires contre les démons lui ont fait comprendre qu’il ne pouvait y avoir de victoire face aux démons de Zelphos, aussi s’est-il converti sitôt après avoir rejoint l’armée impériale.

Il est obsédé par la protection de sa femme Kathalyn et de sa fille Fortune, et tout ce qu’il fait est dicté par ce besoin de sauver ce qu’il peut de sa famille. Il est aussi préoccupé par la sécurité de son cocon familial qu’il peut être détaché des pertes de ses bataillons. Il a côtoyé la mort trop souvent, et pour sauver son esprit de la tourmente et trouver le sommeil, il préfère ne pas penser aux milliers d’hommes qu’il a conduits à la mort tout au long de sa vie.

Désormais, il fera tout pour entretenir la paix pour laquelle il a payé un si lourd tribut. Incarnant parfaitement la logique militaire réaliste de l’Empire, il n’hésitera pas un seul instant à sacrifier un village d’innocents, une caravane de marchand ou encore un peloton de fidèles soldats, si cela peut aider « le plus grand nombre ». De la stabilité de l’Empire dépend la sécurité de sa famille. Et, de ce fait, aucun sacrifice n’est trop grand pour assurer la stabilité de l’Empire.

En dehors des champs-de-bataille, il est de nature mélancolique, à la limite de la dépression. Ses seuls moments de réconfort sont ceux passés auprès de sa femme et sa fille, et même là encore, il porte la culpabilité de la décimation de sa famille –y compris son fils-. Il n’a pu les protéger de la flamme de la guerre, et s’est juré de ne pas laisser la mort emporter ses proches à nouveau.

Thaddeus est, au fond, un homme brisé, mais c’est exactement ce dont a besoin l’Empire. Quelqu’un qui soit aussi efficace stratégiquement qu’intransigeant tactiquement, et qui fait tout ce qui doit être fait pour l’Empire, même si son sens moral ou son code de l’honneur devraient l’en empêcher. Le deuxième amour de sa vie, Sen’Tsura, vaut lui aussi tous les sacrifices, et il préfèrerait mourir plutôt que de laisser un quelconque ennemi s’emparer du Joyau de la Terre.

Si Golias est brillant sur les questions militaires de tactique et de stratégie, il n’est pas quelqu’un d’intelligent. Il croit (ou plutôt, veut croire) à tout prix à l’idéal de paix que promeut l’Empire, et sa loyauté envers l’Aile-Ténébreuse va au-delà de la simple naïveté. Certains appellent cela de l’aveuglement, d’autres du fanatisme, mais il est convaincu que l’archi-démon est tout ce qui tient entre la prospérité et la stabilité de l’Empire, et sa récession au stade ante-bellum de chefs de guerre rivaux s’affrontant aux quatre coins de la Terre à coup d’armées et de pillages.







Physique
Thaddeus - Sans casque:
 
Le Capitaine fait un bon mètre quatre-vingt, et est aussi musclé et athlétique que l’exige sa position. Une décennie et demie de guerre l’ont endurci, et cela se voit sur ses traits fatigués tout autant que sur les nombreuses cicatrices qui jalonnent son corps. Il garde ses cheveux roux mi-longs attachés la plupart du temps, et le regard de ses deux yeux verts trahissent un esprit qui en a déjà trop vu.

Lorsqu’il sort de chez lui, il ne se sépare jamais de son armure en Stratium, achetée aux Nains au plus fort de la guerre Empire-Rebelle. Son épée longue en Stratium, Vaillance, ne le quitte pas davantage. Ce n’est pas tant qu’il craint de se faire attaquer en pleine ville –quoi que le risque ne soit pas à négliger-. C’est surtout qu’il se considère pour ce qu’il est : L’un des symboles de l’armée de l’Empire. Il a donc des responsabilités, aussi bien en matière de commandement que de résultats, mais aussi de prestance. Son armure aux couleurs de l’Empire, et arborant le sceau de Sen’tsura, est repérable même à travers la foule dense du quartier marchand de la ville.

Le charisme de l’homme n’est plus à démontrer, et sa voix rauque et autoritaire sait mettre au pas les recrues et se faire obéir des vétérans de la Garde Impériale. Les plus mauvaises langues disent qu’il fait partie des meubles de l’armée impériale. En effet, il était déjà l’officier commandant du premier bataillon impérial de Sen’tsura, et les nombreuses pertes subies au fur et à mesure des batailles contre Rebelles, Elfes ou Nains ont entraîné un turn-over important des soldats impériaux. Seul Golias est resté présent, envers et contre tout. Peut-être que les rumeurs sont vrais, et qu’il « aspire » la chance des soldats sous ses ordres, les laissant mourir à la bataille par centaines tandis que lui s’en sort toujours ?
Capacités

Arme : Épée longue en Stratium. Armure en Stratium achetée aux Nains.
Pouvoirs : Aucun
Familier : Aucun
Artefact magique : Aucun
Autre : Excellentes capacités tactiques. Très bon meneur d’hommes.


