Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 Une entrée fracassante [PV Labocata]

 
Mar 14 Mai - 15:01
Sent'sura était comme à son habitude grouillante de vie. Bien qu'elle soit ici considérée comme une ennemie, son statut de morte l'empêchait de craindre quoi que ce soit. Elle pouvait enfin découvrir la ville avec plus d'aisance et de calme. Les avis de recherche postés un peu partout ne faisait plus mention de l'ange, pour son plus grand plaisir. Elle décida donc d'aller boire un chocolat au caramel à la terrasse d'un café. La, le soleil réchauffant ses épaules dénudées, elle se sentait au paradis.

Depuis quelques jours déjà, son coeur était emprunt d'une joie sans nom qui s'affichait en un beau sourire sur son visage. Le bonheur. Il n'y avait rien de plus bon, vraiment.
Soudain, elle assista impuissante à une descente de gardes. Apparemment, un prisonnier avait filé, mettant en colère le Démon lui-même. Un peu de sport ferait du bien à Yuki.

Payant sa consommation, elle laissa les gardes passer et s'engouffra dans une toute petite ruelle... Ou quelqu'un lui rentra dedans en sueur. Et la voila qu'elle était sur ses fesses. Un peu soucieuse pour sa jolie robe, elle se releva rapidement et attrapa le jeune par l'épaule.

- Hé toi? On t'a pas appris à t'excuser?

Décidement, la journée pourtant si belle venait de s'obscurcir quelque peu.

Invité

avatar




Mer 15 Mai - 11:39
Et moi qui pensais qu'une fois échappé j'aurais pu avoir une chance de me détendre.
Une demi-heure a peine après mon évasion il a fallut que ce gamin aille annoncer ma fuite au gardes (oui, le même gamin qui voulais me voir mourir au cirque)
Nous étions quatre a courir dans la grande avenue, trois gardes avec l'intention de me capturer et moi avec l'intention opposée.
« Bon sang, je hais les morveux » murmurais-je tandis que je courrais.
Je n 'aurais eu aucun problème a les semer, si des renforts n’étaient pas arrives dans l'autre sens avec dans l'espoir de me piéger.

Il ne me restais plus d'autres options que de m’engouffrer dans la première ruelle venue. Les gardes me suivirent et je repartis de plus belles, j' était tellement désespérer que je ne prêtais même plus attention aux obstacles sur mon chemin.

Encore une fois, j'aurais pu m'en sortir si je n'avais pas renversé une dame.
En temps normaux je me serais excusé et je l'aurais aidée à se relever mais vu que ma vie était en jeu,je ne pris même pas le temps de m'excuser.

Mal m'en prit car, contrairement à ce que sa carrure laissais croire elle était plutôt costaude et déterminée a obtenir des excuses.

Tout en tentant d’échapper à l'emprise de la dame je me mis à m'excuser de la maniere la plus rapide qui sois :
« Je-suis-désolé-madame-mais-je-suis-actuellement-dans-incapacité-de-vous-présenter-mes-excuses-étant-donné-que-plus-je-reste-immobile-plus-mes-chances-de-survies-s’amaigrissent-alors-si-vous-voulez-bien-me-lâcher-je-vous-en-serais-grandement -reconnaissant. »

Alors que je terminais mon apologie les gardes arrivèrent et je me remémorais le nom d'Alric et d'Emeric,je savais que ça ne m'aiderais pas mais au moins ma mort ne serais pas vaine.

Invité

avatar




Mer 15 Mai - 11:55
Non seulement sa robe était tachée, mais en plus, elle allait avoir un bleu sur les fesses, c'était certain. Et ça, ça ne lui plaisait pas du tout.
Tenant toujours le jeune homme par l'épaule, elle écouta ses excuses. Donc, c'était lui que les gardes pourchassaient?

Un sourire fendit ses lèvres. Ce petit, il l'aimait bien déjà. Il lui rappelait son petit frère d'adoption. Aussi, elle allait l'aider. Gardant une moue un poil sévère, elle le colla contre le mur. Levant le poing, en cet instant, on aurait pu croire qu'elle allait le frapper, mais elle se contenta de frapper le mur.

C'est alors que des gardes passèrent des deux cotés de la ruelle. Ils se retrouvèrent donc piéger, sans grand espoir de passer inaperçu.

