Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 [Double-Examen] Stratium

 
Ven 20 Sep - 14:54
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t2740-alaric-karak
Mine d’argent de la Main de Modan
Tunnel #42
Equipe de minage « Les amasse-trésors »
Heure H



La chaleur étouffante de la mine semblait envelopper tout l’être de Karkagh. Les gouttes de sueur perlaient en un flot continu sur son front, et même le ravitaillement en bière arrivé cinq minutes auparavant s’était déjà réchauffé. Peu lui importait, cela faisait des dizaines années qu’il était habitué à travailler dans ces conditions. Et, à dire vrai, on était mieux traité au Conglomérat que dans les petites mines privées de l’anneau extérieur de Tilamus. Ici, au moins, l’approvisionnement en bière était constant, ou presque !

Continuant de frapper la roche de sa pioche, le Nain tira la langue sur le côté comme pour renforcer sa concentration. Il venait d’arriver sur une partie plus solide que la roche qu’il creusait depuis une heure déjà, certainement un nouveau filon d’argent. Il lui fallait se concentrer : Il venait d’acheter une nouvelle pioche en argent, voilà trois jours de cela. Sa précédente lui avait duré deux ans –on lui avait offert à son arrivée au Conglomérat-, aussi n’avait-il presque aucune chance de l’abimer ici. Toutefois, les Nains sont superstitieux, aussi préféra-t-il jouer de prudence en creusant d’abord toute la roche « molle » autour du filon.

Tandis qu’il poursuivait inlassablement son travail, entrecoupé seulement de quelques gorgées de bières, il réalisa que le reflet de l’argent n’était pas habituel. Il lui sembla beaucoup plus sombre, à la limite de l’acier. Or, l’acier n’existait pas à l’état naturel, et n’était qu’un dérivé du fer. Comment cela était-il possible ? Un collègue lui avait-il fait une mauvaise plaisanterie ? Peu probable, le coût aurait été trop élevé. Etait-ce les vestiges d’une armure d’acier datant de plusieurs millénaires, enseveli par le temps ? Impossible, ils étaient bien trop profondément sous Fort Granite pour pouvoir que cela soit envisageable. Pourtant, ce quasi-acier était là, devant lui.

Karkagh appela l’un de ses amis, mineur lui aussi, qui fut tout aussi interloqué que lui. Son conseil fût pourtant sage : Il suffisait d’en miner un morceau et de l’analyser pour en avoir le cœur net. Prenant son souffle tout en ajustant la pioche au-dessus du filon, le Nain donna un coup net et précis sur une apparente faille dans le métal, afin de le fractionner. L’effet, lui, fût inattendu : La tête de sa pioche éclata, et l’une des pointes vint se ficher dans l’une des parois rocheuse du tunnel minier,  à peine moins d’un mètre à côté de la tête d’un autre mineur. Celui-ci, d’abord surpris, puis en colère, ne pût retenir un fou-rire tout en répétant à tue-tête que Karkhag avec encore explosé sa pioche. Une pioche en argent, en plus !

Le fameux Karkhag, lui, resta stupéfait, encore penché au-dessus du filon, le manche de sa pioche entre les mains. Il en était proprement abasourdi. Son geste était pourtant expert, impeccable. Comment ce morceau d’acier avait-il pût briser de l’argent ? Lui avait-on vendu du toc ? Là encore, il ne pouvait le concevoir. Il ne restait qu’une seule conclusion logique : Ce n’était pas là de l’acier. C’était un métal nouveau, encore inconnu, et de toutes évidences considérablement plus résistant que l’argent. Les mineurs ne le réalisèrent pas immédiatement, mais leur découverte venait de faire basculer le cours de l’histoire du Conglomérat, celui du peuple Nain, mais aussi celui de toute la Montagne.








