Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 Dans le nid de la vipère (PV Sybaris)

 
Jeu 10 Juil - 14:23
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5500-lynn-dae
Quelle chaleur ! Par tous les anciens dieux de la toundra, quelle horrible sensation que d’avoir chaud ! Lynn profitait d’une boisson fraiche à base d’un fruit qui lui était inconnu, sous le store d’une terrasse. Elle se gardait bien d’entrer en contact avec le soleil de cette contrée peu hospitalière qui brulait sa peau pâle de Glace, se collant presque au mur de pierre rafraichissant de la taverne. Il faut dire qu’aujourd’hui était une journée particulièrement belle, où tous les toits de Sen’tsura accueillaient un si beau temps par un chatoiement de couleurs pastels.

Un peu rafraichie, Lynn fit tinter quelques pièces sur le comptoir tout en se fendant d’un sourire affable pour le barman qui ramassait les pièces avec un « bonne journée » chantant. La jeune fille s’enfonça ensuite parmi les badauds qui déambulaient dans les rues commerçantes qui offraient toutes sortes de boutiques dont certaines étaient uniques au monde. Lynn relevait à peine la tête pour contempler les objets en exposition derrière les vitrines, pas qu’elle ne soit pas émerveillée par tous les trésors que Sen’tsura avait à offrir mais elle avait mieux à faire de ses économies.

A force de prendre de petites ruelles, Lynn se retrouva dans un quartier plongé dans l’ombre des hautes tours qui défiaient les cieux, derrière des entrepôts aux flagrances irritantes et aux ordures entreposées hors de la vue du peuple. C’était comme l’envers du décor. Il y en a toujours un.

C’était un quartier dangereux où les crapules de la cité avaient leur planque et où le marché noir était le plus actif. Mais c’était également le lieu de la ville où les reclus de la société venaient se cacher des affres du monde. Orphelins, mendiants, infirmes, originaux, tous ceux qui n’étaient pas assez beaux pour cette ville trop parfaite. C’était un aspect de Sen’tsura qui avait beaucoup choqué la petite princesse, les inégalités dans une ville aussi grande étant beaucoup plus marquées que dans son royaume perdu dans la toundra. Il y avait également cette horrible arène où des gens applaudissaient la mort d’autres personnes. Ça devait sans doute être le choc de culture mais Lynn ne comprenait pas comment on pouvait se réjouir du malheur de quelqu’un qu’on ne connait pas et qui n’est pas notre ennemi.

Elle ne pouvait rien pour l’arène, mais elle pouvait faire quelque chose pour ses gens démunis. Ses pouvoirs s’étaient révélés d’une utilité qu’elle n’aurait jamais crue. Là où les soins étaient inaccessibles, Lynn offrait le service de ses pouvoirs curatifs gratuitement pour tous ceux qui la sollicitaient. Elle s’était vite faite appréciée dans ce quartier défavorisé et même les bandits la laissaient tranquille car ils n’hésitaient pas à lui apporter leur compère blessé lors d’une rixe ou d’un vol ayant mal tourné. Lynn guérissait tout le monde sans poser de question. Elle y consacrait ses journées entières, épuisant ses forces magiques jusqu’à en perdre connaissance. La magicienne commençait à être connue dans les bas-fonds car les magiciens dans leur belle académie avaient rarement le temps de s’occuper des démunis. Ils l’appelaient la Dame Blanche car la majorité des robes que Lynn portaient provenaient toute de Glace et avait la blancheur de la neige de son pays.

D’ailleurs, Lynn évitait d’évoquer son pays natal. Pour une curieuse raison, les gens devenaient très mal à l’aise lorsqu’elle leur disait être la fille d’un baron de Glace. Elle ne savait toujours pas que l’AT existait, et encore moins que sa nation était en guerre avec cette dernière. Sans le savoir, Lynn s’était mise en sureté dans ce quartier à l’écart des affaires de la ville. Ici, personne ne se souciait d’une gamine qui disait être de Glace. Du moins, personne n’allait vérifier, car Lynn était un archétype du peuple de Glace avec sa peau pâle et d’autres petits détails que reconnaitrait quelqu’un ayant déjà eu à faire avec le peuple du sud.

Aujourd’hui Lynn allait faire ce qu’elle faisait tous les jours, se mettre à disposition des gens qui avaient besoin d’elle. Il y avait assez de monde pour répandre terreur et malheur dans cette ville pour qu’elle prenne le temps d’y passer quelques semaines où elle essaierait de compenser, comme elle le peut.


Ses succès :


avatar


Humain

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Elwing - William Dolan
Vitesse de réponse : 1 jour - 1 semaine


Dim 13 Juil - 14:45
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5119-sybaris-la-demone-au-serpen
Cela faisait de nombreux jours déjà que les petites mains de l'espionne lui rapportaient les faits et gestes d'une nouvelle venue qui agissait avec une extrême générosité dans les bas-fonds. Une telle charité était des plus étrange dans cette partie de la ville, et il était bon de surveiller cela de plus près, car les laissé pour compte ont bien souvent un potentiel inexploité qui peut être fort utile en cas de conflit. Oui, Sybaris se tenait toujours prête à toutes les éventualités. Déformation professionnelle sans doute ...

Quoiqu'il en soit, méfiance ou pas, cette jeune fille qui secourait les pauvres délaissés des bas-quartiers avait son intérêt particulier : certaines voix prétendaient qu'elle arrivait tout droit des Glaces. Détail qui avait le don d'éveillé plus que de nature la curiosité de la courtisane. Une ennemie naturelle de son chef suprême aussi près d'elle ... Mais quelque chose la chiffonnait ... Justement le fait qu'une ressortissante des Glaces évolue ainsi sans discrétion, avec une telle générosité qu'elle en était devenue une célébrité pour les pauvres. N'importe qui pouvait la dénoncer ... C'était étrange. Assez pour faire bouger la chef des espions d'Aile Ténébreuse.

Aussi, Sybaris demanda des informations précises à ses petites mains. On lui rapporta une description détaillée de la jeune fille, ainsi que quelques compléments, tels que le fait qu'elle disait parfois être la fille d'un baron, là-bas, en Glaces ... Une mondaine ennemie, voilà qui était des plus intéressant ... La démone voyait là parfaitement ce qu'elle pouvait en faire. Au choix, une monnaie d'échange, une arme contre les siens, à son insu bien sûr, et bien d'autres choses encore ...

Désireuse de tirer tout cela au clair, Sybaris quitta son bureau, en le fermant à clé de l'intérieur et en utilisant son passage secret vers ses appartements, au cœur du Palais de Sen'Tsura. Là, elle quitta sa tenue de courtisane et adopta un vêtement de voyage simple, composé de braies amples et d'une tunique cintrée ajustée à sa taille à l'aide d'une ceinture. Par-dessus elle enfila sa capeline, qui, comme le reste de sa tenue, était en lin tissé de coton, dans une teinte violine sombre. Elle chaussa ses hautes bottines noire et passa sa sacoche en bandoulière sur son épaule droite. A l'intérieur, elle y glissa sa dague. Quant à Ssyfryss, il se faufila le long de son bras gauche et s'installa comme de coutume autour du cou de sa maîtresse. Ceci fait, Sybaris quitta son antre qu'elle verrouilla à double tour, et prit la direction de la sortie du Palais.

Sachant que ses petites mains la suivait dans leur discrétion naturelle et pourraient, le cas échéant, prévenir de tout problème les autorités, l'espionne se dirigea vers les ruelles où "travaillait" la curieuse jeune soigneuse. Elle espérait la trouver rapidement et pouvoir réussir à l'amadouer, en faire une "amie" pour mieux l'utiliser. Chose qu'elle appréciait par-dessus tout. Au bout d'une petite heure de marche à travers la ville, et de questionnements accompagnés de dons de piécettes, la démone parvint à trouver sa cible ... qui paraissait si innocente ... Oui, une perle neuve, une petite colombe immaculée. Un nouveau jouet parfait ! La démone, encore au secret, afficha un sourire des plus carnassiers. Oui, elle allait beaucoup s'amuser !

Consciencieusement, elle adopta une attitude douce et aimante, comme à son habitude avec ce genre de personne. Ceux qui la reconnaitraient parmi les démunis n'oseraient dire mot, car tous savaient que la courtisane était une femme puissante mais surtout gentille avec ceux qui ne se mettaient pas en travers de sa route - car elle avait bien bâtit sa couverture - aussi elle se savait en sécurité. Et donc, forte de ce sentiment, elle s'avança naturellement vers la jeune femme pour se présenter ...

C'est une véritable don béni que vous avez-là, mademoiselle ... Il est dommage que seulle cette petite partie de la population de notre grande cité en bénéficie.

La démone sous forme humaine souriait de son plus beau sourire aimable et amical. Dans d'autres monde, on dirait d'elle qu'il serait facile de lui donner le bon Dieu sans confession ...

Mais j'en oublie les règles de la politesse : je suis Dame Sybaris, une courtisane et bienfaitrice de cette ville, et je serais honorée de vous aider à assouvir vos vœux de générosité et de compassion ...


