Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 [En cours] Une rencontre, un entraînement, une amitié ? [PV Elwing]

 
Ven 29 Aoû - 16:28
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5096-kolima-aeon

La cité des arbres, plus jolie ville de Terra si l’on exclus Sen’Tsura. Les elfes étaient partout, et logique étant donné que j’étais chez eux. J’ai pris la direction du palais pour des raisons obscures, par envie de rencontrer la reine ou juste pour observer allez savoir, j’étais là et c’était déjà bien. Les températures étaient en baisse, et je n’avais aucune envie de faire des missions en ce moment. L’hiver était là et j’étais en forêt pour mon propre plaisir. J’entendais des bruits de lame s’entrechoquant, j’allais vers la zone d’où venait cette douce mélodie, en arrivant je constatais qu’une demoiselle cherchait un adversaire, et elle était d’une beauté à couper le souffle. Je m’assurais que mes traits étaient bien dissimulés sous ma cape et m’avance. Je la regarde droit dans les yeux remarquant que tout les autres s’étaient stoppés, je prends une profonde inspiration avant de dire le plus calmement du monde :

« Si vous avez des difficultés à trouver un camarade pour votre entraînement, je suis disposé à vous affronter, enfin, à condition que vous acceptiez. Avant toute choses, je vais vous avouer que je suis le griffon, de la Néo-Voëlkara. »

je m’incline légèrement avant de l’observer attentivement, et comment pourrait détourner le regard, elle était séduisante. Une beauté elfique au diapason de ses origines. Ses cheveux d’un blond magnifique me poussaient au changement, son visage de très jeune femme faisait fondre ce qui me restait de cœur, ses yeux me font comprendre qu’elle est plus âgée qu’elle n’en a l’air et qu’on est pareil au niveau caractère profond. Même si elle est plus petite que moi, elle est un adversaire de taille de toutes évidences, et ce qui accentue mon trouble sont ses courbes parfaitement dessinées, limite on aurait dit une princesse… et je n’étais pas trop loin du compte. Mon instinct me dit de scanner son aura, chose que je fais à l’aide de mon œil gauche. Elle avait une aura séculaire, et imprégné de lumière ainsi elle était une soigneuse. Je cligne des yeux pour dissiper ma concentration, et cette fois je regarde son arme : un sabre, donc au niveau de l’allonge j’étais pas le plus avantagé avec ma lame courte.

Un sourire était déjà dessiné sur mes lèvres, j’avais une idée un peu tordue. J’étais pas spécialement méchant et cette idée ne parait malsaine que dans les esprits mal tournés :

« Et j’ai un petit défi, le perdant devra un service au gagnant. Ainsi ce petit combat sera plus… attrayant, et on ira sans trop de retenue »

L’objectif était simple, si je remportais la victoire, je lui demanderai de devenir mon amie, ainsi je passerai pour quelqu’un de correct après avoir passé pour autre chose.


Thême:
 



"#0066ff : Les paroles d'Aeon"







avatar


Esper

Partie IRL
Crédit avatar : Tratair ^^
Double compte : Wode Everhatt & Siryë
Vitesse de réponse : Variable mais souvent rapide


Ven 29 Aoû - 18:54
Voir le profil de l'utilisateur
Elwing saluait son précédent adversaire d’un signe de la main tout en essayant de reprendre son souffle. Elle s’échina ensuite à remettre une sangle de son brassard qui avait glissée sur son pouce. La reine était en armure légère elfique. Une armure complète dont la matière ressemblait à la chitine lorsque le soleil daignait révéler l’iridescence de ses plaques impénétrables. Bien que fragile, elle restait légère. Une armure incontournable pour beaucoup de corps d’armée elfique.

La reine retira son casque pour resserrer sa sangle trop lâche. Elle se moquait bien d’être reconnue par ses sujets car ses entrainements parmi les guerriers n’étaient plus un secret pour personne. Tout le monde avait appris à distinguer sa silhouette et les elfes lui rendaient hommage alors même que son casque dissimulait ses traits. Lorsqu’elle eut fini de réajuster son armure, elle remarqua un jeune humain qui l’interpellait, ou du moins supposait-elle que c’en soit un. Le casque sous son bras, elle l’écoutait se présenter, mais elle ne connaissait que sa guilde Néo-Voëlkara ; une sorte d’organisation d’aventurier.

-J’accepte d’échanger quelques passes avec vous, griffon, rétorqua-t-elle à défaut de connaitre son vrai nom.

Elwing n’était pas sûr que le jeune homme sache contre qui il se battait. S’inclinait-il juste par déférence pour son adversaire ou pour son titre ? Quoiqu’il en soit, son ton était bien trop familier pour s’adresser à une reine. Une chose dont Elwing ne se formalisait pas. Du moins, pas ici, sur ce terrain d’entrainement. Mais tout de même, si le griffon ne savait pas encore quelle personnalité se trouvait face à lui, il allait très vite être mis au courant. En effet, quatre gardes elfique portant le tabard royal de Drayame encerclèrent le jeune homme. L’un de ceux qui se trouvait dans son dos posa une main sur son épaule pour l’immobiliser et pendant que les autres se mettaient à le fouiller avec minutie à la recherche de poignard ou d’autres armes dissimulées, il se mit à proférer des mises en garde sur le même ton qu’un membre des forces de l’ordre vous lisant vos droits avant de vous incarcérer.

-Les armes létales sont interdites en présence de sa majesté, commença-t-il. Vous armes vous serons rendu dés que vous ne serez plus à proximité. Nous n’hésiterons pas à intervenir si le combat dégénère alors soyez maitre de vos actes.

Le jeune homme lui confia alors son épée qu’un garde remplaça par une autre de la même facture mais passablement émoussée. Le garde lui lâcha finalement l’épaule et lui lança un dernier regard soupçonneux montrant qu’il n’avait aucune envie que cet inconnu approche de sa reine. Il se retira pourtant avec un reniflement agacé et le laissa seul avec la reine qui approchait d’un pas nonchalant, le sabre, lui aussi émoussé, battait des hanches aux courbes prononcées et généreuses qu’une démarche roulante ne dissimulait en rien. Sa posture élégante indiquait que le combat n’avait pas commencé, car il lui fallait d’abord répondre au défi qu’il lui avait lancé. Elwing s’arrêta juste avant de devoir lever son regard sur l’interlocuteur qui la dominait presque d’une tête.

-Cette offre n’est pas très équilibrée sachant que les services que je peux vous rendre sont bien au-dessus de tout ce que vous ne pourrez jamais faire pour moi, vous ne pensez pas ? Lui demanda-t-elle avec une douceur presque angélique. Quoique…

Elwing lui décocha un sourire joueur tandis qu’elle braquait ses mires océans sur le jeune homme. Il disposait d’un certain charme qu’il était difficile d’ignorer. Profitant de sa petite taille pour remplir son regard levé avec une certaine fraicheur innocente, elle remonta le lien invisible qui les séparait. Sa longue chevelure de soleil liquide bouclait sur son armure étincelante, illuminant un sourire qui s’accentuait toujours plus.

-Vous me devrez quelque chose d’autre, lui murmura-t-elle avec langueur. A moins que je ne le prenne moi-même.