Histoire



Thaddeus Golias est né d’une mère institutrice et d’un père militaire dans un petit comté au nord-est de Sen’Tsura. Quatrième fils d’une fratrie uniquement masculine, il fut élevé au rythme des entraînements matinaux et des cours du soir. La famille Golias, bien que dépourvue du moindre titre de noblesse, cultivait l’excellence, et se faisait une fierté de produire les soldats les plus fidèles et efficaces de l’armée du comte Panagos. Cela faisait bientôt huit générations que les Panagos régnaient sur le comté, et autant que les Golias les servaient loyalement.

Dès son plus jeune âge, il reçut une formation à la stratégie, au commandement, et au maniement des armes. Passionné d’histoire militaire et d’architecture, il fit trois voyages à la capitale du monde –Sen’Tsura- avant sa majorité, afin de parfaire son éducation, le tout au frais du comte. Son enfance fut parfaitement carrée, et la régularité de sa progression n’avait d’égal que son sérieux à l’apprentissage de toutes les nuances de la chose militaire.

Le premier fils de la famille Golias, à sa majorité, fut nommé capitaine de la cavalerie lourde du comte, un honneur attribué depuis des générations au premier-né des Golias. Le second fils, brillant mais chétif, développa des pouvoirs magiques de guérisseurs, et s’installa à la tête des soigneurs du comté. Le troisième, en revanche, suivi un chemin bien moins glorieux, et parti en Montagne, officiellement pour y devenir marchand. En réalité, il s’était acoquiné avec une troupe composée à moitié de mercenaires, et à moitié de bandit, partant piller les juteuses lignes commerciales entre les royaumes orientaux de Terre et les Nains.

Thaddeus, quant à lui, rejoignit les fantassins de l’armée du comte arrivé à la majorité. En garnison à la frontière sud-ouest, l’homme qui n’aspirait qu’à une vie simple se trouva une jolie femme archiviste du nom de Kathalyn Drivas, qu’il maria un an plus tard. Comme pour donner raison à la réputation de fertiltié des Golias, elle tomba enceinte un mois après la cérémonie de mariage, ce qui réjouit l’ensemble des deux familles. C’est à ce moment que Thaddeus connut son premier engagement militaire.

En retournant à sa garnison à la frontière sud-ouest, en compagnie d’onze de ses pairs, il la découvrit assiégée par une vaste force armée. La garnison, constituée d’une simple tour fortifiée en haut d’une colline, et entourée d’un mur d’enceinte, n’abritait qu’une soixantaine d’hommes. Elle n’avait aucune chance de tenir face aux quatre centaines d’hommes qui l’entouraient.

Le doute s’empara de Thaddeus, alors sergent. Ils n’avaient aucune chance de percer le siège à la force des armes, et le temps de rassembler des renforts, la garnison serait tombée. Deux de ses hommes furent envoyés immédiatement à la capitale du comté, Port-Vaillance, pour qu’elle puisse se préparer à se défendre. Quant au sergent, il fit la seule chose qui lui sembla juste : Il lança des actions de guérilla aux abords des forces assiégeantes.


Ses premières victimes furent les membres d’une patrouille de cinq hommes, aux abords d’une zone boisée. Les malheureux n’eurent aucune chance, et périrent avant même de vraiment réaliser qu’ils étaient attaqués. Thaddeus réalisa alors qu’ils faisaient partis du duché voisin, aux frontières de Sen’Tsura, et qu’il avait traversé de nombreuses fois pour se rendre au Joyaux du Monde. Cette agression sans déclaration de guerre ne pouvait signifier qu’une tentative d’expansion territoriale, repoussant la frontière de quelques dizaines de kilomètre. Un conflit comme on en voyait tant en Terre.

Sa petite troupe continua à harceler l’ennemi, massacrant trois autres patrouilles ennemies en une journée, mais attirant un peu trop l’attention. Lorsqu’une cinquième patrouille subit leur assaut, le combat se passa mal. Tout d’abord car les envahisseurs étaient cette-fois ci deux fois plus nombreux, égalant numériquement la troupe du quatrième-né des Golias. Mais aussi, et surtout, car les mécréants étaient sur leur garde, sachant que leurs patrouilles disparaissaient depuis la matinée dans les bois.

