Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 Malkane Kaban

 
Sam 13 Sep - 19:12
Voir le profil de l'utilisateur
Malkane la lumineuse

Tête brûlée - Arrogante - Franche - Dévouée - Expressive - Impulsive - Taquine - bagarreuse - Réactive - Insolente
Information
Surnom La lumineuse ou la morue selon qu'on l'affectionne ou pas.
Âge : 21 ans
Nationalité : Eau
Profession : Capitaine de "la vicieuse"
Camp : indépendante
Noblesse :
Croyance : Azuria Mira
Famille :
Race
Humaine
Caractère

On ne peut pas dire qu’elle ne réfléchisse pas, cette impulsive agit avant et avise par la suite si son idée ne se révèle pas aussi bonne qu’elle le sentait. Dans ces cas là elle peut se montrer très rusée à défaut d’être patiente on développe d’autres atouts. Elle n’a peur de rien et peut prendre des risques inconsidérés, parfois inutilement, se révélant dangereuse pour elle-même, mais il parait que l’on a rien sans rien. Impétueuse et bornée, sa persévérance est à toute épreuve tout comme son optimiste sans faille. Le couperet au dessus de la tête, elle serait capable de vous dire que tout va bien se passer. Elle est aimante et dévouée à son peuple et les personnes qui lui sont chères, prête à se sacrifier pour eux sans hésitation, le bien être du plus grand nombre allant avant ses petites préoccupations personnelles. C’est en cela qu’elle estime sincèrement pouvoir faire mieux que Tatiana et qu’elle prétend au pouvoir, de plus elle se sent investie d’une mission de part son origine divine. Elle en retire beaucoup de fierté mais ne vit finalement que pour ce mythe, c’est son unique but. Elle viendra volontiers à l’aide de femmes en détresse si cela n’implique pas de prendre un risque pour son peuple, pour un homme, tout dépendra de on humeur et de son intérêt. Elle s’exprimera plus auprès des étrangers et surtout des hommes, considérant les amazones comme ses égales. Elle se contentera de prendre un peu de haut les femmes qui ne sont pas de son avis, elles se trompent forcément mais ce n’est pas de leur faute, elles ne savent pas ce qu’elles disent. On notera sa résistance à la douleur physique, celle morale beaucoup moins, elle y répondra facilement avec de l’agressivité voir avec ses poings. Habituée à dire ce qu’elle pense, elle ne se gênera par pour vous dire vos quatre vérités en face et ne fera aucun effort si elle ne vous apprécie, les pincettes n’étant pas faites pour elle. En revanche abstenez vous de toutes critiques, on alors tentez votre chance mais avec un argumentaire bien rodé, précisons qu’elle est rancunière. Elle garde une image négative des hommes, elle les tolère mais les considère comme inférieur et ne supporte pas leurs flatteries, leur aide ou leur pitié. En cela elle se trouve charitable. Cela dit elle aime beaucoup plaisanter de tout, c’est une bonne vivante dans l’âme, taquine et espiègle comme son chachouan. C’est un peu déconcertant de la voir parler à son animal mais c’est son plus fidèle ami, son compagnon de bêtises et son bébé. Elle est avide de liberté et ne supporte pas les entraves, elles peuvent la rendre complètement folle.

Physique
Ce n'est pas qu'elle soit négligée, c'est que son aspect général fait sauvage, on remarquera des peintures sur son corps rappelant son côté requin tigre. Ses cheveux blonds vénitiens sont tressés en cadenettes qui lui arrive en bas du dos pour les plus longues, elle les attache en des chignons plus ou moins informes ou les laisse lâches en fonction de son activité et de son humeur. De petites lanières de cuir et/ou des plumes viennent agrémenter ces lianes de cheveux qu'elle les roule souvent entre ses doigts. Ces traits du visage son fins, ses yeux félins d'un vert très clair et brillant sont accompagnés de sourcils filiforme bien dessinés, ce qui peut lui donner un air hautain bien loin de son état d'esprit. Sa bouche charnue jure avec l'ensemble, la lèvre inférieure comme supérieure étant plutôt épaisse et de même taille. Elle n'est pas ce qu'il y a de plus féminin malgré sa petite taille et ses formes plantureuses qui ne laissent aucun doute possible.
Sa tenue est adaptée à son mode de vie et ses capacités. Ainsi elle porte un épais bustier de cuir protégeant les organes vitaux, allant de la moitié du ventre jusqu'au cou. Des manches de cuir ou de lins peuvent être rajoutées pour les événements importants ou les combats mais elle se sent vite obstruée et mal à l'aise. Des protèges bras de cuir agrémentent sa tenue et servent d'étui pour ses poignards. Une épaisse lanière de cuir vient cacher son intimité, se lassant en une croix sur le devant et au milieu du ventre. La raison en est simple, si se transformer devient un besoin urgent, elle peut se dévêtir en un rien de temps. En général parmi ses sœurs elle ne porte rien d'autre, toujours pieds nus et libre comme l'air, mais lorsque c'est nécessaire elle se couvre davantage d'un paréo de lin qui lui tombe sur les hanches et de cuissardes.

