Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 Sybil Ferenza

 
Dim 7 Aoû - 20:30
Fiche des sang-mêlés

→ Généralité

Img impossible à mettre, noob non autorisés à poster des images et des liens
Sybil Ferenza
Âge et date de naissance : 22 ans, née le 5 de Raël de l'an 89
Nationalité : Eau, sur l'Océan noir
Titre
de noblesse désiré : Duchesse D'Abranath ? (je ne sais pas où ça se
trouve, si j'ai le choix je le mettrais dans la nation Eau =) )
Poste vacant désiré : Sentinelle Rebelle
Profession : Guide en mer - Chasseuse de trésor
Races originelles: Ma mère était une Sirène et mon père un Métamorphe

→ Descriptions

Description psychologique
Sybil est quelqu'un de joyeux et optimiste. Souriante et douce, elle
n'aime pas le défaitisme et les pleurnichards qui ne voit que le verre à
moitié vide. Curieuse de tout, son goût de l'exploration et de
l'aventure la pousse parfois à la témérité et à l'inconscience, la
mettant dans des situations dangereuse. Souvent de bonne humeur, elle
fait son possible pour faire sourire son entourage et leur être
agréable. Pour ça elle n'hésite pas à apporter son aide, à être
attentionnée. Plutôt douce et calme, elle exprime sa joie de vivre en
chantant, en déployant une énergie permanente mais pas explosive. Elle
semble toujours active et rayonnante. A tel point que même lorsqu'elle
est malheureuse ou soucieuse, elle se cacher derrière ce masque jovial
et enthousiaste. Elle redouble même d'agitation pour penser à autre
chose.
Sybil a en horreur les démons et leur grand manitou. Ils
apportent la mort, les pleurs, les ténèbres. Personne n'est plus
tranquille, la menace permanente que leur vie peut basculer plane
au-dessus de la tête de chacun et la jeune femme ne le supporte pas.
Elle fait tout son possible pour soutenir la rébellion qui est sa lueur
d'espoir. Elle ne veux pas vivre son éternité sous la coupe d'un
monstre. Son côté innocente est contre balancé par un grand sens des
responsabilités et du devoir. C'est également une jeune femme
surprenante de par sa capacité à s'adapter. Elle apprend et retient tout
de façon incroyable, mime et copie les geste, retient les détails d'une
tenue, analyse les comportements et les comprend à une vitesse folle.
Elle est l'être le plus apte à la survie...et à l'espionnage.
Description physique
Jeune femme élancée et svelte, la jeune Rakshasa a de longs cheveux
bleus turquoise, souple et doux et de grands yeux de biche de la même
teinte, brillants et mystérieux comme les mers lointaines. Ourlés de
longs cils noirs, ce regard charmeur est des plus expressif. Un petit
nez fin surmonte une bouche souriante aux lèvres douces et bien
dessinées. Un cou gracile, de frèle épaule pourtant solides, une taille
délicate et des jambes fuselées, la jeune femme est taillée tout en
grâce et en finesse. Elle le doit à la nage et surtout à ses acrobaties
qui lui confèrent souplesse et agilité. C'est d'ailleurs son plus gros
atout: aucun mur ne lui résiste, aucune ouverture n'est trop petite,
aucun terrain n'est assez accidenté pour l'arrêter. Quand le danger
rôde, c'est très utile. Plutôt mignonne dans l'ensemble, elle dégage une
sorte d'aura qui la rend particulière: le charme des sirènes conjugué
au mystère des métamorphes.
Sybil porte la plupart du temps des
tenues légères et vaporeuses parce qu'elle aime sa liberté de mouvement.
Des bottines clair, une étoffe bleu saphir entourant ses reins pour
faire une jupe courte et retenue par une ceinture à sequins de nacre,
des manches libres en voile bleu terminées par des épaulières de métal
aux motifs d'écailles reliées à un bandeau de satin bleu raffiné
également avec des sequins et des décorations aux motifs d'écailles
ainsi qu'un lien qui descend en spiral autour de la taille jusqu'à la
jupe et dont les couleurs et la coupe rappellent une nageoire. Voila la
tenu préférée de la jeune femme, celle dans laquelle elle est le plus
souvent.
Signe(s) distinctif(s)
Un tatouage bleu en forme de poisson cours sur toute la longueur de son
dos. Mélangé à l'encre, le pigment bleu provient d'une algue qui dans
l'obscurité brille légèrement d'une lueur bleutée. Rien qu'un habit ne
puisse cacher bien sur.