La victoire fut du côté des troupes Panagosiennes, notamment grâce à Thaddeus qui avait éliminé trois soldats ennemis à lui seul. Cependant, les pertes furent lourdes, et sur les neufs hommes accompagnant le sergent, seuls quatre avaient survécu, dont un seul sans subir de blessure sérieuse. Golias lui-même était recouvert d’entailles, et avait subi une vilaine plaie à l’abdomen. La décision fut difficile à prendre, bien plus qu’il ne l’aurait imaginé, mais son escouade se replia et retourna à Port-Vaillance.

Ils se reposèrent et se soignèrent dans un petit village sur le chemin, qu’ils firent évacuer tout en fuyant. Avec la centaine de paysans et de fermiers, ils rejoignirent la capitale du comté, où l’armée du comte Panagos se mobilisait. Golias apprit que son aîné, commandant de la cavalerie, était déjà parti affronter l’avant-garde des lâches envahisseurs. De nouvelles recrues furent affectées à Thaddeus, et il se joignit au gros de l’armée Panagosienne pour aller affronter les forces du duché voisin.

La bataille eut lieu dans le petit village où Thaddeus s’était ravitaillé. Le sergent se refusait à laisser l’ennemi remporter la victoire, car une défaite ici signifiait que la prochaine bataille se déroulerait à Port-Vaillance, où se trouvait sa femme Kathalyn. Pour son premier affrontement de grande envergure, Thaddeus –encore affaibli par ses blessures- fut affecté à la protection du comte. Il passa la plus grande partie de la bataille observateur, analysant de loin les charges de cavalerie et les volées d’archers faire et défaire les lignes de bataille. La quasi-totalité des forces comté étaient mobilisées, et pourtant, elles étaient en légère infériorité numérique face au corps expéditionnaire du duché belliqueux.

L’homme eut l’occasion de briller lorsqu’une unité de cavalerie ennemie perça les lignes défensives panagosiennes, et se précipita vers la garde d’élite du comte. Emmenant son escouade avec lui, Thaddeus jeta son épée courte sur le commandant des cavaliers hostiles, le transperça davantage grâce à la chance qu’à une véritable maîtrise du lancer d’épée. Imitant leur sergent, ses hommes se débarrassèrent de leurs armes violemment, tuant bien d’autres cavaliers au vol. Ainsi affaiblis et privés de commandement, la percée fut aisément contrée par les gardes du comte.

La bataille dura une heure de plus, au court de laquelle l’escouade de Thaddeus se retrouva deux fois au contact. Là encore, l’homme se couvrit de gloire, mais perdit l’essentiel de ses troupes au combat. Finalement, la victoire revint au comte de Panagos, mais l’invasion affaiblit considérablement son armée. Au moins Port-Vaillance fut sauvé, et les frontières rétablis à leur situation ante-bellum.

Profitant des nombreuses places « laissées » par les morts au combat, et via la reconnaissance du comte pour son « sauvetage », Thaddeus monta en grade, devenant adjudant. Désormais à la tête d’un peloton d’infanterie, il se vit confier la tâche de reconstruire la garnison sud-ouest, et d’en prendre le commandement. Les années suivantes de sa vie se déroulèrent sans incident notable, tandis qu’il élevait son fils Lucius avec sa femme. Lors de plusieurs accrochages frontaliers avec le duché voisin, il prouva son sens tactique prononcé, faisant systématiquement tomber ses adversaires dans des embuscades, et sachant trouver les points faibles où attaquer.

Tandis qu’il s’aguerrissait, sa réputation d’excellent commandant et officier hors pairs commença à toucher de plus en plus d’oreilles, y compris jusqu’à Sen’Tsura. Plus d’une fois il se vit offrir par le duché voisin des offres de défection en échange d’or, mais jamais le Golias ne prit la peine ne serait-ce que d’y répondre. C’est à ce moment qu’il entendit parler de la guerre entre Anges et Démons dans le Ciel.

Thaddeus était un homme pragmatique, qui, s’il ne réfutait pas l’existence de la magie et des créatures fantasmagoriques, préférait de loin rester dans son monde humain. Certes, son professeur d’escrime était un elfe, et il utilisait une épée en acier forgée par des Nains, mais son univers était celui de la guerre des hommes. De plus son comté, loin des lignes commerciales traditionnelles, ne voyait pas passer énormément de marchands colporteurs d’histoires. Tout au plus quelques bédouins venant de Feu, parlant d’un océan de sable peuplé d’humains encore plus belliqueux que ceux de Terre.

