Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 Un village des plus étranges [PV: Eris]

 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Mar 24 Juin - 20:57
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5034-hilaren-sombresang
17 de Welnorr 114

Futiles prétextes sûrement que ceux qui motivent les humains à s'entasser dans ce genre de taudis crasseux où se mélangent odeurs de sueur et de vomi. Pourquoi donc les hommes se sentent-ils poussés par un instinct suprême qui leur ordonne de passer leurs soirées à boire jusqu'à l'évanouissement et à échanger des plaisanteries graveleuses sur la serveuse qui leur sert des verres ou les filles de mauvaise vie ? Ce genre de détails importaient peu en fait, mais pester sur l'insalubrité du lieu dans lequel je me trouvais actuellement était la chose qui m'occupait le plus.

En effet, même si fréquenter ce genre d'endroit peut sembler dénué de tout intérêt, je me rassurais à essayer d'en trouver. Ce que je cherchais, pour le moment, c'était des gens suffisamment intéressants pour être susceptibles de savoir des choses sur la science que je ne sache point. Et même si il est complètement improbable de tomber sur ce genre de personnes dans de telles semblant de galetas, j'aimais à croire que rien n'était impossible et qu'il fallait mieux chercher partout que pas du tout.

Je me trouvais actuellement dans un petit village forestier non loin de la frontière avec les montagnes dorées. Sous ma forme humaine, j'avais revêt pour l'occasion des vêtements adaptés aux... sorties pédestres. Excepté mon long manteau de cuir noir qui ne me quittais jamais ainsi que mon épée, le reste de ma tenue était sobre, pour ne pas paraître trop décalé par rapport au reste de la populace. Une chemise à manche courtes simple, volontairement salie et usée, un pantalon de cuir intentionnellement couvert de boue de même que les bottes, fort simples elles aussi. Me voilà grimé en villageois lambda, du moins je l'espérais. Pour demeurer discret, Carnifex était resté, à sa grande peine, dans la crypte pour garder les lieux aussi dépouillés de vie quand je reviendrais.

Me voilà donc accoudé à un bar miteux géré par un tavernier enveloppé, aux dents déchaussés et au tablier recouvert de divers fluides corporels. Je scrutais et analysais des yeux chaque nouvel arrivant. Guettant du regard un homme qui sortirait du lot et des oreilles quelques mots qui trouveraient un intérêt si je les entendais.



Code couleur de sa voix extérieur: : color=#0099cc
Code couleur de sa voix intérieur Very Happy : color=#ff9900


avatar


Liche

Partie IRL
Crédit avatar : Kit by Alissya^^ Merci beaucooooup ♥
Double compte :
Vitesse de réponse : rapide !


Mar 24 Juin - 22:11
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t6894-ceridwen
Je me suis perdue. Je me suis perdue. Ca ne peut être que ça. Je ne sais pas quel jour, nous sommes. J’étais blasée. Comment ai – je pu me perdre de cette façon ? Ce décor se ressemble… Mais de là, à ne pas me retrouver, y a une différence.

Je ne pensais pas que j’aurais des soucis dans l’orientation. Je m’arrêtais. Mes pieds me faisaient mal. Marché pendant des heures sans s’arrêter, n’est décidément pas conseiller. Il me faut un cheval. Je ne sais pas monté à cheval, mais cela doit être simple à apprendre. Je vis un rocher, je m’approchais. Je regardais autour de moi, puis je posais mes fesses dessus.

Je portais ma tenue bleue. J’avais aussi ma sacoche, que je ne quittais jamais. Je soulevai ma robe, fis un nœud au bout pour quelle traine pas au sol, libérer un peu mes jambes aussi.
J’avais besoin d’un bain. Je soupirais. J’enlevais mes chaussures. Je décidais de marcher pieds nus dans l’herbe fraiche.

C’était le soir. Le soleil venait à peine de tomber. Je devais trouver un endroit pour la nuit. Et je n’étais pas très fan du camping. On ne sait jamais. Des fous, y en a partout ! Je me redressais, en soupirant encore une fois. La lune brillait dans le ciel, et peu de nuages nageait dans cet étendu noir. C’est l’été après tout. Et c’est peut- être pour ça que malgré que la nuit est tombée, j’ai toujours aussi chaud.

Je devais avancer ! Trouver un lieu pour dormir !
Je me relevais. Je marchais vers nulle part en particulier, vu que j’étais perdue. Quand je n’ai pas de chance, je n’ai pas de chance ! L’air se rafraîchissait petit à petit. C’était déjà ça !

Après une bonne heure de marche, je vis de la lumière non loin. Un village ? Je l’espérais !
Je mis mes chaussures dans mon sac, car j’avais marre de marcher avec eux en main. Je me précipitais vers cette lumière. Je dois être un peu naïve. Cependant, j’avais besoin de repos.

C’était un village ! Youpi !!! La chance est là ! Il était petit, mais dans des lieux comme ça, il y a toujours une auberge. J’allais vers le centre du village, quand une femme me dépassa en courant… Elle était nue ! Elle criait : « Des poissons volants, des poissons volants ! »

Je restais un moment sans bouger, yeux écarquillés par ce que j’ai vu. Je la voyais juste s’éloigner. J’étais légèrement choquée par cette vision ! Elle a trop bu, peut –être ? Elle disparut dans la nuit.
Je secouais la tête en voulant oublier ce que j’ai vu ! Je pris une grande respiration, et je repris ma marche.

J’entendis de la musique, et des bruits. Je les suivis. Une auberge ! Oh ! Super ! Je m’approchais. Je poussais la porte et entrais.
On me fixa comme si j’étais un monstre puis les clients reprirent leurs occupations. Je me dirigeais vers le comptoir, montait sur un tabouret.

- Bonsoir. Vous avez une chambre libre, monsieur ?
- Oui.
- Parfait ! Je vous la prends. Et c’est possible d’avoir un bon bain ?
- Oui, mademoiselle.
- Est – il possible de m’en faire préparer un ?
- Oui bien sur !
- Merci bien. Puis – je avoir, un jus d’orange ?

Le barman me servit et il me précisa que quand le bain est prêt, il me préviendra. Je payais le jus, et je me délectais du jus coulant dans ma gorge. Qu’est -ce que ça fait du bien !

- Monsieur ? Dis – je à l’intention du barman. J’ai vu un fait étrange ! Une femme nue courant dans la nuit en criant quelques choses d’étrange…. C’est normal ici ?
- Euh…

Il recula surpris par mes propos. Je pense que non, ce n’est pas normal ici !


avatar


Sang-mêlé

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Freya/Nephtys
Vitesse de réponse : Normal


Mer 25 Juin - 10:26
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5034-hilaren-sombresang
Quand la nuit tomba sur le petit hameau, je désespérais de rencontrer qui que ce soit d'intéressant et je n'allais pas tarder à quitter les lieux. Mais quelqu'un attira enfin mon attention. Une jeune femme, très jeune femme, la vingtaine tout au plus, entra dans la taverne. Elle était trop bien vêtue pour être femme ou fille de bûcheron. J'en concluais donc qu'elle n'était pas d'ici. Elle semblait fatiguée, assoiffée, elle avait besoin de se reposer. Dans ce genre de moment, je louais mon maître de m'avoir délivré de tout ces besoins primaires et inutiles. Je n'avais besoin ni de manger, ni de boire, ni de dormir ou même de me reposer.

La jeune brune s'approcha du comptoir et demanda une chambre, un bain et un jus d'orange, dans cet ordre. Elle savais ce qu'elle voulait. Elle avait un tel aplomb dans la voix que le tavernier s'exécuta sans poser de questions. Par exemple: d'où elle venait ?.... Sauf que moi, le mec louche accoudé juste à coté, je me les posais ces questions et je n'allais pas hésiter à lui demander des réponses !

Cependant, elle évoqua quelque chose d'encore plus intéressant à mes yeux. Elle parla d'une rencontre... inattendue. D'une femme, courant dévêtue aux hasards des rues en criant des choses dénuées de sens. Dans ce type de bouge, c'était sûrement l'effet de l'alcool. Mais il y avait une petite chance pour que ce soit autre chose...

Décidément, cette petite humaine me plaisait. Il fallait que je lui parle absolument ! Quand elle eu finie son jus de fruit, je demandais au tavernier de lui en servir un autre à mes frais. Il s'exécuta et la jeune femme me dévisagea en prenant son jus de fruits.

- Ne t'inquiète pas, ce n'est pas de la drague, j'aimerais juste en savoir un peu plus sur cette femme. Pourrais-tu m'en parler s'il te plait ? Comment était-elle ?


Mon éternel rictus en coin ne devait pas la rassurer mais j'espérais qu'elle aurai suffisamment de courage pour continuer la conversation. Cette mésaventure était la seule chose qui m'était arrivée d'attirant depuis que j'étais arrivé ici. J'allais percer ce mystère d'une façon ou d'une autre !

Au fond de la salle, un bruit étrange attira néanmoins mon attention. Un homme toussait fortement, ses camarades essayaient de lui faire passer le truc qu'il avait dans la gorge quand celui-ci recracha un... un volute de plume ! Il a avalé un oiseau tout rond ou quoi ?! Finalement, il se rassit mais je n'allais pas oublier ce que je venais de voir. Une mémoire éternelle, ça aide !



Code couleur de sa voix extérieur: : color=#0099cc
Code couleur de sa voix intérieur Very Happy : color=#ff9900


avatar


Liche

Partie IRL
Crédit avatar : Kit by Alissya^^ Merci beaucooooup ♥
Double compte :
Vitesse de réponse : rapide !


Jeu 26 Juin - 16:58
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t6894-ceridwen
Mon voisin me parla. Erreur. Je ne voulais pas.  Je ne veux pas me mêler à ces êtres. Ils sont tous détestable avec leur air de menteur, et d’égoïste.  Je voulais faire ma vie, sans me mêler à eux. Cependant, il y en a toujours un qui vient à moi pour me parler sans raison.  

Le barman ne comprenait et pensait surement que j’avais inventé. Cependant c’était faux ! Peu important, je n’insistais pas.   Il m’offrit un verre ? J’hallucinais ! Je ne suis pas une fille facile. Je pris le verre fraichement payer, et je le donnais à ce voisin…Que je trouvais moche.  

- Gardez-le.  On ne m’achète pas   !  


