Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 Amir Lak'shir

 
Ven 16 Jan - 23:03
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t6585-amir-lak-shir
Lak’Shir Amir

Solitaire – Neutre – Sylvestrophobe – Nomade – Cythariste Marchande –Voyageuse – Abordable


Informations

Surnom : La Colporteuse
Age : Trente sept ans
Nationalité : Feu
Profession : Colporteuse
Camp : Neutre
Croyance : Nhieling, Dieu des voyageurs
Titre de noblesse : Aucun
Race
*Humaine*

Caractère


Lorsque l’on grandit dans les steppes arides aux pieds des montagnes de Phoenix, que le paysage que l’on observe au quotidien est d’une immobilité austère et tranquille, cela se ressent dans vôtre comportement.

Amir devient rapidement une femme calme et réflechie. Son voyage quotidien à travers Terra l’a rendue ouverte d’esprit. Ses racines nomades ont fait d’elle une infatigable conteuse d’histoires, de ballades et de poèmes et elle est tout le temps avide d’étoffer son répertoire. La nature même de ses racines itinérantes, faite d’éternelles rencontres et d’inévitables séparations, l’a amenée a aborder les gens avec la même facilité qu’elle a a les quitter.

Si elle accueille spontanément à boire un thé, paradoxalement, le fait de savoir qu’elle quittera bientôt la personne rencontrée pour sans doute ne plus jamais la revoir fait qu’elle garde une certaine distance par rapport a son interlocuteur. Elle ne s’est donc jamais fait d’amis véritables en dehors de ceux de son enfance. De plus, elle n’a pas non plus pu rencontrer l’amour qu’il soit homme ou femme et se console en voyant sa virginité conservée jusqu’à aujourd’hui comme une précieuse source de fierté. Les idéaux de son clan ne l’ont jamais quittée. Elle conçoit la place de la femme comme étant en retrait dans une discussion avec un homme et son/sa partenaire amoureux/se quel qu’il/elle soit recevra son respect inconditionnel.

Elle aime particulièrement se rendre à Faestelia, la ville la plus proche des terres de son clan. Le marché qui s’y tient lui rappelle des souvenirs d’enfance et elle s’y sent chez elle. Elle a également beaucoup apprécié ses séjours en terres de Glace pour leur caractère rude mais calme. Principale composante de ses vêtements, sa couleur préférée est le rouge dans toutes ses nuances.

Elle s’est découverte une phobie pour les zones forestières denses, une « sylvestrophobie ». Habituée à un ciel ouvert et de grandes plaines, être sous la canopée avec un champ de vision réduit à une trentaine de mètres la plonge dans une grande anxiété. Exception à son ouverture d’esprit, elle fait un peu l’amalgame avec ceux qui y vivent et le premier regard qu’elle adressera à un elfe ou une fée sera sans doute saupoudré de dédain.
Quitter la terre ferme la rend également malade et a le mal de mer lors des voyages en bateau, qui son inévitables mais qu’elle évite le plus possible.

Transportant ses marchandises sur son cheval, elle évite les conflits à tous prix car il est impossible de fuir avec une monture chargée. Elle règle les rencontres avec des brigands en payant ou engage le combat lorsqu’il est possible d’être gagné. C’est une personne très raisonnée qui aide son prochain dans la mesure de ses moyens, avec son sens de l’honneur. Les insultes qu'elle profère pour elle même sont dans sa langue natale. On l'entendra parfois s'écrier "Bok'khir !", une interjection typique de la communauté nomade.
Amir ne dégaine que lorsque qu’elle estime son honneur véritablement froissé.