Code couleur rp :
Sybaris : #ffcc99
Ssyfryss : #99cc99


avatar


Démon

Partie IRL
Crédit avatar : Kerrigan infestée, image de couverture du tome 1 La reine des lames
Double compte : Andromaque Ardhanarîshvar, Jehan Polghotyer, Helyanwë
Vitesse de réponse : entre 48h à +ou- une semaine


Mar 15 Juil - 11:27
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5500-lynn-dae
Le gamin débraillé évoluait avec une agilité impressionnante dans les ruelles de la capitale. Il louvoyait parmi la forêt de jambes, les labyrinthes de fripes et ces mains qui se balançaient traitreusement. La foule était un monde différent pour un enfant dépassant difficilement le mètre, où l’agilité primait bien avant la force. C’était d’ailleurs cette même agilité qui lui permettait de détacher les bourses des chalands avec autant de facilité. Mais pas aujourd’hui. Sur son dos, il portait une petite fille qui s’accrochait à son cou de toutes ses forces. Le gamin bifurqua dans une petite ruelle s’extrayant finalement du gros de la foule pour faire l’équilibriste entre deux rigoles charriant de la gadoue. Enfin, il était arrivé sur un boyau nauséabond où des mendiants comptaient leur recette de la journée ou se reposait sur des cartons. D’autres individus crasseux s’échangeaient divers substances inconnus contre argent et or. Soudain, son regard tomba sur elle. Une étoile de blancheur sur un fond de nuit sale. Elle était belle. Du moins, elle semblait l’être dans cet endroit déserté par l’esthétisme. Un astre de bonté et de noblesse dans un monde mauvais.

-Madame, appela-t-il en posant sa sœur sur le sol. Elle s’est fait battre par les Grands.

Le gamin fit une moue coupable, tandis que Lynn se retourna vers l’enfant. Alarmée, elle se pencha sur la petite pour s’enquérir de son état. Sa lèvre était fendue et son arcade enfoncée. Heureusement c’était des blessures que la magicienne pouvait guérir. Un vent se mit donc à souffler dans la ruelle, concentrant son énergie sur la petite blessée.

-C’est ma faute, se plaignit le gamin. J’ai pas pu payer les Grands ce mois-ci alors ils se sont vengés sur ma sœur.

Quel monde horrible ! Lynn ne s’attendait pas à un univers aussi triste en quittant son château et sa toundra natale. Les Grands dont le gamin parlait n’étaient que des adolescents qui s’autoproclamaient chefs de bandes afin de pouvoir détrousser les plus petits. C’était un cycle sans fin et condamné à un perpétuel renouveau. Lynn se sentait tellement impuissante face à cela.

La petite fille ouvrit les yeux, portant instinctivement une main à ses blessures qui ne lui faisaient plus mal. Deux yeux de nacre l’accueillirent à son réveil, plein de bonté et empreint d’une gentillesse maternelle. Surpris par ce sentiment qu’elle ne connaissait pas, elle chercha son frère juste à côté d’elle, seule figure familière et rassurante.

Lynn ouvrit la bouche pour donner quelques préconisations à la fillette, mais elle fut interrompue par une voix dans son dos. La petite princesse se retourna vivement et planta ses deux oboles d’argent sur sa visiteuse. Aucune méfiance ne vint froncer sa frimousse juvénile, seulement une curiosité des plus pures. Que faisait une Dame dans cet endroit si mal famé ? Se demanda-t-elle sans se rendre compte que cette remarque s’appliquait également à elle. Dans tous les cas, il semblait que ce fut une noble et il convenait donc de la saluer avec toute la déférence que son éducation lui imposant. Elle attrapa donc un pan de sa robe blanche et s’inclina, le dos parfaitement droit, le poing devant sa bouche à la façon du Mitgjörn, dans une révérence très proche de celles exécutées à la cour de Selian.

-Mes salutations, Dame Sybaris. Ici, je ne suis que Lynn, pour vous servir.

La petite princesse glissa un regard hésitant à la courtisane, la jaugeant avec appréhension. Elle n’avait jamais été très à l’aise avec les courtisanes, la plupart de celles qu’elle avait rencontré ne manquait pas de relever chacune des erreurs de bienséance qu’elle commettait, elle, la sauvageonne de la Toundra. C’est donc l’esprit chargé de mauvais souvenirs qu’elle répondit à Sybaris avec autant de chaleur que possible.

-Il me semble que l’autre partie de la population dont vous parlez à accès aux soins payants. Je ne vois pas en quoi je pourrais leur être utile en quoique ce soit. De plus, mon pouvoir n’est pas si développé que ça.

Elle fit une pause laissant l’occasion à son interlocutrice d’assimiler ses réserves quant à sa proposition. Pourtant, elle n’allait pas la renvoyer alors qu’elle ne l’avait pas encore énoncée.

-Cependant, je serais curieuse d’en apprendre plus sur votre…

Lynn fut coupé par des petits crachotements étouffés qui sortaient de sous sa robe. Une langue fourchue darda de son corsage, bientôt suivit par une tête reptilienne aussi blanche que la neige. L’aspic parvint à s’extraire à demi et commença à former un « S » menaçant avec son corps. Il avait vu Ssyfryss qui était sagement enroulé autour du cou de sa maitresse. Un sifflement d’avertissement se fit entendre tandis que les larges écailles en forme de losange qui entouraient son crâne se hérissaient de façon menaçante. Pourtant, ces accès d’humeur du reptile cessèrent aussitôt que sa maitresse lui attrapa la tête et le fourra de nouveau dans son corsage. Un chapelet de crachotement furieux suivit alors, le serpent détestant être ainsi manipulé.

-Veuillez m’excuser, Hemi n’apprécie pas ses congénères, fit-elle en guise d’excuse.

Ce petit aparté avait pourtant fait oublier à Lynn ce qu’elle voulait rajouter. Estimant que cela n’avait que peu d’importance, elle préféra se taire et laisse Sybaris la convaincre du bien-fondé des projets qu’elle lui réservait.




Ses succès :


avatar


Humain

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Elwing - William Dolan
Vitesse de réponse : 1 jour - 1 semaine


Mer 16 Juil - 16:14
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5119-sybaris-la-demone-au-serpen
Alors donc, elle aussi avait un serpent ... Bien ... Cela n'était pas pour déplaire à Sybaris : il serait facile, si besoin, de retourner l'animal contre sa propriétaire. Voilà un point qui la mettait en joie. Sybaris calculait dans sa tête et agençait tout ce qu'elle voyait et entendait dans son carnet de note mental. Cette jeune fille était encore plus intéressante que les paroles de ses petites mains le lui avait fait croire. Plus intéressant encore était l'innocence de cette soigneuse émérite qui semblait étrangement dans son élément. La démone humanisée ne se laissa point distancée et suivit de près la jeune femme afin de l'observer et de pouvoir répondre à ses arguments.

Très chère, pensez-vous vraiment que dans cette grande cité il n'y ai que des malaimés et des riches ? Ne connaissez-vous donc point ceux qui bien qu'ayant un toit n'arrivent que très difficilement à vivre ? C'est de ceux-là que je parlais. Et je sais à quel point bon nombre de gens aimeraient recevoir des soins d'une personne aussi agréable et aimable que vous.

Sybaris se surprit à sourire tendrement à ces paroles. Se laisserait-elle avoir par ses propres mensonges ? Dans sa tête, une nausée de dégoût balaya ces sentiments mièvres. Les émotions humaines n'étaient que perte de temps. Mais il fallait faire fi de tout cela et se recentrer sur ce qu'elle venait trouver ici ...

Mais loin de moi l'envie d'asservir vos dons. Une personne telle que vous est très précieuse vous savez. Votre générosité, votre compassion, votre gentillesse, tout cela est rare de nos jours ... D'autant plus quand on sait les risques que vous prenez, chère Lynn ...

Voilà, entrons dans le vif du sujet ...

J'ai cru comprendre que vous venez de là où le froid est plus courant que le chaud, et c'est pour cela que je venais ici, avant que les yeux et les oreilles de l'Empire n'est vent de cela et ne vous arrête. Une chance que vous ne vous montriez que là où on ne regarde jamais ... continua la démone à voix basse, j'aimerais vous permettre de continuer ce qui semble être une saine occupation tout en vous offrant ma protection, aimable Lynn.

Et un agréable sourire pour ponctuer le tout, accompagnant une mine amicale et sereine.


Code couleur rp :
Sybaris : #ffcc99
Ssyfryss : #99cc99


avatar


Démon

Partie IRL
Crédit avatar : Kerrigan infestée, image de couverture du tome 1 La reine des lames
Double compte : Andromaque Ardhanarîshvar, Jehan Polghotyer, Helyanwë
Vitesse de réponse : entre 48h à +ou- une semaine


Jeu 17 Juil - 15:36
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5500-lynn-dae
Hemi se calmait peu à peu, remuant encore de temps en temps pour signifier de façon explicite son mécontentement. Cependant, sa fureur ne passerait pas tant que cet autre serpent ne se serait pas éloigné de lui. C’est donc avec une impatience poliment dissimulée que Lynn attendait la fin de cette entrevue. Bien sûr, ce que plaidait Dame Sybaris était juste et plein de bonne volonté, mais elle n’était pas sûr de pouvoir satisfaire tout Sen’tsura à elle toute seule. C’est avec cet état de fait bien malheureux qu’elle avait choisi d’aider les plus défavorisés en priorité.