Un homme soit ça drague en faisant ça, soit ça veut quelques choses de malhonnêtes ou des informations.  Les informations, voilà ce qu’il voulait. Il avait qu’à sortir dehors, attendre qu’elle revienne. Il veut peut –être se la faire, en la violant. Après tout, il était s’y moche que  pour avoir une femme, il devait user ce genre de moyen.  Je trouvais cela pathétique.  Surtout son «  comment était – elle ? »


- Elle était nue, ça vous suffit pour baver comme information ?  


J’étais fatiguée. Je ne sentais plus mes pieds. Je voulais juste me reposer.  Je demandais moi –même un autre verre, que je payais. Et je bus mon deuxième jus d’orange tranquillement.  Je me retournais pour faire dos au barman. Je voulais observer cette salle,  pour retenir chaque détail de ce lieu. On ne sait jamais, le monstre peut se cacher sous le visage de chacun.  Les hommes buvaient. Certains jouaient aux cartes.   Des femmes passaient entre les tables pour soit servir soit aguicher un homme trop bourré, et voler sa bourse dans la chair d’un lit. Des catins, tout simplement. Un petit orchestre, trois individus, laissait la musique enivrer ce lieu. La musique était celle des bistrots, sans grand  intérêt.

J’avais mon verre à la main et bu une gorgée quand un homme toussa.  Il faillit d’ailleurs s’étouffer, tellement sa quinte de toux était violente.  Ses joues gonflèrent et expulsèrent des plumes. Je restais surprise par ce phénomène.  Aurait – il avalé un oiseau sans le dépouiller de sa robe de plumes ?  Il arrive quoi à ces gens ?
La folie aurait pris le dessus ?  Deux cas en même pas une demi-heure…

Je me retournais vers le barman, le regardant fixer la scène avec surprise.  

- Après les vers, voici les plumes.
Souffla – t- il.

Je finis mon verre. Tous des fous ! Une nuit, et je pars. Je ne pouvais pas rester ici plus longtemps. C’était risqué. Du moins, j’en avais le sentiments.


avatar


Sang-mêlé

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Freya/Nephtys
Vitesse de réponse : Normal


Jeu 26 Juin - 19:28
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5034-hilaren-sombresang
Cette jeune humaine devenait décidément de plus en plus intéressante. Il avait sèchement refusée le verre que je lui offrais et m'avais tout aussi froidement répondue en me disant qu'elle était nue et en me demandant si ça suffisait à me faire baver. Comme si une simple catin décérébrée qui s'était adonnée à consommer quelques substances psychotropes pouvait m'intéresser... non.

Néanmoins, le comportement de ma voisine m'amusait beaucoup, tellement que je ne pus retenir un rire dément qui dura quelques dizaines de secondes. Assez, sûrement, pour que toute l'assemblée ici présente ne me prenne pour un fou, ce que j'étais, mais là n'est pas la question.

- Oh merci ma chère ! Cela faisait longtemps que je n'avais pas autant ris ! Mais ce n'est pas la peine d'être aussi rude tu sais. Tous les hommes ne sont pas des porcs assoiffés de voir des filles de mauvaise vie se dénudée devant eux et le fait que cette femme était nue n'est pas ce qui m'intéressait comme tu semblais le penser. Ne tire pas de conclusion trop hâtive sur moi, c'est vexant ! Hahaha !


Dans mon hystérie je ne pus entendre les propos du tavernier sur l'homme qui crachait des plumes. Pourtant, j'aurai préféré récolter plus d'informations. Heureusement pour ma curiosité insatiable, une troisième curiosité arriva dans l'auberge ! Un homme entra à quatre pattes en reniflant et en grognant. La plupart des gens qui composaient l'assistance reculèrent vers les murs en le traitant d'aliéné. Le tavernier lui-même se saisit d'une machette cachée dans le comptoir, prêt à riposter en cas d'agression.

De mon côté, un immense rictus se dessinait sur mon visage. Ce taudis de village devenait était, de loin, l'endroit le plus drôle dans lequel je sois allé depuis bien longtemps. Tant de gens sous l'influence de drogues... Cela rendait le paysage animé et joyeusement secoué !

L'homme secoua des chaises, des tables et lança quelques objets sur les habitués. Un verre m'éclata même en plein visage. Du sang en coulait, mais je referma discrètement la plaie de mon "déguisement" avant que quelqu'un ne remarque mon absence de réaction face à la douleur. Je ne savais pas comment réagissait ma voisine et je n'allais pas prendre le risque de recevoir un autre verre sur la figure en essayant de lui adresser la parole.



Code couleur de sa voix extérieur: : color=#0099cc
Code couleur de sa voix intérieur Very Happy : color=#ff9900


avatar


Liche

Partie IRL
Crédit avatar : Kit by Alissya^^ Merci beaucooooup ♥
Double compte :
Vitesse de réponse : rapide !


Sam 28 Juin - 16:34
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t6894-ceridwen
Je le fais rire. Je ne pensais pas ce que je disais, était drôle…. Je jouais avec le verre, sans lui répondre. Je l’avais entendu. Son rire ne présageait rien de bon. On dirait un fou qui s’est coincé un bambou dans les fesses… Limite, il va bien avec le reste des cas étranges de la soirée. J’espérais que cette nuit s’achève aussi vite qu’elle a commencé, et que je puis repartir, retrouver mon chemin.

Je me demandais toujours comment j’ai pu m’égarer de la sorte…J’ai bien suivis les indications pour trouver cette petite ville… Et me voilà dans un village fou ! Suis – je donc maudite ? Ou bien, le monde est condamné à être fou ? La folie est donc partout.

- Après avoir entendu ton rire, ça m’étonnerait pas que tu saches être avec une femme.


J’avais dit cela d’un ton morne comme si je m’en foutais de lui… Y avait une part de vérité dans tout cela. Quelqu’un entra, je me retournais. C’était un homme qui marchait à quatre pattes. Tel un animal, il avançait dans l’auberge. La foule prit peur. Elle s’écarta de lui, s’inquiétant de le voir faire. Il grognait… Il n’était pas très content. Je n’aimais pas cette situation. Je voulais juste partir. Et si cela s’aggravait, mes chiens de l’enfer pourraient apparaitre. Je ne voulais pas de ça. Je hais ce pouvoir. Ils sont là pour me protéger, mais malgré leur loyauté, si ma vie est danger, que je veuille qu’ils arrêtent ou pas, ils m’écouteront. Ils aiment tuer d’ailleurs.

Le barman se prépara. L’animal ? L’homme ? Il s’énerva, et lança des meubles, des chaises, des tables, des verres, ect.
Alors pour éviter ça sans attiser sa haine, et qu’il s’acharne sur la personne qui fuira… J’observais tous, dans les moindres détails. C’est un réflexe, une habitude. Le monde est pour moi, une accumulation de détail que j’aime retranscrire sur le papier. Si je pouvais, je sortirais mon carnet, et je graverais la folie dessus.

C’est là qu’un verra se fracassa sur moi, du moins sur ma main vu que je l’avais mis devant mon visage. J’avais quelques morceaux de verre, et je saignais bien… Quand on n’a pas de chance, on en n’a pas !

Cependant, je fus tellement intriguée par la scène qui suivit que je ne me suis pas tout de suite soigné. Un autre verre volait vers mon voisin, l’homme au rire fou. Il se fracassa contre son visage… J’en suis sûr. J’avais mes yeux qui étaient sous le choc, écarquillés. Je suis sûr que ses plaies se sont soignées toutes seules ! J’en suis CERTAINE ! Je n’ai pas pu rêver ! Un démon ? Un monstre ?


Je ne voulais pas le savoir. J’ai même un étouffer des mots, les gardant dans ma gorge. Ne crions pas au monstre dans cette auberge ou la folie est déjà présente. Le chien –homme pissa en plein milieu de la pièce et parti tout content. Tout à fait normal…. Ouiiiiii…. Normal… Ou suis – je tombais ?

Le reste de la foule repris leur affaire sans que personne ne nettoie. Le barman demanda à la serveuse de nettoyer, et moi, après avoir remis mes esprits en place… Je m’attardais à ma blessure.

Ce n’était pas si vilain que ça. J’enlevais les morceaux de verre… En faisant une grimace de douleur, à chaque fois… Je me pinçais même la lèvre pour étouffer un petit cri. Je sortis ensuite un mouchoir.

- Un verre d’eau, s’il vous plait.


Il me servit.
Je reversais l’eau sur ma main, et je la bandais.

- La chambre et le bain sont prêts. Ajouta le barman.
- Merci.

Il m’indiqua le chemin en me donnant la clef. Je ne voulais pas m’attarder face à cette folie. J’avais l’impression qu’il avait plus ou moins l’habitude de ce genre de chose… Je pris mes affaires, et montai.

Oui, je faisais comme si rien ne s'était passé !


avatar


Sang-mêlé

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Freya/Nephtys
Vitesse de réponse : Normal


Dim 29 Juin - 16:19
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5034-hilaren-sombresang
La taverne était désormais loin d'être paisible. C'était un bazar sans nom. Des hommes couraient partout, je ne savais même pas ce qu'ils faisaient, si ils fuyaient ou si ils essayaient de calmer l'aliéné. Le tavernier, quant à lui, continuait tranquillement de laver sa vaisselle comme si ce genre de spectacle burlesque où un homme urine sur les tables était normal et quotidien. Je jetais un regard sur ma voisine qui était blessée. Avec une certaine dextérité, elle enleva les morceaux de verres qui parsemaient son bras, créant ainsi de petites entailles rougeoyantes de sang. Pour se soigner, elle demanda un verre d'eau au tenancier qui la servit dans l'instant. Quel calme placide pour un homme entouré d'anomalies humaines.

Une fois ses plaies au bras pensées, elle monta rapidement les marches qui menaient à l'étage, sûrement pour essayer d'oublier cette scène des plus étranges. Entre temps, l'homme qui se prenait pour un chien était repartit et moi je continuais à rire par moment. C'était surtout le fait que la situation était devenue incontrôlable qui me faisait rire à gorge déployée. Autant de phénomènes étranges en si peu de temps, ça portait à penser différemment. J'essayais d'organiser mes idées pour trouver la maladie qui atteignait tous ces gens. Mais quelque chose m'empêchait de réfléchir correctement.

- Eh oh ! Si je te dérange, dis-le tout de suite, hein !