Physique
Amir mesure un mètre soixante dix. Sa peau alezane héritée du soleil des steppes s’épanouit sur son visage allongé et fin. Sa paire d’yeux en amande est séparée à égale distance par le sommet d’un nez pointu.
La vie de bohême que mène Amir se voit au premier regard. Les tempêtes de sable ont donné a ses vêtements l’infime poussière qui caractérise l’aspect des habits anciens. Les vents des neiges glacées ont données à sa peau le subtil reflet de marbre qu’ont les voyageurs. Quant à ses mains, Après avoir tenu la bride de son cheval par tous les temps, avoir empoigné le pommeau de son sabre, percuté des silex pour allumer des feux, et décoché des flèches aux oiseaux, on ne saurait comparer leur délicatesse à celles d’une courtisane pas plus qu’à la callosité d’une paysanne. Il s’agissait d’un métissage des deux, une rude noblesse.
Sur sa tête est posé un bonnet rigide circulaire riche en motifs. Quant à l’arrière de sa tête, il est caché par un turban blanc détendu qu’elle détache parfois lorsqu’elle a besoin d’une écharpe. Ce couvre-chef complexe cache ses cheveux dont la seule existence visible est une longue natte torsadée noire courant dans son dos. Pour une femme nomade, il est impoli de se dévoiler tête nue et honteux de montrer ses cheveux détachés. Une femme ne les dévoile qu’en privé, cela veut dire clairement : « Je veux t’épouser. » Une des plus grandes punitions est d’avoir la natte tranchée.
La seule tenue qu’elle possède et porte en permanence est fournie de riches broderies. Elle est de sorte à pouvoir résister au froid de part ses multiples couches et à la chaleur de part ses manches amples.
En partant du corps, ses sous vêtements simples sont fait de toile blanche. Par-dessus elle porte une chemise rouge à manches longues couvertes de broderies simples, un pantalon rouge uniforme presque totalement caché par une longue jupe blanche décorée aux bords. Pour couvrir le tout, elle avait un manteau à dominante noire mais aux coutures débordantes de broderies pourpres. Deux pans de manteau descendaient dans son dos à la manière de deux courtes capes. Sans boutons, avec ses manches très courtes échancrées aux épaules, il était fermement ceint sur son ventre par une bande de tissu.
Elle y glissait le fourreau courbé de son sabre hors des villes ou dans les endroits dangereux. Le cas échéant, il restait accroché à la selle de son cheval. Il en valait de même pour son arc. L’arc court d’Amir était glissé dans le même carquois, épousant sa forme de demi « D », que ses flèches et battait le flanc de ses cuisses lorsqu’elle l’attachait à sa ceinture.
Amir portait des bottes orientales pointues bleu clair elles aussi décorées. Pour les endroits enneigés, elle gardait sur son cheval une épaisse pelisse de fourrure.

Les vêtements amples et les longs cheveux de son peuple ont inspiré ces derniers alexandrins à un illustre poète :

« Il me reste une chose que je regrette tant :
Ne jamais avoir vu une nomade face aux vents… »
Capacités

Arme : Cimeterre légère – Arc de chasse court
Pouvoirs : Aucun
Familier : Son cheval de trait, Tatsab
Artefact magique :
Autre :


Histoire



Amir Lak’shir naît dans une tente nomade dans les steppes au Sud de Phoenix et rejoint ses six frères et sœurs dont l’ainé a vingt et un ans. Elle passe sa petite enfance dans la poche de selle du cheval de son père à surveiller les moutons.

Son enfance au sein de sa famille aisée la voit apprendre toutes les tâches utiles ou raffinées qu’une future mariée doit maitriser. Peu après son huitième anniversaire, Aile Ténebreuse apparait sur Terra et entreprend de la conquérir. Cela n'empêche pas les Lak'shir de rester pacifiques pour l'instant. 13 ans est une bonne date pour lier des liens entre deux familles. Arrivé à cet âge, elle sait broder, lire, écrire, jouer de la flûte et de la cithare, s’occuper des troupeaux, laver, cuisiner et servir le thé.
Pourtant, ses centres d’intérêts divergent peu à peu et les Lak’shir peinent à lui trouver un mari. Un cousin lui offre un arc et lui apprend à s’en servir, bientôt c’est elle qui ramène des lièvres et les dépèce toute seule. Son oncle, qu’elle accompagne régulièrement à Faestelia pour le marché, lui inculque les bases du commerce et du marchandage, un beau jour, elle obtient un poulain de trait la moitié de sa valeur du haut de ses 15 ans. Elle l’obtient en cadeau pour son anniversaire et le nomme Tatsab.
Les remontrances qu’elle subit de ses parents, irrités de son comportement et de son incapacité à trouver un mari, augmentent avec le temps. L’atmosphère devient pesante.