Toujours était-il que ce conflit entre deux forces primordiales n’attira pas son attention plus que cela. Les guerres entre elfes et centaures, nains et dragons, océaniens et carnassiens, barbares et élémentaires ne l’intéressaient pas le moins du monde. Il répétait à qui voulait l’entendre que le monde des hommes était bien assez impitoyable comme ça, sans avoir à prendre en compte des forces antiques par-delà la compréhension humaine. En réalité, la magie le terrifiait, et il préférait ne pas y penser plutôt que de devoir s’avouer qu’il n’occupait qu’une place ridicule dans ce monde de titans.

Mais il pouvait refouler le monde magique tant qu’il le souhaitait, la guerre mystique vint à lui. L’archi-démon connu sous le surnom d’Aile-Ténébreuse avait vaincu les Anges et conquit le Ciel, et désormais, le regard de l’armée démoniaque était posé sur les Plaines Mystiques. Lorsque les forces d’Aile-Ténébreuse débarquèrent sur Terre, Thaddeus était en train de mener une offensive contre le duché voisin. La capitale ennemie de Zanita n’était plus qu’à trois jours de marche, et l’armée du duc en déroute, grâce aux habiles manœuvres des troupes Panagosiennes dirigées par les deux frères Golias. Malheureusement, avant qu’ils ne puissent se venger de leurs ennemis de toujours, les forces du comté de Panagos durent se replier à Port-Vaillance, tandis que l’Aile-Ténébreuse s’approchait. On racontait que les troupes de l’archi-démon faisaient tomber duchés après duchés dans leur conquête de la Terre.

Ne souhaitant prendre aucun risque, l’adjudant fit évacuer sa femme et son fils vers Sen’Tsura grâce à une caravane de marchand, malgré le prix exorbitant du trajet. Quelque chose disait à Thaddeus que sa famille n’aurait pas à revenir. Certes, des renforts venus de baronnies et de comtés voisins étaient arrivés, mais cela n’était guère confortant. Les survivants des armées défaites au nord-est, et se regroupant à Port-Vaillance, rapportaient des histoires abracadabrantesques sur la puissance de ces démons d’outre-monde. Le jour de l’anniversaire des cinq ans de son fils, les forces d’Aile-Ténébreuse arrivèrent à Port-Vaillance.

Dès qu’il les aperçut, Thaddeus sut que la ville était perdue. Pourtant, d’après les éclaireurs, il ne s’agissait que d’un détachement des forces d’invasion de l’archi-démon Azraël. Une telle puissance militaire défiait l’entendement, et même l’armée royale de Sen’Tsura n’avait que peu de chances face à pareil ennemi. Malgré tout, Golias organisa la défense du mieux qu’il put, connaissant le terrain de la capitale du comté comme sa poche.

La bataille de Port-Vaillance dura une fin de nuit et une matinée, mais malgré la résistance héroïque des défenseurs, tomba sous la force brute des démons. Le comte de Panagos, sa garde d’élite et une bonne portion de l’armée Panagosienne tenta une contre-offensive sur le flanc droit de l’armée assiégeante, tandis que les troupes des barons et seigneurs alliés tenaient les murs. Malheureusement, la tentative fut un échec lamentable, les troupes panagosiennes décimées, et le propre père de Thaddeus périt au combat. Le comte lui-même fut broyé entre les mains d’un ogre-démon, et la vue de son armure brisée dégoulinante de sang et de chair semi-liquide fit battre son armée en retraite dans la panique la plus totale.

Thaddeus, qui coordonnait les différentes forces alliées sur les murs, comprit en entendant le cor de retraite panagosien que le comte avait péri. Déjà les murs de Port-Vaillance tombaient sous les vagues de démons surpuissants, mais son peloton tint la porte principale aussi longtemps que possible, pour permettre aux forces alliées de se fuir en sécurité loin de la ville. Le peloton de Thaddeus fut décimé par les les démons lorsque la porte principale céda, et ce n’est que grâce à son frère –qui vint le chercher à cheval- qu’il survécu, laissant tous ses hommes en pâture aux troupes de l’archi-démon.

