Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 [TERMINE] On a tous besoin d'un banquier

 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Mar 22 Juil - 11:17
Voir le profil de l'utilisateur
*


avatar


Elfe

Partie IRL
Crédit avatar : Aleksei Vinogradov/me
Double compte : nope
Vitesse de réponse : environ 1 semaine


Mar 22 Juil - 11:19
Voir le profil de l'utilisateur
William s’entretenait gravement avec son majordome qu’il n’avait pas vu depuis longtemps et qui voulait discuter de nombreux sujets urgents. Il y avait eu une fuite d’eau à l’étage qui avait abimé les dorures ? Ah… Le maitre-chien voulait parti en vacance ? Fort bien… Les voisins voulaient organiser une petite réception ? Intéressant… William coupa son majordome, lui demandant de préparer un résumé pour plus tard.

-Bien entendu, monsieur, je suppose que vous vouliez vous reposer.

William répondit pas l’affirmative en jetant un coup d’œil vers Amaranthé et en lui donnant l’autorisation de faire comme bon lui semblait. Il devait encore parler à son majordome d’un sujet plus grave. La banquier passa donc un bras autour de ses épaules et se mit à conspirer à l’écart.

* * *

William se renversa un saut d’eau froide sur la tête, se débarrassant des courbatures et de la fatigue. Un frisson lui arracha une grimace lorsqu’il tira involontairement sur sa blessure. La jeune homme palpa les bords de la blessure rouge et fut au moins soulagé qu’elles ne soient pas boursoufflées. Ce n’était pas la première blessure dont il écopait dans sa vie. En effet, une longue estafilade blanche semblait couper ses obliques finement ciselés, sur son côté, et remontait ensuite jusqu’à un pectoraux. Il changea alors son bandage et passa une serviette autour de sa taille.

William, voulant chercher dans sa penderie de quoi s’habiller, passa près de la porte d’une autre salle du bain du manoir. Intrigué par la lumière, il jeta un furtif coup d’œil en passant et s’arrêta net lorsqu’il aperçut sa cliente qui se prélassait dans la baignoire. Le jeune homme fronça les sourcils alors qu’il se sermonnait mentalement. Un homme tel que lui n’espionnait pas les femmes dans leur intimité. C’était un manque de respect inqualifiable.

Le jeune homme continua donc son chemin, mais hésita encore. Enfin décidé, il finit par faire demi-tour et ouvrit la porte de la salle de bain. Il avança, une main maintenant en place sa serviette et l’autre allant machinalement se perdre dans ses cheveux trempée.

-Je me suis dit que vous voudriez de la compagnie, déclara le jeune homme sans préambule.

Il ne souriait pas, s’attendant plutôt à se faire jeter comme un malpropre.


Ses succès :




avatar


Humain

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte :
Vitesse de réponse : 1 jour - 1 semaine


Mar 22 Juil - 11:39
Elle eut juste le temps de se retourner lorsqu'elle entendit la voix de son banquier.

-Je me suis dit que vous voudriez de la compagnie.

C'est vrai qu'elle l'avait aguiché, mais de là à prendre son bain avec lui, elle n'était pas sûre. Amaranthé attrapa la serviette qui était à porter de main et la posa rapidement sur son corps, tant pis si elle était à présent tremper au moins elle était sur de ne rien dévoiler au jeune homme. La jeune femme se sentit rougir bêtement, d'habitude, elle était plutôt douée pour ne pas perdre pied, mais la, c'était complétement inhabituel.

"Je...euh..." Elle respira un coup et reprit son assurance habituelle "Après tout, vous êtes chez vous... C'est d'avantage votre baignoire que la mienne."

La jeune esper indiqua au banquier de la rejoindre en face d'elle, cependant il était hors de question qu'elle retire la serviette qui couvrait une grande partie de son corps du moins pour le moment, il fallait quand même garder une part de secret.

"Alors vous êtes heureux d'être de retour dans votre manoir ? ... J'ai pu admirer un peu votre collection, il y a d'ailleurs certains objet que vous allez devoir m'expliquer l'utilité, car je n'ai pas tout compris."

Elle se mit à rire légèrement, elle tentait tant bien que mal de détourner les yeux pour ne pas mettre le jeune homme mal à l'aise. La situation commencer à être très étrange et finalement peut être qu'elle aurait mieux fait de partir de ce manoir et retourner rapidement en Adhès.

"Je devrais peut être vous laissez tranquille..."

Invité

avatar




Mar 22 Juil - 15:05
Voir le profil de l'utilisateur
William remercia d’un signe de tête et s’avança donc pour rejoindre Ama dans la baignoire qui était largement assez grande pour deux. Il ne retira pas la serviette qui couvrait sa taille et s’immergea dans l’eau chaude. C’était étrange qu’Amaranthé soit gênée car le jeune homme avait pu admirer son corps plus à son aise lorsqu’elle était habillée que maintenant, alors qu’elle le cachait avec une serviette.

