Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 La naissance de l'Ombre

 
Jeu 26 Juin - 16:57
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t2265-ashae-alokin
Henri Boucher a écrit:
Quand il est entré dans la bataille, le soldat doit être un héros, sous peine d'être un assassin.

Il est parfois des occasions où le destin nous fait un cadeau. Il décide, pour se faire pardonner de toutes les occasions où il nous a mis dans des situations délicates ou douloureuses d'offrir une belle opportunité sur un plateau en or. Certains diront qu'il suffit d'être la bonne personne au bon moment, néanmoins. C'était aussi la mentalité d'Ashae, mais elle aurait bien remercié le destin ou n'importe qui d'autre ce jour-là.

Quelques mois étaient passés depuis son retour des Limbes et son entraînement intensif avait fait des preuves, elle avait retrouvé un corps qui ressemblait déjà plus à celui qu'elle avait quitté: agile, fort, endurant. Baarl n'était toujours pas arrivé des Limbes et elle commençait à se demander s'il ne reviendrait jamais. Peut-être Nayris avait-elle préféré le garder à ses côtés. Sans lui, elle ne se sentait pas forcément prête à créer sa guilde seule, même si elle avait fait de nouvelles rencontres utiles. Elle avait donc décidé, pour ne plus travailler seule et passer à l'étape suivant de son entraînement, d'entrer de nouveau dans la Congrégation de la Nuit. Après avoir signé les papiers comme quoi elle faisait partie de l'organisation officielle des assassins de Terra, Ashae entra dans le repère de Sen'tsura de la guilde. Il était vide et assez miteux. La guilde était très connue mais avait perdu en prestige depuis quelques temps. Le départ d'Ayael à sa tête avait rendu ses membres plus peureux, ils avaient plus d'hésitation au moment de prendre un contrat. La jeune femme se trouvait face au tableau d'affichage des contrats: plusieurs portraits reconnaissables s'y trouvaient, éplinglés grâce à des dagues. La métamorphe reconnut avec un sourire le beau visage de Victo Féral, l'homme qui l'avait accueillie et sauvée après son retour du pays de la Déesse folle.

Dans un coin, des noms un peu moins importants se trouvaient, constituant des lots moins grands. Ashae se demandait encore si elle allait se faire la main sur des contrats de ce genre ou si elle allait essayer directement d'attaquer un gros poisson. C'était risqué, mais après tout, elle ne redoutait plus autant la mort. Et elle avait besoin d'adrénaline. Souriant, elle s'apprêta alors à décrocher l'un des portraits lorsqu'elle entendit du bruit à l'accueil. Un jeune homme bien habillé, accompagné par deux hommes en armure sans aucune livrée, était en train de faire un tapage. Elle se dirigea vers lui pour savoir ce qu'il se passait.

- J'exige d'être pris en charge par un assassin exceptionnel ! criait-il.
- Mais monsieur, ce n'est pas comme ça que nous fonctionnons... vous devez déposer votre annonce... et n'importe quel assassin la prena s'il est intéressé...
- Ma mission est urgente ! Et je vais vous payer bien assez pour que vous me donniez lrespect que mérite !
- Monsieur...
- Monseigneur ! Je suis Louis de la Grande Béhémote ! Et je ne me suis pas déplacé dans ce guépier, risquant de me faire voir et d'attirer de sombres rumeurs sur ma personne pour rien !

Ashae sourit. Voilà le cadeau sur un plateau d'or que le destin lui tendait. Après sa mort, son retour difficile à Sen'tsura, la découverte de sa malédiction, elle avait enfin une opportunité de se démontrer ce qu'elle valait, tout en gagnant un joli pécule. Elle connaissant de plus le nom de cet homme. C'était le fils d'un noble de haute stature de la ville de Sen'tsura, Jospard de la Grande Béhémote. D'un pas assuré, visage fermé et sérieux, la jeune femme s'approcha du noble.

- Monseigneur, je crois que vous cherchez quelqu'un qui puisse satisfaire vos attentes.

Elle sentit alors quatre regards masculins se poser sur elle et la dévisager. Louis de la Grande Béhémote s'approcha d'elle, la toisant avec dégoût.

- Et vous êtes ?
- Ashae Alokin, pour vous servir. Je doute que vous connaissiez mon nom, mais cela est une bonne chose. Un assassin renommé est un assassin qui fait mal son travail.

Le sourire qui apparut sur le visage du jeune noble lui confirma qu'elle avait fait mouche.

- J'ai effectivement une mission pour un assassin prêt à faire un bon travail.
- Je suis prête à vous écouter en tout cas. Je choisis mes missions seule.

Le sourire fut remplacé par un rictus de colère et Louis s'apprêta à insulter ou faire preuve de son autorité face à Ashae, qui décida de l'interrompre avant que cela ne s'envenime.

- Vous pouvez dire ce que vous voulez. Je ne suis l'autorité de personne. C'est l'appanage des ombres, on ne peut les contrôler et quand vous cherchez à les écraser, elles disparaissent. Vous avez certainement plus à perdre que moi, monseigneur. Parlez-moi de vos besoins et si un contrat est signé, vous saurez que j'irai jusqu'au bout.

La bouche de Louis s'ouvrit et se referma plusieurs fois sans qu'aucun son ne sorte. Puis il reprit sa prestance et sourit.

- Très bien, suivez-moi.
- Dites moi où aller, je vous y rejoindrais.

Louis fronça les sourcils puis donna l'adresse d'une maison dans le quartier marchand, plutôt pauvre pour un homme de sa qualité. Il l'avertit qu'il ne gardait aucune richesse dans cet endroit et qu'elle n'avait pas intérêt à penser le cambrioler. Ashae lui répondit qu'elle ne se parjurerait pas et qu'il pouvait lui faire confiance. Elle n'avait qu'une seule parole. Sans un mot de plus, le jeune noble quitta l'endroit, suivi de ses deux gardes du corps. Ashae se tourna alors vers le vieil homme à l'accueil.

- Mademoiselle Alokin, vous n'êtes qu'une débutante, vous ne devriez pas accepter un contrat impliquant un noble...
- Je suis justement ici pour vous démontrer que je ne suis pas une débutante. Si je meurs, moquez-vous de moi. Si je reviens, nous en reparlerons.

Ashae quitta alors la planque et monta sur les toits des maisons pour courir jusqu'au quartier où elle était censé retrouver Louis de la Grande Béhémote. Son faucon, Delkhar, vint la rejoindre et lui envoya une image de la maison. Un endroit assez simple. Quelques lumières allumées. Elle s'y rendit rapidement, grimpa à un mur et pénétra dans la masure par une fenêtre crochetée. L'assassin entra en silence dans la pièce où Louis prenait son dîner.

- Me voilà, monseigneur.

Le jeune noble sursauta puis se retourna vers Ashae. Il sourit et l'invita à s'asseoir. Il lui servit un verre de vin qu'elle refusa en souriant, demandant à connaître les détails de sa mission. Louis sourit. La partie intéressante commençait.

~ ~ ~

Ashae avait étudié les habitudes et les allers et retours des gardes ainsi que du personnel de la maison depuis plusieurs jours, lui permettant de confirmer les informations que Louis de la Grande Béhémote lui avait donné. Et elle savait ainsi comment elle allait s'y prendre. L'homme le plus important de la maison, hormis Jospard, était le ventripotent intendant Yarmek, un homme provenant de Feu qui avait réussi sa vie en gagnant sa place d'intendant dans cette famille. Il servait lui-même ses repas à Jospard et faisait régner les ordres du mourant. Il dormait dans la petite chambre à côté de la salle à manger, laissant la plus grande à son maître, et prenait ses repas à heure fixe. C'était évidemment l'homme qui allait ouvrir les portes à Ashae. Le plan de la jeune femme était simple et efficace. La seule difficulté résiderait dans sa capacité à résister à la soif que Nayris lui avait insufflée.

La métamorphe s'était introduite depuis plusieurs heures déjà dans la maison, ce qui s'était révélé très simple. Une jeune fille, commise à la cuisine, avait été envoyée au marché par le maître cuisinier le matin même. Alors qu'elle finissait ses commissions, Ashae, déjà déguisé en un homme de haute carrure, l'avait surprise dans une rue peu fréquentée. Elle l'avait assomée, ligotée et emmenée dans sa chambre à la taverne du Chien qui dort. Elle avait rempli plusieurs flasques de sang et mis les vêtements de la fille. Une dague et ses flasques étaient cachées sous ces derniers. Ashae sortit de la chambre dans laquelle la jeune fille se réveillait et attendit que l'apparence actuelle qu'elle avait disparaisse avant de prendre celle de la gamine. La douleur lancinante de sa "soif" se manifesta dans sa gorge mais Ashae l'ignora. Elle prit le panier de courses de la jeune fille et se dépêcha de gagner les cuisines de la maison, dans laquelle elle passa l'après-midi sous les ordres du maître cuisinier. De temps à ordre, lorsqu'elle se sentait sortir de son apparence, elle buvait discrètement une gorgée de sang, grimaçant à souhait à chaque fois.

L'étape suivante de son plan consistait à s'assurer qu'elle serait celle qui amènerait son repas à Yarmek. Il s'agissait normalement d'une autre jeune fille, Evelyn, qui s'en occupait mais Ashae lui avait demandé à échanger leur place, ce à quoi la jeune Evelyn avait immédiatement répondu oui, le service la stressant énormément. A sept et demi tapantes, Ashae entra dans la salle à manger, avec son plateau dans les mains. Yarmek était en train de déposer délicatement une serviette sur ses jambes. Quand il la vit entrer, il fronça les sourcils mais ne dit rien de spécial. Un garde se trouvait derrière lui. Ashae lui servit son repas et son vin et resta dans un coin, prête à le resservir quand il le voudrait. L'homme mangeait très proprement mais énormément. En son for intérieur, Ashae sentait que son plan allait marcher. Si toutefois il redemandait du vin.

Le repas était presque fini, et le verre de l'homme encore à moitié plein, quand Ashae sentit le bout de ses doigts frémir. C'était le signe qu'elle allait bientôt retrouver sa forme habituelle. Elle ne pouvait certainement pas boire de sang là où elle se touvait, et si Yarmek ne redemandait pas de vin rapidement, elle serait en très mauvaise posture. Une minute passa encore, et Yarmek vida alors son verre et nettoya sa bouche. Il s'apprêtait à se lever lorsqu'Ashae se précipita vers lui, bouteille de vin en main pour le resservir. Elle fit semblant de trébucher et déversa le contenu de la bouteille sur l'homme.

- Mais que faites-vous, pauvre folle ! Je ne voulais pas de vin ! Regardez dans quel état vous avez mis mes vêtements !
- Je vous prie de m'excuser, monsieur, je pensais que...
- Arrêtez de penser un peu et nettoyez moi ça !
- Oui...

L'homme sortit immédiatement de la salle, se dirigeant vers sa chambre. Ashae se jeta par terre pour nettoyer avec une serviette le sol maculé de vin. Le regard du garde était posé sur elle, tandis qu'elle sentait le frémissement au bout de ses doigts de plus en plus fort. Elle se releva alors et sortit, avertissant le garde qu'elle allait chercher d'autres serviettes. Fermant la porte de la salle à manger derrière elle pour que ce dernier ne voit pas sa véritable destination, elle jeta un regard à droite et à gauche pour vérifier qu'aucun des gardes ne la voyait, et se dirigea vers la chambre de Yarmek. Elle ouvrit la porte, entra et la referma aussitôt. Yarmek, torse nu, s'interrompit alors qu'il était en train de vêtir une nouvelle chemise pour la regarder.

- Que faites-vous ici, mademoiselle ?
- Oh, monsieur, je voulais vous aider...
- D'accord... Tu vas m'aider alors...

