Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 Examen 3 - Albar

 
Ven 18 Oct - 21:41
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t12-albar-tlassin
Pas de repos pour le maréchal des Glaces. L'opération Ménage de Printemps venait de prendre officiellement fin, sur un demi-succès : l'envahisseur – ou, dans le cas présent, le parasite – avait été vaincu, mais ils ne rapportaient aucun cadavre ennemi avec eux, au grand mécontentement de ses hommes.

Alors que les troupes s'étaient séparées et que Lara et John étaient rentrés chez lui – chez eux, pour être exact – Albar pris la route du palais de l'Impératrice. Non seulement il devait rendre compte de la situation, mais il avait aussi une affaire plus personnelle à régler. Sur le chemin du retour, il avait envoyé Grawhir porter une lettre à l'archimage Togsadum, qu'il avait écrite en chemin. Cette aventure lui avait donné une toute autre vision du ciel, et de l'avantage que cela pouvait donner : sans leurs rapaces, ils n'auraient sans doute jamais pu retrouver la trace de leurs attaquants.

A cela venait s'ajouter un vieux rêve. Comme beaucoup d'hommes, il avait toujours voulu voler. Et pourtant, lorsqu'il avait mis les pieds dans le pays du Ciel, il s'était senti mal à l'aise, tout comme lors de la courte entrevue qu'il avait eue avec une séraphine dénommée Yuki, à la suite de laquelle ils avaient du s'enfuir pour s'éloigner de harpies. A ce instant, elle l'avait porté sur une certaine distance, et ce court vol fut très inconfortable.

Mais ce n'était pas le fait de quitter le sol qui l'avait alors troublé, mais bien celui de dépendre de quelqu'un, de ne pas pouvoir se débrouiller seul. Il était inquiet en foulant le sol nuageux du Ciel car il craignait de passer au travers et de chuter, sans pouvoir se rattraper. Et c'était le même problème lorsque que Yuki l'avait porté. Mais dans ses rêves, il avait toujours souhaité voler à la manière des anges.

C'est ainsi qu'il écrivit une lettre à Togsadum, l'informant de sa nouvelle demande, deux jours avant de rentrer, dans l'espoir de ne plus avoir qu'à payer lors de son retour. Ce qu'il voulait, ce n'était ni plus ni moins que des ailes. Il n'avait cela dit aucune idée de comment le mage devrait s'y prendre ni de ce qu'il était capable de réussir, aussi ne put-il faire que quelques petites précisions : il les voulait intangibles, pouvant apparaître et disparaître à volonté, et de couleur claire mais pas brillantes. Ce furent ses seules exigences véritables. Le reste, il le laissait à la volonté de mage. Malgré son attrait pour l'or, il était le meilleur qu'il eut jamais rencontré, et Albar avait confiance en la qualité de son travail.

C'est à la suite d'une longue discussion avec l’impératrice, durant laquelle il lui annonça dans les détails tout ce qui s'était passé lors de l'opération Ménage de Printemps, qu'il fut enfin libre de cheminer jusqu'à la tour du mage. Pestant intérieurement sur cette manie phallocentriste qu'avaient les mages de toujours vouloir résider dans des hautes et orgueilleuses tours, il grimpa les nombreuses marches qui le menèrent droit au laboratoire de Togsadum. Il frappa quatre fois, et attendit quelques instants avant que la porte ne s'ouvre.