Forges Volcaniques
Forge du Sourire du Diable
Equipe  du Forge-Volcan
Neuf heures après la découverte du Stratium



Grakal ne pût contenir un haussement de sourcil devant le morceau de minerai qu’on lui avait apporté. Effectivement, l’œil non-averti aurait pût penser à de l’acier, mais il suffisait de l’observer sous une lumière convenable pour s’apercevoir qu’il était bien différent. Pas foncièrement plus massif, et même plus léger. Toutefois, l’expert absolu qu’était Grakal savait reconnaître une pépite quand il en voyait une. Ce métal était un don.

Même les pioches en or n’avait pût l’entamer, et il fallut en briser trois avant que la décision fut prise d’utiliser la Foreuse : Une pioche intégrale en or, recouverte des plus puissantes runes de minage, et dans laquelle l’esprit du démon de la Cupidité avait été enfermé. Il ne fallut rien de moins pour pouvoir fracturer l’étrange faux-acier.

Grakal, de son côté, avait été bien dans l’impossibilité de déterminer l’origine du métal. Il semblait virtuellement indestructible, et il brisa plusieurs marteaux à essayer de le forger. Après plusieurs essais, il lui apparut que ce métal ne pouvait être altéré que lorsqu’il baignait dans la lave, et encore, à grands efforts. Un seul instant en dehors, et il se retrouvait de nouveau quasi-indestructible. Quel genre de découverte avait bien pût faire l’équipe des amasse-trésors ? Personne ne s’était encore aventuré si loin dans les profondeurs  situées non loin du Cœur-du-Granite.

La première chose que fabriqua Garkal, forgeron émérite, fut évidemment une pioche avec une tête faite de ce métal. Comme le savent si bien les mineurs, un métal est logiquement assez solide pour se miner lui-même. Et le Forge-Volcan en était sûr, Alaric allait très certainement être ravi de la découverte de ce métal, dès qu’il reviendrai de son voyage diplomatique à Tilamus.








Centre de crise de Fort Granite
33e sous-sol
Assemblée extraordinaire du Conglomérat
Six jours après la découverte du Stratium



- C’métal é’ presqu’ind’struct’ble. En plus d’êt’ léger comm’ tout. C’la plus grand d’couverte d’puis… D’puis… D’puis les Runes !

Alaric leva les deux mains pour tempérer la conclusion de son ami Garkal. Les Runes avaient été un véritable tournant dans l’histoire des Nains, le moment où ils purent prendre l’ascendant sur les dragons, et récupérer le contrôle de la Montagne. Toutefois, c’était incontestablement une découverte majeure, au sens premier du terme.

- Il nous faut encore évaluer les capacités réelles de ce minerai, ses propriétés, et ensuite nous pourrons prendre des décisions concertées. A ce sujet, quel est l’avis de notre Maître Runemancien, Seigneur Firgh ?

Le Nain Runemancien se leva lentement, tout en tenant un morceau du précieux minerai dans sa main. Il le soupesa ostensiblement, avant de le reposer sur la table ronde où étaient réunis la vingtaine de Nains, tous membres du Conseil d’Administration du Conglomérat.

- D’un point de vue purement technique, c’est une merveille. Même nos runes nos plus puissantes n’ont aucune effet sur sa résistance structurelle. En revanche, comme précisé par le Maître des Forgerons Garkal, il est extrêmement difficile à travailler. Il lui faut être soumis à des températures intenses, que ne peuvent offrir que les Forges Volcaniques. Et je vous prie de croire qu’il est difficile de runer un minerai alors que celui-ci est recouvert de lave.

Voyant que son ami Firgh avait encore quelque chose à ajouter, mais semblait gêné, Alaric l’invita d’un geste de la main à poursuivre. Après tout, même s’il aimait blablater, ses paroles étaient bien souvent de très bon conseil.

- Je demande l’autorisation de tenter la gravure d’une Rune Interdite sur un morceau du minerai.

Plusieurs hoquets de surprise, voire de stupeur se firent entendre aux quatre coins de la table ronde. Le Général Karvark se leva d’un bond, comme si Firgh venait de révéler qu’il comptait s’allier avec les Dragons pour renverser les Nains. Toutefois, personne ne trouva quoi répondre, et il n’y eut même pas de cris. Seul Alaric arbora un léger sourire déconcerté, avant de poursuivre.

