Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 Un panier de chat

 
Mar 2 Déc - 23:45
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t2711-kissa-presentation-d-une-ch
Le contrat était assez simple. Elle devait tuer un homme des plus banals tout en s’assurant que rien de lui ne demeure. L’homme était un yogaï qui avait fuit son dernier maître. Un noble de Sen’Tsura. Kissa aimait les défis, et elle n’avait jamais affronté de yogaï, aussi, elle se dit que cela pourrait être marrant. L’homme vivait dans une petite maison dans le quartier artisan, non loin du port. La chimère demeura un moment sur les toits à observer la mer avec son sourire mutin bien que son regard soit loin. Elle réfléchissait à la façon la plus rapide d’en finir. Elle se doutait que l’homme ne lui opposerait pas grande résistance. S’il avait su se battre, il aurait prit les armes contre le démon se déclarant dieu ou bien pour… Ou alors il serait partie vivre l’aventure, mais jamais ô grand jamais il ne se serait mis au service de qui que ce soit.

Kissa ne connaissait pas de Yogaï, mais elle connaissait leur fierté et leur besoin de liberté. Alors cette réflexion lui permettait de ne pas craindre pour sa vie. Peut être que finalement elle n’aurait pas dû prendre ce contrat… Elle allait s’ennuyer ferme !

Elle s’allongea sur le toit qu’elle avait choisis et se mit à compter les étoiles qui apparaissaient dans le ciel petit à petit. Exercice futile mais qui lui permettait de se concentrer sur autre chose que l’énervement latent qui montait en elle de façon inexpliquée. Elle avait toujours eut un rapport particulier avec les chiffres, et elle adorait compter. Sa maniacité y était surement pour quelque chose… Toujours est-il que cela parvenait parfois à la calmer.

Elle songea alors qu’elle aimait bien cette ville même si c’était un peu la capitale des partisans de l’archidémon. Elle s’y sentait bien, et le quartier général de sa guilde n’étant pas loin, elle y était souvent de passage. De plus, il fallait avouer que stratégiquement parlant, la ville avait tout ses intérêts. Drayame n’était pas loin, donc Soruga non plus, et elle trouvait toujours des moyens de transport à gauche à droite. Cela lui suffisait !

Elle sentit alors l’odeur caractéristique des Yogaïs, et elle se mit en chasse. Repérant sa cible, elle le suivit jusqu’à sa maison. La masure était petite et simple pareille à toutes celles du quartier. La chimère se glissa à l’intérieur par l’intermédiaire d’une fenêtre cassée menant au grenier. L’odeur de paille et de bois envahit les narines du chat qui se fit alors le plus discrète possible pour observer sa cible. Il vivait seul dans la masure de deux pièces si l’on comptait ce grenier.

Kissa haussa les épaules. Trop facile. Elle se laissa glisser derrière l’homme avec souplesse, mais le plancher craqua sous ses pattes félines. L’homme sursauta en faisant volte-face, mais il n’eut pas le temps que crier que déjà les griffes du chat s’enfonçaient dans sa gorge. Le sang ne gicle pas, et Kissa garda ses griffes dans la peau de l’homme jusqu’à ce qu’elle ait accompagnée sa chute au sol. Seulement là, elle rétracta ses lames, et essuya le sang sur sa main avec un chiffon posé sur une table en bois.

Le chat ferma les yeux. On entendait au loin le bruit de l’eau, calme et serein. Kissa ronronna malgré elle. Que deviendrait cette petite maison maintenant que son propriétaire était mort ?

Le chat décida de s’y installer. Elle apporta la tête de sa cible à son payeur, qui lui remit une bourse de dragon d’argent, et elle se débarrassa du reste du corps dans la mer. La première semaine, elle se chargea ensuite de nettoyer la maison et de changer la paille à l’étage. De ce fait, plus rien n’avait l’odeur du Yogaï et de plus, sa maniacité était calmée. Elle avait gardé les clés, récupérée sur le cadavre, évidemment, et elle avait acheté quelques meubles supplémentaires pour pouvoir ranger plus de tenues. La deuxième semaine, un soldat accompagné d’un précepteur vint relever l’impôt. Il fut surpris de trouver Kissa.

Le chat, avec son décolleté avantageux, minauda en expliquant que l’homme qui vivait ici avait vendu la demeure pour fuir son supérieur qui avait voulu le tuer. Elle remit l’argent qu’on lui réclamait, et on ne lui posa pas plus de questions. Après tout, part les temps qui couraient, les maisons changeaient souvent de locataire, et la rumeur de ce Yogaï avait rapidement fait le tour du quartier d’autant que Kissa avait attendu deux jours après la disparition de sa cible pour entrer par la porte comme une fleur avec la clé et un grand sac d’affaire.

La masure avait beau être petite, avec son travail, Kissa ne manquerait jamais d’argent pour la chauffer ou la mettre en état. Elle avait un cocon douillée juste pour elle, et cela la ravissait. Elle aimait l’idée d’un panier chaud et confortable.


~ Le monde n'a jamais été assez grand pour me cacher mes souris ~



Texte Kissa : #996699


avatar


Chimère

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Lara Lidwin
Vitesse de réponse : Rapide


 
Page 1 sur 1