Terra Mystica

Forum médiéval fantasy
 
Un sondage a été mis en place pour avoir votre avis sur le futur design de Terra ! Venez donner votre avis ICI

N'oubliez pas de suivre l'avancée du projet Terra Mystica ICI. N'hésitez surtout pas à participer !

Merci de votre passion !
AccueilAccueil  PartenairePartenaire  GuideGuide  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 Un corps sans sang, un assassinat sans A.D.N. [Libre]

 
Dim 17 Juin - 0:18
Quelques soirs après avoir quitté Ayael, une humaine qu'il n'avait pu transformer en repars par son statut d'assassine, le premier vampire reçu un ordre de mission. Le lisant il apprit ainsi qu'un commanditaire avait mit à prix la tête d'un haut dirigeant des glaces, un homme âgé d'après ce qu'il en savait mais qui paraissait très jeune. D'ailleurs ce n'était pas vraiment un homme mais plutôt une Daeva, une espèce rare que Caïn avait rencontré à leurs premiers spécimens, il avait eu le malheur de tuer quelques uns d'entre eux. Oh, leur sang était bon et parfumé, mais le remord qui en avait découlé était bien plus amère. De ce combat il en avait retiré deux choses : cette espèce se régénère et il faut les démembrer si l'ont veut les boire en paix. Acceptant donc bien entendu le contrat qui lui permettrait de remplir certains objectifs comme ceux de la congrégation de la nuit en tuant les nuisibles, ou encore celui de la Guilde des Anciens demandant un équilibre du monde, il pourrait en soit se sentir un peu moins coupable d'un meurtre "utile". Se transformant donc en chauve-souris, créature qu'il aimait bien, il arriva au pays des glaces où il redevint lui même. Après quelques minutes de course plus rapide qu'on ne pourrait l'imaginer vu son âge, il repéra sa cible à l'odeur. En effet, le premier des vampires avait cette particularité de pouvoir trouver un être à son sang, seulement il ne pouvait pas dire à qui était le sang rien qu'en le sentant : il lui fallait chercher la personne, ça ne marchait que dans un sens.

Se mettant derrière Albar, il patienta que ce dernier parte vers les paysages glacés et se retrouve ainsi seul. Après une écoute attentive, Grands Crocs en déduisit qu'il était seul à au moins un kilomètre à la ronde, une occasion parfaite de passer à l'action. Se précipitant devant lui sans le toucher, il stoppa la route de sa cible d'un seul regard.


- Albar, Maréchal des glaces n'est-ce pas? Je suis navré pour vous mais votre heure est venue. Par galanterie, laissez moi me présenter. Je me nomme Caïn Abel, premier être de la race des vampires. N'espérez pas m'échapper, vous n'êtes guère assez âgé pour prétendre à une victoire. Je vous laisse donc le choix, soit vous vous laissez tué gentiment sans douleur soit je serai contraint d'user de mes pouvoirs ...

En parfait noble des anciens millénaires, le primera laissait toujours le choix à ses victimes. Souvent il se présentait d'ailleurs à elle et grâce à l'hypnose, il rendait leurs derniers instants paisibles, sans douleur. Sans doute était-ce aussi là une trace infime de son humanité perdue et qu'il "pleurait" tant depuis maintenant 8125 ans.

Invité

avatar




Dim 17 Juin - 9:15
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t12-albar-tlassin
"Ah"

Ce n'est pas ce qu'Albar avait prévu. Pas du tout.

Le vieil homme (mais il s'agit là d'une notion des plus relatives, surtout vu la situation) faisait partie de l'Ordre des Gardiens, une guilde dont la mission était de protéger ceux qui étaient victimes d'une tentative d'assassinat. Aussi étaient ils relativement au fait des contrats proposés à la Congrégation de la Nuit. Il savait donc que quelqu'un en voulait à ses jours, et il s'y était préparé aussi bien qu'il le pouvait. Une fois par semaine, il se rendait, seul, jusqu'à la résidence d'été d'un des généraux des Glaces. Ainsi, il était convaincu que c'est à ce moment là que l'on tenterai de l'assassiner, restant ce faisant relativement en paix le reste de la semaine. Il avait été garde du corps de l'impératrice Issendra pendant plusieurs mois, alors c'est vous dire s'il connaissait son affaire.