Les survivants de l’armée panagosienne, avec les rescapés des autres armées alliées, se regroupèrent à la capitale du duché voisin, Zanita. Thaddeus, qui avait été blessé lors de la défense de la porte de Port-Vaillance, fut évacué jusqu’à Sen’Tsura, tandis que son frère cavalier assuma le commandement des troupes panagosiennes à Zanita. Leur troisième frère installa son office dans la cathédrale de la ville, afin de soigner les –très- nombreux blessés qui affluaient des différentes batailles qui jalonnaient l’invasion démoniaque. Quand Thaddeus pensait qu’il y a deux semaines, il avait failli lui-même mener le siège de Zanita… Fou qu’ils étaient, lui et les nobles qu’il servait, à se disputailler tandis qu’une telle menace planait au-dessus de leur tête.

Malgré cela, l’armée du duché de Zanita était vaste, et des renforts affluaient de toute la Terre. Un bataillon d’Anges survivants du Ciel était même venu se joindre à eux, poursuivant la lutte qui avait débuté dans le Ciel. Thaddeus avait bon espoir que son frère parviendrait, avec tant d’alliés, à repousser au moins la première vague de démons, et à obtenir assez de temps pour permettre à Sen’Tsura d’assembler une armée coalisée assez vaste pour affronter Azraël de front.

Le surlendemain de l’arrivée de l’adjudant blessé à Sen’Tsura, il fut intégré à l’armée royale de la capitale. Au départ, Thaddeus protesta, souhaitant reprendre son rôle dans l’armée Panagosienne. On lui apprit alors que la présence d’Anges à Zanita avait valu à la ville la visite de l’archi-démon lui-même. Ses armées avaient alors encerclé la ville, puis la firent tomber en trois heures seulement. Pas une seule âme, civile ou militaire, ne fut épargnée, et la cité fut rasée jusqu’à ses fondations.

La manœuvre avait été intelligente de la part de l’Aile-Ténébreuse, puisque les défenseurs angéliques présents à Sen’Tsura furent gentiment conviés à rejoindre un autre front pour lutter contre Aile-Ténébreuse. Sachant ses deux frères restant morts en défendant Zanita, Thaddeus entreprit de mettre sa famille à l’abri, mais ne put les faire évacuer dans le torrent de réfugiés qui envahissait la capitale.

On lui proposa le poste de lieutenant dans l’armée royale. Son nom avait dû être repéré par un quelconque fonctionnaire militaire, qui espérait certainement que les rumeurs concernant ses prouesses tactiques ne soient pas exagérées. Il devait remplacer un officier qui avait péri au combat dans une escarmouche contre les démons. D’après les dires de l’officier recruteur, il serait le quatrième lieutenant à diriger ce bataillon depuis le début des hostilités contre l’Aile-Ténébreuse. L’homme accepta, en échange de l’évacuation de sa femme enceinte d’un deuxième enfant vers Drayame, ce qui lui fut accordé.

Il eut à peine le temps d’embrasser sa femme avant de monter sur les remparts prendre le commandement de son bataillon. Ne connaissant pas le moins du monde ses subordonnés, il fut déjà content de comprendre leur accent Sen’Tsurien grâce à voyages d’enfance dans la capitale de la Terre. Sous le commandement de Galaad, Thaddeus tint fermement la ligne face aux vagues de démons. Les pertes furent lourdes, mais, aux côtés de l’essentiel des armées de la Terre, ils tinrent bon. Pendant longtemps, Golias cru à la victoire.

Mais la puissance de l’Aile-Ténébreuse ne pouvait être vaincue. L’archi-démon lui-même se joint à la bataille, créant une brèche immense dans les défenses de la cité. Ses forces démoniaques profitèrent de la percée et s’engouffrèrent dans la cité, massacrant à loisir. Malgré cela, Thaddeus ne reculait que lorsque cela était absolument nécessaire, faisant fi de ses pertes, et ralliant à lui les escouades en déroute qu’il pouvait croiser dans les rues en flammes de Sen’Tsura.

Menant une retraite offensive vers le centre de la cité, il parvint à trouver des chevaux dans une écurie. Bien que sans armure ni selles, lui et ses hommes les chevauchèrent pour fuir la bataille –perdue- vers l’est. L’objectif de Thaddeus, qu’il cacha à ses hommes, était bien entendu de retrouver sa femme et son fils à Drayame. Cependant, arrivés à la frontière avec les Elfes, ces derniers leur refusèrent le passage vers l’intérieur de la forêt, et nièrent avoir accepté des réfugiés humains en la Cité des Arbres.

Ne sachant que faire, Golias et son bataillon organisèrent des actions de guérilla contre l’Aile-Ténébreuse, s’attaquant à des patrouilles isolées comme il l’avait fait contre le duché de Zanita bien des années auparavant. N’ayant de nouvelles de sa famille, il tenta de protéger les frontières des elfes contre les bandes de démons en maraude, quelques semaines durant. Ses actions prudentes et bien pensées firent subir des pertes non négligeables aux démons, tant et si bien qu’un soir, une démone vint se présenter à lui dans sa tente de commandement.