→ Capacités
Pouvoirs
par défaut : Sybil est capable de prendre l'apparence de n'importe
quelle personne à condition de cette personne soit au moins en partie
humaine et ça ne soit pas un(e) géant(e) [2m20, c'est son maximim] ou
un(e) nain(e) [1m15, c'est son minimum]. Elle peut être homme ou femme,
enfant ou vieillard. Pour cela elle doit ingurgiter un "morceau" de la
personne: un cheveux, du sang, un morceau de chair... Elle refuse les
rognures d'ongle. Une fois l'ADN emmagasinée, elle peut y faire appel
quand elle le souhaite. La transformation prendre quelques minutes,
entre une et cinq selon l'habitude qu'elle a à prendre cette forme, la
taille et la corpulence, son état émotionnel. Sa voix à également un
pouvoir envoutant. Pas aussi puissant que celui des sirènes pure souche,
elle est cependant capable d'attirer à elle tous les êtres masculins
qui l'entendent. Cette capacité n'est pas permanente. Il faut entendre
par là qu'elle peut "l'activer". En temps normal, elle est juste une
très bonne chanteuse mais si elle y met plus de "coeur", son chant
devient irrésistible pour toute personne non avertie. Les femmes
échappent à la règle et les hommes doué d'une volonté de fer pourront
résister. Sybil utilise ce pouvoir plus pour se défendre que pour
attaquer. Elle est également épargnée par le temps et ne vieillit pas.

Pouvoir
particulier : La jeune femme étant née presque dans l'océan et d'une
mère sirène, elle a beaucoup d'affinités avec la mer. Elle a entre autre
développé la surprenante capacité à se changer en sirène sans pour
autant changer de visage. Elle peut donc se métamorphoser et avoir une
queue de poisson ainsi que tout le système
respiratoire sans pour
autant avoir le visage d'une autre. C'est la seule métamorphose où elle
conserve son apparence personnelle.

Arme
: Ca fait peut-être cliché mais elle utilise un trident. Bien manié,
c'est une arme qui fait beaucoup de dégâts. Elle n'est pas une experte
mais se défend bien. Ca lui permet de rester en vie assez longtemps pour
s'enfuir en général.
Familier : Pas pour le moment
Autre : ///

→ Votre Histoire
Pour
faire un enfant, il faut un homme et une femme. Dans le cas présent,
c'est un marin et une sirène. Je vous vois venir: histoire à l'eau de
rose, romance classique digne d'un conte de fée, etc. Pas tout à fait en
fait. Seena, la mère de Sybil, était une sirène qui aimait se jouer des
marins. Elle attendait la nuit, quand les navire était au ralentit,
s'approchait doucement et envoutait les matelots de garde. Elle aurait
pu continuer longtemps son petit manège si un jour, elle n'avait pas vu
l'un des marins se changer subitement en femme. Abasourdie, elle s'était
approchée beaucoup plus près que d'habitude et avait vu la femme se
transformer une nouvelle fois et changer d'apparence. Curieuse, la
sirène s'approcha encore, si près qu'elle pouvait toucher la coque du
bateau. Elle fut puni de cette imprudence car un filet de pèche
l'emprisonna aussitôt. Hissée à bord par une femme de haute taille, les
cheveux court et le visage dur, elle se sentait perdue: certains
marchands d'esclaves n'hésitaient pas à vendre leur sirène capturée à
des alchimistes ou des sorciers qui utilisaient leurs cheveux, leurs
écailles, leur sang, leurs larmes ou encore leur cœur pour réaliser
leurs expériences. Elle fut encore une fois surprise de voir que son
bourreau se changea en homme. Elle ne tenta pas de le séduire et ils
eurent une longue conversation dont eux seuls ont connaissance. Le
lendemain matin, le bateau reprit sa route sans qu'aucun incident
notable ne soit relevé. Trois jours plus tard, une tempête déchira le
ciel au-dessus le l'Océan noir. Le bateau malmené par les vagues finit
fracassé sur un récif. Le seul survivant fut l'homme mystérieux. Seena
avait suivit le navire et sauvé son débiteur. Après de longues heures de
lutte contre les flots enragés, elle l'avait déposé sur une plage
déserte, lui assurant que des navires marchands passaient là toutes les
semaines et qu'il lui suffisait d'attendre. Le payement pour lui avoir
sauvé la vie fut des plus étrange: la sirène ne voulait plus vivre seul
et demanda un enfant. Ils se séparèrent dès que les voiles blanche d'un
bateau en approche apparurent et leur route ne se croisèrent plus.
La
créature marine donna naissance à son enfant sur la plage secrète d'une
toute petite île inhabitée. Elle ne savait pas si sa descendance serait
comme elle capable de survivre sous l'eau et elle préféra ne pas
prendre de risque. La petite fille qui vit le jour ce 5 de Raël avait en
effet une paire de jambes. Heureusement que les sirènes ont droit à des
périodes hors de l'eau. Prévoyante, Seena avait acheté à un magicien de
renom des lotions qui lui permettrait de conserver ses jambes durant
trois ans. Le temps de pouvoir élever sa fille sans avoir la contrainte
de devoir retourner en mer des mois durant. L'enfant grandit et
développa très rapidement une grande attirance pour l'eau. Sa mère
prenait grand plaisir à la faire barboter dans l'océan, espérant qu'un
jour elle trouverait le moyen de lui offrir une queue pour nager.

