Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 La première ombre

 
Dim 13 Avr - 22:09
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t3033-artanis-targaryen
Du sable, encore du sable, toujours du sable, et au milieux de cela ? Une ville !
Artanis, se faisant passé pour un forgeron itinérant, voyageait avec une caravane depuis de longues semaines déjà quand ils aperçurent les tours, mais on lui apprit que ce n'était qu'illusion, qu'ils ne rejoindrait la cité des sables qu'après presque une semaine de voyage encore.


*UNE FOIS, je le fait UNE FOIS et c'est pour diversifié le recrutement …purée ….plus jamais …y a intérêt a y avoir de bons éléments la bas … saloperie de soleil …de sable … au moins a la Muerta c'était humide et il y avait de l'ombre … *

Quand enfin, la nuit tombant sur la cité et sur son voyage, l'elfe franchit les hautes portes de Faestalia il eut une pensée pour l'armée de démon ayant rebrousser chemin devant somme toute des fortifications pas si impressionnantes que cela.

*Pff de toute façon le désert fait la moitié du boulot … amener un dragon le siege ne commence même pas … une petite après midi et c'est réglé … ah … bon aller une auberge maintenant … on largue le leste … *

Artanis s'effaça de la caravane, serpentant dans les rues jusqu'à leur point de chute, telle une ombre. Il passa ensuite le reste de la soirée a echanger dans les tavernes les plus mal famées de la basse ville troglodyte les armes volées qui lui servaient de couverture contre de maigres brouses ou certaines informations. En fin de soirée il ne lui restait que son équipement dans sa parodie de charrette, le temps des masques étaient finis, le mendiant redevenait l'assassin, la lumière redevenait l'ombre, Artanis enfila son attirail et commença a rôder dans les rues, terminant son investigation des bas quartiers, pour grimper dans les hauteurs et espionner dans les quartiers les plus riches. Il s'était préparé durant toute la dernière semaine de voyage a cela ,dormant le jour sous les couvertures, apprenant quelques mots de langues locales et la carte de la ville par coeur.

Le jour se levait, l'elfe avait fini son noter de toutes les auberges, tous les avis de recherche ou de missions, et a sa grande déception, pas un voleur, pas un mercenaire, pas même un guerrier de passage ne valait le prix de ses sandale *dans ce trou pommé !*. La ville marchande avait clairement fait sa richesse, sa réputation, et possédait une population entièrement tournée sur l'échange, le partage mais aussi la corruption bref l'argent, et non pas qu'Artanis aima la violence, il n'avait pas fait tout ce chemin pour gouter des dattes, regarder des assiettes ou recruter un fin parleur de la cour. Il ne restait qu'un endroit a prospecter, et pas le plus glorieux ni le plus fertile en guerrier d'élite, les prisons.


*Au moins je n'aurais pas besoin d'être très éveillé … purée qu'elle nuit de M***e ! Une nuit entière et pas un groullot qui sais tenir une épée … les auberge a moitié vide …. bon pas chez les voleurs mais savoir plumer quelqu'un au jeux du petit pois ça va pas faire avancer la guilde … la prison … la prison …. ah! Voila la caserne …ça ne doit pas être loin … bon faut que je descende de mon toit aussi … je ne suis pas une girouette et en plein jour je vais vite me faire griller … dommage que les soldats de la garde soit tant arrosé a l'or que je ne puisse les corrompres pour me rejoindre … alors alors ... *

Alors qu'il descendait tel un gibbon, s'accrochant aux fenêtres d'une rue étroite et perdue donnant sur le parvis de la caserne, l'elfe entraperçut une vision qu'il crut sortie d'un rêve, l’œil rivé sur la caserne pour vérifier que personne ne s'engageait dans la ruelle pour le voir, il vit l'espace d'un instant une femme aux cheveux rouge comme le sang, d'une grâce peut commune, entrer dans le bâtiment, sa chevelure tel un voile volant au gré du vent étant la dernière chose restant de l'apparition une seconde plus tard dans le champs de la porte principale Artanis aurait également juré voire ... des oreilles pointues ! Une elfe ? Ici ? Il préféra rester a l'ombre de sa rue étroite, caché, s'étant assuré qu'il n'existait pas d'autre sortie au bâtiment de la garde, il patienta jusqu'au retour de la femme pour l'aborder en des territoires moins hostiles.



Je retourne parmi les ombres




pour ceux qui rp avec moi ...:
 


Mar 15 Avr - 16:49
    Midi. Heure maudite dans cette partie du monde torride, et je ne parle pas de ces bordels. D’un rapide coup d’œil, elle regarda autour d'elle avec lassitude avant de bouger sa main devant son visage pour essayer de se rafraîchir ne serrais-ce qu’un tout petit peu. Alors que ses joues commençait à rougir et que des gouttes de sueur coulent le long de sa joue, un rôt bruyant se fait entendre suivit de ricanement tout aussi gras les uns que les autres. Que des porcs ces soit disant, garant de la justice et de la paix. Oh oui, quel beau héros Maurice ! Ce gentil bon à rien sait juste tenir sa lance sur son épaule ! Sans servir ça, par contre, je ne pense pas qu’on peut l’affirmer ! Et bah oui, comme il le dit si bien, il ne peut pas tout faire Maurice ! C’était soit il apprenait à ce battre, correctement, soit il apprenait à ne pas dormir qui, soit dit en passant, est très compliqué pour ce genre de personne.
    La jeune femme leva les yeux au ciel en se demandant, pour la cent cinquantième fois, ce qu'elle fichait ici. Peut-être qu’une envie, ridicule oui, de se faire des amis l'a faisait rester. Quelle bonne blague ! Non, elle restait ici, juste pour avoir des infos. Et oui, c'est bon à rien était très utile pour raconter les potins de la ville et pas que les plus futiles. De vraies femmes au foyer ! Après un autre rôt de trop, elle se leva enfin avec la ferme intention de quitter ce lieu au plus vite. Elle avait mieux à faire après tout ! Dont, trouver un lieu où dormir ce qui n’était pas si simple que cela, ici. Tout en réfléchissant, elle défit une corde qu'elle avait en trop sur son corset du moment et le noua autours de ses cheveux pour se faire une queue de cheval rafraichissante, car aussi étonnant puisse-t-il paraitre, ça tenait chaud des cheveux ! Peut-être qu'elle pourrait aller faire un tour chez « le carnivore », elle pourrait très bien proposer ses services de serveuse pour une nuit en l’échange d’un repas et d’un lit pour la nuit. Oh oui, mais cela voulait dire travailler, encore et toujours…  Oh quel enfer ! Elle n’avait pourtant pas l’envie de faire sa nuit sur un banc ou une grange du coin, elle aimait les chevaux mais pas dans son lit ! Elle n’avait donc pas le choix.



    ***


    -Oh ! Ça fait une heure que j’attends ma bière moi !
    -Elenna ! Bouge ton cul !
    -Oui ! J’arrive !

    Légèrement énervée, elle posa la bière devant le client impatient avec un sourire forcé qui ressemblait plus à une grimace qu’à autre chose. Après tout, le jeu en valait la chandelle, un lit et un repas chaud ça demandait bien un petit effort.


    ***



    -Ah !.... Liiiiit….

    En soupirant, d’aise cette fois-ci, elle se mit avec plaisir sous les draps. Cela faisait combien de temps qu'elle n'avait pas dormi dans un lit ? Un mois ? Deux mois ? Elle ne comptait même plus, mais elle profitait toujours de ce petit élan de confort quand elle pouvait l’avoir. Bon, le matelas était un peu durs mais moins déjà que la terre.
    Ce fut avec une dernière pensée pour ce qui allait l’attendre demain qu'elle ferma l’œil sans demander son reste.



    ***


    -Pas une attaque, pas un seul problème de route, tout c’est déroulé comme prévu. C’était vraiment… Trop tranquille presque. Bonne ambiance. C’était sympathique.
    -Tant mieux, espérons que la prochaine mission que je vais te confier va se passer aussi bien ! Tu auras toutes les informations sur ce parchemin, le lieu d'arrivée, les recommandations et ce que la caravane va transporter ce coup-ci. En gros, comme d’habitude, tu devras surveiller constamment les lieux et les environs, je ne veux pas un seul mort à part extérieur à la caravane, pas un seul objet qui disparaisse, sinon je jure que tu vas avoir de mes nouvelles !
    -Oh, maintenant on joue avec les menaces, capitaine. Donnez donc moi cela ! La caravane part quand ?
    -Une fois arrivée en ville, donc dans une heure, alors ne tarde pas à rejoindre la porte !
    -Et bien c’était bien le moment pour me prévenir ! Un peu plus et il partait sans moi !
    -Bouge, tu vas être en retard.