Capacités
Armes : Archère émérite, elle possède un petit arc sculpté et un carcan agrémenté des mêmes motifs, elle peut toucher une cible de très loin. Chez elle c'est la force qui pêche. Au corps à corps elle utilisera ses poignards bien qu'elle leur préfère ses dents.

Pouvoirs : Elle a la possibilité de changer le bas de son corps en queue de requin tigre tout comme la déesse qui jadis la bénit, sans pour autant être une sirène. Elle peut s'armer d'une puissante dentition semblable à celle du prédateur et sa robe est légèrement orangée, marbrée de rayures brunes. Sa capacité d'adorateur d'Azuria Mira à savoir la régénération est exacerbée. Elle n'a pas besoin d'eau pour se régénérer et s'immerger augmente considérablement la vitesse de ce dernier. C'est une capacité donc ce n'est pas inné comme chez les lycans. Par conséquent elle puise dans son énergie, elle a donc des limites mal grès le fait qu'elle soit relativement rapide. Tout dépend du type de blessure et de l'endroit touché. Des blessures superficielles seront rapidement guéries, sauf si un organe vitale est touché et que Malkane préfère concentrer sa magie dessus. Un membre amputé prendra du temps puisque les os, la chaire et la peau doivent être reconstitués.

Familier : Moki, c'est un chachouan. Pour ceux qui ne connaissent pas, le chachouan c'est un tout petit griffon de la taille d'un chat. Ils vivent en forêt et arborent les couleur de leur environnement. Il y en a un peu partout sur Terra. On peut les domestiquer non sans mal car têtu mais une fois fait, ce sont des amis fidèles et amusant.
Artefact :
Autre :
Histoire

Histoire Les légendes prennent souvent le pas sur la réalité, brodées à partir de fragments de vérité, reprisées, raccommodées, tant et si bien que leur dissociation devient difficile voir impossible. Procréatrices prolifiques et insatiables, elles s'unissent, se déchirent, s'entremêle pour donner naissance à de fabuleux mythes dont les frontières restes indéfinies.

Finalement, ça n'a pas toujours d'importance parce que l'histoire enfantée ne fait de mal à personne, qu'elle rend la vérité plus belle ou qu'elle puisse expliquer l'inexplicable. Seuls les détracteurs en connaissent le fin mot, l'emportant bien souvent dans leurs tombes.

"L'on raconte qu'une femme dont la fertilité lui avait été retiré de la lame de l'homme, priait Azuria Mira inlassablement, chaque soir que les dieux firent dans l'espoir qu'elle la guérisse. Sa complainte s'élevait de la plage entre ses sanglots en un chant tourmenté accompagné par la symphonie fracassante des vagues. Une nuit que la lune était pleine, les flots se mirent à bouillonner sous l'éclat de l'astre pour s'écarter et laisser apparaître la déesse bienveillante. La créature divine faisait bien trois mètres de haut et elle était aussi belle que le contaient les histoires, la femme subjuguée par sa beauté reconnu tout de suite sa déesse et se prosterna sur le sable froid. Son corps était orné des coquillages les plus beaux qui puissent exister, agrémentés de dorures, reflétant les faisceaux lunaires tels des sequins sur sa mousseline d'algues. Ses yeux mi clos laissaient entrevoir le bleu profond de l'océan et son visage était parsemé de mèches ébènes ondulées qu'elle dégagea de son visage. Son aileron de requin caressé par le vent, ondulant paresseusement au grès de ses mouvements de nageoires. Sa voix tendre et gutturale transperça le silence obscure.

"Fille de la mer, relève toi, je ne suis pas Déesse à asservir ses enfants"

La femme se releva en vacillant, croyant à peine à la présence de la déesse, elle en restait bouche bée. Elle avait tant imaginé cette rencontre, tissant ses fantasmes, ses rêves les plus fous, qu'elle en était prise au dépourvu.La déesse restait très calme, un air presque désolé qui ne présageait rien de bon.

