Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 C'est l'histoire d'un pirate qui va au Duché 31...[PV Freya]

 
Lun 29 Sep - 22:29
Voir le profil de l'utilisateur
Le 20 Silldalunà 114

Le capitaine Oni était dans une fâcheuse position; fâcheuse du fait qu'il venait de se faire épingler par son vieil ami l'amiral, a bord de la corneille, une paire de menotte; assis en position de Seza, l'amiral au cheveux long bruns, attaché a l'arrière de la tête, une cicatrice au visage passant au dessus du nez, le tout armé d'un sabre étincelant menaçait de lui raccourcir la tête.

"Alors Saloperie! Je t'ai enfin mis la main dessus; et cette fois tu ne partiras pas."

"Ouais ouais; a d'autre amiral, si tu m'avais buté dés le début pour le meurtre de ton fils on en serait pas la; mais monsieur tenait trop a jouer les sadique, j'me trompe?"


Le capitaine asséna un violent coup avec la garde de son épée au symbiote. Ce dernier se contenta de saigner légèrement; après tout ce n'était pas le premier coup qu'il lui donnait; et surement pas le dernier, mais Oni ne ressentait qu'a moitié ses coups.

"Et dire que si j'étais pas tombé a l'eau je serais surement déjà entrain de me bourrer la gueule."

"Plait-il? Ton équipage t'as abandonné et jeté a la mer; en même temps vu comment tu es devenu leur capitaine je les comprend."

"Mais non espèce d'abruti; chuis tombé a l'eau en jouant les vigies, et puis mes gars vont pas tarder a venir te pilonner; ils me sont fidèles!"

"Et je me demande bien qu'Est-ce qui te permet de ne pas douter de leur fidélité."

"Depuis que je suis capitaine; on a 5 coffre remplit de pognon, j'ai les 5 clé."


Le capitaine sourit alors de toute ses dents; le reflet de ses dernières aveuglant momentanément l'amiral qui commençait a perdre patience et qui se décida a frapper, sauf qu'il fut frapper le premier; par un boulet de canon. La corneille commença a essuyer un déluge de tir qui fit perdre l'équilibre a tout ceux sur le pont, bien sur Oni n'eut pas ce problème vu qu'il était assis; et il l'utilisa a son avantage.

Recroquevillant ses jambes vers l'avant; Oni fit passer ses bras par dessous son postérieur et ses pieds pour avoir les maillons pile devant la bouche; il croqua dedans trois fois avant que les menottes ne cède, avant que l'amiral ne put ordonné une riposte contre le bateau pirate qui leur tiraient dessus depuis l'horizon, l'ancien habitant de Zelphos effectua un balayage circulaire autour de lui a l'aide de ses deux jambes et fit tomber l'amiral et ses hommes, se relevant alors directement en saisissant le bras d'un homme, il le sectionna a coup de dent; jetant la main coupé sur un canonnier pour le gêner dans son tir, Oni se dirigea vers ce dernier pour le jeter par dessus bord en subtilisant son épée et il retourna le canon vers le mat.

L'amiral et ses hommes se relevèrent encerclant rapidement le symbiote, ce dernier prit une torche; agrippa une corde et coupa celle qui faisait contre poids, la corde ainsi délié le propulsa en l'air; mais avant de partir notre brave capitaine avait laissé un cadeau a l'amiral; la torche qu'il tenait autrefois en main; sur la mèche du canon qui tira et explosa le mât de la corneille; le mât chancela alors et tomba du côté du Kamikaze qui s'était rapproché; Oni tomba a l'eau avec ce dernier et fut bien vite repêché par ses hommes.

L'amiral se collant a la rambarde de son bateau ne put qu'assister impuissant au sourire d'Oni qui en plus de se marrer comme une baleine avec ses hommes, lever son majeur en direction du dît Amiral.


"Alors Amiral?! T'as les boules hein? T'as les boules dit?"

Il éclata ensuite de rire; laissant la corneille fumante et blessée.

"Et ben c'était moins une; bien joué les gars vous êtes arrivé pile a temps! Bon voila votre récompense pour avoir aidé votre bon vieux capitaine."

Enlevant la protection de sa cheville, Oni lança une clé qui était collé a l'intérieur de celle-ci a ces hommes, ces derniers s'empressèrent d'allez partager le butin d'un coffre avant de se remettre a naviguer plus sérieusement; le capitaine pour sa part alla rejoindre sa chaise longue, attrapant au passage "Carburant" lancé par son fidèle second Gravius.

"Alors capitaine? Vos retrouvailles avec ce cher amiral?

"Oh tu sais Grave, comme d'habitude, la famille tout ça.

"C'est Gravius mon capitaine..."

"Mais je le sais bien; ma bouche refuse simplement de le dire correctement; bon tu as ce que je t'avais demandé?

"Oui mon capitaine; voila votre tenue pour les escale en hiver."


Le fidèle second d'Oni sortit alors un manteau de fourrure avec une capuche a fourrure; une vrai tenue d'esquimau.

"Parfait! Fais moi penser d'ailleurs a m'attacher la prochaine fois que je veux monter a ce mât de malheur; si l'amiral m'avait pas trouvé j'aurai pu me faire bouffer par des requins.

"J'y songerais mon capitaine; d'ailleurs ou mettons nous le cape?"

"Une putain de beuverie; tu connais la fête du vin?"

"Je crains que non mon capitaine..."

"Alors cap au Sud! Nous avons rendez-vous dans un village Portuaire prêt du domaine du duché 31!"


avatar


Symbiote


Mar 30 Sep - 16:45
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5139-freya-coradran
On a tous envie de voir le monde se réveillait, le sourire aux lèvres, prêt à faire la fête… Et dans cet espoir, je me réveillais deux mois avant la fête que le duché attend. Une fête de trois jours, ou les mets les plus exquis, les musiciens les plus talentueux, ou les vins du monde, et du duché se réunissaient.

Les décorations se perdaient dans les entreprises de tissage, tellement le monde s’attelait à cela. La fête du vin était la plus attendue. Beaucoup de monde y participe. Et le duché offre la dégustation même aux plus pauvres du grand cru « Le Nymphéa des Dieux ».
La tradition dit que si le peuple n’aime pas le vin présentait, ce sera une mauvaise année pour le vin. Donc chaque année, les viticulteurs prient dans la réussite de la fête.

