Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 Orynis Zhyrvirn

 
Jeu 30 Jan - 19:04
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t4645-orynis-zhyrvirn
Orynis Zhyrvirn

Psychotique, intelligente, possède un grand sens de l’humour mais sait rester sérieuse si besoin.
Aime : tuer, regarder le ciel, la compote de pommes, le sang, les livres et la liberté.
Déteste : être enfermée, le contact physique, les ordres, qu'on lui dise qu'elle est à moitié humaine

Information
Surnom
Âge : Environ 203 ans
Nationalité : Feu
Profession : Vagabonde et assassin
Camp : Neutre
Noblesse :
Croyance : Nayris. "En tant que semi-démone c’est logique"
Famille :
Race
Semi-démon.
Résultat d’un croisement magique entre une humaine et un démon de Nayris, Orynis n’est pas le fruit de l’union d’un humain et d’un démon mais d’une «association» de ces deux entités. Cette expérience, réalisée par un mage, consiste à «lier» deux êtres différents pour qu’ils n’en forment qu’un et ce grâce à une pierre aux propriétés magiques appelé « cristal de lien ». Celle-ci a permis au mage d’« assembler » un nourrisson et un démon de Nayris, et est logé à jamais dans la poitrine d’Orynis, ce qui lui laissa une marque noire en forme de losange.
Elle est donc d’apparence humanoïde mais possède des caractéristiques de démon : queue, crocs, griffes, capacité de régénération après une blessure, souplesse, force physique et vision nocturne plus développées que chez un humain… Contrairement à ce que l’on pourrait penser, elle ne peut se transformer entièrement en démone de Nayris et ne possède donc qu’une seule forme hybride.
Caractère

Orynis est âgée environ de 203 ans (elle-même ne sait pas précisément quand elle est née) mais il ne faut pas croire que cela lui confère de la sagesse : impulsive et parfois colérique comme une enfant elle réagit parfois de façon irréfléchie sous l’impulsion de la colère mais parvient à se contrôler ; avoir passé plus d’un siècle enfermée à surtout ranimé des souvenirs noirs à sa mémoire et attisé sa rage et son envie de tuer. Cependant Orynis fait preuve d’une grande intelligence et sait agir de manière raisonnée.

Elle peut être cassante et ouvertement agressive envers les personnes qu’elle ne connait pas trop, et par conséquent n’apprécie pas ; disons que c’est sa technique d’approche sociale : si la personne s’avère être quelqu’un de confiance elle va abaisser progressivement ses barrières. Mais il ne faut pas croire qu’elle va vous apprécier pour autant : Orynis déteste les gens en général et les humains en particulier. Seul Altaar Invirn, son maître d’armes, a droit à son amitié et son respect le plus total.

Orynis n’est donc pas très sociable mais fait des efforts. Une fois qu’on la connait bien elle s’avère être souvent d’humeur joyeuse, aime plaisanter sur un peu tous les sujets ce qui peut gêner les âmes sensibles quand elle parle de choses morbides, moments dans lesquelles il est difficile de savoir si elle est sérieuse ou non. Sa bonne humeur vole cependant en éclat dès qu’un élément la contrarie et laisse facilement place à sa rage destructrice surtout dans le cas où elle reçoit une remarque agressive sur son physique ou qu’on manque de respect envers les personnes qui lui sont chères.

En effet les événements qui ont jalonnés sa vie depuis sa naissance lui ont laissé des marques profondes qui font ce qu’elle est aujourd’hui : une psychotique aux nerfs à fleur de peau qui ne supporte le contact physique avec d’autres gens que dans le cadre de son travail d’assassin. Autant dire que cette caractéristique de sa personnalité, accentuée par son coté démone, lui a déjà causé pas mal d’ennuis, c’est pourquoi elle a appris à se contrôler et évite du mieux qu’elle peut les conflits.

Physique
Même si physiquement Orynis donne l’impression d’avoir tout au plus 28 ans elle a en fait été «bloquée» avec cette apparence suite à une blessure au niveau de son cristal de lien et est en réalité âgée de plus de deux siècles. En tant que semi-démone elle a une silhouette humaine mais l’on se rend vite compte qu’elle ne l’es pas : Elle a de grands yeux jaunes, couleur de flamme, et ses pupilles sont souvent rétractées car, suite à une blessure, elle supporte difficilement les lumières vives, ce qui peut lui donner un regard étrange. Elle a de fines oreilles noires, longues et pointues, des cheveux noirs ondulés assez courts qui lui arrivent sous les oreilles et souvent en bataille, des traits assez fins et possède des dents pointues comme des crocs et des canines plus longues. Elle possède également une queue, d’environ 1 m 60 de long, fine, se terminant par une sorte de dard (ou de croc) de 2O cm de long, avec lequel elle peut attaquer ses adversaires.