Yuki roula des yeux devant l'impuissance et la peur du jeune homme avant de se coller contre lui. Il n'y avait plus qu'une solution pour le sauver... Approchant ses lèvres de sa bouche, elle fit semblant de se faire embrasser.

Déroutés, les gardes n'osèrent pas les déranger en voyant la robe coûteuse de l'ange. Après tout, une dame de ce rang ne s'abaisserait pas à embrasser un prisonnier en cavale.

Attendant d'être sure qu'ils soient bien partis, elle finit par laisser de l'espace au garçon, avant de lui lancer un regard sévère:

- T'as intérêt à me rembourser ma robe! C'est un cadeau et j'y tiens!


Au fond d'elle, elle était morte de rire devant le visage déconfit de l'homme.

Invité

avatar




Mer 15 Mai - 13:59
Honnêtement, je n'y comprenais rien.
A un moment elle semblait furax et sur le point de me filer une baffe monumentale, puis le moment après elle me sauvais les miches en faisant semblant de m'embrasser.

Il m'aura fallu une bonne minute pour comprendre ce qui s’était passé.
Minute durant laquelle elle s’épousseta et se mit à constater les dégâts sur sa robe.
- T'as intérêt à me rembourser ma robe! C'est un cadeau et j'y tiens! Dit-elle.

Après avoir récapitulé les événements, je n'y comprenais toujours rien mais il y avait trois choses dont j'étais certain maintenant :

1. Je lui devais ma vie.
2. Je lui devais une robe.
3. Je n'avais aucun moyen de repayer ces deux dettes.

Je finis par me ressaisir et remercia ma sauveuse.
"Merci madame, je sais pas ce qui vous a poussé a me sauver mais je vous en suis redevable cependant je pense pas que je puisse rembourser la dette pour l'instant, mais s'il y a quoique ce soit que je puisse faire.
Mon nom est Labocata, et je n'oublie jamais une dette d'une tel ampleur, je ferai tout ce qui est en ma capacité pour vous rembourser."


Ça y est j'avais encore parlé sans réfléchir, je ne sais même pas qui elle etais, elle pourrait me faire esclave ou quoique soit dans le genre, mais ma promesse était faite, et quand je fais une promesse, je m'y tient.

Invité

avatar




Mer 15 Mai - 14:26
Redevable, hein? Elle détailla le jeune homme de long en large. Bien bâti et malgré son air juvénile, il devait déjà être en mesure de se battre. la peur qu'elle avait lu sur son visage lui apprit qu'il ne devait pas vraiment avoir l'habitude de combattre. Yuki retenu un soupirant de dépit. Allons bon, vu l'était actuel du monde, il ne tiendrait pas longtemps dans cette contrée. C'était bien dommage, il semblait vraiment être un type bien. Souriante, elle lui fit signe de venir. Posant sa main sur son petit ventre rebondi, elle inspecta la grand rue avant de s'y engouffrer, le jeune homme suivant derrière, bon grès mal grès. Ils s'enfonçaient dans les hauteurs de Sent'sura, prenant soin d'éviter les patrouilles.

Arrivés devant une immense maison, la jeune femme sortit une clé de sa poche et l'enfonça dans la serrure. D'un coup sec, la porte s'ouvrit sur un long couloir. Tenant la porte, elle ordonna au gamin d'entrer avant de refermer. Elle le conduisit jusqu'à sa cuisine, immense et pleins de victuailles avant de lui sourire:

- Tu es en sécurité ici. Attendons quelques heures que l'agitation se passe et tu pourras rentrer chez toi.

Sur ces paroles, elle lui prépara un bon gros casse croûte, composé de salade, tomate et poulet. Elle n'aimait pas la viande mais savait que les hommes de sa consistance en avait besoin. Le laissant manger, elle l'observa tranquillement avant de lancer:

- Sais tu te battre?

Une idée avait germée dans son esprit en voyant les jambes vigoureuses de l'homme. Elle pouvait lui offrir une porte de sortie et un travail, qui pourrait lui apprendre à survivre.

Invité

avatar




Jeu 16 Mai - 14:32
"Enfin un peu de répit!" Soupirais -je alors qu'on entrais dans à sa maison histoire d'attendre que les gardes se calment.
Après toutes ces poursuites endiablées je pouvais enfin reprendre mon souffle et pour moi c’était tout ce qui importait pour l'instant et m’affalant sur une chaise dans la cuisine je m'assoupis.

