Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 [Pause] Bonzour, c'est moi, le Prof Vico, auteur de la Vicothérapie... [Pv : Victo]

 
Mar 27 Mai - 23:09
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t1733-luz-weiss#30750
BONZOUR, C'EST MOI, LE PROF VICO, AUTEUR DE LA VICOTHERAPIE...

[Pv : Victo]





« Seuls les plus téméraires, s’avancent en ces lieux... »

Luz réajusta le large chapeau de paille qui ceignait ses cheveux. Quelques mèches éparses couvraient par instant son visage d'un paisible remous, et son regard concentré détaillait le vaste panorama d'un coup d’œil avisé. A ses pieds, le sol de terre et de roche exhalait des rondes folles de fumée noirâtre qui laissait un goût amer sur la langue... Les volutes s'élevaient en notes légères jusqu'au ciel et venaient s'y perdre à corps perdu comme des bribes lymphatiques et éphémères.

« Volcania l’écarlate, la terre des dragons, reprit-elle sa comptine, une douce psalmodie qui n'était guère plus qu'un murmure offert à ces terres. »

Volcania la belle, la terrible, la sulfureuse. Volcania l'éveillée, la bête dépravée que des rouleaux de lave venaient lécher de leur morne agonie, grignotant le roc, rongeant la sève comme un feu affamé. Et les plaines, et les collines s'étaient retournées telles des créatures mythiques, soulevées par une main invisible qui en avait ratissé l'essence jusqu'à tailler ces formes si brutales, si découpées en dents de silex : il n'y avait pas plus harmonieux que l'intrépide volcan qui s'était dressé au centre de ce tableau étrange, défiant, sans doute, jusqu'aux Dieux eux-mêmes qui avaient ici leur propre humour...
Si l'endroit semblait discourtois au premier abord, il revivait aux yeux de toute créature écailleuse comme un Eden utopique. Là était la corne d'abondance des dragons ; paix et chaleur dans un monde brutal par trop sanglant.

« Les rivières rubis que cachent ses grands monts,
Ont déjà pris la vie à beaucoup d’audacieux...
 »

Luz avisa le Lac Ardent qui crachait paresseusement son écume dans les landes, filet rouge et lumineux qui garnissait l'horizon d'un coup de couteau sur tous ces tons bruns. Où diable se cachait le dragon des légendes ? Ces contes qui avaient bercé son enfance et que nulle dragon n'ignorait, la nuit, à Foam ? S'était-il tant et si bien enfermé dans son silence revanchard qu'il refusait jusqu'à la présence amicale de l'un des siens... ?
Elle lissa du plat de la main le tissu rêche de sa gibecière en toile de jute, un brin possessive, un brin nerveuse. Ses maigres ressources s'y trouvaient en rangs serrés, et elle y avait roulé sa cape de lin en petits plis minutieux, afin de ne pas souffrir de l'ardente chaleur. Certes, sa nature non conventionnelle l'en protégeait un minimum, mais sous cette apparence humanoïde faiblarde ses aptitudes s'en trouvaient grandement diminuées. Une façon de régresser dans l'échelle animale qui ne cessait de l'agacer !
Les manches retroussées jusqu'aux épaules, sa fine chemise nouée en-dessous de la poitrine, elle s'épargnerait du reste la présence implacable et suffocante du soleil qui lui aiguillait la peau depuis un moment déjà, grâce au large chapeau de paille qu'elle avait habilement monnayé à un croquant un peu plus au sud de ces terres. Elle avait relevé ses longs cheveux flammes sur sa nuque, s'offrant le luxe d'un courant d'air de toute façon absent... Le vent avait déserté les lieux, chassé par le souffre et la cendre. C'était peine perdue pour les joyeuses et fraiches vacances à la mer.

« Cette terre de magie ne connait qu’une seule loi,
Ici ne survivent, que ceux qui ont la foi ;
Foi en leur robustesse, foi en leurs compétences,
Ici le moindre doute, connait la pire sentence.
 »

Elle s'admonesta au courage et entreprit la pénible ascension du si tristement célèbre Roc du Dragon. A quelque altitude qu'elle serait alors du sol, il n'y aurait pas d'espace que son regard ne pourrait embrasser ! Et son diabolique ancêtre montrerait enfin ses couleurs, épinglé au tableau comme une vulgaire phalène sous le clou furieux d'un passionné.

« Le Dragon millénaire se joue des facéties,
Du clown tragi-comique, qu’on nomme humanité...
 »

Luz n'était pas n'importe quel mime empaffé de poudre et de sourires grotesques. Elle était LE dragon qui viendrait déménager ce foutu vieillard écailleux de sa montagne ! Si Monsieur avait des réponses, il se devait de les lui partager. Quelle idée saugrenue que de garder la connaissance pour soi, loin de l'avarice curieuse des jeunes demoiselles dans son genre...