Ce qui se remarque rapidement chez elle c’est son teint : très pale, presque blanc (ce qui contraste avec la noirceur de ses cheveux) qui vire progressivement au gris puis au noir au niveau de ses bras, ses jambes, sa queue et de ses oreilles, zones où sa peau et plus rigide, recouverte de petites écailles. Elle ne possède pas d’ongles mais des griffes rétractables mesurant 3 cm lorsqu’elle les sort complètement, notamment pour escalader un bâtiment ou pour se battre au corps à corps. Orynis est assez grande (1 m 70) et a un corps fin mais possède quelques formes. Entraînée au combat, elle est dotée d’une musculature fine mais redoutable de par son coté démone.

Pour ce qui est des vêtements, rien de bien féminin ; Orynis a quand même été élevée au milieu de futurs soldats et son métier d’assassin exige une tenue adéquate : elle porte en général un pantalon et un haut, assez moulants afin qu’ils n’entravent pas ses mouvements, dans les tons noir ou gris et des bottes souples en cuir noir qu’elle enlève dès qu’elle doit escalader un bâtiment. Elle porte souvent une grande cape brun foncé dont elle rabat la capuche sur sa tête afin de se protéger du soleil en journée et qui lui permet de dissimuler son apparence de semi-démone si nécessaire. Orynis ne cherche pas à mettre en valeur ses quelques formes ni son visage, pourtant assez joli ; elle ne se maquille pas, se coiffe à peine et ne porte ni robe ni décolletés et bijoux par esthétisme : pour elle c’est juste un moyen de se camoufler. D’ailleurs les rares fois où l’on peut la voir vêtue d’une robe et maquillée sont lorsqu’elle doit s’approcher de la cible de son contrat en la séduisant, bien mal lui prendrait à celui qui ferait la moindre remarque sur ce genre de tenues… D'ailleurs même dans ces cas-là vous ne la verrez jamais avec un décolleté : la marque noire qu'elle a sur la poitrine est la dernière chose qu'elle a envie de montrer.
Le seul bijou qu’elle porte à son oreille droite est un simple anneau en argent.
Capacités
Armes : Elle ne se séparerait pour rien au monde de Zhyr, son Sabre-Guerrier, une lame légèrement recourbée semblable à un cimeterre, d’environ 50 cm de long, dont elle a appris à se servir auprès d’un grand maître d’armes. Ce sabre a la particularité d’être lié à Orynis par le biais d’un enchantement et cette dernière peut l’« invoquer » quand elle en est séparée, chose très utile lors d’un combat si l’adversaire la désarme : Zhyr se retrouve en un clin d’œil dans sa main. Elle aime également utiliser des poignards de lancer et, lorsque l’envie lui prend, délaisse les armes de métal au profit de ses griffes et de ses crocs.
Pouvoirs : Orynis possède une légère capacité d’auto régénération ; ses blessures ne disparaissent pas en un clin d’œil (sauf si elle se nourrit d’une autre créature démoniaque) mais elle peut guérir facilement de blessures qui entraîneraient la mort d’un simple humain, même si cela prend plusieurs heures. En tant que semi-démone elle a des sens et capacités physiques plus développés, elle est très souple et agile à l’escalade et sa queue, terminée par un croc, lui confère un avantage au combat.
Familier :
Artefact : Le tatouage à sa main droite qui lui permet d’être en lien avec Zhyr et le cristal de lien ayant permis sa « naissance ».
Autre : Elle a déjà battu un nain à un concours de descente de bière.
Histoire

Originaire du pays désertique de Feu ou elle a grandi, Orynis a été créé par un mage à partir d’un bébé humain et d’un démon de Nayris ; ces deux entités forment désormais une seule personne grâce au pouvoir du cristal de lien logée dans sa poitrine. Elle ne possède aucun souvenir de son enfance : avant ses dix ans il n’y a rien, tout a été gommé de sa mémoire, sans doute à cause d’un grand traumatisme mais elle ignore lequel.

Son premier souvenir est une nuit ou elle courrait, seule, haletante, couverte d’un sang qui n’était pas le sien, dans un paysage désertique qu’elle ne connaissait pas. Dans un état de confusion extrême elle ne savait pas pourquoi et comment elle était arrivée là, d’où elle venait... ni qui elle était. Épuisée, elle s’était arrêtée en haut d’un promontoire rocheux surplombant une vallée et était restée figée face au lever du Soleil avant de tomber d’épuisement. Le lendemain elle s’était remise à errer dans la plaine quasi-désertique, cherchant de quoi survivre et s’abriter, affamée, seule, perdue…


Sans le savoir, elle se trouvait sur les terrains de chasse du baron de la région et elle fut capturée par une troupe de soldats qui patrouillaient à proximité. Ce jour-là elle croisa la route d’Altaar Invirn, le maître d’armes et espion du baron, un homme au caractère sévère mais d’une grande loyauté et la seule personne pour qui Orynis éprouva autant de respect et de confiance.

Lorsqu’il vit arriver au château la petite créature mi démon-mi humaine qui griffait et tentait d’égorger quiconque l’approchait il se proposa de la calmer afin d’empêcher qu’elle ne soit tuée. Quand elle le vit approcher, Orynis voulu passer à l’attaque mais ne réussit même pas à le toucher : Altaar l’avait déjà plaquée au sol avec une rapidité et une facilité déconcertantes, lui faisant comprendre qu’il était le maître et qu’elle avait tout intérêt à lui faire confiance. Cette première confrontation marqua Orynis qui ne put éprouver qu’une sorte de fascination pour le maître d'armes et celui-ci décida de la garder sous son aile, ce que le baron accepta, considérant le fait que seul Altaar était en capacité d’apprivoiser cette créature démoniaque.


Orynis ne se montra plus jamais agressive envers Altaar, qui s’occupa de l’intégrer dans le château et lui donna son nom. Elle s’habitua peu à peu à sa vie au milieu de tous ces humains qui la considéraient comme une bête étrange et ou seul son nouveau «maître» l’acceptait telle qu’elle était. Très renfermée au début, elle observait désormais le monde qui l’entourait avec une grande curiosité, notamment pour les leçons de maniement d’armes que donnait Altaar à ses élèves.

Rapidement ce dernier se rendit compte des capacités étonnantes de sa protégée mais aussi de la fêlure présente dans son esprit : elle ne nourrissait aucune appréhension à l’idée de tuer quelqu’un simplement parce qu’il lui avait manqué de respect, restait des heures à fixer des yeux le ciel et hurlait lorsqu’on la dérangeait, passait en un clin d’œil de la bonne humeur à une colère noire… Il commença à s’en inquiéter lorsque deux enfants qui avaient provoqués Orynis avaient chuté « accidentellement » d’une falaise avoisinante.

Une nuit, il la vit même éventrer et démembrer un des chiens du château et quand il lui avait demandé des explications elle avait répondu que c’était pour s’amuser. Après l’avoir réprimandée assez fortement il décida de l’aider à canaliser cette rage destructrice et imprévisible qui régnait en elle et en fit une de ses élèves.


Orynis passa ainsi son adolescence au milieu des futurs soldats et assassins à apprendre l’art du combat aux côtés de son maître.
Au début elle était maltraitée par les autres élèves qui s’arrêtaient sur son apparence ce qui entraînait souvent des conflits laissant bleus et morsures sur tous les participants, mais ces bagarres, bien que de plus en plus violentes, finirent par devenir plus un jeu qu’autre chose, même si du côté d’Orynis on ne savait jamais s’il y avait des limites à sa violence. De plus, le temps passé à s’entraîner ensembles finit par créer un lien entre eux et le fait qu’elle soit parfois plus douée que la moyenne alors qu’elle était moins âgée faisait, au pire, l’objet de jalousie comme il en existe toujours entre élèves.

Pour Orynis ce fut malgré tout le début d’une grande période de bonheur, cela dit il ne faut pas croire que sa vie était de tout repos : les leçons d’Altaar était longues et très éprouvantes et il n’était pas réputé pour son calme et sa pédagogie. «Avec Altaar Invirn, tu te crève à la tache ou t’es mort» avaient coutume de dire ses élèves, et Orynis ne bénéficiait pas d’un traitement de faveur, au contraire! Avec ses capacités physiques plus développée qu’un humain, Altaar estimait qu’elle devait travailler plus dur. Il passait des heures à l'entraîner encore et encore, seul à seul, souvent bien après le coucher du soleil.
Mais ces entraînements, s’ils la fatiguaient physiquement, et que les coups de gueule et réprimandes de son maître la couvraient de bleus, lui donnaient l’impression d’être en harmonie avec elle-même : elle était faite pour le combat, et pour tuer.


Ce qu'Altaar ignorait était qu’Orynis, une fois la nuit tombée, partait seule et, telle une ombre, se promenait dans tout le château, passant sous le nez des gardes sans que ceux-ci ne la voient, déverrouillant les portes ou allant sur les toits. Elle connaissait presque chaque recoin du château et les salles où elle préférait aller était la bibliothèque ainsi que les salles adjacentes ou étaient entreposés différents grimoires n'étant destinés qu'à certains prêtres. Tous les livres qu'elle trouvait l'intéressaient mais elle était vraiment passionnée par les récits épiques de combats, les herbiers contenant des recettes de poisons, les grimoires nécromanciens, les récits à propos de Nayris... Elle ne se rappelait pas avoir appris à lire, souvenir sans doute effacé avec son enfance, et avait l’impression de redécouvrir les connaissances qui se gravaient dans son esprit quand elle lisait, comme si elles lui avaient déjà été enseignées.

Ce fut dans un de ces livres qu'elle découvrit le secret de sa "naissance", fusion entre un démon et un humain, et le soir même de cette découverte Altaar, qui l'avait vue se lever, l'avait suivie discrètement jusque dans la bibliothèque et la pris sur le fait. La punition pour s'être introduite dans une salle interdite du donjon fut terrible mais Altaar, conscient que le fait de se trouver dans la bibliothèque secrète serait considéré comme un acte de trahison, décida de garder le secret.

Orynis, quant à elle, était dans un état de choc ; ce qui l'avait le plus abattu n’était pas la brutale réprimande de son maître mais la soudaine découverte de ses origines. Elle se savait depuis longtemps orpheline et se fichait bien de ses anciens parents : pour elle seul Altaar pouvait prétendre au rôle de mentor plutôt que de père. Savoir qu'elle n'avait même jamais eue de parents ne la perturba pas trop, par contre, apprendre qu'elle n’avait été qu’une expérience, une « création » la révoltait et surtout lui ramenait en mémoire d'étranges impressions qu'elle ne parvenait pas à cerner. Des images et bribes de souvenirs de son enfance oubliée semblaient vouloir remonter à la surface de son esprit mais tout restait flou.

Ce sentiment de malaise s'estompa cependant assez rapidement : Orynis était adolescente et débordait désormais d'une énergie nouvelle et les leçons d’Altaar l’aidèrent à aller mieux. Elle se sentait bien avec son maître et les autres élèves car ils étaient les seules personnes qui la considéraient à présent comme une combattante et non comme une créature étrange. Cependant seul Altaar bénéficiait de son respect et son amitié : il était la seule personne à qui Orynis s’adressait vraiment.


Orynis avait environ 17 ans lorsqu’Altaar, ayant observé ses grandes capacités dans le maniement du sabre, lui offrit la chose dont elle avait longtemps rêvé : un Sabre-Guerrier. Ce type de sabre et son propriétaire, unis par un enchantement, combattaient avec une maîtrise et une puissance accrue, ne faisant plus qu’un. Altaar en possédait un et avait jugé qu’Orynis était digne d’en avoir un aussi.

Le sabre, forgé dans un métal très clair, fut enchanté grâce à un petit cristal de lien trempé dans le sang de sa propriétaire et incrusté dans son pommeau. Elle possède depuis un tatouage (en forme d’hexagone d’où partent 6 flèches) dans la paume de sa main droite, là où son sang a été prélevé. Orynis n’avait jamais été aussi heureuse et, tandis qu’Altaar lui enseignait comment entrer en harmonie avec son nouveau sabre, le lien affectif qui unissait le maître et l’élève devenait plus fort.

C’est durant cette période, et pour continuer son entrainement, qu’Altaar emmena Orynis avec lui dans les missions que lui donnait le baron concernant certaines affaires externes et la sécurité de la baronnie. Orynis était toujours enchantée par ces voyages avec son maître, la découverte de nouveaux endroits et des dangers qu’ils recèlent : l’aventure.

C’est lors d’escarmouches sanglantes avec des bandes de brigands et de pillards qu’Altaar put constater que l’adresse au combat de son élève allait grandissante,
…ainsi que son envie de violence et de mort.


Hélas au fil des années la situation se dégrada au château : le baron, autrefois très ouvert au commerce et échanges avec les autres seigneurs, entra progressivement dans une politique d’isolement et se laissa aller à des discours paranoïaques concernant ses anciens alliés. Sous ce changement étrange se cachaient en vérité un complot des prêtres et mages, conseillers du baron, qui, profitant de son âge avancé et de sa santé mentale déficiente, lui dictaient quoi faire et gagnaient en pouvoir.

Ne cherchant pas querelle aux autres seigneurs ils instaurèrent, toujours par le biais du baron, un climat de peur et de fanatisme dans le château, prétendant que leurs alliés s’apprêtaient à leur planter un couteau dans le dos pour justifier leur isolement et se proclamant comme les seuls à pouvoir se sortir de cette situation.

Ils finirent par accuser Orynis, en tant que semi démone de Nayris, de vouloir plonger le château dans le chaos et la mort et demandèrent au baron de prendre des mesures afin «d’empêcher cette créature démoniaque de nuire». Altaar, étant assez proche du baron à qui il avait prêté serment d’allégeance, se rendit compte que celui-ci se faisait mystifier par les prêtres et en déduisit que ce n’était plus qu’une question de temps avant que sa protégée ne soit enfermée. Il tenta donc, discrètement, de résonner le baron et celui-ci s’avéra être encore sceptique quant à l’idée des prêtres.

Ces derniers, pour prouver la félonie d’Orynis et d’Altaar, qu’ils considéraient à présent comme un ennemi, demandèrent à l’un des lieutenants du baron de faire disparaître ce dernier. Le lieutenant, ancien rival d’Altaar, accepta sans problème sa mission ; hélas pour lui il n’était également qu’un pion dans le plan des prêtres : ceux-ci savaient qu’il n’avait aucune chance de tuer Altaar.
Orynis, ayant compris que son maître courrait un danger, se chargea de tuer le lieutenant avant qu’il n’ait pu mener sa mission à terme : elle était tombée dans le piège des prêtres. Accusés de meurtre et de complot contre le baron, elle et Altaar furent arrêtés et les prêtres.


En voyant Orynis se déchaîner et attaquer les soldats chargés de la capturer, ils décidèrent de l’enfermer dans une des cryptes du donjon. Elle se retrouva donc enchaînée dans une salle sombre et un des mages lui planta un poignard dans la main droite afin qu’elle ne puisse pas se servir de son sabre pour se libérer.

Altaar, qui assistait à la scène, parvint à récupérer une arme et tenta de libérer Orynis. Mais les gardes et prêtres en surnombre prirent rapidement le dessus. Orynis, impuissante, assista, muette de colère, à l’exécution de son maitre et seul ami. Elle n’eut pas le temps de réagir ; un des prêtres lui planta Zhyr dans la poitrine, juste au niveau de son cristal de lien.

Le choc fut immédiat : pendant une fraction de seconde qui lui sembla durer une éternité, les souvenirs lui revinrent en mémoires. Elle revit la chaumière du nécromancien qui l’avait créée, les livres qu’elle lisait, la douleur quand le mage la frappait… et puis le sang. Tout ce sang. Rouge, partout : sur les murs, le sol, la cheminée, les livres… Elle vit ses mains couvertes de sang, en senti clairement le gout dans sa bouche.

Le sang, cette irrésistible envie de tuer… La colère… Les souvenirs s’estompèrent, seule restait la rage, l’envie du sang, tandis qu’elle voyait Altaar la regarder une dernière fois puis son corps basculer en arrière, inerte… mort.

ALTAAAR !!!

Elle poussa un hurlement inhumain clamant sa haine et la sombre envie de tuer qui prenait toute la place dans son esprit : venger Altaar !!! Tous les tuer !!!
La dernière chose qu’elle vit fut le corps de son ami traîné hors de la crypte et la porte qui se referma sur le noir le plus total. Les soldats et mages qui se trouvaient là entendirent son hurlement terrifiant se prolonger même après avoir condamné la crypte et certains l’entendirent encore leur glacer les sangs durant de nombreuses nuits de cauchemars.


Seule dans le noir total, immobilisée par les chaines et la douleur insurmontable que causait Zhyr toujours enfoncé dans sa poitrine, Orynis n’était plus qu’un condensé de rage meurtrière et, dans le silence de la crypte, seuls résonnait un murmure inquiétant, entrecoupé de hurlements sauvages, et qui allait en grandissant au fil des jours ...


des mois...


des années...


« …Altaar…ils l’on tué…ils vont mourir…mourir !!Hihihihi !!! …je vais vous tuer…vous tous ! …jusqu’au dernier !! ...du sang…partout du sang…le vôtre ! Le leur !! …tous les tuer…Altaar… »



« Le temps peut parfois passer si vite… et si lentement…dans le noir… »


Le problème des vieux donjons et leurs sous-sols c’est qu’en cas de tremblement de terre tout se fissure. Le drame arriva en pleine nuit, le château tint bon mais dans la crypte un éboulement avait fait s’effondrer un des murs auquel était attaché Orynis. Parvenant à libérer sa main droite elle put récupérer Zhyr et sortir de sa cage.

Enfin l’heure était venue…

Les premiers gardes qui la virent arriver n’eurent pas le temps de comprendre que déjà leur sang recouvrait le sol, pareil pour les suivant, puis pour tout le reste du château. Orynis fonçait, sautait, virevoltait, tranchant une tête là, égorgeant ici, faisant couler une fontaine de sang ; elle arrachait ses membres à un garde, ouvrait de son sabre et de ses crocs des plaies béantes, éventrait, arrachait cœurs et viscères… Autour d’elle tout n’était que panique face à la violence et la rapidité de ses attaques mortelles, ponctuées par son rire inhumain.

Les quelques tentatives des soldats pour la contrer ne l’atteignirent même pas. En quelques heures il n’y avait plus qu’elle, seule, au milieu de la mare de sang qu’était devenu le château. Une faim était étanchée… après plus d’un siècle d’attente.
Se calmant enfin elle quitta le lieu du massacre et contempla le soleil qui se levait.

Après, ce fut à nouveau le noir : la lumière trop vive et brutale lui avait brûlé les yeux.


Ses blessures mirent quelques mois à cicatriser et elle retrouva progressivement la vue et l’envie de vivre : Altaar était mort mais son souvenir resterait toujours vivant en elle. Elle quitta le pays de Feu et vagabonda pendant plusieurs mois, allant de villes en villes, se renseignant sur le monde qu’elle découvrait, chose normale après avoir passé sa vie dans un château, et appris ainsi ce dont elle s’était doutée : elle avait passé 174 ans enfermée.
Elle eut rapidement une réputation de furie sanguinaire et se fit engager en tant que tueuse à gage par des nobliaux et maîtres marchands, sous le nom d’Orynis Zhyrvirn qu’elle s’était choisi en souvenir d’Altaar Invirn.

Elle apprit ainsi la main mise sur Terra Mystica par les démons de Zelphos dont elle considérait le chef, Aile Ténébreuse, comme un tyran avide de pouvoir. Ayant entendu parler d’un groupe de résistants dans les Glaces elle décida d’aller les rejoindre et d’apporter son aide dans leur lutte.


Citation :
« Elle eut rapidement une réputation de furie sanguinaire et se fit engager en tant que tueuse à gage par des nobliaux et maîtres marchands. »

Raconte ton tout premier contrat, justifiant ta réputation de furie sanguinaire.

Dans la réalité

Âge : 19
Avez-vous déjà fréquenté d'autres forums, si oui lesquels ? Non
Vos passions : Lire, écouter de la musique et écrire =)
Votre avis sur le forum? Super ! =)
Comment avez vous connu le forum? Par Lara Lidwin
Phrase fétiche : Les pingouins ne sont pas des manchots !
Crédit avatar : http://chaosdei.centerblog.net/rub-Ayami-Kojima-2.html


avatar


Sang-mêlé

Partie IRL
Crédit avatar : http://chaosdei.centerblog.net/rub-Ayami-Kojima-2.html
Double compte :
Vitesse de réponse : Moyenne


 
Page 1 sur 1