Le banquier se mit pourtant à l’aise. Ses muscles roulèrent sous sa peau tirée alors qu’il ajustait les bras sur les rebords de la baignoire, veillant à ne pas mouiller son bandage frais. Il la regarda intensément, la brulant de ses yeux verts tant le désir irradiait ses prunelles. William n’avait qu’à tendre la main pour la prendre. Il le savait. Elle lui avait envoyé suffisamment de signes pour en être sûr. Le jeune homme pouvait gravir la maigre distance qui le séparait d’elle, et arracher sa récompense qui pendait aux lèvres de la jeune femme comme un fruit mûre qui ne demandait qu’à être cueilli.

Pourtant, le jeune homme ne bougeait pas, se contentant de l’observer d’un air grave. Il n’avait pas le droit de lui faire ça. Pas avec ce qu’il lui réservait. Ce ne serait pas un comportement honorable. William se releva donc et sortit du bain sans explication.

-Je ne suis jamais tranquille, lui dit-elle avant de quitter la pièce.

La porte se referma derrière lui, la laissant seule avec ses pensées.

Une dizaine de minutes plus tard, la servante toqua à la porte. La petite bonne femme courbée au sourire facile s’approcha en portant les affaires d’Amaranthé.

-J’ai pris la liberté de nettoyer vos vêtements, fit-elle d’une petite voix douce. Lorsque vous serez prête, monsieur Dolan, vous attends dans le salon, là, où est entreposé sa collection d’armes. Il a dit que vous souhaiteriez sans doute visiter cela en premier.

Après avoir posé les vêtements lavés et secs sur le rebord d’une bassine en porcelaine, elle s’inclina comme elle put et laissa la jeune femme se préparer pour son rendez-vous.


avatar


Humain

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte :
Vitesse de réponse : 1 jour - 1 semaine


Mar 22 Juil - 15:39
Amaranthé sentait les yeux de William poser sur elle. Qu'est-ce qu'il cherchait à faire ? Qu'est-ce qu'il voulait réellement ? Après un petit moment passé dans l'eau il se leva et sortie de la pièce, la jeune femme resta sans voix ce demandant réellement ce qui l'avait conduite ici. Elle aurait mieux fait de rentrer en Adhès après son rendez-vous.

Une petite servante arriva dans la pièce, la pauvre semblait gênée et tentait de s'incliner le plus possible. Elle déposa les vêtements de la jeune femme dans une petite bassine en porcelaine et l'invita à s'habiller.

-J'ai pris la liberté de nettoyer vos vêtements. Lorsque vous serez prête, monsieur Dolan, vous attend dans le salon, là, où est entreposé sa collection d'armes. Il a dit que vous souhaiteriez sans doute visiter cela en premier.

Amaranthé la regarda sortir et sortie de la baignoire, décidément ça devenait, de plus, en plus étrange ici. Enfin, elle avait pu profiter un peu de la baignoire et avait des vêtements propres. La jeune femme pris son temps, après tout elle n'était pas vraiment pressé et il fallait faire attendre les gens c'était bien connu.

Elle enfila ses vêtements propres et remit ses bottes, un dernier coup d'œil au miroir. Tout était parfait, elle avait retrouvé son assurance digne d'une adoratrice. Elle sortit de la pièce et se dirigea au salon, le manoir était tellement grand qu'elle eut un peu de mal à le retrouver.

Amaranthé poussa la porte et regarda le jeune homme.

"Je ne pensais pas que vous partiez si facilement d'une baignoire..." Elle s'avança légèrement dans la pièce et regarda autour d'elle "Alors dites moi, c'est aussi que vous entreposez vos armes ?!"

La jeune esper fit le tour de la pièce tout en posant son regard sur les différentes vitrines.

"Pourquoi cette pièce en premier ?"

Elle releva la tête et fixa William

Invité

avatar




Mar 22 Juil - 16:17
Voir le profil de l'utilisateur
William la vit entrer dans la pièce remplies d’armes en tout genre. Des simples bâtons finement gravés, aux lames très abimés venant des ruines de Foam, jusqu’aux armes venait des confins de ce pays. Le jeune homme arborait un costume des plus sobres. Son éternel fourreau contenant sa fidèle épée était simplement attaché à son dos, seul touche exotique dans l’allure du banquier. Le cordon d’or passait sous son épaule meurtrie et rejoignait sa deuxième épaule pour fixer le fourreau rouge sang, sertis de jade et de fils dorés. A la question d’Amaranthé, il haussa simplement des épaules face à sa question.

-Parce que c’est la pièce la plus intéressante. Remplie d’outils de mort. J’ai pensé qu’elle vous plairait.

