Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 La chasse au Nécromancien ( PV: Shinku )

 
Jeu 16 Oct - 22:26
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t3620-hadrien-delieux-le-boeuf
« SOLDATS ! RAAAAAASSEMBLEMEEEENT !! »

L'ordre tonnât alors que j'étais tranquillement en train d’affûter mon épée dans ma tente, c'était la voix bourrue et reconnaissable entre mille du Capitaine Karlis, un des conseillers d'Anima.
En moins de trois seconde, moi et mes trois « compagnons » de tente nous retrouvâmes dehors, dans un cercle plus ou moins parfait de soldats au garde a vous au centre duquel se trouvait le Capitaine et une messagère rouquine, mignonne comme tout ; la plupart des guerriers avaient été surpris par cet ordre soudain -comme en témoignait la mousse a raser blanche sur le visage de l'un d'entre eux- et très peu d'entre eux étaient en armure, ce qui ne semblait pas plaire a Karlis, car il nous toisât quelques instants, un intense reproche dans les yeux...

Après quelques instant d'attente immobile, il hurlât un poil moins fort que précédemment.

« REPOS ! »

Les témoins de la scène se détendirent légèrement, croisant pour la plupart leurs bras dans leur dos.
Karlis commençât a marcher devant nous, comme lors d'une inspection ; il se tenait légèrement voûté mais malgré ça il semblait gigantesque ; même l'age ne parvenait a écraser sa formidable carrure de guerrier...
Ses yeux d'un bleu presque blanc transperçaient tout ceux sur qui ils se posaient, et lorsqu'il me dévisageât j'eus l'impression qu'il pouvait voir jusqu'au fond de mon âme, et que ce qu'il y trouvât ne lui plût pas du tout.
Après quelques minutes de marche silencieuse, il s'immobilisât au centre du cercle de soldats et se redressât quelque peu.

« Comme vous le savez sans doute, le Lieutenant Frank Dutertre nous a quitté lors de l'attaque des serviteurs de Nayris. »

Ils laissât ses mots flotter quelques instants dans les airs, histoire que les moins débiles d’entre nous puissent se faire une idée de sa présence ici.
Karlis reprît son manège, et se rapprochât nous :

« Le Seigneur Victo Féral a désigné celui qui prendra la relève de Dutertre. »

Ah bon, j'étais soulagé, je préférais ce genre de nouvelle a une remontrance, ou des insultes sur le rangement médiocre de notre camp ; c'était une bonne chose que l'on désigne enfin un remplaçant a Dutertre, rien que de savoir que j'avais de nouveau un « chef » me remontait le moral, ce soir on ferait la fête autour des feux de camps, c'était sûr.

Encore une fois, Karlis prît une pause a la fin de sa phrase, il avait l'air de bien profiter de ce sentiment d'attente qui émanait de ses hommes, difficile de croire qu'un homme comme lui puisse avoir une attitude aussi théâtrale  ; les soldats avaient commencèrent a se regarder, et tous devaient avoir en tête la même question : qui serait le prochain lieutenant ?
J'essayais de passer en revu tout ceux qui pouvait prétendre a ce titre, la plupart étaient des hommes d'expérience, des guerriers intelligents et rodés. Fracmer le démon, Antonios, Déléas – un bretteur hors pair, malgré sa coupe de tapette- , Le vieux François au corps couvert de cicatrices...

Si j'en avais eu l'occasion, j'aurai parié sur Fracmer : c'était un connard, mais il était fort, rusé et foutrement bon combattant...

« Soldat Delieux, avancez-vous. »

Une douche froide invisible me tombât sur le crâne.
Karlis avait presque murmuré son ordre, pourtant, tout le monde l'avait entendu. Instantanément, une centaine d'yeux se tournèrent vers moi ; tous semblaient surpris par ce choix, mais certains d’entre mes camarades avaient l'air... D'accord avec Karlis.

Un passage se dégageât entre moi et le Capitaine, j'avais l'impression de flotter sur un nuage, tout en moi criait que ce n'était pas possible, que personne de sensé ne ferait de moi un officier subalterne, responsable de la vie de presque une trentaine d'hommes...

Non, personne de sensé n'aurait fait ça... Mais Victo ?

J'arrivais auprès de Karlis et levait les yeux vers lui, il me dominait d'une bonne tête.
Son regard se plantât dans le mien, et il tendît la main vers la messagère a ses côté, elle aussi me dévisageait intensément ; la jeune recrue lui passât un morceau de parchemin qu'il dépliât sans me lâcher de ses pupilles terriblement bleues ; pour ma part, je devais me battre pour ne pas détourner le regard.

Une fois la missive ouverte, il se décidât enfin a la regarder ; il dépliât le parchemin et s’éclaircit la gorge, puis, de sa voix de stentor annonçât :

« Voici une missive officielle du Général Victo Féral, marquée de son sceau... Par la présente, Hadrien Delieux, vous êtes promu au rang de lieutenant au sein de l'armée, avec tout les droits et devoirs que cela implique. Vous aurez sous vos ordres les trente-huit hommes de l'ancien détachement Dutertre de la quatre-cent quatrième compagnie de l'armée de Terre. Ce détachement est par la présente renommé détachement Delieux. »

Au fur et a mesure que les paroles du Capitaine se glissaient sous mon crâne, je sentais un courant froid courir sur mon dos, comme si quelqu'un s'était amusé a verser doucement un seau d'eau glacée sur mon crâne. J'étais sous le choc, presque tétanisé par l'ampleur des responsabilités qui prenaient place sur mes épaules.

Kralis reposât son regard sur moi et tendît le papier a son messager, ce dernier lui prît des mains, puis y déposât deux cordelettes dorées et une petite étoile argentée a quatre branches.
Le Capitaine s'approchât de moi, me noyant sous sa masse , il tendît ses mains vers mon épaule droite et fixât les petits câbles brillant a mon armure, ils s'ajustaient parfaitement, et je me rendis compte qu'ils avaient été prévu dans ce but.
Il s'équipât ensuite de l'étoile, qu'il pinçât sur le rebord de ma cuirasse pectorale.

« Voici vos insignes. Et voici Mirtra, votre écuyer. »

Il désignât d'un mouvement de tête celle que j'avais jusqu'à présent pris pour une messagère, cette dernière inclinât légèrement la tête lorsque mes yeux se fixèrent sur elle.

« DETACHEMENT DELIEUX ! » Hurlât Kralis, me faisant sursauter, « SALUEZ VOTRE LIEUTENANT

Il y eût un petit instant d'hésitation, puis les bras de tout les hommes et femmes présents dans le cercle se levèrent pour effectuer le salut militaire de rigueur, poing posé contre la poitrine.
Il y eut un nouvel instant de silence, durant lequel Karlis me gratifiât d'un hochement de tête avant de s'éloigner.

Maintenant seul dans le cercle avec mon page, je sentis mes esprits me revenir peu a peu... Victo, mais qu'est ce que tu avais foutu ? Je n'étais absolument pas prêt a commander autant d'hommes, déjà que la promotion de sergent me faisait peur...
Lâchant un soupir résigné, j'envoyais mon premier ordre a mon détachement qui attendait, toujours au garde a vous :

« Détachement, rompez. »

Les hommes se détendirent. La plupart restèrent sur place, je dois avouer que je m'attendais a des regards de travers, voire peut être même des insultes... Mais lorsque le cercle de combattants se brisât, se fût parce que les hommes se dirigeaient vers moi, des félicitations plein les lèvres ; je reçus des tapes dans le dos, des poignées de mains, il y eu aussi des sourires forcés, certes, mais la majorité de mes subalternes semblaient avoir confiance en moi, ou plutôt ils semblaient avoir confiance en le jugement de Victo.

« Allez les gars, c'est bon, retournez au travail pour ce qui en ont, et les autres, laissez moi reprendre mes esprits. » Finis-je par lancer, le sourire aux lèvres, alors que la cérémonie s'éternisait.

Quelques gars firent un salut, souriants, puis tous s'en retournèrent a leurs oignons, en l'espace d'une minute, notre campement avait repris sa vie habituelle, on aurait peine a dire qu'une intronisation venait d'être prononcée l'instant précédant...

« Mon Lieutenant ? » Une petite voix résonnât dans mon dos, et lorsque je me retournais, je vis Mirtra, la jeune femme qui devrais me servir de page.
Je n'avais pas vraiment pensé a la détailler tout a l'heure, mais maintenant qu'elle était seule face a moi j'en avais tout le loisir ; elle était relativement petite, mais sa taille était démentie par des bras et des épaules musclées ; elle avait des cheveux roux attachés en queue de cheval, et des yeux bruns plantés dans un visage fin constellé de tache de rousseur. Elle aurait pu être jolie, voire belle, mais la largeur de ses épaules n'était pas a mon goût... M'enfin, j'avais jamais aimé les femme trop musclées.

« Qu'y a-t-il ? » Lui répondis-je.

« Le Général Victo m'a demandé de vous remettre ceci aussitôt que votre intronisation serait terminée. » Elle me tendît une lettre scellée, je l'ouvris. Elle contenait un ordre de mission concernant la capture d'un nécromancien, rien qu'a la lire je pouvais sentir l'odeur de plan foireux qui s'en dégageait...

«J'ai aussi été chargé de vous montrer vos nouveaux quartiers. »

Je relevais les yeux vers elle : «  Mes nouveaux quartiers ? »
Je n'avais pas réalisé jusqu'à présent, mais c'est vrai que Dutertre avait droit, en tant que Lieutenant a une tente personnelle.

« Oui, la tente de Feu le lieutant Dutertre a été vidée de ses affaires personnelles et est maintenant a votre disposition. »














La tente était spacieuse... En fait elle ne l'était pas tant que ça, elle faisait la taille d'une tente de soldat, mais au lieu de dormir a huit dedans, j'étais seul. Cela permettait la disposition d'une table et de trois chaises, d'un paravent aux couleurs de l'Empire sur lequel était épinglée une carte de la région et de plusieurs coffres contenant divers atlas, parchemins et nécessaire d'écriture... Niveau confort, elle était aussi mieux équipée que celles des soldats lambda : deux brasero fumaient de part et d'autre de l'entrée, le lit était toujours constitué d'une armature d'acier repliable, mais il était maintenant recouvert de quelques fourrures ; et, summum de l'appréciable, il y avait un coussin.