Elle l’informa que les démons connaissaient son identité, et celle de sa famille. Elle lui offrit la tête de sa mère, restée à Port-Vaillance, en guise de preuve. Thaddeus, refusant de croire que sa femme et son fils n’aient pu rejoindre Drayame comme prévu, tenta de tuer la démone d’un coup de lame, mais cette dernière disparut dans un nuage de poussière. Dans un dernier écho, elle l’informa qu’elle lui apporterait une autre preuve, tout aussi peu plaisante.

Effectivement, après une autre semaine de guérilla un peu moins intense, la démone revint voir le lieutenant de l’armée royale sous le couvert de la nuit. Cette fois, elle lui apporta la tête de son fils, et lui fit une ultime proposition : S’il emmenait son insaisissable bataillon dans un piège concocté par les démons, lui et sa femme auraient la vie sauve. Mieux, il se verrait offrir un poste dans les forces humaines alliées aux démons, tout en conservant son grade de lieutenant. Et il se verrait affecter à la garnison de la Sen’Tsura récemment conquise, loin des dangereuses lignes de front de l’invasion démoniaque.

Après une nuit sans sommeil à réfléchir à l’offre, et à imaginer mille moyens de se sortir de l’engrenage infernal dans lequel il était tombé, Thaddeus se rendit à l’évidence : Il n’y avait pas d’issue. La Terre était perdue, et il devait sauver ce qu’il pouvait, sa famille. Golias accepta l’offre. Il emmena son bataillon camper dans une petite clairière, à l’abri dans un sous-bois, et pendant la nuit, elle fut intégralement massacrer par des démons, sans pouvoir réagir. Thaddeus fut le seul survivant, et conduit jusqu’à Sen’Tsura. A sa surprise, la démone tint parole. Sans doute comptait-elle mettre les talents d’officiers de Golias à profit.

Le lieutenant eut quelques temps de répit, avec sa femme, tandis qu’ils firent le deuil de leur fils. Thaddeus n’eut jamais le cœur d’avouer à sa femme, effondrée, qu’il était responsable de la mort de leur petit Lucius. Kathalyn accoucha d’une fille, qu’ils nommèrent Fortune, comme pour faire face au mauvais sort qui s’acharnait sur leur famille, sur leur nation, et sur leur race. Prenant la tête du nouvellement formé Premier Bataillon de Lancier de Sen’Tsura, Thaddeus participa à la défense d’une contre-offensive royale visant à reprendre la capitale du monde. Suite à cet engagement, il resta en garnison dans la cité, participant activement à la reconstruction.

Son bataillon fut mobilisé après de la défaite des démons lors de l’invasion de Drayame. L’ordre fut donner de déclencher l’incendie général de la forêt elfique, et le Premier Bataillon de Lanciers faisait partie du fer de lance de l’offensive humaine. Brûlant hectare après hectare sans le moindre remord, le bataillon connu son premier engagement majeur dans un avant-poste elfique qu’ils mettaient à sac après le passage du feu ravageur. Une armée elfique toute entière lança une contre-attaque afin de protéger leurs terres, et tomba droit sur le bataillon. Thaddeus organisa la défense du bourg en ruine, qui lui offrit un minimum de couvert face aux flèches elfiques.

L’assaut dura deux longues heures, et au final, des renforts de démons et d’autres humains vinrent mettre en déroute les elfes. Le Premier Bataillon de Lancier avait connu son baptême du feu, et grâce au commandement irréprochable de Golias, il avait vaincu de nombreux pelotons d’elfes. Malgré cela, les pertes du bataillon atteignaient les 80%, tant et si bien que malgré sa défense héroïque, Thaddeus reçut petit à petit le surnom de Poissegrolle. Après tout, être placé sous ses ordres était mauvais pour l’espérance de vie. Depuis ses tout débuts, malgré des victoires éclatantes et de très bonnes tactiques, un mauvais contexte stratégique conduisait Golias à subir à chaque engagement de terribles pertes.

Le Premier Bataillon de Lancier continua les combats contre les Elfes, jusqu’à ce que les pertes furent trop lourdes et qu’il soit déclaré inapte au combat, puis retourné à Sen’Tsura. Au chômage technique, pour ainsi dire, Thaddeus se vit offrir un très beau poste en récompense de ses prouesses lors de la campagne de Drayame : C’est ainsi qu’il devint le lieutenant du Premier Bataillon de la toute nouvelle Garde Impériale.