Peu avant ses dix sept ans, bien avant le lever du soleil, Amir charge sur son cheval une quantité d’objets marchands : des bouteilles l’huile, des ballots de cuir, un sabre, des poteries, des miches de pain, des jarres de miel, des caissettes d’herbes séchées, son arc, des sacs de riz, des rouleaux de broderie et des outres de vin.
Elle laisse la lettre qu’elle a écrit la veille dans la tente de ses parents, s’excusant et promettant de ne revenir au pays que lorsqu’elle aurait obtenu 5 fois la valeur des marchandises qu’elle a dérobé.
Sachant que sa famille va tenter de la retrouver, elle fuit dans les plaines mystiques. Elle ne va alors plus avoir de cesse de parcourir la surface de Terra Mystica de long en large, s’aventurant dans les îles de la Muerta jusqu’aux confins de Glace.
Son premier voyage jusqu’à la Cité des Arbres lui donne vite une profonde aversion pour la forêt, en totale opposition avec les steppes.
Elle va apprendre à se servir de son sabre avec un pirate lors de son voyage dans l’archipel où elle suit une navette alors que les affaires vont bon train en ce lieu. Son expérience d'escrime atteint un niveau confirmé. Conservant ses épargnes dans un coffre de Sent’sura, il faut effectivement quatre ans à Amir pour revenir en terres de Feu avec sa promesse tenue. Toute sa famille l’accueille avec une immense surprise et une fête qui va durer plusieurs jours est donnée. Elle reste quelques mois au sein des Lak’shir qui ont tous vieillis puis reprend sa route, non sans regrets.

Lorsqu'elle rejoint à nouveau ses terres natales un an plus tard, elle les trouve désertes. Toutes les tribus sont parties résister dans les sables brûlants du désert et elle perd de nombreux mois et ressources à les retrouver. Des démons ont attaqué la tribu dans les steppes. Ses parents sont morts et l’aîné est désormais chef de la famille. Il traite sa sœur comme une lâche qui a fuit les combats et lui ordonne de partir. Elle se plie étonnement docilement aux ordres du nouveau chef et s’en va. Jusqu’en 115, elle va continuer son métier en tentant de venir en aide aux populations menacées par l’épidémie. Amir va tâter le terrain. La tournure des évenements reste trouble pour elle et elle ne sait où se ranger.






Dans la vraie vie


Âge : 18 ans (âge réel)
Comment avez-vous connu le forum ? Lassé du roleplay de gestion galactique, et ayant goûté brièvement aux joies du RPG, j’ai décidé de me tourner vers ce genre. J’ai tapé Forum roleplay medieval sur Google, je suis tombé sur un classement et j’ai choisi le plus haut placé.
Avez-vous déjà fréquenté d'autre forum, si oui lesquels ?Ecrire ici
Vos passions : Le dessin, les jeux vidéos, Youtube, le RP et… la trottinette.
Que pensez-vous de Terra Mystica ? Avez-vous des suggestions pour l'améliorer ? Perso, je ne suis pas fan de vôtre police de caractère. C’est juste qu’on peut pas faire de smiley potable genre : « Very Happy » « :3 » xD Essayez Verdana, juste une heure ^^
Avez-vous rencontré des problèmes pour remplir votre fiche? Pas de majeurs
Phrase fétiche : « La garde meurt mais ne se rend pas, merde ! » (Pas du tout.)


avatar


Humain

Partie IRL
Crédit avatar : Bride Story fan art
Double compte :
Vitesse de réponse : Moyenne -Lente


 
Page 1 sur 1