J'embrassais du regard tout cet espace m'appartenant désormais ; il y avait trois cartes sur la table, une du duché (datant d'avant son infection par le maléfice), une de notre continent et une autre, plus précise, des zones d'activités dans les terres infectées.
Je lâchais un soupir, puis, résigné, je m'assis derrière le bureau, et dépliais de nouveau l'ordre de mission que m'avais remis mon écuyère un peu plus tôt, cette fois j'en parcourus les détails plus soigneusement : il était question d'un petit groupe qui serait composé de trois unités a distance, trois unités de mon choix, de ma personne et d'une (ou un) certaine Shinku...

*Par contre, faudra qu'on m'explique pourquoi Victo envoie le plus gros bourrin de son armée dans une mission d'infiltration... *

Franchement, c'était quoi la raison pour me balancer dans une opération a l'opposé de mes talents ? C'est pas comme si on avait personne sous la main : le camps regorgeait d'elfes, et ils étaient foutrement plus discret et agiles que moi...
Mais bon, les ordres sont les ordres...
Retenant un autre soupir, j'apellais Mirtra :

« Lieutenant ? »

« Envois-moi Fracmer, Antonidas et... Bertrand. Envois aussi quelqu'un me chercher ce... Shinku. »

« Tout de suite monsieur. »

Elle effectua un salut de rigueur et sortît de la tente.

C'était bizarre d'avoir a donner des ordres, mais étrangement, c'était aussi très agréable ; mais j'imaginais que ce serait autre chose de devoir commander a Fracmer.
Si j'avais choisi le démon pour m'accompagner, c'était pour la simple et bonne raison qu'il avait été le candidat favori a la succession de Dutertre, et fier comme il l'était, il devait avoir pris mon ascension comme une injustice incompréhensible.
C'était un soldat dur, violent, mais respecté de ses camarades, et s'il décidait de pourrir mon autorité encore vacillante, il y parviendrait... En revanche, si lui m'acceptait comme chef, les autres suivraient son exemple.



Mirtra revînt dans ma tente quelques minutes plus tard, accompagnée des trois hommes qui j'avais selectionné.

« Merci, tu peux disposer. »

Elle me saluât de nouveau puis s'en fût.

Mon regard se tournât vers les nouveaux venus, Fracmer était en tête du trio, évidemment. Il exsudait un mépris contenu, comme je l'avais imaginais, il semblait furieux que « sa » promotion me soit revenue... Il ne me quittait pas des yeux, et de mon coté, je me forçais a soutenir ses pupilles rouges, tout en gardant cette expression neutre qui seyait si bien a ceux qui commandent, sentant bien que le moindre signe de faiblesse de ma part serait exploité.

« Messieurs, demain, a treize heures, nous partons de l'autre coté du fleuve. Une heure et demi de cheval pour arriver a une ancienne place forte ou nous devons « récupérer » un nécromancien pour le ramener ici a des fins d'interrogatoire. »

Les hommes se détendirent, et Fracmer baissât enfin les yeux, prétextant un regard sur les cartes ; Au moins, je n'avais pas été le premier a rompre le contact de nos regards ! Revigoré par cette petite victoire, je les fis s'approcher afin qu'ils les observent de plus près.
Au moment ou je les tournais dans leur sens, Fracmer tirât une des chaises et s'assît.

J’arrêtais immédiatement mon geste, et l'atmosphère semblât presque se refroidir :

« Je n'ai pas le souvenir de t'avoir invité a t'asseoir, soldat. »

Il ne se serait jamais permis un tel manque de respect envers Anima, ni envers Dutertre, si ça ce n'était pas remettre mon autorité en question...
Il se relevât, mais trop lentement. Et sans s'excuser.

« Est-ce que tu te fous de ma gueule, soldat ? »

Le silence se fît lourd, aucune réponse de sa part, par instinct les deux autres s'écartèrent de l'insubordonné.

Je fis le tour de la table, calmement, et vînt me planter devant le démon. Il faisait presque dix centimètres de plus que moi, et je devais lever la tête pour le regarder dans les yeux ; lui même ne me lâchais pas du regard, me défiant de ses pupilles carmins.

Et maintenant qu'est ce que je devais faire ? Qu'est ce qu'Anima aurait fait a ma place... ?







Fracmer était une brute, il devait bien peser dans les cent-vingts kilos de muscles et de rage, pour l'avoir déjà vu torse nu, je pouvais dire que son corps de semblait composé que de nœuds de violences, sans aucune partie molle ou faible... Et pourtant, quand mon poing partît, il s'enfonçât dans ses abdominaux comme s'il n'y avait rien.
Il se pliât en deux, lâchant un râle de souffrance alors que son diaphragme contracté l’empêchait de remplir a nouveau ses poumons.
Mon pied vînt se poser sur son épaule droite, et d'une pression, je le fis jaillir de la tente par l'ouverture d'entrée. Il allât s'écraser dans la poussière du campement, une quinzaine de mètres plus loin, a l'extérieur, devant une vingtaine de guerriers qui se figèrent, étonnés de voir leur champion ainsi mordre la poussière.

Ce fût a mon tour de sortir de mon habitacle.
Il se relevât difficilement a mon approche, mais avant qu'il ne se redresse complètement, je le cueillis a la cuisse avec un coup de pied circulaire qui lui froissât le muscle : il s'écroulât en gémissant, Je me baissait alors pour le prendre par le col, et le soulevais de terre, sans effort.

« Tu te crois meilleur que moi espèce de connard ? Tu crois que j'ai pris la place qui te reviens parce que je suis le chouchou du chef ? »

Autour de nous, un cercle muet s'était formé, et personne ne ratait une miette de la scène, c'était l'occasion rêvée pour mettre les choses au clair avec tout ceux qui pensaient que je ne méritais pas ma place.

- « Alors écoutes moi bien fils de pute, si tu crois que j'ai volé ta promotion, tu te fous le doigt dans l'oeil jusqu'au coude, si je suis ton supérieur en ce moment, c'est parce que je suis meilleur que toi. »

Je désignais maintenant la foule d'une main, tenant le bougre a vingt centimètre au dessus du sol d'un seul bras, Fracmer vînt refermer ses mains sur ma poigne, me serrant avec l'énergie du désespoir :

«  Maintenant je vais te faire une promesse et je prends tout le détachement a témoin: j'ai été gentil cette fois-ci, j'ai vraiment retenu mes coups, mais la prochaine fois que tu me manques de respect, la prochaine fois que tu me désobéis, la prochaine fois que tu me regardes de travers, je te tabasse jusqu'à ce que le tas de merde qui te sers de cervelle te coules par le nez ! »

Je ramenais mon subalterne vers mon visage, collant son front au miens, pour lui déclarer de ma voix la plus froide :

« Désormais, je ne veux plus t'entendre dire que deux mots : oui et chef... C'est compris ? »

Un gargouillis incompréhensible franchît les lèvres du bougre, je compris alors que j'étais en train de l'étrangler ; je desserrais un peu ma prise et tournais mon oreille vers sa face :

« Je n'ai pas... entendu. » lui murmurais-je, glacé comme la mort.

« Oui... Chef... »

Un sourire vînt illuminer mon visage, je profitais encore quelques secondes de l'air effaré que je pouvais lire sur la tête de Fracmer, puis le laissais tomber au sol. Il s'écroulât lamentablement, toussant et luttant pour reprendre sa respiration.
Je n'avais pas beaucoup forcé en le frappant, mais j'étais quand étonné de sa résistance, si j'avais frappé aussi fort sur la jambe d'un humain que je l'avais fait sur celle de Fracmer, le fémur se serait sans doute brisé.

Les yeux des spectateurs faisaient des allers retours en le démons a terre et moi, maintenant je pouvais être sûr que plus personne ne poserais son cul dans une de mes chaises sans y être invité expressement.

* ça y est * pensais-je * mon autorité est assise. *


Je remarquais une jeune femme en rouge a la lisière du cercle, elle ne ressemblait a rien que j'ai déjà vu : la peau blanche comme la neige, des yeux pourpres et deux cornes autour du coup ; séduisante malgré son accoutrement ridicule... Ses jambe au galbe a la limite de la perfection et en partie dénudées, et ses lèvres pulpeuses, ses énormes pupille couleur de sang, ses vêtement de carmin et de noir... Rien qu'a la voir, je sentis un puissant désir prendre place dans mon bas-ventre, la pointe de la boussole de mon envie se mît a indiquer le nord. C'était une soif sauvage qui semblait parler a un coté animal de ma personne que je ne me connaissais pas, et des images que la plupart des religieux désapprouverais défilèrent dans mon esprit, m’incluant moi, cette femme, et très peu de vêtements.

Gêné par cet afflux soudain de sang a un endroit franchement pas pratique, je retournais rapidement a l'intérieur de ma tente, me faisant la promesse de découvrir qui était cette femme dès demain. Le camps n'était pas bien grand, je ne devrais pas avoir trop de mal a la retrouver, c'est pas comme si elle était discrète...

Je tombais sur Antonidas et Bertrand, les deux soldats avaient assisté a la scène par l'ouverture de la tente, et ils me regardaient avec des yeux exorbités.

« Bien, euh... demain, a treize heures moins vingt devant ma tente. En armure. Faites passer le mot a Fracmer. »

Il y eût un instant de flottement, ou ils échangèrent un regard... Puis, de concert, ils portèrent le poing au torse, et aboyèrent :

« Oui, Chef ! »

Je leur fis signe de disposer, puis m'affalais dans ma chaise avant de me pencher sur la table a la recherche d'une idée pour enlever le nécromancien sans pour autant y perdre tout les hommes que j’emmènerais... Mais j'avais beaucoup de mal a me concentrer, la femme rouge hantant encore mes pensées et mes chausses.

La voix de Mirtra me tirât de cette torture mentale, c'était pour me faire part de l'arrivée de Shinku. * Parfait ! Ça me changera les idées !*
Les toiles de la tente s'écartèrent...

Et merde.

HRP:
 


Thème du Jeune Etalon.



Thème du Boeuf.



avatar


Humain

Partie IRL
Crédit avatar : Devianart
Double compte :
Vitesse de réponse : De rapide a extrêmement lente.


Ven 17 Oct - 0:59
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t105-shinku-mortalys#15908
Shinku avait cherché un moment la tente où elle devait se présenter, visiblement c'était une promotion récente, ou quelque chose de se genre.

La femme à la peau d'albâtre se sentait curieusement dans son élément entouré de démons qui ne la regardait pas forcément avec curiosité, alors que les autres, habitué à des présence parfois cocasse, détourner bien vite le regard.
Parfois leur curiosité était plus longue, mais jamais emplie de dégoût comme dans les villes strictement humaines. Un changement non déplaisant.