Sur ce point précis, on peut dire que son plan avait marché, mais un peu trop bien. L'assassin était arrivé bien plus vite qu'il ne le prévoyait, et il n'avait pas pu prendre toutes les dispositions nécessaires. Il avait en effet prévu de truffer la route - ou du moins ses alentours - de pièges divers, mais le temps lui avait manqué, et il n'y avait que peu de choses installées : un trou par ci, un filet par là, etc... La fleuve n'était pas très loin non plus, à environ une centaine de mètres, et il avait prévu de s'y jeter au cas où la situation dégénérerait. Bien sûr, l'eau glaciale ne lui ferait pas de bien, mais il y survivrait : il avait l'habitude de ces températures. Cependant, cette idée était elle aussi hors jeu : si cet homme était bien un vampire, que ce soit le premier ou non, il n'avait aucune chance d'arriver là bas avant lui.

Si seulement il avait su que ce genre d'être était dans la Congrégation, il aurait agi avec un peu plus de prudence... Si jamais il s'en sortait, il faudrait qu'il demande à Ayael si il y a d'autres gens comme lui dans cette guilde, même si il y avait peu de chances pour que son amante daigne répondre à sa question. Mais l'heure n'était plus aux recommandations ni aux résolutions : il fallait choisir désormais. Ce qu'il ne mit pas longtemps à faire.

"Je vous dirais bien que je suis enchanté, de vous rencontrer céans, mais force est de reconnaître que je ne le suis pas totalement. Disons juste que c'est un honneur que de rencontrer le premier des vampires, celui qui a engendré une race entière.

Vous avez raison, je crains que nos âges ne souffrent la comparaison, et que je n'ai qu'une chance infinitésimale de vous vaincre - je ne suis même pas certain de savoir comment vous tuer d'ailleurs. Mais d'un autre côté, j'en ai infiniment moins si je ne lutte pas. Aussi je me vois contraint de décliner votre offre généreuse.
"

A ces mots, il sorti calmement sa rapière et se mit en garde, l'esprit en ébullition : il n'avait pas d'armure, à part des brassards et des jambières en cuir pas très épais. L'ennemi était plus entraîné, plus rapide, et plus fort que lui. Albar, lui, n'avait que la rapidité de sa perception pour l'aider, ainsi que son don inné pour l'épée. Cependant, pour réagir vite, il faut que le corps puisse suivre le rythme. Ses muscles seront mis à très rude épreuve durant les prochaines minutes. Cela ne durerait sans doute pas plus longtemps.

Réfléchir, il fallait réfléchir à une échappatoire...


Spoiler:
 



Signature by John


avatar


Daeva

Partie IRL
Crédit avatar : doubleleaf
Double compte : Aucun (AT en compte PNJ, à la limite)
Vitesse de réponse : Moyenne - Environ 1 semaine


Dim 17 Juin - 20:59
Face à sa nouvelle cible, le premier des vampires observait Albar d'un air grave. Celui-ci avait finalement décidé la voie de la souffrance et Caïn déplorait ce choix, il aurait aimé ne pas entendre de cris de douleur ou voir du sang giclé car ça, ça le rendait encore plus assoiffé et autant dire que ce n'était dans l'intérêt d'aucune des personnes qui pourraient se trouver dans les parages. Mais en bon guerrier le Maréchal sortit son épée, une rapière. Au vu de sa force et de celle de son espèce en général, il ne pourrait pas espéré l'entaillé ou à une faible profondeur puisque la peau du premier vampire ne s'ouvrait que sous certaine force et quand bien même, cela cicatrisait vite. En bref pour lui, Albar n'était qu'un humain avec quelques dons en plus.

