Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 Erwan d'Ablaÿ

 
Dim 23 Juin - 4:26
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t3317-erwan-d-ablay
Erwan d'Ablaÿ.

 Ambitieux - Lucide - Pragmatique - Séduisant - Manipulateur - Volontaire - Sympathique - Sérieux - Grande gueule - Versatile.
Information
Surnom  
Âge : 28 ans.
Nationalité : Terre
Profession : Seigneur.
Camp : Aile Ténébreuse.
Noblesse : Seigneur (13).
Croyance : Sa propre personne plus que toute autre chose.
Famille :
Mort :  Oui, mais à discuter auparavant.
Race
Humain.
Caractère

D’abord mignon garçonnet, puis adolescent  affirmé se muant en alliciant jeune homme, Erwan n’a eu de cesse que de voir ses traits s’affiner au fils des années, et le rodomont en tire une certaine fierté virant à la suffisance. Grande gueule et impétueux, il ne peut s’empêcher de l’ouvrir, dût cela le conduire dans des situations compliquées où sa vanité ne fera que le malmener davantage encore. S’il est très loyal envers son père et sa famille, il nourrit également une ambition dévorante, et son caractère et tout aussi bien que sa débrouillardise naturelle prendront rapidement le relais pour le sortir de quelque mauvais pas que ce soit. Bien qu’il n’apprécie guère que l’on décide à sa place et qu’il soit mauvais perdant, il lui arrive quelques fois de mettre son orgueil de côté lorsqu’il sent où se trouve ses intérêts et que son vis-à-vis ne lui est pas antipathique. 

Effectivement, le personnage s’avère être des plus versatiles ; sympathique et sémillant lors d’une première rencontre, il pourra se révéler être tout autre au moment de la seconde, soudainement devenu froid et distant. S’il demeure quelque peu manipulateur à l’encontre de ses homologues masculins, Erwan cultive l’art de la courtoisie et de la bienséance en compagnie du beau sexe, et peu lui chaut qu’elles soient de simples paysannes vêtues de leur habit de travail ou de gentes et sades jeunes femmes, riches héritières de leur état. Le jeune homme, au-travers de ses amours ancillaires tout autant qu’au gré de ses passions mondaines et boulevardières, a saisi l’importance que peuvent revêtir les femmes auprès de leur mari ou amant ; ce sont souvent elles qui tirent les ficelles sur le coin de l’oreiller.

 
Physique
 Depuis son tout jeune âge, Erwan fut entraîné aussi bien au maniement de l’épée et du bouclier qu’au port de l’armure, en passant par l’équitation, afin qu’il devînt le futur seigneur des Ablaÿ à la mort de son père. Les heures d’apprentissage, la foultitude de coups reçus et les entraînements passés au cœur de l’hiver lui auront fortifié l’esprit et le corps, dotant ce dernier d’une musculature profilée. Digne fils de son père, appelé à jouter, à mener ses troupes au combat ou encore à présider lors de diverses séances de jugement ou de conseil, il a acquis une stature et une prestance qui, toutes condescendantes soient-elles, ne laissent pas indifférentes. Aussi son port est-il altier, le menton volontaire, et ses yeux, qu’il a cérulés et francs, demeurent en permanence fixés droit devant lui ou dans ceux de son interlocuteur.
Ses cheveux mi-longs aux mèches en bataille sont d’un blond cendré, et sa mâchoire carrée et sévère arbore des lèvres finement ciselées.  

Capacités
Armes : Epée, bouclier, lance de cavalerie.
Pouvoirs : Non, pas pour le moment. Mais pourquoi pas en acquérir au fil des Rp, si cela reste possible.
Familier : Quelques dadas que l'on doit aisément pouvoir trouver dans les stalles du domaine.
Artefact : Non.
Autre : Pas pour le moment.
Histoire

L’aube teintait l’horizon d’un mauve opale par-dessus les toits des chaumières que faîtaient de longs nuages blanchâtres, marquant aussi bien la naissance d’un soleil encore timide que celle, pleureuse, d’un nouveau-née. L’accouchement avait duré toute la nuit, retardé à son comble par  un enfant déjà réticent à se gorger les poumons d’un air qui ne tarderait pas à devenir vicié. Comme s’il avait pressenti l’arrivé, une dizaine d’années plus tard, de ce démon qui mettrait à feu et à sang les populations locales et célestes de Terra Mystica. Comme s’il savait que cette naissance et cette vie ne valait pas la peine d’être vécues, et que le rejet de toute vitalité restait encore préférable.
Pourtant, il était né, bien que difficilement, après qu’eussent retenti les râles et les sanglots douloureux d’une mère, sanglots  saumâtres bientôt mués en larmes de joie à la vue de son bel enfant en bonne santé. Dans le souffle d’une respiration saccadée fut rendu audible un nom alors que se posaient déjà, au-travers d’une vitre, les premiers rayons tièdes de l’astre solaire sur le crâne de ce charmant bambin. Arrivée éblouissante et auréolée d’une lumière divine, naissance imagée digne d’un héros, telles celles que pouvaient conter les rapsodes, pour un petit être humain tout  à fait banal que l’on nommerait Erwan d’Ablaÿ.