« Maréchal Tlassin, vous voilà ! Combien de morts cette fois ?
- Trop pour beaucoup, pas assez pour certain. De mon point de vue je dirais que je ne sais pas, je n'ai pas compté. Vous avez avancé dans ma demande ?
- Autant que je pouvais le faire. Maintenant j'ai besoin de vous.
- Je vous écoute.
- L'enchantement est au point. Vous aurez une paire d'ailes telle que vous l'avez demandée, d'une envergure d'environ 2 mètres 50. Elles ne coûteront pas plus d'énergie que s'il s'agissait de vos membres naturels, du moins après entraînement de votre part. Elles seront intangibles, n'exerçant de pression que sur l'air, donc vous ne pourrez voler qu'en extérieur, ou du moins dans un espace assez grand pour les déployer touts entières.
- Et je me fatiguerai en fonction de mon vol uniquement ?
- C'est ça. Voler contre le vent vous fatiguera, planer sera facile, etc...
- Et en quoi avez vous besoin de moi ?
- Le sort ne peut rien enchanter de vivant. Je ne peux pas vous donner ce don à vous. Vous me comprenez ?
- Oui, ce sera comme pour ma transformation en renard, un artefact.
- Oui et non. Je peux enchanter un objet pour vous, en effet. Une de vos vestes notamment, car il me faudra quelque chose d'assez large, sur lequel je puisse dessiner le sceau. Car oui, un sceau magique est nécessaire. Mais il y a un soucis avec cette option...
- Pour moi qui me bat souvent et qui ait de nombreux costumes, une veste n'est pas le mieux : elle sera facilement déchirée, abîmée, ou brûlée.
- Voilà, c'est le soucis. Aussi ai-je eu une brillante idée pour que vous n'en soyez pas séparé. Cela m'a pris un petit bout de temps pour trouver, mais...
- Un tatouage ?
- C'est... C'est exact, répondit-il, vexé. Un tatouage : le sceau sera gravé dans votre dos à l'aide d'une encre magique, enchantée par mes soins.
- Et s'il est abîmé ? Je me régénère, mais si j'ai été écorché vif ou brûlé, l'encre sera endommagée, non ?
- Exact, le tatouage ne sera pas très profond. Si jamais vous avez le dos brûlé et que le sceau est complètement ravagé, je devrais tout reprendre, et ça ne sera pas gratuit. Et s'il n'y a qu'une grosse coupure qui rompt une ligne, par exemple, je ne vous ferai pas payer trop cher.
- Pas trop cher ? C'est trop vous demander que de fournir une petit garantie, alors que vos prix sont déjà exorbitants ?
- Je ne céderai pas, maréchal. »

La discussion se poursuivit un bon quart d'heure pendant lequel ils marchandèrent les possibles retouches. Albar obtint finalement du mage que les petites corrections seraient entièrement gratuites, non sans mal.

La suite, vous la devinez : l'archimage enchanta l'encre qui allait désormais marquer la peau du maréchal à jamais, puis lui appliqua par magie, la douleur étant moindre que par les moyens conventionnels. Le travail fut néanmoins long et minutieux, et ce n'est qu'après une bonne demie heure qu'il fut achevé.

Curieux et impatient, Albar se leva, et se contorsionna pour voir son dos dans les miroirs à sa disposition. Sur celui ci se dessinaient désormais deux petites ailes, admirablement bien détaillées dans une encre noire comme la nuit, et qui occupaient toute la partie supérieure de son dos. En dessous d'elles, de nombreux mots et symboles harmonieux avaient été écrits, coulant jusqu'au creux de ses reins. Espérons que cela ne dérange pas Ayael, pensa-t-il pendant un fugace instant.

Comme lors de sa première transformation en renard, il chercha longtemps comment déployer ses ailes. Il finit par trouver, sans trop être capable de décrire comment, ce qu'il fallait faire. De même que vous êtes incapable de me dire comment vous bougez un bras autrement qu'en le voulant, il m'est impossible de vous décrire comment il parvint à saisir le fonctionnement de ses ailes. Il en prit conscience, tout simplement.

Lentement, et avec émerveillement, il vit les petites ailes tatouées dans son dos s'en détacher et s'agrandir progressivement, changer de couleur pour devenir blanches, prendre une consistance légère et éthérée, translucide, et continuer à doucement grandir, pour devenir immenses et magnifiques. Lentement, il les agita, répandant une petite brise dans la pièce, au grand dam de Togsadum, lorsque le courant d'air fit s'envoler ses papiers. Satisfait, Albar les replia avec une infinie douceur, les regardant redevenir le tatouage.

« Si je porte des vêtements, ça ne sera pas handicapant ?
- Du tout, vous pouvez parfaitement voler en étant habillé.
- Merci infiniment archimage. Vous êtes un piètre être humain, mais un merveilleux enchanteur. »

Après l'avoir dûment payé, il partit de la tour. Mais la nuit avait beau commencer à tomber, il n'avait pas prévu de rentrer, pas encore. Il devait aller voir quelqu'un. Il voulait apprendre à voler, dès maintenant.


Spoiler:
 



Signature by John


avatar


Daeva

Partie IRL
Crédit avatar : doubleleaf
Double compte : Aucun (AT en compte PNJ, à la limite)
Vitesse de réponse : Moyenne - Environ 1 semaine


 
Page 1 sur 1