- N'espérez pas me tuer avec ceci jeune Daeva. Je vais vous délivrer un secret : seul les êtres plus âgés que moi peuvent prétendre à ma mort mais je suis l'un des premiers êtres de ce monde, l'un des seuls restant aussi. J'aurai tant aimé ne pas devoir vous infliger de douleurs ...

Disparaissant de la vue de sa victime, celle-ci ne pourrait espérer compter sur ses réflex au vu de la rapidité de son adversaire. Courant à une vitesse telle qu'il en était invisible, il entailla une première fois la joue de son repas lui montrant qu'il n'avait aucune chance. Rapidement le premier des vampires entailla de ses ongles l'autre joue, mais paradoxalement cela ne faisait pas bouger Albar, il y allait presque doucement. D'un simple coup il aurait pu prétendre le décapiter en y joignant vitesse et puissance, mais il laissa une chance à son adversaire de se rétracter. Entaillant alors les vêtements, le sang commença à gicler et les yeux de Caïn devinrent plus rouges encore, ses crocs plus longs. Après plusieurs minutes d'acharnement à infliger des blessures superficielles et guérissables du Daeva, il s'arrêta face à lui.

Recommençant alors l'instant d'après, il entaillait cette fois sa victime plus en profondeur avec parfois de très grandes blessures, notamment sur la jambe, où les entailles arrivaient à 2 centimètres de profondeur, quasiment jusqu'à l'os. Courant toujours plus vite par l’excitation du sang, il s'approchait parfois dangereusement de sa cible pour faire mine de le mordre avant de se rétracter et de continuer les entailles. S'arrêtant alors de nouveau, il semblait vouloir à chaque fois lui laisser une chance de mourir paisiblement sans plus de souffrances avant de monter d'un cran dans la puissance.

Invité

avatar




Lun 18 Juin - 12:44
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t12-albar-tlassin
Il n'avait pas besoin d'être un génie pour reconnaître qu'il ne vaincrait pas. Il s'était attendu à un ennemi plus fort qu'un vampire, mais pas à ce point là. Il en avait déjà affronté, et si le combat était ardu, il avait jusqu'alors toujours gagné. Mais aujourd'hui, l'écart de niveau était tel qu'il en devenait presque ridicule. Il était un peu comme une souris face à un chat. Si seulement il pouvait le mordre et lui refiler la peste pour au moins vaincre une fois mort... Mais la métaphore n'a le don que d'expliquer, et pas de fournir une échappatoire. Ainsi il restait là, tentant de donner des coups sans voir son adversaire, tentant de frapper à l'endroit le plus plausible : il n'avait pas encore été blessé sur le bras? Bien, l'ennemi attaquerait sûrement là. Et souvent il avait eu raison. Malheureusement, même en le sachant, le temps qu'il brandisse son arme le vampire avait déjà frappé.

"On ne m'a pas appris à me battre contre les courants d'air", maugréa-t-il entre deux entailles. De temps en temps, le vampire faisait des pauses, s'arrêtant une petite seconde avant de reprendre. Il semblait vraiment vouloir lui éviter une mort emplie de douleur, et il était parfois tenté d'accepter. Mais il avait encore bien trop à faire dans ce monde pour en partir. Sans le soutien de ses troupes, la rébellion ne vaincrait jamais, il en était certain. Quel que soit le maréchal qui le remplacerait, il n'aurait pas autant d'expérience que lui... L'alliance d'or également, dont il était l'un des généraux, se trouverait privée du soutien des glaces, et cela sûrement pour de bon. Issendra serait effondrée. Et Ayael... Il refusait d'y penser. Il ne laisserai pas Ayael seule dans ce monde. Jamais elle ne lui avait dit, mais Albar était certain qu'elle était heureuse avec lui, tout comme lui l'était avec elle. Donc non, désolé, mais il ne voulait pas mourir, repassez plus tard on est fermé le lundi.