Le sourire de Yarmek démontra à Ashae que cet homme avait bien une faiblesse, comme elle le pensait. Il reposa sa chemise sur son lit et se dirigea vers elle doucement. Ashae lui sourit à son tour et recula contre le mur, le laissant se coller à elle. Il commençait à peine à l'embrasser quand la jeune femme reprit son apparence. Pendant quelques secondes il ne se rendit compte de rien, et la métamorphe en profita pour attraper un chandelier sur une commode. Avant qu'il ne puisse ouvrir les yeux, le chandelier s'abattit sur sa tête et Ashae se cacha dans l'ombre pour qu'il ne puisse pas voir nettement son visage pendant sa chute et son assomement. Quand il fut à terre, yeux fermés, la jeune femme put enfin respirer. Elle s'accorda quelques secondes de répit et sentit de nouveau la douleur dans sa gorge, se manifestant cette fois beaucoup plus fort. Elle avait besoin de sang, tout de suite. Sortant sa dague de sa cachette, elle entailla le bras de l'homme et but directement le sang qui en sortait, se transformant rapidement. Quand enfin elle se sentit mieux, elle recula et remplit quelques flasques, avant de panser la blessure. Elle déposa le corps dans son lit et prit ses clefs. Elle s'habilla avec de ses vêtements et sortit de la chambre, qu'elle ferma à clef.

D'un pas ferme, la jeune femme se dirigea vers la chambre de Jospard. Elle glissa la clef dans la porte puis l'ouvrit. Elle contempla la somptueuse chambre pendant quelques secondes. Jospard, couché dans son lit, dormait profondément. Ashae s'assit à son chevet.

- Comment, monseigneur, dit-elle d'une voix forte. Vous souhaitez changer votre testament en faveur de votre fils ! Mais évidemment ! Tout de suite ! Quoi ? La clef à votre cou ? Oui, tout à fait !

Ashae prit délicatement la clef en or qui se trouvait autour du cou de l'homme, qui dormait toujours.

- Je vais vous chercher tout ça immédiatement, monseigneur !

La jeune femme ressortit de la chambre, refermant encore derrière elle, et entra dans la salle de repos des gardes, saluant les hommes qu'elle rencontrait au passage. Elle demanda à ce qu'on lui offre la salle des coffres; un garde s'exécuta. Avec la petite clef en or qu'elle avait prise à Jospard, elle ouvrit le coffre noir dans lequel se trouvaient les documents. Elle chercha celui qui avait pour nom "Testament", le prit et ressortit immédiatement de la salle pour retourner dans la chambre de Jospard. Elle s'assit alors à son chevet et lut le document en entier. Jospard de la Grande Béhémote léguait tous ses biens à une femme dont elle ne connaissait pas le nom, si elle promettait d'y ouvrir un orphelinat. La signature de la femme figurait en bas de la feuille. Ashae se rendit compte qu'elle avait pris le document qui était en-dessous du testament et le lut aussi. Il s'agissait d'une missive d'un homme qui avait enquêté sur Louis et ses ombres entreprises: vente d'esclaves, ouverture de bordels, et d'autres horribles choses qu'un noble pouvait faire à Sen'tsura. Pendant quelques secondes, Ashae fut assaillie de doutes. Regrettait-elle d'avoir prit ce contrat ? Jospard semblait être un bien meilleur homme que Louis, et ses intentions bien plus louables. Elle avait encore le temps de ressortir incognito et aller s'occuper de Louis... Mais ce n'était pas sur son contrat, se souvint-elle. Ashae n'était pas une héroïne, une guerrière valeureuse prête à sauver des vies. Ni méchante, ni gentille, elle n'agissait en réalité que dans son intérêt et celui de sa famille... Famille qu'elle avait perdue. A côté d'elle, Jospard s'agita. Elle ne fit pas attention au frémissement au bout de ses doigts et vint s'asseoir à son chevet. Il la regarda et lui sourit, et Ashae en fit de même. Il ne lui dit qu'un seul mot avant de se rendormir: Merci. Ce fut qu'à ce moment-là qu'Ashae remarqua qu'elle avait de nouveau sa propre apparence. Que signifiait ce merci ? L'avait-il vue sous l'apparence de Yarmek ou la sienne ?