- Je ne peux malheureusement accéder à votre requête, Firgh. Comme leur nom l’indique, ces Runes sont interdites. Peu importe que ce minerai puisse les supporter, il est pour l’instant hors de question de les utiliser à nouveau. Vous savez comme quoi pourquoi.

Firgh n’insista pas, et se rassit calmement. Son objectif était réussi, et les graines de l’idée étaient plantées. Peut-être raviseraient-ils leurs positions d’ici quelques mois, ou quelques années. En attendant,  Alaric poursuivit la réunion stratégique.

- Parlons concrètement : Quelles sont nos capacités de production ? Combien  de tonnes pouvons-nous extraire par semaine, et pendant combien de temps ? La parole est au Maître des Mineurs, Seigneur Thragh.

Le Nain qui se leva semblait particulièrement âgé, n’avait presque plus de cheveux, et était borgne. Comme pour empirer la chose, sa barbe était notoirement courte, pour des raisons pratiques évidentes dans les étroites mines. Non, décidément, selon les canons de beauté nains, Thragh était indubitablement moche comme un gobelin.

- Je me suis permis de lancer la production d’équipement d’extraction dès que la première cargaison de Stratium est arrivée, Seigneur Alaric. Notre production suivra notre consommation. D’après nos toutes premières estimations, le gisement est gigantesque, assez pour nous suffire pendant des dizaines d’années. Et les géomanciens supposent que d’autres gisements se trouvent aux alentours.

- Pardonnez-moi, Maître Firgh, mais … Stratium ?

Dans l’hystérie ambiante, personne n’avait encore commencé à penser à donner un nom au minerai. Cela aurait certainement dû être débattu par les Sages de Tilamus, puis décidé par le Conseil des Représentants. Toutefois, le nom sonnait bien aux oreilles des Nains, et pour cause.

- Eh bien, oui… Les gars l’appellent comme ça. C’est le minerai le plus résistant jamais découvert, alors ils l’ont baptisé en l’honneur de la Déesse de la Mine, Stratia. En plus, dans les Montagnes Noires, elle est aussi vénérée comme la Déesse de la Ténacité et de la Résilience, donc ça tombait bien.

Plusieurs murmures parcoururent la salle pendant une vingtaine de minutes, Alaric étant attentif au moindre d’ente eux. La plupart des membres du Conseil approuvaient. Et cela plaisait au Directeur de savoir que c’était son Conglomérat qui allait donner le nom de métal destiné à la gloire. Dommage qu’ « Alaricium » ne sonne pas aussi bien.

- Stratium ce sera, alors. Nous pouvons lancer l’extraction massive dès maintenant. Je veux cent pioches d’ici la fin de la semaine, et mille d’ici trente jours. La guerre s’intensifie, et dès que l’Empire ou la Rébellion apprendra que nous disposons d’une telle richesse, ils voudront s’emparer de la mine. Cependant… Dès que nos troupes d’élite seront équipés d’armes et armures en Stratium, plus personne n’osera nous attaquer. Quant à moi… Je partirai dès la fin de la réunion. J’ai des choses à discuter auprès du Conseil.










Route du Sapin Brisé
A mi-chemin entre Tilamus et Fort Granite
Convoi de mineurs
Trente-deux jours après la découverte du Stratium


Une véritable ruée vers l’or. Il ne voyait aucun autre moyen de le décrire. Les aspérités de la route produisaient des remous permanents à bord de la charrette où Takagh avait pris place, en compagnie de sa famille. Cela faisait déjà sept décennies qu’il travaillait pour le Syndicat des Mines de Tilamus, et ce n’était pas la première fois que le Conglomérat tentait de le recruter. Sauf que cette fois, les arguments n’étaient pas uniquement financiers. Ils avaient piqué sa curiosité au vif.