- Tu me déranges !

- Et je vais pas arrêter de sitôt ! J'aime bien t'embêter !

- Oui mais à cause de toi, on me prend pour un fou !

- Maiiis non...

Je vérifiais les gens qui m'entouraient. Le tavernier me regardait bizarrement, comme s'il avait un pestiféré en face de lui. Les autres clients, eux, étaient trop occupés à se bagarrer pour m'écouter. J'affichais un sourire qui se voulait avenant avant de reprendre la conversation, en chuchotant cette fois-ci.

- Tu vois bien que les gens me prennent pour un fou quand je te parle ! Le tenancier me regarde étrangement ! Grâce à toi je passe pour un aliéné, merci !


- Et si tu l'es, où est le problème ?

- Le seul problème c'est que les humains enferment les gens comme ça, espèce d'idiot !

- C'est toi l'idiot !

Vu que ça menait nulle part, je décidais de le laisser lancer des insultes tout seul et de ne plus l'écouter. Même si cela était difficile. En attendant, je commençais à vraiment m'ennuyer. L'aliéné était parti et le calme était revenu après que plusieurs personnes se soient retrouvées blessées à cause de divers projectiles. Deux ou trois médecins locaux s'affairaient désormais à essayer de soigner ces pauvres victimes de l'enivrante boisson servie ici. Pour passer un peu le temps, je sortis un carnet et une plume d'une des poches de mon blouson et d'une autre une fiole remplie d'encre. Je commençais ensuite à décrire les divers évènements qui venaient de se produire et ce que la jeune femme m'avait dit. Cela pouvait toujours contribuer à mes futures recherches. Pour être un bon scientifique, il faut savoir être curieux.



Code couleur de sa voix extérieur: : color=#0099cc
Code couleur de sa voix intérieur Very Happy : color=#ff9900


avatar


Liche

Partie IRL
Crédit avatar : Kit by Alissya^^ Merci beaucooooup ♥
Double compte :
Vitesse de réponse : rapide !


Sam 5 Juil - 16:28
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t6894-ceridwen
Une auberge folle… Je voulais prendre mon bain… Mon bon bain ! Me relaxer, rêver que tout est normal et me perdre dedans le temps d’en profiter. Je montais les escaliers d’un pas lent, trainant mes pieds nus. Je me dirigeais vers la chambre que j’avais prise pour la nuit.

Une fois entrée, je balançais toutes mes affaires sur le lit. C’était une chambre ornait d’un lit, deux places, d’une armoire, dans le fond d’une baignoire d’où l’eau chaude qu’on avait mis dedans fumé, et d’une table, plus chaise avec miroir, et bougie. Une serviette était posée sur le dos de la chaise. Tout était plus ou moins parfait.

Je me mis à l’aise, et je pris mon bain. Mouillant mes cheveux, je me relaxais, me lavant tranquillement. J’ai bien pris dix minutes pour ce bain avant que ma tranquillité fut brisée par la folie de ce village. Décidément, je ne serais jamais tranquille.
Mon cœur s’accéléra en découvrant l’horreur de mon armoire. Je fixais au loin me perdant quand je vis un liquide rouge vif sortir de sous l’armoire. Je me crispais, je tremblais créant ainsi des petits vagues dans l’eau. Je me recroquevillais au fonde ma baignoire, le plus loin possible de cette armoire.

Entre l’homme blessé, le montres tapis dans le noir, un tueur qui a tué, et tuera encore, un esprit farceur ou encore autres, mon esprit s’est déjà fait tous les scénarios possibles, et aucun ne m’a rassuré, n’est – ce qu’un peu !! Je respirais fort. J’étais terrorisée. Le sang ce n’est jamais bon signe.

Alors que je tentais de réfléchir, j’entendis un bruit de grattement contre les portes de l’armoire. Un cri se créait dans le fond de ma gorge, et voulait sortir, mais je réussissais à l’étouffer. Je devais me reprendre, combattre ma peur. Je suis forte, je peux le faire.

« Je peux me relever, m’habiller, et fuir. Je sais le faire ! Je suis forte ! Criai – je dans ma tête pour m’encourager. »

Je me redressais avec beaucoup de difficulté. J’attrapais la serviette, que je serais fort contre moi. Je sortis de l’eau, et je ne remarquais pas tout de suite que mon bandage était foutu… Je me plaquais contre le mur de la chambre, terrorisée…. Je m’essuie à la va vite, m’habillait avec les même vêtements à la va vite aussi. Je n’ai jamais été aussi rapide pour m’habiller.

J’étais habillée mais y a moitié trempée. Mes cheveux étaient encore trempés, et me mouillaient les épaules. Je m’approchais doucement du lit en mode, je ne dois pas faire de bruit ! Lorsque la porte de l’armoire s’entrouvert et une main presque squelettique et charnu avec de longues griffes sorti légèrement. Je me figeai horrifiée. En état de choc, et de peur, je me crispais. Je regardais la main sortir de plus en plus sans bouger…

Je me mordis violement la lèvre pour sortir de cette catatonie, pris mes affaires tout doucement, ouvris la porte, et partis en courant. Je dévalais les escaliers comme une furie qui a vu la mort en face, me cassant accessoirement la figure, et glissant les dernières marches sur les fesses … Ça fait mal !

J’étais un peu sonnée aussi, et je ne bougeais pas. Ma main saignait, mes fesses me brulaient, mon cœur était affolé, mon corps tremblait et je respirais fort. Je ne sais pas ce que je voulais faire, ce que j’attendais mais rien à faire, je n’arrivais pas à bouger.


avatar


Sang-mêlé

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Freya/Nephtys
Vitesse de réponse : Normal


Mer 9 Juil - 22:35
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5034-hilaren-sombresang
Concentré, je retranscris sur le petit carnet tout ce que j'avais vu, entendu, ou senti qui avait quelque chose d'anormal depuis que j'étais arrivé dans ce village aux apparences banales. Tout d'abord, les dire de la jeune fille, sur cette femme nue courant au hasard des rues en hurlant des paroles incompréhensibles. Je notais mot pour mot ce qu'elle m'avait dit. C'était limpide dans ma tête, ça aide d'avoir une mémoire parfaite. Je décrivais ensuite la scène de l'homme qui crachait des plumes et surtout, je notais les mots du tavernier qui semblait être totalement indifférent à une situation pareille. Ce village était une mine d'or pour scientifique. Il y avait forcément quelque chose qui n'allait pas là-dessous. En bon homme de science dont la curiosité n'a d'égale que la détermination, je devais découvrir ce que c'était.

- Et je t'aiderais pas ! Voilà ! Parce que tu m'as vexé à me traiter d'idiot !


- Tu es un idiot... Et je ne t'écoute même plus !

Plus rien... peut-être qu'il était tellement vexé qu'il avait décidé de ne plus me parler... Ça m'arrangeai tout compte fait ! Difficile de se concentrer avec quelqu'un qui te hurle dessus en permanence. J'en aurais presque mal au crâne !

Pendant que je rédigeais le passage sur l'homme-chien, un grand tapage secoua l'escalier qui menait à l'étage. La jeune femme de tout à l'heure dévala les marches avant de finir en bas sur le fessier. Elle était encore blessée et c'était vraisemblablement rhabillée en hâte après son bain, car elle était encore trempée... Elle était dans un état quasi-catatonique, tremblante de tout son corps. Pas besoin d'être un génie pour comprendre qu'il s'était passé quelque chose là-haut ! Je devais aller voir ! Mais avant, essayons de rassurer un peu la petite pour qu'elle parle... Lui commander à manger, c'est bien ça ! Faut la chouchouter même si je sais très mal m'y prendre...

- Tavernier, préparez-lui un repas chaud ! Je paierais.

Je m'approchai doucement d'elle, m'accroupissant pour voir ses yeux et qu'elle puisse voir les miens. J'essayais de me faire le plus doux et amical possible et pour une fois, il semblait que j'y arrivais !

- Tu vas manger et te sécher à la cheminée, d'accord ? Moi je vais aller là-haut pour voir ce qui s'est passé. Pendant ce temps, soigne-toi et repose-toi, hein ?

Je ne souriais pas, faut pas trop en demander non-plus ! Je me relevais pour sommer les pochetrons de quitter les lieux et de retourner chez eux, invoquant un danger peut-être inexistant, mais comme ça, j'aurais la paix. Ils suivirent mon conseil et détalèrent comme des lapins et en quelques minutes, la salle était complètement vide à l'exception de la fille, du tavernier et de moi.

- Et de moi !


- Oui... et de toi. Moi qui pensais que t'étais parti !


- Nan, tu m'aimes trop ! J'ai pas envie de te faire de la peine !

Même si je ne le voyais pas, je pouvais imaginer son immense sourire de crétin. Et rien que ça, ça suffisait à me gâcher ma journée !



Code couleur de sa voix extérieur: : color=#0099cc
Code couleur de sa voix intérieur Very Happy : color=#ff9900


avatar


Liche

Partie IRL
Crédit avatar : Kit by Alissya^^ Merci beaucooooup ♥
Double compte :
Vitesse de réponse : rapide !


Jeu 10 Juil - 18:41
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t6894-ceridwen
Des échos, des murmures, des sons presque inaudibles planaient autour de moi. Je n’avais toujours pas bougé. Je restais figée. Je n’entendais pas grand-chose. Je ne faisais attention à rien. J’étais crispée, et … Je finis par baisser la tête fixant mes pieds nus. Je soufflais fort. Je suis faible.

Je n’aimais pas être faible, brisé par une vision d’horreur. J’ai fuis pour sauver ma vie. Je n’ai pas honte de ça cependant me retrouver à trembler de peur, à m’enfermer dans le monde chimérique de mon esprit, ça m’agaçait. Je m’en voulais pour ma nature trop humaine… Cependant, pour rien au monde, je ne changerais.

Je n’ai pas la capacité d’affronter ce genre de chose. C’est peut-être pour ca que la nature m’a donné ces créatures comme alliées. L’inconnu d’avant se présenta à moi. Il me regarda, en se mettant à ma hauteur. Je le regardais dans les yeux alors que ma main jouait avec le pan de jupe longue. Je restais muette face à ce qu’il disait… Surtout que je n’entendais presque rien… Il parlait de couverture, et de repas ? Pourquoi ? Quel est le rapport ?