« Et pourtant il s’étonne de la grande énergie,
Que ces héros déploient, suivant leurs destinés,
sifflota-t-elle les derniers vers de cet antique poème, avant qu'un son discordant ne parvienne à ses oreilles. »

Au jugé des cris, il n'était pas nécessaire d'avoir une ouïe particulièrement développée pour les percevoir. Une harangue pareille devait se réverbérer en échos infinis à travers le volcan même !
Luz grimaça dans l'ombre de son chapeau de paille, remit une mèche derrière une oreille du bout des doigts. Allons bon, qui était l'indésirable hôte de ces lieux... ? Voilà que même Volcania n'était plus suffisant pour s’exiler de la civilisation humaine ! Et sachant que ce voyage n'avait rien d'une sinécure, qui était l'autre tout aussi fou qu'elle pour s'être aventuré dans ce simulacre d'enfer... ?
Pressant le pas, elle finit par déboucher sur la scène que lui offrait un écartement entre deux imposants rochers. Ici, la pente s'était à demi effondrée et de nombreux galets venaient dodeliner traîtreusement sous les semelles, formant un ruisseau minéral irrégulier qui s'évasait en filaments sur le plateau rocheux qu'était le Roc du Dragon.
Et au centre de cette petite place... Une armoire à glace se taillait le bout de gras avec ce qui ressemblait grandement à une Wyvern, à grand renfort de tics énervés et de haussement de voix peu appréciables.

Une wyvern. Pas un dragon millénaire.
Un semi dragon qui n'avait jamais fini sa croissance, limité, contenu dans son rôle de reptile inutile qui n'atteindrait jamais les prouesses de ses cousins... Désagréable créature pour un caractère souvent irascible et belliqueux. Une bête pernicieuse qui n'avait de cesse d'agiter ses moignons d'ailes dans l'espoir vain de se montrer fière.
Oui mais... Dans l'expression « semi-dragon », il y avait dragon. Non poulet.

« Hey toi, là ! Fit Luz, dans un élan parfaitement suicidaire digne de son manque absolu de réflexion. Si cela te plaît tant que cela de t'en prendre aux autres, adresse-toi au moins à quelqu'un capable de te renvoyer la pareille ! Lâche ! »

Spontanée, aussi téméraire qu'elle n'avait cure de savoir combien de centimètres atteignaient les biceps du jeune homme, Luz s'avança de quelques pas sur le plateau. Ses sourcils froncés dessinaient un pli au coin de son regard, et ses prunelles vairons s'étaient braquées avec ferveur sur l'objet de son ardeur, une ombre fugace et tempétueuse luisant dans l'obscurité nette dessinée par son couvre-chef. Et le soleil de s'écraser sur les lieux tel un poids plomb, comme s'il désirait faire ployer ces trois silhouettes à présent affublées d'un masque clownesque...



CODE COULEUR = #FFA500


avatar


Dragon

Partie IRL
Crédit avatar : Cadeau de Léandre !
Double compte : Aucun
Vitesse de réponse : Variable (Quelques heures à une semaine)


Ven 1 Aoû - 0:14
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t2125-victo-feral
Spoiler:
 

Un vieux dicton de Zelphos dit "Qui n'est pas fou n'est pas Féral". Non je déconne, c'est de la connerie ! Maaaaiiiis je dois quand même avouer qu'il y a un soupçon de vérité ! Moi aussi plus tard j'voudrais des proverbes avec mon prénom ! Cette folle de Nayris et cet inutile de Yehadiel à ça ouais on en parle !? Mais le grand, le magnifique Victo ... c'est pas gagné ! Quoique depuis que j'ai latté la gueule à ce bon vieux Galaad, je suis rentré dans la Légende. Ma foi, c'est un bon début. Mais j'en veux plus, encore et toujours plus ! Champion de l'Arène ? Un échauffement j'vous dis ! Général Céleste ? Pfff, de la rigolade ! Légende de Zelphos ? Là ça commence à devenir intéressant ! Quel titre pourrais-je donc avoir après un comme celui-là ? Et bien la vérité c'est que j'en sais rien, et quand je sais pas, et bien je tape.

Oui, taper m'inspire, car c'est en lattant la gueule aux gens que s'exprime toute ma créativité, car je suis un artiste, faut pas croire ! Un artiste feignant, certes. Voilà bien longtemps que je ne suis pas parti m'entraîner ailleurs que dans ma villa, et quoi de mieux pour se remettre en forme qu'un petit séjour à Volcania !? Bizarrement, Shinryu n'avait pas vraiment l'air motivé ... et je comprends mieux pourquoi ! Mon dieu mais quelle connerie ! Qu'on ose me dire que les dieux ne sont pas tordus ! Mais pourquoi avoir créé un endroit aussi pourri que ce satané volcan ! Il fait chaud, très chaud, beaucoup trop chaud ! Mais j'suis le Champion, je me fou de la chaleur !