Comment cette fête se déroule ? C’est simple, des mets, de la musique, des spectacles, des soirées bals sont préparés dans tout le duché. Aucun village n’est village n’est oublié. D’ailleurs, les petits villages qui sont voisins se réunissent dans un village pour faire la fête, et pour partager les frais. Chaque année, c’est un autre village qui est le centre de la fête. Dans les grandes villes, la fête est dans toutes les rues.

Je gérais tout. Pendant les préparations, je quittais très peu le duché. Je peux être contente qu’Ezéchiel m’aide. A nous deux, on avançait dans les temps. J’aime cette fête, car toutes les barrières sociales disparaissent. Les seuls à ne pas fêter, c’est les soldats. Cependant, il était très bien payer. Alors très peu demandait le droit d’avoir les congés pour cette fête.
Donne ce que tu veux recevoir en échange, me disait souvent mon mari. Il était très aimé de ceux qui étaient sous ses ordres. Il y avait une certaine complicité entre eux. Dire qu’au début, j’étais le démon, dont la méfiance était très visible… Aujourd’hui, ils rigolent avec moi, et aiment ma présence. Surement car je fais tout pour retrouver celui qui a tué mon mari, ou peut-être parce que j’ai su leur prouver que je pouvais gérer le duché, et penser aux autres avant moi.

J’ai beaucoup appris en rencontrant mon défunt mari. On peut dire que j’ai grandi, et que je ne suis plus la femme qui se moque de sa vie, au point d’en devenir suicidaire. Les préparations se firent dans la bonne humeur sans problème. Bien sûr, il y en a toujours quelques-uns mais cette année, il était sans gravité pour la fête.

Pendant trois jours, je circule dans le duché. Je n’ai malheureusement pas le temps de voir toute les fêtes. Donc j’essaye d’alterner d’une année à l’autre. Je ne passe pas obligatoirement par Erébus. Cette année, je décidais de commencer par celle du port. Je me pris en avance.

Avec mon cheval Sleipnir, je me dirigeais vers le port. J’étais habillée d’un pantalon noir, avec des cuissards en cuir noir. Je portais aussi une tunique blanche, avec un ruban large, et rouge sous ma poitrine, fermé par un nœud papillon. Sous ma tunique, à ma ceinture, j’avais de quoi me défendre, des lames. On ne sait jamais. J’avais aussi une cape à capuche rouge. Les contours étaient en fourrure de lapin. J’avais des gants qui me tenaient chaud. Mes cheveux étaient libres de danser avec le vent. Il faisait légèrement froid. Et j’avais toujours ces sacoches, avec tout ce qu’il fallait.

Le chemin fut assez facile. Une fois arrivée, je m’installai à l’auberge du coin. Je circulais pour voir les préparatifs. J’étais arrivée un jour avant, le 20 Silldalunà.

Je circulais calmement entre les décorations passant par la scène ou la musique s’échappera demain. Le village de pêcheur était beau, et garder son charme. Demain ce lieu sera rempli de monde. Je le verrais, rien que dans la matinée. Ce sera une belle fête comme toujours.




avatar


Veuve Noire

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Nephtys/Ceridwen
Vitesse de réponse : Normal


Jeu 2 Oct - 22:04
Voir le profil de l'utilisateur
"Terre en vue mon capitaine!

"Parfait!"


Le capitaine Oni, tout emmitouflé dans son manteau de fourrure avait hâte de poser pied a terre; toujours équipé de son armure, les épaulières et le casque en moins juste; le capitaine était fin prêt a faire la fête, mettant sa capuche le symbiote expiré de la vapeur a cause du froid ambiant, son second faisant de même ce dernier le dévisagea rapidement avant de frapper dans ses mains.

"Messieurs, veuillez sortir les couverture, il faut camoufler ce bateau de manière artisanale"

"Hey Guapo, pourquoi tu fais galérer les gars avec le système D? T'as qu'a maintenir tes illusions."

"Pas cette fois mon capitaine; cette fois je pose pieds a terre avec vous, et j'aurais l'honneur de venir faire la fête avec vous."


Oni le regarda alors avec des gros yeux. Le regardant dans le blanc des yeux pendant quelques secondes.

"NANI?!"

"Oui capitaine; je ne voudrais pas risquer un quelconque incident, vous avez eu de le chance que nous vous retrouvions assez vite avec la corneille; mais si vous nous créer des ennuis ici, on y passe tous."

"Tu sais que je vais le prendre comme un défi ça."

"S'il vous plaît mon capitaine...pas cette fois."

"Ok t'a gagné Pedro."

"C'est même pas.....non sans déconner Pedro. Vraiment?"

"Et les autres?"

"L'équipage s'est mis d'accord pour rester a bord du vaisseau; nous ravitaillant et au passage cherchant a se procurer de l'armement, après tout notre vaisseau et notre équipage mérite une qualité supérieur non?"

"Pas faux Pedro; bon très bien, par contre t'as pas intérêt a me faire honte hein!"


Le second ravis de l'entendre inclina la tête en avant, quelques minutes plus tard ils furent au port; descendant rapidement du bateau, Oni marcha avec Gravius a ses côté, l'homme de petite taille (1 mètre 50) habillé tout en vert, avec un manteau a sa taille, et un haut de forme; un vrai gentilhomme, pourtant c'était un pirate; au moins il arriver bien a tromper son monde avec son style, sans oublier une paire de lunette a verre rond, et un visage d'une candeur exceptionnelle.

Toutefois, une fois les pieds sur le quai un problème de taille se présenta a notre cher symbiote.


"Euh...y'a personne, me dis pas qu'on est arrivé trop tard! Naaaaaaooooooooooooooooooon!"

Le capitaine se mit a genoux et hurla en maudissant les cieux pour son incompétence, juste avant de recevoir une fiche parlant de cette même fête en pleine tronche.

"Que...."

Le symbiote pris la fiche en main, il y était inscrit la date de la fameuse fête.

"Dis moi Pedro, arrêtez avec ça!;on est quel jour?"

"Hum...je pense que nous somme le 20."


Oni afficha un sourire d'enfant, jetant alors l'affiche dans le vent et sautant sur place, avant de hurler de joie.

"Yeeeeeeeeees! Merci Pedro, fais moi penser a t'acheter un tacos!"