La sorcière fut bientôt interpelé par un soldat, personne ne l'avais trouvé avant de corriger un petit malentendu, le lieutenant cherchait visiblement un certain Shinku, et donc pas une femme. Intéressant.


Une grande tente se dressait à l'horizon, pendant que l'albinos se demandait si c'était la bonne, voilà qu'un colosse - qui avait visiblement décidé de jouer au boulet de canon - s'écrasa à peu près 4 mètre devant elle dans un grand fracas. Ouf, un peu plus et c'était sur elle que ce tas de viande aurait atterrit, et avec une telle masse, elle se serait retrouvé aplatie comme une crêpe.

La vraie question était, qui avait bien pu envoyer voler ce sac de muscle avec une telle aisance, et qu'avait-il pu bien faire pour mériter ça?
Lorsque le responsable sorti de la tente, Shinku se mêla à la foule qui se rassemblait déjà autour des protagoniste d'un combat qui semblait déjà à sens unique.



Le coupable avait l'air humain, mais Shinku n'était pas plus surprise que cela. Elle avait vu des choses plus étrange qu'un humain qui possédait une force hors du commun, même si celui-ci était visiblement plus que gâté par la nature. Il était plutôt grand mais pas autant que la plupart des géant démoniaque qui trainait ici bas. Son visage était un peu enfantin, difficile de définir un âge exact.

Le combat était visiblement dû à un manquement à l'autorité du colosse. Donc, il était fort possible que le jeune homme soit le lieutenant Delieux et que le tas de muscle soit un soldat opposé à sa récente promotion.
Sa mère lui avait dit un jour, si tu veux te faire respecter par un groupe d'humain ou de démon, même tactique, tu prends celui qui a l'air le plus fort et tu le dérouilles. Technique qui allait sans doute fonctionner ici aussi. Malin le jeune promu.

Quelque démonstration de virilité plus tard, un "oui chef" arraché au subordonné signa la victoire du nouveau lieutenant.

Quand Shinku releva les yeux vers le vainqueur, elle le vit regarder dans sa direction, il avait les yeux marron, il la scuta un bon moment avant de détourner le regard et de partir vers sa tente. La sorcière songea que s'était sans doute son accoutrement qui lui valait cette insistance, et n'y prêta pas plus d'attention.

Elle se dirigea vers la tente, laissant les autres spectateurs et leurs brouhahas. Une femme rousse, à la carrure impressionnante, lui demanda d'attendre qu'elle annonce sa venue.

La sorcière médita donc sur le comportement à adopter... Très bien, elle se ferait violence et agirait en bon soldat. Elle n'avait pas envie de s'en prendre une pour un manquement aux ordres, elle. Et puis, c'était comme jouer au théâtre. Un petit rôle de brave fille pour une sorcière, n'est-ce pas la un défi. Personne ici n'avait à voir sa vraie personnalité après tout... Va pour la petite soldate bien comme il faut! Oh elle sentait déjà son côté démoniaque se foutre de sa poire...

Quand elle poussa enfin les toiles de la tente, l'homme avait l'air de sortir d'une intense réflexion, et sembla surpris de la voir débarquer. Il attendait un homme à n'en pas douter.

La demi-démone s'inclina respectueusement, comme l'exigeait son nouveau "rôle".
-Mes respects, mon Lieutenant. Je suis Shinku Mortalys, la pyromancienne attachée à votre détachement par le général Victo. Si vous souhaiter établir notre plan de bataille je peux vous prêter assistance. A moins que votre intelligence n'égale votre force bien sûr. La petite démonstration de toute à l'heure était fort impressionnante.

La sorcière marqua une pose puis se donna une tape sur le haut du crâne se rendant compte qu'elle oubliait l'essentiel. Ce petite geste était complétement dans son genre. Jouer au soldat certes, mais elle conservait ses habitudes.

-Suis-je sotte, il vous faut connaître mes capacités avant de cogiter sur une méthode. Le général ne m'a pas choisi au hasard. Sachez que, pister un ennemi, le débusquer et le prendre en chasse est tout à fait dans mes cordes. Une partie de mon sang est celui d'un démon de type canin après tout. Quand à l'utilité de mes flammes, il va sans dire que les mort qui marchent n'iront pas loin une fois rôti...

La femme à la peau couleur de neige se permit de s'avancer un peu vers lui, planta ses orbes rouges dans les siennes. Il serait fort malpoli de ne pas le regarder droit dans les yeux, et les manquements aux usages n'avait pas l'air d'être au goût du jeune lieutenant.
Shinku n'avait plus qu'a attendre ses ordres, elle se permit même un petit sourire en coin. Cette situation n'était pas aussi désagréable que son côté râleur lui dictait. Finalement ce serait même peut-être drôle de tuer un nécromancien au côté de cette force de la nature.


Ses succès :


Signature par Ayael


avatar


Sorcière

Partie IRL
Crédit avatar : Moi-même :P (Lenne/Shin)
Double compte : Bordeau
Vitesse de réponse : Adaptée en fonction des partenaires de RP.


Jeu 23 Oct - 1:38
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t3620-hadrien-delieux-le-boeuf
« euuuhm... »

Je ne sus pas trop quoi répondre d'autre lorsque Shinku eût fini son petit monologue, j'avais honnêtement l'impression d'avoir un étalon fou furieux en train de se débattre et de ruer son mon crâne, mon esprit était divisé en deux partie : une moitié visiblement emportée par une libido sauvage que je n'avais jamais ressenti jusqu'à présent, et qui me poussais a sauter par dessus la table pour aller embrasser cette créature étrange... Et l'autre partie composée de toute mon éducation, laquelle tentait en vain de faire baisser la raideur qui s'était emparée de mes chausses ; cette énorme contradiction menaçait de faire exploser mon crâne et me laissais dans une absence de réaction stupide face au discours de ma nouvelle recrue.
Les yeux grands ouverts, je me contentais de fixer ses prunelles de rubis, comme si je pouvais trouver au fond d'elles la réponse au sens de la vie, mes lèvres s'étaient détachées l'une de l'autre, et si je n'avais pas l'air débile, cela devait certainement ôter beaucoup a ma crédibilité...
Par Cervin Mir, pourquoi fallait-il que je rencontre pareille femme en ce moment ?!

Après quelques secondes d'un silence dérangeant, je parvins a reprendre le dessus sur la crétinerie contemplative qui s'était emparée de moi, je me raclais la gorge et détournais le regard vers Mirtra, laquelle ne semblait pas comprendre mon changement d’attitude et me regardait d'un air décontenancé.

« Hum... Oui ! Très bien, euh... Enchanté de faire votre connaissance, Shinku. »

C'était nul, mais là, j'avais foutrement du mal a penser. En plus je me rendis compte que je n'avais quasiment rien écouté a ce qu'elle m'avait raconté, ça commençais bien.
Je tentais de reposer mes yeux sur les siens, mais une autre vague de désir s'écrasât sur moi, et je fus obliger de détourner de nouveau le regard.
Je ne pouvais m’empêcher de triturer nerveusement un bout de la carte sur la table.

C'était impossible de réfléchir dans ces conditions, il fallait que je la fasse sortir pour me laisser le temps de reprendre mes esprits.
Une idée me vînt, enfin !

« La route a dû être longue et fatigante, Mirtra va vous montrer une tente ou vous reposer et ou déposer vos affaires... Parce contre, nous n'attendions pas d'invités, et vous devrez sans doute la partager avec d'autres personnes. Mais ne vous inquiétez pas, les femmes ont leurs propres tentes.»

J'aurai bien aimé lui offrir mieux, d'ailleurs ça ne m'aurait pas déranger de lui céder ma tente et de retourner dans mon ancien baraquement, mais ça aurait tout simplement été contraire a tout les protocoles...

« Revenez me voir quand vous serez installée, nous parlerons du plan en mangeant ; et prenez votre temps, de toutes manières nous ne partirons pas avant demain. »

Je fis signe a Mirtra de faire sortir mon invitée, c'était sans doute brusque, mais j'avais besoin d'air...

Lorsque la toiles de l'entrée se fus refermée après le passage des deux femmes, je m'affalais dans mon siège, la tête contre le dossier, exhalant tout l'air de mes poumons dans un râle qui tenait tout autant du soulagement que de l'exaspération.

« Raaaah... Bordel de meeeeeerdeuh ! »

Je fermais les yeux et vins coller mes poings sur mes paupières sans cesser de grogner.
* C'est bien ma veine tiens... *

De toute ma vie, j'avais je n'avais autant envie de qui que ce soit... Tout en cette Shinku m’appelais, et pourtant ce n'était même pas mon « style » de fille.
D'habitude je préférais les rouquines aux yeux verts, un brin sauvage, les cheveux en bataille, avec une taille prononcée et de longues jambe a la peau constellée de taches de son. Je les aimais sans fard, avec une lueur de défi dans le regard qui rendait tout maquillage superflu ; j'aimais les habits simples qui dénotaient une personnalité sans attrait pour tout ce qui était superficiel. Aucun rapport avec cette magicienne !
Shinku avait l'air obséquieuse et obéissante, et ressemblait a une carpe-soleil avec toutes ces dentelles et tout ce rouge ; bon, ça lui allait bien, c'est sûr, mais moi j'aimais pas ce genre. Et pis ces yeux, carmins comme pas possible, et cette peau blanche comme la neige, et ces cornes ! Grand dieux, elle n'était même pas humaine...

Mais mon corps n'en avait cure, elle devait avoir un je ne sais quoi de surnaturel pour faire ainsi pousser en moi un désir si grand. Il y a le coup de foudre, quand on tombe immédiatement amoureux d'une personne, et bien je devais être victime de la même chose, mais version charnelle.
J'avais envie de poser mes mains sur ses hanches, de la tirer a moi, de poser mes lèvres sur les siennes en caressant sa nuque et son dos...

Je tombais le front contre la table, ça allait être dur, très dur.
Sans mauvais jeu de mot.

Je me redressais et me dirigeais vers le coffre de bois qui contenait maintenant mes affaires pour en sortir une chemise de lin blanc et un pantalon , je n'avais plus besoin de mon armure, et une toilette me ferait le plus grand bien. Je hélais un garde afin qu'il m'apporte un seau d'eau et une éponge et commençais a défaire les protections d'acier.