Pendant l'une des pauses du vampire, il rangea sa rapière et préféra sortir un poignard. Bien sûr, l'arme manquait d'allonge, mais le vampire attaquait à coup de griffes. Peut-être que si il pouvait le blesser, d'un coup à la gorge par exemple, celui ci serait abasourdi ne serait-ce qu'un instant, et il pourrait tenter de lui trancher la tête, ou de le démembrer (même si l'entreprise serait ardue avec un simple poignard). Même s'il ne parviendrait pas à le tuer véritablement, avoir ses membres éparpillés dans le fleuve de Luütra ralentirai le vampire de façon acceptable, jusqu'à ce qu'il se reconstitue Dieu seul sait comment.

Avec sa dague, ses coups étaient désormais plus rapides, et plus précis, mais c'était toujours insuffisant. Et la douleur commençait à se faire cuisante, le vampire frappant à chaque fois plus fort. Il poussa un cri de douleur lorsqu'il lui entailla profondément la jambe. C'était peut-être sa chance : si il donnait des coups plus profonds, cela lui prendrait peut-être un dixième de seconde de plus à faire, ce qui n'était nullement négligeable dans le cas présent. Mais à chaque fois, le maréchal, meilleur combattant des Glaces, manquait son coup, trop lent.

Il ne pouvait pas attendre qu'un coup soit plus lent qu'un autre, il fallait absolument trouver un autre moyen. Il jeta alors un regard autour de lui, et entraperçu une espèce de collet non loin de lui, à une petite dizaine de mètres. Le vampire ne l'avait sûrement pas vu. En effet, Albar connaissait la position de ses pièges, et avait reconnu celui ci grâce au petit buisson à côté. De plus, du moins il le croyait, les vampires étaient des créatures nocturnes, et leur vision était sûrement moins efficace sous le froid mais éclatant soleil des Glaces. Il réfléchit à toute vitesse : si jamais, par miracle, il parvenait à se rendre là bas avant qu'il ne l'ait rattrapé et que le vampire tombait dans le piège, que se passerait-il? Le collet était en fer, et vu sa vitesse, il ne voyait que deux solutions : ou bien le dispositif résistait, et le piège se refermerait sur sa cheville avec tellement de force qu'il la lui trancherai net, ou bien, plus probable, le piquet ne tenait pas, ou le noeud était défait, et dans ce cas là, le vampire serait peut-être, je dis bien peut-être, déséquilibré et ralenti un instant, ce qui pourrait permettre à Albar de frapper, et, là encore, peut-être, de prendre l'avantage.

Il y avait beaucoup d'approximation dans le raisonnement d'Albar, mais cela s'opposait à une certitude : si il ne le faisait pas, il allait mourir à coup sûr. Il se prépara donc à courir après la prochaine entaille. Mais peut-être avait-il attendu trop longtemps, ou bien le vampire avait compris ce qu'il voulait faire, car le prochain coup allait être mortel.

[HRP : j'ai obtenu l'autorisation de Caïn par MP pour lui faire me donner les coups suivants, ainsi que pour réagir comme je l'ai fait]

Il était en position, et son ennemi, devant lui il y a encore un instant, venait de disparaître à nouveau. Ce fut à cet instant qu'il se passa quelque chose. Le temps sembla s'arrêter tandis qu'une voix retentit dans sa tête : "Ah, tu arrives bientôt?". Cette voix lui glaça le sang, mais pas autant que ce qui suivit. Dans un déluge d'images presque insoutenable, des souvenirs lui revinrent brusquement : une nuit, il avait été au royaume de Nayris, avec d'autres personnes, pour participer à un jeu macabre. Il y voyait le roi Kerns le simplet, Shinku, Lara, le mari d'Ayael, un Lycan, un elfe, un moine étrange, un lycan, etc... Il se voyait lui, demandant à Nayris de tuer certaines personnes de façons diverses, tâchant de semer le trouble dans l'esprit de ses adversaires, se faisant passer pour une victime. Et il se voyait gagner, Nayris lui accordant un droit de retour si jamais il venait à mourir [HRP : il s'agit là du premier event du forum, le Jeu du chat et de la souris ]. Et il la vit elle, Nayris, déesse des morts, qui le regardait en ce moment, et qui lui dit : "Ça fait longtemps que je t'attends. On va bien s'amuser, hihi!"

Tout cela se passa en un temps tellement court qu'il sembla ne jamais avoir eu lieu. Lorsque le temps repris son cours, Albar était terrifié. La vision de la déesse des morts l'avait glacé jusqu'à l'âme, lui causant une terreur jamais égalée. Le temps semblait avoir ralenti : il voyait Caïn arriver. Il le voyait vraiment, comme s'il courait comme un humain. Albar réagit à l'instinct, esquivant le coup au dernier instant, et brandissant sa dague, entaillant la main du vampire. Cette différence de perception du temps venait de l'adrénaline, un flot massif qui venait de déferler dans tout ses membres suite à l'effroi qu'il venait de ressentir. Son corps, l'espace d'un instant, fonctionna à un rythme bien au dessus de ses capacités, et il put esquiver le coup. Cependant, après avoir donné son propre coup, cette bouffée d'énergie commença à disparaître, de même que le vampire, emporté dans son élan. Son cerveau tout cotonneux après une telle décharge d'énergie ne lui souffla qu'un mot : "le collet".

Il se mit alors à courir aussi vite qu'il le pouvait, la douleur se faisant jour dans ses muscles, qui ont beaucoup souffert de l'effort.


Spoiler:
 



Signature by John


avatar


Daeva

Partie IRL
Crédit avatar : doubleleaf
Double compte : Aucun (AT en compte PNJ, à la limite)
Vitesse de réponse : Moyenne - Environ 1 semaine


Mar 19 Juin - 13:50
La cible de Caïn tentait de se débattre, le Daeva donnait des coups dans le vent, quoi qu'il fasse il n'arrivait pas à toucher le premier des vampires dont la vitesse était très poussée, et encore, il n'était pas au maximum de ses capacités. Aucun des êtres plus jeunes que lui n'auraient réussi à le dépasser ni même à l'observer courir, seuls les primeras pouvaient y prétendre. Pour le premier dragon? Une balade de santé, sa puissance était si grande qu'il balayait ses ennemis d'une simple pensée. Ce dragon ... pourquoi refusait-il d'ailleurs de le tuer? Lui qui espérait tant qu'on le tue mais qui ne voyait aucun être assez fort, même ce Daeva, il avait réussit à le blesser après un long moment de torture physique, à en juger par son regard il avait vu la Mort ou du moins un bon saut d'adrénaline et s'il avait assez de réflex au naturel il avait peut-être bien esquiver par chance, malheureusement la Mort ne prévenir qu'une fois. Quoi qu'il en soit la blessure était digne des éraflures qu'on se fait enfant, du moins quand on est humain. Moins d'un millimètre de profondeur et très vite refermé, ça eut au moins le mérite de stopper Grands Crocs, étonné de voir la chose.

Hm, ça lui rappelait son enfance. C'était si loin ... Sa mère qui le chouchoutait quand il criait. Sa mère ... Elle avait crié aussi le soir où il était venu pour la tuer, mais lui ne venait pas pour l'aider, la chouchouter ou la chérir, simplement pour manger. Manger, c'était un terme absurde pour un vampire, ces créatures ne mangeaient pas, ils buvaient. Mais que faire quand "manger" et "boire" se confondent? Mais surtout que faire quand son plat devenait celle qui nous avait mis au monde. Cette pensée en tête, le noble déchu déversa une larme sur sa joue gauche tandis qu'une autre lui monta à l'oeil droit, mais sa faim reprit le dessus sur son humanité comme toujours, il entendit le cœur de Albar battre la chamane alors qu'il était plutôt loin. Et ce sang qu'il laissa derrière lui de sa jambe qui n'était pas encore cicatrisée.