Humain banal, ordinaire, classique, mais peut-être pas tant que cela pour les gueux et autres traînes-misères qui peuplaient ses terres ; le nouveau-né avait bien choisi et sa mère, et son père, devenant ainsi le futur héritier de ce domaine et des quelques hameaux aux alentours. Car Laëssya et Seylan d’Ablaÿ, époux fidèle de longue date, possédaient ces terres paisibles et prospères qui, bien que guère étendues en comparaison de celles de leurs voisins, ne leur en déméritaient pas moins le titre de seigneur.  Et ce fut dans ce paysage si contrasté que le futur héritier grandit.
Erwan reçut tout l’éducation que purent lui offrir ses parents, prodiguée par des mestres et des maîtres d’arme somme toute assez renommés dans leur domaine. Le jeune homme se devait de pouvoir reprendre la relève une fois que son père passerait l’arme à gauche, et ce fut dans cette optique-là, parfaitement conscient de ce fardeau qui pouvait s’avérer être une bénédiction, qu’il s’empara avidement de toutes ces connaissances accordées.

Les lettres, les mathématiques, les sciences, la gestion de son futur domaine, l’équitation, la maîtrise de l’épée, de la joute et du bouclier ; peu de choses lui furent épargnées, et il les intégra toutes. Car si sa naissance avait beau avoir été difficile, il semblait qu’il avait s’agit-là d’une épreuve à passer, épreuve qui, si elle s’avérait réussi, permettrait au jeune homme de briller. Et il était né, il était venu à la vie, et avec elle, son lot d’avantages promis. Erwan se révéla être un élève appliqué et assez doué dans la plupart des tâches qu’il entreprenait, quand bien même, de temps à autre, il consterna ses professeurs en faisant montre de bon nombre de caprices ou d’une mauvaise foi  certaine. Le caractère pour le moins bien trempé, Erwan n’aimait pas perdre et ne pas avoir le dernier mot, et pouvait, parfois, rapidement perdre patience. Car le premier et dernier né des d’Ablaÿ, héritier de son état, avait comme un besoin de reconnaissance qui le forçait à se mettre en avant, à s’imposer, lui ou ses idées, et à faire preuve d’une certaine ambition tributaire de son contexte délicat.

Tout autour de lui, où qu’il allât aux abords des frontières de son domaine se trouvaient des ducs et des duchesses, des barons et des baronnes lorsqu’il ne s’agissait tout simplement pas, au nord, de la capitale et de ceux qui la gouvernaient ; des gens d’une classe tout autre que la sienne, et qui lui étaient de loin supérieurs. Des nobles et autres hobereaux qui se distinguaient grandement de lui et de sa propre famille de par leur richesse et leur positionnement au sein de la cour, de par les fêtes qu’ils pouvaient donner ou par leur enseignement reçu, probablement de meilleur qualité, eu égard à leur opulence. Mais l’abondance ne faisait pas tout, et il y avait des personnes bien plus réceptives et douées que d’autres, le jeune homme en était la preuve vivante.
Nonobstant cela, au sein de la noblesse, la vanité, la condescendance et la suffisance demeuraient monnaie courante dans ce monde mondain, et, à plusieurs reprises, Erwan se voyait regardé de haut par la gent masculine alors qu’il annonçait sa filiation. Il n’était qu’un simple fils de petit seigneur dont la probité restait à se faire valoir, tout juste bon à s’incliner quelque peu sur le passage de ses suzerains qui ne lui concédaient qu’un rapide coup d’œil. Et lui se jurait de leur montrer, à tous ces pédants, qu’il valait bien mieux que cela.

Et de son ambition et de son caractère peu facile s’en suivit une autre caractéristique qui allait de pair avec celles-ci. Les années passèrent, et l’entraînement strict et sévère d’Erwan, tant au maniement des armes, de l’équitation qu’au port de l’armure, lui permit d’acquérir une prestance et une assurance qui n’étaient plus à prouver. Et Erwan en tirait même une certaine fierté que l’on pouvait assimiler à cette arrogance que les nobles usaient à foison. Plus que cela, il commençait à aimer cette attitude, dût-elle lui causer bon nombre d’ennuis par la suite. Il prenait comme un malin plaisir à retourner ces regards moqueurs qui ne lui avaient été que trop lancés dans le passé, il s’amusait à regarder les autres de haut lorsque l’envie lui prenait. Non pas qu’il eût accompli quelque brillante action que ce fût, ce qui lui aurait permis d’accroître potentiellement une quelconque renommée, non. Simplement, les années avaient fait de lui ce qu’il était devenu, un avenant jeune homme dans la fleur de l’âge, qui se savait capable d’accomplir de grandes choses s’il s’en donnait la peine. Un fils de seigneur, somme toute banal dans son ensemble, et non pas un héros ou un maître d’arme hors du commun, mais un fils de simple seigneur qui saurait, il en était persuadé, tirer son épingle du jeu.  