"Mon enfant, j'ai entendu tes prières, mais je ne peux défaire ce qui a été fait ... Ton corps ne peux plus accueillir progéniture en son sein, tu ne sentiras jamais la vie grandir en toi, en revanche, j'ai un présent pour toi."

L'immense sirène brandit son auriculaire dont l'ongle semblable à une immense griffe aiguisée vint perforer la base de son sein gauche pour remonter jusqu'à l’auréole de son téton. Un flot de sang se déversa en un immonde gargouillis visqueux, la main libre d'Azura Mira se referma sur quelque chose, présentant son poing fermé à la femme.

"Les liens du sang ne sont pas toujours les plus fort ma fille, voit ton peuple, rappelle toi sa grandeur passée, vos cœurs battent à l'unisson depuis toujours et c'est que qui vous a permis de perdurer. Amazones, vous n'êtes qu'un seul et même être, mais vous vous mourrez. Ce cadeau, c'est pour toi qui m'a tant supplié et c'est pour Toi qui doit retrouver son prestige d'antan."

Ses doigts s'écartèrent pour lui présenter un enfant qui gazouillait gentiment dans son berceau de phalanges. Une belle petite fille rieuse comme la femme l'avait rêvé, avec des cuisses bien potelées et un petit bidon tout rond. Elle resta sans mot dire, des larmes roulant sur ses joues, paralysée par la joie et la peur que ce ne soit qu'une vaste farce. Aussi la déesse avança un peu plus la main.

"Prends notre enfant fille de l'océan, élève la comme la digne fille d'Azuria Mira, donne lui tout ton amour et ta hargne et surtout parle lui de sa mère. Qu'elle n'oublie pas d'où elle vient ni celle qui ne peut rester à ses côtés mais qui veille sur elle et qui lui accorda sa bénédiction. Cette petite créature sera mes yeux."

Un chachouan bariolé de couleur dignes des plus beaux oiseaux tropicaux sorti de sous sa chevelure, et vint hululer au dessus du bébé comme pour se présenter à sa nouvelle maîtresse.
La femme s'avança alors pour lover l'enfant dans le creux de ses bras et posa un genoux à terre pour montrer que sa dévotion était encore plus puissante.

"Je ne vous décevrais pas Dame Azuria Mira, notre fille s'élèvera au dessus des cieux"

Un petit rire cristallin étreignit la gorge de la majestueuse Déesse et elle disparu dans les remous sourds de la mer qui se remit à danser sous le clair de lune."


Beaucoup vous diront que cette histoire est fausse, et ils n'auront pas tout à fait tort mais ce mythe est plus plaisant à entendre que la version originale et que celui qui n'a jamais menti jette la première pierre à Dénève Kaban. Elle était le capitaine du vaisseau "la vicieuse", farouche opposante à la famille Morisotto mais pas moins fidèle à son peuple pour autant. Elle avait été grièvement blessée plus jeune et bien qu'elle ait survécu, son corps fut marqué du sceau de la stérilité, l'éloignement à jamais du sacrement malgré ses qualités reconnues.
Une enfant lui avait bel et bien envoyé suite à ses supplications mais le tableau était moins reluisant qu'elle avait bien voulu le dépeindre. Une créature de la mer lui avait bien apporté une fille, et bien qu'elle soit à échelle humaine, Dénève fut convaincue que cette magnifique sirène à queue de requin était Azuria Mira. Le bébé lui, avait simplement survécu à un naufrage, miraculée, sauvée par une sirène se trouvant étrangement proche des récifs qui avaient déchiré les entrailles du vaisseau. La dame poisson avait laissé sa maîtresse décider du sort de l'enfant. La petite n'était en aucun cas une immaculée conception divine, pas plus que le fantasme d'une société matriarcale où deux femmes pourraient procréer ensemble. En revanche les plus sceptiques ne pourront pas contester la bénédiction divine de la petite, car l'ont aperçu très rapidement qu'elle possédait quelques dons, dont la provenance ne faisait aucuns doutes.En effet, comme tout adorateur de la déesse, elle avait la faculté de respirer sous l'eau et de s'y régénérer, sauf que ces pouvoirs étaient exacerbés. Au point qu'elle se régénère même en dehors de l'eau et qu'elle puisse se doter d'une dentition et d'une queue de requin sans pour autant être une sirène.