A plusieurs reprises, des agents du Conglomérat étaient venus à Tilamus, et dans d’autres villes de taille moyenne de la Montagne pour présenter leurs découvertes : Un minerai miraculeux, indestructible, et au nom divin. Quel mineur ne voudrait pas avoir l’opportunité de travailler dans les mines où il était exploité ? Or, les places étaient limités, et –chose unique depuis plusieurs siècles-, il y avait une file d’attente pour pouvoir être recruter à la Mine de la Main de Modan.

Depuis, des milliers de mineurs, forgerons et autres runemanciens avaient fait le voyage jusqu’à Fort Granite. Beaucoup parlaient même d’exode. Les nouveaux habitants de Cœur-de-Granite avaient entraîné dans leurs sillages familles et logistiques, développant du même coup les autres sites d’exploitation des Monts de l’Ungrid. Même Kargrad, la ville principalement humaine des Contreforts éponymes, avait vu sa population augmenter à hauteur de 15% en l’espace de trois semaines.

Takagh avait pris place dans l’une des caravanes désormais hors-de-prix qui faisaient l’aller-retour entre Tilamus, la capitale politique et Cœur-de-Granite, capitale économique des Nains. Tout le monde voulait une place vers cet eldorado, et les bandits savaient que les convois ne seraient que modérément protégé. Aussi, pour avoir une place dans une caravane escortée par l’armée naine, il fallait savoir délier sa bourse. Pourtant, les convois militaires étaient légions.

Alaric avait organisé une réunion exceptionnelle du Conseil des Représentants, et il y avait été décidé qu’une garnison permanente de l’armée naine serait « offerte » au Conglomérat afin de l’aider à défendre Cœur-du-Granite et le précieux gisement de Stratium. Les renforts se comptaient par centaines, et le budget de Kael Modan permettrait très certainement de subvenir à l’entretien et au salaire des nouveaux soldats.

D’après les calculs de Takagh, il ne restait plus que deux jours avant qu’ils n’arrivent enfin au QG du CMKM. Un nouveau départ. Un meilleur salaire. Une augmentation de son niveau de vie. Bref, de quoi rendre jaloux tous ses amis restés à Tilamus.  Ce qu’il ne savait pas, à ce moment, c’est qu’une embuscade de gobelins les attendait cinq-cents mètres plus loin. Malheureusement pour Takagh comme pour le Conglomérat, il n’arriverait jamais jusqu’à Fort Granite. Cette attaque allait déclencher  une grande campagne de purge des repaires de gobelins entre Tilamus et For Granite, qui mobiliserait l’armée naine et l’armée du Conglomérat pendant de longs mois.








Kargrad
Grand-place
Jour du marché
Soixante-quatorze jours après la découverte du Stratium


- Et ce n’est pas même pas enchanté ? Mais… C’est de la magie, forcément ! Tu te fiches de moi, Nain ? Aucun matériau ne peut être aussi résistant !

Le négociant humain n’en croyait pas ses yeux. Peu importe les coups que subissaient l’armure, celle-ci ne bronchait pas. Pas un pli, pas une rayure. Et pourtant, son ogre d’assistant n’y allait pas de main morte avec les grands rochers qu’il emportait dans son sac.  L’une après l’autre, ces pierres se brisaient instantanément, laissant l’armure parfaitement intacte.

- C’est l’autre Alaric qui a trouvé ça dans une de ses mines. Un tout nouveau minerai, inconnu jusqu’ici. On appelle ça du Stratium. Pour l’instant, c’est réservé aux Nains, mais j’ai mes relations, et j’ai pût t’apporter une armure. Histoire que tu la revendes à quelqu’un d’important, que ça créé le désir, tu vois ce que je veux dire ?