Ce faisant, je ne pus empêcher mon esprit de vagabonder a nouveau vers cette femme... Lorsqu'elle était entrée dans la tente, elle ne m'avait pas saluer a la manière des soldats, non, elle s'était incliné. Et a bien y réfléchir, ça ne devait pas être dans ses habitudes, a voir la manière raide dont elle l'avait fait, on aurait pu même croire qu'elle s'était forcée...
C'était sans un détail sans importance, mais je le gardais dans un coin de ma tête, au cas où.

Puis, de fil en aiguille ( toujours sans connotation mal placée ) j'en vins a me demander quelle texture pouvait avoir sa peau d'albâtre. Blanche comme elle était, elle devait être douce comme un drap de satin...

« Lieutenant. Voila votre eau. »

Je sursautais stupidement, heureusement que le soldat n'avais pu me voir depuis l'extérieur de la tente, sinon il se serait bien foutu de ma gueule.

« Merci, dépose la a l'intérieur. »

L'homme entrât, me saluât, déposât son colis et partît. Sur le moment, je me dis que c'était foutrement bien l'autorité.





Une fois ma toilette finie, j'attachais mes cheveux en une natte serrée a l'arrière de mon crâne, et commençais a me triturer les méninges en pensant a ma problématique : comment faire pour enlever un être immortel, qui ne sent probablement pas la douleur, qui contrôle un nombre inconnus de zombis en armes ; le tout dans la propre place force dudit être immortel, sans subir de perte et en sous nombre...
Je tirais les manches de ma chemise, mettant a nu mes avant-bras a la musculature crissante, et retournais m’asseoir dans ma chaise.
C'était un foutu casse-tête que celui là, j'avais hâte que Shinku reviennes, peut être qu'elle pourrait m'aider a résoudre ce problème ; enfin, si tant est que j’arrive a réfléchir moi aussi quand elle serait là...


Thème du Jeune Etalon.



Thème du Boeuf.



avatar


Humain

Partie IRL
Crédit avatar : Devianart
Double compte :
Vitesse de réponse : De rapide a extrêmement lente.


Jeu 23 Oct - 23:49
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t105-shinku-mortalys#15908
Le jeune gradé était... Comment dire... Ailleurs? Oui c'était sans doute le mot à employer. Shinku aurait juré que ce DeLieux n'avait pas écouté un traitre mot de ce qu'elle venait de dire, ça valait bien la peine de se casser le bol à parler comme il faut.

« La route a dû être longue et fatigante, Mirtra va vous montrer une tente ou vous reposer et ou déposer vos affaires... Parce contre, nous n'attendions pas d'invités, et vous devrez sans doute la partager avec d'autres personnes. Mais ne vous inquiétez pas, les femmes ont leurs propres tentes.»
Shinku fut surprise, elle ne s'attendait pas à ce qu'un chef de l'armée d'Ailes Ténébreuses s'inquiète de ce genre de chose, que les sexes soit séparés semblent certes logiques, mais qu'il s'inquiète ainsi de son état de fatigue, alors qu'elle avait l'air plutôt en forme, était très curieux.

Essayez-t-il de se défaire d'elle? La sorcière lança un regard vers la femme Mirtra. Elle lui parlerait de tout cela dès qu'elle serait sortie.

« Revenez me voir quand vous serez installée, nous parlerons du plan en mangeant ; et prenez votre temps, de toutes manières nous ne partirons pas avant demain. »

Demain seulement? Quelque part c'était rassurant, ils prendraient bien le temps de mettre en place une stratégie.

Le lieutenant fit signe à sa soldate de faire sortir l'albinos et elle la suivit à l'extérieure, troublée par le comportement de cet homme qui avait fait preuve de tant d'autorité dix minutes auparavant.


-Huuum... Dites-moi... Mirtra, c'est bien ça? Dit-elle pour attirer l'attention de la jeune femme. Le Lieutenant est-il toujours aussi... Enfin il est nouveau non?
-Il est arrivé avec Anima, sur une recommandation personnelle de Victo.
-C'est-ce Victo qui l'a formé n'est-ce pas? Il me l'a indiqué avant de m'orienter vers lui... Je n'ai pas eu le temps de m'inquiéter de ces faits de guerre...

-On raconte qu'il a tué plus d'une centaine de zombies dans la bataille du camps.
-Fichtre c'est une somme, mais cela ne veut pas dire qu'il est capable de diriger un détachement. Qu'en pensez-vous sans indiscrétion.
-Mhhh, j'attends de voir. Il a su asseoir son autorité, même si je ne m'attendait pas à ce qu'il fasse preuve d'autant de violence, c'était la seule chose à faire.
Shinku hocha le tête, elle était bien d'accord avec cela. Victo avait l'air de s'y connaître en bataille... Durant un moment elle était convaincu qu'il n'y avait pas de problème mais... Le comportement étrange du jeune homme l'inquiétait un peu.

La demi-démone jeta un œil vers Mirtra, son visage trahissait qu'elle avait sa petite idée en tête, mais on pouvait aussi aisément deviner qu'elle ne divulguerait pas sa pensée. Dommage...

Arrivée aux tentes des femmes, Shinku en choisi une avec le moins de monde possible. Réfléchissant toujours, elle alla se chercher une bassine d'eau pour se rafraichir le visage. Une fois dans ses "appartement" - c'est-à-dire deux toiles de fortune qui entourait un petit lit de camp qui lui laissait trois mètre carré d'espace personnel à tout casser - la sorcière observa on reflet dans la surface limpide.
-Ce sont peut-être mes yeux ou mes cornes qui le troublent... La plupart des démons ici sont moins voyant que moi... Je n'ai pas envie que cela devienne un problème...

La femme à la peau blanche sorti de sa besace une tenue foncée, elle avait bien fait de prévoir une toilette plus discrète vu la nature de la mission. Cet ensemble se composait d'un fuseau d'un noir mat, à peine transparent, rien d'indécent. Des bottes de la même couleur avec un petit talon (elle n'avait pas envie de faire une tête de moins que tout les soldats ici). Un haut rouge, dont le décolleté était souligné de dentelle finement brodé était bientôt recouvert d'un capuchon de velours couleur de nuit, relevé de reflet pourpre, dont la partie haute était suffisamment large pour cacher l'ensemble de sa tête y compris ses cornes. Ainsi, sa silhouette bien qu'habilement soulignée, était bien plus passe partout. La jeune femme contempla le contraste entre sa peau blanche, ses yeux et son petit haut carmin, et ses vêtements noirs. Elle défit sa complexe queue de cheval haute, et rangea les décorations qui l'ornaient dans sa besace. On ne sait jamais, ça peut servir. En guise de nouvelle coiffure, elle opta pour une tresse lâche sur le côté.
La sorcière aimait ses cheveux presqu'argent, et les laisserait ainsi dépasser de l'encolure de la capuche.

Shinku n'avait prévu d'enfiler cette tenue plus sombre que lorsque la mission débuterait mais si cela pouvait atténuer la gêne de son supérieur à son égard elle l'enfilerait dès maintenant. Une fois sa toilette terminée, elle s'habilla et remaquilla ses yeux et ses lèvres avec une couleur assortie à son capuchon.
Lorsqu'elle sortie de son petit logis provisoire, elle demanda alla retrouver Mirtra.
-Penses-tu que ma tenue est moins... Originale? Que le Lieutenant risque moins d'être... à côté de ses chausses?

Certes, le côté arlequin que Shinku affectionnait tant n'étais plus présent, mais elle était élégante dans cette tenue, et ignorait tout du véritable problème du supérieur. La rousse haussa les épaules, visiblement pas convaincue.
La sorcière fit la grimace. Rester jolie était une priorité pour nombre de femme, et Shinku n'allait pas mettre un sac sur la tête pour cacher ses cornes ou ses yeux.

Bientôt elle attendit son supérieur devant sa tente, se demandant ce que serait sa réaction. Pourvu que cela le mette plus à l'aise...


Ses succès :


Signature par Ayael


avatar


Sorcière

Partie IRL
Crédit avatar : Moi-même :P (Lenne/Shin)
Double compte : Bordeau
Vitesse de réponse : Adaptée en fonction des partenaires de RP.


Jeu 30 Oct - 2:12
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t3620-hadrien-delieux-le-boeuf
Changer l'anneau d'une bague n’ôte jamais a la beauté de la pierre sertie, et l'éclat du visage de Shinku n'était que renforcé par les couleurs désormais plus sombres de sa tenue, dont les teintes avait visiblement été choisies avec un grand soin ; la peau de son décolleté semblait plus pâle enchâssée dans un écrin de dentelle noire, et le rouge sang de sa tenue rappelait a merveille ses yeux carmins de démone.
Elle était encore plus attirante vêtue de la sorte : étrangement, les teintes sombres avaient quelque chose d'encore plus aguicheur, ma respiration se fît plus ample, et je pouvais sentir le rouge me monter aux joues lorsque nos regards se croisèrent.

« Mirtra.. ? » Ma voix était tremblante, je me raclais donc la gorge et repris, d'une intonation normale :

« Vas voir l'intendant, et ramènes-nous un repas pour... Disons cinq personnes. Si ce gros lard ne veut pas te filer autant de nourriture – et je sais qu'il ne voudra pas - montres-lui ça. »

Je lui tendis l'autorisation d'Anima m'octroyant le droit de profiter des réserves de nourriture autant que cela me plaisait.

«  Et s'il ne veut toujours pas, dis lui que j'ai maintenant le grade pour venir lui casser la gueule. Tu peux disposer. »

Mon écuyère partie, je reportais mon attention sur Shinku ; elle m'attirait toujours autant, et en la voyant dans ce qui devait être sa tenue de terrain, je réalisais que je ne pourrais tout simplement pas refouler mon désir d'elle ; si j'essayais de ne pas y penser, j'allais juste parvenir a me frustrer et a bousiller mes derniers neurones encore fonctionnels...

Je me remis a rougir, mais cette fois ça ne m’empêchât pas de la regarder dans les yeux sans ciller ;  même si j'étais persuadé d'avoir l'air ridicule avec mes joues pivoines, et ma respiration trop puissante...

J'indiquais a la sorcière le siège devant moi, l'invitant a s'asseoir :

« Je suis désolé pour tout a l'heure, lui dis-je avec un sourire sincère, j'ai eu une journée pas mal chargée en émotions, et j'avais besoin de quelques instants pour tout remettre en ordre la dedans. »
Je ponctuais ma phrase en pointant mon index contre ma tempe.

Je pris une inspiration gênée, m'apprêtant a dire quelque chose d'embarrassant :

« D'ailleurs je dois t'avouer que je n'ai quasiment rien écouté lorsque tu t'es présentée tout a l'heure... »

Je lui annonçais cela en faisant inconsciemment la moue du gamin qui avoue une bêtise sans gravité, sourire en coin et plissant légèrement les yeux.