Alors j'ai provoqué ma belle en duel ... et je dois dire qu'elle n'a pas chaumé de son côté ! Rien à voir avec la bête que j'ai dompté il y a des mois de cela ... Plus forte, plus rapide ... je lui tire mon chapeau ! Mais j'ai malgré tout un avantage indéniable sur elle ... ma transpiration ! Hahaha alors comme ça tu n'arrives pas à me prendre entre tes pattounes !?


* Ta gueule Victo ! *

Héhé, tiens mange toi ça ! Un bon uppercut dans la gorge devrait te calmer. Tu titubes, tu cherches ton souffle, tu crois quoi ! Moi aussi j'ai progressé !

* Arrêtes de jouer morveux et passe aux choses sérieuses ! Transforme-toi ! *

Très peu pour moi ! Si j'peux me passer de l'autre conna....

* Fais gaffe à ce que tu vas dire ... *

Je disais donc, très peu pour moi ! Qu'est-ce que ... !? Vous êtes complices !? Cet idiot d'Aeon me déconcentre pendant que je me prends un coup de queue dans la face, heureusement j'ai eu le réflexe de me protéger avec Ragnarok ! Mais malgré ça, je vole ... loin ... avant de m'écraser sur le dos près de deux rochers.

- Si cela te plaît tant que cela de t'en prendre aux autres, adresse-toi au moins à quelqu'un capable de te renvoyer la pareille ! Lâche !

Aïe ma tête ... voilà qu'une garce s'en mêle maintenant, comme si les deux voix dans ma tête ne me suffisait pas, et puis merde, il fait trop chaud, c'est pour ça que je me fait défoncer ! Je relève légèrement les jambes pour retirer mon pantacourt avant de basculer en arrière, pour ensuite me relever d'une habile impulsion des bras.

- On va faire un truc ma grosse, tu te la fermes l'espace de cinq minutes, juste cinq petites minutes et je suis à toi !

La voilà prévenu, et me voilà fin prêt pour te foutre la pâté Shin', maintenant que mon futal ne me colle plus à la peau, ça ne va plus être pareil ! Je m'élance alors vers ma monture, glisse sur les galets pour esquiver un nouveau coup de queue et fait exploser une boule de feu contre son abdomen ! Elles essaie à nouveau de me saisir, mais je suis aussi glissant qu'un savon, je lui grimpe alors sur l'encolure et la rue de coups de poings !

- Je croyais que tu voulais que j'passe aux choses sérieuses ! On a changé d'avis !?

* Espèce d'enflure, arrête de tricher ! Et toi la grognasse ! Viens m'aider au lieu de rester planter là ! *



Thème d'Aeon
Hymne des Féral (Victo's version)♫


avatar


Sang-mêlé

Partie IRL
Crédit avatar : Jecht - FFX
Double compte : Vanitas Féral
Vitesse de réponse : De 1 à 5 jours


Ven 8 Aoû - 18:52
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t1733-luz-weiss#30750
[Hrp : Histoire d'éviter toute erreur de compréhension j'opte pour une autre couleur de dialogue, variante du orange qu'utilise déjà Victo. Ah, et je précise que nous nous mettons d'accord sur nos réactions via skype !]




Luz haussa un fin sourcil dubitatif. Vulgaire. Si vulgaire ! Une parodie vivante des vrais mâles du nord, les muscles et le torse aussi huileux et obscène que l'était son langage. Et il mouvait sa masse avec cet incroyable aplomb qu'on seuls les fous et les ambitieux, à voire si l'un n'entraînait pas justement l'autre... Elle entrouvrit les lèvres. Passa sa langue sur ces dernières, dévoilant un fugace éclat de dents blanches. Goûter l'air n'était jamais facile sous cette forme tronquée, mais cela restait possible moyennant un minimum de concentration... Il fallait séparer les fragrances qui se distillaient sur ses papilles, les identifier à travers un large panel de races plausibles. Mettre de côté ce qu'elle percevait de la wyvern. Il y avait le sel de la sueur, oui bien sûr, mais cette odeur rance ne parvenait pas tout à fait à masquer l'arôme de la cendre, cette cendre feutrée, lourde en bouche, qui caractérisait si bien les natifs de l'élément feu. Démoniaque. Il avait, sur bien des points, le même fumet obscur que Vanitas, Quatre-Cornes et quelques autres... Enfin, sur cette symphonie de saveurs, détonnait l'éphémère et soudaine trace d'une effluve exotique comme une note joyeuse qui se serait perdue dans un océan de barytons. Une effluve inconnue.