Un doigt se mit alors à glisser sur la poitrine de l’humain. Il remonta en louvoyant entre les aspérités du vêtement qui n’était que frôlée par la douce phalange au teint albâtre, jusqu’à son cou dénué de tout protection contre la douceur de ses caresses. C’est alors que le poing de la reine se ferma et plongea sur le menton du jeune homme, son gantelet renforcé s’écrasant durement sur sa mâchoire. Elwing y mettait toute sa force pour repousser le jeune homme et lui laisser le temps de dégainer son sabre.

-Le combat a commencé, griffon.


avatar


Elfe

Partie IRL
Crédit avatar : Aleksei Vinogradov/me
Double compte : nope
Vitesse de réponse : environ 1 semaine


Ven 29 Aoû - 20:25
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5096-kolima-aeon
La quoi ? Attends, la Reine ! Oups… Bon bah, je leur laisse ma lame courte d’argent en leur lançant un regard signifiant que si elle est abîmée, ils auraient mal. Hum, quelque chose de mystérieux, ça me va. Mes yeux bleutés plongés dans les siens. Voyant que j’allais me prendre un coup au menton, j’encaisse calmement et fait trois pas en arrière. Un sourire amusé se dessine lentement sur mes lèvres, la danse commence et je compte bien gagner. Je dégaine et fait tournoyer la lame d’emprunt avant de ramener mon bras gauche vers mon épaule droite –Aeon est ambidextre mais manipule sa lame avec la main gauche en général– la lame le long de l’avant bras. Le pied droit en avant et le gauche me servant d’appuis, la main droite en avant comme si je manipulais une deuxième arme. Toute émotion s’efface de mon visage et je dis calmement :

« Ne vous retenez pas parce que j’ai l’air humain, vous risqueriez de perdre. Comme je suis quelqu’un de loyal je vais vous prévenir dès maintenant que ma vitesse peut dépasser de loin ce que vous êtes capable d’imaginer… »

Je savais qu’elle n’y croira pas à moins que je lui prouve, ce que je ferai si le challenge est de taille. Je lui fais un clin d’œil avant de lancer l’assaut avec un coup de poing dans l’épaule droite, assumant la violence du démarrage, je vois sa lame filer vers moi, je la bloque in extremis, d’accord elle est rapide. Je souris, repousse sa lame et fait trois pas en arrière avant de reprendre ma posture de départ, cherchant une faille et sachant qu’on est quitte pour le premier coup. J’ai compris bien vite que je devrais user de ma forme de la fuite, ce que je fais discrètement et arrive au contact en une fraction de seconde et tentant une attaque, rapidement bloquée et je relâche ma forme de la fuite, un léger sourire sur les lèvres. Je savais qu’elle me demanderai comment j’ai fais ça et je lui répondrai… peut-être. Continuant de maintenir les lames croisées, j’attends qu’elle continue la danse.


Thême:
 



"#0066ff : Les paroles d'Aeon"







avatar


Esper

Partie IRL
Crédit avatar : Tratair ^^
Double compte : Wode Everhatt & Siryë
Vitesse de réponse : Variable mais souvent rapide


Dim 31 Aoû - 12:51
Voir le profil de l'utilisateur
Elwing s’agaçait du discours du jeune homme. Pour elle ce n’était que fanfaronnade. Et même si c’était vrai, elle ne voyait pas l’intérêt d’indiquer à son adversaire un avantage qui pouvait s’avérer décisif pour arracher la victoire. Loyal, honorable, c’était des mots vides de sens inventés par les humains pour se donner un semblant d’importance, ou pour précipiter leur trépas déjà imminent. Les elfes, ou du moins Elwing, n’avait pas besoin de s’encombrer avec ça. La victoire est la seule chose qui importe.

Après une série de passes, le griffon décida enfin de lui montrer sa prétendue vitesse. L’homme fonça sur elle et elle eut à peine le temps de lever le sabre qui para miraculeusement une attaque. Elle l’avait levé par instinct sans ayant vraiment pu voir le coup du jeune homme tant il était rapide. Les épées se croisèrent et restèrent ainsi tandis qu’Aeon la regardait avec un petit sourire aux lèvres. Sans doute était-il satisfait d’avoir pu surprendre son adversaire, car effectivement, Elwing remerciait intérieurement sa bonne étoile. Mais elle ne se laissa pas déboussoler très longtemps. Dans un monde de magie, il fallait s’attendre à tout.

-Il semblerait que Néo-Voëlkara dispose de quelques éléments intéressants, j’y penserai peut-être quand j’aurais besoin d’un larbin pour me servir de valet, lança-t-elle avec une colère à peine contenue.

Elwing ne souriait plus et adoptait un air concentré, presque figé dans une colère froide et maitrisée. C’était une des fameuses tempêtes de la reine colérique. Un rien suffisait à mettre le feu aux poudres. L’arrogance de cet homme l’énervait au plus haut point. Une furieuse envie de verser le sang s’imposa chez la reine.

L’elfe lança une succession d’attaque qui ne visaient nullement le corps de sa cible, mais uniquement sa tête pour redécorer ce visage d’une pointe de carmin qui lui ferait passer ce petit air suffisant. Sa longue lame fut bloquée lors d’un coup de taille rageur mais Elwing n’en avait pas fini. Elle profita de l’élan pour se laisser glisser vers le jeune homme, faisant crisser l’acier qui ne s’arrêta que lorsque les deux gardes s’entrechoquèrent. Avec un gémissement d’effort qui vibrait encore de rage, elle pivota jusqu’à ce que son dos se colle au torse du jeune homme et tenta un coup de coude dans son menton.




avatar


Elfe

Partie IRL
Crédit avatar : Aleksei Vinogradov/me
Double compte : nope
Vitesse de réponse : environ 1 semaine


Lun 1 Sep - 13:48
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5096-kolima-aeon
Ma parole, c’est qu’elle se débrouille bien. Dommage que la colère ne soit qu’une fausse amie en combat. Les gardes de nos lames se sont touchées et elle semblait décider à me frapper à nouveau. J’hésitais, ses gardes risquaient de m’en vouloir d’y aller avec toute la force nécessaire, mais en un sens ça devenait plus intéressant. Alors c’est partit je suis tout à fait navré d’y aller avec de telles extrémités mais je n’avais plus vraiment le choix. J’encaisse son coup de coude au menton calmement et fais deux pas en arrières, et elle a enchaîné avec d’autres attaques, j’ai plus le temps de réfléchir aux conséquences. Je pare deux coups et me déplace sur la droite avant de donner un coup de pied qui est bloqué vite. Je repose le pied à terre avant d’attaquer avec des petites tailles rapides qu’elle pare rageusement. J’émets un petit rire amusé, malgré un certain manque de maîtrise d’elle, elle est bien douée. Je fais deux sauts en arrière, avant d’utiliser la forme de la fuite, de la charger et de me servir de mon pied droit comme pivot pour lui passer dans le dos. Je pose ma main droite sur son épaule gauche et la pointe de ma lame contre sa nuque. Je reste comme ça deux secondes avant de faire deux sauts en arrière et de dire :

« S’énerver ne mène nulle part dans un combat. Restez maîtresse de vous et vous dominerez vos opposants. Si vous désirez continuez, je suis toujours prêt pour une deuxième manche. »

Je souriais, je savais qu’elle ne serait pas satisfaite par juste cela, je fais tournoyer la lame courte d’emprunt le sourire aux lèvres, j’étais arrogant mais pas sans raisons.