"ça devient lourd...."


A cet instant dieux seul sait oh combien Gravius espérait que quelque chose vienne distraire son capitaine, que celui arrête de le prendre pour un petit moustachu armé d'un sombrero, et qu'il lui trouve un nouveau surnom qui se rapprocherais plus de Gravius, pace que bon c'est bien sympa de jouer les minorités; mais a un moment y'en a marre.

Et la prière de Gravius n'avait jamais était réalisé aussi vite de toute sa vie; et sa réponse fut son capitaine qui siffla une fille qui passait par la, reste a savoir qui elle était.


avatar


Symbiote


Lun 6 Oct - 14:21
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5139-freya-coradran
Une femme de pêcheur se retourna vexer. Un homme en armure sortit de nulle part l’avait sifflé comme si elle était un bœuf attendant l’abattage. Je soupirais. Ces hommes, sont – ils capable de civilité ?
Je le regardais faire. Cet homme était d’une laideur sans nom avec son armure. Que voulait – il ainsi vêtu ? Est- ce une menace à mon duché avant le début de la fête ? Je devais m’assurer de ses intentions.

Je m’approchais doucement de lui, restant méfiante. C’est là qu’un homme plutôt bien bâti s’approcha de cet homme en armure. Il prit sa femme par la main, et l’attira derrière lui. Il voulait en découdre avec l’inconnu. Je soupirais. Je ne voulais pas de bagarre avant la fête, ni pendant. Je ne voulais pas qu’il gâche ce moment avec leur manque de civilité. Je devais m’en mêler avant que cela ne part en bagarre, et surtout avant que la garde aggrave la situation.

Je m’approchais d’eux. Le pêcheur était prêt à cogner l’homme en armure. Je le comprenais. Son apparence donnait l’impression qu’il voulait du mal etc.
Je refusais cela. Je descendais ma capuche, les regardant.

- Monsieur, emmenez votre femme en sureté. Je pense qu’il n’est pas nécessaire de s’énerver pour cela. Demain, nous allons festoyez, donc commençons dans la bonne humeur.

Le pêcheur et sa femme furent surpris. Le pêcheur finit par s’incliner. Mon visage n’est pas inconnu du duché. Il a surement du me reconnaitre.

- Vous avez raison, Madame. Veuillez m’excuser. Me dit – il avec gentilles puis il s’en alla avec sa femme.

Il était tout excusé. J’étais plutôt clémente. Et en temps normal, je ne serais peut-être pas intervenue. Je fixais l’homme en armure.

- Je peux savoir qui vous êtes ? Et qu’est-ce que vous faites ici dans cette tenue ?


Je ne faisais même pas attention à son compagnon. Il paraissait normal sans mauvais attention au moins. Et franchement, l’homme en armure était d’une laideur… J’attendais donc ses réponses avant de juger.




avatar


Veuve Noire

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Nephtys/Ceridwen
Vitesse de réponse : Normal


Mar 7 Oct - 21:47
Voir le profil de l'utilisateur
*Oh bah c'est pas de bol ça.*

Se dit Oni lorsque la femme se vexa et qu'un homme vint alors a sa rencontre; le capitaine ne pensa pas une seule seconde a son sabre, tendant juste la main droite, bandant ses muscles assez fortement, avec sa force il pouvait lui planter les armature en métal de ses gantelets en travers de la gorge et Gravius le savait.

Le second était prêt a s'interposé quand une femme fit irruption dans la scène.


*Moi qui voulait m'amuser...c'est qui cette conne qui vient tout gâcher?*

*Juste ciel, ça nous évitera des morts, franchement merci.*

Toutefois Oni n'écouta même pas la scène, il se contenta de regardait la nouvelle arrivante de haut en bas, il porta une main son menton; massant légèrement ce dernier, tout crocs a l'intérieur afin de ne pas paraître plus suspect qu'il ne l'étais, le symbiote était déjà entrain de baver (du moins mentalement, pas physiquement); quelle beauté se dit-il, décidément heureusement que la première dame était maqué parce que celle-ci en valait clairement le détour, et le capitaine aimait la difficulté.

C'est donc naturellement qu'il prit la parole le premier lorsque la femme lui demanda qui il était et ce qu'il était venu faire ici; et il surpris par la même son second en exécutant une belle courbette.


"Veuillez excuser mon attitude Milady; je viens d'un pays lointain, et chez nous il est de bonne augure de siffler une femme pour capter son attention, toutefois j'ai conscience qu'en ces terres ceci est assez mal vu; et je m'en excuse."

Gravius arqua un sourcil, s'avançant a moitié.

"Ce que le capitaine cherchait a dire c'est que...."

Oni le poussa légèrement d'un coup de hanche et tourna sur lui-même avant de finir a genoux devant Freya, une rose rouge dans la main qu'il tendait a freya; l'autre main posé a plat sur son torse bombé.

"Excusez mon subordonné; décidément il ne sait pas attendre la fin d'une conversation pour se permettre d'en entamer une autre, tenez acceptez ce présent afin d'excuser notre impolitesse quoi ne fut que passagère; quant a ma présence ici, je suis capitaine sur un bateau et je suis simplement venu assister a cette sublime fête qu'est celle qui aura lieu demain. Oh mais ou sont mes manières; capitaine Oni pour vous servir."

*Et ouais moi aussi je peux faire semblant d'avoir un balais dans le cul pour me faire bien voir, ça te la coupe Gravius hein?!*

Le capitaine afficha un beau sourire, sans sortir ses crocs toutefois; attendant que la sublime Freya veuille bien prendre sa rose et le laisser lui baiser la main comme il est normalement d'usage.


avatar


Symbiote


Mer 8 Oct - 16:22
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5139-freya-coradran
Avez- vous déjà vu un homme en armure se mettre à genoux ? Son armure était déjà laide. J’ai vu des chevaliers se prosternaient mais ils avaient la classe. Lui, il ne l’avait pas.
Me parler d’une coutume ou siffler une dame est bien vu, ne se moquerait –il pas de moi ? Je reculais méfiante. On ne sait jamais ce qui peut sortir de cette comédie.