La Garde était composée de vétérans provenant des quatre coins de la Terre, la crème de la crème de la tradition militaire humaine. Même si restait à la tête des Lanciers lui aurait convenu, l’honneur martial de Golias le poussa à accepter sa mutation. Il lui fallait de toute façon un nouveau centre d’intérêt pour compenser la perte de son fils Lucius, et se consacrer corps et âme au développement de son bataillon de la Garde Impérial lui convint parfaitement.

Il resta à Sen’Tsura durant quasi-totalité de la guerre entre les « Rebelles » et les forces du nouvel « Empire ». Au départ, Thaddeus pensait qu’il aurait bien du mal à suivre les ordres de démons, ces créatures infernales qui avait massacré à plusieurs reprises ses hommes sur le champs-de-bataille, dévasté le Joyau de la Terre, et décimé sa famille. Mais, au fil des années, le passionné d’histoire devait se rendre à l’évidence : Cet Aile-Ténébreuse avait apporté la paix au continent de Terre. Jamais auparavant ces royaumes guerroyants n’avaient été unis sous une seule bannière. La présence des Rebelles n’était qu’un détail très mineur.

Pendant tout le conflit contre les Rebelles de Galaad, Golias fit preuve d’une détermination exemplaire et d’une dévotion irréprochable et d’un sens tactique impeccable. Sous son commandement, le Premier Bataillon de la Garde Impérial devint une troupe armée si efficace que deux autres Bataillons furent formés. La garnison de Sen’Tsura, placée sous les ordres du Capitaine Duvernay, devint rapidement la force militaire humaine la plus respectée de Terre.

L’enlisement du conflit donna à Golias le temps d’élever sa fille Fortune, et de reprendre une vie « normale » avec sa femme Kathalyn. Dès qu’un problème apparaissait dans les murs de la cité, ou dans son rayon d’action, c’était le Premier Bataillon de la Garde Impériale qui était envoyé pour régler le problème. Et à chaque fois, Thaddeus accomplissait sa mission avec grand succès. La capitale impériale devint un bastion de l’autorité d’Aile-Ténébreuse, et la campagne environnante purgée de la quasi-totalité des sympathisants rebelles.

L’efficacité froide et le manque total d’empathie du lieutenant pour ses concitoyens lui valurent moult recommandations au sein de l’Empire. Son bataillon mena la charge lorsque les impériaux conquirent les mines d’argent naines à l’ouest de la Montagne. La Corporation de la Terre et du Bois, possédant les-dites mines, fut décimée dès la première bataille contre les forces impériales. Golias demanda l’autorisation de poursuivre les forces naines en déroute jusqu’à leur forteresse de Fort Rubis, puis de lancer le siège leur capitale corporatiste d’Éclarlate. Malheureusement, le haut-commandement impérial refusa, de peur de déclencher des hostilités contre l’armée régulière de la Montagne, qui était en train de se mobiliser pour contre la menace.

Après sa démonstration de talents martiaux face aux Nains, le lieutenant se vit offrir une promotion au grade de Capitaine des forces orientales de l’Empire, en prévision d’une invasion éventuelle de la Montagne. Cependant, il refusa, préférant rester avec sa famille à Sen’Tsura. Il resta là, accumulant les victoires contre les bandes rebelles en vadrouille, et assurant la paix dans le nouvel Empire. Bien vite, il devint un symbole des forces armées impériales, en bien comme en mal. Il représentait le caractère militariste de l’Empire, son absence de compassion, sa sauvagerie éventuelle, mais aussi son impartialité, la paix qu’il offrait, et l’unité (enfin!) des humains de la Terre.

Son plus récent fait d’arme eut lieu lorsque les Rebelles et les Glaces débarquèrent non loin de Sen’Tsura, dans ce qui devint l’ultime bataille de la guerre. A nouveau, Golias eut à défendre la capitale de la Terre assez longtemps pour permettre aux renforts d’affluer. Propulsé en première ligne, il mena la défense de la porte principale par la Garde Impériale. Le Second Siège de Sen’Tsura fut au moins aussi violent que le premier, sauf que cette fois-ci, il était prêt. Equipé d’armes et armures en Stratium, vendues par des Nains alliés à l’Empire (le « Conglomérat »), il tailla dans les rangs des barbares du Sud en ne subissant, une fois n’est pas coutume, que des pertes minimes.