* Aeon… tu vas le regretter, ton arrogance n’est pas une alliée. Tu as vaincu des Lycans, mais par chance uniquement.
- Je sais Nexar, je sais. Seulement, j’ai bien envie de m’amuser, pour une fois que je tombe sur un adversaire de mon niveau ou presque.
- Oui, mais sans ton pouvoir tu n’es rien. Et tu le sais très bien, donc ne vas pas trop vite en besogne. Tu veux une amie, choisis quelqu’un d’autre, elle est une Reine !
- Je ne vois pas le problème personnellement. Elle est belle, talentueuse et visiblement gentille. De plus je te rappelle que les rangs sociaux n’ont aucun sens pour moi. *

Je souris, avec dans le regard aucune malice, aucune animosité, juste un profond respect mêlé d’une attirance. J’attendais sa réponse, sourire aux lèvres. Un sourire amical, un sourire agréable à voir, un sourire qui réconforte.


Thême:
 



"#0066ff : Les paroles d'Aeon"







avatar


Esper

Partie IRL
Crédit avatar : Tratair ^^
Double compte : Wode Everhatt & Siryë
Vitesse de réponse : Variable mais souvent rapide


Mar 2 Sep - 11:46
Voir le profil de l'utilisateur

Les coups pleuvaient, certains accompagnés d’un gémissement d’effort lorsqu’Elwing mettait toute sa force et sa détermination dans le combat. Pourtant, ce n’était pas toujours suffisant. Son adversaire réitérait le coup qui avait failli marcher un peu plus tôt. Encore une fois, Elwing releva son sabre pour parer une attaque de front mais fut surprise de ne pas sentir le choc de l’acier. Son regard suivit la pointe de la lame qui était pointé sur sa nuque et remonta le long de la lame pour croiser l’air satisfait de son adversaire.

Fier comme un paon de la petite victoire qu’il avait réussi à décrocher, le jeune homme échappa à une possible contre-attaque. Il se permit même un conseil sur l’art du combat, sans doute inspiré de sa très longue expérience sur le sujet. Pourtant, Elwing ne s’en empourprait pas. Si son but était de l’humilier, la jeune femme, depuis le temps qu’elle combattait, en avait vu d’autres. C’est donc avec un calme étrangement mélancolique qu’elle lui répondit :

-Avez-vous déjà fait la guerre, griffon ? … Lorsque vous serez immobilisé par la douleur, brisé par la défaite et encerclé par la mort. Vous serez bien content qu’elle vous embrasse cette belle colère, car il n’y a pas de meilleur remède à la peur.

Un voile passa sur le visage de la souveraine. Pendant un petit instant, elle n’était plus là, plongée dans les fantômes du passé. Des souvenirs qui ne regardaient qu’elle. Puis, Elwing leva doucement son visage vers le jeune homme. L’elfe était toujours en colère, elle y était presque habituée à ce venin chaud qui circulait dans ses nerfs pour enflammer ses sens. Il chassait le doute, l’angoisse et même le désespoir, car sinon, Elwing avait peur. Elle avait peur tout le temps…

La reine s’agrippait à son sabre jusqu’à faire blanchir ses phalanges. La lame elfique usée jusqu’à la corde, fut ramener avec grâce devant elle. Il y eut une seconde d’hésitation où ses muscles fins et nerveux se bandèrent, prêts à passer à l’attaque, mais elle planta plutôt le sabre dans le sol. Ensuite, avec nonchalance, elle commençait à retirer les sangles qui maintenaient en place ses gantelets.

C’était le signal. Comme une nuée d’abeille attirée par la plus belle des fleurs, les quatre gardes elfes s’agglutinèrent autour de leur reine qui disparut derrière une large épaisseur de cuirasse. Ils s’affairaient à retirer les sangles qui maintenaient en place son armure. Comme les ailes d’un papillon débarrassé de sa chrysalide, sa robe aux allures de fleur de Lys se déployait autour d’elle. Le vêtement ne semblait pas composé de tissu, mais de la matière à la fois souple et rigide des fibres végétales. Les pétales blancs auparavant enroulés autour de ses jambes, reprenaient leur place pour former une auréole d’ivoire et d’argent autour des chevilles graciles de la souveraine. La fleur renversée qui habillait Elwing s’étirait à sa base en de petites tiges d’or qui s’enroulaient autour de ses hanches prononcées pour pouvoir prendre appuie sur sa taille fine. Elles y formaient des arabesques complexes sur la peau albâtre de son ventre puis glissait sur sa poitrine où s’épanouissaient des feuilles aussi blanches que les pétales.

L’épéiste froide avait laissé la place à la reine d’un peuple connu pour sa beauté et sa grâce. Ce dont Elwing était la digne représentante. Le papillon, enfin sorti de son cocon, s’écarta de ses gardes et marcha en direction d’Aeon. Sa démarche était plus élancée et élégante, moins féline et ramassée, la guerrière avait totalement disparu au profit d’une petite beauté blonde. Ses cheveux d’or cascadaient dans son dos tel des filets de soleil liquide qui ondulaient à chacun de ses pas. Lorsqu’elle fut arrivée au niveau du garçon, elle s’arrêta quelque instant.

-Marchons, lui glissa-t-elle avec une douceur et une fragilité inconnues d’Aeon.

Si ce mot ne parvenait pas à attirer le jeune homme, le parfum qu’elle libérait sur son passage s’en chargerait ; douce flagrance sucrée qui avait fait tourner la tête à plus d’un homme. Pendant quelques instants, elle ne dit pas un mot, laissant les lumières erratiques qui parvenait à percer la frondaison de la forêt, illuminer successivement les divers échantillons de sa beauté. Son regard nonchalant ne se posait toujours pas sur Aeon, flânant plutôt sur les splendeurs de Drayame.

-Vous avez gagné, affirma-t-elle. Qu’allez-vous me demander, griffon ?

Enfin, son regard bleu effleura le garçon. Elle était plein de malice mais gardait tout de même une réserve prudente. Elwing voulait bien jouer avec Aeon. Pour l’instant…




avatar


Elfe

Partie IRL
Crédit avatar : Aleksei Vinogradov/me
Double compte : nope
Vitesse de réponse : environ 1 semaine


Mar 2 Sep - 17:07
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5096-kolima-aeon
Elle m’a parlé de la guerre, alors que je lui parlais de cette situation bien précise, même si elle a raison en soit. En combat singulier je suis fort uniquement grâce à mon sang froid et mes talents cachés. Au moment où les gardes l’entourèrent pour la changer, je rengainais cette lame courte émoussée avant de l’envoyer à un jeune. Je soupirais, ignorant ce que je pouvais faire. J’ignorais comment je pourrais lui annoncer que je ne voulais que son amitié. Je la vois venir vers moi et me proposer de marcher, mais j’étais trop sidéré par sa grande beauté que je ne compris pas, la suivant uniquement pour les senteurs surprenante qui émanaient d’elle. Elle semblait à la fois si forte et pourtant si fragile… tout m’ordonnait de la prendre contre moi et de lui susurrer des mots doux, mais je me contins, trop de personnes regardaient. Je me mis à marcher à sa hauteur quand elle me posa la question que j’attendais et redoutais à la fois. Je pris une profonde inspiration avant de répondre calmement :

« N’ayant pas le pouvoir d’influer vos sentiments, je ne vous demanderai que cette simple chose : une amitié. J’aimerais que nous soyons amis, et plus si vous le désirez. –j’avais bien insisté sur le vous, pour qu’elle comprenne que le service se limite à l’amitié, et que s’il y a plus c’est par affinité– Bien entendu, je n’espère pas trop, et être juste votre ami me suffira largement. »

Je croisais timidement son regard, de peur qu’elle ne lise dans mes pensées les plus sombres, c’était la seconde personne après Ashae à me faire tourner la tête, seulement je ne peux me permettre d’aimer Ashae qui est ma supérieure, alors qu’elle… elle est reine certes, mais je n’appartenais à aucune nation. J’étais si libre et pourtant… les dieux sont généreux, mais il ne faut jamais s’attirer leurs foudres, chose pour laquelle j’ai visiblement un don. Je souris avant de dire :

« Je me doutais que beaucoup de personnes auraient demandé autre chose, mais je ne peux et ne veux être un fardeau ou profiter d’une victoire obtenue parce que j’ai un pouvoir spécial. Bien entendu j’aurais pu demander votre amour, mais je ne veux pas forcer votre cœur à m’aimer. Bien sûr j’aurais pu demander un rôle dans votre garde, mais ça n’aurait pas été juste. Alors je ne demande que ceci, votre amitié. »

Elle était séduisante, mais Nexar avait raison dans le fond, c’était une reine. Et je n’étais qu’un roturier, selon leur classement. Un Esper qui plus est. Je devrais éviter d’espérer, si ça se finit dans un lit tant mieux sinon je ne dois pas me morfondre. Elle mérite bien mieux que moi, et quand bien même elle aurait des sentiments pour moi, il n’est pas garantit qu’elle me propose de rester à ses cotés. Alors mes espérances, autant les garder. Je la dévorais des yeux en attendant sa réponse, ou du moins une réponse. M’attardant sur courbe de ses hanches, puis sur ses cuisses, pour finir par plonger mon regard dans le sien. Je me noyais dans ses yeux, dont le bleu plus foncé que celui des miens me rappelait les océans. Leur beauté et leur pureté me donnaient l’impression de nettoyer mon âme, je me sentais pardonné d’avoir fait mon deuil.

Je finissais par sourire presque amoureusement, mon cœur me faisant l’impression d’être liquide et mon sang d’être sirupeux. Un peu plus et je me prendrais à commencer à fantasmer, mais mes sentiments se doivent d’être contrôler autrement mon pouvoir risque d’être instable. Devais-je lui dire ? Devais-je lui expliquer ce que je suis et ce dont je suis capable ? Non, il était encore trop tôt enfin…

* Ma parole, c’est que tu deviens indécis. Tes sentiments te font perdre l’esprit, ou tu es juste trop aveugle pour les reconnaître ?
- Que veux-tu dire par là Nexar ? Que sous-entends tu encore ?
- Rien, je constate juste que tu n’es pas franc avec toi-même. Tu te voile la face, et te mens honteusement pour protéger ton cœur d’une armure plus dure que toute les armure du monde réunies. Seulement, tu dois te rendre à l’évidence, ton cœur est partagé entre Ashae et son coté sauvage, et Elwing dont la beauté t’allège de ta haine et de ta peur.
- Je ne comprends pas, qu’insinue-tu par là ?
- Le sot ne peut comprendre, tu n’es pas encore prêt pour la dernière étape, mais en un sens tu n’as fait que le premier pas pour le moment, il est donc logique que tu ne sois pas tout à fait prêt.
- Tu voudrais que je me décide dès maintenant, n’est-ce pas ?
- Tu verras, Aeon. Tu verras. *


Cet énergumène est toujours aussi intrigant. Peu importe, je dois me concentrer sur cette Reine magnifique, et écouter ce qu’elle a à répondre à ma demande.


Thême:
 



"#0066ff : Les paroles d'Aeon"







avatar


Esper

Partie IRL
Crédit avatar : Tratair ^^
Double compte : Wode Everhatt & Siryë
Vitesse de réponse : Variable mais souvent rapide


Jeu 4 Sep - 13:26
Voir le profil de l'utilisateur
Elwing s’amusait avec son invité. Ce n’était que par curiosité qu’elle lui avait demandé ce qu’il attendait d’elle, car il y avait bien peu de chance pour que ça lui soit accordé. La reine n’était pas d’humeur généreuse en tout temps et encore moins avec les étrangers. Elle n’avait d’ailleurs rien promis et avait même mis en évidence le déséquilibre de leur petit pari. Alors qu’allait-il lui demander ? De l’or ? Un travail ? Des informations ?

Un sourcil aussi fin qu’un coup de pinceau se haussa légèrement tandis que les mires azurées obliquèrent pour se poser discrètement sur le jeune. Un regard en coin fort surpris. Elwing ne s’attendait pas à une telle demande. L’amitié. Se rappelait-elle encore de ce dont il s’agit ? Les rois et les reines n’ont pas d’amis et encore moins d’amour. C’était trop dangereux. Elwing appartenait à son peuple et ne pouvait pas n’être la possession que d’un seul homme, même si c’était une chose qu’elle voulait ardemment. Depuis son plus jeune âge, en tant qu’héritière du trône, elle savait que sa vie ne lui appartenait pas. Ce que demandait l’humain était impossible. Le fardeau qui pèse sur ses épaules est trop précieux pour qu’elle se risque à le partager.

-C’est une demande très inhabituelle, déclara-t-elle dans un léger gloussement. Mon amitié, rien que ça. Et Je suppose que vous êtes totalement désintéressé ? Votre demande n’a rien à voir avec le fait que je suis reine.

Elwing avait nombre de prétendants, qu’ils la veuillent elle ou son trône, elle n’était pas sotte au point de se laisser charmer par le premier quidam en quête de prestige ou de pouvoir. Celui-là était très étrange à la courtiser de manière si crue. Encore heureux qu’il n’ait pas demandé son amour. Ce n’est pas le genre de chose qui se demande mais qui se conquiert, tout comme l’amitié. Même si de l’avis d’Elwing, le jeune homme perdait son temps. Au mieux pourrait-il obtenir sa sympathie et son respect. Ce qui n’était pas gagné d’avance. Les mots glissent sur elle comme la pluie sur de l’ardoise, seuls les actes comptent. Mais ce n’est pas encore suffisant. Deux âmes sœurs destinées à s’aimer devant les dieux et les hommes peuvent très bien devenir les pires ennemis du monde en fonction de la cause qu’ils ont embrassé. Quant à la neutralité ce n’est qu’une chimère, l’apanage de ceux qui n’ont pas encore été obligé de choisir. Cela faisait d’ailleurs naitre une question dans l’esprit de la souveraine.

-A moins que vous ne soyez un fidèle serviteur de l’Empereur désireux de recueillir la sympathie de ces partisans ?