Les Nains savaient exactement ce qu’ils faisaient. Les armes et armures en Stratium étaient les meilleurs au monde, hors armes enchantées magiquement. Les vendre en grande quantité en ferait des armes « communes », et elles deviendraient vite banales. Or, l’objectif était bien de les vendre à prix d’or, de telles façons que seuls les plus grands seigneurs puissent se les offrir. En réalité, les « relations » du Nain n’étaient autres que les dirigeants du Conglomérat, qui avaient décidé de laisser deux armures et une arme à être vendues à l’extérieur, afin que la rumeur se répande.

- Il va s’en faire de l’or, cet Alaric, avec ce Stratium. Pour sûr. Il aura de quoi s’acheter un royaume, le coquin. Comme si le Conglomérat ne dictait déjà pas assez ses prix.

Effectivement, depuis le début de la guerre, le Conglomérat prenait de plus en plus d’importance dans le commerce mondial. De nombreuses petites entreprises naines avaient été absorbées, de plus en plus rapidement. De plus, le fait d’avoir été les premiers Nains à commercer à grande échelle avec l’Empire suite à l’invasion des mines d’argent occidentales –avec contrat à la clé- leur a assuré un quasi-monopole sur ce marché. Bien qu’un certain nombre de Syndicats et autres Associations persistent dans le paysage économique de la Montagne, le dernier véritable concurrent du Conglomérat était la –toujours- très puissante Corporation de la Terre et du Bois.

- Les prix sont raisonnable, p’tit gars. Si tu veux de la vraie qualité, il faut savoir te séparer de ton or. Sinon, tu peux aller acheter des bouts de ferraille aux Gnolls, je suis certain qu’ils te feront un bon prix.

L’humain se contenta de hausser les épaules en guise de réponse. Il était impertinent et dangereux de commercer avec une race sauvage comme celle des Gnolls. Et ses clients de l’Empire lui en voudraient certainement de ne pas revenir avec de l’équipement Nain de première qualité. Non, il lui fallait cette armure.

- Mais dis-moi, cet Alaric… Ce n’est pas le nouveau dirigeant des Nains ? J’ai entendu dire qu’il était très ami avec l’Empire. Que le commerce était florissant. Je suis sûr qu’il verrait d’un très bon œil que ses armes finissent chez les Impériaux plutôt que chez les Rebelles.

Mâchouillant une feuille aromatique, le commerçant Nain se retourna vers ses trois camarades. L’humain s’attendait à ce qu’ils discutent de la remise à accorder, et fût décontenancé lorsqu’ils se mirent à rire tous les quatre à gorges déployées. Après une demi-minute d’hilarité, le Nain se reconcentra sur son client.

- Cette armure est déjà vendue à prix coûtant, gamin. C’est simplement pour que vous autre de la Terre vous sachiez que ces armes existent, et qu’elles sont révolutionnaires. Ensuite, Alaric est effectivement l’un des trois membres du Conseil des Représentants. Et il est en très bons termes avec l’Empire. C’est d’ailleurs pour cela qu’on vous vend les armes, alors que les Rebelles en auront une bien meilleur utilisation à n’en pas douter.

Il n’y avait pas grand-chose à ajouter. Ce n’était pas une négociation comme celles à laquelle l’homme était habitué. Ici, c’était à prendre ou à laisser. Et ses clients impériaux auraient toutes les raisons de le pendre haut et court s’il laissait cette opportunité passer, et les Rebelles récupérer une telle armure.

- Bon. Soit. Vous êtes de sacrés filous, vous autres les Nains. Voilà l’or. J’espère qu’Alaric profite bien de sa petite montée des marches du pouvoir.

Le Nain se mit à compter frénétiquement les pièces d’or, soupesant chacune d’elle afin de vérifier qu’elle n’avait pas été « grattée ». Une seconde nature pour un vieux marchand comme lui. Tout en effectuant sa besogne, il répondit négligemment à l’humain, qui semblait bien trop curieux voire raciste.

- Tout va pour le mieux, de son côté. Cœur-de-Granite est bien partie pour devenir la principale ville de la Montagne, devant Tilamus. Tu connais les traditions naines, la vieille Til’ restera certainement la capitale politique… Mais avec toutes les migrations dues à l’exploitation du Stratium, je peux t’assurer que tout le reste va changer.