Je le regardais perplexe. Que me voulait – il ? Puis je vis la pièce se vidait… Euh…. POURQUOI ? Ma peur grandissait dans mes entrailles, me tirant la peau… Je me sentais paralysée par cette peur. Que se passait – il ? Pourquoi tout ce monde si festif, partait comme ça ? Les avait – il menacé ? Etait – il un monstre ? En avait – il tué ?

Une aura de souffre m’entourait… Une lueur s’illuminait comme des flammes, alors que ma peur grandissait… Je le poussais pour qu’il s’écarte.

Je me levai d’un bon, et courus me mettre dans un coin loin de lui, me recroquevillant par terre, dans la noirceur de ce bout de parquet. Je tremblais de peur, j’étais paniquée.
Quand tu es paniqué, le moindre détail peut aggraver ton état, et ta peur… Surtout quand on ne te réconforte pas.

- Ne m’approche pas !!!

Mes genoux étaient contre ma poitrine, mes bras autour, mes mains crispaient, s’accrochant au tissu. Je le fixais, avec de la détresse dans mon regard. J’étais entre un meuble et le mur dans un coin, face à cet inconnu et le barman. Je devais quitter ce village. Je devais… Cependant, je devais aussi trouver le courage de le faire. Et si je tombais sur cette créature dehors ? Et si elles étaient plusieurs ? Ma respiration s’accéléra rien qu’en pensant à tout ça. Je n’arrivais pas à calmer cette peur envahissante…. Je ne savais pas quoi faire. La nuit n’est vraiment pas rassurante. J’aurais aimé qu’Héméra soit là avec moi… Ca m’aurait, je pense, rassurée. J’étais figée comme un débris dans un coin. Je me détestais pour ça. C’était comme si je ne contrôlais plus rien, PLUS RIEN !


avatar


Sang-mêlé

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Freya/Nephtys
Vitesse de réponse : Normal


Mer 16 Juil - 21:41
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5034-hilaren-sombresang
Et moi qui essayais d'être sympathique ! Voilà comment j'étais accueilli ! Elle me répugnait complètement, m'écartant de son chemin pour aller se réfugier dans un coin de la pièce, m'hurlant dessus comme une possédée. Etait-elle aussi folle que moi ? Je ne pense pas, c'était sûrement un traumatisme, mais quelle créature cauchemardesque avait-elle vue là-haut ? Ou bien est-ce que son esprit était-il si faible ? Quelle que soit la réponse, elle ne m'importait plus désormais ! Cette jeune âme était bien trop instable pour que je puisse en tirer quoi que ce soit. Je devais maintenant monter à l'étage pour voir ce qui l'avait tellement choquée. Intimant au tavernier de surveiller la possédée histoire qu'elle ne fasse pas une autre crise et qu'elle se mette à trucider tout le monde avec un couteau. Amorçant la montée des marches, j'hasardais mon regard dans le couloir de l'étage. Il n'y avait rien, mais on entendait quelques bruits dont l'origine était obscure. C'était vraisemblablement vivant mais l'espèce dont émanaient ces grognements m'étaient inconnue.

Une fois en haut, je sortis doucement mon épée de son fourreau de cèdre noir. Mon pas était léger et lent, si le danger était réel, je ne voulais pas qu'il abîme mon costume. Il y avait deux chambres de chaque côté et une seule était ouverte, celle du fond à droite. Des traces de pas humides en sortaient et prouvait que c'était la chambre de la jeune femme. M'approchant doucement de l'embrasure, je m'assurais que les grondements provenaient bien de cette pièce avant de m'y précipiter, l'épée pointée dans l'axe de mon torse. Si un animal m'attaquait, ma lame s'enfoncerait dans son flanc dès qu'il me sauterait dessus. Malheureusement, ce n'était pas une quelconque bestiole qui se trouvait dans la chambre. La créature était en fait suffisamment atypique pour que je ne la reconnaisse pas de prime abord. C'était un humanoïde, mais ses membres n'étaient pas chacun de la même provenance. L'un de ses bras était maigre et décharné, provenant certainement d'une source morte depuis longtemps, tandis que l'autre bras était musculeux et couvert de cicatrice. La créature était habillée de vêtements pauvres qui cachaient sûrement bon nombre d'autres difformités. Sa tête était tordue et composée de nombreuses pièces différentes. Le nez, la bouche, un des yeux n'était pas assorti au reste du visage qui n'était plus de première fraicheur. Il tenait un énorme pieu de métal dans la main droite, celui-ci provenait sûrement de la charpente du bâtiment. Sa force devait être colossale pour tenir cette masse comme si c'était un simple bâton de bois.

Je constatai trop tard que ma position n'était pas la bonne, subitement, le pieu qu'il tenait dans la main fusa vers moi et me transperça le corps. L'énergie du coup me projeta contre le mur du couloir. Evidemment, même si le poumon était perforé, cela ne me faisait rien et je pouvais me relever quand je voulais. Mais je savais que n'importe quel humain aurait succombé à une telle blessure. J'étais prêt à riposter quand je vis du coin de l'oeil le tenancier me regarder avec une immense terreur dans les yeux. Je remerciai ma vivacité d'esprit. La seule chose que je pouvais faire maintenant si je ne voulais pas être considéré comme le mort-vivant que j'étais, c'était de faire le mort. Cette idée était rageante mais c'était la seule solution qui se présentait à moi. Je fis donc semblant de tourner de l'oeil pour mimer la mort qui emporte un homme. Je gardais les yeux ouverts, mais je ne devais plus les bouger. Je vis donc le monstre sauter d'un bond par la fenêtre de la chambre pour aller semer la terreur dans la rue. Le tavernier, lui, se précipita en courant vers le rez-de-chaussée, je ne pouvais donc plus voir ce qui se passait, je pouvais tout juste les entendre.

Me voilà donc dans le couloir, un immense épieu d'acier planté dans le torse, le sang coulait en abondance, mais je ne ressentais plus rien. Je ne devais plus bouger. J'étais paralysé !



Code couleur de sa voix extérieur: : color=#0099cc
Code couleur de sa voix intérieur Very Happy : color=#ff9900


avatar


Liche

Partie IRL
Crédit avatar : Kit by Alissya^^ Merci beaucooooup ♥
Double compte :
Vitesse de réponse : rapide !


Jeu 17 Juil - 17:02
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t6894-ceridwen
La peur, la terreur de penser que notre vie peut s’éteindre dans la seconde, que le monstre peut nous dévorer…. La sensation de vivre ses dernières minutes qui te paralyse… Je vivais tout cela pour la dixième fois dans ma vie. Une fois de trop, une fois de plus ou je dois combattre ma peur pour ne pas m’écrouler.
Je devais me relever, affronter ma peur, pour sauver ma sœur qui est perdue dans ce vaste monde.

Je la savais vivante, tout dans mon cœur me le criait. Je fixais ce monde de poussière, ou la vie se perdait dans la mort naissante. J’étais dans mon coin, regardant les moindres détails, ne perdant aucune miette…
Le barman me fixa tout le long mais il avait aussi peur que moi j’avais peur. Pourquoi ne fuyait – il pas ? Qu’est - ce qu’il attendait ? Le plus illogique dans l’histoire, c’est qu’après un bruit des plus étranges, et des plus effrayants, il monta voir ce qu’il se passait. Suicidaire ? Surement.

Je m’en moquais. Mon corps était figé et sa vie n’est pas utile à la mienne. A peine monter, à peine redescendu. Il aurait vu un monstre ? Le barman quitta l’auberge. J’étais seule dans la salle principale. Tout en restant coller contre le mur, je me redressais. Je respirais fort, je me sentais mal. Le souffre grandissait autour de moi. Je m’y étais faite à cette odeur d’œuf pourrit… Je n’avais pas le choix. Ils me suivraient toute ma vie.

J’essayais de regarder au sommet de l’escalier voir pourquoi le barman avait – il couru si vite en dehors de la taverne. Je ne vis rien. J’étais trop loin. Je décidais d’avancer doucement, en étant très méfiante. J’avais toujours ma sacoche avec moi et j’étais toujours aussi tremper. Je me concentrais pour ne pas sursauter au moindre mouvement, ou bruit, tout en faisant attention au moindre ennemi qui sauterait pour me tuer.
Je crois que je mis bien 5 minutes pour atteindre le début de l’escalier. Je me mis sur la pointe des pieds, et je vis son corps… Son corps inanimé, mort ? Et puis je repensais à ce qu’il s’était passé plus tôt. Son visage… Et si il n’était pas mort ? Je fixais ma main blessée, elle saignait toujours mais bien moins qu’avant. Le tissu mouillé qu’il y avait autour, faisait quand même compresse. Tant mieux pour moi.

Je devais m’assurer de sa mort. Etre sure qu’il n’était plus un danger. J’avais un mauvais pressentiment. Le verre ne lui a rien laissé sur son visage, alors pourquoi il serait mort si facilement ? Lui parler ? Pourquoi ? Et si ?

- Vivant ?


Je me trouvais bête. Je soupirais devant ma bêtise. C’est là qu’un chien de l’enfer apparu. La souffre s’était légèrement dissipé, mais envelopper le chien. Le chien dont la fumée sortait de ses narines… Je ne bougeais pas. Il ne me demandait pas de bouger. Il sentait surement le danger. Il était plus doué que moi pour sentir le danger. Je le laissais donc faire. Il monta… Il avança.

Je montais de deux marches pour voir ce qu’il allait se passer. Le chien me vit et secoua la tête d’espérer par ma curiosité. Il cracha par après une petite boule de feu contrôler sur le corps de l’inconnu, couché par terre, faisant le mort.
Puis le chien s’assit, attendant comme moi, une réaction.


Spoiler:
 


avatar


Sang-mêlé

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Freya/Nephtys
Vitesse de réponse : Normal


Ven 18 Juil - 16:05
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5034-hilaren-sombresang
Malgré l'inconfort de ma position, je devais à tout prix rester là, sans bouger. Je ne voulais pas me faire griller ! Le tavernier redescendit rapidement, sûrement effrayé par la scène macabre qu'il avait eut sous ses yeux. Il n'était pas très courageux, j'avais vu bien pire à son âge ! Enfin, je ne l'avais pas entendu prévenir la fille, peut-être que si elle n'était pas au courant de ma "mort" je pouvais me lever et réparer mon corps, ni vu ni connu ! Hélas, mon plan tomba rapidement à l'eau quand je l'entendis lentement s'approcher de l'escalier. Elle mit quelques minutes à monter les marches, sûrement tétanisée par la peur. Je ne pouvais pas bouger au risque qu'elle me voit d'en bas.... J'étais condamné à rester comme ça jusqu'à ce qu'elle s'en aille de ce village... Je pouvais tout aussi bien la tuer, mais je n'en avais pas l'envie. Et puis si je recroisais le tavernier en ville, il me reconnaîtrait sans peines. Non, la seule solution, c'était d'attendre.