Cette fois Elwing tourna complétement son visage vers lui. Elle voulait voir la réaction du jeune homme à ses mots. Le but étant bien sûr de voir ce qu’il pensait de l’Empire, car c’était quelque chose qu’elle ne pouvait demander directement sans se voir servir une platitude sans intérêt.




avatar


Elfe

Partie IRL
Crédit avatar : Aleksei Vinogradov/me
Double compte : nope
Vitesse de réponse : environ 1 semaine


Dim 14 Sep - 16:06
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5096-kolima-aeon

Une demande désintéressée, c’en était bien une, car en tant qu’Esper je ne pouvais espérer appartenir à quelque rang que ce soit. Et de toutes façons je ne le voudrais pas, la liberté est une chose précieuse et je tiens tout particulièrement à la mienne. Beaucoup pense que la neutralité est un mensonge, mais je suis la preuve vivante qu’ils se trompent, observateur de l’équilibre et défenseur de cette balance. La seule condition qui m’obligera à prendre part au conflit est celle qui impliquera un démarrage du déséquilibre, et ça ne sera pas le cas. Ce n’est pas que j’ai confiance en ce maudit Démon, mais je sais que Zelphos ne les laissera pas perturber ses plans. Qu’importe, là n’est pas la question, je sais qu’elle se demande pourquoi je désire son amitié, et je n’ai qu’une raison, je suis un Esper, né parmi des Espers, et haït de mes semblable, Espers comme Humains, voilà ce que j’allais lui répondre :

« Je ne suis pas un larbin d’Aile Ténébreuse, et si j’étais un membre de l’empire je serai plutôt l’élève de Zelphos. Après tout, je manipule une source. Seulement, Je suis un humain sans en être un. Comment l’expliquer… et bien, je suis né dans un village peuplé d’Esper, j’en suis moi-même un. Mon pouvoir m’a juste attiré la haine de mes semblables. Les humains étant… un peu étroits d’esprits, ils m’ont aussi rejeté parce que je suis un Esper. Je n’ai jamais eu d’amis à cause de ça. C’est la raison majeure qui justifie ma demande. Ensuite, pour moi vous pourriez être une roturière ou la dirigeante du monde que ça aurait rien changé. Le rang social n’a aucun sens, c’est juste un titre que les gens s’attribuent en pensant être le réel propriétaire d’un lieu ou d’une espèce. Tu as mon respect, non pas parce que tu es une dirigeante, mais parce que tu es gentille, belle et juste assez méfiante. »

En sois j’avais avoué tout ce que je pensais d’elle, plus ou moins. Je n’étais pas sûr de comprendre pourquoi Nexar voulait prendre le contrôle, et je ne le laisserai pas faire, c’est ma vie et je la manipule comme je le désire, du moins c’est ce que je croyais à ce moment, et comme je me trompais, car il prit le dessus avec une déconcertante facilité, chose qui fit ressortir toute la magie environnante et colorai mes yeux d’un bleu plus clair que jamais, et il me poussa à la regarder :

« Ce que celui que tu appelle le griffon essaye de vous expliquer, c’est que son cœur vous appartient d’or et déjà, mais que votre rang n’a rien à voir dans tout cela. Votre grâce et votre beauté ont juste fait leurs offices, ce que vous devez savoir, c’est qu’il est devenu mercenaire car tous le rejetaient, et qu’il a cédé à la facilité. Et concernant ce qui est apparu quand j’ai pris le dessus n’est autre que de la magie sous sa forme pure, et que ce n’est pas dangereux. Bref, sur ce, moi Nexar, vous laisse avec votre ‘griffon’ »

Merci Nexar… je crois qu’enfoncer les portes ouvertes devient ta spécialité, mais qu’importe. Je repris le dessus et tout redevint normal, et un léger mal de tête commença à poindre. Ma voix se fit hésitante et je terminais ainsi mon enchaînement de réplique :

« Désolé pour tout ça, mais quand il veut dire quelque chose il prend le dessus sans difficulté. Son pouvoir est le même que le mien, mais il a un meilleur contrôle… »

Je sombrais dans les méandres de mes sentiments, tout en écoutant ce que la douce Elwing avait à répondre à ma tirade des lamentations.


Thême:
 



"#0066ff : Les paroles d'Aeon"







avatar


Esper

Partie IRL
Crédit avatar : Tratair ^^
Double compte : Wode Everhatt & Siryë
Vitesse de réponse : Variable mais souvent rapide


Lun 15 Sep - 11:22
Voir le profil de l'utilisateur
Quel jeune homme étrange et torturé ! Il semblerait qu’il soit plus complexe qu’Elwing l’aurait supposé au premier abord. Cependant, le soudain passage au tutoiement pour s’adresser à elle l’avait immédiatement braqué, comme une aiguille venant piquer sa taille, un léger sursaut l’avait secoué. Ses grands yeux bleus s’étaient aussitôt arrondis sous l’effet de la surprise car cela faisait des années qu’on ne l’avait pas tutoyé. Une petite ride de mécontentement apparue entre ses fins sourcils et elle s’apprêtait à lui faire remarquer son manque de déférence envers la reine des elfes par un avertissement glacé, mais sa colère fut douchée par l’intervention de Nexar, dont les révélations étaient pour le moins surprenantes.

Ca ne faisait rien pour améliorer son humeur. Bien au contraire, cette situation commençait à l’agacer au plus haut point. Son regard abyssale se détourna un instant pour se calmer en appréciant la beauté du jardin dans lequel ils entraient à force de marcher. Il ne ressemblait en aucun cas aux jardins des humains qui multipliaient les plantes et les couleurs pour faire croire à leurs visiteurs qui évoluent dans la nature. Ce but n’aurait pas de sens chez les elfes, leur jardin se trouvant déjà dans un espace naturel. Il s’agissait plutôt d’un lieu de performance végétal, comme si toutes les plantes et la magie de la forêt s’étaient rassemblées pour exprimer tout leur art et leur talent. Les arbres rivalisaient de courbures comme dans un ballet figé, tandis que les fleurs bien loin de se limiter aux banales couleurs, luisaient d’un panel de lumière bleutée, rose et verte au point de ressembler à l’univers féérique de Flore. Même l’immense branche - où se trouvait le jardin - de l’arbre principale de la ville qui soutenait également le palais, s’était sentie obligé de participer à ce concours de merveille. Le sol d’écorces était parcouru par une multitude de lianes vertes s’entremêlant aux racines brunes dans un tel mélimélo d’enchevêtrement qu’on aurait pu croire qu’il avait été sculpté.

Pourtant, cela n’avait que peu d’effet sur l’humeur sombre de la souveraine. Le tutoiement n’avait sans doute pas aidé, même si le garçon était maintenant repassé au vouvoiement rendant toute remarque sur le sujet inutile. C’était plutôt sa déclaration qui l’agaçait, ainsi que l’envie d’éclaircir certains points quant à sa royale fonction.

-Je ne suis pas propriétaire de mon peuple, c’est moi qui suis sa propriété exclusive. Ma vie appartient à ses terres et à ceux qui y vivent. Chacun de mes actes et de mes mots n’a d’autre but que de les servir. Je sais ce qu’est l’amour, car je suis moi-même amoureuse de ceux qui comptent sur moi. J’ai besoin de les protéger, de les rendre heureux, et d’être forte pour qu’ils soient fiers. Votre neutralité n’a rien à voir avec ce sentiment, alors cessez de vous persuader que votre cœur m’appartient. Si c’était le cas, vous me garderiez du mal et œuvreriez pour mon bonheur.