« Je suis navré, Maréchal. J'aurai tant voulu avoir la force non pas de vous tuer mais de vous épargner ... »

Cette pensée en tête et les larmes aux yeux, il fonça sur sa future victime mais dans sa course il fut stoppé par un piège qu'il n'avait pas vu. Fichu larme, il se les essuya à grande vitesse et sembla décomposer le temps minute par minute sous la rapidité, il observait juste sa blessure. Finalement ce n'était qu'un collet, même pas capable d'infliger la moindre égratignure, même microscopique. Sous la vitesse il s'était même quasiment cassé. Et puis Albar en profita pour tenter de tuer du vampire mais le primera lui chopa sa lame entre les ongles, ses yeux rouges vinrent alors transpercer l'âme du Daeva pour lui parler au plus profond de son être, un moyen de faire peur à sa victime à un point tel que certains se suicidait avant que Caïn ne les tue.

- Vous n'avez pas un centième de mon âge, Daeva. La fuite, les pièges, la résistance, tout ce que vous tentez finira par échouer. Amener une armée si vous le souhaitez, cela n'aura que très peu d'importance, ils périront tous. Je vous avais prévenu, un primera ne peut mourir d'un être aussi jeune, abandonnez, il n'est jamais trop tard ...

N'attendant guère de réponse cette fois, il força un peu sur le collet et le cassa sans qu'il ne résiste, il mit alors un violent coup de paume dans la poitrine de sa victime de quoi lui faire un bel enfoncement thoracique. La créature s'envola alors et Caïn le suivit sur une cinquantaine de mètres avant de sauter pour l'attraper et le jeter au sol, cette fois ce fut le dos qui mangea le plus. Autant dire que l'homme gisait au sol, la plaie de sa jambe s'était même rouverte un peu et saignait de plus belle, la neige devenait rouge.

- Abandonnez tout espoir, celui-ci n'existe pas face à moi, il est retiré à chaque personne croisant ma route par Nayris ...

Nayris, il la maudissait tant ! Cette chienne de déesse qui avait osé le transformer en la créature la plus immonde qui soit ! Il avait tant de haine pour elle, tant de haine pour ce qu'elle l'obligeait à faire car après tout, cette soif insatiable, c'était de sa faute si les vampires l'avaient.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
J'ai son accord pour les mouvements que je lui fais faire.

Invité

avatar




Mer 20 Juin - 19:49
Voir le profil de l'utilisateur
http://www.terramysticarpg.com/t12-albar-tlassin
Tout s'était passé très vite - ce qui décidément, semblait être une habitude lorsque l'on avait affaire à ce vampire ! Il avait été ballotté comme un souriceau par un chat, ou comme un ver de terre par un oiseau. Je ne vais pas m'étendre plus que cela sur les comparaisons, vous avez compris la différence de niveau latente entre les deux individus. Si je suis me permettre, ceux qui ne l'avaient pas encore remarqué sont certainement du genre plutôt lent : en effet, depuis le début, le vampire joue avec Albar, sans tenter de lui ôter véritablement la vie. Pourquoi faisait-il durer le jeu ainsi? Allez comprendre, sans doute avait-il ses raisons. Toujours est-il qu'en comparaison, Albar est au maximum de ses capacités, et qu'il n'avait pu lui faire qu'une minuscule éraflure, plaie qui s'était résorbée presque dans l'instant qui avait suivi. De plus, ce sursaut de la part du maréchal n'avait été le fruit que de la vision de la déesse des morts, et non sur ses capacités. Il avait réagi à l'instinct. Le vampire, lui savait ce qu'il faisait.

Peut-être que si le vampire perdait le contrôle... Si il devenait bestial, ses mouvements seraient moins précis et moins intelligents. Mais d'un autre côté, Albar n'avait nulle idée du véritable potentiel de son adversaire, et le faire entrer dans un état pareil ne serait à utiliser qu'en dernier recours. Et d'ailleurs, comment faire? Se saigner, il ne voyait pas d'autre solution. Se trancher les artères, ou un doigt, bref quelque chose qui soit susceptible d'attiser violemment la soif de sang du vampire. L'idée était à garder sous le coude, au cas où, même s'il n'avait aucune envie de se couper un doigts. En effet, vu la situation, il n'aurait pas le temps de le récupérer après, et il le perdrait sûrement pour toujours. Et Ayael n'aimerai pas ça.

Le cours désormais tumultueux et incertain de ses pensées fut alors troublé par une voix terrifiante qui retenti dans sa tête : celle du vampire, bien qu'en plus sombre et profonde. Si Nayris ne lui était pas apparu juste avant, il aurait sûrement eu un sursaut de terreur. Mais disons que pour le moment, son âme avait été comme un bout de bois, déjà totalement calciné par la peur que lui a donné la vision de la déesse des morts. Le vampire tentait, lui, de rallumer le feu, mais plus rien ne pouvait brûler.

Albar était vraiment dans un triste état. Il sentait son énergie se drainer à une vitesse spectaculaire pour soigner ses blessures profondes, délaissant les plaies extérieures pour le moment. Depuis le collet, il avait reculé - à l'insu de son plein gré je le précise - d'une bonne cinquantaine de mètres. Le fleuve était tout proche à présent, juste à une bonne quarantaine de mètres. Mais l'espoir d'y arriver avant lui était faible. S'il se faisait à nouveau frapper, il pourrait espérer gagner tout au plus une vingtaine de mètres, mais pas beaucoup plus, il en était sûr. En attendant, il pourrait peut-être en gagner, tout doucement, quelques uns, en exagérant un peu ses blessures : en se laissant tomber, en titubant, etc... Si jamais il arrivait à l'eau, il aurait plus de chances, car la viscosité de l'eau jouerait en sa faveur. Je m'explique. Cela vous est déjà tous arrivés à la piscine : quand vous nagez en faisant de grands mouvements amples mais lents, vous avancez relativement vite, tandis que si vous vous échinez à bouger rapidement, vous faites du sur-place. C'est plus ou moins là dessus que comptait Albar, si risquée que soit l'entreprise. De toute façon, au stade où il en était, le risque était devenu une notion franchement relative.

Tant bien que mal, il se releva, et tomba immédiatement en arrière. Si ça se trouve, il n'aura même pas besoin de jouer la comédie pour gagner de la distance. Il parvint, au troisième essai, à tenir debout, malgré la douleur lancinante qui le faisait grimacer et trembler.

"Dites moi, vous qui êtes si vieux... Avez vous déjà vu la Mort? Avez vous déjà entendu la voix de la Déesse des Limbes, avez vous déjà vu son visage? Moi oui, je l'ai vue... Je l'aie vue, elle, dit-il, avec les larmes aux yeux. Et tant qu'il me restera un souffle de vie, je ferai tout mon possible pour ne pas devenir son jouet, même si je dois pour cela souffrir comme jamais aucun être vivant n'a souffert. Quand on sait ce qui nous attends de l'autre côté, tout vaut mieux que la mort"

Il dégaina à nouveau sa rapière, et lui fit un salut élégant, celui qu'il faisait avant de débuter chaque combat. Ne l'ayant sortie que pour le geste, il la rangea et pris un poignard dans chaque main, titubant parfois pour reculer encore un peu.

"Je ne peux pas vous tuer, et je ne peux pour ainsi dire pas lutter contre vous. Vous me surpassez en tout, ou presque. Je doute que vous ayez autant de motivation que moi à rester en vie, si je puis me permettre.

L'espoir existe, ami vieux, pâle et aux dents anormalement pointues, c'est juste que dans certains moments, il se fait discret. Ou en l'occurrence, qu'il fait le mort. Il est comme je le suis : blessé, fatigué, acculé, mais pas désespéré. Mais j'ai encore trop à faire pour baisser les bras maintenant.