Le banquier avait un peu honte de piéger une jeune femme chez lui, mais les profits qu’il pouvait tirer d’elle étaient bien supérieurs à ses remords. Aussi, il trouvait plus facile de la confondre sur un sujet qu’il était difficile de cautionner ; son allégeance à Nayris. Il s’approcha donc d’elle et tira son Jian. L’épée était différente. Il s’agissait là d’une nouvelle car la lame n’était pas abimée. Avec un habile mouvement du poignet, elle sauta à plat sur les doigts de jeune homme, l’habitude de manier l’objet lui faisait connaitre tous ses points d’équilibre au point que l’arme se laissait dresser comme un vulgaire diabolo entre ses mains expertes.

-Ceci est une arme que j’ai découverte malgré moi en combattant un soldat de Feu, expliqua-t-il. Je me suis rendu compte de son efficacité lorsqu’elle m’a presque coupé en deux sans que je ne la vois venir à aucun moment. J’ai eu beaucoup de chance lorsque la petite lame s’est coincée entre mes cottes sans toucher de point vital pour autant. J’ai alors brisé la lame d’un simple coup de coude et j’ai pu tuer mon adversaire en emportant mon trophée. Un maitre forgeron a ensuite réussi à la reforger, comme neuve. Et… elle aussi tranchante que le premier jour.

D’un geste aussi rapide que l’éclair, William fit faire un arc de cercle à la petite épée qui chanta tout près de l’oreille de la jeune femme, ne laissant apparaitre de sa silhouette qu’un vague éclair grisâtre. Déjà, une mèche de cheveux tranchée tombait sur le sol, tandis que la lame faisait un autre tour pour se poser sur la gorge de la jeune femme.

-Je ne suis pas votre banquier, lui dit William d’une voix profonde et calme. Je suis votre ennemi…

La majordome choisir alors ce moment pour arriver dans le dos de la jeune femme, saisissant fermement son bras tout en dardant une petite dague contre ses reins. Penaud, l’homme qui ne semblait pas un mauvais bougre pourtant, se fendit d’un « désolé mademoiselle » plein de regret.

-Je vous déconseille d’utiliser votre mystérieux pouvoir, lui intima le jeune homme. Ou l’un de nous deux devra vous envoyer dans les limbes. Ce pouvoir est à moi maintenant. Vous êtes à moi et je me servirai de vous comme bon me semble. Mon bon Diego, escortez notre amie dans sa chambre, vous voulez bien ?

Le majordome acquiesça et tira sur le bras de la jeune femme pour l’inciter à le suivre. William pendant ce temps-là ne la lâchait pas des yeux, une expression indéchiffrable imprimée dans le fond de ses prunelles noires.


avatar


Humain

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte :
Vitesse de réponse : 1 jour - 1 semaine


Mar 22 Juil - 16:38
L'ambiance était étrange, quelque chose avait changer entre le moment de leur rencontre et celui où ils avaient passé le pas de la porte. Amaranthé regarda le jeune homme qui sortait une nouvelle lame de son dos, il l'a manié habillement tout en expliquant l'histoire qu'il avait eu avec celle-ci. Après la tirade du banquier les choses prirent un tournant différent et la jeune femme pu sentir le souffle de l'épée contre sa joue, une fine mèche de cheveux tomba à terre avant que William ne glisse la lame sous le cou de l'adoratrice.

-Je ne suis pas votre banquier. Je suis votre ennemi...

Amaranthé fixa le regard du jeune homme pendant que le majordome s'excusait de lui attraper les mains et de la menacer avec une dague. Quelques parts, cette situation était plutôt drôle aux yeux de la jeune femme. Un petit sourire en coin se dessina sur son visage, est-ce qu'il était réellement sur de ce qu'il était en train de faire ? Le risque allait devenir de plus en plus gros pour lui, mais s'il avait envie de jouer alors dans ce cas pas de soucis.

-Je vous déconseille d'utiliser votre mystérieux pouvoir, Ou l'un de nous deux devra vous envoyer dans les limbes. Ce pouvoir est à moi maintenant. Vous êtes à moi et je me servirai de vous comme bon me semble. Mon bon Diego, escortez notre amie dans sa chambre, vous voulez bien ?

La jeune femme se laissa trainer quelques instants par le majordome avant de réussir à le stopper quelques secondes.

"Et bien, je vois que vous avez des ambitions plutôt intéressantes mon cher, mais n'oubliez pas qui je suis et d'où je viens... Serait-il vraiment utile de prendre autant de risque pour mon simple pouvoir ? En tout cas, je vous souhaite par avance beaucoup de courage et de patience."

À ses mots, Amaranthé fit signe au majordome de la lâcher et le suivi dans la chambre qui allait désormais devenir sa prison dorée.

fin acte I:
 

Invité

avatar





Contenu sponsorisé





 
Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2