Mais, comme si sa malchance devait le suivre, le régiment de Galaad le Traître mena à son tour l’offensive, profitant d'une brèche dans la porte sud de la ville pour s'infiltrer et foncer en direction du palais d'Aile-Ténébreuse. Sachant pertinemment que le chef Rebelle, s'il disposait de l'Harmonium, était l'unique être vivant capable de tuer l'Empereur, Golias fit se replier en toute hâte son bataillon pour se placer jusque devant le palais tout proche.

Les miliciens et les Lanciers à l'intérieur de la ville étaient promptement fauchés par la charge de cavalerie lourde de Galaad, sans même ralentir le scélérat. Seul les deux tiers des Gardes Impériaux eurent le temps de se replier jusque devant les portes du palais impérial lorsque l'élite des Rebelles y arriva. Hors de question pour Golias et les Gardes de reculer d'un seul pouce. L’affrontement fut digne de légendes. Il n'y avait de place ici que pour le courage et la détermination, et non à la stratégie. Thaddeus et ses hommes foncèrent sur Galaad, et, réutilisant la tactique qu'il connaissait bien, lança son épée en direction des cavaliers. Nombreux furent ses hommes à l'imiter.

Les pertes furent énormes des deux côtés. Les Gardes, décimés par la charge, parvinrent néanmoins à forcer les Rebelles à poursuivre le combat à pied. Un sergent hurla que l'épée longue de Thaddeus lui-même avait blessé le cheval de Galaad, le forçant à descendre. Sortant son épée courte, Golias poursuivi le combat, se jetant dans un corps-à-corps violent contre l'élite des chevaliers de la Rébellion.

Le Capitaine Duvernay –dirigeant la garnison de Sen’Tsura- tomba sous les coups de boutoir du chef des Rebelles, qui se frayait une percée sanglante en direction du palais d'Aile-Ténébreuse. Thaddeus lui-même, entouré de ses hommes, tenta de rallier ses forces pour vaincre l’ennemi numéro un de l’Empire, mais il fut vaincu par la force surnaturelle de Galaad. L'échange d'arme ne dura qu'une dizaine de secondes avant qu'une taillade du roi rebelle ne tranche profondément les côtes de Golias, profitant d'une minuscule faille dans son armure en Stratium. Blessé, le lieutenant de la Garde Impérial se replia et continua de combattre Rebelles et barbares jusqu’à ce que les envahisseurs se replient enfin. Galaad était tombé, attaqué simultanément par quatre des plus grands guerriers de l’Empire, et par leurs troupes venues en renfort.

Suite à la bataille, il passa trois mois à l’hôpital à se remettre de ses blessures. Lorsqu’il en ressortit, il se vit offrir un honneur tout particulier : Il venait d’être promu Capitaine de Sen’Tsura, dirigeant la garnison de la capitale de la Terre. Le Capitaine Duvernay lui-même l’avait recommandé pour sa succession, et ses faits d’armes face aux Rebelles à Sen’Tsura n’avait pas fait mentir son supérieur. Evidemment, comblé de joie, il accepta.

Désormais, il dirige l’armée régulière de l’Empire à Sen’Tsura. Les trois bataillons de la Garde Impériale sont sous son commandement direct, de même que les quatre premiers bataillons de Lanciers, ainsi que l’unique bataillon d’Infanterie Chevalière. L’élite des armées humaines, sous ses ordres. Un véritable exemple d’aboutissement pour celui qui n’aurait dû être que le commandant de l’armée d’un comte quelconque, et qui, grâce à l’avènement l’Empire, avait obtenu un poste au-delà de toutes ses ambitions. Même les Conquérants, ses soldats d’élite semi-démoniaques puissants par-delà la raison, était techniquement inféodée à ses ordres.

Bien déterminé à maintenir la paix dans « son » Empire, et à servir l’Aile-Ténébreuse contre toutes les menaces à son hégémonie, Thaddeus Golias maintient une garde vigilante sur Sen’Tsura et sa région. Avec la défaite finale des Rebelles, et les Glaces isolés sur leur continent désolé, un nouvel âge d’or s’apprête à commencer sur Terra Mystica. Et le Capitaine de Sen’Tsura compte bien s’assurer que rien ni personne ne vienne s’opposer à cela, ou à la sécurité et la tranquillité de sa famille.

Citation :
Raconte une réunion avec d'autres chefs militaires pour discuter du cas des Adorateurs de Nayris et sur les dangers qu'ils représentent. Insiste bien sur le point de vue de ton personnage sur les Adorateurs en question.





Je suis le troisième compte d'Alaric et de l'Augure. :-)


avatar


Humain

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte :
Vitesse de réponse :


 
Page 1 sur 1