Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 Ronce Sombrespoir

 
Jeu 5 Fév - 0:41
Sombrespoir Rose

Réelle nature: Loyale, Honnête, Persévérante, Déterminée, Attractive, Mélancolique, Triste, Honteuse
Nature démontrée: Dominante, Sévère, Antipathique, Sombre, Silencieuse, Cruelle, Sans-pitié, Colérique
Information
Surnom Ronce pour les proches, Sombrespoir pour les ennemis qui ont croisés sa route et qui sont toujours vivant.
Âge : 39 année d'existence pour 25 année en apparence.
Nationalité : Ciel
Profession : Cavalière, Championne, Guerrière
Camp : Partisane d'AT
Noblesse : Noble déchue
Croyance : Le désire de liberté envers ses propres sentiments autant qu'envers le camps dont elle se sent obligé de servir emmène Rose à choisir Leineichte comme déesse tutélaire.
Famille : Anciennement, son réel nom fut celui de la noble et juste maison des Brihim, mais suite à sa trahison envers les siens, elle abandonna ce nom pour ensuite devenir, au fil des années et par réputation, Sombrespoir.
Race
Nephilim,
Rose est le croisement réussis d'une ange et d'un noble humain de Ciel. Malheureusement, le jour où sa nature se modifia, elle perdit les atouts qui démontrait qu'elle appartenait au sang des anges. Ses yeux dorés disparurent et ses iris devinrent gris.
Caractère

Une femme brisée et déchirée par des choix qui ne furent pas les bons, et qui l'amenèrent dans le lourd chemin de la déchéance et du mépris de soi. Rose était autrefois bonne, douce, paisible, aimante d'autrui et serviable envers les plus démunis, jusqu'au jour où l'Aile Ténébreuse déchira l'espace-temps et fit son entrée en ciel. Plus que jamais, la paladin issue d'une noble famille et d'un sang quasi-divin, ressentie la peur et l'effroi au point d'en commettre l'impardonnable. Elle renia son héritage familiale et l'assistance à la mort de son père, sa mère, sa soeur aînée et son frère cadet lui laissa le gout amer de la honte et du chagrin dans son coeur. La lueur doré qui luisait en permanence dans ses yeux de par son sang Nephilim disparut et ses larmes autrefois d'une couleur argentée devinrent des larmes rouge. Il n'est pas sans dire que cette trahison n'aura pas eut un effet à long terme également. L'emprise qu'avait eut la peur d'Aile Ténébreuse la rendit fragile et tranquillement, son âme se noircit. Ce n'est pas du jour au lendemain qu'elle devint "Ronce", car avant de devenir cette épine du mal qu'elle est aujourd'hui, la fleur du se faner et ses pétales durent tomber . Avec les années à combattre pour son nouveau seigneur, à mépriser sa personne et à se remémorer l'exécution de ses proches, la joie devint de la colère, la bonté devint de la cruauté et sa charité devint un désir d'opprimé et de dominé. Bien entendu, des vestiges de son ancienne personne persiste en son fort intérieur. La tristesse y règne toujours, tout comme la mélancolie. La honte ne s'effacera jamais de ses pensée et le chagrin, jamais de son coeur et c'est bel et bien pour étouffer ces sentiments que ses crises de colères prennent de plus en plus d'ampleur sur sa raison et que la cruauté s'est enraciné au fond de son être. Heureusement pour elle et pour tous, elle n'est pas non plus une tueuse impulsive et ce malgré la réputation qui la suit. Ses seules victimes sont celles qui tombent au gré des guerres qu'elle mène et des victoires qu'elle remporte sous la bannière du seigneur noir. Elle sait toujours faire la différence entre un soldat et un innocent et bien qu'elle ferme les yeux sur les horreurs dont elle peut être témoin en combattant aux côtés d'innombrables démons, elle n'en reste pas indifférente malgré l'expression neutre de son visage et le passage entre l'impitoyable guerrière qu'est Ronce, et la femme qu'elle est dans son intimité ne se fait pas sans douleur psychologique. Chaque jours est un combat contre elle-même, chaque fois qu'elle détache cette armure noire et qu'elle délaisse cette épée sombre, l'humiliation et le déshonneur lui ronge l'âme alors que le visage de ses victimes hantent ses nuits. Cependant, sa crainte de périr par la main de l'Aile lui ordonne de continuer dans cette direction et que ces services rendues sous sa bannière ainsi que cette réputation sanglante et infernale auquel elle rend justice sur les champs de batailles sont ses seuls moyens de prolonger sa vie...aussi injuste, laide et désespérée lui semble t'elle.