Mine de la Main de Modan
Tunnel #96
Au cœur d’une veine de Stratium
Quatre-vingt-douze jours après la découverte du Stratium


Comme d’habitude dans les mines profondes, la chaleur était étouffante. Peut-être même davantage que d’ordinaire. Certes, plus les mineurs s’enfonçaient dans les profondeurs de la terre, plus la chaleur était intense. Ce n’était pas une nouveauté. Ce qui l’était, en revanche, c’était l’incroyable résistance du Stratium aux pioches, même celles réalisées elles-mêmes avec le fameux minerai. Le travail était éreintant, épuisant, et avec l’arrivée de milliers de nouveaux travailleurs, la chaîne des bières était régulièrement rompue. Les brasseries n’avaient pas encore eût le temps de s’installer et de produire à pleine capacité, et le ravitaillement d’urgence de Tilamus n’arrivait pas à combler cela.

En sus, la région entre Tilamus et Fort Granite n’était pas encore sécurisée. La campagne de purge des gobelins s’était révélée plus difficile que prévue lorsqu’un clan majeur d’Orcs des Steppes arriva de l’est, se joignant aux pillages suite à une demande d’aide des gobelins rusés. S’était suivie de nombreuses escarmouches tout le long des frontières orientales naines, qui avaient mobilisé de larges contingents de l’armée régulière, du Conglomérat et de la Corporation.

Pendant que les soldats tenaient la ligne face aux bandits, pillards et peaux-vertes, les civils continuaient d’extraire, raffiner et forger le Stratium à grande vitesse. Les premiers détachements d’élite Nains étaient déjà opérationnels, et obtenaient des résultats inimaginables contre les Orcs. On parlait de troupe de choc tenant seule la ligne face à des ennemis dix fois supérieurs en nombre. D’un chef de guerre orc vaincu en combat singulier. Et même de Gobelins fuyant les montagnes pour trouver refuge plus à l’est.

Les mineurs ne pouvaient être certains que tout cela était véridique. La propagande naine embellissait pour sûr le tout, et les Nains étaient prompts à l’exagération. Cependant, à la vue de la résistance des armes et armures, il ne faisait aucun doute que leur efficacité sur le terrain ne tarderait pas à être vérifiée. Les soldats d’élite du Conseil, la Garde d’Obsidienne, avaient été les premiers à être équipés d’équipements  en Stratium. Et depuis deux jours, les Brise-Acier d’Alaric (qui n’avaient jamais aussi bien portés leur nom) pouvaient également se targuer d’être devenus indestructibles.

Malheureusement, dans le 96e tunnel de la Mine de la Main de Modan, les Mineurs allaient faire une autre découverte, bien moins agréable. Une qui allait expliquer la chaleur étouffante qui régnait dans les profondeurs. En tombant sur un morceau de minerai particulièrement difficile à extraire, un mineur s’acharna, brisant le filon en mille morceaux. Sauf qu’il ne s’agissait pas de Stratium.

A l’époque des grandes guerres entre Nains et Dragons, plusieurs draconiens avaient choisis d’hiberner dans les profondeurs de la Montagne, attendant cachés un moment plus favorable pour repartir à la chasse. Le mineur venait juste de briser la dent d’un Dragon endormi dans la terre, le réveillant d’une façon bien peu agréable.

La grande créature ne mit que quelques secondes pour s’extraire de la terre où elle était ensevelie et en sommeil, jusque dans le grand tunnel. Les mineurs n’avaient pas l’ombre d’une chance, et s’enfuirent en ordre dispersés, tentant d’esquiver les flammes et les coups de griffes de la créature grande comme un navire de guerre. La cloche de Cœur-de-Granite sonna trois fois, tandis que chacun courait pour sa vie. Nombreux furent les Nains, futés, qui restèrent cachés dans les petits tunnels, sachant que la créature allait se diriger droit vers les portes de Cœur-de-Granite. Et c’est effectivement ce qu’elle fit.