-Je comprends, Dame Sybaris, lui assura la petite princesse en essayant de se glisser entre les lignes du discours de la courtisane. Malheureusement, c’est la faiblesse de mon pouvoir qui m’astreint à un nombre réduit de patient et non le manque de personne dans le besoin. J’en suis la première attristée.

Même si les intentions de Dame Sybaris de lui donner accès à une plus grande part de la population, étaient louables, les Vents de Lynn étaient encore trop faibles pour soutenir un rythme de guérison plus soutenu qu’elle ne le faisait déjà. Même maintenant alors qu’elle ne venait que de guérir quelques hématomes, elle se sentait extrêmement las. Elle avait peur de ce qu’il adviendrait d’elle si on exigeait plus.

Alors qu’elle cherchait déjà la manière d’éconduire la courtisane avec toute la délicatesse dont elle était capable, le second argument lui tomba dessus. Un de ses sourcils noir se fronça, froissant la peau de porcelaine à laquelle il était rattaché. La méfiance, un état d’esprit quasi inconnu de la jeune fille, n’était pas à l’origine de cette moue. La faute à son incompréhension grandissante qui s’en était arrêtée à « quand on sait les risques que vous prenez, chère Lynn ». Le reste n’était qu’un floue que Lynn parvenait à disperser à coup de supposition. L’empire ? Sans doute la nation dans laquelle elle se trouvait en ce moment. A sa décharge, Lynn avait passé les deux tiers de sa vie en convalescence et le reste à se comporter comme une parfaite fille à marier. Ses connaissances géopolitiques étaient donc très limitées.

Lynn fit inconsciemment un pas vers Sybaris, buvant ses paroles. Cette femme était un filon d’information. Qui plus est capitale, d’après ce qu’elle comprenait. Elle comptait bien en tirer le maximum avant de décider quoi faire et peu importe que la courtisane la prenne pour une imbécile ignorante.

-Donc, l’Empire… commença-t-elle, hésitante sur la construction de sa phrase. L’Empire emprisonne les personnes venant de Glace, même ceux qui ne sont pas hors-la-loi, qui ne font rien pour leur nuire ou qui, au contraire, aident leur peuple sans demander aucune rétribution… Pourquoi ?

Sa question lui semblait parfaitement légitime. Lynn ne voyait aucune raison qui motiverait l’arrestation de sa personne. Dans sa fraiche naïveté, la jeune fille avait bien du mal à comprendre ce concept qui consiste à faire délibérément des injustices au nom d’une cause supérieur. Quoiqu’il en soit, il faudra l’assimiler rapidement si elle voulait ne pas avoir d’ennuis. Peut-être avait-elle eu de la chance jusque-là et il ne faudrait pas trop la pousser.

-Dites-moi, Dame Sybaris, qu’avez-vous en tête exactement ? Comment compteriez-vous me protéger ?

Lynn était plus intéressée par la nature de la menace qui pesait sur elle plutôt que le moyen de la contrer. A tel point qu’elle se désintéressait totalement de la mauvaise humeur de son reptile que se tordait dans tous les sens. La princesse de la Toundra avait désespérément besoin des informations cruciales que la courtisane détenait. Dans tous les cas, elle ne comptait pas lutter contre ce qu’elle considérait comme une injustice. Si on ne voulait pas d’elle quelque part, elle s’en allait. C’est aussi simple que ça.


Ses succès :


avatar


Humain

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Elwing - William Dolan
Vitesse de réponse : 1 jour - 1 semaine


Mer 23 Juil - 16:23
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5119-sybaris-la-demone-au-serpen
Sybaris voyait bien que la jeune femme n'était pas à l'aise dès l'évocation de sa nationalité et du danger qu'elle pouvait courir. Bien qu'elle identifiait mal la cause réel de ce malaise, de part l'étonnante naïveté et l'innocence palpable de Lynn, la démone savait qu'il y avait là un pion à jouer. Cette idée fut confortée par la réponse candide de son interlocutrice :

Donc, l’Empire… L’Empire emprisonne les personnes venant de Glace, même ceux qui ne sont pas hors-la-loi, qui ne font rien pour leur nuire ou qui, au contraire, aident leur peuple sans demander aucune rétribution… Pourquoi ?

Ainsi donc, la jeune guérisseuse n'était pas au fait de la politique actuelle ... Si elle était fille de dignitaire, sans doute l'était-elle d'un territoire lointain des capitales des Glaces, ou bien chez elle les femmes restaient-elles à l'écart de tout cela. Quoiqu'il en était, Sybaris pouvait jouer de cette ignorance, pour son profit. Et tandis qu'elle échafaudait une réponse, la jeune Lynn apposa à nouveau sa fraîcheur innocente dans la conversation :

Dites-moi, Dame Sybaris, qu’avez-vous en tête exactement ? Comment compteriez-vous me protéger ?

Ha ! Quelle question intéressante en effet. Sybaris était en joie : le poisson avait mordu à l'hameçon et ne demandait qu'à se faire mettre dans son filet.

Ne craignez rien, Damoiselle Lynn, je ne compte point exploiter vos dons. Mais en tant que bienfaitrice fortunée de cette ville, et dame proche du pouvoir, je peux écarter de toutes considérations politiques ceux que je prend sous mon aile. Voyez-vous, si effectivement vous venez des Glaces, ce seul fait pourrait vous attirer de lourds ennuis, bien pires qu'un simple emprisonnement, car ces terres froides sont les dernières à s'opposer à l'Empire ... Je ne m'avance pas trop, je crois, en vous disant que vous pourriez, par exemple, servir de monnaie d'échange, d'otage ... Et sincèrement, vu vos dons et votre générosité, je trouverais dommage qu'une fleur telle que vous soit ainsi utilisée contre son gré.

La courtisane soignait son discours. C'était étonnant comme cela sortait avec naturel et bonté. Sybaris avait depuis longtemps maîtrisé l'art de la tromperie et elle goûtait chacune de ses paroles mensongères - quoique très peu éloignées de la vérité - avec un plaisir malsain qu'elle cachait fort habilement derrière son beau sourire enjôleur.

Ce que vous faites ici est merveilleux, ces gens en avaient grand besoin ... Non pas que je ne les aide pas moi-même, mais je ne peux que leur apporter qu'une aide matérielle, qui bien souvent est insuffisante. Mais rester à découvert et sans protection avec l'identité qui est la vôtre, c'est mettre votre vie en péril, ainsi que la leur, précisa la démone en faisant un large geste du bras pour englober les malheureux dans la rue. Ce que je vous propose, c'est de vous offrir mon nom comme protection, et par ceux qui travaillent pour moi, faire comprendre aux autorité que vous devenez une Intouchable. Bien sûr, vous ne serez pas à l'abri d'éventuels actes de mépris envers vous à cause de vos origines, mais vous ne craindrez rien des autorité, du moment que vous suivez mes recommandations.

Sybaris adressa une mine presque maternelle à la jeune femme, avant de finir sa diatribe :

Je peux également vous trouver un lieu plus adéquat à votre condition pour séjourner, à mes frais cela va sans dire. Ainsi vous n'aurez plus qu'à penser à ce qui vous tient à cœur. Qu'en dites-vous ?


Code couleur rp :
Sybaris : #ffcc99
Ssyfryss : #99cc99


avatar


Démon

Partie IRL
Crédit avatar : Kerrigan infestée, image de couverture du tome 1 La reine des lames
Double compte : Andromaque Ardhanarîshvar, Jehan Polghotyer, Helyanwë
Vitesse de réponse : entre 48h à +ou- une semaine


Jeu 24 Juil - 16:07
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5500-lynn-dae
Lynn fit une grimace terrifiée. Sa main se resserra instinctivement sur sa poitrine tant l’inquiétude que Sybaris faisait peser sur elle était une nouvelle pièce noire à ajouter sur l’échiquier de sa culpabilité. En effet, la petite princesse n’était pas très fière d’avoir abandonnée, sa famille et sa patrie pour des raisons que le temps lui faisait apparaitre comme de plus en plus futiles. Si en plus, elle représentait un danger pour son père, c’était plus qu’elle ne pouvait en supporter. Elle comprenait le principe d’otage même si elle ne s’imaginait pas encore ce que cet Empire pourrait tirer d’elle. Heureusement, Lynn n’était la fille que d’un petit baron de la Toundra, elle se félicitait misérablement de ne pas avoir plus de responsabilités que ça, car elle n’était même pas digne du peu qu’elle avait.

-Je… je ne savais pas, balbutia-t-elle pauvrement. Je ne suis qu’une modeste fille d’une petite baronnie. Je ne sais rien de la politique. Ce n’est pas mon rôle.