Luz fronça le nez en une mimique irrépressible. Il puait la magie et la force pure à des lieux à la ronde, ce qui très franchement, ne l'avançait guère... Terra était à un temps de son histoire où même le plus frêle des humains se révélait capable de vous transformer en quelque représentant du règne animale. Si ce n'était toute l'échelle alimentaire. Tour à tour. Oui, même en l'élégant Gallus gallus domesticus.

« J'arrive, j'arrive, grommela-t-elle donc pour toute réponse. »

Patiemment, elle défit les lanières de sa gibecière. Sortit les deux gantelets qui y étaient soigneusement rangés. Avec l'adresse que conférait l'habitude, elle fit glisser les plaques amovibles de méta-ombre sur le velours de sa peau, et ses doigts rejoignirent les emplacements libres avec ce naturel des armes faites sur mesure. Luz ferma les poings. Les rouvrit. Le métal chuinta dans un doux son feutré, les écailles sombres pivotant les unes sur les autres avec la fluidité et la résistance percutante d'une armure draconienne... Il faudrait au moins cela pour contrer l'imposante épée que brandissait l'autre fanfaron. Il y avait une limite à ce que ses petits poings seuls pouvaient effectuer !

Alors, tout aussi tranquillement, cet air d'indifférence vague sur le visage, la dragonne attrapa fermement les courroies de son sac. Planta sa semelle gauche dans le sol. Et poussa brutalement sur cette dernière. Une, deux trois enjambées. Son bras se détendit comme un ressort et propulsa au visage de l'agresseur son précieux sac de vivres, lui bouchant la vue et s'accaparant tous les feux de son attention. Et tandis que cette diversion bien faiblarde mais appréciable s'occupait de son cas, Luz traça une ligne de feu dans son sillage grâce à de judicieuses impulsions électriques. Elle bondit comme un chat. Se réceptionna sur l'aile repliée de la wyvern, poursuivit sa course folle jusqu'à son cher cavalier. A cet instant précis, l'arme de mort du guerrier amorça son implacable remontée, tranchant toile et aliments sans une once d'effort, à quelques millimètres à peine de Luz qui l'avait presque rejointe...
Elle passa par-dessous la lame, franchit les lambeaux de sa gibecière. Et envoya la puissante détente de son talon sur le sternum de son adversaire.

L'homme fut promptement arraché à sa monture, envoyé sur le sol de poussière, là où la corniche s'achevait abruptement sur un mur rocheux, menant sans doute à la bouche écumante du volcan. Mais absolument pas à l'image de la force qu'avait mise la dragonne dans ce simple geste... Bien loin de l'écrasante rencontre prévue avec ledit mur, l'inconnu s'était contenté de choir de sa wyvern. Comme ça. Et Luz, consternée, avait non seulement dérapé sur la peau glissante du gladiateur, mais avait fortement méjugé de sa masse... Pour l'amour de Yehadiel, voilà qu'elle se mettait à dépenser inutilement son énergie ! Une erreur de néophyte et la puissance originelle de votre coup s'en trouvait divisée par deux !

Cherchant instinctivement son équilibre défaillant sur toute cette surface savonneuse, la dragonne avait elle aussi atterri au sol, manquant se tordre le plus stupidement du monde la cheville. Toutefois, elle n'avait pas dit son dernier mot, et si son coup n'était pas tombé droit, du moins avait-il tout de même fait mouche ! Se couvrir de sueur ne le préserverait pas de son électricité. Bien au contraire. Et une esquisse d'idée commençait à germer dans son esprit, une idée qui nécessiterait un petit moment de préparation mais qui avait l'humble mérite de contrer son impressionnante musculature... Combien de secondes lui faudrait-il pour recouvrer une respiration fiable... ? Luz ne désirait pas le savoir. Et mit à profit ce laps de temps bienvenu.

La dragonne plaça ses mains en coupe et commença à tisser son sort. Des étincelles parurent le long de ses doigts, se faufilant en de légers éclairs blancs comme des feux follets erratiques. Alors, peu à peu, une orbe vrombissante se forma au creux de ses mains, ronronnant déjà comme un animal fou, avide de liberté.

A nouveau Luz effectua un lancé. A nouveau elle rata sa cible. Rater sa cible... ? Oh que non, car la boule d'énergie qui frôla le cuir chevelu du gladiateur acheva sa course sur une proéminence rocheuse qui le surplombait. Et la pierre friable, couverte d'un manteau de graviers et galets, explosa dans une joyeuse gerbe minérale sur sa victime toute désignée...



CODE COULEUR = #FFA500


avatar


Dragon

Partie IRL
Crédit avatar : Cadeau de Léandre !
Double compte : Aucun
Vitesse de réponse : Variable (Quelques heures à une semaine)



Contenu sponsorisé





 
Page 1 sur 1