Cela dit Dénève l’éleva dans la croyance à cette prophétie, la prédestinant à de grandes choses que le destin lui avait soustrait à l'aube de sa vie. Très vite elle rallia tout son équipages à sa cause qui racontait allègrement autour de lui et à qui voulait bien l'entendre cette merveilleuse histoire. Les femmes qui composaient l'équipage de la vicieuse la traitait comme les autres enfants bien qu'elle était la fille de leur capitaine bien aimée. C'était important pour Dénève qui estimait qu'il fallait faire partie du peuple pour pouvoir le gouverner, il ne pouvait en être autrement car se cacher dans les hautes sphères, c'était un peu s'en éloigner. Aussi la petite Malkane fût priée de se débrouiller seule face aux railleries de ses petites camarades, le respect s'acquiert par soi même et pas en demandant aux grands. Les enfants sont toujours méchants entre eux mais c'était gentillet par rapport à la dureté du monde et nul doute que les jolis sobriquets de "Face de raie", "La morue" ou "Poisson pourrite" contribuèrent à façonner son caractère bien trempé. Un mal pour un bien en somme. Le vilain petit poisson devint une magnifique sirène, "Malkane la lumineuse" supplantant les surnoms peu flatteurs, gravissant les étapes de la vie avec brio, prenant des galons grâce à ses qualités ... et ses défauts. Son surnom lui venait entre autre de la bénédiction divine de la déesse des océans mais aussi de son aura et son charisme. En tout cas, sa position de seconde, elle l'avait acquise à la sueur de son front et avec bravoure, n'hésitant pas à se salir les mains. Hors de question de jouer à princesse poiscaille planquée dans sa tour d'ivoire, ses mérites à elle étaient reconnus et ne découlaient d'aucuns privilèges ni de son sang bleu. Et elle était respectée pour ça au sein de son clan, ses comparses fières de ses prouesses et rassurées de combattre à ses côtés car elle encaissait volontiers les coups pour elle. Sa mère lui avait insufflé une part de rébellion contre le pouvoir en place et elle ne se cachait pas pour faire entendre son avis, d'ailleurs elle se savait ne pas être la seule mécontente. C'était sans gêne qu'elle le faisait savoir aux autres équipages que sur la vicieuse on ne soutenait plus la famille Morisotto, se rallieraient celles qui voudraient. Mais plus que la parole, il fallait des actes, cela se traduisait par une activité de piraterie intense, presque deux fois supérieur aux autres équipages, l'or et les pierres précieuses s'amoncelaient mais c'était loin d'être suffisant. Il leur fallait une économie, des bateaux, des recrues, de compétitivité en soit, si elles continuaient de stagner de la sorte, elle se ferait bouffer toutes crues, probablement réduites en utérus de la piraterie. Mais Malkane ne faisait pas l'unanimité au sein des amazones, parce que le chamboulement faisait peur, parce qu'elle était trop fanfaronne, trop jeune aussi ou tout simplement parce que Tatiana attirait la sympathie. Qu'à cela ne tienne, si la majorité ne la soutenait pas encore, elle allait créer sa majorité. Elle exposa ses idées à sa mère qui la sut fin prête pour prendre sa succession et lui laissa le commandement de la vicieuse un peu avant la mort de la reine mère. Dénève s'occuperait des femmes à former à terre pendant que Malkane mènerait une campagne de recrutement ardue dans tout Terra. La nouvelle reine en place ne tenta rien pour l'arrêter, trop occupée à se chercher un bougre pour concevoir sa future bonne à rien. Oui ce concept la faisait vomir quand on savait que l'Aile ténébreuse menaçait d'attaquer à tout moment, au diable les amourettes, place à l'action ! Le pacte avec le dédain n'était pas une mauvaise chose, mais c'était trop peu et tardif, il y a longtemps que la famille Morisotto aurait dû réagir. Rien ne pourrait arrêter sa tentative de putsch, pas de machine arrière envisageable, il fallait avancer coûte que coûte.


Citation :
« Le vilain petit poisson devint une magnifique sirène, "Malkane la lumineuse" supplantant les surnoms peu flatteurs, gravissant les étapes de la vie avec brio [...] »

Raconte le premier fait d'arme en mer de Malkane, qui a fait d'elle non plus la « morue » mais bien la « lumineuse ». Il pourra s'agir d'un abordage, d'une attaque d'un clan ennemi, d'un sauvetage...etc.


Dans la réalité

Âge : majeure et vaccinée
Avez-vous déjà fréquenté d'autres forums, si oui lesquels ?
Vos passions :
Votre avis sur le forum?
Comment avez vous connu le forum? reroll de Calliste MANDRA
Phrase fétiche :
Crédit avatar :


avatar


Humain

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte :
Vitesse de réponse :


 
Page 1 sur 1