Je l’écoutais en l’observant. Il se mit donc à genoux sortant une rose de nulle part. Nous sommes à l’orée de l’hiver, plus aucune rose ne pousse dans nos contrées. D’ailleurs, il n’en avait pas en main, il y a quelques secondes. Comment a –t- il fait ? Est-ce une illusion pour m’amadouer ? Il faisait plus peur qu’autre chose. Il y avait quelques choses de terrifiant dans sa comédie.

- Ne me nommez pas ainsi. Et si vous êtes un voyageur, vous devriez savoir comment agir dans les autres pays. Cela en rien ne vous excuse. Dis – je d’un ton plutôt ferme.


Milady, je ne supportais pas cette appellation. Je ne suis pas sa lady. Un garde se rapprocha doucement comme inquiété par la scène qui se présentait. Comme je pouvais le comprendre. Je ne savais pas comment prendre tout ceci. Devais – je donc m’aller à cette supercherie ?

- Relevez – vous. Vous en êtes ridicule à vous présenter de la sorte. Expliquez-moi d’où vient cette rose. Usez – vous de magie ?

La garde s’arrêta à côté de moi, me saluant avec politesse. Il savait qui j’étais. Il s’inclina légèrement.

- Madame, avez-vous des ennuis ? Me demanda-t-il.
- Ne vous inquiétez pas. Il n’y aucun ennui.
- Bien. Si vous avez besoin d’aide, je suis pour vous servir.

Je lui souris en lui confirmant que je n’hésiterais pas. Il s’en alla rassurer. Mon regard se posa sur ce Oni.

- Monsieur Oni, je vous demanderez de changer de tenue. Vous paressez comme une menace aux yeux des habitants de ce duché. Et la vieille d’une fête aussi importante que celle –là, je ne peux pas accepter de vous laisser vous balader de la sorte. J’en suis navrée.


J’étais sincère. Je veux que tout ce passe bien pendant ces trois jours. Sa tenue est menaçante. Même le soldat la sentit. Je regardais son insolite qui paraissait blasé par le comportement de son capitaine.

- Et quelle est votre identité ?
Lui demandai- je.

Ayant oublié de me présenter dans les règles, je me rattrapai aussitôt.

- Je me présente. Je suis Freya Lerosa.

Je ne précisais pas mon rang, ni même que je dirigeais ce duché. Je préférais être méfiante. Cependant, le nom suffisait à lui seul pour qu'il sache qui je suis vraiment.




avatar


Veuve Noire

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Nephtys/Ceridwen
Vitesse de réponse : Normal


Jeu 9 Oct - 21:14
Voir le profil de l'utilisateur
Décidément elle n'était pas des plus sympathique; ça n'avait pas l'air gagné, mais justement c'est ce qui rend Oni encore plus insistant; quelle ironie.
Le samouraï se releva alors, lui ridicule? Il s'en fichait pas mal, les apparence sont bien trop souvent trompeuse. La bien séance de la noble gente lui échappait quelque peu sur certains point, mais il flairait la bonne affaire; esquissant un sourire lorsqu'elle demanda d'où venait cette fameuse rose.


"Il n'est pas très poli de refuser un cadeau; quand a cette rose et bien non point de magie; juste un simple tour de passe passe, je possède un doigté qui fait des merveilles."

Et en un tour de main la rose avait disparu, bien caché au sein de son armure. Quant le garde vint Oni se tenait parfaitement droit, il fit même un petit coucou de la main au garde; narguer? Oui c'était son pain quotidien, Oni avait plaisir a se moquer des autres et surtout de ceux qui représentaient "la loi", il se l'autorisa car il savait bien que cela ne créerait pas plus de conflit, toutefois lorsque cette femme lui demanda de changer de tenue; Oni fronça fortement les sourcils.

Se défaire de son armure? C'était l'une des rares choses auquel il attaché une valeur sentimentale et il ne comptait pas s'en défaire en un claquement de doigt.


"Ceci est la seul tenue dont je dispose, donc a moins que vous ayez des vêtements a ma taille a me proposer, c'est non négligeable; et je refuse de rater cette fête pour un délit de sale gueule, a ce que je sache je n'ai pas commis d'infraction."

Et sur ce point il n'avait pas tort, toutefois lorsque cette dame aux cheveux d'ébène demanda a Gravius de décliner son identité Oni prit les devant.

"Il s'appelle Pedro."

"Mais n'importe quoi! Hum hum; n'écoutait point la mauvaise plaisanterie de mon capitaine, il aime me donner des surnoms."


Il retira son chapeaux en s'inclinant légèrement en avant; laissant apparaître ses cheveux châtains.

"Je me prénomme Gravius; je suis le second du capitaine, soyez assuré qu'il n'y aura pas de problème tant que je serais présent; toutefois le capitaine n'a pas mentit, il vous sera difficile de lui faire ôter son armure, voyez vous il y attache une certaine valeur, et nous ne possédons aucun vêtements de change; mais je suis persuadé que vous possédez plusieurs commerce qui pourront nous y aider."

Après ça les choses se calmèrent un peu pour nos deux bougres Freya daignant enfin se présentait.

"Et bien dame Freya, que faisons nous donc?"

Le capitaine se doutait qu'elle était quelqu'un de haute stature et son nom ne fit que le confirmait, il venait de s'exprimer de manière froide afin de le prouver.


avatar


Symbiote


Sam 11 Oct - 13:56
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5139-freya-coradran
Je le regardais sans que mon visage change d’expression comme si ce qu’il me disait n’avait pas d’importance. Il se prenait pour qui à me parler de la sorte ? J’étais polie. Il est dans mon droit de refuser un présent. Surtout quand je considère qu’il vaut mieux le faire pour ma protection, par prudence. Il me parla de sa tenue. Unique tenue. Des questions plutôt dégoutantes se créèrent dans mon esprit.

Je n’avais jamais vu un homme portait qu’une armure de métal sans rien en dessus. Normal, il prend un manteau très épais pour ce petit vent d’hiver.

- Vous êtes nu en dessus ? Vous ne vous déshabillez donc jamais ?


Je n’allais pas continuer. Je pourrais devenir impolie. Cependant, je plaignais cette rose qui se mourrait sous l’odeur et, la saleté qui se cache sous ce métal. Je ne voulais pas me l’imaginer. J’en ferais surement des cauchemars. Comment des hommes peuvent vivre ainsi ? Il est capitaine de surcroît, pas un simple mendiant dans une rue…. Décidément, je ne comprenais pas. Je ne comprenais pas comment il espérait draguer dans cet état-là.