Décidemment, Lynn avait tout d’une mine d’or pour quelqu’un de mal intentionné. Elle n’osait pas remettre en cause un seul des mots de Sybaris qui avaient tous le bénéfice de la nouveauté. De plus, ça expliquait beaucoup de choses sur les réactions des gens par rapport à la nation des Glaces. Si cette partie du discours sonnait comme une vérité, la seconde partie devait l’être aussi. Et puis, dame Sybaris semblait si gentille…

Lynn se tordait les doigts, toute hésitante qu’elle était, ses grandes orbes de vif-argent fusaient de tous côtés comme pour peser le pour et le contre de ce que Sybaris lui proposait. La petite princesse n’arrivait toujours pas à visualiser ce que la courtisane proposait. Lui donner son nom ?... Le nom de cette courtisane était intouchable ? Pourquoi ? En quoi être sous sa protection la dispensait de la justice de ce pays ? Certaines choses lui paraissaient flous mais elle n’avait pas le cran de demander plus d’éclaircissement de peur que la jeune femme la prenne irrémédiablement pour une idiote si ce n’était déjà fait. Si elle lui disait qu’elle n’avait rien à craindre avec son nom, c’était surement vrai. Lynn venait à peine d’apprendre l’existence de l’Empire alors elle serait bien en peine d’essayer de deviner son fonctionnement.

-Je veux bien vous suivre dame Sybaris, si vous pensez que c’est mieux ainsi, se décida-t-elle. Mais je ne peux rien vous promettre quant à mes projets futurs. J’ai besoin de temps pour réfléchir à ce que vous m’avez annoncé. Si ce pays ne veut pas de moi, il se peut que je le quitte pour continuer mon voyage vers le nord.

Lynn s’inclina pour remercier la courtisane et se retourna vers les deux enfants qui entendaient simplement que les deux adultes aient fini de parler pour remercier et s’en aller. Avec un joli sourire, la jeune fille tendit sa main, paume vers le ciel. Le gamin lui lança un regard interrogateur, se demandant s’il était censé taper dedans. Une bourrasque de vent glacial souffla alors brièvement obligeant le gamin à fermer les yeux pendant une demi-seconde. Lorsqu’il les rouvrit, une pièce d’or tournait telle une toupie dans la paume de la guérisseuse. D’un coup de poignet, elle la fit sauter sur l’enfant qu’il l’attrapa au vol, avec l’adresse de l’habitude.

-C’est de la magie ? Demanda-t-il.

-Pas seulement.

Avec un clin d’œil affectueux, Lynn se retourna finalement vers Sybaris et hocha la tête d’un air décidée. Elle était prête à constater de ses propres yeux ce que la courtisane était disposée à faire pour elle.


Ses succès :


avatar


Humain

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Elwing - William Dolan
Vitesse de réponse : 1 jour - 1 semaine


Sam 26 Juil - 14:25
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5119-sybaris-la-demone-au-serpen
Sybaris savoura les réactions de la jeune femme. Elle était tout ce dont elle avait besoin : naïve, peu au fait de la politique, gentille, et donc parfaitement manipulable. Et les choix d'avenir pour elle étaient divers. Certes, elle n'était que d'une "modeste baronnie", comme elle disait, mais qu'importe. Si la question de l'otage paraissait à présent inutile, celle de l'infiltration était encore intéressante. La jeune femme pouvait lui en apprendre beaucoup, même sans le savoir, et qui sait, peut être pourrait-elle la retourner contre les siens plus tard, si elle avait le temps pour cela et si Lynn s'y prêtait ...

Il fallait donc l'inciter à la faire rentrer dans le moule que la démone lui prévoyait. Il fallait avant tout la rassurer, lui montrer qu'elle serait mieux ici que dans son froid natal, qu'ici elle pourrait vivre SA vie et ne plus être une créature sans cervelle, sans personnalité, sans idées à elle ... du moins le lui faire croire.

Oh, rassurez-vous Lynn ! Je ne ovulais point vous effrayer, j'en suis navrée. Vous verrez que Sen'Tsura est très accueillante, et même l'Empire sait se montrer agréable, il faut juste apprendre à la connaître. Il est vrai que votre nationalité ne joue pas en votre faveur, mais faites-moi confiance, je puis montrer à nos dirigeants que vous leur êtes plus utile libre ici que chez vous, et il ne vous sera fait aucun ennui d'aucune sorte. Laissez-moi m'occuper de la politique, et profitez de votre jeunesse et de votre passion ! Des êtres comme vous sont rares, et je serais vraiment ravie de pouvoir vous servir d'appui ici. Il suffit de lever les yeux sur ces gens après votre passage pour comprendre qu'il serait idiot de vous pousser à continuer votre fuite ...

La démone posa ses mains sur ses hanches. Il était vrai, devait-elle reconnaître, que la jeune fille avait fait un travail remarquable ici. Et lui vint à l'esprit que si elle aidait cette enfant des Glaces de façon ostensible, elle assoirait encore davantage son emprise sur ces quartiers délaissés. Ne dit-on point, parfois, que l'ami de mon ami est mon ami ? En ce cas, en voyant l'extrême bonté de la courtisane et sa protection en action, il sera d'autant plus aisé de se servir de la populace plus tard. Et Sybaris aimait cela. Elle préférait nettement montrer un visage amical et parfois devoir se rapprocher des gens que de donner du fouet, la main tendue était d'une redoutable efficacité et assurait l'obéissance à long terme.

Mais je comprend que vous ayez besoin de temps, cela est tout naturel ... Mais ... Me permettriez-vous de passer un peu de temps en votre compagnie aujourd'hui ? Vous voir "travailler" pourrais m'aider à mieux vous cerner et surtout à mieux identifier vos réels besoins ... Et puis, je peux peut être me rendre utile, si cela ne vous dérange point trop ?


Code couleur rp :
Sybaris : #ffcc99
Ssyfryss : #99cc99


avatar


Démon

Partie IRL
Crédit avatar : Kerrigan infestée, image de couverture du tome 1 La reine des lames
Double compte : Andromaque Ardhanarîshvar, Jehan Polghotyer, Helyanwë
Vitesse de réponse : entre 48h à +ou- une semaine


Mar 29 Juil - 14:15
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5500-lynn-dae
« N’attends pas plus des autres que tu ne peux leur apporter ». Lynn cherchait encore en quoi elle pouvait être si utile à Sybaris pour qu’une courtisane s’intéresse à ce point à une fugitive. A moins qu’elle ait un tel pouvoir, que ce qu’elle promettait pouvait se faire en un tour de main. Le moins que l’on puisse dire est qu’elle s’efforçait de convaincre la jeune fille à ne pas continuer à fuir. Ca, malheureusement, ça ne dépendait pas d’elle.

-Je ne veux pas fuir, dit la petite princesse d’un air contrit. Mais je le ferai si j’y suis obligée.

Lynn ne se sentait pas obligée de préparer sa fuite. Elle se croyait capable de le faire à tout moment. A le seconde même où elle se sentait en danger, ses vents l’arrachaient au danger pour la mettre en sureté. Le Levant était le vent que Lynn maitrisait le mieux, lui permettant de s’envoler hors de portée de tous ceux qui lui voudrait du mal. Depuis le ciel, le monde ne peut plus l’atteindre. Elle se sentait en sécurité. Trop peut-être.

Lynn hocha lentement la tête alors que Sybaris lui faisait part de son envie d’assister aux soins qu’elle prodiguait. Pourquoi pas. Elle risquait de s’ennuyer mais si elle insistait, Lynn n’y voyait pas d’objection. Cette dernière lui fit donc un sourire appréciateur, lui assurant que son aide serait la bienvenue. Elle en aurait peut-être besoin car le peu de médecine qu’elle connaissait était ce qu’elle avait appris durant les quelques semaines qu’elle avait passée ici. Son pouvoir lui permettait peut-être de guérir mais elle n’avait aucune idée de comment cela fonctionnait.

-Vous pouvez aider si vous voulez, confirma Lynn.

La jeune fille faillit rajouter qu’une dame de sa condition n’apprécierait peut-être pas d’être mêlée à la crasse et le sang, mais ce serait l’insulter. Si elle était une bienfaitrice de cette ville sans doute s’était-elle immergée bien plus profondement dans la misère humaine que Lynn.

Elles attendirent donc toutes les deux dans le quartier défavorisé. La jeune fille était déjà en grande conversation avec un blessé de guerre qui faisait maintenant la manche. Elle l’écoutait patiemment alors qu’il lui parlait de sa jeunesse héroïque qu’il avait passé à servir des idéaux qui n’étaient pas les siens mais qu’il avait alors adulé comme si il en était l’auteur. Lynn se sentait désolé pour lui. La mort au champ de bataille était un honneur qui avait été arraché à ce pauvre homme, le condamnant à une demi vie loin de la gloire. Cependant, des clameurs retentir dans le quartier. Des hommes couraient vers les deux femmes. Ils étaient armés de gourdins en bois tâchés de sang et certains portaient même des couteaux. Ils avaient l’air en colère, mais également alarmés. Lynn eut un mouvement de recul, prête à fuir la horde furieuse mais elle comprit en voyant qu’il trainait leur camarade derrière eux. Ce dernier laissait une épaisse trace ensanglantée derrière lui, du sang sortait à gros bouillon d’une plaie à la tête.