Si elle parvenait à passer les portes jusqu’à l’intérieur de Cœur-de-Granite, la ville souffrirait de terribles dégâts, et les morts se compteraient par millier. En temps normal, il n’y aurait pas grand-chose d’autre à faire qu’évacuer la ville vers la surface, et prier pour que le maximum de Nains s’en sorte en vie. Sauf qu’aujourd’hui, les Nains avaient une arme bien spéciale…









Cœur-de-Granite
Pont principal
Devant les portes de la ville
Quelques minutes plus tard


Les civils couraient par centaines, venant se réfugier derrière les imposantes portes de la ville. La panique était générale, et soldats comme mineurs et forgerons fuyaient vers les étages supérieurs. Comment le leur reprocher ? Les dragons étaient virtuellement invincibles, et il fallait un énorme bombardement runique pour en venir à bout. Une chance qu’ils avaient était que le dragon semblait relativement jeune, et encore trop faible pour voler.

Malgré tout, s’il parvenait à rentrer dans la ville, il causerait des dégâts inconcevables. La ville était construite verticalement, dans un énorme pilier, il y avait un risque que la superstructure subisse trop de dégât… Et que tout Cœur-de-Granite s’effondre, plongeant dans la lave. On n’en était pas encore là, mais un dragon en liberté en ville serait une catastrophe pour la Montagne.

Devant les portes, juste devant le pont se tenait une unique escouade de douze Nains. La dernière ligne de défense effective entre le Conglomérat et l’annihilation. Les Brise-Acier. Que pouvaient-ils faire contre un Dragon ? L’attaque de Zhaïthan, il y avait de cela de nombreux mois, avait bien démontré leur inefficacité face à une menace aussi massive qu’un draconien. Mais cette fois, ils avaient le Stratium.

Derrière eux, trois-cent fusiliers attendaient, prêts à bombarder le dragon de leur canon runique. Ils feraient des dégâts, assurément, mais seuls ils n’avaient aucune chance. Ce fut le Capitaine Tarkas, le Nain qui avait défié seul Zhaïthan, qui prépara le discours de ralliement. Ne disposant pas encore du Stratium, il resta sur les remparts avec les fusiliers, prenant une arme dans chacune de ses mains. Le discours fut bref et concis, dans la tradition du capitaine des gardes de Fort Granite. D’anciennes rancunes en nanesque ancien furent répétées. Des instructions claires furent données. Avec l’assurance que chaque Nain mort ici serait célébré en héros.

Puis le Dragon arriva enfin sur le pont, chargeant à toute vitesse vers les Brise-Acier. Trois-cent fusils runiques ouvrirent le feu à l’unisson sur l’ennemi ancestral des Nains. Et les douze meilleurs soldats du Conglomérat se mirent en position défensive, se préparant à livrer une bataille qui allait durer plus d’une heure.









Tilamus
Palais du Conseil
Salle de réunion secrète
Cent-dix-huit  jours après la découverte du Stratium


Le Représentant Tilus se contenta d’hocher lentement la tête à la lecture du rapport. Tout était parfait. Cette découverte était un don du ciel, et les progrès économiques étaient incontestables. Alaric savait qu’il pouvait compter sur son soutien, surtout depuis l’accroissement des relations commerciales avec l’Empire. Tilus avait toujours été un pragmatique, et de ce fait, partisan d’une alliance concrète avec les Impériaux.

Le Général Gralghast, autre membre du Conseil, n’était pas si ravi de l’évolution de ces quatre derniers mois. L’armée naine avait subi quelques pertes sur le front, et le banditisme était plus que jamais d’actualité. La sécurité se détériorait de jours en jours, et sans la protection de l’armée régulière, plusieurs villages étaient laissés virtuellement sans défenses, et aux mains de bandits.