- Je suis formelle. Vous devez l’enlever, et vous changez. De plus, vu que niveau hygiène, ce n’est pas ça. Je vous conseillerez de prendre un bain et de laver cette armure.


Le capitaine répondit à la place de ce Gravius. Il me dit que je suis impolie, mais lui il l’est tout aussi. On ne répond pas à la place d’un autre. C’est irrespectueux pour celui à qui on pose cette question.

- Enchantée Monsieur Gravius.

Il était plus charmant, et plus poli que son capitaine. Je lui adressais donc un sourire.

- Il existe des boutiques ou vous pouvez trouver ce dont vous avez besoin. Et une auberge si nécessaire. Monsieur Gravius
. Dis – je de façon plus chaleureuse envers le second.

Le capitaine aux pratiques douteuses m’interpella.

- Monsieur Oni comme dit plus tôt, vous devez vous changer si vous voulez participer à la fête de demain. Votre armure est menaçante et pourrait effrayer les habitants de ce village. Et je ne serais le tolérer. Soit vous vous changez, soit je suis dans le regret de vous demander de partir. Dis – je d’une manière bien plus froide envers le capitaine pour aller avec son ton.




avatar


Veuve Noire

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Nephtys/Ceridwen
Vitesse de réponse : Normal


Ven 17 Oct - 21:02
Voir le profil de l'utilisateur
Décidément cette Freya était bien plus arrogante que ce qu'avais imaginé Oni; a croire qu'il a raison sur tout, provoquez une personne et vous en apprendrez plus sur cette dernière que si vous passiez votre vie a lui faire des courbettes; madame jugez donc rapidement et avec beaucoup d'arrière pensée, typique des nobles qui se donnent des airs tout ça parce qu'ils sont le fils d'un tel ou un tel.

Oni ne put que soupirer lorsqu'elle se demanda si il était nu sous son armure; a part les vêtements de combats qui allaient avec il n'avait pas de tenue adapté pour la ville; voila ce qu'il voulait dire par la.
Toutefois il tiqua un peu lorsqu'elle lui lança une pique sur son hygiène corporel, personne ne semblait jamais s'en plaindre, il n'avait pas de mouche qui lui tournait autour; et Gravius lui aurait vite fait la remarque, lui qui est toujours impeccable; toutefois il ne put s'empêcher de rire nerveusement lorsqu'elle lui dit de laver son armure.

Elle croyait tout savoir, quelle attitude....c'en était presque mesquin, Oni n'était pas un exemple; mais il ne se targuait jamais de pouvoir tout savoir sur une personne juste en la regardant ou en discutant un peu avec.

Même si l'arrogance de dame freya est aussi évident que le nez au milieu de la figure, il ne savait rien de plus; a part que ça devait être une noble, c'est pour cela qu'il se contenterait de garder le silence, ce petit échange était suffisant; et bien casse burne aussi, il se retourna donc pointant une boutique du doigt.


"Gravius, va me chercher mon sac s'il te plaît, je vais voir cette boutique, si ça tenais qu'a moi finalement je serais peut-être partit; mais vu que tu m'accompagne."

"Très bien mon capitaine; je vous retrouverez dans cette boutique."


Oni acquiesça et le remercia d'un signe de tête, le second bien qu'il était souriant envers Freya avait bien remarqué le revirement de son capitaine qui avait arrêtait de la provoquer; cela voulait dire qu'il en avait marre, et qu'il ne se déciderait pas a être amical avec cette dernière; sinon il rigolerait avec.

Oni rentra donc dans la boutique, peut lui importait que Freya le suive ou non; il salua le marchand en s'inclinant légèrement vers l'avant et commença a reluquer les affaires.


*J'espère que ça tient chaud cette daube*


avatar


Symbiote


Mar 21 Oct - 21:49
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5139-freya-coradran
Je me trouvais sage, polie, respectueuse. Je ne vois pas en quoi j’ai commis une erreur. Il paraissait dégouter par la situation. Je suis formelle. Je ne veux aucun problème durant la fête. Il doit le comprendre.
Il a surement du passer beaucoup trop de temps en mer. Il accepta d’aller dans la boutique. Il accepta donc de changer de tenue. Parfait. C’est tout ce que je demandais.

J’aime quand les choses vont dans mon sens, quand je domine la situation. Le coté veuve – noire qui a une ascendance sur ça. Je les saluai poliment, et avec respect. Puis, je les laissais s’en aller. Je saurais bien si au final, ils m’ont écouté.

- Que votre séjour soit agréable. Leur dis – je en signe de bienvenu.


Je m’en retournais à ce que je voulais faire. Je regardais donc les stands, et les préparations terminaient leur finition. Tout devait être prêt pour demain. Rien ne devait manquer. Les gardes étaient à leur poste.
Je discutais avec les gens du port. J’aime me mélanger à la populace, partager un peu de temps avec eux.
Je bus un verre avec eux même. Un verre de vin. J’ai appris à aimer le vin en étant avec Noé mon mari défunt.

Il espérait un jour pouvoir produire du champagne. Cependant il n’a jamais pu l’entreprendre. Le duché produit le vin rouge, le vin blanc, et le rosé. J’avais hâte que tout cela commence. Certes quand c’est fini, il faudra tout nettoyer. Cependant ce n’est pas qu’un détail.

Je continuais ma route dans cette petite ville, regardant bien comment cela se prépare. Il était tôt dans la journée. J’irais surement vers les midis à l’auberge me nourrir. J’avoue que j’aurais préféré me faire un humain comme repas mais montrant que la duchesse n’est pas cruelle et faisons comme si tout était normal.




avatar


Veuve Noire

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Nephtys/Ceridwen
Vitesse de réponse : Normal


Dim 26 Oct - 18:31
Voir le profil de l'utilisateur
Notre cher Oni était donc dans une boutique de textile; lui qui n'a jamais mis les pieds dedans était bien embêté; ne sachant quel tenue prendre, il les essayait au fur et a mesure et ses réponses étaient souvent les mêmes.

"Bof"

"Naze"

"ça va pas du tout avec mon teint!"


Ou encore

"Non mais c'est pas sérieux....."