Je ne pus la voir quand elle arriva au milieu de l'escalier, mais l'entendre était assez simple. Elle s'arrêta à quelques marches de l'étage pendant quelques instants, sans rien dire... et finalement...

- Vivant ?

Quoi ! Elle doutait de ma mort ! Je jouais si mal que ça ?! Mais comment pouvait-elle croire, ne serait-ce qu'un peu, que j'avais encore une chance d'être en vie avec une telle blessure ?! Je n'avais qu'une envie, c'était de me relever tout joyeux comme si je ne sentais rien, ce qui était le cas. Mais évitons quand même de lui faire davantage peur... Une étrange odeur émanait d'elle. Le chimiste que j'étais la reconnaissait entre mille. C'était l'odeur pestilentielle du soufre. Ce minéral jaune dont l'odeur rappelle les œufs pourris. Certaines de mes expériences nécessitaient son utilisation, j'en avais d'ailleurs quelques échantillons dans mon laboratoire, mais passons.

Je ne pouvais pas voir ce qu'elle faisait, mais je pouvais sentir et entendre. Je pouvais sentir l'odeur de soufre se dissiper légèrement et je pouvais entendre d'étrange grognements. Comme ceux de mon Carnifex adoré... Un chien ? Un chien était vraisemblablement apparu comme ça... Il montait lentement les escaliers... Il arriva finalement en haut et la température augmentait légèrement... Quelle nouvelle bête venait d'apparaître ?... Finalement, un projectile, venant sûrement de lui, frappa mon manteau. Je n'aurai pas réagis si ce petit projectile n'était pas enflammé !!! Un vent de panique et un instinct de survie incontrôlable me poussa à me lever en vitesse pour me débarrasser de ce vêtement qui pouvait sans peine me tuer. Il était en train de brûler petit à petit. Je l'éteignis rapidement en le frappant au sol avant de le jeter très loin de moi. Une mimique de peur mêler de colère tordait mon visage. Mon instinct de survie me faisait retrouver brièvement ces deux émotions lorsque j'étais en présence de feu. C'était l'une des rares choses qui étaient dangereuse pour moi. J'évitais toujours le feu, même si cela était parfois compliqué et sa présence était rare chez moi.

Je pouvais désormais voir l'immense bête devant moi, le chien était rouge et une grande chaleur émanait de lui et faisait onduler l'air autour. La jeune femme était derrière, il la protégeait visiblement. J'avais toujours l'épieu qui traversait mon corps de part en part, mais cela ne me gênait aucunement, je l'avais même oublié au profit de la bête cracheuse de feu. Ma droite était posée sur mon épée, prête à dégainer et à se battre. Cependant, je me ravisai quand mon corps protesta. Même si je ne ressentais pas la douleur, mon corps était affecté dans sa mobilité par cette blessure. Je prenais donc le temps d'arracher le pieu dans une effusion de sang sans montrer la moindre trace de douleur et de l'envoyer dans le décor. Ensuite, je réparai la blessure en quelques minutes. Les légères, comme celle de tout à l'heure, prenaient moins de temps que celles plus importantes. Je pouvais tout réparer en quelques minutes, sauf les os, c'était la seule partie de mon corps qui n'était pas le fruit de mes pouvoirs et donc je devais attendre qu'ils se réparent lentement à la lumière de la Lune sous ma vraie forme pendant des jours, voir des semaines. J'avais eu de la chance ce coup-ci, mes os avaient été épargnés. Après cette petite pose, je me plaçais en face de mes potentiels adversaires. S'ils voulaient me tuer, qu'ils essayent !

- Comment avez-vous sus que j'étais vivant ?! et vous vouliez m'achever en me brûlant vif ?!


Pour la première fois depuis longtemps, ma voix était teintée d'émotion. C'était assez étrange mais une légère nostalgie s'empara de moi lorsque je songeai à mes vies précédentes où les émotions étaient mon lot quotidien...



Code couleur de sa voix extérieur: : color=#0099cc
Code couleur de sa voix intérieur Very Happy : color=#ff9900


avatar


Liche

Partie IRL
Crédit avatar : Kit by Alissya^^ Merci beaucooooup ♥
Double compte :
Vitesse de réponse : rapide !


Sam 19 Juil - 15:40
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t6894-ceridwen
La scène se figea. Elle sonnait comme la fin d’une vie, c’était tragique. Le chien ne bougeait toujours pas, et moi, je restais derrière lui. Je me méfiais.
L’homme prit vie. Dans un bond de terreur, il se redressa, enleva son manteau, et éteignit le petit feu. Le feu était donc son démon ? Je commençais à avoir froid. Ma peur s’était légèrement dissipée. Le fait que le chien était là, présent, ça me rassurait.

L’inconnu était debout, soulagé surement d’avoir peur éteindre le feu naissant. En quelques secondes, j’avais tellement d’émotions sur son visage que cela fut très surprenant. Je le pensais dénouer de tout sentiments y a encore une heure ou deux. Etait – il plus humain que prévu ?
Cependant, j’étais satisfaite, mon pressentiment était juste. Bon, je me demandais si ça ne lui grattait pas le pieu qu’il a dans son corps. Il était là, debout devant nous, comme si tout allait bien. Je paniquerais un peu en ayant cela dans mon corps, quoique je serais surement morte ou en train de mourir. Je m’approchais un peu sans pour autant dépasser mon chien, qui me demanda d’ailleurs de rester derrière lui.

Infaillible, une simple partie de moi, je les aime bien. Alors, sagement, j’opterais à sa demande sans rien dire. Je me sentais moite, sale… Et décidément, je devais encore prendre un bain, cependant j’attendrais d’être sur que je ne risque rien. Je le fixais, aucuns mots ne sortirent de ma bouche. Qu’est – ce que je pourrais bien lui dire ?

Je n’étais pas surprise par cela. J’en ai déjà trop vu dans ma jeune vie. Des monstres qui se changent de formes, qui se guérissent… Ma vie si éphémère était emprise de cauchemars, de terreur… Le peu de bonheur que je connue fut si vite dévorer par le monde, que je n’espérais plus grand-chose. Je trouve que l’inconnu avait une capacité bien banale, mais je n’oubliais pas qu’il pouvait être une erreur de la nature, ne demandant que voir le sang couler sur ses mains.

Le silence régnait dans ce couloir. On se regardait mutuellement. Le chien dont la fumée sortait toujours de ses narines, avait décidé de rester autant qu’elle pouvait pour moi. Comme un ami fidèle, il pensait à moi.
L’inconnu enleva le pieu. Je l’observais. Aucune douleur ne paraissait sur son visage comme si elle n’existait pas. Existait – elle ? Seul le sang coulait comme une rivière… Qu’est – ce que c’est comme être.

Dans l’écho de nos pensées, mon chien murmura une phrase aux sons de massacre. Je savais que si j’en donnais l’ordre, il le tuerait. Je ne le fis pas. Je ne faisais qu’observer la scène. Après le bruit de sang, de chair déchirée, et de pieu touchant le sol, il parla. Sa voix était teintée d’émotions. Avait – il peur ? Peut-il avoir peur ?

- Comment ? J’observe le monde, gravant les détails dans mon esprit, et j’ai vu ta guérison après le verre qui s’est fracassé sur ton visage. Alors je me suis demandée…. Et donc…

Le chien grognait comme si il avait senti quelques choses de louche.

- Je voulais juste voir si mon intuition était juste… Et mon chien a préféré vérifier pour qu’il ne m’arrive rien.

Le chien se releva, s’approcha de moi, se collant à ma jupe. Bien sûr, il n’avait pas quitté des yeux l’inconnu. Il était inquiet comme si quelque chose n’allait pas.

- Qu’est – ce que tu es ?

Le chien huma l’air, alors que j’avais fini de parler.

« On devrait partir, Eris. Souffla mon chien à mon esprit. »

Il avait raison. On n’était pas en sécurité. J’étais curieuse de savoir, mais l’optique de mourir me faisait peur.

- On devrait partir !

Je me retournais pour descendre les escaliers, suivit du chiens, qui finit par passer devant. Je pensais à partir par la porte de derrière, moins dangereux. Mon chien se mit devant moi, et approuva l’idée. Je savais aussi que mon chien n’avait pas perdu l’odeur de l’inconnu. On devait être discret. Je serais donc discrète. Tout doucement, on avança vers la sortie.


avatar


Sang-mêlé

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Freya/Nephtys
Vitesse de réponse : Normal


Lun 21 Juil - 1:32
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5034-hilaren-sombresang
J'étais là, face à cette fille et son molosse. Il semblait plus docile que le mien. En fait, cela faisait plusieurs minutes que je comparais le mien et le sien pour voir lequel était le mieux. Et ça me faisait mal de me l'avouer, mais le sien avait des avantages que le mien n'avait pas... Déjà, il était vivant, donc il sentait pas la décomposition avancée en permanence. Il crachait des boules de feu, et ça y'a pas à tortiller, c'est classe ! Même si je déteste ça ! Et enfin... Il était plus beau... Maaaaais... le mien à une soif de sang incontrôlable ! Il me ressemble en ce point ! Après... il est aussi un peu abruti par moment... mais ça c'est le problème de la plupart des mort-vivants... Enfin ! Arrêtons de nous torturer l'esprit et concentrons-nous sur ce duo !

- Ouais ! Tu fais mal à te poser autant de questions !


Comment il peut..... Bref ! La réponse de la jeune fille était on ne peut plus logique. Qu'elle fasse fonctionner son cerveau... C'est rassurant ! Son chien semblait de plus en plus nerveux à mesure que son discours avançait. En outre, la suite de sa phrase me prouvait que son chien était bien plus intelligent que le mien car il semblait animer d'une volonté propre. Bien que celle-ci soit surtout concentrée sur "SAUVER MA MAITRESSE !!!" c'est un indéniable plus !