«  D'ailleurs, tu ne fais pas partie de l'armée n'est ce pas ? Je dis ça parce qu'au lieu du salut régulier, tu t'es inclinée. »

Au delà de la curiosité motivée par un besoin charnel trivial, mes questions étaient liées au fait qu'une inconnue totale sorte de nulle part pour intégrer mes rangs...
Je posais un coude sur la table, me penchant un peu plus vers elle, son parfum assaillît alors mes narines, jetant encore de l'huile sur le brasier qui enflammait mon bas-ventre.

Je déglutis, et continuais d'une voix plus basse :

« Pourquoi venir dans un endroit pareil ? Qu'est ce qui te motives ? »

Mon sourire s'était quelques peu effacé, et pour cause : le Seigneur Er' tan, celui-là même qui avait empoisonné les Terres Infectés avait autrefois été un vivant, et c'est sa trahison qui avait transformé ces plaines en aperçus des limbes. Les pantins de Nayris pouvaient se cacher partout, et même si Victo et Anima ne semblaient pas le craindre, il pouvait – et devait - sans y doute avoir des agents de la déesse des morts au sein même de notre camps.


Thème du Jeune Etalon.



Thème du Boeuf.



avatar


Humain

Partie IRL
Crédit avatar : Devianart
Double compte :
Vitesse de réponse : De rapide a extrêmement lente.


Jeu 30 Oct - 8:05
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t105-shinku-mortalys#15908
Bientôt Hadrien envoya Mirtra leur chercher de la nourriture pour cinq personnes, voilà qui été étrange. Quoique n'est-il pas de coutume que les jeunes hommes mangeaient pour quatre? Cela rendait le compte tout à fait plausible au final.

Quand la sorcière se retourna vers Delieux, elle se rendit compte qu'il l'observait toujours, mais cette fois, il rougissait. Si l'albinos n'avait pas eu une longue conversation avec un incube il y a quelque temps de cela, elle n'aurait même pas prêté attention à ce détail. Mais là...
Serait-il possible que pour des raisons obscures, ce jeune homme la trouve séduisante? Il avait l'air d'un homme simple pourtant, le genre qui aime la fille tout à fait normale, à la peau d'un beige rosé, aux cheveux blond ou brin, voire même peut-être d'un roux naturelle, avec les adorable tâche de rousseur qui font ressortir les traits. Puis, sûrement, au vêtement doux et gracile, mais timide, aux couleurs froide et pastel, parfois légèrement rehaussé d'une touche de folie rose, ou bleu roi, dans des cas extrème rouge ou noir, mais jamais à l'excès, juste pour souligner sa personnalité, mais sans vouloir s'imposer...
Oui, elle le voyait parfaitement dans son élément avec une jolie jeune fille comme ça... Elle pourrait-être paysanne, ou jeune fille de bonne famille de la ville...

Tout ce qu'elle n'était pas en somme...

Mais au final c'était vers elle qu'il regardait avec cet intérêt auquel elle était si peu habitué... Et plus on y réfléchit, plus le fait qu'un jeune lieutenant de l'armée démoniaque soit habitué au traits étranges des créatures rocambolesque de Terra devient logique...
Soudain Shinku rougit aussi en soutenant son regard, un brin flatté. Peut-être que ce décolleté dont elle été si fière après avoir fini de coudre les dentelles allait lui desservir au final... C'est-ce qu'elle pensa en premier en tout cas.

Puis soudain, elle fut piquée dans sa fierté d'avoir une réaction aussi... petite fille de bonne famille justement, et se repris un peu, passant nerveusement ses doigts dans les mèches argents qui dépassaient de sa capuche.
Quand le lieutenant l'invita à s'asseoir, elle ôta d'ailleurs cette coiffe sombre. La garder à l'intérieur auraient été un peu ridicule même si ce morceau de tissus aurait pu lui servir à cacher la touche de rose sur ses joues.



-Je suis désolé pour tout a l'heure, lui dis-je avec un sourire sincère, j'ai eu une journée pas mal chargée en émotions, et j'avais besoin de quelques instants pour tout remettre en ordre la dedans.
D'ailleurs je dois t'avouer que je n'ai quasiment rien écouté lorsque tu t'es présentée tout a l'heure..


-Oh! S'exclama-t-elle sincèrement surprise. Voilà une réaction très infantile pour quelqu'un de son grade. Cela lui arracha un sourire ingénue. La manière dont il indiquait sa tête, et avouait ses petites erreur était bien trop pure. Quel drôle de lieutenant. Alors qu'elle allait reprendre la parole il pris un ton un peu plus sérieux.

-D'ailleurs, tu ne fais pas partie de l'armée n'est ce pas ? Je dis ça parce qu'au lieu du salut régulier, tu t'es inclinée. Pourquoi venir dans un endroit pareil ? Qu'est ce qui te motives ?



Shinku resta un moment en suspend la bouche ouverte, cherchant quelles motivations pouvaient le pousser à vouloir qu'elle lui raconte sa vie, et fut assailli de dizaines de réponses en même temps... Difficile de répondre à tout cela d'un coup, il fallait prendre son temps. La sorcière pris donc une inspiration, elle qui était bavarde d'ordinaire n'allait pas soudain se sentir mal à l'aise juste parce que le jeune homme avait l'air de la trouver à son goût.

-Je m'appelle Shinku. Selon ma mère adoptive, cela voudrait dire rouge dans une langue qui n'est plus. Je suis née à Sahawi, et durant très longtemps j'ai préféré rester à l'écart du monde, dans ses terres si naturelle. Une sorcière telle que moi à toujours su la puissance des Dieux, et Nayris n'est pas une exception...
Je chéris l'équilibre du monde. Tout ce qui nait meurs un jour pour des raisons diverses. La nature dirige les choses avec sagesse, les plantes et les animaux suivent un cycle bien rodé... Mais les Hommes sont différents. Ils choisissent de tuer pour des raisons arbitraires et ne suivent aucun cycle particulier, c'est étrange mais pas intolérable... Puis soudain certains se sentent assez vaniteux pour rompre tout équilibre, et que le règne de la mort devrait être total, inébranlable.


La demi-démone fronça les sourcils. Leur avancée dans ses terres natale la contrariée au plus haut point. Entendre parler d'eux dans les bars, voir certains nobles se gargariser de leur avoir parler, de connaître certains de leur secret. Ouïr le mot messe noire. Oh, que cela la faisait grincer des dents. Ils étaient PIRE que les convertis à Zelphos, et c'est bine pour ça qu'elle était là.
Eux au moins n'allait pas se vantait de faire bientôt du monde un gros tas gris et stérile...


-Ceux-là sont sourds à la beauté du monde, à la merveille de l'équilibre. Tout ce qui est beau ne l'est que parce que cela ne durent qu'un instant. Si certaines choses sont éternelle, elle ne sont néanmoins jamais semblables dans le temps...
Qui sont-ils pour venir salir le monde que j'ai toujours connu. Avec leur stupide fanatisme? Ils rongent le feu comme la gangrène sur un membre, heureux comme les fous qu'ils sont à chaque personne, chaque endroit souillé... Et ça m'énerve!! Finit-elle par avouer tout simplement. A quelle point faut-il être stupide pour vénéré la mort en elle-même. Le concept est certes incroyable, mais en faire une finalité en soi? C'est aussi ridicule que si les fanatique de Yehadiel venait nous emmerder à prôner la vie éternelle avant toute chose, et qu'ils faisaient de mourir un crime.

Shinku marqua une pause.
-En tout cas aucun d'entre eux ne m'a jamais dit ça j'espère qu'ils ne font pas ça... Parce que ce serait vraiment idiot... Et puis si personne ne meurt on va clairement finir par se marcher dessus... C'est logique...

Les sorcières vivent souvent recluses, la jeune femme n'était pas une exception. Elle avait sa propre idée du fonctionnement du monde, de ce qui était bien ou mal, et n'allait pas dire aux autres que leur façon de faire ou de penser était inadmissible et qu'il fallait changer, alors pourquoi était-ce une nouvelle mode sur Terra?
-Quoi qu'il en soit, non je ne suis pas soldate, et ce qui me motive? C'est d'essayer de sauver mes fesses tiens, et tout ce que je connais. Ils sont bien beau les gens qui ne font rien mais quand Nayris viendra leur arracher les vertèbres pour jouer aux osselets, c'est pas leur puissance où leur savoir qui va leur sauver les miches! C'est une déesse bon sang! Et sacrément atteinte avec ça! Les puristes mettront ça sur le dos de Yehadiel, mais à mon avis, il va pas venir ramper devant sa chère et tendre quand elle viendra nous massacrer. Du moins je ne pense pas, et je ne vais pas me reposer là-dessus! J'ai du savoir, j'ai une faux qui fait presque ma taille, et j'ai du feu à revendre. Alors comme on dirait dans Feu, avec toute la délicatesse qu'on a pas, je m'en vais casser des culs nom d'une vouivre! Parce que s'asseoir dessus et attendre que ça passe, j'ai essayé et ça ne change rien du tout.

Les mains sur les hanches et les jambes croisées, Shinku était plutôt satisfaite de son récit. Oui, elle était furieuse, et tout les dieux qui existent lui en soit témoins, un démon qui vient imposer son style, ça passe. Une guerre politique entre lui et les anciennes autorité... ça lasse. Des malades mentaux qui décide que ramené une déesse de la mort psychopathe c'est le bien, ça casse!

-Pardon je me suis laissée emportée... Je n'ai pas l'habitude de... me justifier je suppose. Les habitants du Feu sont d'ordinaire plus impulsifs, ils posent peu de questions... Pas assez sans doute d'ailleurs!


Ses succès :


Signature par Ayael


avatar


Sorcière

Partie IRL
Crédit avatar : Moi-même :P (Lenne/Shin)
Double compte : Bordeau
Vitesse de réponse : Adaptée en fonction des partenaires de RP.


Dim 2 Nov - 21:36
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t3620-hadrien-delieux-le-boeuf


J'écoutais la sorcière parler avec un sourire grandissant, enfoncé dans mon siège ; je m'étais complètement trompé au premier abord, en réalité elle n'était si obséquieuse ni effacée, c'était une femme forte qui – d'après sa manière de parler franchement - était totalement étrangère a la notion de commandement dans l'armée, en fait elle correspondait bien a l'idée imprécise que j'avais des habitants du feu : grandes gueules, courageux, indomptables... Je commençais a l'apprécier, autrement que pour son charme incroyable que je n'expliquais toujours pas.