Dix minutes plus tard je me réveillais, toujours dans la cuisine mais cette fois avec un en-cas tendu par ma sauveuse.
Normalement j'aurais du refuser tant de générosité mais ma course avec les gardes m'avait vidée de mon énergie et ce fut avec plaisirs que je fis honneur aux plats.

Alors que je m’apprêtais à entamer le merveilleux casse croûte qu'elle m 'avait offert, elle me demanda si je savais me battre.
...
Bon mettons les choses au clair, je ne sais pas me battre mais ca ne veut pas dire que je suis un trouillard, c'est juste que le combat n’était définitivement pas une option raisonnable, et ce pour les pour les raisons suivantes:
-ils avaient des armes et savaient s'en servir, je n'avais qu'un couteau de poche,
-si je m’étais battu contre eux j'aurais peut-être pu leur résister pendant deux ou minutes ou trois mais j'aurais reçu de graves blessures,
-ensuite les renforts seraient venu et j'aurais été capturé et je n'aurais eu sans aucune chance de m'en sortir,
Tandis que si je fuyais non seulement j’évitais les blessures inutiles mais en plus j'avais une chance de m'en sortir vivant.


Puis après quelques instants de réflexions je lui dit :
« Pas vraiment. » et lui expliqua la raison pour laquelle j'avais préféré fuir plutôt que de résister

Puis une fois l'explication donnée je lui demandas pourquoi une dame de son niveau (il étais clair qu'elle était riche) s’embarrasserait à sauver un simple évadé qu'elle me connaissait à peine.

Invité

avatar




Ven 17 Mai - 10:28
Elle trouva son ton et son explication un peu molle. Bien qu'il semblait robuste, elle ne pensait pas qu'il était vraiment capable de se défendre face à de fortes personnes. Caressant toujours son ventre, elle le laissa finir de manger. Qu'allait elle faire de lui? Le sauver était une chose, lui offrir un avenir en était une autre. Elle s'approcha de quelques pas, avec un saucisson à la main. Le posant devant le jeune homme, elle prit également un morceau de pain. A la vitesse avec laquelle il avait finit sa petite préparation, il devait certainement avoir encore faim.

Elle ne voulait pas lui répondre tout de suite. Certes elle l'avait aidé dans un élan de bonté proche de la pitié mais elle ne l'avait pas amené dans sa demeure pour ça. Elle avait une faveur à lui demander. Avant qu'il n'ait pu toucher au repas prometteur, elle retira le morceau de porc de sous son nez. Aucun réflexe... Soupirant, elle se demandait si elle devait vraiment l'emmener dans cette histoire. Bien qu'il y trouverait des compensations, elle ne voulait pas non plus lui forcer la main. Aussi au lieu de répondre à sa question, elle lui en posa une autre.

- Que penses tu du seigneur démoniaque? Et connais tu la Rébellion? Parle sans détour, je ne te ferai aucun mal.

Si elle lui en voulait, ça ferait bien longtemps qu'il ne serait plus de ce monde. S'installant à ses cotés, elle lui rendit la victuailles et planta son regard dans le sien. Oui, il ferait certainement l'affaire.

Invité

avatar




Lun 20 Mai - 12:19

Alors que j'attendais une réponse de sa part voila qu'elle me demanda ce que je savais sur AT ainsi que sur la rébellion.

« Tout ce que je sais sur AT c'est que c'est lui qui dirige notre pays depuis treize ans mais à part l'augmentation des taxes on a pas eu beaucoup de problèmes avec sa montée au pouvoir*
Et d’après sa réputation et de ce que les gardes qui m’amenaient m'ont dit, il est incroyablement cruel. Sinon pour ce qui est de la rébellion je n'en ai jamais entendu parler. »


Tout en lui répondant je lui rendais le saucisson qu'elle m'avait offert en la remerciant, elle semblait un peu sceptique mais bon que pouvais-je lui dire d'autre. Je ne savais pas grand chose quant à ce qui se passait en dehors de mon village.

Pendant que j'attendais sa réaction, je lui empruntais un torchon pour nettoyer mes entailles au niveau des poignets ça aurait été trop de mourir d'une infection alors que je venais d’échapper une exécution.

*(faut dire aussi que notre ferme n’étais pas facile d’accès du coups les soldats ne prenaient pas la peine d'aller mettre notre ferme a sac).