- Qu'est - ce que tu es ?


Je me doutais que cette question allait tomber mais j'espérais pas aussi tôt ! J'allais pas lui dire la vérité ! Je suis peut-être débile, mais pas fou ! Ou l'inverse, je sais plus.... Pas grave ! Bon, réfléchissons.... Qu'est-ce qui a une apparence humaine et qui se régénère très vite....

- Je sais !


Un Yogaï ! C'est ça !

- Maieuuuuuh ! J'avais trouvé !

Selon mes lectures, les yogaï sont des gens à l'apparence humaine dont la régénération est très rapide ! Donc je lui mentirais pas ! Et même, à moins qu'elle connaisse, et j'en doute fort, le temps qu'elle vérifie je serais loiiiiin ! J'ai trouvé la solution ! Je m'apprêtais à lui dire quand elle sembla partager subitement la nervosité de son chien.

- On devrait partir !

- Ah ouais ! Bonne idée ! J'ai pas trop envie d'avoir encore un truc dans mon abdomen, ça pique !


Nous descendîmes tous les trois les escaliers et je suivis la jeune fille et son chien jusqu'à la porte arrière de l'auberge. Elle était maligne. Ou plutôt son chien... enfin je savais pas lequel guidait l'autre ! Nous avançâmes doucement, à pas léger en direction de la porte. Une fois dehors, je sentais le danger un peu plus loin, même s'il était toujours proche de nous.

- Bon ! Quant à ce que je suis, je suis ce qu'on appelle un yogaï. Je suis un humain normal sauf que je peux me soigner très facilement, comme tu as pu le voir. Je suis donc difficile à tuer ! Mais j'espère que ce n'est pas ton objectif, j'ai pas envie de m'attirer les foudres, ou plutôt les feux, de ton chien.


Je lançai un léger regard accompagné d'un sourire nerveux au chien. J'espérais qu'il savait où aller pour éviter le danger, parce que moi, je n'en avais aucune idée. Autant se fier à son flair.



Code couleur de sa voix extérieur: : color=#0099cc
Code couleur de sa voix intérieur Very Happy : color=#ff9900


avatar


Liche

Partie IRL
Crédit avatar : Kit by Alissya^^ Merci beaucooooup ♥
Double compte :
Vitesse de réponse : rapide !


Lun 21 Juil - 16:09
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t6894-ceridwen
Me prenait – il pour une idiote ? Je suis humaine mais pas stupide. Je m’intéresse beaucoup au monde pour mieux m’en sortir face à la vie. Je n’ai peut-être jamais rencontré de Yogai, mais j’en ai entendu parler dans mes recherches pour retrouver ma chère sœur.
Même mon chien avait grogné en entendant le nom de la race. On savait qu’il mentait. Dévoiler immédiatement qu’il a menti, n’était pas dans mon intérêt.

- Un Yogaï ? Et tu es terrifié par le feu ? Les Yogaï ont peur du feu ? Ou c’est ta lubie à toi seul ? Dis – je perplexe.

Si je pouvais, je prendrais une chaise, me mettrait autour d’une table avec lui, et je lui poserais mes questions. Seulement le moment était mal choisi. L’horreur sévissait dans ce village. Cela sentait la mort. Mon chien s’avança doucement alors que je poussais la porte. Je la tenais assez pour que l’inconnu passe.

Alors que mon chien avançait en éclaireur pour étre sur que dehors, des monstres n’agissaient pas. Je me retournais et le fixais.

- Quel est ton nom ? Si on doit vivre cette merde ensemble, vaut mieux qu’on sache comment on s’appelle, non ? Je suis Eris.

Le chien grogna, en me jetant un coup d’œil.

« Y a des choses qui grouillent près des maisons. Je ne connaissais pas cette odeur. Eris. Faut vraiment quitter ce village. » Dit mon compagnon des enfers.
« Euh… J’aimerais bien…. »
« Dernière chose, dois-je tuer le menteur ? »
« Non ! On ne tue pas sans raison ! »

« Comme tu voudras. »

Je soupirais. Toujours cette envie de tuer qui ronge mes adorables chiens. J’avoue que je me perdais avec eux. Je voulais leur trouver de jolie prénom, mais ils sont très difficile et aucune de mes propositions leurs plaisaient.

- Des créateurs arpentent les rues… Une idée pour s’échapper de cette merde ?

Je m’étais avancé près d’un arbre, un chêne imposant. C’était sur vu que mon chien avait été à cet endroit quelques secondes plus tôt. Je fixais la pénombre, mais comme je ne vois pas la nuit… A part un sentiment qu’on n’est pas seule, et que ça bouge dans le coin, je ne voyais rien !

Je soufflais. Je réfléchissais sur comment faire pour rester vivante et partir d’ici.

« Mes frères devraient venir ! »
« Non… pas encore. Moins on est nombreux, moins on se fera remarquer. »
« Eris… Bon d’accord. »


Il nous fit signe de le suivre. Je le suivis en trottinant. Marcher paisiblement était trop risqué. Un abri entre deux maisons se présenta à nous. Je me collais contre le mur, attendant l’inconnu. Soit, il nous suivait, soit il est été parti. Quoiqu’il en soit, si il est parti, tant pis pour lui. Je ne me soucie que de moi – même dans toute cette histoire. Après sa collaboration, je ne dis pas non. Cependant, je me méfiais énormément de lui.



avatar


Sang-mêlé

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Freya/Nephtys
Vitesse de réponse : Normal


Jeu 24 Juil - 15:14
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5034-hilaren-sombresang
Bizarrement, le duo ne semblait pas croire à mon histoire... Bon, il est vrai que les yogaï ont le sang bleu, mais comment elle peut le savoir ? Est-ce que j'ai encore eus de la chance et que je suis tombé sur quelqu'un dont l'étude des yogaïs est ma spécialité ? Ou encore mieux ! Je suis devant une yogaï ! Non, ça m'étonnerait. Elle n'aurait pas autant peur du danger. Bon, c'est vrai que ma "peur" du feu et spécifique au fait que je suis un mort-vivant. Mais ça peut tout à fait être une phobie ! D'ailleurs c'est ce que je vais lui dire. J'ai aucune envie de lui dire la vérité alors autant essayer de la convaincre le plus possible !

- Oui, c'est une phobie que j'ai depuis que je suis tout petit...
J'affichais une mine bien triste sans exagérer. Mais bon ! Je suis pas venu là pour parler de mon passé !

Elle me demanda ensuite mon nom. Autant lui donner mon identité connue.

- Moi c'est Arenilh ! Arenilh Ambreso ! Désolé que l'on se rencontre dans de telles circonstances.

Son molosse grognait. Visiblement, le danger était tout près....

- Des créatures arpentent les rues... Une idée pour s'échapper de cette merde ?


- Bah... la bonne vieille fuite mais je ne pense pas que ce soit très utile. Je pourrais toujours rester pour faire diversion et toi tu t'enfuis. Ils pourront pas me faire grand chose !


Un léger rire sortis de ma gorge. Je pensais sincèrement ce que je disais. Si elle s'en allait sans que je la force, je pourrais étudier ces créatures tranquillement. C'était évident que cet humanoïde n'était pas monnaie courante ici. D'où provenait-il ? Tant de questions dans ma tête que je n'arrivais plus à me concentrer sur mon acolyte. Après quelques instants, je repris mes esprits.

- Qu'en penses-tu ?

Son chien était la méfiance incarnée. Jamais vu un canidé aussi farouche devant des étrangers. En un sens, il ressemblait à sa maîtresse. Elle aussi semblait être du genre à nourrir beaucoup de soupçons face aux gens qu'elle ne connaissait pas. Même moi elle ne m'appréciait pas !

- Et ça t'étonne ?! T'es aussi avenant que ton chien !


Il avait pas tord, mais mieux vaut qu'il ne prenne pas la grosse tête ! D'autant qu'il est dans la mienne ! Je ne veux pas qu'il devienne plus envahissant qu'il ne l'est déjà !



Code couleur de sa voix extérieur: : color=#0099cc
Code couleur de sa voix intérieur Very Happy : color=#ff9900


avatar


Liche

Partie IRL
Crédit avatar : Kit by Alissya^^ Merci beaucooooup ♥
Double compte :
Vitesse de réponse : rapide !


Sam 26 Juil - 15:10
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t6894-ceridwen
Arenilh, quel drôle de nom. Bien, enfin je connaissais son nom. Cela sera plus simple pour moi. On était donc toujours dans cette ruelle sombre. J’aurais aimé savoir voir dans le noir, cela aurait tellement utile. Je fermais les yeux un bref instant tout écoutant Arenilh.
Il voulait dans faire diversion pour me laisser m’échapper ? Euh… Je dois être trop méfiante, mais c’est bizarre.

Quand mes yeux s’ouvrirent, je le regardais perplexe à son idée. Pourquoi ? Je regardais ensuite mon chien, il était plus absorbé par ce qui nous entourait que par les mots prononcés. D’un côté valait mieux. Il était ma sécurité !

- Pourquoi ferais - tu cela ?

Je n’aime pas quand les gens se prennent pour des héros. Je me moquais de sa vie mais … Je suis chiante, pourtant c’est ma façon de voir les choses. Je me demandais si son envie n’était pas un acte suicidaire… Voulait – il mourir ? Enfin non, je suis sûr que non !

Je me rapprochais de mon chien, pour voir ce qu’il l’intriguait. Il avait les oreilles dressées. C’est là que résonna un cri… Je me figeai. Ce cri était empli de terreur, suivi de sanglant des plus horribles. Cette voix était si aigu, si faible et pourtant si violente…

« Un enfant…. »


Je regardais le chien, surprise, pour ne pas dire choqué. Un enfant ? Ici dans cette nuit sombre. Il est peut-être en danger… Si on ne l’aide pas, personne ne l’aide … C’était comme moi, quand j’étais petite, si cet homme nous avais pas sauvé ma sœur et moi. On serait morte. Je partis vers les pleurs.

Sans le chien, sans l’autre… Toute seule dans le noir.

« ERIS ! » Cria violement le chien dans mon esprit.

Je me stoppais. Aurais – je pensé que c’était un piège ? Non, absolument pas ! Je suis peut-être un peu suicidaire dans le fond.
Le vent se leva. Le chien s’était mis à courir vers moi. Si il ne m’aimait pas, n’est ce qu’un peu… Il m’aurait engueulé.