Même si je ne peux pas vous tuer, vous démembrer et vous éparpiller devrait vous ralentir bien assez pour me permettre de couler des jours heureux pendant quelques temps.
"

Il tentait vaguement de le provoquer, sans oser en faire trop, de peur de vraiment l'énerver. Tout ce qu'il fallait, c'était qu'il le jette encore une trentaine de mètres en arrière, ou même une vingtaine, cela suffirait.


Spoiler:
 



Signature by John


avatar


Daeva

Partie IRL
Crédit avatar : doubleleaf
Double compte : Aucun (AT en compte PNJ, à la limite)
Vitesse de réponse : Moyenne - Environ 1 semaine


Dim 24 Juin - 23:41
Toujours dans un face à face sanglant avec Albar, enfin sanglait pour ce dernier surtout, le premier vampire l'observait de toute sa noblesse perdue. Bien qu'aujourd'hui déchu de tout titre, il avait gardé cette apparence et cette élégance des anciennes époques que peu de gens connaissaient ou se souvenaient. Cette époque, celle où il avait été transformé ... Oui, il avait vu la Mort en personne lui retirer la vie, oui, il avait été dans les limbes les plus profondes, oui, lui aussi avait été un jouet dans cette dimension macabre ou le temps et l'espace n'existe plus et où Nayris s'était jouée de lui pour ensuite le transformer en cette créature abominable faite de chair, de sang, d'un cœur. Ce cœur qui ne battait plus ou si lentement qu'il n'en avait même plus conscience malgré son ouïe extraordinaire. Observant donc le Maréchal des glaces de toute sa droiture. Rentrant alors ses crocs dans la souffrance au vu de la soif qui l'habitait, il prit la parole tandis que ses yeux perdaient de leur rougeur.

- Je ne connais que trop bien la mort ... je suis la mort. Je la répands à chacun de mes repas, à chaque fois que j'ai soif. Je ne contemple pas le visage de Nayris, je suis ses canines. J'ai vu Nayris longuement jeune ignorant ... comment pensez-vous qu'un vampire devient ce monstre assoiffé de ce liquide si rouge et ...

Ses canines recommencèrent à pousser, son visage s'accéléra, il semblait la proie d'un combat intérieur très violence. Après environ une minute il redevint lui-même.

- ... et bon à la fois. Alors oui, je comprends. L'espoir meurt là où je passe car c'est là que ma nourriture trépasse. Cependant je vais faire renaître cet espoir aujourd'hui, pour vous. Vivez en paix jusqu'au prochain combat qui vous attend, il se peut que cette fois vous tombiez sur un adversaire moins compatissant. Et surtout, apprenez à faire de meilleurs pièges.

Disparaissant de son champ de vision en une fraction de second, il se retrouva derrière lui à le mordre en y injectant un poison, un remède. L'homme sous ses canines se débattait légèrement mais ne pouvait rien dans sa position et vu la force que Caïn exerçait de ses mains sur ses bras. Une fois fini d'injecter la chose, il revint devait lui pendant que le Daeva pouvait voir ses blessures guérir bien plus vite que son pouvoir ne l'aurait permit.

- Un présent pour excuser mon comportement, monsieur le maréchal. Je tenais en même temps à vous montrer à quel point j'aurai pu vous tuer dès les premiers instants mais ... pour une mystérieuse raison je vous ai laissé une chance, et vous l'avez saisi sans le vouloir sans doute. Dans moins de cinq minutes pour aurez retrouver toutes vos forces cependant éviter de mourir dans les vingt-quatre prochaine heure soit quoi je crains que vampire vous ne deveniez même si la dose que je vous ai injecté n'est sans doute pas assez empoisonnée pour cela, sait-on jamais.

Pouvant maîtriser la dose de poison qu'il mettait, Caïn pouvait choisir entre infliger de son poison mortel sur le coup et transformant immédiatement ou une faible dose qui ne s'activerait qu'en cas de mort provoquée du porteur.

- Sur, bonne vie monsieur ...

Disparaissant une nouvelle fois du Pays des Glaces, il continua sa route vers on ne sait où.

Invité

avatar





Contenu sponsorisé





 
Page 1 sur 1