Quelle impudence de lui faire une déclaration juste après avoir clamer sa neutralité ! Juste après lui avoir fait comprendre qu’il se fichait cordialement de ce qui pouvait bien lui arriver ! Car c’est ce qu’est la neutralité : l’inaction jusqu’à un moment décidé arbitrairement où on décide d’intervenir. Trop tard, bien souvent.

Soudain, Elwing se mit devant Aeon, le forçant à s’arrêter. Elle était toute proche maintenant, si petite et frêle devant l’homme qu’elle tentait d’arrêter en faisant rempart de son corps. La colère brillait dans ses yeux et la porcelaine de sa peau se fronçait à chacune de ses paroles. Les gestes secs et rageurs qui accompagnaient son récit dispersaient toujours plus de son parfum floral. Elle était presque mignonne si on n’écoutait pas les mots qui sortaient de ses lèvres rosé, s’agitant comme le battement frénétique des ailes de papillon.

-Ai-je l’air heureuse, Griffon ? Ai-je l’air sauve ? Cracha-t-elle avec colère. Je suis fatiguée des mots et des promesses des hommes.

Elle fit une pause où elle resta planté devant le jeune homme. Ses deux saphirs le défiaient de lui répondre tandis que colère et détresse alternaient au fond de ses prunelles sombres.

-Maintenant allez-vous en, lui ordonna-t-elle. J’ai assez soupé de votre « amour ».

Elwing fit aussitôt volteface. Ses cheveux de blé voltigeaient tels des fouets en colère, congédiant le jeune homme aussi bien que l’aurait fait un revers de la main. Elle s’éloigna ensuite, ne laissant qu’une trainée d’or sur son passage. Elwing s’arrêta à la première fontaine pour se rafraichir et éteindre le feu de sa colère grâce à l’eau claire. Ses gardes étaient restés à l’écart. L’un avait même déjà sorti l’épée d’argent d’Aeon, pensant que le jeune homme allait probablement abandonner et vouloir reprendre son bien avant de partir.


avatar


Elfe

Partie IRL
Crédit avatar : Aleksei Vinogradov/me
Double compte : nope
Vitesse de réponse : environ 1 semaine


Lun 22 Sep - 15:03
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5096-kolima-aeon
Je l’avais énervé… j’étais vraiment pas doué pour parler aux femmes. D’un autre coté elle avait dû être habituée à être vouvouyée, et j’avais horreur de créer de la glace de manière artificielle. Elle avait déclaré que j’étais congédié, donc le griffon était congédié. Il était temps de laisser parler Aeon. Un soldat me tendait mon arme, et une idée germa dans mon esprit malade. Je prenais ma lame, la rangeais et donnais ma valise à la souveraine Elfique. Je me raclais la gorge avant de dire calmement :

« Si vous jugez que j’ai mal choisit ma voie, vous avez l’instrument pour décider de si je deviens un de vos gardes ou si je meurts. Vous avez ma lame, faite d’argent et offerte par celui qui m’a montré la voie que j’ai décidé d’emprunter. La valise qui contient mon arme a été volée à Ciry et après tout un chemin à fini dans mes mains. Je suis un Esper, donc les hommes me rejettent, et ils me craignent autant qu’ils ne me connaissent. L’empire ayant beaucoup de soldats humains ne pouvait m’accepter. Ne parlons pas des Glaces, nous savons tous deux de quoi il en retourne. Je ne suis pas neutre par refus de faire un choix, mais par impossibilité de le faire. Donc si vous jugez que j’aurais dû insistez, dites-le moi ici et maintenant, et ma vie est votre. »

Je la regardais avec tout le sérieux du monde, calme et pourtant un peu souriant. Je sentais le regard un peu désaprobateur des gardes sur mon dos, mais des incapables comme eux n’allaient pas être un problème si je devais faire en sorte d’éviter la prison. Nexar insistait pour me parler, mais il attendra son tour. Là c’était plutôt prioritaire. Les femmes n’attendent pas.

* Ouais, mais là elle attendra ! Tu sais que Ashae ne va pas aimer ça, et tu le fais quand même ! Tu devrais franchement te remettre en question !
- Nous savons tout deux que je me moque de ce que pensent les autres, et puis ce qu’elle ne sait pas ne peut lui faire de mal.
- C’est pas faux… Mais ça n’est pas une raison pour faire ce genre de choses souvent !
- Si c’était pour me dire ça, tu aurais tout aussi bien pû te taire. *

J’attendais silencieusement sa réaction, je voyais tout plus lentement à cause de ma faculté à aller vite, et le temps je le trouvais sûrement trop long. J’avais une seule peur, ici et maintenant, c’était de devoir user de mes pouvoirs pour prouver mon talent. Il était hors de question que trop de personnes sachent de quoi j’étais capable.


Thême:
 



"#0066ff : Les paroles d'Aeon"







avatar


Esper

Partie IRL
Crédit avatar : Tratair ^^
Double compte : Wode Everhatt & Siryë
Vitesse de réponse : Variable mais souvent rapide


Mer 24 Sep - 17:29
Voir le profil de l'utilisateur
Elwing pensait enfin être débarrassée d’Aeon. Cet homme l’avait mis dans tous ses états et elle s’en voulait d’être tant à fleur de peau. Elle ne devrait pas s’énerver pour si peu. Les mortels n’étaient que des imbéciles qui pouvaient sortir autant de stupidités en quelques minutes qu’un elfe en un siècle. Sans doute pour compenser leur courte vie, le quota de bêtise devait-il être respecté coute que coute. Et malheureusement, le quota quotidien ne devait pas être respecté car Aeon revenait à la charge accueillît pas un fort et long soupir que la reine n’avait aucune envie de dissimuler. Quelle plaie ! Ce garçon était forcément envoyé par ses opposants pour lui provoquer un anévrisme. Cette fois, les gardes royaux étaient pleinement conscients de l’exaspération de leur souveraine et s’approchèrent pour faire circuler le jeune homme. Il eut donc très peu de temps pour s’exprimer.

Cependant, le discours semblait intéresser la dame car elle leva une main pour arrêter les soldats qui s’apprêtaient à se saisir d’Aeon. S’il voulait entrer à son service, voilà qui changeait tout. La reine n’avait absolument aucune confiance en Aeon, mais ses pouvoirs pouvaient s’avérer utiles s’il prouvait sa fidélité, mais uniquement dans ce cas-ci.

Elwing croisa lentement les bras. Ses doigts se mirent à jouer du piano sur sa peau nue tandis que le visage de porcelaine se tordait en une expression songeuse, voir sceptique. Au moins, Aeon avait-il son attention pour finir son discours. Pourtant, lorsqu’il eut fini de parler, la reine ne semblait pas plus convaincue, dégageant même ses épaules pour ajouter à son scepticisme.