Toujours souriant, je croisais les jambes sous la table – tentative subtile, mais infructueuse, de calmer la déferlante de désir qui ne s'apaisait pas en moi - , j'étais assez content, quant a la manière dont j'arrivais a refréner cet incendie libidineux qui brûlait chaque partie de ma psyché, mais je dois avouer que l'exposition de cette nouvelle face de la personnalité de Shinku me posait problème : c'était simple de passer outre son attirance physique pour quelqu'un qui n'avait d'intéressant que son corps, mais en s'emportant ainsi, Shinku avait révélé une personnalité aussi attrayante que son anatomie, et la combinaison de ces deux points mettait vraiment a mal le peu de contenance que j'avais...

« Très bien, j'aime bien savoir ce qui se passe dans la tête des gens avec qui je travailles, si tu as des idées ou des réflexions a me proposer, n'hésites pas ! Je manque encore d'expérience. »

J'espérais honnêtement que Shinku, malgré son apparence juvénile, saurais m'appuyer durant notre mission.
Je réalisais cependant que les hommes risquaient de mal le prendre s'ils me voyaient prendre trop de conseil auprès de cette nouvelle venue.
Durant quelques instants, mon sourire se fît moins prononcé, en je passais une main pensive sur mon menton : «  Cependant, ne me contredis pas directement devant les … Mes hommes ; comme tu as pu le constater, mon autorité n'es pas très bien assise, et je n'ai pas besoin qu'ils croient que me ramollis devant les femmes. »

Je rougis deux fois plus en réalisant ce que je venais de dire, je n'avais absolument pas pensé a cette tournure de phrase, en d'autres circonstances, ç'aurait été drôle, mais là je n'étais pas vraiment a l'aise  :  «  Euh... c'est pas ce que... Bref. »

Je baissais les yeux vers la table ou une la carte des terres infectées était installée, je la fis tourner vers Shinku et me remettant debout :

« Alors, que je t'explique le topo. »

Mon index vînt se placer non loin de notre camp, de l'autre coté de la rivière, là ou la courbe fluviale s’arrêtait :

« Ici se situe un petit château, Victo pense qu'on peut y trouver un Nécromancien et notre but et de un, vérifier cette information, deux, s'il s'avère qu'il y a vraiment un mago mort vivant là bas, notre objectif devient de le capturer. »

Je m'interrompis et relevais les yeux vers elle, plantant mon regard dans le sien et essayant de voir si elle réalisais a quel point cette mission était a chier :

« Ouai, une capture. Donc le truc casse-couille c'est que, d'après ce que je sais, les liches et autre joyeusetés mort-vivantes ne craignent pas la douleur et ne se fatiguent pas, donc comment faire pour enlever un type comme ça ? »

Je me rassis dans mon siège. Le problème était épineux, et y réfléchir parvins presque a me faire oublier la trique monumentale que la présence de Shinku m'infligeait ; je posais un coude sur la table vins soutenir mon menton dans la paume de ma mains :

« De plus on ne sait pas combien on va trouver de zombies là bas, et si le nécromancien peut les contrôler par la pensée, ça veut dire même si on parviens a le choper seul et a le mettre dans un sac, on va se retrouver avec toute la garnisons du château qui va nous radiner sur la tronche, ce qui n'est pas beau. »

Je fis silence une nouvelle fois, nous pourrions tenter un passage en force, mais c'était dangereux pour mes hommes et Shinku, de plus, je n'avais aucun moyen de savoir si j'étais aussi résistant face a la magie qu'aux armes... Tout en réfléchissant, mon regard se baladât sur la carte, il y avait un autre problème aussi, mais rien ne servait de le soulever maintenant...

Je regardais Shinku en face de moi, et la vision que j'eus était plus que ravissante : dans l'obscurité qui commençait a tomber, sa peau blanche semblait luire de sa propre lumière, on aurait dit une apparition d'un autre monde ; ses yeux carmins étaient magnifiques. Est-ce que j'avais déjà vu des yeux aussi beaux ? Sur le moment, j'avais du mal a m'en souvenir.
Puis ces yeux se tournèrent vers moi, et le charme se rompît : j'étais en mission, et cette femme était sous mes ordres ; j'avais pour devoir de faire en sorte que nos objectifs soient attends, je devais la protéger, je devais m'assurer de son obéissance, pas fantasmer sur elle !
Je détournais un fois de plus regard, honteux, faisant mine d'observer la carte :

« … Ici, j'indiquais un point sur la rivière, un peu en amont de notre objectif, c'est le pont que nous emprunterons. »

C'était ça le problème auquel j'avais pensé tout a l'heure : prendre ce pont nous obligeait a faire un détour de presque une heure de cheval ; ça n'aurait pas été gênant si le pont en question était le seul moyen de passer la rivière... Mais ce n'était pas le cas ; il était clairement indiqué sur la carte qu'il y avait un guet, juste en face du château-cible.
Mais alors Hadrien, pourquoi ne pas choisir de traverser a guet ? Cela ferait gagner beaucoup de temps !
Effectivement, mais traverser a guet, ça veut dire passer dans l'eau, et je déteste les cours d'eau, c'est une putain de phobie. Oh, je sais bien que les chevaux auront pied, que je ne risque rien, que c'st stupide... mais le principe d'une phobie, c'est qu'elle échappe a toute logique !
Depuis que je suis gamin, je n'ai jamais pu nager, j'ai essayé, oui ! Mais je suis beaucoup trop lourd et je coule a pic, pour moi l'eau c'est la mort.
Tout ce que j’espérais, c'est que Shinku ne soit pas assez attentive et ne me fasse pas remarquer ce point, si c'était le cas, je lui expliquerai tout simplement pourquoi je n'avais pas envie de passer a guet, en espérant qu'elle comprenne.


Thème du Jeune Etalon.



Thème du Boeuf.



avatar


Humain

Partie IRL
Crédit avatar : Devianart
Double compte :
Vitesse de réponse : De rapide a extrêmement lente.


Lun 3 Nov - 12:03
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t105-shinku-mortalys#15908
Le Lieutenant avait l'air d'avoir apprécié son discours. Tant mieux, elle n'aurait pas pu lui sortir d'autres raisons pour son aide à l'empire, mais les ennemis de mes ennemis sont mes alliés, cela parait on ne peut plus logique.

Hadrien était un drôle de personnage, qui semblait effectivement un peu novice dans le domaine du commandement. Mais quelque part, cela permettait à la sorcière quelques libertés, tout comme il venait de lui proposer de donner ouvertement son avis, mais pas devant les troufions de bases qui pourrait visiblement penser que les femmes avaient le dessus sur lui.

Shinku eu un petit sourire moqueur quand elle le vit mal à l'aise. Ramollis hein? Visiblement il avait un problème avec les mots tendancieux. Bien vite elle oublia ce petit écart, et se concentra vers la carte qu'on lui présentait. Ses yeux la parcoururent rapidement analysant le terrain.

Il y avait un petit château non loin d'une rivière où pourrait se tenir l'individu à capturer.


« Ouais, une capture. Donc le truc casse-couille c'est que, d'après ce que je sais, les liches et autre joyeusetés mort-vivantes ne craignent pas la douleur et ne se fatiguent pas, donc comment faire pour enlever un type comme ça ?
De plus on ne sait pas combien on va trouver de zombies là bas, et si le nécromancien peut les contrôler par la pensée, ça veut dire même si on parviens a le choper seul et a le mettre dans un sac, on va se retrouver avec toute la garnisons du château qui va nous radiner sur la tronche, ce qui n'est pas beau.»


-Une mission d'élimination est certes plus facile, mais moins fructueuse, si tu veux te débarrasser d'un nid de blatte, capture-en une et vois où elle va se terrer quand tu la libères.
Si nous voulons des informations sur les morts qui marchent, il va nous falloir prendre un de ceux qui leurs permet de se relever...
C'est là que mes pouvoirs de feu sont intéressant. Le feu dévore les ennemis peu importe leur nombre, et les morts brûlent incroyablement bien, un bon point pour nous.
Le seul risque est qu'il devienne incontrôlable, c'est ennuyeux quand on a beaucoup de chose à protéger mais dans ce cas précis, je pense que tout peut cramer pour autant que je sache dans ces terres maudites, personne ne viendra faire de réclamation non?


La sorcière porta sa main à son menton, tentant d'envisager un maximum de possibilités, car quand on peut contrôler des cadavres, nul doute que les façon de faire son nombreuses, mais un homme reste un homme, et donc il ne peut contrôler son armée au cas par cas, peut-être par petits groupes, mais ils fonctionnerons forcément un peu comme un grand tout.
-Même si ce mage se sert de ses morts comme bouclier, dès que j'y aurait mis le feu, il sera dans son propre intérêt de ne pas se laisser brûler avec le tas. L'unique problème est donc de savoir si ça dévotion est suffisamment grande pour tenter de se suicider avant qu'on l'attrape. Mais ceux qui joue avec les pouvoirs interdit se prenne souvent pour des Dieux et par conséquent sont bien trop fier et persuadé de toujours être utile à leur cause nombriliste pour se donner la mort volontairement. De plus les mages manque souvent de force physique, et je doute qu'assommé, il puisse contrôler ses petits joujoux. Un bon gros coup de poing dans la gueule devrait nous assurer un brin de sécurité, je pense que pour ça vous être plus qu'amplement qualifié mon lieutenant.

Oui, chaque problème à sa solution... Si penser lui donner le contrôle, empêchons-le de penser... Cela paraissait logique.
L'albinos leva les yeux vers le jeune homme et croisa son regard, qu'il détourna aussitôt pour se reconcentrer vers la carte.
Si la raison de son trouble était bien une attirance physique, ce n'était pas plus mal. Shinku savait que se genre de pulsion était réputée pour renforcé l'envie des troupes de se protéger mutuellement. Sa mère lui avait appris que les duos les plus redoutables étaient souvent amants. Même si elle ne savait pas trop quoi penser de tout cela, elle espérait au moins que cela augmenterais leur chances de réussir la mission. La testostérone supplémentaire était la bienvenue.