Oh oui notre vendeur n'avait jamais au affaire a un client aussi exigeant, car oui pour notre symbiote il lui fallait quelque chose de stylé et qui tienne chaud surtout, et il n'était pas fan des pull de grand-père; si encore il portait des lunettes et fumait la pipe ça serait bon, mais c'était pas le cas.

Toutefois une lueur d'espoir se dessina sur son visage lorsqu'il vit rentrer le second du capitaine, avec un grand sac sur le dos Gravius vint le déposer aux côtés d'Oni qui acquiesça d'un signe de tête, le vendeur qui pensait avoir affaire a un nouveau client fut vite déçu. Toutefois Gravius s'assied sur un petit tabouret a côté d'Oni et se mit a lire le journal tandis que son capitaine continuait a essayer les tenues.


"Dis-moi Glavius."

"Tiens donc, vous ne m'appelez plus Pedro."

"Ce n'est plus nécessaire."

"Vous n'y êtes pas encore mais bon ce n'est pas grave; que voulez-vous?"

"Dis-moi, cette Freya; tu l'as sentie comment?"

"Assez mécontente de votre attitude, mais bon ça se passe toujours comme ça au premier contact non?"

"On en apprend bien plus sur une personne en la provoquant."

"Je sais; et pour tout vous dire, je ne pense pas que vous puissiez finir dans son lit."

"Oh je sais; de toute façon elle m'a l'air de cacher trop de chose pour être honnête"

"Elle aime que les choses ayent dans son sens."

"On est bien d'accord; bon, tu m'trouve comment?"

"Parfait mon capitaine."


Oni paya dans le vendeur, qui les regardaient tout les deux avec les yeux écarquillés; il devait avoir une grande estime pour cette dame Freya, mais bon Oni s'en cogne bien; si il veut jouer les oreilles indiscrètes qu'il aille au diable.

Le samouraï rangea donc son armure dans son sac, et sortit avec son second; Sapé comme un esquimaux avec sa capuche a fourrure Oni était bien au chaud dans cette nouvelle tenue, et elle lui allait assez bien mine de rien.


"Bon, et bien allons voir une taverne pour nous restaurer, tu as toujours ma bouteille?"

"Oui mon capitaine, et d'ailleurs j'approuve cette idée; bien plus discréte et moins dangereuse que se trimballer avec des têtes coupées"

"Merci bien Glavius."


Et ainsi le capitaine accompagné de son fidèle second se rendirent a la taverne la plus proche afin de prendre un bon repas!


avatar


Symbiote


Lun 27 Oct - 20:20
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5139-freya-coradran
Il était temps pour moi de rentrer à l’auberge. Je devais m’occuper de mon cheval. Le pauvre. Je n’aime pas vraiment qu’un inconnu même faisant partie de mon duché vienne en prendre soin. Je marchais le long de la rue. Le temps était un peu froid mais bientôt la chaleur festive allait envahir cette rue, et peut de personne aura froid. Surtout avec tout ce vin qu’il y aura. J’aime vraiment cette période de l’année. J’aime voir le sourire sur les gens. Une chose que je n’aime pas, c’est qu’après il faut ramasser les ivrognes qui jonchent le sol.

J’avançais doucement dans les rues. J’observais tout avec détail. Je voulais être sûr que tout était prêt. Je pourrais être considérer comme une maniaque dans l’organisation des choses bien faites cependant, c’est un mal pour un bien. Les temps sont durs avec cette secte qui se prolifère. J’ai perdu un peu de ma terre à cause d’elle. Alors insuffler un peu de joie le temps de quelques jours sur le visage des habitants de mon duché me faisait plaisir. Et mettre du pied à l’ouvrage, et vérifier que le sourire soit au rendez-vous était une mission importante pour moi.

J’arrivais enfin devant l’auberge du Barracuda fougueux. Ce nom m’a toujours fait rire. Je l’aimais bien. J’entrais silencieusement. Les habitués discutaient calmement. Cela me changeait des auberges ou quand je passais les gens se retournaient avide de savoir qui est entré. Je m’installai au comptoir, sur un petit tabouret.

- Bonjour, j’aimerais un verre de vin.

- Bien sur madame.


Une fois servie, je jetais un regard vers la salle. Tout était tranquille. C’était très bien ainsi. Je me retournais de nouveau vers le barman.

- Quant à mon cheval, dans quel box est – il ?
- Dans la numéro 7
- Bien. Pourrais – je avoir un seau d’eau tiède, une brosse et des torchons?
- Oui.
- Mettez moi cela dans le box dans une heure .

Il acquiesça avec un sourire. Je voulais m’occuper de mon cher cheval. Il m’accompagnait partout, même dans les pires dangers. Je pris mon verre de vin entre les doigts et je bus une gorgée. J’aime profiter d’un peu de détente en ne pensant à rien. Respirant un peu de tranquillité et profitant de ce doux parfum qu’est le raisin macérer.




avatar


Veuve Noire

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Nephtys/Ceridwen
Vitesse de réponse : Normal


Jeu 6 Nov - 2:52
Voir le profil de l'utilisateur
"Salut bande de naze!"

Tel furent les mots d'Oni lorsqu'il pénétra dans l'auberge avec son second qui se retint de rire légèrement; les regards braqués sur eux Oni aimait faire des entrées remarqués.

"C'est bon c'était pour rire; pas besoin de me casser la gueule, ça a l'air cool ici; non sérieux sans déconner en plus j'ai la dalle."

En général Oni aimait bien les bagarres général dans les tavernes mais la pour le coup il avait vraiment trop faim alors autant apaiser les tensions; prenant alors place a une table avec ce genre Gravius, Oni déposa son sac et sortit sa bouteille; demandant alors a son fidèle second d'appeler l'aubergiste pour commander a manger.

"Le Barracuda fougueux, tu parle d'un nom aguicheur; j'ai connu mieux mais j'ai rarement connu plus marrant."

"C'est le capitaine d'un navire qui s'appelle le Kamikaze qui dit ça..."

"Ha parce que tu trouve que le Canari endormis c'était mieux toi? Tu veux que nos ennemis crèvent par nos lames ou de leur propre rire hein?"


Les deux hommes rirent ensemble; l'ancien nom du bateau était toujours un sujet qui détendait l'atmosphère; les faisant rire tout les deux. Lorsque l'aubergiste arriva, Oni commanda un poulet rôti avec des patates, Gravius pour sa part demanda un magret de canard. Oni se servit un verre de son liquide bleu.

