Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 Alyae Féral

 
Jeu 19 Mar - 12:37
Voir le profil de l'utilisateur
Alyae Féral

Douce– Impulsive – Curieuse – Lunatique – Perfectionniste


Informations

Surnom : Aly, donné par son oncle Alfred Nehim
Age : 22ans
Nationalité : Inconnue, mais aussi loin que remonte ma mémoire, je vis à Sent’sura.
Profession : (Ancienne) Servante personnelle de Monsieur Nehim
Camp : Neutre
Croyance : Aucune
Titre de noblesse : Aucune
Race
Sang Mêlée : mi-démon (fille d’Anima Féral) et mi-animorphe (mère inconnue)

Caractère

Vous dire que je ne suis pas de bonne compagnie serait vous mentir, indépendamment du fait que j’ai mes propres humeurs, comme tout un chacun.
A cause de ma profession, je suis très vite devenue perfectionniste, appliquée et attentive, parce que avec mon oncle lui fallait que tout soit carré ! Alors j’ai également développée une mémoire quasi-eidétique… « Chaque détail compte ! » comme disait Alfred Nehim.
Je sais également faire preuve de douceur quand je le veux. Egalement un brin calculatrice si nécessaire, doublée d’un soupçon de malice et quelques fois lunatique, je l’avoue.
Mon plus gros défaut doit être sans nul doute mon impulsivité…malheureusement certains ne sont plus là pour en témoigner, mais disons que la dernière personne à m’avoir fait du mal s’est vu promptement séparée de son cœur. Qui était-ce ? Vous n’avez qu’à lire mon histoire !







Physique
*Forme humaine : Je suis tout ce qu’il y a de plus banale : un petit mètre soixante-cinq, une taille fine avec des formes suffisantes pour attirer l’œil de la gente masculine. Mon visage est d’une grande douceur, un teint clair qui met bien en valeur mes yeux en amande d’une couleur singulière, bordeaux aux légers reflets dorés. Ceux-ci sont souvent bien visibles puisque durant mon service mes longs cheveux noirs de jais sont attachés en haut chignon. Ma tenue de travail, parlons en, une longue robe en lin couleur vermillon, resserrée par un serre-taille marron en cuir. Le reste du temps mes cheveux sont libres comme l’air et je suis vêtue d’une chemise noire cintrée par le même serre-taille en cuir, d’un pantalon noir et de mes bottes noires ainsi que d’une cape, noire bien entendu, lors de mes sorties en cachette.
*Forme démoniaque : C’est généralement ma forme lorsque j’entre dans une colère noire. Au niveau de mon gabarit, il n’y a pas de changement. Par contre physiquement il y en a des bien sympathiques…je m’explique : mon teint passe de clair à une couleur blafarde avec sur mes pommettes une marque violette, mes yeux de bordeaux à blanc et mes oreilles deviennent pointues. Un point qui me semble non négligeable est la paire d’ailes noires qui envahit mon dos.
*Forme animale : On finit avec ma forme favorite ! Le plus souvent, je me métamorphose en rongeurs a la fourrure noire et des pattes blanches ou en oiseaux, mon préféré étant le rouge-queue noir. Une ou deux fois en chat et en chien mais rien de plus gros au jour d’aujourd’hui.
Capacités

Arme : Trois petits couteaux de lancé en argent.
Pouvoirs : Télékinésie : Avec un minimum de concentration, il m'est possible de déplacer ou de soulever des objets dont leur poids et leur taille ne dépasse pas celle d'une table.
Familier : Non
Artefact magique : Aucun
Autre : ...


Histoire

Aussi loin que remonte ma mémoire, j’ai toujours vécu ici, à Sen’Tsura, dans la demeure de mon oncle Alfred, ou monsieur Nehim, lorsque nous n’étions pas seuls. Je n’ai aucun souvenir avant mes huit ans, ni de mes parents, ni même de ma vie d’avant. J’ai grandi dans un environnement différent des autres domestiques, je faisais les mêmes tâches qu’eux, mais plusieurs fois par semaine, mon oncle m’enseignait la lecture, l’histoire de notre montre, ainsi que l’art de se tenir en société. Durant ces quelques heures, j’étais une princesse ou une fillette destinée à devenir Duchesse, puis je redevenais la jeune domestique d’Alfred Nehim que j’étais.

L’année de mes onze ans fut synonyme du début de grands changements dans ma vie. Premièrement, c’est cette année où j’ai eut ma première transformation et que j’ai découvert ma nature d’animorphe. Un rouge-queue noir, rien de très impressionnant vu de l’extérieur, mais c’était arrivé comme ça sans prévenir, alors que je le regardais virevolter en dessous de ma fenêtre alors que je rêvassais en pensant à quel point il devait être agréable de vivre libre et de voler au gré de ses envies… C’est après plusieurs essais que je réussis enfin à m’envoler, je tournais et zigzaguais dans ma petite chambre jusqu’à ce que la voix de l’oncle Alfred me ramène à la réalité. Rester ou m’enfuir. Il me fallut la plus grande volonté du monde pour reprendre ma forme humain, mais ma vie était ici.