-J’ai déjà un membre de Neo-Voëlkara à mon service, lui apprit-elle d’une voix sombre. Je vais donc vous poser la même question qu’à Ilélyne : Que feriez-vous si mes intérêts entraient en conflit avec ceux de votre guilde ? Comprenez bien que je ne prends pas les moitiés d’allégeance. La loyauté est la plus importante des qualités lorsqu’on me sert.

Elwing décroisa les bras et fixa durement le jeune homme. Elle semblait le jauger avec une attention sévère et commença à tourner autour de lui tout en ignorant la valise qu’il voulait lui confier, signe qu’elle ne comptait pas accepter son allégeance aussi facilement.

-Vous n’êtes pas fait pour ça, asséna brutalement la reine. Trop de fierté mal placée, aucun sens de la dévotion, pas la moindre idée de ce qu’est la confiance. Je me trompe ?

Elle revint dans son champ de vision, un fin sourcil haussé en guise d’interrogation. Soudain, elle reporta son attention sur un des soldats.

-Toi ! Ici ! Claqua-t-elle sèchement.

L’un des gardes se détacha immédiatement des rangs et s’avança devant sa reine, la dominant d’une vingtaine de centimètre. Il ne réagit pas quand elle empoigna le long sabre elfique qui pendait le long de sa cuisse. Ce n’était pas une arme d’entrainement. Son chant mélodieux lorsqu’elle le sortit du fourreau présumait de sa qualité d’arme de mort, et son fil brillait d’un éclat menaçant.

-A genoux ! Immobile ! Continua-t-elle sur le même ton.

L’homme obtempéra sans hésitation, se laissant tomber dans un bruit de métal, comme un pantin dont on vient de couper les fils. Ses hommes obéissaient immédiatement et sans hésitation à leur souveraine, imprégnée d’une confiance aveugle envers celle pour qui ils donneraient leur vie. Ils lui faisaient confiance et savaient qu’elle ne se montrerait jamais injuste, ni ne les obligerait à trahir leur honneur de guerrier. C’était l’engagement d’Elwing envers ses hommes.

Le sabre se leva alors devant le soldat et Elwing commença un ample mais violent arc de cercle péremptoire au sol. La reine visait le visage de l’homme agenouillé mais tourna subitement le poignet au moment où la lame allait rencontrer son nez et bifurqua pour aller frôler son oreille. Le soldat n’avait pas bougé. S’il avait tenté d’esquiver, il aurait eu une chance sur deux de se faire fendre le crâne. Elwing acheva alors la démonstration en rendant son arme à l’elfe qui se fit congédier d’un signe de la main. Une telle confiance n’était pas rare dans les rangs de l’armée elfe et la reine méritait amplement cette confiance. Elle se battait, saignait et souffrait avec ses hommes, partageant leur victoire comme leur défaite, leur soulagement et leur deuil. La reine était aimée de ses troupes simplement parce qu’elle accordait autant de valeur à ses hommes qu’à sa propre vie. C’est tout ce qu’une armée attendait de son commandant. Un soldat ne risque pas sa vie pour un morceau de pain et un sou par jour, il faut toucher son cœur, le galvaniser !

-Seriez-vous capable d’une telle humilité, d’une telle confiance en moi et en mes ordres même lorsqu’ils vous semblent peu pertinents ? C’est cela que j’attends de quelqu’un qui offre sa vie à ma cause. Il n’y a qu’à cette condition que je vous laisserais prononcer les mots.






avatar


Elfe

Partie IRL
Crédit avatar : Aleksei Vinogradov/me
Double compte : nope
Vitesse de réponse : environ 1 semaine


Ven 3 Oct - 11:31
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5096-kolima-aeon
Pas fait pour ça ? Trop de fierté mal placée ? C’en est presque insultant, mais elle n’a pas tord. Mes intérêts ne sont pas forcément ceux de la Néo-Voëlkara, donc pour ça ce n’est pas dérangeant, j’irai vers elle plutôt que vers la guilde de mercenaire. Elle appelle un de ses gardes et me fait une magnifique démonstration de mauvaise confiance. Cette fois c’est à moi de soupirer, avant de sourire, j’enlève délicatement ma capuche avant de dire calmement :

« Vos intérêt seront miens. Seulement, si c’est pour avoir une confiance aveugle en vous, ne comptez pas sur moi. Je vous ferai confiance, mais pas autant que tout ces soldats qui vous connaissent depuis bien longtemps, pour la simple raison que je n’ai pas assez vécu pour vous connaître assez pour une confiance que je juge néfaste si mal attribuée. Ensuite, je vous obéirai, sans discuter et sans sourciller, sauf si c’est pour une mission suicide où le sacrifice n’apporte rien d’utile ou s’il risque d’être vain. »

Nexar riait, cela résonnait dans mes pensées, et me faisait oublier un détail important, ce petit quelque chose que j’aurais dû dire dès cette première réplique, cette information capitale sur ma place… Nexar riait de plus en plus, je sentais que je devais le placer, mais quand ? Et surtout, comment ? Tout me perdait, et au final je dis sans retenue et sans tourner autour du pot :

« Et je ne suis pas vraiment un guerrier, comme je l’ai dis je suis un Esper, et donc je suis plus un mage… et même un tueur de mage dans mon cas… mais je ne peux vous en dire plus en public. Au risque de mettre ma vie en danger. »

Je réfléchis à quoi dire et dans le même temps à comment le dire…

* Tu n’oseras pas lui donner ton vrai nom Aeon… je te connais assez pour ça. Et même si c’est une Reine tu n’aura ni le courage ni les raisons de lui avouer ton identité complète.
- Si j’étais toi, je ne parierai pas là-dessus. C’était ce que je voulais lui dire ensuite, mais comme pour mes pouvoirs…
- Pas en public ?
- Précisément. *

Je souriais encore une fois, avant de lui faire un clin d’œil et de dire à voix très basse, pas audible pour ceux qui n’étaient pas à coté de moi à ce moment, donc seule Elwing l’avait entendu, et dans un souffle :

« Et si c’est une preuve de ma confiance que vous voulez, je vais vous avouer mon nom, je vous demanderai juste de le garder pour vous. Je me nomme Aeon, Aeon Kolima. Et sachez que même la guilde l’ignore, seule la leader le connaît, et ma petite sœur le connaît aussi. »

Je remontais silencieusement ma capuche, l’enfilant de manière à ce que plus personne sauf la douce Reine ne puisse discerner mes traits et mes émotions. Mes yeux lui disaient tout ce que je ne lui disais pas, et Nexar me signifiait que le plus grand danger n’était pas d’offrir sa confiance, mais de l’offrir à n’importe qui. Je laissais transparaître ma personnalité la plus commune, celle que j’ai en face de personnes gentille, lui montrant un visage innocent et insouciant.