"Tout le monde doit se demander ce que c'est."

"Ouais et bah personne saura t'sais quoi; sinon il viendra me remplir la bouteille héhéhé."

"Hum, évitez juste de faire trop de bruit en mangeant capitaine."

"A part le craquements des os t'en fais pas t'entendra pas grand chose."


Gravius soupira légèrement; lorsque les plat arrivèrent, le symbiote dégaina ses crocs et commença a mordre dans la cuisse qu'il venait d'arracher, ne se souciant guère des os ou autre; broyant tout ce qui se trouvait dans sa mâchoire.

"Hey elle est pas mal la bouffe ici."

"Comme toujours mon capitaine...comme toujours."


avatar


Symbiote


Lun 17 Nov - 17:43
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5139-freya-coradran
Aucun trait ne marquait son visage. Il n’y avait que les yeux d’un blanc et d’une laideur impossible. Il était encore plus laid sans son amure. Je l’avais reconnu grâce à sa voix qui portait dans la pièce. Les regards se tournaient vers lui, marquant l’horreur sur son visage. Il était comme un monstre qu’on devait abattre.
Et peut – être que certains voulaient toucher cette masse noire pour voir si une bouche se dessine au touché.

Comment parle –t-il si son visage ne déteint qu’un regard. Et il ose tenter de la séduction… Y aurait –il des femmes sans peur de l’horreur ? Est-ce que je pouvais laisser un homme tel que lui résidait ainsi avec ce visage, cette apparence. Que devais – je faire ? Je passais à côté de lui, jetant un léger regard. Il n’avait finalement pas d’identité.
Sans son armure, il n’avait pas donc pas d’existence ?


Je sortais de l’auberge sans pour autant lui adresser la parole. Je devais m’assurer qu’il n’allait pas être le poison dans cette joie naissante. Je préférais me méfier. Une fois dehors, j’allais à la rencontre d’un garde. Je lui expliquais en détail ce que je voulais qu’il fasse. Je me moquais que cet étranger le remarque. Je demandais donc au garde de rentrer dans l’auberge et de la surveiller. Il acquiesça et entra dans la taverne.

Une surveillance ne sera pas de trop. Il pourra toujours se plaindre, il avait qu’à avoir un visage comme tout le monde. Je me dirigeais vers l’écurie, vers le box ou était mon cheval.

Sleipnir m’attendait sagement. On lui avait déjà enlevé la selle pour qu’il soit à l’aise. Je passais délicatement ma main sur son dos, doucement. Une fois près de sa tête, je le caressais. Tout était prêt pour prendre soin de lui. J’enlevais ma cape, l’accrochant. Mes cheveux étaient un peu rebelles. Je les mis en arrière.

Je donnais à manger à mon cheval pendant que je passais mes mains sur son poils pour enlever les saletés et pour le caresser avant de vraiment commencer sa toilette. J’avais laissé ma chère mygale au domaine. Je le regrettais un peu mais le froid de ce début d’hiver ne lui avait pas donné envie de me suivre.

Dommage, cela m’aurait fait de la compagnie, et j’aurais pu bavarder avec elle. Le prochain voyage de ce genre, elle vient avec moi. Elle n’aura pas le choix. Je continuais en silence donc les soins pour mon cheval.




avatar


Veuve Noire

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Nephtys/Ceridwen
Vitesse de réponse : Normal


Lun 1 Déc - 14:19
Voir le profil de l'utilisateur
Et bien comme a son habitude Oni ne laissait pas indifférent; il avait bien remarqué madame Freya passait dans l'auberge, cachant un profond malaise.

*Alors? On n'aime pas ma face?*

La personne qui le faisait plus marrait c'était le serveur évidemment; ne voyant la bouche d'Oni apparaître que lorsque ce dernier dégainait ses crocs pour mordre dans sa viande et se nourrir, quand il parlait aussi il la voyait. Hors cela oui son visage était aussi insondable que les ténèbres.

Gravius continuait a manger tranquillement comme si de rien n'était; après tout quand on traîne au sein du clan arrache cœur ce n'est pas quelqu'un comme Oni qui peut vous choquer. Toutefois le capitaine tira la grimace en voyant revenir un garde; qui visiblement n'allait pas le lâcher du regard, Gravius le remarqua bien vite aussi et regarda son capitaine de façon complice.


"Tout doux Gladios, il faut croire qu'ici ils n'aiment pas les gens différents héhé....évitons de déclarer la guerre a tout le patelin avec tes illusions....je suis la pour m'amuser non?"

"Alors que suggérez-vous mon bon capitaine?"

"Ecoute mon repas est terminé; je vais aller me balader, toi fais ce que tu veux de ton côté on se reverra ici ce soir; trouve moi quelques informations sur cette Freya tiens, et sur comment ça marche dans le coin; m'ont l'air bien bizarre."


Les yeux d'Oni disparurent.

"Herk....ça fait tellement longtemps que je n'ai pas fait ça...."
La substance d'Oni se rétracta alors; au niveau du visage (seule chose visible en même temps) laissant voir son véritable visage! Celui de son hôte en somme; se rétractant jusqu'au niveau de la nuque il laissa apparaître un visage d'une banalité affligeante, une barbe mal rasée, une peau clair toutefois, propre étrangement, par contre la dentition n'était pas au top niveau; bien qu'il ait toutes ses dents la plupart étaient pointus.

Finalement après quelques seconde il ouvrit les yeux.


"Bordel, ce mec a vraiment une vue a deux balles."

"Euh...capitaine...vous avez un œil..."

"Qui part en couille? A j'me disais bien aussi."


Il était méconnaissable, ses yeux étaient pâles; clair come ceux d'un mort, et effectivement les pupilles nétaient pas vraiment synchronisées, Oni se mit donc le doigt sur l'œil et le redressa légèrement pour qu'il soit aligner dans le même axe que l'autre.

"La...c'est mieux; alors je suis comment?"

"Difficile a croire.....je trouve ça extrêmement dérangeant mon capitaine....en fait la tout de suite vous tenez plus du monstre a mes yeux que lorsque vous avez votre forme normale.

"Profite Gladios; ils sont rare ceux qui ont vu mon hôte héhéhé."