Le Directeur Alaric connaissait bien ces problèmes. Il n’avait pas prévu la découverte du Stratium, et gérait les affaires du mieux qu’il le pouvait. Mais il aurait été fou de faire comme si les Nains ne disposaient pas de cet atout stratégique. Tous ici le savaient. Il fallait désormais jouer le mieux possible avec cet as dans la manche.

- Le temps nous est compté, mes amis. Nous sommes plus puissants que jamais, pourtant nous sommes assiégés. Nous sommes plus riches que nous ne l’avons jamais été, et pourtant, l’argent ne nous sauvera pas toujours. Nous pouvons embaucher des légions de mercenaires, cela ne repoussera pas l’Empire. Nous pouvons enrôler notre population en une grande armée, cela ne vaincra pas les Dragons.

Ces propositions étaient de plus en plus répandues dans la population. Pourquoi se battre, alors que nos coffres sont remplis d’or ? Autant acheter des mercenaires humains et orcs ! Et pourquoi laisser les comptables et autres juges exercer librement ? Qu’ils aillent au front ou dans les mines ! Des propositions sottes, à n’en pas douter.

- Je suis convaincu que nous n’avons pas découvert le Stratium par hasard. Ceci est notre heure la plus sombre, alors que le monde plonge dans le chaos. L’Empire, la Rébellion, le retour probable de Nayris… C’est tout Terra Mystica qui frôle la destruction. Et en ce moment difficile, Modan nous offre le moyen de survivre, de tenir tête à ceux qui nous menace. Modan nous a offert le Stratium.

Ni Gralghast ni Tilus n’étaient particulièrement croyants. En tout cas, pas davantage que le Nain lambda. Mais le timing était incontestablement impeccable. Cela, personne ne pouvait le remettre en question.

- Comme vous le savez, en plus de vénérer Modan, je révère également Cyri, la Déesse des Rouages. Et celle-ci m’a appris une chose : Si tu veux de l’aide divine, aides-toi toi-même. Les Dieux nous offrent tout juste des pistes pour que nous nous prenions nous-même en main. Mais si nous voulons que la Montagne redevienne le grand royaume qu’elle a été, nous devons prendre les devants. Produire toujours plus de Stratium. Et que notre armée soit la première armée du monde, qualitativement.

Cela était envisageable. Les réserves de Stratium étaient énormes, au bas mot, assez pour un siècle d’extraction intensive. Sans compter qu’il existait peut-être d’autres gisements, ailleurs dans la Montagne, ou bien encore plus profondément. Un véritable don du ciel.

- Comme vous le savez, je suis en train de mettre au point de recréer des Golems de Guerre, qui devraient bientôt être opérationnels. Et j’ai recruté des centaines d’Elémentaires de Terre pour travailler dans les mines, là où la chaleur devient intenable même pour un Nain. Messieurs, tout ce que j’ai besoin de votre côté, c’est que vous vous teniez à mes côtés, et que nous présentions un front politique uni face à ceux qui voudraient nous attaquer. D’ici quelques mois, nous serons devenus une vraie grande puissance, capable de regarder l’Empire ou la Rébellion droit dans les yeux, et leur dire d’aller se faire voir.

Certes, le commerce restait la première source de puissance des Nains, mais trop souvent ils avaient été victimes de menaces plus ou moins voilées suggérant que, au moindre faux-pas, ils pourraient se retrouver envahis et mis au pas de l’Empire. Ces menaces avaient toujours eut pour effet, comme par magie, de faire chuter les prix.

- D’ici peu, le Mur de l’Ungrid sera terminé. Avec nos nouvelles troupes, et nos nouvelles armes, nous n’aurons plus à craindre d’invasion. Alors, alors nous serons véritablement indépendants. Messieurs, grâce aux Dieux et à notre détermination, ce n’est plus qu’une question de mois. Croyez-moi, lorsque nous serons prêts, la Montagne va se réveiller. Et Terra Mystica va trembler.


avatar


Nain

Partie IRL
Crédit avatar :
Double compte : Non.
Vitesse de réponse : Moyen à rapide.


 
Page 1 sur 1