Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 Les insomnies nocturnes

 
Sam 9 Aoû - 13:46
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t4397-irane-s-weiss
Taliss avait quitté le service d’Issendra depuis quelques semaines à présent et de ce qu’entendait Iranë dans les rues ou aux portes… Il n’aimait pas ça. La rumeur s’était répandue que l’impératrice était sans défenses ou presque depuis le départ de l’élémental. Le dragon, peu sujet aux déploiements de ses caractéristiques reptiliennes, avait de plus en plus de mal à contenir ses grondements et à se montrer impassible pendant son service. Il se forçait cependant, mais dès qu’il était seul un grondement sourd montait dans sa gorge. Il avait vu Issendra grandir et le fait qu’elle puisse être en danger ne le rassurait pas. Il la considérait un peu comme sa protégée après tout. Il ne se sentait pas tranquille. Allongé sur son lit à fixer le plafond sans trouver le sommeil il marmonnait entre ses dents. Il avait un mauvais pressentiment. Il se retourna sur le côté, agacé. Non il ne se sentait pas tranquille. Iranë se leva, son instinct continuant de lui susurrer sans arrêt : danger, danger. Le garde enfila sa chemise et prit sa lame hybride avant de sortir sur la pointe des pieds.

Il avançait à présent dans les couloirs, pour une promenade nocturne dans l’espoir que cela le tranquillise. Pourquoi s’agitait-il ainsi. Il avançait, saluant machinalement ses collègues en poste pour la nuit. Pourquoi. Le silence du palais était presque oppressant. Iranë pesta mentalement contre son agitation, jamais il n’avait été aussi peu calme. Toujours posé, toujours équilibré. Non jamais il ne s’était senti comme cela. Pourquoi donc… Il s’approcha d’un des gardes pour discuter avec lui et s’enquérir de s’il avait vu quelque chose d’étrange, ce dernier répondit que non. Pourtant quelque chose le taraudait.


-Vous êtes sûr ?
-Oui Iranë, tout est calme.

Le calme qui manquait tant au reptile. Le calme qui… Iranë se figea soudain, comme s’il venait d’être giflé. Le palais grouillait. Tout le temps, même la nuit ! Les serviteurs se glissaient dans les couloirs pour terminer une ou deux taches non achevées ou prendre de l’avance sur leur travail du lendemain. Jusqu’à trois heures du matin. Il était seulement une heure. C’est ça qui posait problème au dragon, la tranquillité !

-Iranë ?
-Surtout ne bougez pas de votre poste et au moindre bruit suspect défendez cette porte !

Il fallait qu’il vérifie avant et si le garde bougeait, l’accès aux appartements de l’impératrice était ouvert. Rassuré de ne pas être à moitié fou et paranoïaque, mais angoissé par ce que cela pouvait annoncer, il s’élança dans le couloir pour dévaler les escaliers vers la salle commune des serviteurs. S’il n’y avait personne… Il manqua de trébucher plusieurs fois dans les escaliers, mais parvint à garder son équilibre de justesse sans ralentir. Le dragon arriva devant son objectif en dérapant à moitié et tourna la poignée. Fermée. Fermée… elle n’était jamais fermée, même en pleine nuit, il colla son oreille à la porte et entendit des sons étouffés. Se doutant alors que quelques serviteurs s’y trouvaient, probablement ligotés et bâillonné, il donna un cou léger contre la porte, les sons se turent.

-Je vais venir vous aider, l’impératrice est en danger ? Un murmure frénétique se fit entendre, étouffé par les baillons. Iranë poursuivit alors : Je dois aller la protéger elle… Il attendit la réponse qui ne tarda pas, un acquiescement général à ce qu’il semblait.

Le dragon fit donc demi-tour en courant, remontant les escaliers jusqu’aux appartements de l’impératrice pour y trouver le garde toujours immobile, jusqu’à ce qu’il entende son collègue et tourne la tête.


-Rien de suspect ?
-Non.
-Ouvrez la porte.
-Plaît-il ?
-Ouvrez la porte ou je le fais ! répliqua vivement le dragon en tirant son arme et perdant son calme souverain.

Iranë étant réputé parmi ses collègues pour être bon combattant, le garde n’hésita pas plus longtemps et s’empressa d’obéir. Le dragon se glissa dans la pièce à pas léger. Si Issendra n’avait rien il risquait fort de se faire passer un savon pour cette intrusion nocturne. Mais si elle était en danger… Il traversa le salon et ouvrit lentement la porte de la chambre pour jeter un coup d’œil. Elle était là, endormie tranquillement. Il referma donc la porte. Du moins s’était son intention première avant d’entendre un chuintement qui lui fit faire volte-face. Un éclat d’acier. Il se jeta en arrière juste à temps, la lame lui entaillant le torse assez profondément. Le sang ne tarda pas à faire une tache sur sa chemise. Un grondement lui échappa et il sentit ses yeux se fendre lentement pour s’approcher de leur apparence reptilienne.