Les
trois années passèrent et la petite fille n'était toujours rien de plus
qu'une enfant humaine. Certes, ses yeux bleus lagon et ses cheveux
turquoise n'étaient en rien humains mais il fallait le mettre sur le
compte de son sang de sirène. Sa mère se désespérait car bientôt il lui
faudrait retourner en mer, ne serait-ce que pour retourner dans le port
où elle avait acheté son étrange lotion. Son enfant était bien trop
jeune pour rester seule aussi longtemps et elle ne voulait la confier à
personne: les sirènes sont souvent victimes de crises de jalousie
terrible ou de pulsions cannibales, elle ne voulait pas risquer de
retrouver sa fille noyée ou dévorée par une consœur. Ce fut ce qui
aurait put être un regrettable accident qui lui apporta l'espoir.
Un
jour que la mère et l'enfant jouaient ensemble près d'un bassin profond,
un bruit attira l'attention de la femme. Elle se retourna et s'éloigna
de quelque pas dans la direction du bruissement, espérant faire fuir
l'animal qui les épiait. L'auteur du bruit ayant déguerpit, elle revint à
sa fille. Elle n'eut que le temps de pousser une exclamation d'horreur
avant que l'enfant ne tombe de son petit surplomb et ne sombre dans
l'eau. Seena se précipita à sa suite. A peine eut-elle plongée qu'elle
eu la plus grande surprise de sa vie: sa petite fille nageait
joyeusement sous l'eau et arborait une jolie petite queue de poisson
bleue et brillante. Certaine que sa progéniture avait enfin réveiller sa
nature de sirène, Seena sentit une vague de joie et de soulagement
l'emporter. La vie serait maintenant plus simple.
Il s'écoula encore
trois années mais cette fois-ci en mer. La petite était joyeuse, calme
et responsable mais aussi terriblement attirée par les secrets, les
mystères et les endroits inconnus. Ce n'était pas une sinécure de
s'occuper d'elle mais elle remplissait sa mère de joie grâce à son
sourire. Tout aurait put se dérouler très bien jusqu'au bout si un
navire de marchants d'esclaves n'était pas passé par là. L'enfant, que
sa mère avait baptisée Sybil, jouait en surface avec un banc de poissons
volants. Vote repérée par les esclavagistes, elle fut attirée dans un
filet et remontée à bord. Sous l'effet de la peur, elle se changea et
reprit forme humaine. Mettant cela sur le compte de la transformation
normale d'une sirène quand elle est à l'air libre, les marchands
l'enfermèrent dans une cage de verre au toit de barreaux. Seena, qui
était arrivée trop tard, n'avait plus qu'à attendre la nuit pour tenter
de délivrer son enfant adorée. A bord, Sybil se débattait comme une
furie, appelant sa mère, glissant des mains des malfrats. Elle ne
réussit à rien sinon à en mordre un jusqu'au sang. Brutalement enfermée
dans sa prison de verre, elle y resta prostrée jusqu'au soir.