Physique

Dans la tumulte de la guerre, d'entre les cris de rage et le bruit du fer des lames contre celui des armures et des boucliers, les troupes alliés perçoivent enfin un ordre encourageant. Une brèche a été réussis dans les défenses d'AT sur le front Ouest, mobiliser les forces et maintenir la pression sur les autres positions. Cependant, à peine ce petit encouragement reçu qu'un mauvais présetiment semble envahir les troupes entière. C'est alors qu'un silence s'installe pendant un bref instant, tout semble s'arrêter pour une seconde. Seule une voix lointaine, tel le murmure d'un spectre, se fait entendre. Ce murmure s'élève de plus en plus au gré d'un long coup de vent en crescendo emportant avec lui les paroles d'une hymne terrifiante chantée derrière un heaume épais. Alors que les hommes se regardent, d'un air à la fois confus et effrayé, un hurlement s'élève parmi l'alliance alors qu'un sourire de satisfaction se dessine sur le visage de l'armée d'AT. Un étendard s'élève fièrement au loin, avançant à une vitesse fulgurante alors que le hennissement infernal d'un cheval enragé enterre le chaos du combat. Sous cette sombre bannière, un harnois plein et noir comme les abysses, fait son apparition, chevauchant une créature aussi impie que diabolique, un Cauchemar, en emportant avec lui les le goût amer de la terreur. Sa chevauchée est lourde, tout comme son arrivée au combat. Le cavalier noir entre dans la tumulte sans broncher, écrasant le premier soldat sans aucune retenue en laissant derrière lui une traînée de fumée noire qui semble se dégager de son épée embrasée. Profitant de la confusion, Il brandit son étendard bien haut alors que sa monture s'élève sur ses pattes arrière. Seul des yeux gris, impassible et cruel sont visible au centre du heaume à pointe du chevalier noir et alors qu'il rabat son épée ténébreuse sur le casque de sa deuxième victime, la force de son bras ne laisse qu'un mort de plus dans son passage, et un nuage d'étincelle et de fumée à l'endroit où sa lame percuta l'acier du casque maintenant inutile du défunt soldat. Retombant alors sur ses pattes, le destrier s'immobilisa alors que son maître en descendait. Il était grand, mesurant près d'un mètre quatre-vingt. Sa chevelure de feu dépassait derrière son dos, longue et de la même couleur que le crin enflammé de sa bête. Sa poigne, solide et puissante, vint planter sa corsèque au sol, sur laquelle flottait une bannière de couleur d'ébène qui, en son centre, laissait flotter l'image d'un crâne soutenue par une paire d'aile enflammée. Il s'agissait là des couleurs d'un cavalier d'Aile Ténébreuse, un mercenaire qui dirigeait la puissance de son bras armée contre les ennemis de l'empire. c'est alors qu'encore une fois, l'hymne noire du paladin déchu s'éleva au gré d'un coup de vent puissant. Sa voix était puissante, pleine d'assurance, démontrant une force de caractère inébranlable. Il y avait quelque chose d'inhumain dans cette voix, de lourd et de déprimant, comme s'il infligeait à l'âme ses propre tourments. Sa bannière plantée, les démons de l'Aile commencèrent alors à crier son nom à l'unisson.
Sombrespoir, Sombrespoir...Sombrespoir...

Sous son armure cependant, Ronce n'a rien de bien terrifiant. Son plus terrible secret réside probablement dans le simple fait qu'elle est une femme. Sa chevelure flamboyante cache un visage qui, au premier regard, pourrait sembler doux et chaleureux, mais un air neutre et impassible semble avoir effacer toutes traces d'amabilité de son jolie minois. C'est donc un regard perçant et sévère, sous lequel un beau et jeune visage prend place, qui percute d'abord le regard de ses interlocuteurs. Même si ce visage semble sans expression au premier abord, l'on remarque rapidement que ses yeux sont le miroir de ses émotions, ou du moins une partie d'entre elles. L'on peut y lire la détermination et un regard honnête et sans jugement. Son corps, lui, est fin et athlétique, prouvant qu'il s'agit bel et bien d'une guerrière née. Plusieurs cicatrices en décors sa peau douce malgré tout, mais aucunes d'entres elles n'aura jamais été aussi profonde que celle qu'elle garde sur son coeur. Ses yeux, autrefois dorés, sont maintenant d'un gris terne, rendant son regard à la fois intriguant, mais triste et sans lueur d'une vie agréable. Elle pallie donc ce petit défaut par une présence droite et disciplinée, cachant sa tristesse intérieur derrière l'image d'un parfait soldat. Enfin, c'est une femme d'une taille légèrement supérieur à la moyenne, mesurant un mètre soixante-dix, atteignant un mètre quatre-vingt cinq en portant son harnois.

Capacités
Armes : Corsèque, épée courte et une dague.