Invité

avatar




Ven 24 Mai - 8:56
C'était vraiment un paysan. Loin de tout, il ne semblait pas avoir été touché par la montée du Démon dans le pays. En tout cas, pas avant aujourd'hui. Maintenant qu'il avait été capturé par l’infâme pour le "distraire", il devait avoir des pensées un peu moins neutre pour le dictateur. Elle n'osait pas mettre fin à sa naïveté toute infantile. Son visage, un peu rond, portait encore les traces de l'enfance. Maintenant qu'elle possédait quelques instincts maternelles, elle ne pouvait s’empêcher de le prendre sous son aile. Jamais elle n'aurait du tomber enceinte, elle le savait bien, ça ne lui correspondait pas.... Mais les gens changent au fil de la vie et des épreuves qu'ils doivent surmonter. Et elle revenait de très loin...

Bien à l'abris dans son village, il semblait être en dehors du contexte de la Guerre. Oui, depuis quelques temps maintenant l'alliance des Rebelles et des Glaces menait une lutte ouverte contre l'armée d'Aile Ténébreuse. Ne retenant pas un soupir, elle se laissa choir sur une chaise. Sans savoir comment ni pourquoi, elle se sentait maintenant responsable de la sécurité du jeune homme, aussi prit elle la parole, avec un sourire plutôt mélancolique.

" Comme tu dis, il est incroyablement cruel. Tu sais, s'il n'y avait pas de rébellion pour se dresser contre cet intrus, cela ferait bien longtemps que toi, moi, tout ton village, nous ne serions plus de ce monde."

Un petit frisson lui parcourut l'échine quand elle pensa aux Limbes. Non décidément, elle ne pouvait se résoudre à aller vivre la-bas.

" Son projet ultime serait d'éradiquer tous les êtres de Terra afin de laisser notre monde aux démons. En tout cas, c'est ce que pensent beaucoup de monde. Moi y compris."

Elle lui fit signe de se rasseoir et lui prit les mains. Avisant les entailles qui semblaient le chagriner, elle laissa un peu d'elle couler dans ses poignets. Etre un ange pouvait être pratique parfois. Il ne restait que peu de trace de ses blessures en deux ou trois secondes. Lui souriant toujours mais gardant fermement ses mains pour qu'il ne s'enfuit pas, elle continua son discours.

" Tu as l'air d'être un bon garçon. J'imagine que tu dois te sentir dépassé par ce que je suis en train de te dire. Mais maintenant tu es devenu un maillot de cette guerre. Tu seras traqué, comme un prisonnier et tué à vue. Je ne pourrais pas m'occuper de toi... J'ai moi même des devoirs envers... Bref je ne peux pas te protéger tout le temps. Aussi je t'offre une chance de survivre et de protéger ceux que tu aimes. Rejoins la Rébellion, rejoins nous. tu apprendras à te battre et à survivre dans ce bas monde. Qu'en dis tu? "

Elle était certaine que sa proposition serait acceptée. De toute façon, il n'avait pas vraiment le choix.

Invité

avatar




Jeu 30 Mai - 15:23

Monologue interne :Ça y est, maintenant tu sais ce qu'elle veut de toi.
Rebelle, quand tu pense qu'il y a pas 5 minutes tu ne savais même pas qui ils étaient.
Enfin, elle a pas tort, t'étais condamné a mort et l'es toujours, rien ne dit qu'ils ne vont pas te poursuivre, en plus tu n'as aucun moyen de gagner ta vie.
Si tu refuse non seulement tu une chance de repayer ta dette, mais en plus el… attends une minute, y 'a quelque chose qui cloche là.

Alors que je me tourmentais dans le choix de ma décision je notais que mes blessures aux poignets avaient quasiment disparues laissant derrières elles une fine trace comme si l’événement s’était déroulé il y a 8 jours.
Je n'y comprenais rien puis je vis ma bienfaitrice chanceler légèrement, j'avais entendu parler de personnes pratiquant la magie mais je n'avais jusque là jamais eu l'occasion d'en être témoin et encore moins d'en être l'objet.

Je me sentais encore plus mal à l'aise, après tout ce qu'elle avait fait alors qu'elle ne me connaissait même pas.

Je poussais un long soupir puis je lui dis que j'acceptais son offre.

Elle semblait être satisfaite et moi aussi, je sentais ma conscience s’alléger

Invité

avatar





Contenu sponsorisé





 
Page 1 sur 1