L’homme fut allongée devant Lynn tandis que ses compères tentaient d’expliquer la situation avec leur propre mot. De toute façon, la magicienne n’avait pas besoin de leur explication pour voir que cet homme était la victime d’une sempiternelle guerre de gang ayant mal tournée. Elle n’avait pas commencé de le soigner que ces hommes parlaient déjà de vengeance, comme si la leçon ne leur suffisait pas. Lynn avait appris à faire abstraction de cela, tant ces comportements la dépassaient complètement. Elle jeta plutôt un coup d’œil à Sybaris.

-Si vous voulez bien appuyer sur la blessure pendant que je tente de la refermer.

Lynn fit ensuite parler son vent. Il glissa sur l’homme hurlant de douleur, ne sachant trop quoi faire sur ce corps ravagé. Refermer la blessure à la tête était aussi inutile que difficile. Le crâne était enfoncé et Lynn voyait d’ici les morceaux d’encéphale déchiquetés. C’était un miracle qu’il soit encore conscient et à la fois une vraie malchance car l’homme hurlait à s’en déchirer la gorge. La magicienne ne pouvait pas le soigner. Peut-être arriverait-elle à sauver sa vie, mais ce qu’il deviendrait ensuite serait sans doute pire que la mort. Un masque d’impassibilité sur le visage, Lynn peina à retourner le corps de l’homme face contre terre. Elle sortit de son petit nécessaire un épais clou en fer et posa la pointe sur la nuque de l’homme agonisant.

-Donne moi ta masse, fit-elle à l’homme qui harranguait ses camarades.

Lynn posa sur lui un regard froid, tendant la main vers lui. L’homme écarquilla des yeux horrifiés alors qu’il comprenait ce que la magicienne blanche voulait faire. Il fit un « non » de la tête, l’exhortant encore une fois à sauver son camarade, accompagnant sa demande de menaces bien senties. La jeune fille restait pourtant inflexible. L’homme était condamné et c’était entièrement de la faute des hommes qui, en plus, ne voulaient pas accorder à leur compagnon une mort rapide. Lynn fit face à l’homme et lui jeta un regard chargé de mépris alors qu’elle lui prenait sa masse des doigts.

Elle se pencha ensuite sur le blessé et lui murmura son nom au creux de l’oreille. Elle enfonça ensuite d’un coup sec le clou, faisant cesser aussitôt les cris d’agonie, laissant la place à un silence pesant, seulement brisé par Lynn qui s’occupait de retirer le morceau de métal et prononcer quelques prières dans un dialecte de la Toundra aux sons gutturaux. La petite princesse avait disparu pour un temps, son héritage sauvage refaisant surface à chaque fois qu’elle était confrontée à la mort. La raison pour laquelle elle avait dit son nom au mourant était pour qu’il puisse dire à ses dieux le nom de celle qui l’avait renvoyé parmi eux. Une tradition guerrière des steppes glacées.

Lynn en avait fini. Elle se releva, ayant perdue un peu de sa candeur alors qu’un trait de sang barrait sa figure. Elle s’inclina pourtant avec politesse devant les rudes gaillards, leur présentant ses condoléances pour cette perte. Cependant, la bande ne semblait pas disposée à faire le deuil tout de suite, observant les deux femmes avec colère. La plupart des gens n’arrivent pas à reconnaitre leur propre erreur, au point de rejeter leur faute sur n’importe qui. Lynn était sur le point de fuir, mais laisser Sybaris seule était un poids un peu trop lourd sur sa conscience.


Ses succès :


avatar


Humain

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Elwing - William Dolan
Vitesse de réponse : 1 jour - 1 semaine


Sam 9 Aoû - 22:21
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5119-sybaris-la-demone-au-serpen
Durant tout le temps qu'elle passa auprès de la jeune fille, Sybaris nota précisément chaque détail dans le calepin de sa mémoire. Elle prendrait un moment, une fois de retour chez elle, pour coucher cela sur le papier. La démone aimait tout noter et compiler les informations qui arrivaient devant ses yeux ou ses oreilles. Tel était le propre d'une espionne chevronnée qui avait su garder sa place durant ces dernières années, sa place qui pouvait lui échapper à tout moment par le souhait d'Aile Ténébreuse qui ne savait jamais être conciliant. Elle nota donc que la jeune femme pouvait s'enfuir à toute vitesse si l'envie lui en prenait et qu'il faudrait agir avec délicatesse avec elle. Elle nota que cette enfant des Glaces était prompte à accepter l'aide des autres tout autant que donner la sienne sans arrière pensée aucune.

Et puis il y eut ce remue-ménage. Des troubles fêtes. Sybaris détestait quand quelque chose allait à l'encontre de ses plans. Surtout si cela mettait en danger les desseins qui étaient les siens. A contrecoeur - et parce qu'il fallait garder sa couverture de gente dame aimable et généreuse intacte - elle aida la soigneuse à faire son travail. Non pas que la vue du sang, ni le fait d'en avoir sur ses mains lui déplaisait. C'était même plutôt le contraire : elle aimait cette matière chaude et visqueuse, ainsi que son odeur âcre et ferrugineuse. Si elle ne savait se contrôler en tous temps, elle s'en serait lécher les lèvres avec délectation. Non, ce qui l'horripilait était de devoir aider ces empêcheurs de tourner en rond et de devoir se retenir de les faire fuir séance tenante. Elle aurait pu, en toute discrétion, achever ce fou et faire que ses amis le suivent rapidement chez cette divinité que les gens d'ici nommaient Nayris. Mais elle ne fit rien, se contentant de faire comme si elle n'avait que le pouvoir de l'argent et se contenta de laisser faire la jeune femme ... pour voir un peu de quoi elle était capable.

Et ce qu'elle vit l'enchanta. Ainsi la petite femme frêle et fragile ne apparence pouvait donner la mort de sang froid. Même si le geste partait d'un sentiment de pure bonté, il n'en restait pas pour autant dépourvu d'une certaine sauvagerie que la démone accueilla avec plaisir. La question de l'utilité de la jeune femme était réglée, Sybaris devait la compter parmi ses jouets, c'était indubitable !

Aussi, alors que les deux femmes se relevèrent et que les hommes des rues montrèrent les dents, la démone se sentit obligée d'agir pour leur bien à toutes deux. Elle se plaça avec grâce devant Lynn, afin qu'elle ne puisse voir que son dos, et se planta devant les gaillards trop engaillardis. Là, avec rapidité et faisant en sorte que la jeune femme ne puisse rien voir, elle laissa son serpent se faire bien remarquer tandis qu'au niveau de sa poitrine ses deux mains presque jointes prirent leur aspect naturel, celui de la vraie démone aux griffes dangereuses. Se faisant, elle montra également aux homme une partie de son vrai visage, toujours en prenant soin, par une grande concentration, de ne rien laisser voir à Lynn. Ainsi, les hommes purent constater qu'elle était un démon, et quiconque sait survivre assez longtemps dans les rues de Sen'Tsura sait sans tenter de faire démentir les rumeurs qu'on ne s'attaque pas à un démon sans en payer un prix bien trop élevé.

Reprenant sa forme humaine complètement avant que la jeune femme ne soit tentée de s'avancer et de voir le subterfuge, Sybaris s'adressa aux imbéciles qui se tenaient encore devant elle :

Si vous tenez à ne pas finir comme votre ami en connaissant une mort prématurée, je ne peux que vous conseiller de ne point lever la main sur nous. Ma personne est sous la protection du Palais, et cette jeune femme sous MA protection. Et vous savez ce que cela signifie ici, messieurs !

Les mots furent prononcés avec force, sur un ton sec et tranchant qui n'accordait aucune concession. Si ces hommes n'étaient pas trop bêtes, il devaient en effet comprendre à qui il venait de faire un affront ... Dans le cas contraire, s'ils persistaient, ils risquaient fort de ne pas pouvoir s'en vanter longtemps ...



Code couleur rp :
Sybaris : #ffcc99
Ssyfryss : #99cc99


avatar


Démon

Partie IRL
Crédit avatar : Kerrigan infestée, image de couverture du tome 1 La reine des lames
Double compte : Andromaque Ardhanarîshvar, Jehan Polghotyer, Helyanwë
Vitesse de réponse : entre 48h à +ou- une semaine


Jeu 14 Aoû - 16:37
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5500-lynn-dae
Lynn leva les mains pour tenter d’apaiser la meute mais leur colère était trop grande pour qu’aucune de ses paroles ne franchissent leurs invectives de plus en plus menaçantes. C’était inutile de dialoguer avec une foule en colère. C’était donc la peur qui commençait à faire frissonner la jeune fille. Elle avait terriblement envie de s’enfuir, essayant de se convaincre que Sybaris pourrait s’en sortir toute seule, mais c’était impossible. Elle ne pouvait décemment pas abandonner une femme de bien dont le seul crime avait été de s’intéresser à elle. L’héritière des Dae resta donc plantée là, tremblante, à ne savoir que faire.

Sybaris se mit alors devant Lynn et tenta d’impressionner les malfrats en invoquant sa position au palais. Hélas, sans gardes, ni soldats à portée pour concrétiser son pouvoir, il y avait fort à parier qu’ils ignorent la menace. Pourtant, les hommes se mettaient à blanchir en fixant Sybaris et en quelques instants, ils s’étaient tous enfuis. La courtisane avait donc tant d’influence sur cette ville ? Lynn poursuivit tout de même les fuyards sur quelques pas avant de s’arrêter à côté de la courtisane.