-… Ici, Hadiren tira la sorcière se sa réflexion et elle se concentra bien vite sur la rivière, un peu en amont de notre objectif, c'est le pont que nous emprunterons. »

La demi-démone observa avec attention la carte, elle vit le guet près du château et se mis frotta le menton à plusieurs reprise.
-Effectivement si j'étais un nécromancien et que j'avais choisi ce château comme demeure, j'en protégerais l'accès. Je mettrais donc le gros de mes forces autour de ce guet là-haut. On est vulnérable lorsqu'on traverse une étendue d'eau, plus lent, et quand on manie le feu comme moi, complétement dans la mouise. Donc l'eau est loin d'être mon élément favori... Sauf quand elle sort d'une bonne source chaude, ce qui ne sera pas le cas...
Plus elle réfléchissait et plus passer par le guet lui semblait une bien mauvaise idée.
De plus rien ne nous dit que notre ennemi n'a pas eu la bonne idée de placer des créatures dans l'eau. Jusqu'à preuve du contraire un mort ne respire pas... Imaginez-nous nous engager dans l'eau et voir nos montures se faire bouffer les pattes... Quelques chose me dit que cela nous mettrait dans une bien fâcheuse position...



La sorcière hocha la tête, persuadé que c'est pour toutes ses raisons que le jeune homme avait choisi le point malgré le détour.
-Non passer par ici comme vous l'avez sagement décidé est bien plus sûr, en effet. Car même si je peut faire bouillir l'eau avant notre passage, la ligne de défense derrière le guet doit-être importante également. Maintenant, il faut s'attendre à ce que le pont soient également bien gardé. Et espérer qu'il est suffisamment haut pour ne pas que d'éventuelle bestiole aquatique ne nous saute dessus façon Yensas.

La sorcière expliqua que sur un pont, et plus encore sur le dos d'une monture, il était facile pour une créature rapide dans l'eau de se projeter avec force en l'air, puis d'attraper le cavalier et de l'entraîner avec elle sous la surface en un seul saut. Les Yensas, gros poissons du désert de Dahalia utilisait cette technique et surgissait du sable d'un bond. C'est également la technique de chasse des Eauxsangues, sorte de grosses chauves-souris des marais, vieille connaissances Shinku... Elle décrivit également que si les Yensas dévorait rapidement leur proies, les Eauxsangues, elles, préféraient mordre leur victimes et les vider de leur sang dans l'eau avant de filtrer tranquillement le liquide rouge ainsi dispersé.

-Sales bêtes pas vrais... Mais je doute qu'ils en ait en stocks... Et puis si c'est un cours d'eau rapide comme je le suspecte, pas de suceurs de sang, ils leur faut de l'eau stagnante comme celle des marais, sinon ils ne pourraient filtrer le sang à tant. Mais pour une technique de chasse comme celle des Yensas c'est bien moins sûr. Connaissez-vous la hauteur du pont, et ses spécificité? Cordes et bois, où pont de pierre?

Demanda la femme aux yeux carmins, le cerveau bouillonnant d'activité, prête à mettre tout son savoir au service de cette expédition, et à le faire bien!


Ses succès :


Signature par Ayael


avatar


Sorcière

Partie IRL
Crédit avatar : Moi-même :P (Lenne/Shin)
Double compte : Bordeau
Vitesse de réponse : Adaptée en fonction des partenaires de RP.


Ven 14 Nov - 15:25
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t3620-hadrien-delieux-le-boeuf



-"Même si ce mage se sert de ses morts comme bouclier, dès que j'y aurait mis le feu, il sera dans son propre intérêt de ne pas se laisser brûler avec le tas. L'unique problème est donc de savoir si ça dévotion est suffisamment grande pour tenter de se suicider avant qu'on l'attrape. Mais ceux qui joue avec les pouvoirs interdit se prenne souvent pour des Dieux et par conséquent sont bien trop fier et persuadé de toujours être utile à leur cause nombriliste pour se donner la mort volontairement. De plus les mages manque souvent de force physique, et je doute qu'assommé, il puisse contrôler ses petits joujoux. Un bon gros coup de poing dans la gueule devrait nous assurer un brin de sécurité, je pense que pour ça vous être plus qu'amplement qualifié mon lieutenant."

C'était assez amusant, j'avais pensé qu'une femme aurait une idée moins bourrin que de foncer dans le tas, tout cramer et tabasser notre ennemi jusqu'à ce qu'il soit incapable de commander ses hommes. Vieux cliché selon lequel les filles sont douces, tu parles.

« ça ne m'aurait pas dérangé d'y aller de manière aussi... Virile. Comme tu le dis, je suis particulièrement prédisposé aux négociations musclées... Commençais-je avec un sourire amusé par sa remarque, et si j'avais été seul, c'est ce que j'aurai fais. Mais tu es là, et il y a aussi six hommes. Et pour chacun d'entre vous, une égratignure signifie la mort. »

C'était vrai, j'avais vu Anima décapiter lui même deux de ses hommes qui avaient été infectés, et je ne supporterais pas de devoir mettre Shinku a mort de mes propres mains.

« De plus, je n'ai jamais été confronté a un mage... Je ne sais pas si je serai aussi résistant face a ses pouvoirs que face a une lame. Je réfléchis un instant, quelque chose en moi me disais bien de me méfier de tout ceux qui faisaient usage de charmes, comme si d'instinct je pouvais deviner que je n'étais pas fait pour y survivre. En fait, j'avais même l'intime conviction que d'être un homme normal face au surnaturel. Ce sera donc a vous de vous occuper de notre ami occulte, je me chargerai de tenir ses marionnettes a distance, puisqu'elles ne peuvent rien contre ceci. »

Je levais ma mains droite, vierge de toute cicatrices. Une main de pianiste avec la force d'un titan.

Shinku reporta ensuite son attention sur le passage de la rivière, et je sentis un poids énorme quitter mes épaules, elle ne posait aucune question ! Elle pensait même que c'était une excellente idée que de traverser par le pont !
Je refrénais une envie de rire, et vînt poser une main contre ma bouche. Ainsi l'on pouvait croire que j'étais en train de réfléchir, pas de cacher un sourire stupide.
Néanmoins, ce qu'elle disait était vrai, le nécromancien était sans doute averti de notre présence et il aurait très bien pu poster des... Choses dans l'eau. L'idée de me faire enserrer les chevilles par des être cadavérique lors de notre traversée me dégouttais encore plus de cette eau...

Elle m'expliquât ensuite que l'on pourrait très bien se faire attaquer sur le pont, elle décrivît des créature pas franchement sympathiques, endémiques de Feu, et qui avaient l'habitude d'emporter leurs proies sous le sable pour les dévorer, a la manière de poissons volants géants et carnivores. Puis d'autres bestioles des marais qui préféraient quant a elles vider leurs victimes de leur sang avant de... flirter l'eau ? Quelle méthode étrange pour se nourrir...
J'écoutais la sorcière donner les détails de ces saloperie avec un air transis, j'adorais sa voix. Vraiment. Elle faisait vibrer une corde très sensible chez moi, et chaque syllabe était une bûche qu'elle jetais sur le feu qui dévorais mes entrailles. Je ne pouvais pas la regarder dans les yeux alors qu'elle déballais une science que son apparence démentait, mon regard restait figé sur ses lèvres, buvant chaque mouvement de leur danse si sensuelle. Je n'avais qu'une envie : me pencher par dessus la table et embrasser cette bouche qui ne pouvait avoir été créée que dans ce but.

Une partie -infime- de mon cerveau restait néanmoins en état de marche, et elle me permis de répondre a la jeune femme.

« Eh bien, tu as l'air d'avoir déjà bien baroudé ! En fait j'étais réellement surpris, pour une personne si jeune, elle savais énormément de choses. Tu me feras une liste des endroits a ne pas visiter.  » Ajoutais-je en plaisantant. J'aimais son sourire, je voulais le revoir.

« Pour répondre a ta question, je pense que le pont sera en pierre, ça serait logique vu qu'il est sur la route principale de ce comté. Mais je n'ai aucune idée de ses autres caractéristiques... Dans le doute, je passerai devant, comme ça s'il y a des cousin aquatiques de Yensas ce sera l'occasion de découvrir s'ils sont comestibles. »

Après tout, ce serait un juste retour de bâton, un mauvais prédateur fini en proie. Bien fait.


Une voix interrompis notre discussion, Mirtra, qui revenait sans doute avec le repas.
Je lui donnais l'autorisation d'entrer, et elle s’exécutât.
Elle portais une marmite, et vu son air crispé, j'en déduisis qu'elle devait peser un sacré poids, derrière elle vînt un autre soldat qui portait deux miches de pain et une outre.
Je me levais précipitamment pour aider Mirtra, heureux de pouvoir cacher la rougeur de mes joues en tournant le dos a la sorcière. Je pris la marmite d'une main et la déposais sur la commode contenant mes affaires, puis sortis le couvert pour deux pendant que le garde déposais ses colis a coté des cartes. Les assiette étaient en bois, et les verres et couverts en étain, mais personne n'avait besoin de luxe sur un camps militaire.

Une fois Mirtra partie, je me mis a humer l'air au dessus de la marmite. A vue de nez, c'était un ragoût de bœuf séché, avec peut être quelques carottes et patates, ça avait une mine assez appétissante.

« Le cuistot a beau être un crétin, il fait des trucs assez bons avec ce qu'on a. »


Je déposais les deux assiettes sur la table, empiétant légèrement sur la carte du comté pré-infection. Tenant la marmite d'une main, et armé d'une cuillère de l'autre, je servis généreusement les deux contenant.
Alors que je remplissais son plat, je ne pus m’empêcher tourner un regard curieux vers le décolleté de dentelle de la jeune femme, détournant les yeux et rougissant dès qu'elle surpris mon attention.

Je déposais la marmite sur la commode, et retournais a ma place.
Je saisis ma fourchette d'un air distrait :

« Donc euhmm... Oui, euh. Donc le but est de se retrouver avec notre nécromancien pour que tu (en disant cela, je désignais Shinku de mon couvert, une habitude bizarre que j'avais pris de mon père) lui bottes le train. Moi je tiens les zombie a distance pendant ce temps. Des objections ? »

Je pris une bouchée du ragoût, -en fait c'était vraiment pas mauvais du tout- et levait les yeux en réfléchissant.

« Quoiqu'il en soit, je ne pense pas que l'entrée en force soit une bonne idée : on est pas assez nombreux, en plus il faudra chercher dans tout le château pour trouver le bonhomme, tout en affrontant une résistance sans doutes farouche. »

Même quand je ne regardais pas la sorcière, ça présence irritait mes sens. Je la savais ici, là, juste a coté, j'entendais sa respiration, le tintement de ses couverts, le froufrous de ses vêtements au moindre mouvement... Je m'imaginais la dévêtir lentement, et caresser chaque centimètre de peau nue de baisers...
Le rouge me montât au visage avec une ardeur renouvelée.