Ce fut à ce moment-là que les premières nouvelles abondèrent, se répandant sur le monde comme une traînée de poudre. Des paroles incohérentes, des rumeurs folles et incompréhensibles parlant d’un démon capable de tout raser sur son passage. Un démon qui aurait pris forme sur Terra Mystica. Une forme indomptable, inéluctable, qui n’avait pas pour autre but que de mettre chacune des races existantes à genoux devant lui. L’on ne sut comment réagir, si ce ne fut, dans un premier temps, en châtiant tous ces crétins qui s’amusaient à propager ces mensongeries plus grosses les unes que les autres. Et dans un second temps, l’on rit beaucoup moins lorsque l’on s’aperçut que des massacres avaient bel et bien eu lieu, que des populations avaient été exterminées, et qu’une armée, dans le Ciel, avait été enrôlée à la va-vite dans l’espoir de contrer cette menace venue de l’on ne savait où. Et que ce territoire, en dépit d’une pauvre et maigre victoire à ses tout débuts, n’avait finalement fait qu’accumuler les défaites jusqu’à se retrouver contraint d’abdiquer face à cette engeance.

Si massacres il y avait eu, s’en étaient retrouvées victimes que les directs opposants à celui qui se faisait appeler Aile Ténébreuse. Tout démon ou tout autre chose qu’il pouvait être, la bestiole comptait recruter sa propre armée sur Terra Mystica, une armée que toute personne se trouvait libre de rejoindre. Et l’on avait tant et si bien raconté la force de cette menace qu’un culte de fanatiques, voué à sa personne, avait vu le jour. Des zélés qui déambulaient dans les rues en prônant la toute-puissance de celui qu’ils appelaient Zélphos et en prédisant ce jour funeste où toute cette futile résistance serait finalement écrasée, où les rebelles se feraient annihiler par leurs propres frères qui, eux, avaient fait le bon choix en choisissant le démon. Et il se trouvait que l’on pouvait, à l’heure qu’il était, que difficilement démentir toutes ces affirmations lorsque chacun des territoires, où qu’ils fussent, tombaient l’un après l’autre sous la coupe démonique.

Lorsque ces nouvelles arrivèrent sur les terres des Ablaÿ, Erwan fut prompt à réagir. Il n’accueillait pas cela avec une grande gaîté de cœur, mais ne pouvait se résoudre à agir autrement. S’ils souhaitaient survivre, il fallait rejoindre la cause d’Aile Ténébreuse. Le jeune homme demeurait plus pragmatique et lucide que lâche de son état ; les terres de son père étaient bien trop petites pour pouvoir rivaliser avec celles que le démon occupait déjà, et chacun avait bien pu s’apercevoir que toute forme de résistance s’était finalement retrouvée écrasée par la sombre force. Pourquoi en irait-il autrement avec eux ? En quoi différaient-ils des autres ? Et, plus que tout, cela lui permettrait assurément de pouvoir s’élever plus rapidement au sein d’une nouvelle hiérarchie imposée par le démon.

Et pour cause, si certains de ses voisins ducs ou barons abdiquèrent face à l’ennemi,  rejoignant son camp, d’autres de ses anciens suzerains refusèrent purement et simplement, préférant résister face à l’envahisseur. Mais aucun ne fut en mesure de revenir conter à sa famille ses prouesses contre la menace démoniaque ; tous ceux qui s’étaient ligués contre cette dernière furent à leur tour écrasés. Au milieu de cette pyramide composée par la noblesse, bon nombre de places étaient à présent vacantes, et il ne tenait qu’à un esprit habile de s’en emparer.


Citation :
Raconte tes réactions et les décisions que tu choisis de prendre lorsque tu apprends qu'Aile Ténébreuse et ses troupes marchent sur Sent'sura.

Dans la réalité

Âge : 21 ans.
Avez-vous déjà fréquenté d'autres forums, si oui lesquels ? Warhammer jeu de rôle, Miradelphia, Yuimen, Tir Na Bealtaine.
Vos passions : Rp, lecture, écriture, Pc, potes et gymnastique.
Votre avis sur le forum?   Pas véritablement aimé de prime abord dans sa présentation. Et puis je me suis dit que cela était pour le moins original et rafraîchissant dans un seconde temps. Et puis j'ai terminé par bien apprécier.
Comment avez vous connu le forum?   Annuaire
Phrase fétiche : La vie n'est qu'un jeu où le prix est la mort.
Crédit avatar : Omupied.
Code du règlement : [Ok by Luz]


avatar


Humain

Partie IRL
Crédit avatar : Omupied.
Double compte : Non.
Vitesse de réponse : Très parallélépipède.


 
Page 1 sur 1