-Attendez, leur cria-t-elle. Vous oubliez votre ami !

Aucun d’eux ne se retourna pour lancer un dernier regard à leur mort, trop pressés de quitter le quartier. Lynn fit la moue. Voilà qui allait lui faire une mauvaise réputation. Elle espérait que les gens n’allaient pas commencer à se méfier d’elle à cause de ce malheureux incident. Tout en jetant un regard désolé à la courtisane, elle haussa faiblement les épaules et commença à s’occuper du corps.

Une langue fourchue gouta l’air alors que Lynn s’évertuait à rendre sa dignité au défunt. Le reptile glissa hors de décolleté de sa maitresse pour s’intéresser à cette odeur de sang qu’il connaissait bien. Il poussa un sifflement menaçant alors que la main de Lynn s’approchait de lui pour le remettre à sa place. Un petit coup d’index sur le nez fut sa punition pour son mauvais caractère. D’abord surpris il tenta ensuite de répliquer en frappant, mais les crochets venimeux ne trouvèrent que le vide, Lynn ayant l’habitude de manipuler son serpent. Une vraie tête de lard. Sans doute le serpent le plus exécrable du monde animal. Renonçant à voir ce que Lynn fabriquait avec ce gros mammifère mort, il remonta sa nuque et aperçut encore une fois Sybaris. Il avait presque oublié cette grosse bête qui elle aussi servait de monture à un serpent vert, qui comme tous ses semblables lui déplaisait en tous points. C’était reparti pour les chapelets de crachotements furieux alors que le serpent albinos se redressait de toute sa hauteur pour impressionner son adversaire. Il dut cesser ses provocations lorsque Lynn se releva enfin, s’enroulant précipitamment autour de son cou pour ne pas tomber. Le mort était maintenant droit comme un « i », une couverture sur son visage.

-Je pense qu’il faudrait appeler les autorités pour débarrasser le corps, fit-elle avec une pointe de tristesse.

Lynn fit un sourire mal à l’aise à la courtisane. Le soir commençait à tomber et il lui fallait se présenter à un refuge pour sans-abris avant qu’il n’y ait plus de place, car elle avait peur de dormir toute seule dehors.

-Je vais vous laisser si vous le permettez, dame Sybaris, car il faut encore que je trouve un abri pour la nuit. Vous pourrez me trouver ici quand vous voudrez.

La petite princesse s’inclina alors comme toujours, le dos bien droit et un poing devant la bouche, même si cette dernière révérence manquait de prestige. La faute au sang qui maculait les vêtements de la jeune fille ainsi que sa figure candide.


Ses succès :


avatar


Humain

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Elwing - William Dolan
Vitesse de réponse : 1 jour - 1 semaine


Ven 22 Aoû - 21:04
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5119-sybaris-la-demone-au-serpen
Sybaris observa d'un regard mauvais ces pleutres s'enfuir. Elle détestait les humains, ne les considérant que comme de la vermine, des sous-êtres qui ne méritaient même pas qu'on s'y intéresse. Mais à cause de son rôle au sein de la hiérarchie d'Aile Ténébreuse, elle devait se mêler à eux, agir comme eux, les côtoyer ... Elle en fulminait de dégoût. Et bien qu'elle avait fortement envie de laisser ce corps pourrir ici, il fallait bien se rendre à l'évidence que la jeune femme avait raison : la décence et le bon sens voulaient qu'elle prévienne les autorités compétentes pour nettoyer ce joyeux bazar. Mais avant toute chose, il fallait rassurer la jeune femme et ne pas la perdre ... Aussi, la démone prit sur elle et, malgré son dégoût profond pour cette créature, elle lui apposa ses mains chaudes et fortes sur les épaules tout en lui adressant un sourire radieux qui se voulait aimant voire maternel.

Mademoiselle Lynn, il serait bien inconvenant de ma part si je vous laissais courir les abris pour démunis et si je vous laissais dormir sur une maigre paillasse sale alors même que je prétends vouloir et pouvoir vous venir en aide et vous donner ma protection. Mon offre comprenait également le gîte et le couvert, très chère amie. Il y a dans cette ville plusieurs auberge respectables et renommées au sein desquelles mes amis et moi-même sommes toujours les bienvenus. Libre à vous de choisir celle qui vous plaira. A moins que vous ne préfériez un modeste appartement au Palais, près de mon propre logement, le choix vous appartient.

La démone courtisane lâcha la jeune femme sans cesser de lui sourire.

Je conçois qu'il puis vous être difficile de profiter de la vie tandis que ces gens n'ont que la pauvreté pour amie, mais si je ne me trompe point sur vos dons, vous avez besoin de vos pleines capacités physiques et mentales pour en user de façon optimale et aider le plus grand nombre. Vous ne serez en forme que si vous prenez soin de vous. Quant au corps de cet homme, ne vous en faites point, je préviendrais les gardes dès que nous en croiseront ou dès que je rentrerais au Palais.

Sybaris avait là usé de toutes ses cartes ... Il ne restait plus qu'à prouver à la jeune fille qu'elle pouvait lui faire totalement confiance ... le reste viendrait sans doute tout seul, de lui même ...

S'il vous plaît, Lynn, laissez-moi vous aider ..., conclut la démone sous son visage humanisé, tendant une main amicale en signe de bonne foi vers cette jeune humaine en perdition ...


Code couleur rp :
Sybaris : #ffcc99
Ssyfryss : #99cc99


avatar


Démon

Partie IRL
Crédit avatar : Kerrigan infestée, image de couverture du tome 1 La reine des lames
Double compte : Andromaque Ardhanarîshvar, Jehan Polghotyer, Helyanwë
Vitesse de réponse : entre 48h à +ou- une semaine


Mar 26 Aoû - 11:34
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5500-lynn-dae
Le luxe d’un palais. C’était tentant pour une jeune fille née dans un tel environnement, mais un malaise coutumier venait se frayer un chemin dans l’esprit de la jeune fille. Cette idée d’être logée et nourrie gratuitement ne parvenait pas à franchir ses habituelles barrières morales si présentes dans le caractère de la petite princesse. C’était injuste que cette offre lui soit proposée à elle, car Lynn connaissait une foule de malades et blessés de guerre qui avaient davantage besoin d’un toit. Pourtant, les arguments très justes de la courtisane ainsi que les malaises et les nausées qui l‘affaiblissaient, finirent de la convaincre de se laisser héberger.

-Très bien, j’accepte, capitula Lynn. Je vous remercie pour votre générosité, dame Sybaris, mais il serait bien malvenu que je choisisse où je veux être hébergé. Faites selon votre bon plaisir.

Lynn ramassa donc ses effets personnels et suivit donc la courtisane non sans une pointe de culpabilité pour sa chance honteuse.

* * *
Lynn sortit de la clinique en fermant délicatement la porte derrière elle. Elle se permit alors de pousser un long soupir tout en s’écroulant à demi sur le mur d’à côté. C’était la seule marque de désespoir qu’elle laisserait échapper. Elle était une fille du sud, forte et inébranlable. Peu importe ce que le destin décidait pour elle, il fallait qu’elle agisse en conséquence et non se lamenter sur ce qui ne peut être changé. Il était bien entendu impensable de se débarrasser de son problème comme certaines dames de cour irresponsables le faisaient. Elle avait entendu parler de ces plantes qui faisaient saigner pendant quelques jours, mais Lynn n’envisagea pas une seule seconde cette solution.

Sa décision fut prise en quelques minutes. Elle ne pouvait pas rester ici. Il fallait qu’elle retrouve le père de la vie qui grandissait dans son ventre. Peu importe qu’il la rejette ou non, c’était son devoir de le lui dire. Lynn se dirigea donc vers les appartements de Sybaris au palais de Sen’tsura, car la moindre des choses était de prévenir sa bienfaitrice de son départ imminent. Sybaris était devenue sa seule amie et seule confidente à Sen’tsura, même après ces quelques mois passés ici. Pas qu’elle soit snob au point de ne vouloir se lier qu’à la bonne société, mais la courtisane était bien la seule à connaitre le périple de la jeune femme. Sa fuite de sa baronnie, l’embarquement sur un bateau pirate pour rejoindre Terre et même ses amours avec le capitaine Feygor Eaglehorn. Avec un nom pareil et les quelques détails que Lynn lui avait données, il n’y avait qu’un pas pour faire le lien avec le seigneur pirate Statch.

D’un pas pressé, Lynn dévala les escaliers qui menaient à l’entrée des serviteurs du palais. Elle esquissa un sourire au garde qui la laissa passer et se fraya un chemin à travers les valets pressés et le ronflement des cuisines. Enfin, elle déboucha sur les couloirs de marbre et de dorures. Ici, les serviteurs couraient pas de tout côté mais marchaient à vive allure avec un port bien plus distingué. Lynn ne s’arrêta pas. Elle connaissait le chemin jusqu’aux appartements de la courtisane dans le dédale de couloir et de colonnades qui bordaient l’aile résidentielle.