    C’est en soupirant, oui c’était une grande habitude chez elle, qu'elle partit pour la centième fois de ce fichu bureau.
    Quand elle sortit dehors, le soleil cogner déjà de nouveau, en plissant les yeux et avec sa main en visière elle regarda devant elle en calculant dans sa tête qu'elle route la ferrait arriver le plus vite possible au dépars des caravanes. Outch, à en voir le verdict, elle allait devoir courir…  


Invité

avatar




Jeu 17 Avr - 15:36
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t3033-artanis-targaryen
Lorsque celle qu'il attendait patiemment depuis de très longues minutes sortie a longues allonges, Artanis comprit son empressement et le risque de la perdre dans un dédale de ruelles sans fin dont il ne connaissait rien aussi bondit-il hors de sa cachette et calqua son pas sur celui de la femme aux cheveux de sang, qu'il ne put suivre très longtemps sans révéler sa propre nature. La femme ne se cachait pas, elle, aussi pour la suivre dut-il prendre une rue parallèle, accélérer le pas, et arriver a sa hauteur en retournant dans la rue principale, ne pouvant plus éviter d'attirer son attention il essaya que son apostrophe ne parut pas trop rude étant donné qu'il avait gardé son visage caché, toujours en armure de cuir, l'épée ceint dans son dos, et abordant cette femme sans raison apparente :

-Bonjours jeune elfe ! Hey ...HEY ! Regarder ...moi ….la ...ralentissez je vous pire voyons je ne vous veut aucun mal, j'aimerais juste converser avec vous !

L'elfe se retourna enfin et lui adressa rapidement la parole, lui rendant son salut il s'empressa de dégager une gène :

-Je ne vous veut pas de mal … c'est juste que voyez vous ..j'ai beau faire le fier avec mes atours … je ne sait pas très bien me défendre une fois l'épée hors de son fourreau … alors que vous …. pourriez vous m'aider a atteindre sans encombres l'endroit ou vous aller ? Ainsi je ne serait pas un fardeaux et je resterait en sécurité le plus longtemps possible ...ses rue son si inquiétantes …

Faignant des regards méfiants autours de lui il se reporta a son interlocutrice qui ne tarda pas a lui répondre :

-Oui, bien-sûr mais je suis en retard donc il va falloir mettre la cadence.

Puis il avait entamé son improvisation parfaite pour cacher son identité et en apprendre plus sur la jeune elfe qu'il interrogea de quelques questions superflues le long du trajet, il apprit ainsi qu'elle travaillait pour la garde comme une sorte de mercenaire, qu'elle avait plus ou moins toujours vécus dans cette ville ou le désert alentour, mensonge certain aux yeux d'Artanis passant régulièrement de ses oreilles, a sa chevelure et a ses yeux ne trompant pas sur son lieux de naissance véridique, a savoir certainement pas le désert !

L'elfe l’emmena jusqu'aux portes de la cité, il avait réussit par sa conversation a faire ralentir son pas et cela lui avait permis de pouvoir encore feindre d’être un pauvre vagabond de faible constitution, mais cela avait entraîner un retard pour l'autre elfe qui ne put éviter un assaut verbal de plainte de la part de ses collègues qu'elle encaissa étonnement bien avant de se reporter sur Artanis :


-Au revoir et bonne chance à vous. Essayez de rester en vie même si je n'ai pas peur pour vous, vous avez l'air d'avoir de bonne jambe.

Ce a quoi il répondit :

-Oh! Déjà ? Hmm vous savez quoi ? Vous m'êtes bien trop sympathique et votre compagnie m'es bien trop agréable pour que je la délaisse ainsi ...ce n'es pas grave ... je vais vous suivre sur votre retour et ainsi vous apporter un peut de conversation que vous ...camarades ne peuvent visiblement pas vous octroyer ...en revanche... veuillez m'excuser mais comme vous me l'avez si bien fait remarquer ce rythme m'a quelques peut épuisé et je ne puis suivre votre pas plus longtemps ...

Et il reprit la route en sens inverse, roulant des yeux en voyant la direction prise, et perdant un peut son regard parmi les maisons s'éveillant encore dans ce quartier de la ville, laissant un peut l'elfe l'oublier, marchant derrière le convoi pour réparé son erreur de discrétion, regrettant de s'être laissé emporter par le rythme de l'elfe que seul un autre elfe aurait pu soutenir ainsi tout du long. Le soleil s'élevait enfin au dessus des toit et imposait son étouffante présence par un zénith impérial qui prêtait à la moindre goute d'eau des allures de providence.



Je retourne parmi les ombres




pour ceux qui rp avec moi ...:
 


Jeu 3 Juil - 19:16
-Oh! Déjà ? Hmm vous savez quoi ? Vous m'êtes bien trop sympathique et votre compagnie m'es bien trop agréable pour que je la délaisse ainsi ...ce n'es pas grave ... je vais vous suivre sur votre retour et ainsi vous apporter un peut de conversation que vous ...camarades ne peuvent visiblement pas vous octroyer ...en revanche... veuillez m'excuser mais comme vous me l'avez si bien fait remarquer ce rythme m'a quelques peut épuisé et je ne puis suivre votre pas plus longtemps ...

Prise de surprise, Elenna haussa un sourcil à cette annonce. Pour commencer, elle ne croyait pas du tout à la fatigue de l'homme, ensuite elle était certaine qu'il ne venait pas ici juste pour ces beaux yeux. C'était beaucoup trop tirés par les cheveux. Entendant de nouveau un juron en sa provenance, Elenna fut tirée de ces pensées et foudroya du regard le coupable. Il commençait à la chauffer celui-là, qu'il fasse attention à ces fesses, elle risquait bien de lui faire un mauvais coup. Elle sourit sadiquement avant de prendre le parchemin de mission de sa ceinture, elle le déroula devant ces yeux en reniflant avec dédain. Bon, simple il fallait juste escorter un convois marchandise à un riche marchand, « enquiquinant » selon l'elfe qui ne se retint pas de rire. Celui-ci s’amplifia quand elle vit le nombre de soldat qui avait été pris pour cette mission. C'était du grand n'importe quoi... Ils étaient plus d'une vingtaine ! Oui, depuis le temps qu'elle travaillait de force, c'était la première fois qu'elle tombait sur un cas pareil.

Ainsi suivant le mouvement à contre cœur, Elenna se mit en marche. Elle regarda à peine les environs sachant parfaitement qu'il ne risquait quasiment, en tout cas rien qui ne justifiait la présence d'autant d'homme. Alors qu'elle regardait rapidement autours d'elle, elle repéra derrière elle l'inconnu. Il marchait derrière en traînant les pieds, la jeune elfe sourit en le détaillant des pieds à la tête. L'inconnu lui allait parfaitement bien comme surnom ! On ne voyait rien de lui. Si, allez, juste ces yeux ! Oh miracle, tout le reste était caché, soit par un habit qu'on pourrait plutôt qualifier de vrais attirail, puis du foulard cachant le bas de son visage jusqu'au yeux et enfin pour couronner le côté mystérieux un chapeau sortant d'on ne sait où. Oui vraiment c'était un drôle de type, surtout quand Elenna remarqua qu'il avait bel et bien rien à faire à part traîner des pieds.


-Tu as regardé les environs ? L'interrompit un homme à la tête du « convois ».
-Ouep, en fait, il y a même des milliers de paires d'yeux qui ont fait un bout de tâche à ma place. Répondit-elle froidement en souriant de force. Quoi que ? Non, je n'ai pas regarder derrière le « convoi » on ne sait jamais... Les attaques en ville sont tellement nombreuse ! Continua-t-elle en levant les yeux aux ciels.
-Garde tes réflexions pour toi et fais ton boulot correctement  !

[i]Souriant en papillonnant des yeux Elenna sortit du lot avec joie et pouffa même en voyant le soldat jurer de nouveau. Comme c'était plaisant de leur pourrir la vie comme il pouvait la lui pourrir ! Ainsi Elenna prit des rues alentours pour regarder vite fait, avant de revenir à la fin du convoi ce coup-ci. Pendant un instant, elle marcha derrière l'inconnu en se demandant si elle devait vraiment prendre au sérieux son invitation de tout à l'heure. Littéralement, à croire qu'il était venue pour s'ennuyer et rien d'autre. Prenant son courage à deux mains, elle pressa le pas et s'arrêta à la droite de l'inconnu. [i]

-Bon, votre invitation pour discuter me semble de plus en plus alléchante maintenant ! Si vous voulez mon avis tout ceci ne sert à rien, autant d'homme pour... quoi ? De simple marchandise de pacotille ? Ce que ne fais pas faire la richesse...

Invité

avatar




Lun 7 Juil - 15:19
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t3033-artanis-targaryen
Laissant son regard se perdre entres les allées, les étals de marchand, laissant son esprit s’enivrer des odeurs d 'épices de la place du marché, Artanis ne prêt pas attention a la chef du convoi et se laissa dépasser, marchand en queue de convoi. Il pris rapidement note du changement d’atmosphère quand celui ci quitta les portes et le quartier marchand pour le quartier pauvre, l'ombre de la ville, la ou Faestelia prenais une tout autre couleur que celle des milles étoffes offertes a son regard plus tôt, la où les épices deviennent poisons, les étoffes ne se font qu'en tons sombres se mêlant dans la nuit, et les riches argenteries font places aux armes plus rapides les unes que les autres a ôter la vie.Alors le regard de l'elfe se fit acéré, alors l’ouïe du prince d'Illiréa se fit celle du chasseur, il n laisserais rien couper court a sa propre traque.C''est alors que la jeune femme aux cheveux de feu s'approcha de lui :

-Bon, votre invitation pour discuter me semble de plus en plus alléchante maintenant ! Si vous voulez mon avis tout ceci ne sert à rien, autant d'homme pour... quoi ? De simple marchandise de pacotille ? Ce que ne fais pas faire la richesse...

Retirant son masque cachant une partie de son visage il accueillit cette proposition avec un sourire t s'empressa de répondre d'un ton qu'il fit joyeux, ses sens toujours a l’affût :


-La richesse est pour beaucoup source de pouvoir, pour d'autres de reconnaissance, pour beaucoup le pouvoir et la reconnaissance sont une fin en soit … le pouvoir … la reconnaissance … sont des fardeaux … dont on doit tirer fierté, mais seulement après en avoir tiré l'humilité … le pouvoir est une responsabilité, envers ceux qui n'en on pas … mais je divague excuser moi, eheh beaucoup d'hommes sont fou de recherche gloire, richesse, pouvoir, toute leur vie … ne les blâmer pas pour leur erreur, car c genre d'homme que vous servez aujourd'hui on leur cœur tant assombrit qu'il ne reverra jamais la lumière … intéresser a ceux que l'ombre n'a pas encore totalement recouvert … soucier vous de ceux que vous pouvez aider, et mépriser les autres qui vous détournerons de votre route, de votre destin.

Laissant ses mains glisser le long d'un mur d'une ruelle plus étroite a passer pour le convoi que les autres, ses doigts s'arrêtèrent un instant sur une poutre apparente usée par le temps et l'entretient absent pour en décrocher un copeau, une écharde longue comme une aiguille a tricot et grosse comme un doigt, il dénota du mouvement dans les ruelles avoisinantes alors que les charrettes en tête de colonne s'engouffrait dans un passage abrité, continuant dans son sermon :

-Comme ceci … l'age nourrit le désespoir et l'abandon de soi … et le corps et l'esprit suivent … tout comme certains habitants de cette ville … certains ont la richesse et c'est leur âme qui meure a petit feu, et d'autres, qui n'ont rien, perdent espoir, et comme ce bois leur corps dépérit, et comme se bois, des parties d'eux même disparaissent ,laissant place au désespoir … et le désespoir fait faire bien des choses …

Vif comme l'éclair, l'elfe projeta l'éclat de bois dans l'ombre d'une ruelle, un bruit métallique retentit, puis un cri étouffé, enfin après quelques secondes d'un lourd silence, scrutant tout ce que se passais autour de lui, l'elfe, dirigeant son regard a l'avant du convoi, comprenant trop tard, les muscles tendus, vit le passage s’effondrer, puis plus rien, se détendant, s'adossant a la dernière charrette, continuant calmement :

-Ainsi... même pour de "simples marchandises ", dans ces quartiers … « autant d'hommes » ne sont pas de trop ... je pensais que, étant d'ici, vous le sauriez ... et puis voyez, comme ça ce sont eux qui vont déblayer et nous pouvons continuer notre conversation, "ils" reviendront … mais pas tout de suite … pas avant que vous n'ayez put m'en dire plus sur vous, j'ai hâte de savoir comment une elfe aux cheveux de feu a put providentiellement se retrouver dans ce pays …

Le sourire aux lèvres, Artanis plongea son regard d'azur dans celui de son interlocutrice, attendant sa réponse, plein de malice qu'il avait peine a contenir.



Je retourne parmi les ombres




pour ceux qui rp avec moi ...:
 


Jeu 10 Juil - 16:17
-La richesse est pour beaucoup source de pouvoir, pour d'autres de reconnaissance, pour beaucoup le pouvoir et la reconnaissance sont une fin en soit … le pouvoir … la reconnaissance … sont des fardeaux … dont on doit tirer fierté, mais seulement après en avoir tiré l'humilité … le pouvoir est une responsabilité, envers ceux qui n'en on pas … mais je divague excuser moi, eheh beaucoup d'hommes sont fou de recherche gloire, richesse, pouvoir, toute leur vie … ne les blâmer pas pour leur erreur, car c genre d'homme que vous servez aujourd'hui on leur cœur tant assombrit qu'il ne reverra jamais la lumière … intéresser a ceux que l'ombre n'a pas encore totalement recouvert … soucier vous de ceux que vous pouvez aider, et mépriser les autres qui vous détournerons de votre route, de votre destin.

Elenna marcha tranquillement aux côtés de l'inconnu, pensive. Son destin ? Si seulement cet homme savait qu'elle était son destin. Pour le moment la seule chose qui s'offrait à la jeune elfe était de finir sa vie ici, dans un lieu qu'elle n'aimait pas, enchaînée par des chaînes invisibles à l'oeil nue. Alléchant, n'est-ce pas ? Elle n'aidait pas, elle obéissait payant ainsi ses dettes. Oui, Elenna aurait bien aimé dire au revoir à tout, partir mais elle s'en savait pas digne. Après tout elle n'avait pas eu besoin d'argent pour faire du mal. Ses fardeaux étaient autres que le pouvoir et elle aurait aimé avoir leur fardeaux. Cela était beaucoup plus simple. Quoi que. Elle soupira, l'inconnu était de bonne compagnie mais trop... Trop, il touchait là où il ne fallait pas. Distraite, la jeune elfe ne faisait plus attention à rien et écoutait l'homme sans dire un mot à l'inverse de lui :

-Comme ceci … l'age nourrit le désespoir et l'abandon de soi … et le corps et l'esprit suivent … tout comme certains habitants de cette ville … certains ont la richesse et c'est leur âme qui meure a petit feu, et d'autres, qui n'ont rien, perdent espoir, et comme ce bois leur corps dépérit, et comme se bois, des parties d'eux même disparaissent ,laissant place au désespoir … et le désespoir fait faire bien des choses …

Elenna se raidit. Non, elle n'était pas désespérée ! Juste blasée. Oui voilà, elle était blasée et ne savait pas vraiment se qu'elle devait faire à présent. Après tout, elle ne savait pas encore si l'autre comptait se servir d'elle longtemps. Mais, elle n'avait plus la force de rester ici. Elle voulait renter chez elle, voyager, son destin n'était pas de vivre ici et au fond d'elle, elle le savait.

-Ainsi... même pour de "simples marchandises ", dans ces quartiers … « autant d'hommes » ne sont pas de trop ... je pensais que, étant d'ici, vous le sauriez ... et puis voyez, comme ça ce sont eux qui vont déblayer et nous pouvons continuer notre conversation, "ils" reviendront … mais pas tout de suite … pas avant que vous n'ayez put m'en dire plus sur vous, j'ai hâte de savoir comment une elfe aux cheveux de feu a put providentiellement se retrouver dans ce pays …

Tiens donc ! Elenna ne faisait vraiment plus attention à rien, absorbée comme elle était dans cette échange. Devait-elle répondre ou l'ignorait bien convenablement pour enfin se décider à faire son boulot ? Quoi que, les imbéciles avaient l'air de s'en sortir plus ou moins bien malgré son absence. Même si, elle ne le connaissait pas après tout ! Oh, et puis qu'avait-elle à en perdre ?

-Je viens d'Illiréa. Je sais, vous ne connaissez pas. C'est bon, on m'a déjà fait ce coup-là. Même si vous avez tout louper ! C'est une île majestueuse que cette endroit de pacotille n'égalera jamais. Aucun endroit le peu. Et là, vous allez me dire, pourquoi tu es pas restée là-bas alors petite maligne ? Alors que j'étais petite, un prête est venu me chercher. Mes parents étaient fières, oh oui, j'allais apprendre les ruines ! Oui, je sais, cela non plus vous connaissez pas. M'enfin une fois là-bas et bien je n'étais pas à ma place. Même la plus facile des runes, je l'échouai lamentablement. J'avais honte, ne comprenait pas ce que je faisais dans cet endroit si je n'avais aucune magie ! Un jour la goûte d'eau fit déborder le vase après une centième moquerie et je sus que j'avais de la magie mais pas comme eux. Voyez-vous, je ne contrôle que le feu. Pour eux, j'étais faible mais il ne savait pas de quoi j'étais capable. Au fond, je pourrai les tuer rien qu'avec une flammèche ! Cependant je ne suis pas, enfin je n'étais pas une tueuse. Ainsi, j'ai fugué. Au début je pensai retourner chez moi, mais je ne pouvais pas. J'aurai été incapable de supporter leur honte. Car ils l'auraient été malgré leur amour pour moi. J'ai finis dans le désert, j'ai été recueillie pas un homme bon. Et, une fois grande j'ai voulu goûter à la... Liberté.

La jeune elfe ricana avant de rabattre ces cheveux derrières elle.


-Comme j'étais bête. Je suis arrivée ici pauvre. J'étais comme le garçon que vous venez de tuer. Affamée et alors j'ai décidé de vivre de contrat en tout genre. Après tout j'avais appris à me battre et mon père adoptif avait essayé tant bien que mal de m'apprendre à contrôler ma magie. Le pauvre, je l'ai blessé à plusieurs reprise mais il jamais abandonné. Enfin, un jour j'ai tué un homme, je me suis fait prise et depuis je travaille pour ces imbéciles heureux. Je n'ai plus peur de tuer maintenant, à cause d'eux mais non ils croient qu'ils me sauvent de mes démons. Baliverne, mon seul mort avant eux était accidentel maintenant j'ai les mains couvertes de sang et de mort. Vous parlez de destin ? Laissez moi rire. Le mien est de parcourir le monde et pourtant je suis là. Cependant qu'ils se préparent, je reste pour payer ma dette, mais un jour je partirai. Je retournerai à Illiréa. Ce n'est pas envers eux que je dois me racheter mais auprès de mes parents avant tout. Voilà ma petite histoire. Plaisante, hein ?

Invité

avatar




Lun 14 Juil - 10:57
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t3033-artanis-targaryen
L'énonciation d'Illiréa parcouru le corps d'Artanis comme un choc électrique, ses jambes l'abandonnèrent l'espace d'un instant et tentant de cacher son tressaillement en remettant on masque comme si le soleil le génait il écouta le récit de l'elfe. Ce dernier frappa l'esprit d'Artanis comme une masse brisant un mur aux mortier encore frais, remettant a jour les souvenirs de sa terre natale, de son royaume, de la catastrophe qui s'offrit a ces yeux, un jour certain. De chaudes larmes coulèrent le long de ses joues alors que l'elfe entamais le récit de son aventure au pays du feu, larmes que le prince d'Illiréa tenta de cacher en rabaissant son chapeau alors qu'attentif au récit d'Elenna son esprit s'agitait :

*Est-ce la récompense de ma foi retrouvée ? Est-ce un signe ? Enfin ma quête a un sens, enfin un résultat … enfin une partie de chez moi qui m'es rendue … tant de questions a lui poser, tant de choses a dire, a faire … enfin … enfin le jour se lève et mon peuple se rassemble, enfin je peut me sentir digne … peut être trop … si cela est l’œuvre du destin, n'est-ce pas pour me montrer qu'entretenir l'espoir seul suffit ? Qu'accomplir un but trop précis, qu'atteindre l'objet convoité trop hardiment n'est pas la vraie rançon de l'espoir ? Mon peuple est vivant … et je sais que je peut le retrouver … le rassembler … cela est mon espoir … ma force … et mon but sera désormais de tenir ce que je dit, ce que j'ai dit a cette elfe, ce que j'ai dit a mon cœur … et puis … nul elfe d'Illiréa ne saurais être gardé comme un chien de basses besognes en toute impunité et sous mes yeux … *


Les réflexions d'Artanis finies, sa décision, irrévocable, il accueillit la fin du discours d'Elenna d'un ton qu'il avait du mal a contenir tant son émotion était forte, devant sécher quelques larmes du revers de sa manche :

-Plus plaisante que vous ne pourriez le croire a première vue gente dame, le destin … les dieux … on ne sait pas ce qu'ils nous réservent, ils savent nous surprendre, nous décevoir … mais rien n'est fait par hasard et j'aime croire que le destin n'est qu'une épreuve a gagner, une montagne a franchir, vers le grandissement de soi. Bien, il est temps pour vous d'aller de l'avant je pense, et ce convoi d'arriver a son terme … je vais aller a l'avant secouer ces fainéants, rester garder ici, je reviens vers vous très vite,ce sera mon tour de vous compter mon histoire.

Terminant avec un large sourire que l'elfe ne put observer, Artanis remonta les quelques charrettes et arrivant en t^te de file ecarta les gardes peinan a soulever une poutrelle rebelle les tenant en echecs, dernier obstacle au chemin du convoi et a l'avenir qu'Artanis réservais a lu et l'elfe restée dèrrière, apostrophant sèchement les soldats :

-Dégagez le passage, il est temps pour ce convoi d'avancer et si on vous laisse faire on y est encore demain …

-Ho qu'est-ce qu'il a dit le mendiant ? Il va se cal …

-Un mot de plus et le mendiant pourrais décider de ne plus vouloir vous aider mais plutôt de séparer vos jolies têtes vides de vos épaules incapables !


D'un geste leste il gifla le courageux qui se retrouva plaqué, le souffle court, contre la charrette deux mètres plus loin, la troupe de garde fut pris de déglutissement général et alors que le prince roulait des épaules pour se chauffer ils s'écartèrent tous en cœur a son approche. Alors prenant la poutre dan ses bras il la hissa seul au dessus de lui, souffla une fois pour la force qu'il devait déployer alors que les gardes en faisais de même devant le prodige, et utilisant ses jambes pour l'envoyer un peut au dessus de lui il usa de sa magie pour faire passer cinq chaînes magiques autour de la poutre, l'accrocher a une autre poutre encore en place et la tracter en dehors du chemin en la poussant de sa mains n'usant pas de magie, ce spectacle évidement accompagné du sursaut des hommes présents et d'une vague d’exclamation a moitié contenue. Le couloir abrité, la galerie marchande, fut éclairée d'une lueur fantomatique violacée l'espace d'un instant avant de reprendre les teintes chaudes des torches qui y était alignées. S'essuyant le front, Artanis pris la tête de la marche, les gardes a vingt pas derrière lui avec le convoi après avoir jeté un œil en arrière, s'assurant qu'Elenna ne l'avais pas vu faire son spectacle.

Le convoi reprit donc sa route, lentement, et d'autant plus lentement qu'arrivé a la sortir du passage couvert, sur une petite place marchande parsemée d'étals en continuité avec la galerie, Artanis, d'un geste de la main, fit encore s'arrêter le convoi. En effet la place était déserte, tout comme le passage abrité mais cela l'elfe aurais pus l'expliqué en revanche … un coup d’œil a droite, puis a gauche, scrutant les toit, le prince d'Illiréa cherchait ce qui le faisait tiquer dans tout cela, quand la réponse se présenta d'elle même a lui, une vingtaine de brigands armés jusqu'aux dents se rassemblèrent, naissants dans ombres et de dessous les étals, formant progressivement un demi cercle devant lui.
Il entendit a peine l'un d'eux, se tenant fermement la main dans un bandage, s'adressant a celui qui devait être le chef :


-C'est lui ! Ce … Celui avec le chapeau de et le masque...

Artanis s'avança de quelques pas après avoir chuchoté a son tour a l'un des gardes derrière lui « va chercher Elenna … grouille ! », et d'un ton qu'il essaya de faire le plus narquois aurais apostrophé les vingts mercenaires devant lui si le chef du groupe n'avais prit les devants :

-Cela aurait pu se passer sans vague pti' gars … tout le monde aurais été content … sauf les gardes bien sur mais tu n'as pas l'air de les porter dans ton cœur … allons je suis d'humeur magnanime aujourd'hui, tu sais ? On nous a payé beaucoup … beaucoup d'argent pour … ça … aller écarte toi et on ne te tuera pas, toi …

-En d'autres temps, un autre jour, j'aurais épargné vos vies, je me serais écarté, je vous aurais peut être même aider … mais aujourd'hui, maintenant, je vais avancer, et si ce n'est pas vous qui déguerpissez, qui abandonner votre quête d'or malsaine pour la vertue … vous mourrez tous, et la plupart de ma main !

Un grand sourire aux lèvres plissant son masque, dégainant d'une main sa lame, l'elfe s'avança lentement, quelques brigand restèrent figés devant son audace, pas son interlocuteur, et sachant dès le début qu'il n'y aurais pas d'alternative pacifique, Artanis avais déjà réparer son plan, et sa magie. Lançant de sa main libre trois chaînes magique vers l'un des brigands qu'il ramena violemment vers lui, le pauvre bougre, désarmé par la violence du coup , fini empalé sur Destiné, la lame du prince. Ce dernier, se campant alors sur ses positions ,a quelque mètres d'un groupe d'hommes ne voulant plus que sa mort, eut une pensée pour Elenna :

*Ne tarde pas … *

Et la bataille s'engagea, les gardes ne tardant pas a le rejoindre dans une mêlée qui dévasta la place, renversa les étals et plongea la zone dans la poussière soulevée.



Je retourne parmi les ombres




pour ceux qui rp avec moi ...:
 


Mer 16 Juil - 22:41
-Plus plaisante que vous ne pourriez le croire a première vue gente dame, le destin … les dieux … on ne sait pas ce qu'ils nous réservent, ils savent nous surprendre, nous décevoir … mais rien n'est fait par hasard et j'aime croire que le destin n'est qu'une épreuve a gagner, une montagne a franchir, vers le grandissement de soi. Bien, il est temps pour vous d'aller de l'avant je pense, et ce convoi d'arriver a son terme … je vais aller a l'avant secouer ces fainéants, rester garder ici, je reviens vers vous très vite,ce sera mon tour de vous compter mon histoire.

Et en effet, les « fainéants » avaient l'air d'avoir besoin d'un sacré coup de main. Voilà depuis qu'Elenna avait finis son récit qu'ils étaient coincer. Personne ne bougeait, tout le monde attendait sans un mot quand les caravanes de devant se décide enfin à bouger. Cette mission ne devait durer que quelques minutes et voilà qu'elle prenait des heures. Ainsi, des hommes ronchonnaient en attente du dépars, tous trouvaient cette mission longue et ennuyante. Ainsi Elenna n'était pas la seule même si avec la compagnie de l'inconnu tout repère de temps avec quitté la jeune elfe. Maintenant qu'il était parti devant, prête main forte tant bien que mal, l'elfe soupira. Elle en avait beaucoup dit et bizarrement elle avait eu l'impression de toucher l'homme. C'était bête car c'était surtout impossible. Pourtant cette émotion qu'elle avait crus percevoir dans ces mots avaient-il étés qu'impression ?

Décidant de mettre tout cela de côté, Elenna se redressa pour regarder autours d'elle avec intention. Les rues étaient bondés de personne en tout genre. Des mendiants, des modestes ou des riches qui passaient avec dégoût. Oui, il n'avait rien à faire ici. La jeune elfe repensa furtivement aux paroles de l'inconnue, il lui avait dit que le danger était plus grand en ville, à cause du peuple. Avait-il vraiment raison ? Car au fond qui oserait attaquer un convois autant gardé... Elenna leva aux ciels devant sa bêtise. Mais oui, voilà pourquoi ce vieux bougre de marchand avait demandé autant d'homme. Elle sourit, en regardant d'avantage les environs. Oui, si le danger était là, elle n'arriverait pas forcement à le voir. Les rues se croisaient, se décroisaient faisant des culs de sac parfait pour tomber par surprise sur un convois par exemple. Même les hauteurs devenaient dans cette ville un vrais dangers !

Alors que la jeune elfe regardait tant bien que mal tout les environs un soldat en panique courut vers elle. Quoi encore ? Pourtant le convois avait repris sa route, l'inconnu avait servi à quelque chose enfin de compte. Elenna l'intercepta d'un bras tendu, bien-sûr le but du jeune homme n'était pas de fuir, il voulait juste prévenir la jeune elfe. Cependant il courait tellement vite malgré le peu de place qu'un arrêt était plus ou moins impossible pour lui et elle ne voulait surtout pas attendre qu'il revienne vers elle. Ainsi il s'arrêta juste devant son bras, essoufflé. Il la regarda furtivement avant de se redresser.


-Problème à l'avant. Une attaque.

Pas besoin de plus, ni une, ni deux, Elenna se mit à courir. Le devant du convois avait débouché sur une grande place laissant plus de place pour attaque. Imbécile, elle aurait du être à l'avant ? Mais en même temps que foutait l'autre éclaireur ? Elle ne pouvait pas être sur tout les fronts tout de même ! C'était une elfe pas une héroïne. Comme tous, elle n'avait qu'un seul corps. Elle allongea ces foulées prenant de plus en plus de vitesse. Alors qu'elle courait à vive allure, semant des soldats qui venaient prêté main forte, elle sortit son épée de son fourreau et sans même un cris, se jeta sur le premier homme à porté de main. Son coup fut parfait, atteignant immédiatement sa cible à la gorge et la tête partit, entraîné par une foule de pied plus loin. Elle se redressa avec un sourire narquois. A qui le prochain ?

L'elfe frappait de tout côté, sans même regarder vraiment se qu'elle faisait. Elle n'avait plus le temps de faire autre chose que de tuer. Un homme beaucoup trop lent tenta d'atteindre Elenna à la gorge, mais celle-ci évita son coup avec un saut sur le côté en enchaînant sur une attaque à la gorge à son tours. Cependant à l'inverse de cet incapable, l'elfe était rapide et précise. Impitoyable pouvait être employer aussi dans cette situation.
Pas le temps de respirer, elle devait encore esquiver, frapper, tuer surtout. Elle ne voulait pas avoir des blessés sur le dos, ils l'avaient cherchés ? Et bien ils auraient la sauce. Elle courut, puis fit tomber un homme d'un croche pied avant de lui enfoncer son épée en plein cœur. Tout en enlevant son arme, elle redressa la tête et ne put détacher son regard de la scène qui se déroulait devant elle. Si elle avait entamé une vraie danse mortel cela n'était rien face à l'inconnu. Il était beaucoup plus rapide, précis et... Il aimait le sang. Tout c'est coup arrivaient à bon port, tuant sur le coup. A l'inverse de la jeune elfe, il n'avait pas besoin de passer derrière pour finir sa besogne. Non, c'était précis. Rien à dire.

Bien-sûr ce n'était pas vraiment le moment pour admirer le paysage ou encore l'homme. En effet, un homme vient presque deux minutes plus tard la faire revenir à la réalité. Elle l’égorgea dans un jurons, cela devenait beaucoup trop long. Ils ne devaient pas être tant que cela tout de même ! En pleine ville ! Surtout qu'aucun profitait de la situation pour voler les caravanes, non, tous se battaient avec rage. A croire que leur seule but était de faire des morts qu'importe où et pourquoi. Oui, ça devait être cela. Il fallait y mettre fin et rapidement. Des cris fusaient de partout. La place était dans une pagaille pas possible et les gens de la ville en danger. Cependant, Elenna ne savait même plus où mettre de la tête, elle devait soit éviter un corps, soit en faire un nouveau. Il fallait trouver une solution surtout que ces trois bourrins qui s'approchaient d'elle ne semblait pas franchement amicaux. Ils se resserrèrent autours d'elle, se collant entre eux dans le but de lui faire perdre pied. Ils faisaient bien pourtant, elle n'aurait jamais assez de force pour les tuer tous d'un seul coup, l'un d'eux réussiraient à coup sûr à lui porter un coup plus ou moins dangereux pour sa vie. Ils se rapprochaient encore et encore, l'adrénaline monta pas à pas chez la jeune elfe. Sa discutions avec l'inconnu lui revient. Depuis, ce fameux jour elle ne s'était plus jamais servi de sa magie, redoutant beaucoup trop sa puissance. Car une petite flamme pouvait paraître futile sauf... Quand elle se propage !
Un sourire de jouissance se dessina sur les lèvres de l'être de feu qui commençait déjà à laisser son pouvoir monter en elle. Elle avait chaud, oui mais cela n'était que bien être. Discrètement, elle fit grandir dans le creux de sa paume une petite flamme qui commença peu à peu à s'enrouler autours de son bras.


-Approchez mes chéris...

Ils ne se firent attendre et le serpent de feu de la jeune elfe non plus. Il s'enroula autours du premier enflammant sa chemise en coton, puis le deuxième au niveau du bas ventre pour ensuite atteindre le troisième à la tête. Des hurlements de douleur commencèrent à se faire entendre dans le petit groupe à part. Mais Elenna n'arrêta pas. Son pouvoir lui procurait un bien être et une puissance qui l'enivrait alors elle l'intensifia légèrement. Les trois hommes s'embrasèrent comme des torches humaines et se mirent à courir le plus loin possible de la jeune elfe. Elle arrêta immédiatement de contrôler le feu comme son bon vouloir à cause de l'épuisement que cela lui procurait cependant le mal était fait... Ils coururent comme des fous se bousculant contre leur compagnon qui commencèrent à leur tours à prendre feu. Cinq hommes tombèrent ainsi et Elenna restait là, dans un coin enraciné comme un arbre regardant les cinq corps s'embraser dans des hurlements horrible. Elle aimait cela et ça l'effrayer un peu mais... c'était bon. Malgré la fatigue, malgré les effets secondaires, elle ne pouvait pas arrêter. C'était une partie d'elle, une partie de sa vie. Elle ne trouvait plaisir que dans sa magie. Elle fit un pas lourd et ferma les yeux un instant. L'effet secondaire avec de l’entraînement elle finirait bien par les rendre moins nuisibles. Elle était en danger ainsi offerte. Son simple petit tours l'avait affaibli plus qu'elle ne l'aurait crus et c'est avec horreur qu'elle regarda la nouvelle ordre d'homme prêt à se venger s'approcher d'elle.

Elle était cuite...

Invité

avatar




Dim 20 Juil - 20:05
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t3033-artanis-targaryen
Artanis as toujours trouvé quelque chose de la danse dans l'art du combat, il ne savais jamais si cela venait de la fluidité, de la beauté, la précision du geste, l'échange entre les corps s’entrechoquant, parfois s'effleurant, ou par cette volonté des deux participants, parfois plus, a entrer dans un état second, de concentration allant de l'un vers l'autre, de mesurer ses mouvements par rapport a celui de l'autre. Les minutes passèrent ,la poussière se leva tel un voile sur la scène se déroulant sur la place de marché, cachant aux yeux des spectateurs extérieurs la force que déployait l'elfe. Ce dernier, après avoir semer derrière lui une véritable chemin de corps sans vie, commençais a se lasser de se combat, ne trouvant aucune beauté dans le combat qui l’occupait, aucun art, aucune finesse, aucun intérêt. Les ennemis fonçais un par un vers lui, brandissant haut leurs armes en criant dès qu'ils le voyais surgir du coin d'un étal, et ils rencontraient leur destin du voile couvrant du soleil les devantures de marchants, s'enroulant autour de leur cou, ou d'une des fournitures utilisée de manières létal, et parfois, l'elfe daignais utiliser ses poings pour propulser son adversaire dans le bois ou la pierre, ou lui briser les os en utilisant des prises qu'il appréciais beaucoup pour leur silence et le peut de traces qu'elle laissaient.

Ainsi l'elfe s'avançait, sans relâche mais aussi sans but précis dans la mêlée disparate et confuse entre les quelques gardes de la ville et leurs assaillants al a surprise d'Artanis relativement bien armés. Un instant l'un de ses adversaires réussi le tirer de sa torpeur, de son rêve éveillé fait de réflexes et de monotonie dans l'usage des parades et esquives menant a l’irréductible mort de quiconque lui barrait la route. Cet adversaire, brandissant une lance a la pointe d'un acier que l'elfe put apprécier alors qu'il fendait l'air a quelques pouces de son œil, l'obligeant a s’éveiller, il n'avais pas crié, il avait surgit de la poussière après que l'elfe ai brisé la nuque d'un bandit qu'il avait désarmé et qui hurlait la clémence d'Artanis qui ne vint pas, et qui ne viendrais pas en ce jour. Cet adversaire fit même apparaître les figures les plus complexes des esquives de l'elfe qui se refusait a dégainer son épée face a de tels adversaires, et qui se retrouva donc à enchaîner pirouettes, figures aériennes et souplesses, fendant son corps, tentant sans relâcha de se saisir du manche de l'arme manié avec excellence tel le dard d'un scorpion. Mais le pauvre adversaire du prince n'était qu'un homme, et bien que doué pas un maître d'arme, et pas dans le bon camps, l'elfe, agacé, se stoppa, laissa la lance fendre l'air au dessus de lui et s’abattant sur son crane la stoppa en apposant le plat de ses deux mains sur la lame. L'adversaire d'Artanis avait sut réveiller toute la concentration de l'elfe, et la bataille toucherait bientôt a sa fin. Envoyant valser la lame d'un côté, déséquilibrant le lancier, Artanis s'avança et d'un pied bloqua celui de son adversaire qui reçu en un éclair un coup de coude dans la mâchoire, propulsé de tout la force de l'elfe, et qui fit craquer sa colonne dans un son sec qu'on eut cru qu'il résonnerais dans toute la ville. Saisissant la lance laissée au sol alors que le corps du malheureux s'affaissait comme une marionnette sans fils sur le sol, Artanis avisa la femme aux cheveux de feu, se battant ,usant de magie ce qui étira un sourire et fit briller encore plus les yeux du prince, mais, sans réel entraînement, laissa son utilisatrice a bout de souffle et sans défense quelques secondes, qui suffirent a un groupe de six dont le chef de la bande a l'encercler.

Raffermissant son emprise sur la hampe de l'arme, L'elfe élabora son plan pour mettre fin au conflit, fermant les yeux, calculant sa force, l'état de sa lame, et ses leçon lointaines a l'utilisation du javelot, qui n'avait jamais été son arme favorite, loin de la...


*Bon … le javelot .. projectile... la main pour guider … un pied en avant .. le bassin bouge … le bras guide .. aller … la tête *

Prenant d'un pas leste le groupe attaquant a revers, l'elfe se campant l'espace d'un instant ajusta son tir, et projeta la lance vers le plus proche, a quelques pas de lui. Le projectile siffla a peine dans l'air chargé de poussière et de sueur, avant de se planter dans le torse de la cible et par la force de l'elfe, déséquilibra cette dernière de telle sorte que l'arme termina sa course dans la jambe du compagnon a sa gauche et par l'élan donné faucha un troisième .

*Bon … bah sa marche aussi … *


n'attendant pas une seconde de plus, l'elfe bondit sur le premier et vérifiant d'un rapide coup d’œil qu'il était mort, brisa la nuque de l'estropié tentant un coup de sabre en essayant de se relever d'un coup de poing, rattrapant le sabre au vol il décapita le troisième encore étonné et tout sonné au sol.
C'est alors que les trois survivant, prenant nouvelle de l'attaque, se tournèrent vers l'elfe te fondirent tous en cœur sur lui, un premier tombant d'un sabre projeté entre les deux yeux, le second, maniant une hache légère et une épée attira l'attention de l'elfe qui esquivait un premier coup. Ses deux derniers adversaires, l'ambidextre et le chef, maniant une hache a double tranchant normalement prévue pour deux mains dans une seule dans son cas avec un bouclier rond large, allait lui offrir deux fois la difficulté qu'il avait eu avec son dernier adversaire sérieux.

Mais a peine Artanis avait-il eut le temps de refermer sa poigne sur son épée qu'une attaque fondit sur lui, fendant son corps, alors a genoux, il refermai son autre mains sur le poignet armé d'une épée quand il perçut dans la fumée derrière son attaquant les reflet métalliques de la hache a deux mains fondant sur la nuque. N'ayant pas le temps de finir celui qu'il tenait ni d'esquiver le coup, il tira violemment a lui son adversaire et échangea sa tête si vite pour la sienne que son premier adversaire fut décapité par le deuxième qui d'ailleurs, vit la course de sa lame s'arrêter a mis chemin dans le crâne de son compagnon. Lame mal aiguisé ou trop peut de force, la stature de son ennemi et le résultat de son coup tira un sourire amusé sur le visage d'Artanis qui se voilà bien vite, puisant dans toute sa magie, et dégainant Déstiné, son épée, alors chargée de pouvoir, sabra le chef qui opposa son bouclier au coup fulgurant.

Un éclair bleuté dessinât un instant les ombres des survivants plongées dans le chaos voilé par le sable remué, en un éclair, qu'une œil humain n'aurait su percevoir, la lame elfique fut dégainée, le dragon inscrit tout du long s'était embraser et autant en fut par sa magie de l'ame d'Artanis qui, les yeux flamboyant, trancha le bouclier, le bras, et même le corps du géant comme si il avait été du beurre fondu, et le coup donné, une explosion partit de la lame et chassa d'un coup toute la poussière sur la place, révélant les survivant les uns aux autres.

Dans le même mouvement toujours indiscernable, l'elfe rengaina et se tourna vers Elenna, comme si il s'était relevé et que le chef des brigands face a lui s'était tranché en deux de lui même. Le désignant en partie avec les gardes, le prince d'Illiréa s'adressa a l'elfe face a lui, haletant fortement :


-Je vois dans tes yeux des milliers de questions, et aux portes de tes lèvres ... bien d'autres encore se bousculant ... elle trouverons ce qu'elle cherchent, mais pas tout de suite, d'abord … les gardes finirons ta missions qui touche a sa fin et qui ne rencontrera je pense pas d'autres … désagréments, Artanis porta son regard un instant sur la moitié basse de son adversaire encore prise de tremblements avant de revenir aux yeux de son interlocutrice, quand a toi, Elenna, vient avec moi, et prend ta liberté, car je peut te promettre que tu n'en trouvera pas de pareil ailleurs … si cela peut t'encourager … je te donne mon véritable nom, Artanis Targaryen, et je parlerais a nouveau qu'une fois ta liberté rendue !

Laissant les cadavres et le morne spectacle a son public, Le prince d'Illiréa couru vers l'un des murs bordant la place et invita Elenna a le suivre. Une fois le mur gravit en quelques acrobatie, les deux elfes s'aidant l'un l'autre, Artanis contempla la vue de la ville qui s'offrait a lui, debout sur le toit, et désignant la tour du bâtiment de la milice de la mains, plongeant une dernière fois son regard dans celui le la femme aux cheveux de feu a ses côtés, il se lança a la conquête de ce qu'il avait promis a cette dernière.



Je retourne parmi les ombres




pour ceux qui rp avec moi ...:
 


Mar 22 Juil - 23:06
Sa tête tournait, son cœur battait à tout rompre, oui Elenna n'était plus vraiment dans son état. Tout cela à cause d'un petit sort de pacotille ? Pourtant encore de cela quelques années elle réussissait à faire un peu mieux sans être dans état pareille ! Serais-ce le manque de pratique ? Pouvait-on autant perdre sans entraînement ? A croire que oui... Et pourtant, ce n'était pas vraiment le bon moment. Elle ne savait que faire... Elle était complètement prise au piège, des gouttes de sueur tombaient par dizaines sur son front et ces membres étaient lourds. Elle devait se ressaisir, sinon elle mourrait sans plus de cérémonie. Du courage, ma fille ! Elenna secoua la tête avant de prendre à deux mains sa fine épée. Non, son heure n'était pas pour maintenant. Prête malgré la fatigue, elle se mise en garde en vacillant légèrement, la tête tournant comme une toupie mais elle n'eut pas le temps de faire une seule attaque. L'inconnu surgit comme de nul part ou alors l'elfe était trop étourdie pour se rendre compte de quoi que se soit. Il fit ce qu'on appel un carnage. Comment il faisait? La jeune elfe n'en avait aucune idée. Il se battait comme un sur-homme ou... Un elfe ! Il était rapide, puissant, il ne semblait pas le moins du monde fatigué alors que les autres soldats eux l'étaient au bout d'autant d'exercice. Elle fronça les sourcils interloquée. Ce n'était même pas la puissance de l'attaque ou d'une mise à mort car c'était le cas. Malgré quelques petits coups durs il les tua tous un par un, sans un aucun remord et se redressa à la fin. Comme si de rien n'était... Tiens il haletait. Lui aussi il s'épuisait. Bien.

-Je vois dans tes yeux des milliers de questions, et aux portes de tes lèvres ... bien d'autres encore se bousculant ... elle trouverons ce qu'elle cherchent, mais pas tout de suite, d'abord … les gardes finirons ta missions qui touche a sa fin et qui ne rencontrera je pense pas d'autres … désagréments, quand a toi, Elenna, vient avec moi, et prend ta liberté, car je peut te promettre que tu n'en trouvera pas de pareil ailleurs … si cela peut t'encourager … je te donne mon véritable nom, Artanis Targaryen, et je parlerais a nouveau qu'une fois ta liberté rendue !

Pardon ? Le cœur d'Elenna manqua un tours et elle fronça les sourcils. Cela ne pouvait être qu'une vilaine farce ! Oui mais, qui oserait se faire passer pour le prince ? Ces membres étaient de nouveau figés. Si c'était bien lui que faisait-il là alors ? Pourquoi n'était pas à Illéria. A cette heure là, il devrait déjà s'occuper du royaume. Avait-il abandonné l'île ? Non, c'était impossible. Sinon que deviendrait ses parents ? Non, il devait y avoir une explication à tout cela et après tout n'avait-il pas assuré le faire une foie sa liberté rendue... Sa liberté. Cependant Elenna n'avait pas vraiment le temps de s'interrompre sur tout cela. En effet Artanis la fixait. Comme s'il attendait son choix. Comme s'il n'était pas sûr qu'elle viendrait. Etait-il devenu fous avec les années. Qu'elle haut elfe dirait non à une offre pareille mais surtout à son prince. Elle sourit. Ces forces étaient légèrement revenu. Ainsi, elle rangea lentement son arme dans son fourreau et avec un énorme soupir regarda derrière elle. Elle ne savait pas vraiment se qu'ils allaient faire à présent mais elle ferait tout pour être de nouveau libre. Elle n'était pas faites à cette vie. C'était une elfe, une haut elfe et non pas un de ces humains enchaînés à vie que c'est demi-portion appelait esclave.

Se redressant l'haut elfe se mit à courir vers le murs avec Artanis à la suite de son invitation. Il avait raison plus de blabla, à présent il devait agir. Elle monta grâce à l'aide de l'elfe et vis versa. Il se retrouvèrent rapidement sur les toits, la jeune elfe les cheveux aux vents léger et chaud du désert. Aucun mot juste des geste. Comme un seul homme ils se mirent à courir et sauter de toit en toit. Elenna avait vite compris leur destination. La tour de garde. Le prince avait une idée bien en tête et même la jeune elfe ne savait laquelle, elle suivrait rien que pour sa promesse. Elle courut donc à ces côtés, prête à tuer s'il le lui demanderait. Plus il avançait, plus la vérité commençait à naître au fond de la jeune femme. Elle ne courait pas avec n'importe qui, bien-sûr, petite, très petite, elle avait pus l'apercevoir dans les rues d'illiréa quand il venait à l'encontre de son peuple mais jamais, au grand jamais, elle s'était attendue à courir ainsi à ses côtés. Que faisait-il dans ces accoutrements aussi ? Pourquoi était-il qu'un simple mercenaire ? Un mauvais pressentiment commençait à enfler en elle. Les toits étaient tous les mêmes, créant une certaine monotonie à leur course et pourtant au bout d'un certain moment, l'ombre de la tour de garde s'éleva à l'horizon. Elenna entendit des exclamations à leur passage, certain rêveur les avaient aperçus. Quelle spectacle !

En approche, ils descendirent d'un bon et se réceptionnèrent sans mal, en marchant ce coup-ci rapidement vers la portes. Ils s'arrêtèrent devant et la jeune elfe osa poser une infime petite question.


-Et... Maintenant ?

Invité

avatar




Mar 29 Juil - 18:10
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t3033-artanis-targaryen
Avare de mots, Artanis n'en fut pas autant d'émotions et de pensées alors qu'ils courais à vive allure au dessus de la cité du feu aux côtés d'…

*Une survivante ! Je me trouve enfin aux côtés des miens, quel plaisir de se savoir avec les siens, c'est comme si j'avais retrouvé une partie de moi même … si seulement il pouvait être la … *

De nombreux regards furtifs furent lancés, aucune parole en revanche, et lorsque Elenna s'arrêta avec lui devant leur destination et s'adressa timidement a lui, brutalement sorti de son rêve, ramené comme tiré par une mains agile a la dure réalité, l'elfe sut récupérer son calme, son sérieux, et y ajouta encore plus de rigidité et de droiture, s'imposant de donner a nouveaux l'exemple pour l'échantillon de son peuple face a lui, tel était le sens de sa mission, de sa fierté, de son titre. D'un vague mouvement de tête il invita Elenna a entrer dans le bâtiment, et retirant ses drapés blancs, tout en armure désormais, gardant seulement son masque et son chapeau qu'i vérifia encore, il s'engouffra en premier dans la caserne de la cité du désert.

*Comme sa, les gardes que je garderais encore en vie ne me reconnaîtrons pas a ma sortie quand je remettrais mes habits de voyage … alors … le chef doit être au dernier étage … bon on va pas prendre de chance … *

S'avançant d'un pas leste, c'est d'un bond se refusant presque a l'attraction terrestre que sa mains trouva le col d'un col surgissant d'un couloir adjacent et interpellant sa voisine aux cheveux de feu d'un "Eh Elenna! Le chef attend ton rap …" bien interrompu par l'étreinte sur son coup le soulevant a un pied du sol, son casque tonnant contre le mur et manquant de tomber par terre s'il n'avait été rattrapé par le prince qui ne souhaitait pas faire trop de bruit. alors du regard de flammes d'azur s'échappa une voix que l'elfe fit plus grave que la sienne :

-Ton chef … j'aimerais lui dire deux mots justement …il est ?

-T-t-troisième étage … dernière porte a droite

-Merci … soldat …


Tel un ombre au crépuscule artanis fondit sur l'escalier après avoir remit le casque sur la tête du garde et d'une tape l'avait laissé redescendre sur ses jambes l'abandonnant alors a ses émotions qui le jetèrent au sol. Quand L'oreille d'Artanis perça les bruits du garde ramassant sa lance et décampant du bâtiment il posait une mains sur la sortie de l'escalier, au troisième étage, et étudiait le lieux d'un oeil qu'il n'avais utilisé que trop loin dans sa mémoire à son gout, celui qui prépare son assassinat. et posant pendant de longues secondes, laissant Elenna le rattraper, il observant absolument tout autour de lui, les pierres, le nombres de marches le séparant de la sortie, les deux gardes postés en faction devant le bureau, le ciment entre les pierres, l'origine de l'air frai, même jusqu'au souffle de l'elfe derrière lui soulevant par intermittence quelques fils argentés de sa chevelure dépassant sur son épaule.

Enfin prêt il fit un pas sur la scène du meurtre, puis un second, et lorsqu'au troisième les deux gardes remarquèrent son attention il courut de toutes ses forces vers ses cibles, quelques pas sur le mur et sa vitesse lui faisant quitter le sol l'aidant a esquiver la première lance il cogna des deux mains sur le casque du premier garde et l'assomma, le second fut bientôt empalé a l'aide de la lance du précédent. Se frottant lestement les mains, Artanis attendit qu'Elenna le rejoignit sans mot ni bruit et une fois a ses côté, devant la porte, l'ouvrit calmement, entra avec elle, et alors que l'officier sûrement peut de temps avant a son bureau se levait pour aller a leur rencontre d'une voix forte, referma la porte et répondu d'un ton le plus autoritaire qu'il put :


-Non mais c'est quoi ce raffut? Elenna … toujours en retard pour ton rapport pfff sagouins … et vous êtes qui vous ? Je vous donne dix secondes pour sortir d'ici et me laisser passer un savon a cette guenon de mercenaire de m …

-Elle s'appelle Elenna … Elenna Nargothong, elle est la fille d'une famille honorable, pas comme la tienne visiblement, une famille que je connait, pas comme la tienne a mon plus grand bonheur car je n'aurais pas a leur présenter mes condoléances après avoir séparer ta tête du reste de cette carcasse pourrie sur laquelle elle se tien … Je suis celui qui la protège, celui qui va la libérer de ton emprise malsaine, déshonorante! Je suis Artanis Targaryen, et je suis son roi et c'est MOI qui te donne dix secondes pour me faire changer d'avis quand a ton destin.


L'elfe avais immédiatement dégainé son épée au début de son monologue et avec un regard plein de furie et de curiosité, la t^te légèrement penchée, jouant avec la lumière se réfléchissant de sa lame a la gorge de celui sur laquelle elle appuyait sa pointe. Une idée lui traversa l'esprit, et détournant un instant le regard de sa cible pour le plonger dans celui de l'elfe a ses cotés, s'adressant a elle d'un ton qu'il fit calme et apaisant :

-Je ne sais pas quand tu as quitté l'île, je ne sais pas si tu connait le nom d'Artanis, ce qu'est la famille Targaryen, je ne sais pas si tu sais ce que c'est que de porter cette épée … je m'excuse, peut être te parais-je présomptueux, mais pour moi roi n'est qu'un titre, une responsabilité, pas un pouvoir… comme pour ce chien … d'ailleurs je préfère prince … et je ne serais ton prince que si tu accepte que je soi ton guide, que tu ne me reconnaisse comme guide, seul le peuple d'Illiréa donne son pouvoir aux Targaryens et eux le portes pour le peuple, pour les dieux, pour le dragon …

Perdu dans ses pensées, Artanis s'était laissé emporté jusqu'au jours de la remise de son titre et de ses voeux, ému encore plus de se déclarer ouvertement a la première représentante de son peuple depuis plus d'un siècle. revenant alors a son ton autoritaire et son regard meurtrier se posant a nouveau sur sa cible l'apostrophant:

-Toi, un roi ? Une prince ? AH! si tu est son prince cela fait de toi le roi des gueux et des mercenaires sans honneurs !

-Sans honneurs ? Mauvaise réponse !


Et plus vif que l'épair l'on vit Artanis rengainer son arme avant que les genoux de l'homme en face de lui ne touchent le sol et ne fassent rouler sa tête, se tournant vers Elenna, respirant un grand coup, ôtant enfin son chapeau et son masque, révélant sa nature, Artanis s'adressa a elle d'un ton que les quelques larmes roulant sur ses joues trahissait déjà avant que les mots ne franchisse ses lèvres :

-Bon … je vais prendre l'épée du garde assommé et faire croire que c'est lui qui a tué l'officier, pendant que je met en place la scène … tu es libre Elenna, LIBRE! Et a présent je peut répondre a tes questions … d'un Habitant d'Illiréa libre a un autre …



Je retourne parmi les ombres




pour ceux qui rp avec moi ...:
 


Mar 5 Aoû - 13:00
HRPG : je sais il est tout mini... Mais je n'ai pas d'autre idée, désolé.

C'était une mise à mort pure et simple. Un assassinat maquillé et presque parfait. Parce que malgré son hébétude l'empêchant cruellement de prendre pour réalité ce qui pouvait se passer devant ces yeux, elle se souvenait du jeune soldat dans le couloir. Lui saurait. Il saurait que cela ne pouvait être rien d'autre qu'eux, qu'elle. Il l'avait vu après tout. Elenna était comme paralysé, elle s'était laissée prendre par ces hommes pour rattraper son meurtre accidentel et à présent, elle était là, laissant un de ces complices tuer son supérieur. Si cela n'était pas comique alors que cela pouvait être, franchement ? L'épée égorgea avec une facilité presque déconcertante l'homme. A peine le prince d'Illiréa avait rangé son arme que celle-ci roula sur le sol sans un bruit. Le sang coulait à flot du cou égorger et la tête avait les yeux ouvert dans une dernière convulsion devant les yeux plus ou moins inertes de la jeune elfe qui ne disait rien. Que devait-on ressentir dans ce genre de situation ? De la joie ? Non, c'était trop... Bestial. Ce n'était pas comme tuer un bigrant menaçant sa vie, non, la c'était un meurtre pur et simple. Comme il pouvait en avoir des tonnes et pourtant..  Elenna était inerte et silencieuse.

-Bon … je vais prendre l'épée du garde assommé et faire croire que c'est lui qui a tué l'officier, pendant que je met en place la scène … tu es libre Elenna, LIBRE! Et a présent je peut répondre a tes questions … d'un Habitant d'Illiréa libre a un autre …

Libre. Ah oui, elle le voulait ça. Elle voulait partir de cette ville tranquillement et sans culpabiliser. Mais là, elle ne savait pas trop comment elle devait réagir ? Sauter de joie, alors que pour cela un innocent allait se faire condamner un mort et qu'un autre était bel et bien mort de sa main indirectement. Elle fronça les sourcils sans rien dire. Il voulait cacher le crime, soit qu'il le fasse. Cependant elle ne parlerait pas de son pays dans cette pièce souillait par beaucoup trop de sang et de mensonge. D'un hochement de tête lent elle tourna doucement les talons avant de prendre avec calme le chemin de la sortie. Si elle était vraiment libre, elle ne voulait plus rester ici. Elle déambula lentement dans les couloirs, descendit sans aucun bruit, le pas léger les marches et d'une poussée ouvrit la porte devant elle. Dehors, elle respira tranquillement en attendant l'elfe qui ne tarderait sûrement pas. Oui, elle en avait des questions à lui poser, comme qu'est-ce qu'il faisait ici loin d'Illiréa ? Qui gouvernait l'île alors pendant son absence ? C'est vrais quoi ! Il était là, comme par magie, mais sa présence était beaucoup trop, étrange.

Cependant elle n'eut pas vraiment le temps de finir ces pensées qu'il était de retour. Attendant sûrement qu'elle lui parle mais elle ne savait pas vraiment par quoi commencer.

-Merci. Même si cela me dégoutte d'avoir était obligé de le tuer, merci. J'ai des questions, oui, mais la première et plus importante est sûrement : pourquoi êtes vous là ? Vous ne devriez pas être sur le trône depuis le temps ? Qui gouverne. Avez-vous … Abandonné le peuple d'Illiréa par peur ou autre ? Voir un habitant de l'île quelconque j'aurai pu le concevoir mais le prince... Non. Je suis assez familière avec vous, je ne devrais pas mais vous m'avez bien dit de m'adresser en temps qu'un habitant à l'autre alors voyez-vous, je le fais.

Invité

avatar




Lun 18 Aoû - 12:25
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t3033-artanis-targaryen
Artanis afficha un sourire amusé avant de répondre a Elenna, prenant celle-ci par le bras il l'emmena dans une ruelle adjacente, dans l'ombre, en prenant un ton d'abord amical, puis de plus en plus sérieux:

-Il n'y a pas d'offense, je suis ici pour retrouver les membres de mon peuple éparpillé sur cette terre immense, c'est mon devoir, le roi est mort j'ai l'épée sacrée, j'ai toutes les responsabilités que cela implique … mais je ne peut gouverner, et je ne peut me faire appeler prince … ou roi par toi, car comme me l'a dit mon mentor lors de mon premier jour, comme première règle du dirigeant d'Illiréa, il n'y a pas de roi sans peuple, il n'y a pas de pays sans peuple, il n'est aucun pouvoir du roi ici qu'il ne lui est donné par les dieux et le peuple d'Illiréa … et le peuple d'illiréa n'est plus …

Enfin dans l'ombre de la ruelle l'elfe lâcha prise sur le bras d'Elenna et s'abandonnant son désespoir retira son chapeau, son masque et plongea son regard dans celui de son interlocutrice alors qu'il s'adossait au mur en face d'elle, répétant encore une fois l'histoire de son peuple le coeur chargé de peine et les yeux au bord des larmes :

-Je n'ai pas abandonné le peuple d'Illiréa et ne le fera jamais, jusqu'à mon dernier souffle … Mon dieux m'a abandonné, j'ai dut laissé partir mon frère dragon pour qu'il survive, l'espoir m'a abandonné … ce jour la,l'elfe inspira profondément, contenant les larmes au bords de ses paupières avant de reprendre, se sentant obligé de quitter le regard d'Elenna pour le laisser divaguer dans la mince trace de ciel au dessus de lui …Il y a bien longtemps, au delà de l'horizon était une terre, une terre perdue dans l'océan qui s'étend au delà de l'actuelle archipel de la Muerta …

Lorsqu'il en vint au moment de raconter le cataclysme, les premières larmes roulèrent sur les joues d'Artanis, et seulement quand il eut fini put-il a nouveaux soutenir le regard de son interlocutrice. Séchant ses larmes, reprenant sa dignité et son port altier, l'elfe reprit d'une voix assurée:

-Tu es la première, tu es la preuve que notre peuple n'est pas perdu, d'autre comme toi ont perdus sur cette terre, je leur redonnerais espoir et rebâtirais Illiréa, je ne mourrais pas temps que cette tâche ne sera pas accomplie, me suivras-tu dans cette quête qui ne prendra peut être jamais fin ? Ce monde est nouveaux, il s'étend sous tes pieds et tu est maintenant maitre de ton destin, tu peut faire ce que tu désires de ce dernier, te savoir vivante m'es suffisant … mais j'ai le pressentiment qu'as tes côtés je serais plus fort, et que nous pourrions rassembler notre peuple avec plus de force … je souhaite … j'espère …je te fait la demande … de me laisser te guider, de m'accorder ta confiance pour que je soit le nouveau guide de notre peuple



Je retourne parmi les ombres




pour ceux qui rp avec moi ...:
 



Contenu sponsorisé





 
Page 1 sur 1