Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 Faye Fancis

 
Mar 27 Jan - 0:26
Voir le profil de l'utilisateur
Fancis Faye

Sauvage - Farouche - Indépendante - Confiante - Rusée
Information
Surnom Aucun
Âge : 30 ans
Nationalité : Feu
Profession : Vagabonde
Camp : Indépendante
Noblesse : Aucun
Croyance : Von Luar
Famille : Aucune
Race

Cydorïs :

Les Cydorïs sont des créatures humanoïdes en tout point semblables aux humains. On les trouve généralement en Feu, regroupées en tant que Tribu, mais toujours mêlées à d'autres races... Leur caractéristique principale est l'intemporalité : en effet, elles ne sont nullement affectées par l'âge et le temps n'a aucun impact sur leur physique. Privilège divin, penserez-vous ? Certainement pas. En effet, la contrepartie de cette faculté est que ces êtres sont soumis à une réinitialisation de mémoire tout les 50 ans environ. Leur capacité cérébrale ne pouvant stocker des informations au delà de cette période, la plupart perdent définitivement la mémoire pour vivre perpétuellement un "Renouveau", oubliant jusqu'à leurs noms... Cependant, comme la période varie selon les informations stockées par chaque personne, il est rare que deux Cydorïs connaissent une réinitialisation de la mémoire en même temps.

Les Cydorïs, conscients de ce Malus depuis des siècles désormais, ont réussit à conjurer le mauvais sort en fragmentant leur mémoire et en l'incrustant dans des artefacts sous la forme de colliers - ou anneaux. L'opération, très difficile à réaliser, peut se terminer par la mort du cobaye. Cependant, les rares chanceux à en sortir vivant deviennent libres de vivre à jamais sans avoir à souffrir de cette perte de mémoire continue.

Enfin, ces « élus » héritent de l'étrange pouvoir de manipuler le temps. Les plus expérimentés peuvent ainsi l'exercer sur une durée d'une vingtaine de minutes ! Cependant, ils ne peuvent être eux même la cible de cette Magie, et celle-ci est inutilisable sur un objet.

La manipulation du temps s'exerce de la façon suivante : un individu est choisit pour conserver ses souvenirs, et l'intégralité de ce qui existe [les personnes, objets, bâtiments, l'air...] est renvoyé dans le temps pour une période définie par le Mage avant l'application du sort. Ainsi, la « Victime » est forcée de revivre une scène qu'elle vient de connaître, mais peut l'influencer à sa guise. Aucun autre personnage ne peut être affecté, et le retour dans le temps n'est pas cumulable [on ne peut pas revenir 5 minutes en arrière alors que l'on vient de revenir 5 minutes en arrière !].

Limites du pouvoir :

  • Pour être utilisable, le Cydorïs efface les souvenirs de la période visée conservés dans son réceptacle. Il ne gardera donc aucun souvenir des faits passés, ni même de l'utilisation de son pouvoir ;
  • Un seul personnage peut être affecté à la fois. Le jeteur de sort ne peut être la cible de ce pouvoir ;
  • Le pouvoir n'est pas utilisable sur un objet ou l'environnement ;
  • Une scène que l'on revit se déroulera exactement de la même manière que la première fois, sauf si l'individu qui conserve ses souvenirs intervient pour en bouleverser le cours ;
  • Le retour dans le temps ne peut se produire si un événement trop important est remit en jeu, tel que la mort d'un individu ou une blessure importante [ce genre de souvenirs n'est pas effaçable par leur propriétaire]. Si l'utilisateur n'est pas spectateur d'un événement, celui-ci ne pourra pas perturber l'utilisation de ce pouvoir ;
  • Ne seront affectés réellement que l'entourage et l'environnement proche de la cible principale du sort [j'entends par là qu'un événement qui se passe autre part sur Terra Mystica ne sera pas bouleversé par le fait qu'un événement ait été changé à l'Académie...] ;
  • Cette magie ne peut être utilisée plus de deux fois toutes les deux heures


Les Cydorïs ne peuvent sceller leur mémoire qu'à la naissance ou immédiatement après une réinitialisation de celle-ci.