-Pourriez-vous informer, dame Sybaris, que je voudrais m’entretenir avec elle sur un sujet important, confia-t-elle à un page.

Sans doute par habitude Lynn n’aimait pas s’annoncer directement. Elle attendit donc un peu plus loin le retour du serviteur. Il n’y avait plus qu’à espérer que la courtisane ait de la disponibilité pour elle, sinon, elle devrait repasser.


Ses succès :


avatar


Humain

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Elwing - William Dolan
Vitesse de réponse : 1 jour - 1 semaine


Jeu 4 Sep - 17:17
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5119-sybaris-la-demone-au-serpen
Sybaris avait été satisfaite : son charme avait fonctionné sur la jeune femme et elle la surveillait depuis avec une facilité déconcertante. Ne voulant point trop faire sentir à Lynn qu'elle était en fait dans une cage dorée, la démone avait tout calculé pour qu'elle se sente à l'aise et surtout qu'il ne lui prenne pas l'envie de disparaître.

Elle avait donc conduit la jeune noble dans un établissement hôtelier charmant, qui ne soit ni trop miteux ni trop luxueux pour que la jeune femme ne se sente ni maltraitée ni honteuse. L'endroit était situé à quelques pas du palais, pour des raisons pratiques si la damoiselle venait à réclamer l'attention de Sybaris, et il y avait non loin tout ce qu'une jeune fille de bonne famille aimait en général à trouver en boutiques et lieux de divertissement. En outre, Elle avait fait préparer un petit appartement coquet avec tout le confort requis pour bénéficier d'une totale intimité en ce petit lieu - qui comprenait donc une petite chambre, un salon agréable donnant sur un beau balcon ombragé, et une salle de bain privée. Elle avait aussi prévenu Lynn qu'il lui suffisait de demander à la tenancière tout ce dont elle avait besoin, et que si elle-même ne pouvait s'en enquérir, Sybaris le ferait pour elle. Tout avait été réglé rapidement et la démone laissa Lynn se faire à sa nouvelle vie.

Durant tout ce temps, elle tâcha de rester discrète, n'apparaissant près de Lynn que lorsque celle-ci réclamait sa présence ou son aide, ainsi qu'invariablement chaque début de semaine pour savoir si la semaine précédente c'était bien passer et si Lynn avait besoin de quoi que ce soit. De temps en temps, bien sûr, elle lui proposait de l'accompagner pour aider Lynn dans ses tâches auprès des démunis. Il fallait tout de même conserver cette attitude généreuse qu'elle avait montrer à leur première rencontre, cela faisait partie du masque qu'elle portait avec la jeune fille.

Et donc, ce jour-là ... Sybaris était affairée à lire les divers compte-rendus envoyés par ses espions à travers le monde. Toujours les mêmes fadaises, rien de bien folichons. Des rumeurs, rien de plus bien souvent, hélas. Mais il était préférable de tout étudier et de tout compiler. Elle fut donc ravie d'être ainsi dérangée par sa petite protégée, bien qu'elle répugnait à être proche d'elle, à cause de son dégoût des être inférieurs ... Elle la fit donc entrer ...

Très chère Lynn ! Qu'avez-vous donc de si important qui ne puisse attendre ma visite hebdomadaire ? Asseyez-vous jeune fille, je vous écoute ! s'exclama la démone d'un ton enjoué et avec un fin sourire, doux et amical, qu'elle réservait à cette jeune personne.


Code couleur rp :
Sybaris : #ffcc99
Ssyfryss : #99cc99


avatar


Démon

Partie IRL
Crédit avatar : Kerrigan infestée, image de couverture du tome 1 La reine des lames
Double compte : Andromaque Ardhanarîshvar, Jehan Polghotyer, Helyanwë
Vitesse de réponse : entre 48h à +ou- une semaine


Lun 8 Sep - 19:26
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5500-lynn-dae
Lynn était très anxieuse. Toujours sous le choc de la nouvelle et parce qu’elle appréhendait la réaction de sa protectrice. Elle avait déjà honte de lui avouer ses amours peu honorables, surtout à elle, une courtisane. Pas qu’elle les regrette mais elle pouvait difficilement assumer cela face à une dame de cour pour qui l’honneur d’une princesse s’apprécie en fonction du rang de son amant. Autant dire qu’elle serait la risée de la noblesse si celle-ci avait vent de ses amourettes. Heureusement, Sybaris était quelqu’un de très gentil et discrète qui plus est. Maintenant qu’elle était enceinte, son déshonneur était clairement visible et sa noblesse de sang deviendrait un fardeau honteux à porter. Elle n’y avait donc plus sa place parmi les sangs bleus.

La jeune femme entra dans la chambre, ou plutôt, le bureau de Sybaris. Elle répondit à l’expression affable de la courtisane par un sourire qui se voulait assurée mais que se tordit bien vite en une grimace angoissée. Lynn parvint tout de même à rendre ses salutations à Sybaris. Elle s’installa devant elle, sur une chaise, afin de lui faire part de ce qui la tracassait.

-J’ai un imprévu, dame Sybaris, commença-t-elle. Je vais devoir quitter Sen’tsura sous peu et je voulais que vous en soyez la première informée. J’ai bien peur d’être… enceinte.

Elle n’y allait pas par quatre chemins et préférait se dépêcher de le dire avant que le mot ne reste bloqué dans sa gorge. Bien que Lynn sente le rouge lui monter aux joues, le mal était fait et il fallait maintenant réagir en conséquence. Elle ne devrait pas avoir autant honte devant Sybaris, mais la courtisane, bien plus sage et mature que Lynn, avait quelques attributs d’une mère pour la l’adolescente. Une mère que Lynn n’avait jamais connue et dont Sybaris s’était approprié quelques fonctions en la protégeant et en lui fournissant de bons conseils. Ces mains se tortillaient avec nervosité en y réfléchissant. Oui, elle était ce qui se rapprochait le plus d’une mère, ou du moins, de la conception que s’en faisait la jeune femme. Bien sûr, jamais elle n’aurait l’impudence de lui révéler à quel point son avis et son estime était importants pour elle.

-Je dois partir pour prévenir le père qu’il va avoir un enfant, lui révéla-t-elle. Je ne sais pas s’il le reconnaitra mais ce n’est pas mon but. Il faut qu’il sache. Je pense que c’est la chose la plus honorable et la plus responsable à faire.

Elle n’en rajouta pas plus que nécessaire et se contenta de regarder ses pieds tout en jetant occasionnellement quelques coups d’œil honteux à Sybaris, comme une enfant attendant le sermon de son parent.


Ses succès :


avatar


Humain

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Elwing - William Dolan
Vitesse de réponse : 1 jour - 1 semaine


Mer 17 Sep - 16:34
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5119-sybaris-la-demone-au-serpen
La démone intima à la jeune femme l'ordre silencieux de s'asseoir par un petit geste subtil de la main. Elle observa cette jeune demoiselle qui semblait très anxieuse, plus encore que l'orsqu'elle l'avait rencontrée. D'un autre geste elle la laissa parler ...

J’ai un imprévu, dame Sybaris. Je vais devoir quitter Sen’tsura sous peu et je voulais que vous en soyez la première informée. J’ai bien peur d’être… enceinte.

Enceinte ? Allons bon ! La démone se renfrogna. Ses yeux et ses oreilles avaient omis de lui dire que la jeune femme avait un amant ... Il y allait avoir du recadrement dans l'air et certaines têtes allaient tomber. A commencer par la tenancière de la petite auberge où la jeune femme logeait, qui devait bien avoir eu vent de quelque chose. Mais pour l'heure il fallait se concentrer sur la jeune femme. C'était le plus important. Cessant toute autre activité, la démone humanisée joignit ses deux mains en un geste de réflexion.

Je dois partir pour prévenir le père qu’il va avoir un enfant. Je ne sais pas s’il le reconnaîtra mais ce n’est pas mon but. Il faut qu’il sache. Je pense que c’est la chose la plus honorable et la plus responsable à faire.

La jeune Lynn semblait honteuse après ses paroles. La jeune noble ne devait être là qu'à ses premières expériences de la vie. Quelle créature ridicule. Comment pouvait-on être aussi bête pour jouer avec les hommes sans s'entourer de quelques protections ? Sybaris était effarée. Mais elle le cachait bien sous son masque de gentille protectrice à la tendresse maternelle. Après quelques secondes lourdes d'un silence sourd, la courtisane se leva se son fauteuil et passa du côté du bureau où se trouvait sa protégée dont elle prit une des mains avec un amour maternel parfaitement feint.

Je comprend votre détresse ma jeune amie. Votre mère n'a sans doute point eu le temps de vous parler des obstacles de la vie d'une femme ...

Elle adressa un doux sourire qui se voulait rassurant à Lynn.

Et je comprend tout à fait votre démarche, c'est très louable de votre part d'avoir cet égard que très peu de personnes ont. Si je puis vous aider en quoi que ce soit, n'oubliez point de me le dire. J'aimerais simplement, par mesure de sécurité, que vous me confiez où vous désirez vous rendre, même si ce n'est pas d'une grande précision. On ne sait jamais, et je m'ne voudrais de faillir à ma promesse. Surtout dans votre état.