D’un simple regard il vit le garde de la porte affalé sur le seuil, égorgé. Iranë réprima un frémissement et son grondement s’intensifia tandis qu’il affirmait sa prise sur sa lame. Il réfléchissait à toute vitesse. Devait-il faire sortir l’impératrice qui commençait à sortir de son sommeil à cause de l’agitation, ou alors devait-il éloigne l’homme au risque qu’il y ait plusieurs assassins. Le dragon opta pour le compromis le plus logique, il se posta devant la porte de la chambre en se mettant en garde. Son adversaire bondit vers lui, mais Iranë était prêt et sa lame intercepta celle de l’assassin qui revint immédiatement à l’assaut. Le dragon se félicita intérieurement d’avoir opté pour une arme légère pouvant aussi bien trancher que transpercer, ainsi il n’était pas démuni dans un endroit aussi étroit.

Le bruit de combat finit à éveiller l’impératrice qui resta figée en voyant Iranë la défendre. De l’avis du dragon, peu de personnes se sacrifieraient pour elle, les soldats ne faisaient que suivre les ordres. Se lever en pleine nuit pour vérifier que tout allait bien n’en faisait pas parti. Les lames s’entrechoquaient rapidement, mais Iranë restait gêné par sa position, ainsi que par la fatigue accumulée à force de ne pas dormir assez. L’assassin profita d’une ouverture pour lui entailler profondément l’épaule et l’envoyer à terre d’une manchette. Le dragon s’effondra en criant de douleur et l’homme l’enjamba pour s’approcher de l’impératrice.

Pas question… Iranë se redressa difficilement bondi sur l’homme en relançant les hostilités, petit à petit il le repoussa vers la fenêtre. Lentement. Lorsqu’il fut bien positionné il passa sous la garde de l’assassin pour l’expédier à travers la vitre. Tant pis pour les frais, la vie de l’impératrice était plus importante. L’homme l’agrippa pour essayer de l’entraîner avec lui, mais la chemise déjà abîmée par les précédents échanges, se déchira, faisant chuter l’assassin en bas. Iranë qui avait lutté en se penchant en arrière pour ne pas être entrainé, fini les fesses par terre et gémit du choc qui s’était répercuté dans ses différentes blessures plus ou moins profondes.


-Vous allez-bien Votre Altesse ? demanda-t-il en se relevant difficilement, même s’il savait pertinemment qu’elle allait très bien.

Elle répondit cependant avec une légère hésitation en voyant les yeux d’or du dragon légèrement fendus. Elle sembla décider de ne pas prêter attention à ce détail puisqu’il venait de lui sauver la vie. Sur les conseils du dragon… enfin plutôt sur la demande ferme de ce dernier, elle quitta sa chambre pour suivre le garde au-dehors. À travers les couloirs, jusqu’à ce qu’il ait libéré les serviteurs, puis qu’ils aient débarrassé la chambre de l’impératrice de toute traces de combat. Elle ne protesta pas non plus lorsqu’il lui demanda de dormir dans une autre chambre et c’est d’elle-même qu’elle suggéra celle occupée par Iranë. Il en resta bouche bée, mais la conduisit et la laissa dormir dans son lit après qu’une servante ait changé les draps. Quant à lui il s’installa près de la porte dans un fauteuil et entreprit de s’occuper de ses blessures pendant le reste de la nuit.

Dès le lendemain l’impératrice regagna ses appartements, elle envoya une missive adressée au maréchal, tandis qu’Iranë prenait très à cœur de la surveiller. Que ce soit pendant son service ou pendant celui de Selerian. Il s’efforçait quand même de ne pas se surmener pour laisser ses plaies se refermer convenablement, mais par un accord informel entre Issendra, les serviteurs et lui, ils n’évoquèrent pas ce qu’il s’était passé. Cela serait trop rapidement arrivé aux oreilles de la population et la cour des miracles n’était pas loin. Iranë pensait même savoir que l’assassin venait de cette organisation. Quelques jours plus tard Issendra reçut la réponse à sa missive. Le dragon était alors posté devant sa porte, retenant difficilement des bâillements. L’impératrice le fit entrer et, étonné il obéit docilement. Il s’entretint avec elle un long moment, réfléchissant à sa proposition qu’il devienne son garde du corps à plein temps plutôt que d’alterner son rôle de Selerian et Iranë. Il finit par accepter le poste. Cela lui permettrait de pouvoir entrer et sortir n’importe où et donc prévenir mieux encore ce genre d’incident.



Merci à Luzinette pour ce kit magnifique ♥
couleur Iranë : #ffcc00
couleur Selerian : violet


avatar


Dragon

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Alyna, Alrea, Ilidwën
Vitesse de réponse : Aléatoire


 
Page 1 sur 1