Alors
que la lune était déjà bien levée, la petite sentie comme des
démangeaisons. Elle avait toujours le goût du sang dans la bouche et se
sentait comme...A l'étroit dans sa propre peau. Elle se tourna et se
retourna plusieurs fois mais la gène persistait. D'elle même elle se mit
alors à changer. Le processus lui prit presque une demi heure mais à la
fin, elle était l'homme qui l'avait brutalisé. Très a l'étroit dans sa
cage de petite taille, elle appela à l'aide. Sa voix était grave et
rocailleuse, exactement celle du marin. D'abord affolée, elle s’exhorta
toute seule au calme. Sa mère lui disait souvent que s'énerver ne
servait à rien, il fallait tirer profit de chaque situation. Et dans le
cas présent, elle arriva rapidement à voir où était l'intérêt d'avoir le
visage d'un des esclavagistes. Elle héla l'un des gardes qui arriva en
courant. Elle prétexta s'être levée pour se soulager, avoir entendu un
bruit suspect et s'être fait jeter dans la cage quand elle avait
regarder dedans. Le compère, contrarié par cette perte et la réaction du
capitaine la fit sortir et l'envoya chercher les autres sur le pont
supérieur. Sybil acquiesça, partie vers le bastingage et sans réfléchir,
sauta à l'eau. Les cris d'alerte des marins lui firent si peur qu'elle
quitta son apparence en une minute pour reprendre sa queue de poisson et
disparaitre sous le bateau. Sa mère, alertée par les cris, ne tarda pas
à la retrouver et ensemble elles prirent la fuite. Les années qui
suivirent, Sybil apprit quel était son don et surtout comment s'en
servir. Etant principalement dans l'eau, elle n'eut pas beaucoup
d'occasion de prendre de nouvelles apparences mais à l'occasion de deux
ou trois arrêt dans des ports, elle emmagazina différentes identités
qu'elle s'entraîna ensuite à endosser le plus rapidement possible. Elle
était un caméléon, une créature apte à s'adapter à tout, a survivre
partout. Elle devait profiter de cette chance.

Le tournant de sa
vie eu lieu bien longtemps après sa mésaventure avec les marchands
d'esclaves. Elle avait seize ans. Ce jour là elle était descendu très au
sud avec sa mère, dans les eaux froides des grande baleines. Elles
pensaient être seule...Quand un navire briseur de glace surgit du
brouillard. C'était un baleinier. Les habitants du sud étaient connu
pour leurs artisanat à partir de graisse, de peau, d'os ou de dents de
baleine. Ce monstre marin était utile pour tout et chaque morceau de
carcasse était utilisé pour réaliser un objet. La chasse à la baleine
était donc un métier à part entière dans cette région. La mère et la
fille prirent la fuite à la vue du bateau mais trop tard: la vigie, un
jeune garçon plein d’enthousiasme, les avait repéré. Toute voile dehors,
le navire creva l'écume des vagues dans leur direction et les prit en
chasse. Le froid et les blocs de glaces les ralentissaient et bien vite
elles furent à portée. Les premiers harpons les manquèrent mais pas pour
longtemps. L'un des traits mortel entailla la queue de Sybil. Le
suivant mit fin aux jours de sa mère. Consciente du danger mais folle de
chagrin, elle tenta d'arracher la dépouille aux mains des marins. Si un
morceau de glace ne l'avait pas repoussée plus loin, elle aurait finit
découpée par les harpons. C'est donc le cœur déchiré et la nageoire
blessée, elle retourna dans les eaux plus chaudes. Elle n'avait plus de
famille, elle était seule et depuis peu, des rumeurs inquiétantes
venaient de la terre. D'étranges bateaux à l'équipage inquiétant se
mettaient à sillonner les mers et même les pirates en avaient peur. La
demi sirène avait l'impression que tout devenait noir autour d'elle.

Après
des mois de cicatrisation, elle se hasarda dans un port. Elle devait
trouver quelque chose à faire, ne pas rester sans but. Etre seule était
déjà assez difficile comme ça. Elle ne se doutait pas que les dieux
l'entendraient. Assise sur un ponton, les jambes se balançant dans le
vide, elle fut abordée par un jeune homme. Il n'était pas laid à
regarder et lui parlait avec douceur. Il avait l'air de s'intéresser à
ce qu'elle était. Elle lui dit sans détour de quoi elle était capable et
il sembla très satisfait. Il lui demanda alors ce qu'elle savait de la
situation actuelle de Terra. N'ayant eu vent que de rumeur, elle lui
fournit tout ce qu'elle avait comme information, c'est à dire pas grand
chose. Il entreprit de lui expliquer: Aile Ténébreuse, Zelphos, les
guerres, les conquêtes, les démons qui se multipliaient, les morts, la
peur qui gagnait du terrain, la disparition de l'Harminium...Et ce
qu'était la rébellion. La jeune fille écouta avec la plus grande
attention, hochant la tête de temps à autre. Apprendre autant de choses
en si peu de temps lui faisait comprendre l'ampleur de son ignorance.
Elle avait passé des années à explorer les fonds de l'océan, n'en avait
découvert qu'une infime partie et il lui restait encore tout les
territoires terrestres... De par sa mère elle savait que son géniteur
(pas son père, il ne l'avait pas élevé, ni même vu un jour alors il ne
méritait pas ce titre) était un Métamorphe ou Rakshasa et grâce à des
livres et des discussions, elle savait que ces êtres étaient
intemporels. Elle savait donc qu'elle avait l'éternité devant elle mais
la vérité était qu'il y avait tant de choses à voir que cette éternité
semblait être tout juste suffisante pour tout explorer. Mais avant même
qu'elle se lance dans des projets, l'inconnu lui parla de ce qu'elle
pouvait représenter pour les rebelles: une occasion imprenable de
surveiller les mers, les ports et même de payer ses services d'espionne.
Avec son don naturel, elle pouvait être qui elle voulait et cela
intéressait beaucoup les rebelles. Sybil n'était pas certaine de
vouloir se cheviller à cette cause dont elle ne savait rien mais il
apaisa ses doutes en quelques mots: elle n'aurait pas grand chose à
faire, juste garder l'oeil ouvert, se tenir informer et faire des
rapports réguliers à certaines personnes dans certains ports. Elle
n'avait même pas besoin de prêter un quelconque serment, il sollicitait
juste son aide dans leur combat. Sybil ne mit pas longtemps à accepter:
elle devait voir la réalité en face, le monde s’apprêtait à être encore
plus sombre qu'il ne l'était déjà et les mers ne seraient pas toujours
un sanctuaire inviolé. Elle était grande à présent et seule, elle devait
se trouver un but, aider si possible les autres. Elle voulait voyager,
découvrir, explorer et pour le faire sur terre, elle avait besoin d'un
chez elle, de fourniture et donc d'argent. Pour avoir de l'argent, il
fallait travailler et justement, on lui proposait un travail. Elle avait
tout à y gagner et c'était une occasion à ne pas manquer.

