Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 << Dominationis ad Zima >>

 
Lun 9 Fév - 22:00
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5314-stribog-zima
Ce matin là, il faisait froid sur le territoire du Gronnvegg. La lointaine forêt du pays de Selian dessinait une ligne verte sur des kilomètres le tout copieusement arrosé de neige. Un œil aguerri pourrait voir ça et là les petits animaux gambader à découvert mais parfaitement camouflés dans leurs habits d'hiver. Mais alors qu'un petit lièvre court à travers les fourrées, il se fait violemment attraper par les serres puissantes d'un aigle aussi noir que l'encre. Son bec jaune pointé vers le ciel, il s'élève haut, laissant sa proie hurler de terreur à l'idée d'être son prochain repas. Le rapace filait dans les airs en direction du nord. Au loin se dessinaient les courbes raides mais charmantes d'une ville. Une petite butte surmontée d'un imposant manoir faisait face à la plaine déserte et là, sur le balcon de marbre blanc, le jeune Stribog peignait le paysage qu'il avait sous les yeux. Le pinceau dansait littéralement sur la toile. Dessinant avec légèreté les paysages sauvages de Selian. Le peintre, lui, affichait un sourire satisfait tandis que sa main continuait à faire de la toile une véritable œuvre d'art.

Lorsque l'aigle passa au dessus de lui, il décrivit de larges cercles tout en descendant vers le balcon. Il se posa nonchalamment sur le balcon et y déposa une lettre tout en mangeant tranquillement son repas. Le jarl regarda la missive d'un œil circonspect avant de remercier son aigle d'une caresse sur la tête et de se saisir du message. Il l'ouvrir soigneusement et en retira le parchemin de bonne qualité. Dessus était rédigé avec une écriture soignée un message tout particulier.


Monseigneur Stribog de la maison Zima.

Je viens de terminer l'objet que vous m'avez demandé. Je vous attendrais dans l'auberge près de la grande place d'Osfrid pour vous le remettre et vous expliquer son fonctionnement.

Je vous attends en fin d'après-midi. A plus tard.


La lettre ne comportait aucune signature mais Stribog savait bien de qui il s'agissait. Les mages étaient assez rares et peu appréciés dans les environs et en contacter un était synonyme de huées répétées, voir plus grave. Le jarl ne pouvait pas parler à l'un d'eux comme bon lui semblait. Même si lui aussi était un maître des arcanes, personne dans son duché ne le savait hormis Godrick. Même le capitaine ne connaissait pas ce secret qui serait fort capable d'ébranler l'autorité déjà fragile du jeune homme. Il se contentait de pratiquer la magie dans les sous-sols sombres et insonorisés du manoir. Ou bien dans la forêt. Débarrasser l'endroit de quelques brigands ne fait jamais de mal.

Fort d'apprendre cette nouvelle, le jarl se dépêcha de ranger ses affaires de peintre à l'intérieur de son bureau, de s'habiller pour garder un certain anonymat, et de se rendre à grands pas vers la ville. Il avait prévenu son huscarl de la teneur du message et celui-ci comprenait qu'accompagner son maître lui porterait préjudice. Il glissa quand même un « Ne prenez pas de risques... » à Stribog avant de fermer la porte du manoir derrière lui. C'est en souriant, la tête encapuchonnée, que le jeune élémental descendit la petite colline pour s'engouffrer dans la fourmillante Osfrid.

Il passa très rapidement entre les passants, ne s'arrêtant pas pour admirer les rues bondées, les magasins. Il atteignit rapidement la grande place de la ville où s'affairaient divers marchands. Ici se négociaient poissons, gibiers, pains, armes et même bijoux à prix d'or. L'élémental s'engouffra en vitesse dans la dite auberge et attendit que son rendez-vous se manifeste. Un homme étrange et habillé chaudement le pria d'un geste discret d'approcher. Stribog y alla doucement, faisant semblant de s'asseoir à une table vide d'abord. Ce fut au bout d'une dizaine de minute qu'il arriva enfin devant l'étrange homme. Celui-ci le salua brièvement sous sa capuche et déposa un pot de confiture sur la table.

- Tenez. C'est ce que vous m'avez demander. J'ai parcouru des milles et des milles jusqu'à Terre pour vous la faire. J'espère qu'elle vous conviendra.


Un peu déconcerté, le mage prit néanmoins le flacon d'apparence anodine et s'en retira en saluant le vieil homme. Il repartit aussi rapidement qu'il était arrivé et une fois arrivé dans son manoir, il s'accorda enfin un peu de repos en prenant place dans un confortable fauteuil. Le pot dans la main, il l'ouvrit avec précaution et découvrit, à l'intérieur, une petite sphère, de la taille d'un œuf, toute d'onyx couleur d'ardoise. De fines veines bleues brillaient sur sa surface polie. C'était comme un bijoux, magnifique. Elle était plutôt lourde pour sa taille mais ce n'était qu'un détail. Dans le flacon trônait aussi un petit parchemin fermé avec un ruban rouge. Stribog l'ouvrit avec précaution et découvrit une note laissée par le fabricant.


Bien, voici comment on se sert de la « sphère Zima » (J'espère que le nom vous convient). Il vous suffit de prendre la sphère dans votre main lorsque vous êtes dans l'un ou l'autre endroit que vous m'avez indiqué et de murmurer « Dominationis ad Zima ». La formule est un peu convenue mais cela vaut bien tout l'or que vous m'avez donné. J'espère que cela vous conviendra. 



Une fois encore, aucune signature. Stribog ne connaissait même pas le nom du mage auquel il avait commandé cet artefact, mais il avait confiance en lui. Il se leva de son fauteuil, prit entre ses doigts l'étrange objet et murmura la formule. Soudain, il vit le paysage tourner violemment avant de complètement changer pour prendre l'apparence de sa chambre au quartier général de la Neo-Voëlkara, en Terre. Abasourdi, il en lâcha la boule de pierre qui tomba bruyamment sur le plancher. D'un geste vif, Stribog récupéra le caillou et fila se cacher dans l'armoire de sa chambre. Une minute, puis deux, puis cinq... à terme, un bon quart d'heure s'était écoulé et personne ne vint relever l'origine du bruit. Ouf ! Il pouvait sortir respirer l'air libre ! Il revint au centre de la pièce et se prépara à repartir. Malheureusement, l'artefact voulait autre chose. Il avait beau chuchoter voir dire la formule à voix haute, rien ne se passait. La panique ! Il fit les cent pas dans la pièce, le front en sueur en imaginant être piégé ici. Il essaya plusieurs fois et ce ne fut qu'une longue heure après son arrivée que la formule fonctionna de nouveau. Il se retrouva dans son salon, un Godrick sans voix devant lui. Il mit quelques temps à lui expliquer comment fonctionnait l'objet. Manifestement, il y avait une heure d'attente entre chaque déplacement. Un obstacle imprévu mais peu dérangeant au final. Il avait ce qu'il voulait et c'était le principal. Il pourrait désormais aller jusqu'au quartier général en quelques secondes ! Une aubaine sans nom et il saurait en profiter à sa juste valeur !




Soyez indulgent, kit fait avec photofiltre x)


avatar


Elemental

Partie IRL
Crédit avatar : Trouvé par Evrann ^^
Double compte : Trataïr Erubon ; Hilaren Sombresang ; Sophiane Lindsey
Vitesse de réponse : rapide !


 
Page 1 sur 1