La démone se redressa et posa son séant sur un coin du grand bureau massif et surchargé de paperasse. Elle prit une mine songeuse puis replaça ses yeux dans ceux de son interlocutrice angoissée.

Par ailleurs, quand vous rentrerez, je vous donnerais le nom d'une sage-femme qui saura vous prendre en charge jusqu'à la fin de votre grossesse. Comme pour tout le reste, vous n'aurez point à vous inquiétez des frais. Et je vous confierais, avant que vous ne partiez, un oiseau messager pour le cas où vous auriez besoin de me joindre.

Au comble de son rôle, bien que révulsée à l'idée d'être proche de cette créature inférieure en cloque, Sybaris se baissa à nouveau pour reprendre dans ses mains celles de Lynn, avant de conclure :

Ne vous en faites point, je suis sûre que tout se passera bien ...


Code couleur rp :
Sybaris : #ffcc99
Ssyfryss : #99cc99


avatar


Démon

Partie IRL
Crédit avatar : Kerrigan infestée, image de couverture du tome 1 La reine des lames
Double compte : Andromaque Ardhanarîshvar, Jehan Polghotyer, Helyanwë
Vitesse de réponse : entre 48h à +ou- une semaine


Dim 28 Sep - 23:16
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5500-lynn-dae
Le silence lui semblait lourd de reproche et d’accusation. Des accusations tellement évidentes que Sybaris n’avait même pas besoin de les prononcer pour que la petite Lynn se les prenne de plein fouet. Son inconscience crasse lui avait joué un tour qui lui servirait de leçon cette fois. Pourtant, ce ne fut que gentillesse qui s’échappa des lèvres bienveillantes de la courtisane. Cette fois, et pour la première fois depuis qu’elle connaissait Sybaris, elle devinait ce que cette dernière pensait réellement de sa sottise.

Lynn aurait presque préféré qu’elle se mette en colère tant elle devinait sa déception malgré ses louables efforts pour paraitre compréhensive. Au moins était-elle d’accord avec sa démarche de retrouver le père et Lynn fut soulagée qu’elle ne tente pas de l’en dissuader. C’est donc bien volontiers qu’elle répondit à toutes ses questions.

-Je vais chercher dans les ports, je pense, car le père est le capitaine du bateau qui m’a fait traverser le détroit. Il s’appelle Feygor Eaglehorn. Peut-être en avez-vous entendu parler et que vous pourriez aiguiller mes recherches ?

La petite princesse jeta un regard plein d’espoir à sa protectrice. Après tout, la courtisane connaissait beaucoup de monde et l’océan est vaste. Savoir où chercher serait un bon début.

Lynn esquissa une expression peinée tandis que Sybaris émettait l’espoir qu’elle revienne à Sen’tsura pour terminer sa grossesse. Malheureusement, il y avait peu de chance pour que cela arrive. Grâce à ses cours à l’académie de magie, les vents de Lynn étaient enfin plus forts que ceux de son père. Il lui fallait donc revenir en Mitgjörn pour récupérer son héritage. C’était probablement la dernière fois qu’elle voyait Sybaris…

Tout en se pinçant les lèvres pour s’empêcher de pleurer, elle hocha frénétiquement la tête alors qu’elle lui proposait de garder contact. Pour sûr, Sybaris était devenue comme la mère qu’elle n’avait jamais eu, sa génitrice étant mort en couche. Maintenant qu’elle était obligée de la quitter pour réparer ses bêtises, elle se promettait de non pas la contacter en cas de besoin, mais d’entretenir avec elle une correspondance régulière. Ce serait peut-être un peu difficile lorsqu’elle serait en mer, mais beaucoup plus faisable après être revenue en Glaces.

Enfin, les derniers encouragements de Sybaris eurent raison de sa retenue et Lynn se leva aussitôt pour fondre dans les bras de la courtisane. De gros sanglots s’échappèrent alors de la jeune fille qui étreignait la démone avec tendresse et amour. Elle resta ainsi pendant un moment, promettant entre deux pleurs qu’elle lui enverrait des lettres dés qu’elle le pourrait, ne consentant à relâcher son étreinte que lorsque le flot de larmes se fut un peu tari.

Tout en reniflant faiblement, la jeune femme fit un pas en arrière, et la salua à la façon d’une dame du Mitgjörn face à un autre noble ; le poing serré devant la bouche et une révérence bien droite, qui rappelait gauchement celles effectuées à la cour de Selian.

-Adieu, dame Sybaris, et merci pour tout.


Ses succès :


avatar


Humain

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Elwing - William Dolan
Vitesse de réponse : 1 jour - 1 semaine


Ven 10 Oct - 13:27
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5119-sybaris-la-demone-au-serpen
Je vais chercher dans les ports, je pense, car le père est le capitaine du bateau qui m’a fait traverser le détroit. Il s’appelle Feygor Eaglehorn. Peut-être en avez-vous entendu parler et que vous pourriez aiguiller mes recherches ?

Feygor Eaglehorn ... Ce nom lui était familier ... N'y avait-il pas un pirate se rapprochant de se patronyme ? L'enquête sera menée, l'esprit de Sybaris était déjà en branle pour cela. Une fois la jeune fille sortie, ce serait l'effervescence. Lynn, en, parlant d'elle, regardait d'ailleurs sa protectrice les yeux emplis d'espérance et de questionnement.

Je dois vous avouer que dans l'instant je ne saurais mettre ce nom sur quoi que ce soit. Mais vous savez, j'entend et je vois tellement de choses qu'il faut parfois un grand moment de réflexion avant de pouvoir ranger tout cela en ordre.

La démone se sentie sous la pression de ce regard qu'elle trouvait désespérant et désarçonnant. Elle s'obligea à ajouter une précision :

Si je met la main sur une quelconque information à son sujet, je tâcherais de vous la faire parvenir aussi vite qu'il est humainement possible de le faire.

Humainement ... que ce mot était une horreur à prononcer. C'était à vomir. Mais toujours la démone faisait face à ses émotions viscérales et encore une fois elle ne montra rien de son dégoût. Tant et si bien qu'elle se montrait même rassérénante et maternelle avec cette jeune personne désinvolte et fragile.

Et qui semblait sur le point de pleurer. La démone ne put s'empêcher de penser que cette Lynn était une horreur, et combien elle devait être un boulet aux pieds de ses parents. Sur Zelphos, elle aurait été tuée il y a bien longtemps. Ah Zelphos ... étonnant comme en de telles situations ce monde sauvage et brute lui manquait. Et ...

Mais qu'est-ce qu'elle me fait cette cinglée !

Sans prévenir, la jeune femme avait cru bon opportun de se jeter dans les bras de la démone comme si elle avait été sa mère ou sa sœur ou ... bref. Un tel élan de mièvre affection était difficile à gérer pour la démone, et il fut heureux qu'à cet instant précis la jeune fille ne puisse voir son visage, déformé par un haut-le-cœur puissant. Il fallut une forte dose de volonté à Sybaris pour contenir dans son estomac ce qui tendait à vouloir subitement en sortir.

Et voilà que ça pleure maintenant ... elle m'aura tout fait cette gamine ...

Épuisant. C'était réellement épuisant.

Dernière fois que je joue les bonnes fées avec des adolescentes humaines, grommela-t-elle en pensée, avant de retrouver sa contenance.

Au moins, la jeune femme avait été sensible aux recommandations de la démone et allait jusqu'à promettre de ne point la laisser sans nouvelles. Sybaris paria sur le contenu dégoulinant de ses lettres ... De grands moments de fou rire s'annonçaient ...

Ah tout de même, la fontaine se dessèche ... c’est pas dommage ...

Sybaris dut contenir un gloussement à la vue de la morve au nez de la petite princesse des Glaces qui paraissait à présent plus comme une gamine des rues, désœuvrée. Par politesse, elle lui tendit un mouchoir de coton qu'elle avait arraché à sa sacoche durant l'étreinte qui lui parut durer une éternité.

Adieu, dame Sybaris, et merci pour tout.

La démone rendit son salut digne à Lynn avec un profond respect parfaitement feint.

Je préfère vous dire au revoir, jeune Lynn, l'avenir est toujours source de surprises, dit-elle avec un petit rictus malicieux, avant d'ajouter : n'oubliez pas, si vous avez besoin de quoique ce soit, vous savez où me trouver, peut importe où vous serez je serais toujours là pour vous, très chère et adorable Lynn !

Imitant les maternelles humaines, Sybaris prit dans ses mains celles de Lynn, comme pour un dernier contact fort de symbolisme.

Allez sereine, et prenez soin de vous surtout.

Après quoi elle laissa la jeune femme partir. La porte fermée, elle se laissa aller à un profond soupir. Qu'il était éreintant de jouer la femme aimante dont elle était aux antipodes ...



*FIN*


Code couleur rp :
Sybaris : #ffcc99
Ssyfryss : #99cc99


avatar


Démon

Partie IRL
Crédit avatar : Kerrigan infestée, image de couverture du tome 1 La reine des lames
Double compte : Andromaque Ardhanarîshvar, Jehan Polghotyer, Helyanwë
Vitesse de réponse : entre 48h à +ou- une semaine



Contenu sponsorisé





 
Page 1 sur 1