* Nexar, si je te le demandais à l’avenir, tu me diras tout ce que tu sais ?
- Tout dépendra de ton état, mais tu approches du pas final.
- Tu veux dire que tu connais mon avenir ?
- Vas savoir, je sais que je connais beaucoup de choses, n’est-ce pas suffisant ?
- Si… tu as raison, je suis désolé.
- Tu n’as pas à l’être, ta curiosité est même un peu tardive, je m’attendais à ce que tu pose ces questions beaucoup plus tôt *


Thême:
 



"#0066ff : Les paroles d'Aeon"







avatar


Esper

Partie IRL
Crédit avatar : Tratair ^^
Double compte : Wode Everhatt & Siryë
Vitesse de réponse : Variable mais souvent rapide


Jeu 16 Oct - 17:34
Voir le profil de l'utilisateur
Elwing y avait peut-être été un peu fort. Dieu merci le soldat n’avait pas bougé pendant la démonstration. Elle aurait eu l’air fin s’il avait bougé et qu’il s’était fait fendre le crâne par inadvertance. Peut-être était-elle trop impulsive. Un trait de caractère assez rare chez un elfe, l’immortalité ayant tendance à assagir même les plus fortes personnalités.

Même si elle ne le montrait pas, elle était insatisfaite de ce qu’était en train de lui raconter l’étrange jeune homme. Il se mettait à son service mais il ne lui appartenait pas. Tant pis. C’était audacieux d’exiger plus. On ne peut pas attendre de la dévotion de la part d’une personne que l’on ne connait pas. C’est quelque chose qui se gagne et il se trouve qu’Elwing savait comment faire.

Une agacée plissa le visage de l’elfe. Le jeune homme était en train de lui parler de ses compétences mais s’arrêta parce qu’il ne se sentait pas en sécurité. La paranoïa de ce garçon était horripilante mais il faudra composer avec elle. Avec une irritation grandissante, la reine lança un geste impérieux à sa garde qui fit volteface et s’éloigna jusqu’à ne plus être à portée de voix. Leur présence dissuada également d’autres personnes d’entrer dans le cercle de confidentialité auquel le Griffon semblait tenir.

Elle répondit au sourire et au clin d’œil par un regard glacial, lui montrant ainsi qu’elle n’appréciait pas ces marques de complicité. Elle n’est pas son ami. C’est un roturier qui s’adressait à une reine et s’il fallait lui faire rentrer cela à coup de phalange dans la mâchoire, ça pouvait très bien s’arranger.

Si la suite aurait pu provoquer plus d’agacement chez la souveraine, peu célèbre pour sa patience, son visage resta pourtant de marbre avec une impassibilité tellement forcée qu’il était évident qu’Elwing cachait une remarque, quel qu’elle soit. A vrai dire, Elwing se demandait si elle avait raison d’accepter un excentrique à son service. Tout ça pour ça ? Son nom ? Par tous les dieux, si elle avait la moindre preuve qu’il se payait tout simplement sa tête, elle lui ferait arracher la langue sur le champ. Heureusement, elle avait quelques notions de diplomatie qui l’astreignaient à une réaction plus mesurée.

-Très bien, Ae…, commença-t-elle avant de s’interrompre dans un soupir. Très bien. Je garderai votre secret, même si je ne vois pas bien l’intérêt de cacher son patronyme. Cependant, je comprends que vous ne souhaitiez pas prendre des engagements. Mais dans ce cas, je n’en prendrai pas moi non plus.

Les serments d’allégeances et la fidélité sont toujours réciproques, du moins ils le sont chez Elwing. Un soldat doit obéir, se battre pour les intérêts de son seigneur et défendre sa fierté. Un souverain, quant à lui, doit protéger son sujet, préserver son honneur, et surtout, ne jamais le décevoir. De cela, Elwing s’en déchargeait maintenant. Aeon n’était pas son sujet et elle n’avait aucun devoir ou obligation envers lui.

-En avons-nous fini ? Demanda l’elfe en faisant peser son regard bleu. Si vous ne comptez pas vous agenouiller, je n’ai malheureusement rien à vous donner.

Le coin de sa bouche cramoisie s’éleva dans un sourire dépourvu d’humour. Elle comprenait presque le désir de liberté de ce garçon. Les jeunes en sont tellement friands qu’ils en oublient ce qui importe vraiment : les liens. Or c’est totalement incompatible avec la liberté dont le but est de fuir les responsabilités et d’avoir le choix. Malheureusement, en choisissant toujours la liberté, le paradoxe fait qu’on n’a qu’un seul choix au final, et la liberté n’est qu’illusion…




avatar


Elfe

Partie IRL
Crédit avatar : Aleksei Vinogradov/me
Double compte : nope
Vitesse de réponse : environ 1 semaine


Sam 18 Oct - 13:42
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5096-kolima-aeon
Un serment d’allégeance… étais-je vraiment prêt à le faire ? Nexar… à l’aide, dis-moi que faire… J’ai peur de faire une grosse connerie. Quoi que, Nexar serait déjà intervenu si ce n’était pas ma destinée, donc… je n’ai pas vraiment le choix. Ce qui va la gêner, c’est que quelque soit son rang, je la considèrerais pas autrement que comme une femme, elle est une Reine, mais elle est avant tout une femme. J’utilisais ma forme de la vision, pour sonder ce qui m’entourait avant de dire d’une voix calme, maîtrisée et plutôt différente à l’habitude, j’avais le caractère de quelqu’un de professionnel et sérieux. Je lui avais dis la chose suivante :

« Je savais que je devais ployer le genoux, mais ne croyez pas que je changerai ma mentalité concernant les rang sociaux. Vous êtes la représentante de votre peuple, ce que je reconnais et respecte, mais vous êtes aussi une personne avec un cœur dans le fond, et nul ne pourra dire le contraire. C’est avant tout à la personne que je jurerai allégeance, et pas à la Reine. Je veux pouvoir vous connaître, et vous faire confiance, et si pour cela je dois plier l’échine… et bien soit. Ce que je me devrais de faire c’est de tous vous dire me concernant, mais pour le faire il faut être à l’abri des oreilles indiscrètes et je suis hélas trop parano pour me le permettre. Je vous confierai donc ces paroles un jour où nul ne pourra me nuire après que je l’ai dit. »

J’espérais qu’elle comprenne que je ne le ferai qu’après le serment d’allégeance. Je voulais de la liberté, et ma plus grande liberté est ma faculté m’en priver pour mon propre bien. Je voulais la connaître tout en lui apprenant ce que le calme apportait de bien, je posais un genou à terre avant de baisser la tête. Ce que je fis n’était pas contrôlé par moi, Nexar commençait à intervenir, faisant apparaître aux yeux de tous les canaux magiques, ces sortes de long câbles de soies bleutées coulaient le long des arbres, tournant autour de la fontaine me traversant, et émanant de tout le monde, ce n’était dangereux pour personne et ça ne faisait rien, car c’était ce que moi je voyais quand j’utilisais la forme de la vision, Nexar finit par dire d’une voix emprunte d’un respect effrayant :

« Je vous prie de m’excuser pour mon manque de respect antérieur, car si vous nous acceptez à votre service. Je vous promets que ça ne se reproduira plus. »

Il était chiant, mais il n’avait pas trop tord en un sens. C’est vrai que au final, quand elle me connaîtra mieux, elle saura que si je parle d’égal à égal ce n’est pas par manque de respect, mais parce que j’ai jamais vécu avec des rangs sociaux.


Thême:
 



"#0066ff : Les paroles d'Aeon"







avatar


Esper

Partie IRL
Crédit avatar : Tratair ^^
Double compte : Wode Everhatt & Siryë
Vitesse de réponse : Variable mais souvent rapide



Contenu sponsorisé





 
Page 1 sur 1