Caractère

Faye est une personne farouche et indomptable. D'une personnalité forte, elle est incapable de céder aux caprices et aux chantages, et n'a pas pour habitude de s'incliner ou de mettre genou à terre pour faire preuve de docilité. Avide de conquêtes et de savoir, elle serait prête à tout pour pouvoir dévorer chaque ouvrage d'une bibliothèque si son envie le lui dicte.

Souvent indifférente à ce qui l'entours, elle se cramponne néanmoins à des choses auxquelles la plupart des gens n'attachent pas la moindre importance. La jeune femme considère l'amitié et l'amour comme des outils, à la fois réparateurs de maux et destructeurs de vies... Il lui est difficile d'accorder sa confiance à des inconnus, mais elle est tout de même capable de leur venir en aide assez aisément si requête lui est faite.

Sa personnalité d'assassin la rend incapable de ressentir tristesse ou regrets lors d'un meurtre, et cela se remarque aussi dans la vie de tout les jours. Ainsi, le choix d'intervenir pour sauver une personne victime d'une agression dépendra pour elle uniquement d'un facteur très définit : l'intérêt.


Physique
Faye possède un charme que nul ne peut ignorer. Gracieuse, élégante, raffinée... Tant d'adjectifs pour la qualifier que l'encre manquerait pour qui espérerait la définir dans les moindres détails ! Un regard Ambre absorbant, des lèvres fines, de longs cheveux châtains à l'aspect négligés donnent à son visage une touche sauvage et insatiablement sensuelle...

La belle envoûte la gente masculine, tant par sa démarche que par son choix vestimentaire. Elle aime mettre ses formes en valeur, ce qui n'est pas pour déplaire à ses Camarades - et peut être même ses professeurs ! Portant généralement des tenues courtes épousant son corps - toujours dans la limite de l'acceptable, cependant - elle fait détourner la tête des plus indifférents, chose qui l'amuse et dont elle ne se lasse jamais.

Elle porte aussi en permanence une paire de gants consolidés par ses soins, dotés chacun d'un miroir mince sur le revers de le main.

Capacités
Armes : Quelques couteaux de lancer, qu'elle évite de porter à la vue de tous dans l'Académie afin de ne pas attirer l'attention sur elle. La jeune femme en garde néanmoins toujours un ou deux camouflés dans ses bottes, au cas où des élèves mal attentionnés souhaiteraient s'en prendre à son joli corps ou pire, à son déjeuner !

Elle possède une bonne maîtrise des armes courtes et de jet.

Pouvoirs : Faye a développé la capacité d'exploiter les miroirs [ou tout ce qui possède la particularité de Refléter] comme outils Magiques. Elle peut utiliser ces derniers pour se téléporter d'un point A à un point B, visionner une pièce sans s'y trouver, ou bien transporter un objet d'une position à une autre. Deux miroirs sont nécessaires pour chaque utilisation possible de ce pouvoir [que nous appellerons Point d'Entrée et Point de Sortie] !

Premier cas : l'utilisation des miroirs pour se déplacer nécessite une concentration extrême. La moindre erreur peut provoquer la mort de l'utilisateur, ou une mutilation sévère... Par conséquent, ce procédé de téléportation est inutilisable au combat ou lorsque le sujet est grièvement blessé. Pour utiliser cette faculté, Faye doit avoir connaissance de la localisation précise d'un miroir. Son choix de destination est de ce fait très limité ! Elle ne peut aussi choisir comme points d'entrée et de sortie des miroirs dont la taille est inférieure à la sienne, par contrainte physique.

Second cas : Sans connaître l'emplacement exact du miroir de sortie, Faye peut utiliser ce pouvoir pour visionner une pièce sans s'y trouver. Très pratique pour espionner, il est cependant nécessaire que l'utilisatrice soit à une distance d'au moins 40 mètres de l'objet pour qu'il soit effectif. Si la magicienne connait l'emplacement précis du miroir de sortie, la distance possible est doublée.

Troisième cas : Faye peut utiliser deux miroirs pour téléporter un objet du point d'entrée au point de sortie. Si leur taille est similaire, la vitesse de sortie de l'objet ne sera pas influencée. Cependant, si la taille du Point de sortie est inférieure à celle du Point d'entrée, la vitesse du projectile / de l'objet sera décuplée en conséquence. A l'inverse, un projectile sortant d'un Miroir dont la taille est supérieure au Point d'entrée verra sa vitesse diminuer.

Familier : Aucun
Artefact : Collier d'âme [voir race]
Autre : Faye a vécu quelques temps aux cotés d'Aslan, un mercenaire assassin de grande réputation. Très entrainée au combat et au meurtre, elle possède la grâce et la souplesse du félin.

Faye s'intéresse énormément aux métiers d'artisanat magiques tels que l'enchantement et l'alchimie.

Histoire

[Je n'explique pas sa relation avec Aslan, car nous ne l'avons pas encore très bien déterminée. Cependant, je rajouterais sans doute des détails à la suite de ma présentation, dans un nouveau message !]

La belle fit un pas de coté, la volupté de sa sublime robe captivant le regard de ses spectateurs. Ni femme, ni humaine... Œuvre d'art. Ses danses enivrent de passion son public, son parfum ensorcèle les hommes pour à jamais la rendre désirable. Démone, fléau du genre humain. Sous les yeux de ses chanceuses victimes, elle s'exécute : tour en dedans, adages, arabesques... Rien n'est trop beau pour leurs yeux. La musique s'accélère soudain, les esprits s'égarent et la patience fond ; ne reste plus de ce silence artistique que de vagues pas hésitants sous le tumulte des injures lancées, et quelques fracas de poings et de verres sur la surface plane des tables de bois...

Un homme se lève : grand, robuste, quelques rides dissimulées sous sa longue barbe aux merveilleux relents de bière et de vin... Dans un rire grossier, il se fait porte parole de l'assemblée.

« Elle nous fait quoi là ? Si j'avais envie de voir un ballet, tu crois vraiment que j'serais venu dans un bar miteux comme s'lui la ? » hurle t-il à l'attention de tous.

Forts du nombre, d'autres suivent le mouvement de leur camarade.

« Il a raison ! Regardez-là... 15 ans à peine, et elle pense pouvoir venir nous imposer ses goûts et ses couleurs ? J'ai pas payé pour ca ! » poursuit un autre.

Une dizaine de chaises se libèrent ainsi, et le meneur entreprends d'escalader la scène afin de rejoindre la jeune danseuse. Imperturbable, ses mouvements restent gracieux. Habile, elle évite avec souplesse les mains de la brute qui tentent de l'attraper et continue, pour toute forme de réponse, ses élégants pas...

« La scène est réservée aux artistes, pas aux ivrognes ! » rajoute t-elle tout en clôturant la danse.

« Tu... Salope ! »

Il perds patience et frappe dans sa direction. Conservant un brin de galanterie, il interrompt son poing à coté du visage de la jeune femme tandis que tout d'eux s'échangent un regard.

« Un homme ne doit pas frapper une femme... Mais j'te prie croire qu'au prochain commentaire du genre, j'hésiterais pas à te défigurer ma jolie. »

Mais elle n'hésite pas. Profitant de la confiance du barbu, la danseuse saisit le poing de celui-ci et heurte violemment l'articulation du géant de sa main libre. La puissance du coup le surprends, et il se recroqueville sous l'effet de la douleur et de l'engourdissement. Le pauvre ne voit ainsi pas surgir le talon de sa victime, qui arrache à sa mâchoire une ou deux dents dans une giclée de sang mémorable. Au sol, vaincu, il ne demande pas son reste et recule même de quelques pas lorsque la demoiselle s'approche des escaliers de la scène.

« Heureusement pour moi, je ne suis pas un homme. Bouge, t'es sur mon chemin. » lui adresse t-elle nonchalamment.

Impunément, Faye se dirige désormais vers le second fauteur de troubles. Son bras s'allonge et vient saisir le col du beau garçon qu'elle traîne à sa suite jusqu'à la sortie, sous les murmures des spectateurs. Une fois dehors, elle lâche sa proie et contemple les étoiles, les bras croisés sous la poitrine. Rêveuse, douce enfant... La Cydorïs conserve sa position quelques secondes, puis efface son timide sourire avant de prendre un air révolté.

« Décidément, tu ne changeras jamais ! » commence t-elle, furieuse. « Dire que j'essaie de gagner ma vie autrement que par le crime, et toi tu gâches toutes mes chances en incitant les gens à me cracher au visage ! »

Dancy lui sourit bêtement. Elle hait ce regard, à la fois énervant et amusant... Comprend-t-il la situation ? Veut-il à ce point la rendre malheureuse ? La bohémienne soupire, prends conscience de la situation, et l'interrompt avant qu'il n'ait prononcé des excuses.

« Mais je devrais te remercier. Sans toi, je serais repartie les mains vides aujourd'hui. »

Accompagnant ses paroles de gestes, elle dévoile une sacoche aux bruitages alléchants : la secouant devant les yeux de son partenaire, tout deux dégustent le somptueux cliquetis des pièces qui s'entrechoquent. La jeune femme passe son bras autours du cou de son compagnon, et jette la bourse dans le creux de sa main.

« Pour me faire pardonner, c'est moi qui paie ! »

Un large sourire se dessine sur le visage de la voleuse, tandis que le duo se dirige vers les quartiers fréquentés de la ville...

« Attends... Mais c'est mon argent, imbécile ! »

Et deux ombres disparaissent dans la nuit...


~~~~~~


« Touché ! A ton tour ! »

Les deux enfants couraient au milieu de l'agitation du campement, esquivant, parfois bousculant les hommes et femmes sur leur passage et récoltant leur mécontentement.

« Tu m'attraperas pas ! » cria la fillette, élancée à vive allure.

Le garçon à ses trousses, bien moins endurant, voyait la distance entre eux diminuer significativement ! C'est au bout d'une vingtaine de secondes qu'il stoppa la poursuite et baissa la tête en signe d'abandon. Perdre face à une fille : c'était vexant au plus haut point ! Celle-ci, trop prise par l'action, parcourut plusieurs mètres avant de tourner enfin la tête, s'apercevant qu'elle n'entendait plus les complaintes de son camarade depuis quelques temps déjà.

« Dancy ? Où es-tu ? »

Faye observa les alentours avec inquiétude. Elle aurait juré qu'il était encore derrière elle quelques secondes auparavant, mais ce n'était apparemment plus le cas... La jeune fille se remit à courir, cherchant son ami, hurlant son nom à s'en déchirer la voix.

C'est en longeant une tente qu'elle surprit une discussion entre plusieurs membres du camp, l'interrompant dans ses recherches.

« C'est arrivé ce matin, mais ils étaient trop effrayés pour faire quoi que ce soit, sortir en plein jour au beau milieu d'inconnus comprit. On les a découvert quelques minutes plus tôt, et ils avaient déjà assez échangé entre eux pour se mettre d'accord sur une chose. Dans leurs esprits, ils étaient nos prisonniers, et ils ont massacrés les pauvres malheureux qui ont tenté d'accéder à leur tente. »

« Êtes vous en train de nous dire... Que leur mémoire s'est effacée en même temps ? » questionna l'un des hommes.

« C'est ce que je pense, oui. Prendre conscience que l'on a perdu la mémoire peut rendre instable et faire faire des choses insensées. Je pense que dans le cas présent, le fait que deux personnes souffrent d'amnésie en même temps n'a pu qu'amplifier le choc mental, assez pour imaginer un scénario aussi farfelu que celui qui leur a traversé l'esprit. »

« Et... Quels sont les noms des Assassins ? Des Victimes ? » demanda un autre, curieux.

« La famille Fancis, et les Lendvers. »

Faye recula après cette simple appellation, chutant à terre lorsque son pied heurta une roche. Des larmes envahissaient son visage, et elle tentait avec difficulté d'assimiler la nouvelle : ses parents étaient des meurtriers, et pour couronner le tout, ils avaient assassiné les proches de son ami le plus cher...

« Tes parents... Tes parents m'ont enlevé les miens. » annonça une petite voix non loin d'elle.

La fillette tourna lentement la tête avant d'apercevoir Dancy dans un état semblable au sien. Elle n'eut pas le temps de lui exprimer des excuses qu'une gifle lui écrasa la joue droite, laissant sur son passage une marque rouge ineffaçable, autant que la douleur qu'ils ressentaient tout deux...

« On a beau n'être que des enfants, je sais ce que je ressens pour toi. Mais maintenant, c'est impossible que nous deux... Je ne peux pas imaginer continuer à vivre à tes cotés, pas dans cet avenir. »

Ses paroles et son regard étaient ceux d'un adulte. Sa détermination, elle, dépassait même ce stade : il s'approcha de sa camarade avant de lui dérober son premier baiser. Les larmes et les pleurs s'étaient tus, et son cœur s'agitait sous l'effet de sentiments nouveaux, entremêlés, et drastiquement opposés : la mort de ses proches, et la découverte de l'amour.

« Mais peut être que je pourrais continuer à vivre avec toi dans un autre avenir. » révéla t-il.

C'est à ce moment que Faye comprit ses intentions, mais il était bien trop tard pour l'empêcher d'agir : le jeune garçon avait déjà tout planifié, y comprit le fait qu'il perdrait les souvenirs de ces dernières minutes... Elle voulu l'enlacer, mais avant même d'y parvenir, Cydorïs se retrouva de nouveau élancée au pas de course, poursuivie par son compagnon. La fillette se stoppa net, tandis que Dancy venait la percuter de plein fouet, n'ayant pu s'arrêter à temps.

« Hey !! Ca fait mal... Que-ce qui te prends ? »

« Dancy ? Tout... Tout va bien ? » observa-t-elle, perturbée.

Il hocha la tête en haussant un sourcil, intrigué par le comportement de son amie.

« C'est plutôt à toi qu'il faudrait poser la question. »

« Je t'aime. » annonça-t-elle soudain, stoïque.

Le visage de Dancy vira au rouge pivoine, et il tenta de lui répondre par quelques mots bafouillés, incompatibles et parfois sans aucun sens. C'était cependant suffisant pour vérifier que rien n'avait été altéré, et Faye agrippa la main de son partenaire dans la sienne avant de sortir du camp à vive allure, en direction de la ville.

« Si tu m'aimes aussi, ne pose pas de questions et suis moi. Fais moi confiance, et jamais je ne te laisserais tomber ! Tu crois en moi, n'est-ce pas ? »

« Oui mais... Nos fami... »

Elle n'attendit pas qu'il finisse de parler pour lui dérober à son tour son premier baiser. Muet, celui-ci se laissa emporter par le flot de sentiments qu'il découvrait, tandis que Faye l'entrainait toujours plus loin de leur campement.

« Je serais ta seule famille, à présent. »

Les deux enfants disparurent ainsi pour toujours, et la tribu n'entendit plus jamais parler d'eux.

Citation :
Raconte l'intégration de Faye à l'Académie en tant qu'étudiante. Comment en a-t-elle entendu parler, pourquoi décide-t-elle de l'intégrer.. Bref, toutes les raisons qui l'ont conduites à être là où elle est au jour d'aujourd'hui.


Dans la réalité

Âge : Voir Mysora Weiss
Avez-vous déjà fréquenté d'autres forums, si oui lesquels ? /
Vos passions : /
Votre avis sur le forum? /
Comment avez vous connu le forum? /
Phrase fétiche : « Je suis un mal nécessaire. »
Crédit avatar : Modifications de Luz Weiss ! ♥


 
Page 1 sur 1