« Euuhm... je mastiquais difficilement, et déglutis tout aussi difficilement, une infiltration risque d'être compliquée aussi... Je ne suis pas un assassin, d'ailleurs aucun de mes homme ne l'est, et un problème reste inchangé : nous ne saurions pas où trouver le saligaud... »

Je me tapotais la bouche d'un air absent... D'absent je n'avais que l'expression, car sous mon crâne mon imagination fulminais, d'une part pour trouver un moyen de défoncer notre futur ami, et d'une autre a cause des trop nombreuses images de Shinku, vêtue de manière plus ou moins partielle, qui traversaient mon crâne.

Saisissant la gourde qu'on nous avait apporté avec le repas, je servis un verre de vin a Shinku, avant de faire de même pour moi.Ce n'était pas un grand cru, loin de là, mais il n'était pas immonde non plus, d'ailleurs, la plupart des hommes du camps – et j'entrais moi même dans cette catégorie – ne buvaient pas pour le plaisir des papilles mais uniquement pour savourer un moment de détente a la fin d'une journée. Bien sûr, cela n'était autorisé que si l'on était pas de garde... Mais bon, étant donné mon grade et ma résistance a la boisson, je pouvais me permettre une entorse a la règle.
D'autant plus que j'en avais bien besoin là, de détente.

J'engloutis la moitié du verre en quelques gorgées, songeant qu'on avait fait plus romantique comme premier rendez-vous...
Un éclair traversât mon esprit, peut être de génie, peut être de folie :

« Attends, et si on frappait tout simplement chez lui, en lui demandant audience ? » Bah oui ! Après tout, pourquoi pas ?!


Thème du Jeune Etalon.



Thème du Boeuf.



avatar


Humain

Partie IRL
Crédit avatar : Devianart
Double compte :
Vitesse de réponse : De rapide a extrêmement lente.


Lun 8 Déc - 20:08
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t105-shinku-mortalys#15908
(HRP: Pardon pour le délais T_T)

Hélas, la manière forte ne ferait pas l'affaire visiblement... Dommage! C'était quand même bien pratique de tout faire cramer... Néanmoins, faire prendre des risques inutiles, même à des inconnus, n'étais pas dans le style de Shinku.

-C'est vrai, j'ai entendu parlé de cette histoire d'infection. Je ne l'ai jamais observer directement néanmoins, mais je me doute que c'est à éviter absolument... Quels informations a-t-on sur la virulence de cette maladie? Est-ce qu'elle peut-être contrée, en coupant le membre infecté, ou en chauffant sa température corporelle? Certains de mes compagnons d'arme du feu sont connu pour leur résistance à tout types de poison ou maladie, car ils sont capable de faire bouillir leur sang tout naturellement, il détruise ainsi toute substance toxique... Sait-on aussi si cela atteint les animaux, j'ai quelques chiens que j'apprécierais de ne pas perdre si je devais les invoquer ici.

La sorcière, essaya d'appuyer le fait qu'elle ne craignait pas pour sa propre vie, Shinku était plutôt confiante en ses propres capacité, mais elle n'était pas du genre à sacrifier qui que se soit, humain ou bête si possible.

-Je sais me défendre, et le feu est la meilleur arme possible contre eux, mais je ne souhaite pas que les autres prennent des risques inconsidérés, c'est hors de question!

Hadrien avait l'air presque soulagé qu'elle appuie son idée de ne pas passer par le pont, elle se demandait pourquoi. Peut-être qu'il n'aimait pas particulièrement l'eau, dans ce cas ils étaient deux. Il n'était pas dur de deviner qu'une sorcière maniant le feu n'affectionne pas forcément l'eau... Mais plus encore à l'idée que des cadavres se terrent dans la vase...

Justement, après ses explications sur la faune charmante qui aurait éventuellement pu les attaquer sur le pont - le peu qu'elle connaissait en tout cas - elle fut flattée de voir que le jeune lieutenant lui reconnaissait une certaine expérience.

« Eh bien, tu as l'air d'avoir déjà bien baroudé ! Tu me feras une liste des endroits a ne pas visiter. »

-Les démons ont souvent un cycle de vie plus lent que les humains, et par conséquent, une vie très longue. Même si ma part démoniaque est acquise, je bénéficie de cette longévité. je ne me considère pas comme plus mature que les femmes de mon apparence néanmoins... J'ai plutôt l'impression de vieillir au ralenti depuis que je ne suis plus humaine. Une sensation plutôt étrange... Voir les autres personne suivre le cycle de la vie est un peu effrayant. C'est comme être embourbé dans les sables du temps, rester sur place quand les autres avancent. J'ai longtemps vécu en solitaire pour cette raison...

Son sourire, à ce moment, était de ceux qui n'apparaissent que chez ceux et celles qui ont surmonté leur chagrins passés. Ceux qui peuvent rires de leurs mésaventures, aussi cruelles soient-elles. Shinku avait appris à sortir de sa torpeur, et à faire des choix, bon ou mauvais, et à les assumer. Son passé était tantôt terrible, tantôt noble, mais ses intensions étaient toujours bonnes, du moins elle l'espérait.

-Le Yensa est connu pour la tendresse de sa chair, à défaut de celle de ses mœurs. Dit-elle pour changer l'atmosphère, et répondre à la blague de son interlocuteur.


Juste après, la rousse fortement charpentée revint avec le repas, l'albinos avait justement bien faim après son long voyage. Elle tira à elle son assiette de bois, cela lui rappela avec nostalgie que sa maison était meublée ainsi au début, maintenant elle pouvait être fier de son petit chez-elle.

« Le cuistot a beau être un crétin, il fait des trucs assez bons avec ce qu'on a. »

-Un crétin hein? Reprit-elle surprise de cette remarque, sans doute le connaissait-il personnellement. De toute façon je ne vais pas faire la fine bouche. Non pas que je cuisine mal, je suis assez fière de mes compétence de ce côté-là, mais je me doute bien qu'on ne sert pas de la grande gastronomie aux soldats... L'odeur est plutôt plaisante.
Avec son flair, elle pouvait déjà discerner que leur cuistot n'était pas radin sur les épices, ni ignare à leur sujet.

La sorcière leva les yeux pour rencontrer ceux de son supérieur pendant qu'il la servait, ceux-ci se détournèrent aussitôt d'elle. Est-ce qu'il reluquait sa poitrine? Rien n'est moins sûr, de toute façon, vu qu'il était debout et elle assise, et qu'elle avait choisi un décolleté, elle ne pouvait pas vraiment lui en vouloir.
-Elle est fort jolie cette dentelle, n'est-ce pas? Les petites mains de Faestelia connaissent leur métier. Trouver leur boutique n'est pas toujours aisé, mais tant mieux, ça fait plus de petit trésors vestimentaires pour moi.

La jeune femme à la peau d'albâtre essayait de mettre son interlocuteur à l'aise, réciter quelques banalité pourrait faire l'affaire.

« Donc euhmm... Oui, euh. Donc le but est de se retrouver avec notre nécromancien pour que tu lui bottes le train. Moi je tiens les zombie a distance pendant ce temps. Des objections ? »

-Certes, si c'est ce qui te parait le mieux, je marche. Mais n'as-tu pas peur qu'ils te mordent toi du coup?

« Quoiqu'il en soit, je ne pense pas que l'entrée en force soit une bonne idée : on est pas assez nombreux, en plus il faudra chercher dans tout le château pour trouver le bonhomme, tout en affrontant une résistance sans doutes farouche. »

-Penses-tu qu'il puisse se terrer et laisser ses zombies sans commandement. Il a beau être nécromancien, un homme reste un homme, s'il veut diriger toute une armée sans être directement présent pour donner des ordres, je doute qu'il puise contrôler plusieurs groupe séparément juste grâce à sa pensée. Je pense donc que si il tient à rester caché, il devra les contrôler comme une masse, un banc de poisson, et ils seront donc soit concentré sur une seule cible, et de ce fait prévisible, soit ils attaqueront n'importe comment, et il sera aisé de se faufiler. Avoir un cerveau en état de décomposition avancé ne permet pas vraiment d'avoir de la réflexion.

Shinku était très concentrée, mais se pressa d'ajouter que ce n'était que son avis. En effet, elle ne connaissait de la nécromancie que ce que ses ouvrages de magie en contenait. Les sorcières comme elle dénonce se type de magie contre nature et très dangereuse. Il est donc naturel que ses livres expliquent d'avantage comment la combattre et s'en protéger, que d'en décrire les principes fondamentaux.

« Euuhm... Une infiltration risque d'être compliquée aussi... Je ne suis pas un assassin, d'ailleurs aucun de mes homme ne l'est, et un problème reste inchangé : nous ne saurions pas où trouver le saligaud... »

-Je m'écouterais je foutrait le feu au château lui-même, mais cette nouille pourrait y rester et choisir de rejoindre la déesse enfant plutôt que de se livrer... Effectivement c'est un problème...

Shinku observa le vin fraichement servi dans son verre et en remua le contenu, huma son odeur, puis finalement porta le vin à ses lèvres.

Bof... Pas terrible, mais elle avait déjà vu mille fois pire, elle garda une expression neutre. Elle avait une fiole d'alcool de vouivre, mais elle s'était promis de diminué sa consommation.
-Si nous survivons... Songea-t-elle à voix haute. On pourra boire cela. Elle secoua sa sacoche et fit tinter la fiole métallique contre le reste du bric-à-brac qui s'y trouvait.

La sorcière fini ensuite son verre d'un traite, forte d'une descente dont il n'y avait pas de quoi être fière. Elle posa néanmoins son verre avec délicatesse, avant de continuer son repas calmement.

« Attends, et si on frappait tout simplement chez lui, en lui demandant audience ? »


Une idée audacieuse, certes, peut-être un peu trop...
-Je doute qu'il ne fasse pas le lien entre notre petite troupe et le camp ennemi à ses portes... un groupe composé de soldat humain et une démone est certes un drôle de troupe, mais ce mélange est assez courant dans l'empire d'Ailes Ténébreuses, non? Pour se rendre crédible, je ne sais pas vraiment ce que nous pourrions inventer... Néanmoins l'idée est à creuser.


Ses succès :


Signature par Ayael


avatar


Sorcière

Partie IRL
Crédit avatar : Moi-même :P (Lenne/Shin)
Double compte : Bordeau
Vitesse de réponse : Adaptée en fonction des partenaires de RP.



Contenu sponsorisé





 
Page 1 sur 1