Pouvoirs :
Plume Noire
(Pouvoir développé durant son service pour AT)
Plume noire est en fait un pouvoir reliant du registre de l'illusion. Lorsque Ronce fait appel à ce pouvoir, un Essaim de corbeau irréel l'entoure et virevoltent autour d'elle tout en laissant entendre le croassement de ces véritables volatiles à répétition. Les corbeaux, bien qu'irréels, agissent alors comme un écran de camouflage pour Ronce, et servent ainsi à semer la confusion dans les rangs adverse. Ceux-ci se détruisent en un fin nuage de fumé chaque fois qu'ils sont touchés par un objet solide. Les corbeaux ne crées aucuns dégâts. Ce pouvoir demande une certaine concentration à Rose avant d'être invoqué, ainsi, elle devra être à une distance raisonnable de son adversaire afin de l'utiliser sans quoi elle crée une ouverture pour celui-ci.

Résistance au feu
(Pouvoir inné)
Les raisons de l'existence de ce pouvoir semblent remonté à la naissance de Rose. Depuis toujours, elle possède une résistance aux flammes de nature naturel et magique. Il ne faut cependant pas confondre résistance et immunité. Les flammes et la chaleur l'affectent toujours, mais à un degré inférieur. Ainsi, il faudra plus de temps à son corps pour ressentir les effets de la chaleur ou des brûlures. Il va de soi que les températures trop élevés ou les sources de chaleurs quasi-infernales, tel le souffle d'un dragon ou encore de la lave, l'affecteront de la même manière qu'elle affecteront n'importe quelle créature. Sa résistance n'affecte que les sorts élémentaires de feu ou le feu naturel.

Inspiration vaillante, Hymne de la perdition
La voix, le ton, les gestes,les ordres et les chants de Ronce savent donner espoir et force à ses alliés, ou au contraire, créer terreur et peur dans le coeur de ses adversaires. Lorsqu'elle utilise ce pouvoir de soutient, le vent porte sa voix dans l'oreilles de ceux qui sont visés et offre l'un des deux effets voulu par la paladin déchue. Bien rare sont les moments où elle choisit l'inspiration vaillante depuis qu'elle a rejoint le camp d'AT, par simple principe de réputation. Alors, au lieu de donner une force de volonté imparable à ses paires, elle a développé depuis une variante de ce même pouvoir qu'elle apprit en tant que paladin. Au lieu d'apporter l'inspiration au ventre des soldats aux côtés desquels elle se bat, ses hymnes sombres affectent le moral de ses adversaires durant la bataille. Il est difficile pour Ronce de chanter en plein coeur de l'action sans être déconcentrée par la bataille, ainsi elle se retirera durant un moment afin d'user de cette capacité. Tenter de combattre tout en chantant l'essouffle plus rapidement et les effets ne durent que quelques secondes voir une minute lorsqu'elle cesse son chant.

Maitrise du combat à deux armes
Dernière capacité, sans nécessairement représenté un pouvoir en soi. Rose est très habile pour manier le combat à deux armes et spécialement en portant une épée courte à la main gauche et une lance ou une corsèque dans la main droite. Son arme à longue allonge lui permettant de tenir ses adversaires à distance, il est très frustrant pour ceux-ci de voir à quel point elle manie cette arme avec précision et intellect et lorsqu'il se rapproche, encore plus frustrant de voir à quel point elle pare rapidement et efficacement grâce à cette lame plus courte. Elle se sert également très souvent de poussés et de jeux de pieds pour regagner une distance confortable face à ses adversaires. C'est une combattante aguerrie qui a fait ses preuves dans de nombreux combats...et là où certains maîtrise les arcanes avec facilité...elle sait faire preuve que son talent reste la guerre et le combat.



Familier : Braise est un Cauchemar, une licorne infernale. Suite à l'exécution de la famille de Rose, L'Aile demanda un gage de la part de la paladin afin de lui prouver son allégeance. Amenant Éclipse, sa licorne, devant elle, l'ultimatum fut le suivant: Le sacrifice d'Éclipse par les mains de sa maîtresse prouverait la loyauté de Rose envers son nouveau seigneur. Toujours dans la peur, elle s'affaira à la tâche en versant ses dernières larmes d'argents. C'est suite à ce meurtre que les yeux de Rose perdirent leur couleur doré et que ses larmes argentées devinrent des larmes rouges de sang. Il lui fallu donc des années avant qu'éclipse lui soit rendu sous une toute autre forme. Le sang sacré de la licorne et son corps décomposé se reconstruisirent à la nouvelle image de sa maîtresse. Sa blancheur devint noirceur et son crin devint flammes brûlantes . Tel était le destin d'une licorne maudite.

Artefact : Sombre-souffle:
Sombre souffle est une épée courte forgée dans le fer froid. L'arme appartenait à l'un des généraux d'Aile Ténébreuse qui périt par la main de son actuelle détentrice. Lorsque la lame est retirée de son fourreau, de petites flammes magiques en jaillissent tel les braises d'un feu mourant. Les flammes ne brûlant point, ou que très peu, la réelle propriété de cette arme réside dans le fait qu'elle dégage constamment des étincelles et une épaisse fumée noir lorsque la lame percute un autre métal. Bien entendu, cela ne fait aucun dégâts physique à proprement parlé, mais permet surtout de dérouter ses adversaires ou encore d'inspirer la crainte dans le coeur des opposants de Rose.

Autre : Quatre bagues, chacune d'elles appartenant autrefois à chacun des membres de sa famille. Sur chacun des annulaires, les anneau de fiancailles de ses parents et sur chacun des majeurs, la bague de son frère et celle de sa soeur.

Histoire


C'est en l'an 74 de notre ère, par un mois de Welnnor que naquit l'héroïne de cette histoire: Lady Rose Brihim. Fille de Victor Brihim, noble artisan royale de ciel et de Sybil Laediel, Ange de la même contré, le destin de Sybil était loin d'être celui d'une jeune fille ordinaire. Certes, la cause en est un peu lié à la nature et le statut de ses parents, mais surtout parce qu'en elle même, Rose n'était pas une petite fille ordinaire. Dès le plus jeune âge, l'enfant démontrait un grand sens des responsabilités contrairement à sa soeur, un peu plus gâtée et attachée aux richesses et loisirs de la noblesse. Rose elle, admirait le prestige que la noblesse donnait et les restrictions qu'elle apportait. Elle voyait en ces restrictions les règlements du jeu qu'était celui de leur vie et selon elle, si l'on ne suivait pas ces règlements, on perdait la partie, ou on régressait tout simplement. Cette nature disciplinée l'aida donc grandement lors de la naissance et la croissance de son petit frère, mais aussi lors de son passage à l'adolescence...malgré sa nature beaucoup plus combative durant ces années.

En effet, à peine âgée de 12 ans que la jeune fille devint la protectrice de son petit frère de 8 ans qui était en proie aux moqueries des autres gens, autant humain que des autres anges. En effet, tous deux étaient des Nephilims, un croisement entre l'ange et l'humain et comme il était plutôt rare de voir ce genre d'union, les enfants issus de celle-ci étaient dénigré. Les anges y voyaient un scandale alors que les hommes, eux, en étaient jaloux de cette beauté supérieur à la leur et de ces petits traits physique qui rappelaient leur ascendance divine et malheureusement...très peu de Nephilim avait la chance de naître sans réel problème et là où Rose avait reçu le cadeau d'une naissance parfaite, son frère cadet, lui, avait hérité d'un problème Albinos. Sa peau était blanche, laiteuse et fragile et ses yeux rougeoyant...mais aucun être au monde n'était aussi gentil et doux que le petit Tyril Brihim. Les enfants étant ce qu'ils étaient...la douceur, la gentillesse et la maladie du petit ne faisait en fait de lui qu'une proie à la moquerie des autres et cela avait le don d'hérisser les cheveux de sa soeur. Bien entendu, cela dérangeait aussi Ariel, la plus vieille des soeurs, mais sa nature plus discrète et le fait qu'elle n'était en fait que leur demi-soeur et une humaine la déresponsabilisait en quelque sorte de ce "fardeau" si l'on puis le dire ainsi. C'est donc grâce à ceci que, Rose, développa un sens de la justice aiguisé en plus de développer un caractère fonceur et direct. Rare était les moments où il était nécessaire pour elle d'en arriver aux points, sachant que sa nature Nephilim lui avait conférer une force supérieur à celle des autres enfants de son âge. À peine âgée de 12 ans, elle avait déjà la force d'un homme adulte ainsi qu'une rapidité semblable. Elle se contentait donc de simplement tordre quelques bras et repoussés les plus intrépides et bagarreur d'entres-eux. C'est aussi le jour où Rose prit la défense d'un autre jeune garçon, un certain Yvir, que sa vie allait changée du tout au tout. Fils de Paladin, le père de celui-ci observa la scène et vit en la petite Nephilim la force de caractère, l'endurance et les valeurs nécessaires pour en faire son écuyer. Alors âgée de 13 ans, son destin commença enfin à se dessiner devant elle.

Le maniement des armes ne vint cependant pas de suite, car le code du paladin était difficile à maîtriser la plupart du temps. Ce qui n'était pas le cas de notre jeune Rose, car les règles avaient toujours été, pour elle, une partie d'elle même. Ce n'est donc pas la nature de ces règlements qui vint à lui causer problème, mais plutôt leurs quantités. Alors que beaucoup considérait le paladin comme un simple Preux Chevalier, la jeune adolescente en voyait maintenant les coulisses de ce prestige. C'était de longues heures d'études, de formalités et de notions à apprendre...mais sommes toutes elle réussit. Sa nature était persévérante et déterminée, ce qui l'aida grandement à continuer son apprentissage. Vint ensuite les leçons tant attendus et la passion de la Nephilim: L'art du combat.

Ses premiers entraînement ne demandèrent rien de bien difficile. Elle devait apprendre à "jouer" avec son arme afin de s'habituer au poids de celle-ci. Ainsi, les quelques passes effectuée avec son mentor n'étaient pas très élaborés...un coup par ci et un coup par là suffisait amplement pour les trois premières rencontre, puis vint les notions de défenses. Les rôles étaient alors inversés et le paladin n'y allait pas de main morte avec son apprentie. Il frappait fort et rapidement, sachant que celle-ci avait en elle un sang qui l'avantageait, physiquement, et qu'elle se devait d'exploiter cet atout le plus rapidement possible. Le but était d'éliminer la gêne, la retenue et d'extérioriser la nature combative de la jeune femme afin qu'elle puisse s'en servir correctement, de canaliser ces pulsions intérieurs qui explosaient et l'amenait à riposter. Riposter n'était jamais une bonne option dans ces moments, car c'était les sentiments qui parlaient et les sentiments ne devaient jamais se lier à un combat...règle numéro un. Il fut donc très difficile pour Rose de franchir cette étape, étant très en lien avec ses émotions. Ce n'est donc qu'après plus d'une année complète de travail sur la défensive qu'elle réussit à réserver ses pulsions et enfin comprendre le sens de ces études. Comment pouvait-elle mettre son arme au service des faibles et démunis si, elle même, elle succombait à un "mal" intérieur et ne réussissait pas à surmonter cette décharge de colère qui montait en elle chaque fois qu'elle se sentait surmenée.

Ensuite vint la parade, car l'attaque ne semblait pas encore venir après la défense. Connaissant maintenant la force de son apprentie et la rapidité dont elle pouvait faire preuve, celui-ci croyait que la parade était plus utile dans son cas que l'utilisation d'un bouclier car il avait bien essayé d'enseigner à la jeune demoiselle d'utiliser un bouclier, mais celle-ci détestait être "encombrée" par cette "grosse plaque" de bois ou de métal. La parade fut donc un mouvement qu'elle maîtrisa beaucoup plus rapidement cette-fois ci et dans lequel elle excella, beaucoup plus que n'importe quel autre façade du combat. L'intellect vif et direct de la jeune femme semblait lui permettre de toujours garder un jeu de pied stable et fluide envers son adversaire, tout en sachant comment anticiper et esquiver un assaut envers elle. Elle était à la fois fluide et puissante, rapide et endurante...il était maintenant temps de passer à l'attaque...et d'apprendre à manier l'arme que le paladin croyait être ultime dans les mains de Rose: La lance.

En effet, la lance était une arme à allonge, mais légère, et offrant une panoplie d'opportunité qui allait laisser à la Nephilim sa rapidité. Apprenant d'abord à la manier à deux mains, comme il se doit, elle finit ensuite par apprendre le maniement à deux armes. L'épée courte pour bloquer et la parade, la lance pour attaquer, repousser et tenir à distance. Ce style de combat assez inusité était parfois pratiquer par les maîtres d'armes et les cavaliers les plus habiles de la royauté, par des mains puissantes et expertes car cette science du combat demandait une bonne force physique, une endurance exemplaire et une précision sans faille. En tout temps, il fallait rester concentré car cet art était difficile à exécuter...mais ô combien frustrant pour l'ennemi qui ne pouvait déceler de véritables failles et qui serait surpris en croyant pouvoir se rapprocher afin d'éliminer l'allonge de la lance. C'est donc durant l'an 89 que commença son apprentissage du combat à deux armes et c'est en 95 que celui-ci prit fin. Six longues années à apprendre comment combattre avec la lance dans la main droite et l'épée courte dans la gauche...mais ô combien redoutable était-elle devenue.


C'est en terminant son apprentissage martiale qu'enfin, leur premier voyage hors de Ciel put etre organiser afin de débuter l'avant dernier palier qu'il lui manquait à franchir avant que son maitre ne lui accorde sa bénédiction et l'adoube en tant que nouvelle Paladin. Ce voyage avait donc pour but de lui faire découvrir le monde, apprendre comment interagir avec les différentes culture de Terra Mystica et surtout, se forger une nature sans préjugé d'autrui et lui démontrer, peut-etre, les forces obscurs qui parcours le monde, se mouvant dans les ombres et les ténèbres. Le mentor de Rose avait donc sa propre mission aussi, et avait obtenu le droit de son ordre d'apporter sa nouvelle écuyer sur le terrain et l'endroit de leur destination n'était nul autre que la citadelle des pleurs, bien loin dans les contrés de la terre. Ils s'y rendirent donc en passant par le sud, longeant d'abord la mer jusqu'à ce que, au loin, les arbres commencèrent à perdre leurs feuille, comme s'ils mourraient, et que le gazon vert jaunissait à vu d'oeil pour devenir gris et terne. À ce moment Sir Yviron s'arrêta et posa un regard sévère vers son élève.