Ashae soupira. Elle avait un contrat à remplir, ce n'était pas le moment pour les doutes. Elle reprit l'apparence de Yarmek et falsifia le testament, mettant le nom de Louis à la place de celui de la femme inconnue. Une fois que cela fut fait, elle regarda Jospard pendant quelques secondes. Il dormait paisiblement. Le contrat stipulait qu'il devait mourir... Il allait pourtant mourir de lui-même d'ici peu. Mais Louis préférait visiblement être à l'origine de cette mort que de laisser les choses se faire. Quel homme exécrable. Ashae prit l'un des coussins et le posa sur le visage de Jospard et appuya. Elle n'était qu'un assassin. Elle pouvait juger ses commanditaires, mais ils restaient ceux qui la payaient et elle ne pouvait faillir à sa seule parole: sa signature au bas du contrat. Elle n'enleva le coussin que lorsque la respiration de Jospard eut disparu. Elle le reposa et regarda le visage calme du noble. Il semblait être mort dans son sommeil.

Le travail était presque terminé. Avant de sortir de la chambre, Ashae brûla la lettre qui accusait Louis de tous les maux. Elle ressortit alors comme si de rien n'était, fermant la chambre, puis retourna poser le testament à sa place. Elle se dirigea alors vers la chambre de Yarmek, qui s'était réveillé et tambourinait contre la porte. Cachée dans une ombre, elle attendit de reprendre son apparence pour glisser les clefs sous sa porte, puis sortit par la fenêtre. La nuit la cacha jusqu'à la sortie de la maison, et puis l'agitation prit rapidement le dessus dans la maison: la mort de Jospard avait été découverte. Elle quitta l'endroit. Arrivant à sa planque, elle se déguisa de nouveau. Elle libéra la jeune commise de cuisine et lui recommanda de ne pas retourner chez Jospard, car ce dernier était mort. La commise lui demanda son nom, ce à quoi Ashae répondit: l'Ombre de Sen'tsura. Elle laissa la jeune femme repartir puis se rendit chez Louis pour recevoir son paiement.

~ ~ ~
Epilogue
Citation :
Chère maman

Et voilà, le nouveau maître s'est installé. Il est beau et jeune, ça nous changera de l'autre que l'on ne voyait jamais ! J'espère qu'il fera des fêtes et des bals, c'est dommage de ne pas utiliser cette belle maison ! Il nous a donné à tous une prime à son arrivée, je t'envoie la moitié de la somme pour que tu puisses acheter une nouvelle robe à ma chère petite soeur Maria et vous nourrir correctement pendant quelques temps.

Au sujet de l'ancien propriétaire, on a pas tout compris. Le médecin a dit qu'il était mort naturellement mais l'intendant Yarmek continue à dire qu'il a été tué par un assassin et que tout ceci n'est pas normal. Certains des gardes murmurent que ce serait Yarmek lui-même qui a tué le vieux ! Il semblerait qu'il ait un trou de mémoire, car les gardes se souviennent de l'avoir vu entrer et sortir plusieurs fois de la chambre de monsieur Jospard, qui voulait changer le testament, mais lui affirme avoir été assomé par Anys !

La pauvre Anys, elle n'a pas osé revenir au manoir, je ne sais pas trop ce qui lui est arrivé mais je crois bien qu'il s'est passé quelque chose de mal dans la chambre de l'intendant Yarmek. Ça doit être ça. D'ailleurs, je l'ai revue un jour, elle travaille maintenant comme serveuse dans une petite taverne bien tenue, du nom du Chien qui dort. Elle m'a dit que ce n'est ni la vieillesse, ni Yarmek, ni un assassin comme le soutient ce dernier, qui a tué monsieur Jospard, mais l'Ombre de Sen'tsura. Je ne sais pas de quoi il s'agit, mais je pense juste qu'elle délire !

En tout cas maman, tout va pour le mieux ici, et dans un sens, cette mort est bénéfique pour moi. J'espère que tout va bien à la maison. Je te fais de gros bisous.

A bientôt,
Evelyn.


Spoiler:
 


avatar


Polymorphe

Partie IRL
Crédit avatar : Steve Argyle
Double compte :
Vitesse de réponse : Moyenne


 
Page 1 sur 1