Cela ne m’empêcha nullement de suivre les faits et gestes d’Alfred durant les jours qui suivirent, sous ma forme d’oiseau, bien évidemment. L’instant qui marqua ma vie fut celui où je le vis en vrai et pour la première fois, celui qui devint se jour là champion de l’arène et le cheval de course de mon oncle… Victo Féral. A ce moment là, ce n’était encore qu’un enfant de treize ans, mais qui avait quelque chose de singulier, comme s’il était différent… Comme moi.

Le deuxième véritable changement s’opéra l’année de mes seize ans. Un soir alors que mon oncle m’avait faite demandé dans sa chambre, une vague d’excitation et de jalousie avait empli le quartier des domestiques.

- Elle a toujours été sa préférée !
- Quelle chance elle a Aly d’offrir sa pureté à Monsieur Alfred! 
- Elle sera sienne jusqu’à ce qu’il décide qu’elle n’est plus assez bien pour ses loisirs.

C’est à peu près ce que disait les murmures sur mon passage, jusqu’à la chambre de monsieur Nehim.

-Bonsoir monsieur, vous m’avez faîte demander, dis-je en m’inclinant, ne sachant vraiment pas à quoi m’attendre.
-Pas de ça entre nous Aly, tu le sais…

Il se rapprochait de moi, m’obligeant à reculer jusqu’à ce que je puisse sentir dans mon dos le relief de la porte.

- Tu es si… Jeune, si douce, me chuchota-t-il en caressant mon bras, ses lèvres frôler la peau de mon cou, semblant remonter vers ma bouche, tout en déplaçant ses mains vers mes hanches.

D’un seul coup, il se figea.

- Je ne peux pas… Pourquoi est-ce que je ne peux pas ? marmonna-t-il dans un léger sanglot en s’éloignant. Va me chercher Dorian, en passant par cette porte, cela sera plus discret, m’indiqua-t-il en pressant un bas relief de feuille stylisé sur le mur. Reviens vite, il saura pourquoi.

Ce passage menait à ma nouvelle chambre, qui ne se trouvait plus avec celle des autres domestiques, mais plus proche des appartements de mon oncle, comme tout ceux qu’il voulait avoir à porté de mains. Cela devait être également le cas pour Dorian. C’était l’un de ses valets, il avait dix-huit ans, et il était déjà un très beau jeune homme…

Lorsqu’il arrive à la chambre de mon oncle, il ferma la porte à clef. En détachant les lacets de sa chemise, il me dit :

- Si cela te devient insupportable, regagne ta chambre Aly.

J’acquiesçais de la tête sans trop comprendre, en allant me replacer près de la feuille gravée.

Torse nu, il se présenta à mon oncle, qui lui retira son bas. Durant ce que je pus supporter de leur ébat, Dorian ne m’avait pas quitté des yeux. Son regard était d’un noir intense et avait fait naître en moi quelque chose de nouveau… Le désir.

Nos flirts ont durés presque 4 ans, entre taquineries et baisés volés, rien de bien sérieux. Mais c'était notre secret. Après tout, j'étais la servante personnelle d'Alfred et lui son valet ou plutôt "son exutoire à pensées malsaines".

Le soir de mes vingt et un ans, Dorian me guida jusqu'à sa chambre. Il n'y avait qu'un lit et une petite table dans ce lieu éclairé a la bougie. Une fois la porte close, il laissa glisser sa main droite dans mes cheveux pour les libérer de mon chignon, alors que l'autre se pressait sur ma hanche. En m'embrassant, il me plaqua au mur...

- As-tu peur ?

Je lui répondit que non alors que j'étais terrifiée. Il me pris dans ses bras, me portant jusqu'à son lit et m'y allongea délicatement. Ses yeux noirs me regardaient avec la même intensité que lorsqu'il me fixait quand il subissait les pulsions d'Alfred.

- Arrête !
- Non. Je ne suis pas comme ton oncle...me répondit-il en déposant des baisers langoureux le long de mon cou.

Il m'initia ainsi aux plaisirs de la chair. Mais ce n'était pas nos seuls moments volés...nous passions également de nombreuses heures a nous entraîner aux rudiments de la télékinésie. Dorian m'avait alors appris a déplacer de petits objets comme un livre, un sac ou un même une carafe d'eau seulement par la pensée.
Mais cela ne devait pas durer.

Durant le mois de Dennarés, Dorian disparu sans même me dire au revoir, un soit disant transfert de domestique d'une maison a une autre. Oncle Alfred avait trouvé un nouveau souffre douleur, sans doute parce que Dorian avait repoussé par deux fois ses dernières avances.

Les jours sont passés avec une triste monotonie depuis son départ...jusqu'au 4 Astarr 114, jour du dernier changement notable de ma vie, pour l'instant.
Toute ma maison d'Alfred étaient dans une grande excitation, en ce jour de l'anniversaire de Victo Féral, le grand champion de mon oncle.