"Voit comment la damnation des forces obscures peut infecter la nature des choses et rendre ce qui est si beau...aussi désolant. Là-bas, au loin, se dressent les terres maudites par le maléfice de Nayris. Tu devra éviter cet endroit comme la peste, tout comme je le fais. Ceux qui s'y trouvent ne peuvent être chasser et encore moins sauvés. Terra a perdu ses couleurs ici...Yehadiel ne protège plus cette terre."

Ce furent là des paroles qui restèrent dans l'esprit de la jeune femme maintenant agée de 19 ans. Bien que sa curiosité lui suppliait d'en demander plus, elle comprit qu'elle n'en était pas encore arrivée à ce stade et que mieux valait se concentrer sur le réel objectif de son voyage...et de celui de son maître. Ainsi elle ne put s'empêcher de poser la question qui la tourmentait tant.

"Où allons nous et qu'allez-vous faire? Je ne voulais pas écouter, mais j'ai entendu quelques bribes de votre conversation avec l'ordre. Qu'est-ce qu'une liche Monseigneur...et qu'est-ce que la citadelle des pleurs"

La question eut pour effet de laisser un long silence s'installer entre eux-deux durant près d'une minute entière avant que celui-ci ne soupire puis prenne enfin la parole.

"Une liche est un être, souvent un puissant magicien ou prêtre, qui a choisis la non-vie pour prolonger son existence en enfermant son âme dans ce que l'on nomme phylactère. Les liches font partie des plus redoutables morts-vivant...probablement plus que les vampires. Elles sont très difficile à combattre et encore plus à détruire. Tu devras être prudente jeune femme..."

Et il n'avait pas réellement tort. Leur combat contre la liche fut éprouvant et très difficile. L'intervention de Rose fut bien remerciée de la part de son mentor qui lui avait bien ordonner de ne pas s'interposer dans ce combat, croyant que le mort-vivant allait finalement être un adversaire trop dangereux pour la jeune femme, mais son coté téméraire en plus de la situation désavantageuse pour son maître lui permis d'agir. Alors qu'ils combattaient dans une vieille salle de bal, la jeune femme avait profité de l'attention que portait la liche à son opposant pour déplacer trois grands miroir avant d'agir à son tour. Dans le feu de l'action, la créature maléfique ne pu discerner le stratagème de Rose qui lui permit d'attaquer le squelette sur le flanc gauche tout en donnant l'illusion qu'elle arrivait de front. Le coup qu'elle porta à ce moment fut si violent que la cage thoracique du mort-vivant fut endommagé alors que son poing gantelé défonça trois cotes afin d'agripper la colone vertébrale de cette dernière et ensuite, elle passa le baton de sa lance en travers celle-ci, embrochant l'etre malefique de haut en bas. Repoussée ensuite par la puissance télékinétique que possédait son adversaire, elle s'écrasa violemment contre l'un des murs de roc travaillé de la citadelle, mais avait offert la diversion nécessaire à son mentor pour lui permettre d'assener le coup fatal à la créature. Brisant le pendentif qu'elle avait au cou et éclatant sa tête grâce à sa masse d'arme, le seigneur Yviron tomba ensuite sur ses genoux, exténué et libéré du fardeau de sa tache. Une autre créature du mal avait été anéantie. Tel fut donc le premier contact de Rose Brihim envers les "forces des ténèbres" tant redoutés de Terra. Mais là ne s'achevait pas les nouvelles rencontre dans la citadelle des pleures. C'est en prolongeant leurs recherches dans les quartiers de la liche que les deux compagnons trouvèrent une créature attachée et prête à être livrée en sacrifice. Au centre de ce qui semblait être autrefois la cour du roi, un symbole nécromantique avait était dessiné au sol grâce au sang de deux dryades maintenant morte et au centre de ce cercle, une magnifique licorne blanche hennissait de terreur. Ses pattes, blessées, s'agitaient dans tous les sens alors que la magnifique créature tentait de se débattre et de se débarrasser en vain de ses liens. À l'approche du Paladin, la terreur pouvait être lu dans ses lieux...elle ne faisait pas confiance en l'homme malgré ses bonnes intentions. Ce n'est que lorsque la jeune écuyère s'avança qu'un semblant de calme pu se lire dans les yeux de celle-ci. Comme si elle pouvait sentir la nature de la Nephilim, la licorne laissa celle-ci apporter une dague près des cordes qui la retenait afin qu'elle puisse les couper, puis de toute sa grandeur, se releva avant de prendre la fuite vers la porte principale de la pièce qui menait vers le chemin allant à la cours extérieur de la citadelle. Sourire aux lèvres, les deux chevaliers se regardèrent et se serrèrent la main. Le plus vieux des deux remercia sa protégée, puis leur route continuèrent vers l'Est.