Le capitaine se leva alors, observant un peu mieux la taverne; remettant en place son œil gauche par moment, Gravius se leva et alla payer le repas avant de sortir de la taverne; Oni sortit 5 minutes après lui, affichant un grand sourire a l'attention du garde qui ne comprenait pas grand chose.

"Tiens bizarrement il fait plus chaud."


avatar


Symbiote


Mer 10 Déc - 19:44
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5139-freya-coradran
L’écurie a pris feu.
Comment dire, ou même expliquer cela ? Je m’occupais simplement de mon cheval, le bichonnant. Je le brossais doucement quand une fumée sentant le bruler. Je figeais. J’écarquillais les yeux. Je marchais tout doucement vers la sortie du box. Je vis des flammes. Je me figeais à nouveau, tremblant d’une peur que je ne pouvais pas décrire. Mon esprit convulsait au lieu d’agir.
Qu’est-ce que je devais ? Comment devais – je agir ? Ou devais – je aller ? Mon corps ne répondait plus. J’étais perdue dans une terreur que je ne contrôlais pas. Les flammes avançaient et je ne bougeais pas. Je me sentis mourir à petit feu si je puis le dire. C’est là que mon cheval me donna un coup de tête en hennissant violement, lui aussi affolé par ces flammes. Un bref instant, je ne puis me résoudre à le laisser bruler. Je pris son harnais, le détachai et tirai dessus pour le faire sortir.
C’est comme une once de folie qui voulait tant le sauver. Je pense que s’il n’avait pas donné de coup de tête, j’aurais sombré avec lui. Je ne le remercierais jamais assez. J’étais comme une petite frêle et fragile. C’était plus le cheval qui me tirait en dehors de l’écurie que moi.

Une fois dehors, je me plaquais contre lui, respirant fort. Je n’avais pas vraiment respiré la fumée cependant, je me sentais essoufflé comme si je n’avais pas respiré. C’était une étrange sensation. Je restais cinq minutes sans bouger comme si le temps n’existait plus, comme si j’étais seule au monde… Comme si tout le monde avait disparu.

Les vibrations s’étaient comme tues. Les araignées ne se mouvaient plus comme figée elle aussi. Sleipnir se figea lui aussi comme si il me laissait le temps de reprendre mes esprits puis il hennit. Je relevais la tête, fixant les flammes qui grandissaient. La foule cherchant de quoi l’éteindre… Et les chevaux ?


Je lâchais la sangle de mon cheval et avança doucement vers l’entrée de l’écurie. On devait faire notre possible que le feu ne se propage pas mais on ne pouvait pas oublier ces animaux. Les vibrations s’affolèrent comme si j’étais bourrée. Cependant cette fois – ci, je les discernais. Je ne pensais même pas au mal de tête que je pourrais me prendre à force de me concentrer dans ce dédalle de vibrations folles. Pourtant, je ne pouvais pas ne rien faire. Je me précipitais avec la peur au ventre dans l’écurie quand un homme me barra le chemin.

- Vous ne pouvez pas. Madame restez à l’écart !
- Mais les chevaux ?
- Je m’en occupe Madame. Restez en sureté.



Il n’allait pas partir tant que je ne reculais pas donc je m’exécutais. Je ne l’avais jamais vu auparavant.
Spoiler:
 




avatar


Veuve Noire

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Nephtys/Ceridwen
Vitesse de réponse : Normal


Ven 19 Déc - 18:19
Voir le profil de l'utilisateur
Notre joyeux capitaine déambulait donc en ville, toutefois il ne fut pas libéré de la surveillance du garde qui continua a le suivre hors de la taverne; Oni se comporta alors comme un être lambda, cherchant a tromper la vigilance du garde, ce qui fit effet au bout d'un moment.

Le garde manqua de vigilance au moment propice ou Oni le regardait du coin de l'œil, le symbiote en profita pour prendre la tangente, les habits qu'il avait acheté étaient assez banales mine de rien et maintenant qu'il ressemblait a n'importe quel humain il serait difficile a ce type de le retrouver.

S'égarant de ci de la; le symbiote finit par débouler prés des écuries, observant les chevaux et l'édifice, il remarqua bien vite que dame Freya y était, s'occupant des chevaux, un petit sourire s'afficha sur le symbiote, il commençait a réfléchir a différence approche quand soudain de la fumée s'éleva; tiens donc il y'a un pyromane dans ce duché? Quel dommage pour cette noble.

Oni se contenta de regarder sans rien faire, observant l'étable prendre feu; toutefois elle ne mit pas longtemps a sortir, le cheval l'ayant aidé mine de rien, le feu commençait a se répandre de plus en plus, les gens affluaient pour éteindre les flammes, Oni restait fixé sur Freya, qui mine de rien semblait vouloir revenir a l'intérieur pour faire sortir les autres chevaux.


*Voila ma chance.*

Pensa Oni, qui se précipita devant l'écurie; empêchant alors Freya de revenir a l'intérieur, avec deux trois phrases pré faites il l'a convainquit de ne pas revenir et partit au milieu des flammes.

"Heureusement que je suis pas fait de pétrole...mais ces fringues sont facilement inflammables, faisons attention.*

Oni avançait au milieu des flammes faisant attention a ce que ses fringues ne prennent pas feu, il lui suffit de recouvrir de nouveau le visage de son hôte; histoire d'arracher les lanières de cuir qui retenaient les chevaux avec ses crocs, ces derniers sortaient illico vers la sortit; davantage effrayé par Oni que par les flammes, après tout les bêtes sentent ces choses la. Quand il y'a un monstre dans la bergerie.

Une fois cela fait Oni se résorba de nouveau et commença a se diriger vers la sortit, dommage pour lui les flammes l'en empêchaient désormais, "Et merde" pesta le symbiote, il fallait une autre sortit; s'avançant vers une façade fragilisé par les flammes le symbiote frappa de toute ses forces dedans a plusieurs reprise, faisant s'effondrer la cloison, les mains ensanglantés et pleine d'écharde le capitaine sortit intact des écuries.

Toutefois son manteau commença a prendre feu, il se roula donc dans la neige; le froid fit alors son effet, ralentissant ses mouvements et l'affaiblissant.


*Et merde.....*


avatar


Symbiote



Contenu sponsorisé





 
Page 1 sur 1