Enfin il me fit quand même la remarque.
« Tu es folle ! On ne sait pas ce qu’il se cache dans ses cries. »

- Je sais…
Soufflais – je dans un murmure.

Je baissais la tête. Au final, tout ce qui comptait, c’était ma sœur. Une sœur qui me manquait horriblement. Je restais figée sans bouger. Je ne savais pas ce que j’attendais. Cependant, je me disais que si cet enfant était en danger, on pourrait l’aider… Mais Le chien avait raison… On ne sait pas ce qu’il s’y cache ! Je soupirais.


avatar


Sang-mêlé

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Freya/Nephtys
Vitesse de réponse : Normal


Ven 1 Aoû - 21:52
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5034-hilaren-sombresang
La jeune femme avait les yeux clos. Réfléchissait-elle à ma proposition ? Faisait-elle un malaise ? Je me le demande vraiment. En tout cas, moi je suis dans ma phase de bonté donc qu'elle en profite avant que je ne change d'avis ! Ou alors elle est bien bête...

- Pourquoi ferais - tu cela ?


C'est vrai ça, pourquoi je veux l'aider en fait ?

- Tu viens de le dire, tu es dans ta phase de bonté !


C'est vrai. C'est simplement pour ça... Enfin ! Pas le temps de lui répondre qu'un immense cri résonne à travers tout le village ! C'était un cri strident, rempli de terreur et de sanglots des plus enfantins. Il y avait là, quelque part dans ce village, un enfant qui se faisait attaquer ou pire. Que devons-nous faire ? Le sauver ? C'était peut-être un piège. Je ne sais pas et ça m'énerve ! Je secoue la tête violemment pour essayer de trouver une réponse mais rien. Cependant, Eris, elle, s'avançait vers l'origine du hurlement. Elle a envie de sauver ce petit enfant. Moi je ne l'est pas, mais je dois la suivre pour la protéger et ainsi gagner sa confiance. Donc le choix est fait ! C'est parti pour aller le sauver ! ... Pas si vite. Elle s'arrête et soupir. C'est peut-être son chien qui l'a sommé de ne pas y aller par je ne sais quel moyen. Il m'énerve ! Pourquoi ne pas la laisser faire ! Bon, en tout cas, moi j'y vais. Ça la convaincra peut-être de me suivre si je passe devant.

Je la dépasse donc pour me diriger vers l'origine du hurlement. Prudemment, je dégaine Catenam de son fourreau, paré à toute éventualité. Je m'avance calmement dans une ruelle étroite pour ressortir dans une nouvelle rue bordée de maison en bois. Ici, adossé contre la porte d'une cabane, un enfant pleure. Il est blessé au bras et lutte de toutes ses forces pour maintenir la porte fermée. Mais celle-ci craque et bouge violemment, prête à céder. Pour l'aider, il fallait faire vite ! Sans me soucier si la jeune femme était derrière moi, je m'élance vers la dite maison, le gamin ne m'entend pas et continue de lutter, cependant, la porte cède sous le poids d'un monstre ignoble. Après quelques secondes, je constate que c'est le même monstre qui m'avait attaqué quelques minutes avant. Il s'en prend donc à d'autres habitants. J'ai un compte à régler avec lui. Il est encore en train de chercher le gamin du regard et je suis à quelques mètres de lui quand je murmure une incantation tout en frappant horizontalement l'air de mon épée. L'onde de choc noire si familière se détache de la lame pour se diriger vers le monstre et le frapper de plein fouet en seulement quelques secondes. La créature prise des convulsions dûs à la douleur s'effondre au sol pour pousser des gémissements qui n'avaient rien d'humains et en se tordant de douleur dans tous les sens. J'en profite pour m'approcher de lui et le décapiter d'un seul coup d'épée.

- Voilà, maintenant nous sommes quittes.

Le gamin est à côté, assis contre le mur, évanoui. Il devait avoir 10 ans à peine. Ses cheveux bruns étaient courts, mais des mèches tombaient çà et là sur son visage. Il était habillé pauvrement mais semblait en bonne santé tout de même. Ses parents devaient beaucoup l'aimer...

- Mais qu'est-ce que je fais de lui maintenant ?

- J'en sais rien moi !



Code couleur de sa voix extérieur: : color=#0099cc
Code couleur de sa voix intérieur Very Happy : color=#ff9900


avatar


Liche

Partie IRL
Crédit avatar : Kit by Alissya^^ Merci beaucooooup ♥
Double compte :
Vitesse de réponse : rapide !


Mar 5 Aoû - 22:13
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t6894-ceridwen
Je me souviens déjà plus de son nom. A croire que son nom n’est pas si facile que ça à retenir. C’est bien ma veine.  Je retiens les détails, j’observe pour mieux reproduire mais les noms me font toujours défauts.
Surtout quand tu veux interpeller la personne, et qu’à peine la bouche ouverte tu l’as refermé car tu ne te souviens plus. Je soupirais, le regardant partir. Allait – il donc vers les cris que l’enfant laisse s’échapper ?
Je voulais lui demander …. Mais …

«  Il s’appelle comment déjà ? »

« Arenilh…. »
« Ah merciiiiiiiiiiii ! »

Cependant il était trop tard. Il était déjà trop loin pour que je l’interpelle. Je soufflais et je me décidais d’y aller. Le chien n’était pas d’accord. Il pensait que c’était trop dangereux.  Il avait surement raison mais je m’en moquais.
Je partis en courant. Agacé, il disparut en soufflant que si j’avais besoin, il reviendrait.  J’arrivais devant le seuil de la maison. Le monstre était mort. Un frisson me parcourra le corps, une peur naissante. C’était le monstre qui m’avait terrorisé. Je le fixais en étant à une bonne distance. Je ne voulais pas que mes pieds touchent le sang. Beurk, il puait. Je fixais donc …. Arenilh, sans comprendre.

Il a du le tuer. C’est aussi un monstre. C’est là que je vis l’enfant inconscient. Je m’approchais de lui, lui caressant la joue pour voir. Il était vivant mais il avait légèrement froid.  Il ne paraissait pas blessé, juste sonné.

- Il est seul ? Finis – je par demander.

Je regardais l’entrée détruite. Je devais vérifier. Peut-être que ses parents sont en haut blessés ou cachés.  Il fallait en être sûr.


- Tu restes avec lui, s’il te plait. Je vais faire un tour dans la maison pour vérifier.

Je me redressais et me dirigeais dans la maison. Je commençais par regarder le rez - de – chaussé. Il y avait un peu de sang. Ce n’était pas bon signe. Je faisais attention ou je marchais. Je restais silencieuse, fixant le bordel. Une bagarre a eu lieu. Triste sort pour le petit garçon. Il n’y avait personne en bas, je décidais de monter. La maison était modeste, et plutôt petite.

C’est en regardant dans la chambre de l’enfant que je vis l’horreur. Il était comme moi, témoin de la mort de sa mère, brisé pour toujours, voulant vivre. Il sera marqué pour l’éternité de sa vie. Il perdra surement confiance en le monde. Et espérons que la folie ne l’emportera pas sur son petit corps.
La mère était jonchée sur le sol, les viscères à l’air… Je suis allée dans la chambre des parents. Je ne vis que la tête du père. Ils étaient morts. Il était seul.

Je redescendis avec une certaine hâte. Allant sur le palier de la porte. Je soufflais un bon coup.

- Il est seul. On ne peut pas le laisser seul dans la rue !


avatar


Sang-mêlé

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Freya/Nephtys
Vitesse de réponse : Normal


Dim 10 Aoû - 19:36
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5034-hilaren-sombresang
Bien-heureusement, ma sauveuse aux cheveux bruns arriva quelques instants plus tard. Elle alla directement vers l'enfant sans même m'accorder un regard.

- Je l'aime de plus en plus celle-là !

- Tais-toi ! On peut encore avoir besoin d'elle. Et puis j'aime pas être seul.


- Je sais ce que tu vas me dire ! Tous les génies ont besoin d'un public !

- Exactement ! Maintenant ferme-là, elle parle !


Toujours sans me regarder, elle me demanda.

- Il est seul ?

Je n'y avais même pas songé et à vrai dire je m'en fichais. Ce petit garçon n'avait tout simplement pas eu de chance. Pourquoi s'apitoyer sur son sort ?

- Tu restes avec lui, s'il te plait. Je vais faire un tour dans la maison pour vérifier.


Bien sûr ! Me voilà désormais relayer au rang de madone garde d'enfants ! Mais pourquoi je devrais faire ce qu'elle me dit d'abord ?!

- Parce qu'on a encore besoin d'elle !

- Ferme ta bouche... enfin... tu m'as compris.


Nayris soit louée, il m'écouta. J'acquiesçai donc avant qu'elle n'entre dans la maison vérifier l'état des parents. État que je pouvais aisément deviner, mais je lui laissais la surprise de voir les corps déchiquetés jusqu'à la moelle ! Rien que le fait de penser à cette vision m'arracha un large sourire. Je m'assis donc aux côtés du gamin. Attendant son retour.

Eris redescendit au bout de plusieurs minutes en hâte. Elle s'accorda un long soupir avant d'enfin me regarder pour faire son rapport.

- Il est seul. On ne peut pas le laisser seul dans la rue !

L'empathie des humains me fatigue... Ce serait tellement plus simple de le laisser là ! Mais non ! Il faut l'aider... Bon ! Je commençais à réfléchir à comment faire pour qu'elle me fiche la paix à son sujet...

- Nous pourrions peut-être l'amener à l'auberge, je payerais son séjour et le médecin si besoin.


Niveau finance, j'étais très loin du rouge donc je pouvais me permettre ce genre d'extra.




Code couleur de sa voix extérieur: : color=#0099cc
Code couleur de sa voix intérieur Very Happy : color=#ff9900


avatar


Liche

Partie IRL
Crédit avatar : Kit by Alissya^^ Merci beaucooooup ♥
Double compte :
Vitesse de réponse : rapide !