Le devoir du Paladin étant accomplie, le maître et son apprentie passèrent donc le reste de leur voyage à visiter les différents endroits de l'Est avant de se diriger encore une fois vers les Plaines mystiques, juste au sud de lac Patriarcale. Les nains eurent une forte image dans la découverte de Terra pour Rose. Elle voyait en ce peuple, des hommes loyaux et des amis fidèles. La jeune femme avait été très étonnée par les valeurs de ces hommes à la fois grognon, mais très chaleureux. Les guerriers nains étaient sans doute les plus impressionnant qu'elle avait vu jusqu'à ce jour. Ils semblaient si endurant, avaient une synchronicité légendaire...de véritables forteresse mouvante et vivante.

Le dernier point important de son voyage, et qui allait avoir un impact majeure sur sa vie futur, fut leur passage dans la forêt de Drayame et leur visite de la Cité Des Arbres. En effet, la liche qu'ils avaient exterminé étaient en fait en ancien sorcier Elfe qui avaient détourner son âme vers le magie de la nécromancie. Sachant que les Licornes et les Dryades étaient les gardiens de la région de Flore et où les trouver, il fut aisé pour lui les capturer en passant une alliance avec un groupe d'Orc qui avait tenté de s'établir dans la forêt quelques temps auparavant. Bien que les elfes eurent réussit à s'occuper de ces crapules, ils ne purent sauver les trois créatures qui furent emportés par une escorte de mort-vivant sous les ordres de la Liche. La plupart de ces squelettes furent détruits mais le sorcier Elfe s'en mêla et les pauvres rôdeurs qui étaient à leurs trousses durent rebrousser chemin avant de servir de nouvelle escorte pour le nécromancien.

Un druide Elfe apparut donc dans la salle où Rose et le seigneur Yviron avaient été convoqué pour les remerciements en l'honneur de leur acte de bravoure. Aussitôt arrivé, ses yeux vairons se tournèrent vers la noble combattante et de son index, la pointa. Il s'avança tranquillement, tout en étudiant la jeune femme attentivement puis, parla. Sa voix semblait mythique, profonde et résonnait dans les oreilles de ceux qui étaient présent, bien que les sons qui sortèrent de sa bouche ne furent que des chants et des gazouillements d'oiseau aux oreilles de ceux qui ne pouvaient comprendre le langage sylvestre...mais étonnement Rose le comprenait. Bien qu'elle ne l'eut jamais appris, elle ne faisait pas qu'entendre la voix...celle-ci résonnait dans sa tête dans une langue plus commune. Tel était le pouvoir de ce druide.

"Les animaux, les feuilles, les arbres et la terre ont vu ta bravoure...mais ta grande compassion aussi. Tes sentiments et tes intentions sont pures mon enfant, rare sont ceux qui peuvent approchée une licorne et gagner sa confiance. La confiance des être Sylvestres est difficile à obtenir, et à préserver, mais une amie m'a raconté votre rencontre et tenait à te remercier comme il se le devait. Les Paladins sont des hommes envers qui, parfois, nous pouvons avoir confiance et vous en êtes l'exemple. Vos services envers ceux qui sont en proie au mal qui ronge le monde sont très apprécié. La mort est la suite naturel de la vie...les morts-vivant sont donc pour nous des êtres qui sont contre nature et qui désertent les projets du grand créateur qu'est Yehadiel. Ainsi, cette amie vous attendra en dehors de la Cité Des Arbres, sur votre route de retour. Le moment venu, elle se montrera et vous seul saurez la destiné qui vous liera à ce moment."

Intriguée, l'écuyère tourna le regard vers son mentor qui lui fit signe d'attendre et ce n'est qu'une fois la séance de remerciement et les discutions entre le conseil des elfes terminés que les deux voyageurs purent reprendre leur route. Suivant la rivière qui les emmèneraient dans l'ouest du continent, ce n'est qu'après deux jours de marches que l'amie tant attendu fit son apparition. Alors que Rose profitait d'une solitude occasionnée par cueillette de fruit du Paladin, celle-ci avait décidée que me temps était parfais pour se rafraichir en vitesse et ce n'est que lorsqu'elle plongea sous l'eau et en ressortis qu'elle eut la surprise. Devant elle, tout juste à coté de ses vêtements et ses effets personnels, la licorne qu'elle avait sauvée la regardait attentivement de ses yeux bleuté comme un ciel d'été. Sa beauté était telle que la jeune femme ne pu placer un mot ni le moindre son...seule une larme d'argent lui vint à l'oeil. Une larme d'admiration et de joie et comme si la vue de cette larme avait touchée la créature sylvestre, celle-ci mit un sabot dans l'eau, puis l'autre et ainsi de suite jusqu'à en rejoindre la Nephilim. Toute deux face à l'autre, un moment d'appréhension pris place, moment qui dura quelques secondes, puis rose leva la main. Le quadrupèdes mythique ne rit que pencher la tête légèrement laissant sa nouvelle amie lui caresser le museau. Ainsi donc, ils devinrent des êtres liés.

Inutile de vous préciser que l'arrivée de Rose et du seigneur Yviron en ciel fut des plus remarquable. Que très peu de personnes, hormis quelques anges, avaient eut la chance d'apercevoir une créature aussi majestueuse de toutes leurs vies réunis et ce n'est qu'une fois devant ses parents que Rose put lire la fierté qu'éprouva sa mère à cet instant. Son cheminement l'avait menée bien au dessus des espérances qu'elle avait pour sa chérie, non pas qu'elle n'avait pas confiance en ses capacités mais jamais elle ne se serait doutée de la voir accomplir le sacrement des Paladins de Ciel. Puis vint ensuite son adoubement de la part de son maître. Rose avait fait ses preuves et était maintenant digne de rejoindre l'ordre des Paladins. Elle et son destrier sylvestre devinrent une emblème pour la famille Brihim, mais aussi pour la chevalerie de Ciel. Le nom de Rose Brihim n'était plus celui de la petite Nephilim autrefois méprisée par son sang bâtard, mais bel et bien celui d'une jeune guerrière du bien aux talents et à la détermination remarquable. Elle apportait inspiration pour les jeunes filles du royaume, espoir dans le coeur des opprimés et joie dans la vie de ceux qui croisaient sa route, mais qui aurait pu croire que cette charmante et si bienfaisante jeune femme allait un jour sombrer dans la noirceur des ténèbres.

Cela faisait 16 années que son épée rendait service à la protection des siens en Ciel, et de bien d'autres en Terra, et jamais la jeune Rose n'avait succombé au mal qui rongeait ce continent. Maintes créatures mortes-vivantes ou appartenant aux ténèbres avaient péris sous sa garde, mais aucune n'avait eut d'égal à celle qui envahit, en l'an 103, les grandes cités volantes de son pays. Une armée démoniaque, ayant pour chef une Aile Ténébreuse, entra en guerre avec la noble région aérienne. Cette bataille fut donc la première guerre à laquelle la cavalière participa. De par son maniement des armes et de son grand potentiel de combat, elle fut attitré au grade de sergente dans les forces armées de la cavalerie. Armée de sa lance, auquel flottait l'étendard de la famille Brihim, de son épée courte et blindée sous son harnois plein et brillant d'une couleur argentée, elle mena ses forces à défendre le dernier bastion encore vivant de Sylfiria. Suite à une défaite de l'aile durant les premiers temps de la guerre, cette nouvelle bataille fut un massacre et une victoire pour celui qui s'auto proclamait déjà seigneur de tout Terra Mystica. Devant la défaite, Rose ne put que se retranchée parmi sa famille. Toujours amère de la défaite, la guerrière décida donc de mené un dernier raid contre l'Aile...un dernier espoir qui se traduisit en échec décevant et honteux. Elle et plusieurs autres rebelles combattirent pour la liberté malgré l'avantage certain de leur ennemi, mais celui-ci était trop puissant et la guerre avait été gagné depuis des jours déjà. Néanmoins, elle se jura qu'à tout jamais, le nouveau conquérant allait retenir le nom des Brihim. Surmontant sa licorne, elle combattit avec hargne et l'énergie du désespoir. Sa lance transperça de nombreux démons et son épée lacéra encore plus. Jours après jours, elle mena les assauts des derniers rebelles d'une poigne de fer, jusqu'à se frayer un chemin en Sylfiria à nouveau et c'est aux portes de cette cité que se termina son ascension. Dans ce combat déjà perdu d'avance, ses hommes moururent les uns après les autres, jusqu'à ce qu'il n'en reste qu'une poignée...puis l'Aile fit son apparition.



Dans la réalité

Âge : 24
Avez-vous déjà fréquenté d'autres forums, si oui lesquels ? Oui, plusieurs.
Vos passions : Guitare, Musique, dessin, peinture, lecture, écriture.
Votre avis sur le forum? Numéro Uno
Comment avez vous connu le forum? j'y étais déjà!!
Phrase fétiche : Hum...
Crédit avatar : Aucune idée =/ malheureusement.

Invité

avatar




Jeu 5 Fév - 11:31
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t6553-tashinar-velacen-malpha
Bienvenue parmi nous !




Cliquer sur l'image pour avoir le thème


avatar


Succube

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Aricie, Lirissa et Mélozia
Vitesse de réponse : 1 semaine


Jeu 5 Fév - 12:39
Voir le profil de l'utilisateur
Gloire à l'Empire !




avatar


Elfe

Partie IRL
Crédit avatar : Aleksei Vinogradov/me
Double compte : nope
Vitesse de réponse : environ 1 semaine


Jeu 5 Fév - 19:10
merci à vous Smile j'espere que le perso saura vous intéresser pour un éventuel rp!

Invité

avatar




Ven 13 Fév - 5:28
FInalement, j'abandonne la fiche, vous pouvez la recyclez...je ne sais pas si je vais revenir.

Invité

avatar





Contenu sponsorisé





 
Page 1 sur 1