La
jeune fille s'installa dans un premier temps avec son étrange
interlocuteur. Il s'appelait Stolon et avait un an de plus qu'elle. Ses
parents avaient été sauvagement attaqué lors d'un voyage et il s'était
retrouvé orphelin très jeune. C'était un cousin qui l'avait recueillit
et fait entrer dans la rébellion le moment venu. Maintenant il vivait
dans le port, louant l'étage d'une maison étroite et se pliant aux
ordres qu'il recevait par missives codées. Elle prit d'abord un emplois
en temps que serveuse dans une auberge puis se fit embaucher sur un
navire. Ses connaissances des courants, des vents et de la côte la
firent vite monter dans la hiérarchie et elle finit bras droit du
capitaine. Le poste était bien payé, elle voyait et entendait beaucoup
de choses, son bateau de transport faisant escale dans tous les grands
ports de la côte ouest des plaines mystiques. Elle apprit beaucoup,
surtout concernant la vie terrestre. Et elle se fit un beau petit
pécule.

Stolon était quelqu'un de gentil et prévenant, ils
s'entendaient à merveille. Mais plus le temps passait et plus elle se
sentait à l'étroit avec lui. Elle voulait voir plus loin, aller dans
tous ces endroits dont elle entendait parler, voir les montagnes, le
désert... Elle finit par ne plus y tenir et lui annoncer qu'elle partait
avec la première expédition vers Sent'sura. Le jeune homme tenta de la
retenir mais elle était têtue et refusa. Elle partie deux jours plus
tard. Son voyage ne comprit pas que Sent'sura. Elle alla de caravane et
escorte et finit par faire un grossier tour de Terra. Elle en prit plein
les yeux et les oreilles mais adora ce qu'elle vit et échafauda des
projets pour ses prochains voyages. Quand elle revint à son petit port
d'origine, elle avait 20 ans et n'avait plus rien à voir avec
l'adolescente un peu craintive et ignorante qu'elle était. Elle eu beau
chercher, elle ne retrouva pas Stolon. On lu dit qu'après son départ, il
avait lui aussi quitté le port pour descendre dans le sud. Sybil trouva
à se loger au premier étage d'une maison coquette et se mit à vendre
ses services de guide en mer soit cartographe et seconde à la fois.
Aujourd'hui,
on peut encore la trouver dans les ports, soit en pleins préparatifs
soit proposant ses services mais elle passe également beaucoup de temps à
voyager. Elle donne toujours des nouvelles des mouvements démoniaques
en mer aux rebelles et accepte même quelques missions d'espionnage.


→ In real life
Prénom : Mystère mystérieux ;p
Age : Dans ma 20ème année
Avez-vous fréquentez d’autres forums ? Si oui lesquels :Plusieurs, toujours fantasy/médiéval.
Comment avez-vous connu le forum ? Sur un annuaire
Parlez nous un peu de vous : J'aime écrire, j'aime lire, j'aime geeker et bien d'autres choses.
Code du règlement :
 


→ Epreuve de confirmation
Citation :
"Raconte l'un de tes voyages dans Terra, n'importe où, pourvu que la rébellion en soit un élément déterminant"

Invité

avatar




 
Page 1 sur 1