Les domestiques courraient partout afin que tout soit prêt pour cette grand fête tant attendue de tous. Moi, j'étais confinée a ma chambre...enfin, c'est que croyait Oncle Alfred. Sous ma forme d'oiseau, je pu observer la soirée d'un peu plus haut, tout en essayant de ne pas me faire dévorer par la wyvern de Victo...qui lui, paraissait bien occupé en compagnie d'une demoiselle. Dommage, j'aurais bien aimé que l'on se rapproche..il aurait pu m'intéresser malgré le fait je sois encore affectée par l'absence de Dorian.
C'est dans un élan d'ennui que je bifurquais vers le bureau de mon oncle pour observée ce qu'il s'y trame puisqu'il semblait avoir quitté la fête.

-Vous profiterez de la nuit pour jeter son corps hors de la ville, je ne veux pas prendre le risque qu'elle le voit comme ça...
- Mais pourquoi vous donnez autant de mal pour camoufler son meurtre, ce n'était qu'un domestique !
- Non !...enfin si, mais pour Aly il était plus que ça...et je ne tolerais pas qu'une fille qui m'appartient ne couche avec un autre que moi sous mon toit ! C'est terminé, veuillez partir.

Quoi ? Dorian...il n'était pas partit...mais assassiné ! Pourquoi ? Quand ? Comment ? Je ne pouvais pas rester sans réponse, mes émotions étaient en conflits et il fallait que je sache.

Je repris ma forme humaine sur le rebord de la fenêtre et ouvris celle-ci de l'extérieur. Alfred se tenait près de son bureau, étonné et déjà sur la défensive à la vue des traits qui assombrissaient mon visage.

- Asseyez-vous M.Nehim, lui ordonne-je d'une voix froide et seche que je ne me connaissais pas.
- Aly, qu'est-ce qui ne va pas ? Je n'ose com...
- J'ai dis "Asseyez-vous !".
Il tomba raide dans son fauteuil. En me concentrant, je détachait le codon qui retenait les rideaux du bureau pour attacher solidement Alfred, grace au don que m'avait transmit Dorian.

- Vous n'aimez pas vous retrouver a la place de vos victimes ou que l'on refuse de se donner a vous ! C'est pour cela que vous avez fait disparaitre Dorian ?
- Ferme la espèce de petite traînée ! A vous deux, vous avez faillit dévoiler ma déviance ! Tu n'es qu'une garce et une ingrate envers celui qui t'as tout offert, j'aurais mieux fait de te laisser pourrir dans le bordel où je t'ai trouvé ! De quel droit est-ce que tu te rebelle de cette façon, tu n'es qu'une domestique !

Une rage nouvelle grandissait au plus profond de moi, me donnant une envie de sang et de destruction...des fourmiments dans les avant-bras et une petite voix dans ma tête m'hurlait de lâcher prise. Mes yeux se fermèrent et lorsque je les rouvris, je me sentais différente. Plus forte, plus fascinante et sans doute plus effrayante a croire la tête de ce moins que rien d'Alfred.

- Un..un dé..un démon ?
- Ne change pas de sujet, répond moi a présent et j'epargnerai peut être ta vie, lui dis-je avec une voix nouvelle.

- Garde ! Garde ! A moi !
Guillaume, l'un des gardes de mon oncle entra dans la bureau son épée a la main...avant qu'elle ne se retrouve logée entre ses côtes. C'est dommage, il était gentil.
- Pourquoi ?
- Pour avoir peu plus ton attention. Tu as presque écoulé ton temps de paroles... une dernière chose ?
- Tu es un fléau ! Une abomination !
- Temps écoulé. Lui-je en retirant son coeur de sa poitrine.
Je repris ma forme humaine, assise sur son bureau et son coeur encore en main. Le laissant s'écraser sur le sol, je partis en courant dans ma chambre nettoyer les traces de sang qui tâchaient mes bras, me changer mais surtout prendre quelques affaires et partir loin d'ici.
Ils ne tarderaient pas a apercevoir de la mort d'Alfred Nehim et de ma fuite. Il fallait que je le retrouve, il pourrait peut être m'aider, lui le Champion de l'Arène. Victo.





Dans la vraie vie  


Âge : 22ans
Comment avez-vous connu le forum ? Bouche à oreille
Avez-vous déjà fréquenté d'autre forum, si oui lesquels ? C'est mon premier Wink
Vos passions : Les loisirs créatifs, les jeux, la couture, le tricot, la lecture et l'écriture
Que pensez-vous de Terra Mystica ? Avez-vous des suggestions pour l'améliorer ? Très beau forum et très complet, j'aime beaucoup le background qui nous laisse pas mal de liberté ! Et pas de suggestions pour le moment.
Avez-vous rencontré des problèmes pour remplir votre fiche? Pas vraiment, j'espère juste ne pas avoir fait d'erreur ^^
Phrase fétiche : "La patience, c'est quoi ? Ça se mange ?"


 
Page 1 sur 1