Lun 11 Aoû - 16:44
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t6894-ceridwen
L’enfant souffrait dans son silence. La peine gravait son visage. Cette image était comme un souvenir de mon propre reflet, de mon propre passé. Si les adultes n’avaient agis en notre faveur. Je serais surement morte figée avec ma sœur entre les bras. La peur figeait dans mes veines, paralysée. Je vis cette enfant. Il respirait si faiblement. Je ne pouvais pas être le monstre, et le laisser là dans le danger. Je lui attrapai la main, la caressant doucement. Il faut le sauver, et le protéger.
Il ne doit plus connaitre l’horreur, la bestialité de la vie … J’avais de la peine pour lui car il allait surement vivre la terreur que j’ai connu, qui me suit dans les tréfonds de mon sommeil.

Je ne regardais pas Arenilh mais je l’écoutais. Je ne quittais pas des yeux l’enfant. Il n’allait pas tout de suite se réveiller mais j’étais rassurée de savoir qu’il n’était pas blessé. L’idée d’Arenilh ne me plaisait pas. L’auberge était vide, tout le monde avait fui. Il serait seule face la dureté de la nuit, face à l’horreur…

- Tu veux payer à qui ? L’aubergiste a fui ! Le lieu est vide. On ne peut pas le laisser seul.


Alors que je vis l’enfant bouger légèrement dans son inconscience, je réfléchissais à une solution meilleure pour lui. Je me refusais à être coupable de sa mort. Le laisser, seul ainsi serait comme prendre une vie. Et je n’en ai pas la force.

- As-tu une meilleure solution ?

Les évènements m’avait fait oublié ma propre blessure. Elle ne saignait plus mais je risquais à long terme une infection. Je soupirais. Il me fallait du savon et de l’eau, simplement ça. Je réfléchissais toujours. Je jetais un bref coup d’œil vers la maison.

- Tu n’as qu’à partir, et me laisser avec lui. Je me débrouillerais.


Je n’aime décidément pas dépendre d’un autre, et encore moins de demander de l’aide. Je ne lui faisais pas confiance. Si je demandais à mes chiens de bruler les parents, peut être que l’horreur soit moins violente si il se réveille dans la maison. Je mettrais les cendres dans une boite, que je donnerais au petit après lui avoir expliqué… Je pensais que cela pouvait être une bonne solution. Il ne sera pas seul, et dès que le jour sera là, je pourrais voir s’il y a un médecin ou une solution durable pour lui.

Je me retournais vers l’homme avec un air perplexe. J’attendais de voir ce qu’il allait faire. Je préférais commencer mon idée après son départ, mais à voir si il partira.

- Que choisis – tu ?



avatar


Sang-mêlé

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Freya/Nephtys
Vitesse de réponse : Normal


Mar 12 Aoû - 16:50
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5034-hilaren-sombresang
Ma proposition ne sembla pas satisfaire la jeune femme. Elle se plaisait à contester chacun de mes dires et ça commençait un peu à m'agacer. De surcroît, elle avait encore le culot de me demander un nouveau plan ! Donc non-seulement elle critiquait mes idées, mais en plus elle n'en avait aucune à proposer derrière !

- L'ironie est palpable.

- Tu as raison. Mais je ne vais quand même pas la tuer, ça fausserait mon karma de la journée.

- Si tu veux, mais tu vas encore devoir la supporter alors.

- Tout pour ne pas être seul ! Avec toi...

- Qu'as-tu dit ?

- rien rien !

- Je préfère...

L'enfant gigotait à peine dans son sommeil forcé. Je me fichais bien de ce qui pouvait lui arriver mais donnons le change, donnons le change...

- Hors de question que je te laisse seule. Ton chien à dû sentir le danger omniprésent dans ce village. Mais si tu veux mourir, dis le moi simplement et je te laisse.

- Ou tu abrèges ses souffrances !


- En dernier recourt petit, en dernier recourt...


- Pourquoi tu répètes répètes ? Je suis pas bête bête hein !

- C'est un effet de style espèce d'inculte !

- Si tu veux....

Enfin, revenons au duo.

- Alors, veux-tu vraiment mourir maintenant, ici, dans ce village perdu ?

Je caressais distraitement le petit bouc qui ornait mon visage artificiel. Je me plaisait à arborer mon ancienne apparence. Ça me liait en quelques sortes encore un peu à mon ancienne vie. Vie que j'affectionnais quand même malgré mon attirance pour la magie qui était contraire au habitudes de la famille et qui me valait d'être un peu isolé.



Code couleur de sa voix extérieur: : color=#0099cc
Code couleur de sa voix intérieur Very Happy : color=#ff9900


avatar


Liche

Partie IRL
Crédit avatar : Kit by Alissya^^ Merci beaucooooup ♥
Double compte :
Vitesse de réponse : rapide !


Sam 16 Aoû - 20:58
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t6894-ceridwen
Quoi… Que … Quoi ? Il est bête ? Je ne veux pas mourir. Je tiens à ma vie. Je lui jetais un regard perplexe. C’est quoi cette question ? Franchement, je sais me débrouillé toute seule, et puis je ne suis jamais seule. J’ai trois chiens pour m’aider. Ca m’agaçait ce genre de comportement. Qu’est -ce qu’il voulait à la fin ?

- Non, je ne veux pas mourir mais cela se voit que tu trouves que cet enfant est un poids pour toi… Alors oui va – t- en.


Je jetais un regard à l’enfant. Il fallait le mettre à l’abri et le plus vite possible. Et parler avec cet homme n’était pas une solution.

- Notre collaboration se termine là. Je me débrouillerais.


Je me mis accroupie, en mettant mes bras sous son corps d’enfant, et je le soulevais avec une certaine facilité. Il était lourd, mais j’avais pris l’habitude de porter des charges lourdes. Je ne regardais plus l’homme. Je ne voulais plus lui adresser la parole. Je voulais juste aider ce petit garçon. Je l’emmenais dans la maison, puis je le posais sur le canapé. Bon, j’avais mis une certaine lenteur dans tout ça. Je le regardais, et lui esquissais un léger sourire. Je fis un tour dans le salon et vit une couverture. Je le recouvris avec.

Il paraissait légèrement paisible. Je le laissais tranquille, allant vers la porte pour la fermer. Je devais la barricader pour que personne ne puisse entrer. Je ne sais pas vraiment bricoler même si j’ai appris quelques bases dans un petit travail que j’ai fait. Je regardais ma blessure en marchant vers l’entrée quand je redressais mon regard, il était toujours là. Toujours au même endroit comme perdu, il était là. Je soupirais. Pourquoi était – il encore là ? Que voulait – il ? Qu’espérait – il ? Trop de questions, pour certaine inutile. Je restais sur le pas de la porte, et je le fixais avec un air interrogateur.

- Que veux – tu ?


C’était clair, et précis. Je ne tournais pas en rond, à la recherche de quelques autres subterfuges pour avoir les informations que je souhaite. Le danger rodait après tout. Je restais donc prudente tout en ne le quittant pas des yeux.


avatar


Sang-mêlé

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Freya/Nephtys
Vitesse de réponse : Normal


Lun 18 Aoû - 16:11
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t5034-hilaren-sombresang
Je m'amusais à énerver cette petite. Aujourd'hui, j'avais décidé de faire comme si j'étais idiot et de l'énervée ! J'en jubilais déjà en l'imaginant me crier dessus... magnifique !

- Non, je ne veux pas mourir mais cela se voit que tu trouves que cet enfant est un poids pour toi… Alors oui va – t- en.

J'ai de la peine dans mon petit cœur ! Elle me vire sans ménagement. Si je pouvais encore pleurer ce serait un flot de larmes qui s'échapperait de mes yeux ! Bon, plaisanteries à part, je vois en cette déclaration une autre façon de l'agacée ! Je vais rester planté là ! Oui madame ! Et je partirais que quand tu me diras que je pourrais rester pour la peine !

- T'es débile...


- J'ai envie de m'amuser ! Et ravi de voir que mes talents de comédien te convaincs toi aussi !

- Nan mais je parle en général, pas besoin que tu fasses semblant d'être abruti...


- Je te jure que le jour où tu sors de là je t'emprisonne à jamais à mon service !

- NON ! JE ME TAIS !


Il avait crié tellement fort que j'avais un début de migraine, ce qui était pas très logique en soi mais passons. Après m'être massé les tempes, je pus découvrir que la fille était rentrée avec l'enfant. Mince, j'ai loupé leur départ ! Pas grave... Mais que faire maintenant ? J'ai pas envie de rester là à m'ennuyer...

- Si tu veux...

- Ni de t'parler !!!


- Ok, ok....

Bon, bah autant continuer de travailler pendant ce temps. Je m'assis contre le mur à côté de la porte en sortant mon carnet et commence à noter les nouveaux évènements de la journée. L'attaque du monstre, notre fuite, son chien. J'avais du temps devant moi. Au bout d'une dizaine de minute, Eris ressortit de la maison. Elle semblait surpris de me voir. Ah oui, je devais partir c'est vrai.

- Que veux – tu ?

Alors là, préparons bien notre réponse, trouvons un truc complètement débile à lui dire ou a faire ! Il faut l'énerver ! Quel prétexte débile pourrait marcher...

- Je sais ! Dis-lui que tu pensais pas qu'elle s'adressait à toi et après rentre vite dans la maison !

- Oh mais la voilà la bonne idée ! Oh merci toi ! Je t'adore !


- Tu le dis pas souvent mais merci quand même...

Je lève distraitement la tête vers elle avant de ranger mon carnet dans la poche de mon manteau et prenant un aire tout à fait innocent.

- Ah tu t'adressais à moiii ! Ah je pensais que tu parlais au gamin !

Elle affichait une mine bizarre, parfait ! C'était la réaction que j'attendais.

- Et comme je vois que la porte est ouverte je vais me dépêcher !

D'un bond, je me lève et me faufile à l'intérieur rapidement. La maison était humble mais restait douillette. C'était sympathique et chaleureux, pas le genre d'endroit où j'aime habiter donc, qu'on se le dise.

- Enfin à l'intérieur ! Il faisait froid dehors !


- Bien joué mon vieux ! Tu vas voir ça réaction va être magique !

- Je m'en doute !

Un léger gloussement s'échappa de ma gorge à cette idée. Qu'allait-elle faire maintenant ?...



Code couleur de sa voix extérieur: : color=#0099cc
Code couleur de sa voix intérieur Very Happy : color=#ff9900


avatar


Liche

Partie IRL
Crédit avatar : Kit by Alissya^^ Merci beaucooooup ♥
Double compte :
Vitesse de réponse : rapide !



Contenu sponsorisé





 
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant